David Madore's WebLog: 2007-09

This WebLog is bilingual, some entries are in English and others are in French. A few of them have a version in either language. Other than that, the French entries are not translations of the English ones or vice versa. Of course, if you understand only English, the English entries ought to be quite understandable without reading the French ones.

Ce WebLog est bilingue, certaines entrées sont en anglais et d'autres sont en français. Quelques-unes ont une version dans chaque langue. À part ça, les entrées en français ne sont pas des traductions de celles en anglais ou vice versa. Bien sûr, si vous ne comprenez que le français, les entrées en français devraient être assez compréhensibles sans lire celles en anglais.

Note that the first entry comes last! / Notez que la première entrée vient en dernier !

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entries published in September 2007 / Entrées publiées en septembre 2007:

(dimanche)

L'Âge des ténèbres

Je viens de voir le dernier volet du triptyque commencé avec le Déclin de l'empire américain et Les Invasions barbares : comme j'ai beaucoup aimé ces deux-là (le premier fait certainement partie de mes films préférés), il n'est pas surprenant que L'Âge des ténèbres m'ait également plu, même si je précise que ce n'est pas la suite (seule une très brève intervention de l'acteur Pierre Curzi — qui jouait le personnage du même prénom dans les deux premiers films — établit un lien quelconque). Je continue cependant à préférer le film très bavard de '86 (est-ce parce que la conversation d'intellectuels se racontant leurs malheurs voire leurs prouesses amoureuses est quelque chose dont j'ai l'habitude ? 😉) ; ce troisième chapitre me semble manquer un peu d'originalité dans ses thèmes de fond (incapacité à communiquer, absurdités bureaucratique, manie du politiquement correct, réfuges dans des mondes de fiction, etc.) et aussi dans sa conclusion (au risque de spoiler, c'est à peu près celle de Candide même si elle n'est pas clairement énoncée), et aussi parfois forcer un peu trop le trait de la caricature. En revanche, le comique, lui, est assez réussi et parfois assez original.

En résumé : ce n'est pas génialissime, mais les critiques que j'ai lues (comme celle-ci) m'ont l'air de venir de gens qui ont dû beaucoup aimer les deux permiers films et jugent trop sévèrement les différences de celui-ci.

Et ça m'aura donné l'occasion de découvrir ce chef d'œuvre inoubliable qu'est Zémire et Azor d'André Ernest Modeste Grétry, variante de l'histoire de La Belle et la Bête. (Je dis ça aussi parce que si vous voulez retrouver le nom du compositeur en cherchant sur le Web, ben ce n'est vraiment pas facile.)

(samedi)

Petite vérité de géographie parisienne

Si on est du côté du croisement entre le boulevard Masséna et le quai d'Ivry et qu'on veut aller à Bercy Village, c'est une mauvaise idée de prendre le pont National et de suivre le boulevard Poniatowski en se disant qu'on va finir par arriver à tourner à gauche. Le pont de Tolbiac est une valeur beaucoup plus sûre.

Je déteste les régions intraversables, comme ça.

(samedi)

Le droit administratif, c'est fou

Je suis en train de lire un traité de droit administratif (pas le célèbre Chapus devant la longueur duquel j'avoue avoir reculé, n'ayant pas à préparer l'ÉNA, mais un précis Dalloz écrit par Jean Rivero et Jean Waline et qui, étant à sa 21e édition, a bien dû être apprécié par certains)…

Comme presque à chaque fois que je consulte un manuel juridique, je suis frappé par le nombre d'absurdités logiques (ou d'autres fautes de raisonnement comme celle que j'avais soulignée il y a un moment) qu'on a réussi à accumuler au fil de l'histoire, et la complaisance benoîte avec laquelle les commentateurs (comme les auteurs de ce livre) arrivent à les relater sans aucunement sembler tiquer devant des monuments d'illogisme[#]. Pas étonnant, d'ailleurs, qu'un des blogueurs français les plus populaires soit avocat, car il a la qualité d'arriver parfois à expliquer le droit de façon compréhensible par les geeks (qui ne manquent pas d'être nombreux parmi les lecteurs de blogs), même s'il fait lui aussi souvent preuve d'une très grande myopie vis-à-vis de sa discipline (je suppose qu'à force d'avoir le nez dedans on finit par se convaincre que les choses les plus délirantes sont sensées — au point de ne pas comprendre que d'autres puissent ne pas arriver à les trouver intuitives). Un de mes amis informaticiens (dont je vous recommande au passage le blog), qui, bien que geek, semble arriver assez bien à maîtriser les subtilités du droit, me disait qu'il faut admettre une fois pour toutes que la science juridique, comme la grammaire, a sa propre logique, qui n'est pas celle des sciences exactes. (Ce n'est pas absurde : après tout, la logique « naturelle » du cerveau humain, si tant est qu'elle existe, n'est pas non plus la logique exacte.)

