David Madore's WebLog: 2016-08

This WebLog is bilingual, some entries are in English and others are in French. A few of them have a version in either language. Other than that, the French entries are not translations of the English ones or vice versa. Of course, if you understand only English, the English entries ought to be quite understandable without reading the French ones.

Ce WebLog est bilingue, certaines entrées sont en anglais et d'autres sont en français. Quelques-unes ont une version dans chaque langue. À part ça, les entrées en français ne sont pas des traductions de celles en anglais ou vice versa. Bien sûr, si vous ne comprenez que le français, les entrées en français devraient être assez compréhensibles sans lire celles en anglais.

Note that the first entry comes last! / Notez que la première entrée vient en dernier !

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entries published in August 2016 / Entrées publiées en août 2016:

(mercredi)

De la difficulté d'acheter un PC correct en 2016

Un moment que je craignais depuis longtemps est arrivé : le PC qui est chez moi est mort. Enfin, il n'est pas complètement mort puisque je m'en sers encore pour écrire ces lignes, mais il ne tient apparemment guère plus que 48h sans planter : je suppose qu'un condensateur dans la carte mère s'est usé, ou quelque chose comme ça, et il y a à parier que d'ici quelques jours il ne marchera plus du tout (et même s'il continue au même rythme, 48h sans planter est bien trop court pour les usages que j'ai). Cette carte mère (Asus P5W64 WS Pro) date de 2007 : il est peut-être de toute façon temps d'en changer.

Voici donc mon first world problem du moment : en 2016 il est devenu vraiment difficile d'acheter un PC correct, en tout cas selon ma définition de « correct ». Précisons d'emblée que ce qui m'intéresse surtout est la fiabilité, pas la performance. Or, pour qu'un produit soit trouvable, il faut qu'il y ait des gens (autres que moi) qu'il intéresse.

Je ne sais pas bien qui achète des PC fixes ni pourquoi. Beaucoup de gens qui autrefois eurent acheté des PC sont passés à ces sales merdes qu'on appelle des tablettes : cette évolution a fait chuter le marché des PC. Même parmi les gens qui ont besoin d'un vrai clavier (parce que, quand même, pour taper beaucoup sur une tablette, il faut être motivé), la plupart achètent des portables, ou des transportables (par transportable, je veux dire un truc qui se présente comme un portable mais qui pèse quand même très lourd). Restent les gamers (ceux parmi eux qui utilisent un PC normal et pas un de ces PC propriétaires spéciaux qu'on appelle consoles) ; mais les gamers recherchent des choses complètement différentes de ce qui m'intéresse : uniquement la performance, ils se foutent de la fiabilité tant que la machine n'en est pas à planter plus vite que leur personnage virtuel ne se fait tuer.

Jusqu'à il y a quelques années, je me disais que je pouvais compter sur une autre catégorie d'acheteurs : les gens (ou en fait, typiquement les TPE/PME) qui veulent un « serveur ». Et de fait, même si je déteste profondément la classification des PC en « machines de bureau » et « serveurs », car je parle bien d'acheter un truc pour mettre sur mon bureau, ce que je veux colle bien avec la catégorie « serveur » : fiabilité avant tout, pas mal de mémoire, fiabilité, pas mal de disque dur, fiabilité, peu importe le chipset graphique, et est-ce que j'ai parlé de la fiabilité. Ou du moins, cela collait bien, parce que je ne sais pas si si cette catégorie existe encore en 2016 : maintenant, si on veut un serveur, ce n'est pas pour mettre chez soi — quand on veut un serveur, on prend une machine hébergée en colocation, ou un serveur virtuel sur le nuage à-ma-zone. Et là ça ne colle plus avec mes besoins, parce que je veux quand même un PC physique à mettre chez moi, qui m'appartienne et sur lequel je puisse stocker mes données (les serveurs en colocation, j'en loue déjà quatre, c'est bon, je n'en veux pas d'un cinquième). Bien sûr, ces serveurs en colocation, ou virtuels dans le nuage, ils doivent bien avoir une existence physique quelque part, mais elle peut être hautement spécialisée, peut-être sous une forme qui ne s'achète que par lots de 1024, ou qui impérativement ont besoin d'être rackée dans un datacenter avec une alimentation groupée, que sais-je encore.

Et du coup, je me demande si on ne s'achemine pas vers un monde où seuls Google, Facebook, Amazon et semblables peuvent acheter des vrais ordinateurs, tous les autres devant leur louer de ces ressources.

J'en viens à une petite description de ce que j'entends par fiabilité, et ce en quoi elle affecte le matériel. Il y a deux points cruciaux à la fiabilité : le taux d'erreur le plus bas possible dans le traitement, la reproduction et le stockage de l'information (car l'information est sacrée), et un fonctionnement 24 heures sur 24 avec le moins de downtime possible (i.e., que l'ordinateur soit tout le temps accessible, et avec lui, l'information qu'il stocke).

