David Madore's WebLog: 2022-05

Vous êtes sur le blog de David Madore, qui, comme le reste de ce site web, parle de tout et de n'importe quoi (surtout de n'importe quoi, en fait), des maths à la moto et ma vie quotidienne, en passant par les langues, la politique, la philo de comptoir, la géographie, et beaucoup de râleries sur le fait que les ordinateurs ne marchent pas, ainsi que d'occasionnels rappels du fait que je préfère les garçons, et des petites fictions volontairement fragmentaires que je publie sous le nom collectif de fragments littéraires gratuits. • Ce blog eut été bilingue à ses débuts (certaines entrées étaient en anglais, d'autres en français, et quelques unes traduites dans les deux langues) ; il est maintenant presque exclusivement en français, mais je ne m'interdis pas d'écrire en anglais à l'occasion. • Pour naviguer, sachez que les entrées sont listées par ordre chronologique inverse (i.e., la plus récente est en haut). Cette page-ci rassemble les entrées publiées en mai 2022 : il y a aussi un tableau par mois à la fin de cette page, et un index de toutes les entrées. Certaines de mes entrées sont rangées dans une ou plusieurs « catégories » (indiqués à la fin de l'entrée elle-même), mais ce système de rangement n'est pas très cohérent. Le permalien de chaque entrée est dans la date, et il est aussi rappelé avant et après le texte de l'entrée elle-même.

You are on David Madore's blog which, like the rest of this web site, is about everything and anything (mostly anything, really), from math to motorcycling and my daily life, but also languages, politics, amateur(ish) philosophy, geography, lots of ranting about the fact that computers don't work, occasional reminders of the fact that I prefer men, and some voluntarily fragmentary fictions that I publish under the collective name of gratuitous literary fragments. • This blog used to be bilingual at its beginning (some entries were in English, others in French, and a few translated in both languages); it is now almost exclusively in French, but I'm not ruling out writing English blog entries in the future. • To navigate, note that the entries are listed in reverse chronological order (i.e., the most recent is on top). This page lists the entries published in May 2022: there is also a table of months at the end of this page, and an index of all entries. Some entries are classified into one or more “categories” (indicated at the end of the entry itself), but this organization isn't very coherent. The permalink of each entry is in its date, and it is also reproduced before and after the text of the entry itself.

[Index of all entries / Index de toutes les entréesLatest entries / Dernières entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents]

Entries published in May 2022 / Entrées publiées en mai 2022:

↓Entry #2719 [older| permalink|newer] / ↓Entrée #2719 [précédente| permalien|suivante] ↓

(mercredi)

Quelques réflexions sur l'énergie nucléaire

Je dois dire avant toute chose que j'écris cette entrée assez à reculons. Le sujet m'emmerde : or si je tiens un blog c'est quand même pour raconter des choses qui m'amusent, ou au moins que je viens d'apprendre et que je veux noter avant de les oublier, et rien de tout ça n'est le cas ici. Le sujet m'emmerde comme m'emmerdent en général les sujets polémiques mais importants (i.e., politiques), parce qu'il il faut travailler pour en parler sérieusement, et on sait qu'on va se faire attaquer ce qui est toujours déplaisant. Or j'ai déjà suffisamment donné dans l'emmerdement par le fait de démêler les conneries sur le dernier virus à la mode de ces deux dernières années, et c'était vraiment usant de devoir m'engueuler à ce sujet. Le sujet m'emmerde d'autant plus qu'il obsède mon poussinet, et du coup nous nous frittons assez souvent à ce sujet, pas à cause de désaccords de fond mais parce qu'il me fatigue à tout ramener à ça, par exemple à ne juger les programmes politiques que pour leur volet nucléaire, à l'exclusion de toute autre considération. Le sujet m'emmerde aussi parce qu'il y a déjà plein de gens qui ont écrit des choses très bien à ce sujet et qu'il faut donc faire le choix entre redire en moins bien ce qu'ils ont déjà dit ou bien insérer les petites remarques complémentaires que je veux faire dans un tissu de pointeurs qui n'est pas très attirant non plus. Mais bon, ça fait quelque chose comme 14 ans que je promets d'en parler, et au bout d'un moment le sens du devoir doit prendre le dessus. Bref, parlons un peu du nucléaire. Mais comme j'ai écrit cette entrée à reculons, j'ai plusieurs fois perdu le fil de mes pensées, et ça doit se voir au plan assez décousu, aux changements de ton (selon mon humeur quand j'écrivais), et aux nombreuses redites ; j'ai quand même essayé de structurer le titre en ajoutant des petits intitulés (alignés à droite pour ne pas trop couper le fil d'un texte écrit d'un seul tenant), une technique que j'avais déjà utilisée auparavant.