Mais ce n'est pas seulement que c'est illogique : c'est aussi que c'est très compliqué, très confusant, et souvent très mal expliqué (malgré l'habitude étonnante des juristes à faire des plans d'ouvrages en parties, sous-parties, titres, sous-titres, chapitres, sections, paragraphes et alinéas : ça rappelle la classification RECOFGE). Plein de questions restent sans réponse, aussi : certaines très basiques (j'ai eu beau chercher dans tous les sens dans l'index de mes différents précis Dalloz — celui dont j'ai parlé ci-dessus, ainsi qu'une Introduction générale au droit et quelques autres — et je n'ai nulle part trouvé d'explication rigoureuse sur la différence entre un arrêté et un décret, ni sur la raison qui fait que certains décrets sont simples, d'autres pris en Conseil des ministres, d'autres en Conseil d'État), d'autres très geek-théoriques (notamment, je me suis toujours demandé ce qui se passerait si la France adhérait à un autre organisme international que l'Union européenne — je ne vois pas pourquoi ce lui serait interdit — et que cet organisme émettait des directives qui soient contradictoires avec celles de l'Union européenne).

Parmi les choses les plus confuses dans ce que j'ai lu jusqu'à présent, il y a la question de savoir quelles entités ont la personnalité juridique (remarquez que le précis s'est bien gardé de définir exactement ce que signifie et implique le fait d'avoir la personnalité juridique : on en retire une vague idée comme la faculté de contracter ou d'ester en justice, mais on ne sait pas exactement si ce sont des caractéristiques essentielles ou incidentes), et parmi celles qui l'ont lesquelles sont une personne publique et lesquelles sont une personne privée (la différence semble tenir essentiellement au juge qui va traiter les litiges, puisque la France a cette bizarrerie d'avoir un double ordre de juridiction). On apprend par exemple que l'Autorité des marchés financiers a une personnalité juridique (de droit public) alors que l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes n'en a pas ; que Paris a deux personnalités juridiques (comme commune et comme département) alors qu'un arrondissement de Paris n'en a pas (ou probablement pas) bien que doté d'un conseil élu ; que la Banque de France est une personne publique mais n'est pas un établissement public (les conséquences de cette distinction m'échappent) ; que la SNCF est une personne publique qui passe des contrats de droit privé ; que l'Ordre des médecins est une personne privée qui a des attributions réglementaires ; que l'Institut d'études politiques de Paris est une personne publique alors que la Fondation nationale des sciences politiques est une personne privée ; et que personne ne sait ce qu'est l'Agence France-Presse. Enfin, c'est ce que je crois avoir compris (il est très probable que je me sois pas mal trompé en essayant de redire les choses) parce que, comme je le disais, c'est très confus.

Bon, mon poussinet m'appelle pour me coucher, alors je vais en rester là. Mais si je crée, comme je compte le faire, un blog spécial du Club Contexte (qui serait un blog à plusieurs voix si j'arrive à convaincre d'autres gens d'y participer[#2]), je pense que le droit, et notamment le droit administratif, y aura une place de choix.

[#] Je suis d'ailleurs d'avis que les juristes, législateurs et tous auteurs de documents juridiques devraient avoir dans leur formation un stage obligatoire auprès d'auteurs de normes informatiques. Pas que ces derniers n'aient pas aussi d'immenses défauts récurrents mais, au moins, comme ils sont obligés d'écrire des choses qui seront implémentées sur des ordinateurs dénués du moindre neurone d'intelligence, ils sont bien obligés d'éviter un certain nombre de contradictions.

[#2] Ce qui me bloque pour l'instant c'est le choix d'un système de gestion de contenu. Je ne veux ni de PHP ni de MySQL : ça limite beaucoup le choix dans les programmes de gestion de blogs… Et je veux que ça ponde du XHTML strict valide (en validant les commentaires), ce qui limite pas mal aussi.

(dimanche)

Fragment littéraire gratuit #104 (éloge de l'erreur)

La réalité, quant à elle, appartient à la science : et encore, chaque scientifique n'en appréhendera jamais que l'étroite partie que sa discipline lui permet d'atteindre. Je ne parle pas uniquement des sciences exactes : pour prendre un exemple dans les sciences humaines, il est certain que la perception que nos sociétés ont de leur histoire est à peu près aussi éloignée de la réalité qu'est approximative la compréhension de la mécanique quantique — ou du fonctionnement d'un ordinateur — par l'homme politique moyen.