Concrètement, au niveau stockage de l'information, l'impératif de fiabilité signifie que j'utilise des disques en RAID ; mais ceci ne concerne pas vraiment le matériel (à part la nécessité d'avoir, disons, quatre disques durs identiques). En revanche, au niveau de la mémoire vive (RAM), cela impose d'avoir de la mémoire ECC (j'ai déjà ranté à ce sujet à de nombreuses reprises, par exemple ici), c'est-à-dire avec correction d'erreurs (pouvant corriger 1 bit erroné quelconque sur un mot de 64 bits, et en détecter 2) : c'est le genre de choses qui n'intéresse pas du tout les gamers parce que c'est forcément plus lent, et parce qu'ils n'ont pas de données importantes à protéger, mais pour moi c'est une condition sine qua non de fiabilité.

Pour avoir de la RAM ECC, il faut non seulement des barrettes ECC (avec 9/8 fois plus de bits dessus), mais il faut aussi que la carte mère supporte l'ECC (c'est-à-dire, que le chipset la supporte, que le câblage le supporte, et que le BIOS le supporte) et aussi que le processeur le supporte. Chez Intel, ça veut dire que le processeur doit être un Xeon. Chez AMD, je n'ai pas compris (ça a l'air un peu plus largement disponible au niveau processeurs — au niveau cartes mères c'est autre chose — mais je suis complètement paumé dans les références). Les informations sont très difficiles à trouver en ligne, parce que très peu de gens veulent de la RAM ECC.

Un autre composant matériel que je souhaite avoir, c'est un watchdog matériel dans la carte mère, c'est-à-dire un composant qui redémarre automatiquement la machine si elle est plantée (concrètement, dès qu'on l'active, il faut lui envoyer régulièrement un signal montrant que tout se passe bien, et s'il ne le reçoit pas au bout de quelques minutes, il provoque un reboot). J'ai ça sur mon PC actuel (celui qui est mourant ; et grâce au watchdog, il reboote quand il plante, au lieu de rester bêtement inutilisable). Le problème de trouver des informations est encore pire concernant les watchdogs que concernant la RAM ECC : c'est quasiment impossible de savoir à l'avance quelles cartes mères ont un watchdog (même si on a les références d'une carte mère précise et de son chipset, parfois même quand on a accès au produit lui-même, c'est vraiment difficile de le savoir). Peut-être même que ce genre de système a été complètement remplacé par des gadgets plus sophistiquées comme l'IPMI ou autres choses dont j'ignore jusqu'au nom. Toujours est-il que je voudrais bien un système qui m'assure que si mon PC plante pendant que je ne suis pas chez moi pour le redémarrer, il y aura quelque chose à faire. Je ne considère pas ça comme aussi absolument indispensable que la mémoire ECC, mais si je peux avoir un watchdog, c'est mieux.

À part ça, laissant de côté les questions de fiabilité, j'ai aussi besoin d'au moins 6 ports SATA (j'ai quatre disques durs à brancher plus deux lecteurs/graveurs optiques) plus un eSATA, et de 2 ports Ethernet gigabit ; tout cela peut s'ajouter par cartes d'extensions, donc ce n'est pas rigoureusement indispensable, mais ce serait pratique. Idéalement j'aimerais plusieurs connecteurs internes PCIe disponibles et aussi un PCI (pour y mettre une vieille carte son que j'aime bien). Et je voudrais avoir au moins 16Go de RAM.

Bon, j'ai fini par me décider à opter pour une carte mère Asus P10S-WS (basée sur un chipset Intel C236, supportant la RAM ECC, et dont je suis presque sûr qu'elle a un watchdog), un processeur Intel Xeon E3-1230v5 (je ne comprends rien, mais alors rigoureusement rien, à la nomenclature et à la numérotation des processeurs Intel, et je ne suis d'ailleurs pas le seul, mais je sais au moins que les Xeon supportent la RAM ECC, et je crois que maintenant la réciproque est plus ou moins vraie), et 2×16Go de RAM Kingston (ECC, donc). J'ai aussi pris une nouvelle alimentation, parce que les alimentations sont une source fréquente de problèmes des PC (il n'est même pas exclu que le problème de mon PC actuel, celui que je qualifie de mourant, soit seulement un problème d'alim, mais je n'ai pas vraiment le temps de tester pour voir : il faut que j'envisage qu'il est en train de mourir).

Mais j'en viens à la suite de mes first world problems de 2016 : ce n'est pas tout de décider quel matériel on veut acheter, encore faut-il l'acheter. Autrefois (il y a 5 ou 10 ans), cela signifiait de passer rue Montgallet. Maintenant, il semble qu'il n'y ait plus rien rue Montgallet à part des vendeurs de tablettes et de mobiles : le matériel informatique qui ne soit pas complètement basique, on l'achète en ligne.

Le problème n'est pas juste que je déteste Amazon (mais je déteste Amazon).

Un problème est que les délais de livraison sont très mauvais (la carte mère et le processeur doivent m'être expédiés d'Allemagne, et apparemment l'Allemagne est un pays très lointain parce que la livraison m'est annoncée pour le 7 septembre(!)), tandis qu'à l'époque où un Parisien pouvait acheter des choses rue Montgallet, on avait ce qu'on voulait dans la journée. D'ici le 7 septembre, mon PC actuel a bien le temps de finir son agonie.