☛ Quelques liens pour commencer

Avant tout, parmi les choses que je peux signaler sur le sujet qui sont bien faites (i.e., beaucoup mieux que ce qui va suivre), et qui ne sont pas trop suspectes d'être partisanes, il y a cette vidéo destinée au grand public de la toujours excellente chaîne de vulgarisation Kurzgesagt (si vous ne connaissez pas Kurzgesagt, regardez au moins pour les petits dessins très mignons ; mais ça ne les empêche pas d'être sérieux et de citer leurs sources), et celle-ci de la très bonne vulgarisatrice Sabine Hossenfelder (sans dessins mignons, mais qui fait aussi l'effort d'avoir cherché des sources précises, et de les lister, dans la description de la vidéo sur YouTube). Et bien sûr, une méta-source utilisée par les deux, et qu'on ferait bien de consulter directement, est la page consacrée à l'énergie nucléaire de l'extraordinaire site OurWorldInData, qui contient tout un tas de chiffres pertinents, entre la production d'énergie nucléaire dans le monde, et les estimations de morts causées par différentes formes d'énergie. La section 6.4.2.4 Nuclear Energy (p. 6-34) de la partie WG III (Mitigation of Climate Change) du sixième rapport d'évaluation d'avril 2022 du GIEC (oui, la nomenclature est compliquée) est également digne d'intérêt.

☛ Quelques chiffres

Mais la question du nucléaire prend une tournure assez différente et, disons, plus aiguë, en France, qui est le pays du monde produisant la part la plus importante de son énergie (69% de l'énergie électrique, 36% de l'énergie primaire) par ce mode de production, ce qui explique que l'énergie électrique en France soit si faiblement carbonée (68gCO₂/kWh pour la France en 2021, contre 364gCO₂/kWh pour l'Allemagne ou 657gCO₂/kWh pour la Pologne : les pays européens qui font mieux que la France sont les pays disposant d'une abondante énergie hydroélectrique ; source ici). Ce chiffre n'est pas tout (en émissions totales de CO₂ basées sur la consommation, la France fait 6.48tCO₂/hab/an contre 9.88tCO₂/hab/an pour l'Allemagne, c'est plus serré, ce qui nous rappelle que l'électricité n'est pas tout ; source ici), mais il est néanmoins très significatif à une époque où l'objectif écologique prioritaire doit être de diminuer autant que possible nos émissions de gaz à effet de serre, et aussi où la part de l'électricité dans l'ensemble de notre consommation énergétique doit être amenée (en conséquence) à augmenter considérablement. (On ne va pas remplacer les véhicules thermiques par des véhicules électriques sans produire nettement plus d'électricité.) Il est donc inévitable de mentionner immédiatement le fait que le nucléaire nous donne accès à une large quantité d'énergie électrique presque entièrement décarbonée (il y a quelques émissions dues à la construction des centrales et à la production du combustible, mais elles sont comparables aux émissions de l'éolien), et pilotable qui plus est (je vais revenir sur ce point important).

☞ Deux sortes de critiques

Pourquoi, donc, la critique-t-on au point que certains appellent à s'en passer, à plus ou moins long terme ?