En fait, notre regard sur le passé n'est guère plus correct que sur l'avenir : sur la base de quelques éléments réels nous construisons nos mythes et nos images, qui à leur tour ont leur histoire méritant d'être retracée, et dont les créateurs — peintres, écrivains et cinéastes — peuvent eux-mêmes être incorporés dans d'autres mythes et images. Quelle est notre vision, disons, du Moyen-Âge ? C'est essentiellement celle que nous ont laissée les Romantiques, puis encore un peu retouchée par le cinéma, et elle ressemble à peu près autant à l'original que les fantaisies de Viollet-le-Duc ressemblent à de l'art gothique. Nous rêvons le Moyen-Âge à travers des romans comme Ivanhoé (dont l'influence est telle qu'il a accidentellement créé le prénom Cédric) ; les idées qu'en avait le XVIIIe siècle étaient différentes, mais elles n'étaient sans doute pas plus justes.

On pourrait multiplier les exemples à l'infini. Anecdotiquement, nous imaginons tel ou tel personnage d'après un portrait devenu célèbre qu'en a dressé un artiste qui ne l'a jamais vu ; plus sérieusement, nous jugeons le personnage selon des critères qui n'avaient pas de sens à son époque : nous tentons d'utiliser le bien et le mal de notre temps alors que l'Histoire n'est pas une question de bien et de mal. Nous plaquons un regard qui en dit plus sur notre ignorance, nos préjugés moraux et notre pensée actuels que sur la réalité du passé. Il en va de même d'autres disciplines de la connaissance.

Mais est-ce grave ? La réalité historique a certainement une pertinence — elle en a au moins pour l'historien, par définition — mais c'est notre culture contemporaine qui nous concerne le plus immédiatement : et cette culture est une culture de l'erreur. Je dis cela sans porter de jugement de valeur, car l'erreur peut être une source de création autant que la vérité. Peu importe, donc, que le Christophe Colomb réel n'ait pas eu les traits que del Piombo nous a fixés à l'esprit, si nous voulons le voir ainsi ! Il pourrait même être parti démontrer que la Terre était ronde quand tout le monde pensait qu'elle était plate, si nous tenons à cette légende. Il n'est même pas absurde que Pierre Ménard puisse être l'auteur de Don Quichotte, si nous voulons le lire de la sorte : Ernst Zwirner n'a-t-il pas réussi à être l'architecte de la cathédrale de Cologne ?

(vendredi)

Antipodes

Dans la longue liste des questions idiotes que la curiosité intellectuelle gratuite d'un geek comme moi peut amener à se poser, il y a celle de savoir quels points « remarquables » sur la Terre sont aux antipodes l'un de l'autre. C'est, finalement, assez rare (en tout cas si on cherche des points sur la terre ferme), vu combien l'Océan pacifique occupe une part énorme de la surface du globe : l'essentiel des paires antipodales terre-terre sont en Asie du Sud-Est (Indonésie, Philippines, Cambodge, Viêt Nam, Sud et Est de la Chine…) versus Amérique du Sud (Colombie, Équateur, Argentine, Chili…) ; il y a aussi des bouts en Sibérie et au nord du Canada qui sont aux antipodes de l'Antarctique, mais bon, l'Antarctique c'est pas bourré de points remarquables ; quelques îles importantes du Pacifique (comme la Nouvelle-Calédonie) sont aux antipodes de l'Afrique ; et sinon, la Nouvelle-Zélande tombe en plein sur les antipodes de l'Espagne. Ensuite, bien sûr, il faut définir ce qu'on appelle remarquable.

Ce soir j'ai décidé de prendre un ordinateur et de procéder de façon un peu scientifique sur la question : j'ai pris une base de données PostGIS de villes et autres lieux nommés sur la Terre (en fait deux : l'une venant de VMAP0, j'en ai déjà parlé, l'autre étant la World Cities Population Database, qui est vieille et de mauvaise qualité mais a le bon goût de fournir la valeur de la population, ce qui permet de rechercher les villes de plus de tant d'habitants[#]). Résultat, j'ai trouvé les paires antipodales ou quasi-antipodales suivantes :

Peut-être que 200km près ça ne vous impressionne pas trop, mais essayez d'en trouver d'autres (avec des villes connues, quand même !), vous verrez, ce n'est pas facile. Et le Club Contexte trouve amusant qu'il y ait deux Hamilton dans cette liste.