Un autre problème est que la réception d'un colis est une entreprise notoirement périlleuse : ici, j'ai opté pour me faire livrer au bureau, ce qui diminue sans doute un peu les problèmes (et en tout cas, les modifie), mais il ne faudrait pas imaginer que tout est réglé pour autant.

Et aussi, je suis quasiment certain que parmi les quatre-cinq articles que j'ai commandés (la carte mère, le processeur, les deux barrettes de RAM et l'alim), au moins l'un d'entre eux va m'être livré remplacé par autre chose — ou défectueux. Je soupçonne vaguement la RAM, dont la page de description ne mentionne quasiment pas qu'elle est ECC (il faut lire attentivement le numéro de modèle Kingston). Le système de recherche d'Amazon est d'ailleurs épouvantablement pourri : on ne peut pas chercher de la RAM ECC parce que tous les descriptifs disent soit ECC soit (le plus souvent) non ECC, et du coup la recherche de ECC renvoie les deux (ils sont au courant qu'un produit peut se décrire et se rechercher de façon plus fine qu'une chaîne de caractères, chez Amazon ?).

Tout ceci étant dit, j'ai commandé les parties d'un nouveau PC. Qui peut-être me seront livrées un jour, et je pourrai alors exprimer mon exaspération sur d'autres sujets (le fait que l'UEFI qui a remplacé le BIOS traditionnel est une sale merde, le fait que c'est affreusement difficile de reconfigurer Linux pour une nouvelle machine, le fait que je ne sais pas appliquer de la pâte thermique, que sais-je encore).

(mardi)

Vieux dossiers : ce n'était pas une blague

Je voudrais vraiment bien parler d'autre chose que de permis de conduire, mais il semble que je vienne d'en prendre pour trois mois de plus. Résumé des épisodes précédents : pour s'inscrire au permis de conduire, si on a déjà été inscrit par le passé, il faut obligatoirement fournir à l'Administration une copie du dossier antérieur (pourquoi ? mystère, c'est sans doute une règle gratuitement vexatoire). Or j'ai bien été inscrit dans une auto-école (à Orsay) il y a 15–20 ans. L'auto-école (à Paris) où j'ai voulu m'inscrire mi-juillet me dit : ça va poser problème, il faut essayer de remettre la main sur ce dossier. J'envoie ma maman essayer de récupérer mon ancien dossier à l'auto-école d'Orsay. Celle-ci lui répond que non, si longtemps après, ce n'est pas possible, tout a disparu, mais de toute façon mon dossier n'est jamais arrivé à la préfecture donc ils n'en ont aucune connaissance et il n'y a pas de problème. Du coup, rassuré, j'ai fait mon inscription (début août), en affirmant ne pas avoir de dossier antérieur, à l'auto-école à Paris. Laquelle transmet le dossier à la préfecture. Et voilà que ce matin ils m'appellent pour me dire que le dossier leur est revenu avec la mention : fournir le vieux dossier de 1997. Comme quoi apparemment il en existe bien une trace (et ce n'est pas une erreur, parce que l'année colle, donc ça doit effectivement être moi).

La procédure dans ce cas est de faire une demande de duplicatum. L'absurdité de la chose est vraiment confondante : on doit demander à l'Administration un dossier qu'ils ont pour le leur transmettre. Et apparemment il leur fois trois mois pour retrouver le dossier. Là aussi, l'absurdité est impressionnante : ils sont capables de voir immédiatement, pour bloquer l'inscription, qu'un ancien dossier existe, mais il leur faut trois mois pour retrouver effectivement ce dossier (et vous le renvoyer pour que vous le leur re-renvoyiez). Kafka apprécierait.

Et encore, ça c'est si les choses se passent bien. Parce que j'imagine parfaitement le scénario suivant (pour l'instant fictif, mais je ne parierais pas sur le fait qu'il le reste) : je demande le duplicatum et on m'affirme que le dossier n'existe pas — rien n'oblige l'Administration a être cohérente avec elle-même — et je me retrouverais alors avec une partie de l'Administration qui affirme que le dossier existe et qui me le demande, et une autre qui affirme qu'il n'existe pas ou plus, et aucun moyen de m'inscrire. Peut-être qu'il existe encore des solutions dans ce cas (faire un recours gracieux, saisir le défenseur des droits, saisir les tribunaux administratifs), mais ils sont compliqués et lents : ce n'est plus en mois mais en années qu'on compterait alors le délai.

Après tout, il doit y avoir très peu de cas comme moi de gens qui se sont inscrits au permis il et qui se réveillent vingt ans après pour refaire une inscription : il se peut très bien que les anciens dossiers (avant informatisation) aient été entièrement perdus sauf les numéros montrant qu'ils existent, ou quelque chose comme ça. Donc si cela conduit à des situations absurdes, presque personne ne s'en sera rendu compte. Il ne faut jamais être dans des cas bizarres.

Bref, je ne sais pas si je finirai par l'avoir, ce permis. Certes, j'ai maintenant pleeeein de temps pour apprendre par cœur toutes les questions stupides et aussi pour enquêter sur leur provenance ; mais dans trois mois je serai trop occupé par mon travail pour pouvoir penser au permis de conduire, donc il faudra sans doute que ça attende l'été prochain, et encore, s'il n'y a pas un nouveau contretemps d'ici là !

(samedi)

Le mystère de la provenance des questions de code de la route reste intact

Promis, je ne parlerai pas de permis de conduire jusqu'à la fin des temps. Mais la densité des questions stupides, et mon énervement qui va avec (que je voudrais bien savoir contre qui diriger !) m'amène à me poser de plus en plus la méta-question suivante : par qui au juste, et comment sont choisies les questions de l'épreuve théorique générale (a.k.a. « code ») de l'examen du permis de conduire ? Et combien y en a-t-il ?

Je n'ai pas la réponse. Et c'est vraiment bizarre : une proportion très importante de la population française passe le permis, mais personne n'a l'air de se demander, ou encore moins de savoir, comment cette épreuve est organisée au juste. (Alors que si on cherche à savoir un peu précisément comment sont élaborés, disons, les sujets du bac, on trouve facilement plein d'informations. Mais pour le permis, toute recherche sur le Web fait juste tomber sur des sites et applis proposant de le réviser.) Je crois ne pas être trop incompétent pour mener des enquêtes en ligne, mais là, je n'ai trouvé aucune piste. Personne n'en parle, personne ne sait. Et du coup, c'est un mystère que j'aimerais éclaircir, ne serait-ce que par principe.

Entre autres choses que je voudrais savoir :

J'ai essayé de tracer les références sur Legifrance en partant du Code de la route, je ne suis tombé sur rien (voici un exemple de texte qui ne dit rien : il est extrêmement précis sur les modalités d'organisation de l'épreuve mais ne dit rien sur les questions ou leur nature). Un communiqué comme celui que j'ai déjà cité ne donne aucun détail, juste un petit échantillon minable de questions.

J'ai envisagé plusieurs hypothèses :

J'ai accès à un site Web Prép@code via mon auto-école, mais sur place celle-ci propose des séries d'entraînement éditées par Codes Rousseau (qui a l'air d'être une très vénérable institution !). Ces séries me semblent un peu différentes, et en tout cas disjointes l'une de l'autre : ceci invaliderait l'hypothèse 1.

J'ai posé la question (enfin, un sous-ensemble des questions ci-dessus) au formateur de mon auto-école : soit il n'a pas bien compris ma question (je crois que beaucoup de gens ont du mal à concevoir qu'on puisse vouloir savoir ce genre de choses par curiosité intellectuelle), soit je n'ai pas bien compris sa réponse, mais j'ai l'impression qu'il suggérait plutôt l'hypothèse 3 (en fait, je n'avais même pas pensé initialement à l'hypothèse 3, d'ailleurs je me sens un peu con ; mais ça reste une hypothèse, parce que je ne suis pas sûr qu'il n'y ait pas eu un malentendu entre lui et moi). Et même si c'est l'hypothèse 3 qui est la bonne, comme je disais, ça laisse un tas de choses ouvertes : est-ce que les éditeurs écrivent ce qu'ils veulent dans les questions ? sur la base de quel cahier de charges ? est-ce qu'ils se relisent les uns les autres ? comment est-ce que l'Administration contrôle tout ce procédé ? Et où est-il écrit officiellement qu'il y a quarante questions, que les réponses se choisissent parmi les sous-ensembles de {A,B,C,D} et qu'il doit toujours y avoir au moins une réponse juste et une réponse fausse ?

Je pourrais essayer de trouver un interlocuteur au ministère de l'Intérieur (au moins j'ai l'adresse : délégation à la sécurité et à la circulation routières, sous-direction de l'éducation routière et du permis de conduire, bureau du permis de conduire ; j'aaaaime ce genre d'organigramme). Mais j'ai peur, outre qu'il soit peu probable d'obtenir une réponse en août, que la question soit encore impossible à poser de manière à être compris par un non-geek.

Mise à jour () : Mon poussinet me fait remarquer que la production des questions a fait l'objet d'un marché public dont l'offre est parue au BOAMP ici (avis 15-23943 du 18 février 2015, Production de 1000 questions pour l'épreuve théorique générale de l'examen du permis de conduire — je ne sais pas pourquoi c'est localisé à la Défense). Ceci conforte donc l'hypothèse 3 ci-dessus (les questions seraient produites par des éditeurs privés en réponse à cette offre). Mais pour en savoir plus, il faut mettre la main sur le cahier des charges de l'offre en question. Or le site www.marches-publics.gouv.fr ne semble donner les détails que des offres en cours (ou alors je n'ai pas compris comment le faire fonctionner).

(mardi)

Quelques questions débiles ou mal foutues au code de la route

(Complément à l'entrée de vendredi. Je compléterai certainement cette liste au fur et à mesure. Il ne s'agit pas uniquement de questions où j'ai mal répondu lors de mes tests — parfois j'ai deviné correctement mais je trouve quand même la question merdique, parfois j'ai répondu au pif et j'ai eu raison — mais des questions que je trouve particulièrement idiotes, mal posées, ou vicieuses.)

Questions merdiques sur le fond

Questions merdiques sur la forme ou la logique

Questions merdiques par la connaissance demandée

Divers

(lundi)

Abdications

Quelque part dans le palais, Charles montre le journal à sa mère :

— Tu as vu ça ? Akihito veut abdiquer. Il a bien raison, ça lui permettra de se concentrer à plein temps sur l'étude de ses poissons. Ça me fait repenser à cette série d'abdications il y a trois ans. D'abord, il y a eu Benoît XVI : ça a dû lui demander du courage, oh oui, énormément de courage, parce qu'on n'a pas l'habitude de penser qu'un pape puisse abdiquer ; mais il a eu bien raison, maintenant en tant qu'émérite il peut se consacrer à la théologie sans être dérangé. Puis Beatrix : quelle force de caractère, celle-là ! Tu sais, j'ai relu son discours dans lequel elle parle de mettre la responsabilité du pays entre les mains d'une nouvelle génération, c'est vraiment émouvant. Je l'ai eue au téléphone récemment, elle me disait qu'elle était très heureuse de pouvoir se reposer à Drakensteyn sans avoir à remplir toutes ces cérémonies officielles. Et son fils fait un bon travail. Après, il y a eu l'émir du Qatar, et le roi des Belges. Albert a gardé le titre de roi, d'ailleurs : c'est toujours possible de négocier ce genre de choses. Et bien sûr, Juan Carlos. Pour lui aussi, ça a dû être une décision difficile, en tant que souverain d'un pays qui avait autrefois eu un si glorieux empire et descendant d'une si illustre famille, de passer la main. On ne renonce pas facilement au titre de roi d'Espagne !, mais il a fait ce qui est le mieux pour le pays, tu ne crois pas ? Il a toujours fait ce qui était le mieux pour son pays. Et maintenant l'empereur du Japon. Les conservateurs sont furieux, apparemment, ils n'imaginent pas qu'un empereur puisse abdiquer. Mais on trouve toujours un moyen. Il ne faut pas se sentir irrémédiablement lié par la tradition ou les serments.

Il laisse passer un temps. Puis il continue :

— Sinon, comment vas-tu ? Tu m'avais l'air si retournée, l'autre jour, d'apprendre qu'ils avaient mis Boris ministre des affaires étrangères… Toutes ces histoires, quand même, qu'est-ce que c'est fatiguant. Et Nicola Sturgeon qui continue à parler d'indépendance pour rester dans l'UE… Ces politiciens sont si pénibles, ça doit être dur pour toi, à ton âge, de devoir les supporter. J'aimerais bien t'épauler en ça, maman, mais bien sûr, c'est toi qui es chef d'état, on n'y peut rien, c'est comme ça.

(vendredi)

Gro-Tsen prépare le permis de conduire : (1) l'épreuve théorique

Pour toutes sortes de raisons, je me suis enfin inscrit pour passer le permis, à la veille de mon 40e anniversaire. (Raisons telles que : déménagement prévu dans quelques années de mon école à Saclay où les transports en commun sont merdiques ; pression insidieuse de mon poussinet et de ma maman et deals bizarres passés avec eux ; et une vague inquiétude que ça risque d'être long et compliqué et que si je ne fais pas maintenant je ne le ferai jamais.) Le fait d'avoir une auto-école à 150m de chez moi aide sans doute un peu à surmonter ma flemme, d'ailleurs. Comme je l'ai raconté récemment, j'ai eu un petit contretemps initial, qui n'en était en fait pas un (finalement je n'ai jamais eu de dossier, donc j'ai juste perdu deux semaines pour rien à confirmer ce fait), mais j'ai réussi à passer l'épreuve 0, celle de l'inscription. (On ne rigole pas, à l'agreg de maths, c'est l'épreuve où le plus de normaliens échouent.) En fait non, suite ici.

L'examen du permis de conduire proprement dit, en France, se compose de deux parties : (1) l'épreuve théorique générale (que tout le monde appelle le code, mais une partie de la théorie consiste justement à connaître le jargon de l'Administration que personne n'utilise à part elle), et (2) l'épreuve pratique de conduite. Pour préparer l'épreuve théorique, on s'entraîne comme on peut (livres, sites Internet, cours à l'auto-école, examens blancs), je vais y revenir.

Pour s'entraîner à l'épreuve pratique, il faut suivre un certain nombre d'heures de formation, au minimum 20, dont le nombre prévisionnel est déterminé par une évaluation psychomotrice préalable qui, dans mon cas, a pris la forme d'une succession de petits jeux sur ordinateur (dont certains ressemblaient un peu aux idées surgies de mon cerveau diabolique) pour mesurer des choses comme la mémoire à court terme, le temps de réaction, le champ de vision, la capacité d'évaluation des temps, distances et vitesses, la concentration, la capacité à multitâcher, etc. Dans mon cas, l'Ordinateur a décidé, dans son immense sagesse, que j'avais besoin de 25–30 heures de formation. Ou peut-être que ça c'est après que j'ai insisté sur le fait qu'à 40 ans on n'acquiert peut-être pas des habitudes aussi vite qu'à 20, je ne sais pas. On verra, de toute façon, pour l'instant, il s'agit pour moi de passer le « code ».

L'épreuve théorique générale, donc, prend la forme (je raconte ça pour mes lecteurs qui n'ont pas passé le permis en France, ou l'ont passé il y a très longtemps) d'un questionnaire à choix multiple de 40 questions où il faut répondre juste à au moins 35 d'entre elles. Chacune de ces questions se présente comme une photo ou plus rarement une courte vidéo, typiquement prise depuis l'habitacle d'une voiture, et sur laquelle on demande des choses comme la signalisation m'autorise à dépasser : oui réponse A, non réponse B ; je dépasse : oui réponse C, non réponse D et on doit choisir un sous-ensemble de {A,B,C,D} (qui, méta-information très utile, ne peut jamais être ni l'ensemble vide ni l'ensemble plein, ce qui laisse 14 possibilités au maximum) ; parfois, seul un sous-ensemble des lettres est utilisé (ces questions-là sont donc combinatoirement plus faciles). Matériellement, on entre la réponse sur un boîtier spécialisé.

Les questions peuvent porter sur le Code de la route, bien sûr (i.e., la réglementation sur la signalisation, règles de priorité, etc.), mais aussi sur la sécurité, quelques aspects de mécanique et de règlementation générale (assurances, infractions), le bon sens, et même maintenant la protection de l'environnement (comme l'« écoconduite »). Enfin, ça c'est le principe. Parce qu'en réalité, les questions portent surtout sur la logique tordue et le langage merdique utilisés par les auteurs de la question.

Je pourrais donner quantité d'exemples de la formulation absolument épouvantable utilisée dans ces questions, mais ça deviendrait vite lassant [ajout : voir cependant cette entrée ultérieure]. Il y a des choses qui se défendent : après tout, conduire une voiture est un exercice d'attention, donc le fait de poser parfois les questions de façon affirmative (la signalisation me permet de dépasser (oui/non)) et parfois de façon négative (la signalisation m'interdit de dépasser (oui/non)), cela peut se justifier. Le fait d'utiliser un vocabulaire administratif se justifie peut-être aussi (dans le français de la vie réelle, tout le monde dit doubler, mais il est sans doute normal d'obliger à connaître le terme administratif effectuer un dépassement).

Mais parfois les questions jouent au logicien (par exemple : je peux circuler à : 50km/h réponse A, 90km/h réponse B, 110km/h réponse C, 130km/h réponse D — il faut choisir la vitesse maximale et aussi les vitesses en-dessous parce qu'on a le droit de rouler plus lentement que la vitesse maximale, même si ce n'est évidemment pas comme ça que le non-logicien comprendrait la question à quelle vitesse ai-je le droit de rouler ?) ; et parfois les questions ne jouent pas au logicien (par exemple : titulaire d'un permis probatoire, je suis en infraction à partir de 0.5g d'alcool par litre de sang réponse A, 0.2g d'alcool par litre de sang réponse B — là il ne faut pas répondre à la fois A et B, même si le fait d'être en infraction à partir de 0.2g/L implique logiquement de l'être aussi à partir de 0.5g/L). De même, à une question demandant si on cède la priorité aux véhicules venant par la droite, il faut apparemment répondre non s'il ne peut pas y avoir de véhicule venant par la droite. Comment savoir quelles questions jouent au logicien et quelles questions ne le font pas ? Eh bien il faut l'apprendre à travers des tonnes d'exemples, ce qui, on l'admettra, est d'une utilité fort douteuse pour la conduite d'un véhicule à moteur.

À part les questions de logiciens, il y a aussi un usage fort douteux des modalités. Sur le principe, je suis content qu'ils distinguent je dois et je peux (il y a des questions où la réponse correcte est bien de dire non à je dois et oui à je peux, ce qui est très bien), mais c'est souvent incohérent. Les notions d'obligation légale (réglementaire) et d'impératif de sécurité sont parfois distinguées, parfois non. Quand la question est je dépasse (oui/non), il faut appremment comprendre je peux dépasser (selon le règlement et la sécurité). Une distinction byzantine est faite entre un panneau indiquant un X et un panneau indiquant un risque de X (par exemple, ce panneau, apparemment, signale un bouchon et pas un risque de bouchon : non mais franchement, à quoi rime cette différence ? ; et cet autre panneau signale une zone de danger lié au vent, et on a faux si on répond qu'il signale un vent fort — là ils ont décidé de jouer aux logiciens ou en tout cas, aux jésuites).

Parfois, aussi, ce ne sont pas les gens qui rédigent les questions qui sont des jésuites, ce sont les règles de circulation elles-mêmes qui sont franchement bizarres. Il existe, par exemple, une obligation de circuler sur la voie de droite même sur une autoroute ou route à chaussées séparées où, en tout cas, plusieurs voies sont affectées au même sens de circulation. Autrement dit, les voies situées plus à gauche doivent servir uniquement au dépassement (la question de savoir à quelle fréquence il faut se rabattre sur la voie de droite pour pouvoir prétendre qu'on fait bien des dépassements et pas une circulation sur la voie de gauche étant laissée en exercice au lecteur), ou en cas de circulation dense. Ceci vient apparemment d'une lecture complètement bouledecristalesque (vitrorbuculaire ? hyalosphérique ?) d'un alinéa de l'article R412-9 du Code de la route : Sous réserve des dispositions des quatrième et cinquième alinéas du présent article [qui concernent les cycles], le fait, pour tout conducteur, de ne pas maintenir, en marche normale, son véhicule près du bord droit de la chaussée est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe [soit 35€]. Franchement, cette phrase ne veut absolument rien dire (et semble contredire l'exsitence de bandes d'arrêt d'urgence, de voies pour véhicules lents, etc.). Il est aussi clair que cette règle est encore bien moins respectée que l'obligation de s'arrêter aux feux orange à Paris, et j'aimerais savoir combien d'amendes ont été infligées à ce titre sur les denières 10 années dans toute la France, c'est dommage que le ministère de l'Intérieur ne fournisse pas ce genre de statistiques en OpenData. Toujours est-il que pour passer le code, il faut non seulement connaître cette règle, mais même penser à l'appliquer dans des cas vicieux où ils essaient de distraire votre attention en ajoutant des raisons objectivement raisonnables pour rester sur une voie de gauche. Admettons que c'est pour le moins vicieux !

Bref, la seule possibilité est de ne pas chercher à comprendre la logique ou la cohérence, de considérer l'épreuve comme un exercice complètement déconnecté de toute réalité et d'apprendre bêtement et par cœur toutes les situations possibles. C'est dommage, parce que ce n'était certainement pas le but recherché. C'est d'autant plus dommage que les questions qui pourraient être intelligentes sont généralement d'une simplicité déconcertante. (Et souvent résolubles en prenant simplement la réponse qui maximise la prudence : par exemple, une question qui demande si on regarde à gauche (oui/non) et à droite (oui/non) peut être résolue sans même regarder l'image — ce qui est passablement ironique — en répondant oui et oui, parce qu'ils ne vont quand même pas poser une question pour vérifier que vous avez compris que vous n'avez pas besoin de regarder dans un certain sens ; de toute façon, même sur un sens unique, il peut y avoir des vélos à contresens ou des gens qui reculent.)

Comme j'ai une certaine capacité à mémoriser les conneries inutiles (déjà quand j'étais tout petit, une collègue de mon père m'avait qualifié de source inépuisable de renseignements complètement inutiles), je pense que je vais finir par atteindre une probabilité de répondre juste qui dépasse les 90% par question permettant — si je calcule bien ma loi de Bernoulli — de passer le test avec probabilité de près de 80%. Je me demande quand même si je suis vraiment obligé de mémoriser, par exemple, le fait que les pneus à crampon sont autorisés uniquement entre le samedi précédant le 11 novembre et le dernier dimanche de mars (ce n'est pas une blague !). Déjà que la quantité de choses relatives à l'alcool, alors que je ne bois pas, me gonfle prodigieusement. (Ceci dit, c'est amusant, le dernier livre que j'ai lu aux toilettes avant d'y mettre mon précis de code de la route était un livre de biochimie humaine, et j'en avais justement retenu que le catabolisme de l'alcool par le foie a une cinétique d'ordre 0 — c'est-à-dire un rythme d'élimination constant, d'environ 0.15g/L/h — parce que ce qui limite est la quantité de NAD⁺ disponible pour oxyder l'éthanol.)

J'avais bien sûr déjà appris une certaine quantité de conneries inutiles lors de ma tentative avortée pour passer le code il y a 15–20 ans. Mais ils en ont ajouté plein dans l'intervalle. Il y a bien dû en avoir qui ont disparu, aussi, mais je n'ai trouvé qu'un seul exemple. Autrefois, il y avait un panneau (A21) avertissant d'un débouché possible de cyclistes et une variante de ce panneau (A21b, symétrique gauche-droit du précédent) avertissant d'un débouché possible de cyclistes venant spécifiquement de la gauche — donc, parmi les conneries inutiles à retenir, il y avait le fait que si on voyait le premier panneau il fallait répondre que les cyclistes pouvaient venir de droite ou de gauche alors que si on voyait le second les cyclistes pouvaient venir uniquement de gauche. Apparemment, ce panneau complètement saugrenu (et qui n'existait que pour les cyclistes, pas pour les piétons, cavaliers, animaux et autres trucs bizarres dont les panneaux peuvent vous avertir du risque de présence) n'existe plus, maintenant le cycliste est toujours représenté venant de la droite. (Je serais curieux de savoir l'histoire de cette micro-réforme et qui au ministère des transports a pris une décision aussi importante. Dans le même genre, si j'en crois ce site routes.wikia.com qui a l'air délicieusement geek, on a supprimé en 1992 la version temporaire — de fond orange : AK1(a–d) et AK3(a–b) — des panneaux de danger A1(ad) et A3(ab) annonçant des virages ou un rétrecissement de la chaussée spécifiquement par la gauche ou par la droite.) Bref, ça fait toujours ça de moins à retenir : quel dommage que je l'aie déjà retenu !

Sinon, j'aimerais bien savoir plus précisément comment est défini l'ensemble des questions possibles à l'examen. Est-ce qu'il y a une liste complète de toutes les questions possibles ? Publiquement connue ? Connue des auto-écoles ? Les questions utilisées pour la préparation du test font-elles partie de cette liste complète ou sont-elles simplement inspirées d'elle ? C'est un peu confus.