Je veux distinguer deux catégories de critiques adressées au nucléaire, parce qu'elles sont de nature assez différente et surtout, avancées à des fins assez différentes. La première catégorie concerne essentiellement les questions de sécurité, et de gestion des déchets radioactifs. La seconde catégorie porte sur des problèmes tels que : la disponibilité du combustible à long terme, le coût économique (du minerai et de la construction des centrales), les délais (de construction), etc. De façon simplifiée, la première catégorie d'objections est mise en avant par des organisations ou des individus qui sont idéologiquement opposés au nucléaire (p.ex., Greenpeace) ; la seconde catégorie par des opposants moins idéologiques (ou par des gens qui ne sont pas du tout opposants, mais simplement reconnaissent qu'il n'y a pas de remède magique aux problèmes de l'énergie).

↑Entry #2719 [older| permalink|newer] / ↑Entrée #2719 [précédente| permalien|suivante] ↑

↓Entry #2718 [older| permalink|newer] / ↓Entrée #2718 [précédente| permalien|suivante] ↓

(jeudi)

Histoire des droits en Europe de Jean-Louis Halpérin

Je viens de finir de lire le livre Histoire des droits en Europe (de 1750 à nos jours) de Jean-Louis Halpérin (dans sa nouvelle édition sortie en 2020, collection Champs Histoire chez Flammarion). Peut-être est-il pertinent pour la critique qui va suivre de préciser que je l'ai lu aux toilettes. Ce n'est pas un reproche ni une façon de dire que le droit m'emmerde : c'est juste que je laisse volontiers dans mes toilettes des livres dont la structure se plie sans trop de problème au fait que je pourrai reprendre et interrompre la lecture à n'importe quel moment. Il se trouve par ailleurs que j'aime bien lire, en dilettante, des choses sur l'histoire du droit ou le droit comparé (cf. par exemple cette entrée ou celle-ci), ce qui peut expliquer des choix un peu inattendus : un de mes amis rigolait de voir le livre Histoire du droit pénal et de la justice criminelle de Jean-Marie Carbasse dans mes toilettes, mais il était plus aride que celui dont je veux parler ici.

Le livre de Halpérin entreprend une tâche assez titanesque : dresser un portrait comparé de l'histoire des droits en Europe depuis le début de la période contemporaine. C'est-à-dire que malgré la restriction sur l'époque (seulement depuis 1750, même s'il y a quelques évocations rapides des périodes antérieures) et sur la géographie (l'Europe), il s'agit de faire rien de moins que l'histoire de toutes les branches du droit dans tous les pays d'Europe depuis deux siècles et demi. C'est assez fou, et il faut admettre qu'il ne s'en tire pas mal. Forcément, traiter quelque chose d'aussi colossal en moins de 500 pages format poche oblige à s'en tenir au minimum, mais il réussit assez bien la synthèse, et j'ai appris beaucoup de choses intéressantes, — que je me suis empressé d'oublier.

Je ne sais pas bien quel est le public visé. Étudiants en droit ? sans doute pas, parce que l'auteur n'utilise pas le plan ultra-analytique typique des ouvrages de droit français, copié sur les textes de codes, divisés en parties, titres, chapitres, sections et autres subdivisions sans intitulé jusqu'au paragraphes numérotés consécutivement comme si c'étaient des articles de code (hiérarchie qui rappelle un peu l'étiquetage des degrés de la classification du vivant) : le livre de Halpérin est juste divisé en parties et en chapitres, pas plus. Étudiants en histoire peut-être plutôt, parce qu'il ne parle pas de ce que dit le droit mais aussi des relations entre les droits et la société, l'histoire des combats pour obtenir tel ou tel droit (même si ce n'est pas le cœur de son sujet), etc. Ou simplement le grand public : le livre est tout à fait lisible par tout le monde, même si évidemment tout le monde ne le trouvera pas forcément très intéressant.