Ensuite, j'ai cherché à trouver trois villes telle que la plus courte distance entre deux des trois soit la plus longue possible (autrement dit le triangle sphérique dont le plus court côté soit le plus long possible, vous suivez ?). Bon, en fait ça n'a pas l'air passionnant, comme problème, mais j'ai une réponse avec pas loin de 13300km : Honiara (capitale des Îles Salomon), Maseru (capitale du Lesotho) et Ottawa (capitale du Canada) — elles sont donc situées à pas loin d'un tiers de grand cercle chacune des deux autres. (Faire dans les 11000km ce n'est pas dur : Paris-Jakarta-Buenos Aires, par exemple.) L'étape suivante, ce serait de trouver quatre grandes villes maximisant la plus courte distance entre deux quelconques (donc proches d'être en tétraèdre), mais ça a l'air compliqué à programmer, ça.

[#] Voici une base de données beaucoup plus complète des villes du monde, avec plus de deux et demi millions d'entrées (c'est-à-dire en gros jusqu'à des bleds de quelques milliers voire quelques centaines d'habitants) : c'est beaucoup trop, et comme il n'y a aucune indication de population, on n'est guère avancé avec tout ça ! Enfin, j'y apprends quand même que la ville de la planète la plus éloignée de là où je suis est Ouwenga, sur les Îles Chatham en Nouvelle-Zélande.

(mercredi)

L'argent, la dette, tout ça

Hier soir je suis tombé par hasard sur deux reportages sur Arte consacrés pour l'un à l'endettement aux États-Unis et pour l'autre à l'économie de la dette publique. L'occasion de comprendre certains phénomènes d'économie qui n'ont jamais été parfaitement clairs pour moi (je cherche d'ailleurs un livre d'introduction à ces sujets qui soit didactique sans être pipo). Quelques idées que je retiens, en complétant avec des informations trouvées en ligne (et où j'ai malheureusement sans doute ajouté beaucoup d'erreurs ou d'imprécisions) :

[#] Encore quelque chose qui est souvent très mal expliqué et que j'aimerais mieux comprendre : comment fonctionne la création de la monnaie. Comme beaucoup de gens, j'avais en tête jusque récemment l'idée que c'est le monopole des banques centrales — c'est faux, en vérité toutes les banques créent de la monnaie dès qu'elles accordent un prêt (puisque toutes les banques, actuellement, prêtent plus que leurs dépôts à la banque centrale). La banque centrale n'a que le monopole de l'émission de la monnaie fiduciaire (les billets), ce qui n'est pas très important, et encore pas toujours, d'ailleurs de nos jours la Banque d'Angleterre n'a pas le monopole de l'émission des billets en livres sterling, la Bank of Scotland et la Royal Bank of Scotland (que le Club Contexte félicite au passage pour leurs noms) ainsi que la Clydesdale bank en impriment aussi même s'il s'agit de sommes ridiculement faibles.


Sinon, ça n'a absolument aucun rapport, mais la note ci-dessus me fait penser qu'il faudra un jour que le Club Contexte vous raconte la différence de statut entre (a) l'Angleterre, l'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord, qui sont les pays constituant l'État souverain du Royaume-Uni, (b) les quatorze territoires britanniques d'outre-mer (comme les Bermudes), qui sont des dépendances du Royaume-Uni sans faire partie du Royaume-Uni (ni d'ailleurs de l'Union européenne — sauf pour Gibraltar), (c) les bailliages de Jersey et Guernesey et l'Île de Man, qui sont des dépendances de la Couronne britannique sans être des dépendances du Royaume-Uni mais pas non plus des États souverains, et enfin (d) les seize royaumes du Commonwealth (comme le Canada et l'Australie) qui sont des États souverains ayant le même monarque que le Royaume-Uni (tout en soulignant que les royaumes du Commonwealth n'ont a priori rien à voir avec (e) les États membres du Commonwealth, il se trouve simplement que les seize royaumes du Commonwealth sont effectivement membres du Commonwealth, mais il y en a d'autres comme l'Inde ou l'Afrique du Sud). Le Club Contexte tient à féliciter la Couronne britannique pour toutes ces subtilités byzantines et incompréhensibles. (Remarquez cependant que les distinctions de statuts dans les DOM-TOM français ne sont pas loin derrière en matière de complexité.)

(Tuesday)

ECC errors → mystery solved; watchdog timer

And now for something completely different equally geeky: more about ECC RAM.

First, I'm told that what I called memory sticks should properly be referred to as memory modules (memory sticks are, indeed, something rather different). Well screw the Linux source for confusing me: I should have trusted my feelings in this respect. But no matter.

The mystery of my phony ECC errors has been solved and, of course, the answer is ridiculously simple: my BIOS was in a quick boot mode in which it does not initialize RAM at startup, so there was bogus ECC data causing numerous errors as long as the regions in question were not written to. (Part of the mystery remains, however: if these regions of RAM had never been written to, why ever were they being read? They couldn't possibly contain anything useful… I suspect one of two things: either entire pages were being read, because that's simpler, or else a memory bus read operation always addresses a certain quantity (perhaps 128 bytes) which is greater than a write operation, so bogus data was being read at the edge of previously written valid data.)

The silver lining of this is that now I know the ECC reporting mechanism works, and I was able to use this to test a little ECC-checking Perl script I wrote for my chipset under Linux (you can find it here). So if an error is detected or corrected on one of three computers I administer which have ECC RAM, I will get an email telling me about it. I feel my files are much safer now. ☺

Also along the lines of improving computer reliability, I discovered (almost by accident) that the same three computers, as with most recent Intel chipsets, have a hardware watchdog feature—which I activated. This means that if the computer hangs up, the hardware will detect it (once the watchdog is started, it needs to be pinged at regular intervals) and cause a reboot. Hopefully this means I will no longer (or not so often) need to email my mother and ask her to reboot the computer in my room in Orsay. 😉

(Saturday)

Memory sticks, ECC, and northbridge oddities

I just upgraded my home PC's RAM with four (Kingston) 1GB memory sticks (the older sticks will go in another PC). DDR2 ECC RAM isn't easy to come by in the Chinese-owned computer hardware shops (that's Chinese-owned computer-hardware-shops, not Chinese-owned-computer hardware-shops 😉) of Paris's rue Montgallet, so I bought them online from RAMShopping.fr. Perhaps I didn't really need 4GB (it's strange to think that I now have as much RAM in my PC now as I had hard disk space in '97), but disk cache is always useful—and since the PC in question operates in 64-bit mode there is no reason not to go beyond 3GB.

Of course, there is a rule of the Universe which says that the first time memory sticks are inserted in their socket they will always fail because they weren't pushed hard enough (even if the plastic thingy clicked satisfactorily). I still don't understand why they can't put a minimal amount of very slow fail-safe RAM directly on the motherboard which would enable the BIOS to boot enough to print your system RAM is not responding or something: the first time I tried, the machine beeped forever on boot, and the second time it didn't even do that—I had to unplug every cable on the computer, lay it horizontally, and reinsert the sticks in the socket, before the system finally agreed to boot successfully.

My chipset's northbridge (an Intel 82955X) is ECC-capable (otherwise there would be little point in buying ECC RAM, of course), so I'd like to have a Linux driver to warn of (corrected or detected) ECC errors. Unfortunately, no driver presently seems to exist, even though the chipset's specs are public. I thought I might try writing one myself: but the chip is reacting in a bizarre way that I can't make sense of—it constantly reports multiple-bit ECC errors (as well as LOCK to Non-DRAM Memory errors, something I can't quite make sense of), even though an extensive memory test shows nothing wrong. And these errors seem to occur in somewhat magical-seeming memory locations, like, just before or just after a gigabyte-boundary: 0xff6bb980 (which may, or may not, really mean 0x13f6bb980, because there's the PCI I/O space at 0xc00000000xffafffff or something), 0xffc7db00, 0xffc86080, 0xbffe5000, 0xe8bd2f80, 0x00750580—not randomly like one might expect from faulty RAM (and the previous memory sticks gave a similar result, but at different memory locations such as 0x3ffe5000). So I think there's nothing wrong with the RAM itself, but I can't figure out what these error messages codes and, more importantly, how I can filter them out to prevent them from hiding the potential real ECC errors.

vega david ~ $ sudo lspci -xxx -s 0:0.0
00:00.0 Host bridge: Intel Corporation 955X Express Memory Controller Hub (rev 81)
00: 86 80 74 27 06 00 90 20 81 00 00 06 00 00 00 00
10: 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
20: 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 43 10 78 81
30: 00 00 00 00 e0 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
40: 01 90 d1 fe 01 40 d1 fe 05 00 00 f0 01 80 d1 fe
50: 00 00 02 00 03 00 00 00 01 50 fe bf ff 00 00 00
60: 00 30 d1 fe 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
70: 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
80: 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
90: 10 11 11 11 11 33 33 00 40 00 4f 00 c0 0a 38 00
a0: 20 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
b0: 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00
c0: 00 00 00 00 00 00 00 00 03 02 00 00 00 00 00 00
d0: 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 00 20 01 00 00
e0: 09 00 09 21 c9 40 1a 98 0c 00 00 00 00 00 00 00
f0: 00 00 00 00 00 00 00 00 86 0f 01 00 00 00 00 00

(Here the northbridge is indicating a multiple-bit ECC error and a LOCK to Non-DRAM Memory error, at memory location 0xbffe5000—which seems quite normal when I look at it.)

I wonder how I could find some more detailed information on my memory controller than given on Intel's datasheet.


Incidentally, I added a little JavaScript magic to this blog's comment system so that comments' dates are now displayed in the client's timezone (rather than UTC).

(jeudi)

En bref, en vrac et en éclectique

Mes cartons de déménagement sont arrivés rue Dareau, et mes livres sont en bon état (ouf !) ; par contre, je n'ai pas fini de trier tout ça. ⁂ Aujourd'hui je suis rentré pour la première fois chez Mariage Frères, le marchand français de thé de luxe, où mon copain voulait s'acheter du lapsang souchong (un thé fumé) ; il faut admettre que la variété de leur catalogue est impressionnante (même s'ils n'ont pas de Lipton Yellow 😉) ; les prix aussi sont impressionnants, pour certains). ⁂ Aujourd'hui aussi, j'ai vu The Bourne Ultimatum, ce n'est pas trop mal à part une vraiment trop longue séquence sur les toits de Tanger et une autre de poursuite en voiture à New York ; mais je trouve amusant qu'on puisse encore, après le 11 septembre faire recette du mème que les services de renseignement sont omniprésents et ultracompétents (et qu'il suffit d'appuyer sur deux touches sur un ordinateur pour lui faire lister tous les agents qui ont laissé leur téléphone éteint toute la journée du <tel jour>). ⁂ Parlant du 11 septembre, vous avez remarqué que Monsieur Ben Laden, quand il commémore cette date, il le fait dans le calendrier grégorien ? s'il était un bon musulman, il enverrait son message de 6e anniversaire non pas pour le 11 septembre 2007 mais pour le 8 juillet, puisque c'est ça la bonne date (23, جمادى الآخرة) dans le calendrier qu'il est censé utiliser, M. Ben Laden : il va falloir lui rappeler les versets 9:36–37 du Coran, à M. Ben Laden, tsk, tsk. ⁂ Toujours dans les calendriers, cette année le début du Ramadan coïncide avec Rosh Hashanah. ⁂ [Via Boingboing] Le kilogramme maigrit, c'est catastrophique. ⁂ Il m'a pris la bizarre idée d'essayer de manipuler du XML en Perl (via XML::LibXML), et c'est absolument ignoble.

(dimanche)

Déménagement informatique

Normalement vous ne devriez rien remarquer de particulier, mais ce site Web a été déménagé sur un nouveau serveur (aldebaran.⁂.net… ah non, pardon, aldebaran.dedibox-sucks.com) : même si l'explosion du précédent serveur n'a pas eu lieu comme prévu (ou en tout cas pas aussi rapidement), j'ai quand même trouvé plus prudent de migrer sans tarder. Si vous voyez une différence significative ou un lien subitement cassé, c'est probablement une erreur de ma part, signalez-la moi. (Normalement j'ai fait attention à tout, y compris aux commentaires, aux torrents hébergés ici et autres bizarreries, mais on ne sait jamais, c'est si facile d'oublier un détail.)

Ce n'est cependant qu'un déménagement informatique facile, par rapport à un autre qui m'attend : décider ce que je fais, au final, pour mon adresse mail. Actuellement je lis mon adresse mail à l'ENS comme auparavant, et je lis celle à l'ENST via un webmail malcommode : je ne me suis pas encore décidé à rediriger l'ancienne vers la nouvelle par peur d'avoir mal prévu les conséquences de l'avalanche de spam qui s'y déverserait alors (mon filtre à spam actuel n'est pas trop trop mal réglé, je suis donc prudent avant d'engager tout changement). Une solution possible serait de tout rediriger sur une adresse @madore.org, mais là ce qui me fait peur c'est de ne pas arriver à maintenir le serveur (et le domaine) vivant de façon continue et pérenne. Du coup je suis un peu paralysé par l'indécision.

(vendredi)

Déménagement

Aujourd'hui j'ai fait mes cartons : j'ai rassemblé tous les livres et l'essentiel des papiers[#] qui s'étaient accumulés[#2] dans mon bureau au 45 rue d'Ulm et je les ai entassés dans cinq cartons (de petit volume mais très lourd poids). Lesquels seront transportés au 37–39 rue Dareau dans environ une semaine. J'ai un peu peur qu'ils soient abîmés pendant l'opération : il faut dire que j'y tiens beaucoup, à mes livres de maths. J'en ai profité pour trier un peu mes papiers (comme les je-ne-sais-combien de lettres d'universités qui me disent que ma candidature n'a pas été retenue pour le poste truc-chose, ou les arrêtés divers et variés que le ministère m'envoie avec amour[#3]).

Avec toutes les choses que j'ai eu à faire cette semaine, j'ai un petit peu fait connaissance de mes nouveaux collègues, mais je n'ai guère eu le temps de visiter l'école (je n'ai même pas encore mis les pieds en bibliothèque, par exemple). J'ai quand même découvert la cantine, qui est assez semblable à celle d'où je viens mais un peu moins chère (pour moi) et avec une plus jolie vue (sur la vallée de la Bièvre ☺). Ça reste un peu labyrinthique à mes yeux : je me demande combien de temps il faudra pour que je connaisse tous les recoins comme je connais ceux de l'ENS. Je n'ai pas encore cherché à savoir pour les heures d'accès. Et je n'ai pas encore vraiment vu à quoi ressemblaient les élèves (pour l'instant, ils sont en train de s'intégrer).


Aucun rapport : je suis tombé (via Boing Boing) sur cet essai très intéressant à lire (quoique brouillon) sur l'évolution de l'esthétique du Web. Que vous vous souveniez ou non (et avec nostalgie ?) des années '90, de leur choix douteux de polices et de couleurs, et du bienvenue sur ma home page avec fond étoilé et bouton en construction jaune et noir, ça vaut la peine de regarder ce truc. L'histoire de l'informatique ce n'est pas qu'une histoire des logiciels et des standards, c'est aussi une histoire des coutumes !


[#] Enfin, ceux qui ne sont pas partis à la poubelle, parce que j'ai fait un carton-poubelle à peu près aussi rempli que les autres.

[#2] C'est fou la quantité de choses qu'on peut accumuler en trois ans… bon, le papier ça ne me surprend pas trop, mais les livres, quand je pense qu'il a fallu les acheter ça me fait un peu peur d'en voir le nombre. (Ils n'ont pas été achetés en trois ans, cependant : ma phrase est peut-être mal formulée, ils ont été accumulés dans mon bureau en trois ans et achetés sur une douzaine d'années.)

[#3] Le suivi de ma situation d'agrégé est assez amusant : de 1998 (date à laquelle j'ai passé l'agreg) à 2000 (où j'ai quitté l'ENS) j'étais en report de nomination, de 2000 à 2003 (monitorat à Orsay) j'étais stagiaire en congé spécial, de 2003 à 2004 (ATER à Orsay) j'étais titulaire détaché à l'Université de Paris-Sud XI, de 2004 à 2007 j'étais affecté hors académie à l'ENS, et maintenant je suis de nouveau détaché, cette fois auprès du GET. Chacun de ces changements de situation m'a valu au moins un arrêté ministériel nominatif.

(lundi)

Prise de fonctions

Voilà, j'ai signé mon contrat, et j'ai pris possession de mon bureau : ce dernier n'est pas aussi grand que celui à l'ENS mais il est plus confortable. Je ne suis — au moins temporairement — pas sur le site principal rue Barrault, mais sur une annexe rue Dareau (à 800m de là à vol d'oiseau, soit quelque chose comme 1200m de chez moi). Le Club Contexte félicite d'ailleurs l'École d'avoir des locaux rue [baʀo] et d'autres rue [daʀo], ça aide vraiment bien à comprendre. 😕 Toujours est-il que de ma fenêtre je vois passer les trains du RER B, c'est rigolo. Ah, et il y a les plaisirs du geek à être dans une grande école de télécommunications : on a de l'IPv6 natif au bureau (2001:660:330f::/48) et un serveur NTP de strate 1. ☺

Plus sérieusement, dans l'immédiat je n'ai guère de charge d'enseignement donc je vais pouvoir me concentrer sur ma recherche, et avant tout sur le fait de bien comprendre l'état de l'art en ce qui concerne les applications de la géométrie algébrique à la crypto.

PS : Mon nom apparaît déjà dans la page Web du département. Pas mal.

(samedi)

Rentrée, cartographie

Il paraît que depuis aujourd'hui je ne suis plus à l'ENS. Je dis il paraît parce que je n'ai pas vu moi-même mon arrêté de détachement (je suis censé en récupérer une copie lundi, apparemment c'est la procédure standard), mais le ministère m'a dit l'avoir pris le 20 août et il a été bien reçu au GET où je vais après-demain signer mon contrat (qui sera rétroactif de deux jours, donc).

Pour ce qui est des modalités pratiques de ce que je vais faire comme enseignement à Télécom, en revanche, je n'ai guère de détails. J'ai donné mon accord pour enseigner des probas, mais je ne sais pas comment ça va se passer concrètement, quand a lieu la rentrée des élèves, etc. J'aurai sans doute plus de précisions bientôt, mais en vérité je suis un peu anxieux.


Pour passer la fin de mes vacances, je fais joujou avec de la cartographie. Par exemple, j'ai appris l'existence d'un ensemble de données cartographiques et géographiques mondiales (physiques et politiques) libres de droit (car développé par le gouvernement américain) avec une précision comparable à celles de cartes à 1:1000000 (donc sans énormément de détails à l'intérieur des pays, mais très bien pour des cartes à niveau planétaire), VMAP0. Et avec la bibliothèque Mapnik on peut transformer ces données en des cartes pas trop moches. Le problème majeur, c'est que tout ça est extrêmement mal documenté (aussi bien VMAP0 que Mapnik), déjà il faut convertir les données d'un format pourri vers un autre format pourri en utilisant des commandes passablement arcanes (heureusement que quelqu'un a trouvé la formule magique avant moi, parce que je n'aurais pas deviné), ensuite il faut essayer au hasard les commandes pour créer la carte, faute du moindre manuel. J'ai réussi à produire un truc comme ça (les lignes en gris sont des lignes de chemin de fer, les lignes rouges sont des limites de régions) :

[Carte d'Europe de l'Ouest]

…mais il y a des gros bugs, par exemple il semble avoir décidé que le Danemark n'existait pas et qu'il n'y avait pas de chemins de fer au nord de l'Angleterre (la raison en est probablement qu'il ne sait pas où arrêter les données, peut-être parce qu'il est perturbé à cause de la projection utilisée, en l'occurrence UTM fuseau 31 ; mais je soupçonne plutôt que la faute en est à ma mauvaise utilisation du truc qu'à de vrais bugs).

Continue to older entries. / Continuer à lire les entrées plus anciennes.


Entries by month / Entrées par mois:

2017 Jan 2017 Feb 2017
2016 Jan 2016 Feb 2016 Mar 2016 Apr 2016 May 2016 Jun 2016 Jul 2016 Aug 2016 Sep 2016 Oct 2016 Nov 2016 Dec 2016
2015 Jan 2015 Feb 2015 Mar 2015 Apr 2015 May 2015 Jun 2015 Jul 2015 Aug 2015 Sep 2015 Oct 2015 Nov 2015 Dec 2015
2014 Jan 2014 Feb 2014 Mar 2014 Apr 2014 May 2014 Jun 2014 Jul 2014 Aug 2014 Sep 2014 Oct 2014 Nov 2014 Dec 2014
2013 Jan 2013 Feb 2013 Mar 2013 Apr 2013 May 2013 Jun 2013 Jul 2013 Aug 2013 Sep 2013 Oct 2013 Nov 2013 Dec 2013
2012 Jan 2012 Feb 2012 Mar 2012 Apr 2012 May 2012 Jun 2012 Jul 2012 Aug 2012 Sep 2012 Oct 2012 Nov 2012 Dec 2012
2011 Jan 2011 Feb 2011 Mar 2011 Apr 2011 May 2011 Jun 2011 Jul 2011 Aug 2011 Sep 2011 Oct 2011 Nov 2011 Dec 2011
2010 Jan 2010 Feb 2010 Mar 2010 Apr 2010 May 2010 Jun 2010 Jul 2010 Aug 2010 Sep 2010 Oct 2010 Nov 2010 Dec 2010
2009 Jan 2009 Feb 2009 Mar 2009 Apr 2009 May 2009 Jun 2009 Jul 2009 Aug 2009 Sep 2009 Oct 2009 Nov 2009 Dec 2009
2008 Jan 2008 Feb 2008 Mar 2008 Apr 2008 May 2008 Jun 2008 Jul 2008 Aug 2008 Sep 2008 Oct 2008 Nov 2008 Dec 2008
2007 Jan 2007 Feb 2007 Mar 2007 Apr 2007 May 2007 Jun 2007 Jul 2007 Aug 2007 Sep 2007 Oct 2007 Nov 2007 Dec 2007
2006 Jan 2006 Feb 2006 Mar 2006 Apr 2006 May 2006 Jun 2006 Jul 2006 Aug 2006 Sep 2006 Oct 2006 Nov 2006 Dec 2006
2005 Jan 2005 Feb 2005 Mar 2005 Apr 2005 May 2005 Jun 2005 Jul 2005 Aug 2005 Sep 2005 Oct 2005 Nov 2005 Dec 2005
2004 Jan 2004 Feb 2004 Mar 2004 Apr 2004 May 2004 Jun 2004 Jul 2004 Aug 2004 Sep 2004 Oct 2004 Nov 2004 Dec 2004
2003 May 2003 Jun 2003 Jul 2003 Aug 2003 Sep 2003 Oct 2003 Nov 2003 Dec 2003