J'arrive peut-être au mauvais moment : il y a quelques mois, plein de nouvelles questions ont été ajoutées à l'épreuve de code. Ça a été un désastre, et le taux de réussite est passé du jour au lendemain (le 3 mai) de 70% à 17% (on doit pouvoir en déduire quelque chose sur le nombre total de question, d'ailleurs, si le fait d'en ajouter 1000 nouvelles suffit à provoquer cette baisse : quelque chose comme 12000 questions au total ?). Une semaine plus tard, les plus difficiles parmi ces nouvelles questions ont été retirées « provisoirement », et le taux de réussite est remonté. Mais la situation est, du coup, assez confuse, et je ne sais pas ce que provisoirement veut dire, ni si les questions difficiles retirées font parties des questions présentées par le site en ligne sur lequel je m'entraîne.

En effet, mon inscription à l'auto-école me donne accès à un site Web (Prép@code, je ne donne pas le lien parce que de toute façon il n'y a rien d'intéressant sans codes d'accès) pour pouvoir faire des tests depuis chez moi, ce qui est quand même nettement mieux qu'il y a 15–20 ans où je devais prendre mes petits petons pour aller à l'auto-école (et elle n'était pas à 150m). En fait, il y a deux sites différents, quasiment indépendants, sous le même nom (c'est très confus : la page d'accueil les appelle séries sur la réglementation et séries de préparation à l'EXAMEN), l'un en Flash et visiblement assez vieux, et l'autre en HTML5 et globalement mieux foutu ; le site « nouveau » (préparation à l'EXAMEN) est divisé en rubriques thématiques (dispositions légales en matière de circulation routière, le conducteur, la route, les autres usagers, réglementation générale, secours, précautions, mécanique, sécurité, et environnement) qui semblent justement avoir été introduites dans le cadre de cette réforme en mai dernier. Du coup, je ne sais pas bien.

Tiens, je découvre qu'on peut acheter en ligne des panneaux de signalisation. Ils ont même le panneau B9e (accès interdit aux charrettes à bras — je veux voir la question de code portant dessus) qui est tellement rare que ni routes.wikia.com ni code-route.org n'a réussi à en trouver un dans la vie réelle à photographier.

Continue to older entries. / Continuer à lire les entrées plus anciennes.


Entries by month / Entrées par mois:

2017 Jan 2017 Feb 2017
2016 Jan 2016 Feb 2016 Mar 2016 Apr 2016 May 2016 Jun 2016 Jul 2016 Aug 2016 Sep 2016 Oct 2016 Nov 2016 Dec 2016
2015 Jan 2015 Feb 2015 Mar 2015 Apr 2015 May 2015 Jun 2015 Jul 2015 Aug 2015 Sep 2015 Oct 2015 Nov 2015 Dec 2015
2014 Jan 2014 Feb 2014 Mar 2014 Apr 2014 May 2014 Jun 2014 Jul 2014 Aug 2014 Sep 2014 Oct 2014 Nov 2014 Dec 2014
2013 Jan 2013 Feb 2013 Mar 2013 Apr 2013 May 2013 Jun 2013 Jul 2013 Aug 2013 Sep 2013 Oct 2013 Nov 2013 Dec 2013
2012 Jan 2012 Feb 2012 Mar 2012 Apr 2012 May 2012 Jun 2012 Jul 2012 Aug 2012 Sep 2012 Oct 2012 Nov 2012 Dec 2012
2011 Jan 2011 Feb 2011 Mar 2011 Apr 2011 May 2011 Jun 2011 Jul 2011 Aug 2011 Sep 2011 Oct 2011 Nov 2011 Dec 2011
2010 Jan 2010 Feb 2010 Mar 2010 Apr 2010 May 2010 Jun 2010 Jul 2010 Aug 2010 Sep 2010 Oct 2010 Nov 2010 Dec 2010
2009 Jan 2009 Feb 2009 Mar 2009 Apr 2009 May 2009 Jun 2009 Jul 2009 Aug 2009 Sep 2009 Oct 2009 Nov 2009 Dec 2009
2008 Jan 2008 Feb 2008 Mar 2008 Apr 2008 May 2008 Jun 2008 Jul 2008 Aug 2008 Sep 2008 Oct 2008 Nov 2008 Dec 2008
2007 Jan 2007 Feb 2007 Mar 2007 Apr 2007 May 2007 Jun 2007 Jul 2007 Aug 2007 Sep 2007 Oct 2007 Nov 2007 Dec 2007
2006 Jan 2006 Feb 2006 Mar 2006 Apr 2006 May 2006 Jun 2006 Jul 2006 Aug 2006 Sep 2006 Oct 2006 Nov 2006 Dec 2006
2005 Jan 2005 Feb 2005 Mar 2005 Apr 2005 May 2005 Jun 2005 Jul 2005 Aug 2005 Sep 2005 Oct 2005 Nov 2005 Dec 2005
2004 Jan 2004 Feb 2004 Mar 2004 Apr 2004 May 2004 Jun 2004 Jul 2004 Aug 2004 Sep 2004 Oct 2004 Nov 2004 Dec 2004
2003 May 2003 Jun 2003 Jul 2003 Aug 2003 Sep 2003 Oct 2003 Nov 2003 Dec 2003