La principale difficulté a manifestement dû être d'établir un plan : quand il y a au moins trois grandes dimensions à parcourir simultanément (la branche du droit, le pays et la période historique), il n'est pas évident de savoir dans quel ordre prendre les choses ! Faire une partie par branche du droit ? Suivre un plan strictement chronologique, quitte à passer sans arrêt d'un domaine à un autre ? Traiter les pays ou les groupes de pays les uns à la suite des autres ? Ici, il a choisi un compromis entre le plan thématique et le plan chronologique : la première partie (le renouvellement du cadre normatif) parle de la transition des anciens régimes vers des institutions parlementaires et aussi du mouvement de codification du droit, jusque, en gros, la première guerre mondiale ; la seconde partie (attentes sociales et orientation du droit) traite en autant de chapitres du développement et de l'évolution du droit du travail, du droit commercial, du droit de la famille et des personnes, et de l'organisation du droit lui-même (pensée et professions juridiques) sur une période qui va très grossièrement de 1850 à la première guerre mondiale (même s'il déborde dans un sens ou dans l'autre selon ce qui est pertinent pour le sujet évoqué) ; la troisième partie (ruptures et divergences) évoque essentiellement la période de 1914 à 1945 et s'organise par types de pays (URSS, états libéraux, états fascistes ou fascisants) ; enfin, la quatrième partie (confluences et pluralismes) traite de l'après seconde guerre mondiale selon une organisation thématique (démocratie, état-providence, droit des personnes, naissance du droit européen). Une annexe vient compléter le tout en évoquant très brièvement quelques thèmes transversaux : droit des étrangers, mariage (un thème déjà évoqué à plusieurs reprises dans le corps du livre), organisation et procédure administrative, organisation judiciaire, peine de mort, prisons, procédure civile, procédure pénale. Je trouve qu'avoir réussi à organiser tant de choses dans un plan qui, finalement, tient assez bien la route, est en soi presque un exploit.

L'exercice, bien sûr, a ses limites : si je devais retrouver quelque chose, je crois que j'aurais du mal (malgré un index très — presque trop — fourni). Mais le plan a la vertu qu'on peut lire le livre d'un bout à l'autre sans avoir l'impression d'une trop grande aridité ni répétition, et qu'on peut aussi picorer dedans sans devoir sans arrêt chercher ce qui a été dit avant sur tel ou tel sujet. (Et, globalement, c'est un livre qui se lit très bien aux toilettes — encore une fois, ce n'est pas un reproche.)

Bon, si j'ai appris beaucoup de choses sur plein de sujets, je me suis empressé de les oublier : à partir de quand et sous quelle forme le droit de grève a-t-il été reconnu dans les différents pays d'Europe ? comment l'égalité des droits entre femmes et hommes s'est-elle mise en place et quand et comment le divorce a-t-il été reconnu ? quand est apparue la notion de société à responsabilité limitée ? quand a-t-on mis en place des élections locales dans les différents pays européens, et à quels niveaux ? Voici quelques unes des questions dont j'ai trouvé des réponses dans ce livre, ainsi que bien d'autres, mais j'ai été incapable de la retenir, parce qu'il y a vraiment trop de complexité historique et géographique (chacun de ces droits a eu une histoire différente d'un pays à un autre, et des spécificités locales). Mais je suis quand même content d'avoir été brièvement moins bête, et certainement d'avoir tué quelques idées fausses au passage.

Vu le faible prix que coûte un livre de poche (16€), et le faible encombrement que cela représente, je pense vraiment pouvoir recommander de l'acheter si on n'a ne serait-ce qu'un peu de curiosité autour de ces questions. Mettez-le aux toilettes, au pire ouvrez-le au hasard, vous apprendrez bien des choses, même si c'est pour les oublier aussitôt.

↑Entry #2718 [older| permalink|newer] / ↑Entrée #2718 [précédente| permalien|suivante] ↑

Continue to older entries. / Continuer à lire les entrées plus anciennes.


Entries by month / Entrées par mois:

2022 Jan 2022 Feb 2022 Mar 2022 Apr 2022 May 2022 Jun 2022 Jul 2022 Aug 2022 Sep 2022 Oct 2022 Nov 2022
2021 Jan 2021 Feb 2021 Mar 2021 Apr 2021 May 2021 Jun 2021 Jul 2021 Aug 2021 Sep 2021 Oct 2021 Nov 2021 Dec 2021
2020 Jan 2020 Feb 2020 Mar 2020 Apr 2020 May 2020 Jun 2020 Jul 2020 Aug 2020 Sep 2020 Oct 2020 Nov 2020 Dec 2020
2019 Jan 2019 Feb 2019 Mar 2019 Apr 2019 May 2019 Jun 2019 Jul 2019 Aug 2019 Sep 2019 Oct 2019 Nov 2019 Dec 2019
2018 Jan 2018 Feb 2018 Mar 2018 Apr 2018 May 2018 Jun 2018 Jul 2018 Aug 2018 Sep 2018 Oct 2018 Nov 2018 Dec 2018
2017 Jan 2017 Feb 2017 Mar 2017 Apr 2017 May 2017 Jun 2017 Jul 2017 Aug 2017 Sep 2017 Oct 2017 Nov 2017 Dec 2017
2016 Jan 2016 Feb 2016 Mar 2016 Apr 2016 May 2016 Jun 2016 Jul 2016 Aug 2016 Sep 2016 Oct 2016 Nov 2016 Dec 2016
2015 Jan 2015 Feb 2015 Mar 2015 Apr 2015 May 2015 Jun 2015 Jul 2015 Aug 2015 Sep 2015 Oct 2015 Nov 2015 Dec 2015
2014 Jan 2014 Feb 2014 Mar 2014 Apr 2014 May 2014 Jun 2014 Jul 2014 Aug 2014 Sep 2014 Oct 2014 Nov 2014 Dec 2014
2013 Jan 2013 Feb 2013 Mar 2013 Apr 2013 May 2013 Jun 2013 Jul 2013 Aug 2013 Sep 2013 Oct 2013 Nov 2013 Dec 2013
2012 Jan 2012 Feb 2012 Mar 2012 Apr 2012 May 2012 Jun 2012 Jul 2012 Aug 2012 Sep 2012 Oct 2012 Nov 2012 Dec 2012
2011 Jan 2011 Feb 2011 Mar 2011 Apr 2011 May 2011 Jun 2011 Jul 2011 Aug 2011 Sep 2011 Oct 2011 Nov 2011 Dec 2011
2010 Jan 2010 Feb 2010 Mar 2010 Apr 2010 May 2010 Jun 2010 Jul 2010 Aug 2010 Sep 2010 Oct 2010 Nov 2010 Dec 2010
2009 Jan 2009 Feb 2009 Mar 2009 Apr 2009 May 2009 Jun 2009 Jul 2009 Aug 2009 Sep 2009 Oct 2009 Nov 2009 Dec 2009
2008 Jan 2008 Feb 2008 Mar 2008 Apr 2008 May 2008 Jun 2008 Jul 2008 Aug 2008 Sep 2008 Oct 2008 Nov 2008 Dec 2008
2007 Jan 2007 Feb 2007 Mar 2007 Apr 2007 May 2007 Jun 2007 Jul 2007 Aug 2007 Sep 2007 Oct 2007 Nov 2007 Dec 2007
2006 Jan 2006 Feb 2006 Mar 2006 Apr 2006 May 2006 Jun 2006 Jul 2006 Aug 2006 Sep 2006 Oct 2006 Nov 2006 Dec 2006
2005 Jan 2005 Feb 2005 Mar 2005 Apr 2005 May 2005 Jun 2005 Jul 2005 Aug 2005 Sep 2005 Oct 2005 Nov 2005 Dec 2005
2004 Jan 2004 Feb 2004 Mar 2004 Apr 2004 May 2004 Jun 2004 Jul 2004 Aug 2004 Sep 2004 Oct 2004 Nov 2004 Dec 2004
2003 May 2003 Jun 2003 Jul 2003 Aug 2003 Sep 2003 Oct 2003 Nov 2003 Dec 2003

[Index of all entries / Index de toutes les entréesLatest entries / Dernières entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents]