David Madore's WebLog: Politics

This WebLog is bilingual, some entries are in English and others are in French. A few of them have a version in either language. Other than that, the French entries are not translations of the English ones or vice versa. Of course, if you understand only English, the English entries ought to be quite understandable without reading the French ones.

Ce WebLog est bilingue, certaines entrées sont en anglais et d'autres sont en français. Quelques-unes ont une version dans chaque langue. À part ça, les entrées en français ne sont pas des traductions de celles en anglais ou vice versa. Bien sûr, si vous ne comprenez que le français, les entrées en français devraient être assez compréhensibles sans lire celles en anglais.

Note that the first entry comes last! / Notez que la première entrée vient en dernier !

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entries with category polit / Entrées de la catégorie polit:

(lundi)

Quelques remarques sur les pouvoirs du président français

Je n'ai pas envie de m'appesantir sur les élections françaises. Comme beaucoup d'électeurs, je n'étais pas très heureux d'avoir le choix, essentiellement, entre • l'arriviste qui propose de détruire le système social français, • celui qui propose la même chose mais en version encore plus réac et avec l'ignominie personnelle en supplément, • l'autre arriviste qui propose de détruire l'Union européenne, • celle qui propose la même chose mais en version réac avec une bonne couche de nationalisme nauséabond en supplément et la même ignominie que l'autre réac, ou enfin • les sept nains qui proposent de jeter mon bulletin dans sept corbeilles de couleurs différentes (voire dix, si on compte l'abstention, le vote blanc et le vote nul : que de choix !).

J'ai pris une décision, à la dernière minute et en me basant sur les informations fuitées à 19h30 : décision qu'il n'y a aucun intérêt à ce que je communique parce qu'elle n'a rien de spécialement intelligente devant tant de mauvais choix. Mais je ne veux pas non plus alimenter le thème « tous pourris, tous pareils » qui est encore plus puant que toutes les options que je viens de citer, et qu'on pourrait croire comprendre en lisant en diagonale ce que j'écris. Le débat sur la réforme des institutions, s'il est posé dans des termes raisonnables, est intéressant, et je sais au moins gré à l'un des candidats d'en avoir fait un de ses thèmes de campagne. (La vision positive des choses est que, parmi les candidats crédibles et pas trop détestables, l'un avait les mêmes idées que moi sur l'Europe, l'autre sur la fonction présidentielle : quel dommage qu'ils n'aient pas été le même.) Je reviendrai peut-être là-dessus plus tard (et aussi sur les idées qui tournent autour des problèmes avec le vote, comme les idées de tirages aléatoires), mais le fait est que le système, aussi critiquable qu'il soit, ne changera pas de sitôt, et probablement pas de mon vivant.

Il y a un second tour derrière (quel dommage qu'il n'y en ait qu'un), et je crois profondément en l'importance de faire des choix même quand c'est entre Charybde et Scylla (la description que je fais des candidats ci-dessus devrait rendre mon choix de second tour assez évident) : pas seulement en politique, mais dans tous les aspects de la vie (par exemple, quand je dois choisir un système d'exploitation à mettre sur mon ordinateur ou un langage dans lequel programmer, que de Charybdeis et de Scyllai s'offrent à moi !). Ne serait-ce que parce que le fait de faire un tel choix donne le droit de râler, ensuite, que les choix étaient nuls (j'ai essayé le langage X, il était merdique, j'ai essayé le Y, pareil), et râler est une de mes activités préférées, alors que si on refuse le choix on accrédite l'idée que ceux qui en ont fait un ont forcément approuvé ce qu'ils ont choisi comme moins pire option, ce qui est faux. J'ai voté pour François Hollande en 2012 en pensant qu'il ne ferait pas grand-chose de bien et pas grand-chose de mal (et en me doutant qu'il deviendrait très vite impopulaire), je l'ai raconté ici, mon opinion sur lui n'a guère changé, mais je ne me sens pas du tout comptable de son bilan ni de l'avoir approuvé autrement que comme un meilleur (ou moins mauvais) choix parmi un ensemble de candidats donnés à un moment donné. J'ai voté pour Jacques Chirac au second tour en 2002, et je ne le regrette pas non plus, je savais exactement à quoi m'attendre. (En fait, c'est quelque chose que je ne comprends pas du tout, les gens qui se disent déçus par ce qu'un homme politique fait : jusqu'à présent, dans mon expérience, aucun homme politique n'a jamais fait autre chose qu'exactement ce à quoi je m'attendais de sa part, et je ne crois pourtant pas être extralucide.)

Mon propos n'est pas ici de faire la morale à ceux qui refusent de faire un choix, mais il est assurément de dénoncer ceux qui voudraient prétendre qu'accepter de faire un choix revient à cautionner celui qu'on choisit comme moindre mal. Je ne veux pas non plus rentrer dans le débat de savoir s'il est utile, en admettant qu'on a une idée précise et assumée de quel est le moindre mal, d'aller voter pour lui, surtout si on pense que l'élection est jouée d'avance. Je pourrais rappeler que « tout le monde » croyait l'élection de Clinton jouée d'avance, même s'il faut avouer que l'obstacle est plus haut pour Le Pen que pour Trump ; je pourrais ironiser sur le fait que ce sont souvent les mêmes qui critiquent la sondocratie qui les invoquent maintenant pour dire que ce n'est pas la peine de se déplacer puisque le résultat est certain : la vérité est que je crois moi-même l'élection de Macron extrêmement probable sauf événement imprévu, mais (1) extrêmement probable n'est pas synonyme de certain ni même de quasi-certain (disons que 80% n'est pas 99.9%, whatever that means), et (2) la précision sauf événement imprévu (attentat très meurtrier, scandale…) est très importante. Mais il y a une autre question qui survient (et je conclus là ma bien trop longue entrée en matière) : quel est, au juste, le pouvoir du président, ou quels sont ses pouvoirs de nuisance ? Et spécifiquement, si on imagine que Marine Le Pen soit élue présidente, dans quelle mesure est-ce catastrophique ?

*

Les élections vraiment importantes, en France, sont les élections législatives. C'est un point important à garder à l'esprit plutôt que se dire que tout est joué. Mais, outre l'« effet d'entraînement » (que j'avoue ne pas comprendre) qui voudrait que le président nouvellement élu obtienne automatiquement une majorité à l'Assemblée, le président de la République a réellement des pouvoirs, au moins des pouvoirs de nuisance, même si l'Assemblée est contre lui (i.e., lors d'une cohabitation).

La raison pour laquelle on imagine que le président en cohabitation n'a pas beaucoup de pouvoirs propres c'est que les cohabitations qui se sont effectivement produites étaient entre des gens intelligents et qui avaient (quoi qu'on puisse penser par ailleurs de Mitterrand, Chirac, Balladur et Jospin) un minimum de décence et d'entente commune sur le fait de ne pas nuire à la France (par exemple en jouant à une lutte frontale entre le président et le Premier ministre). Le pire qui s'est produit est que Mitterrand a refusé de signer des ordonnances que Chirac voulait faire passer (il a dû les faire voter par le parlement).

Mais il se trouve que le président peut réellement faire des choses, et je pense que ce sont justement des pouvoirs qui seraient particulièrement dangereux entre les mains de quelqu'un comme Marine Le Pen que je considère comme une populiste sans scrupules. Notamment :

Et c'est sans compter les pouvoirs de blocage :

Et les pouvoirs non formalisés :

J'ajoute, notamment en lien avec le tout premier point cité ci-dessus :

Un tout petit bémol à ce message d'inquiétude : la Constitution a quand même changé les règles de destitution du président, maintenant ce n'est plus seulement en cas de haute trahison, c'est en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat, voilà au moins quelque chose d'un petit peu rassurant dans le cadre d'une lutte de pouvoir entre président et parlement. Mais ça me semble insuffisant compte tenu de tout ce qui précède.

[#] Comme je le faisais remarquer naguère, on voit que la Constitution française est vraiment épouvantablement mal écrite quand on compare l'article 15 (Le Président de la République est le chef des armées), l'article 21 (Le Premier ministre […] est responsable de la défense nationale) et l'article 20 (Le Gouvernement […] dispose […] de la force armée) : quelqu'un de très fort a réussi à trouver des termes dont on ne peut pas dire qu'ils sont explicitement contradictoires, mais dont il soit néanmoins impossible de savoir exactement comment ça se fait qu'ils ne se marchent pas sur les pieds. Dans des conditions pareilles il revient aux militaires de décider à qui ils obéissent, ce qui est véritablement problématique.

(mercredi)

L'élection présidentielle française devrait-elle se faire en trois tours ?

L'élection présidentielle française se déroule en deux tours : au premier tour peuvent se présenter tous les candidats ayant recueilli un certain nombre de « parrainages » (d'élus), et chaque électeur vote pour un et un seul de ces candidats ; ne sont qualifiés pour le second tour que les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix (sauf si l'un obtient déjà la majorité absolue au premier tour, auquel cas il est élu immédiatement) ; les électeurs ont donc, au second tour, qui a lieu deux semaines après le premier, le choix entre deux et seulement deux candidats, parmi lesquels ils doivent en choisir un, et l'élection se fait de façon évidente (à la majorité, forcément absolue puisqu'il n'y a plus que deux candidats).

Je ne sais pas quelle est l'histoire de ce mode de scrutin « uninominal à deux tours », et Google comme Wikipédia me renseignent fort peu. L'élection présidentielle au scrutin universel direct a été introduite en France en 1962 (auparavant, le président était élu par un collège électoral), mais il est probable que le mode de scrutin en question ait été utilisé antérieurement, pour d'autres élections, ici ou ailleurs dans le monde, et je serais curieux d'avoir des informations sur les débats qui ont présidé à ce choix précis. J'entends dire qu'il est apparu dans l'empire allemand de 1870, mais les détails sont confus (je ne sais ni pour quelles élections au juste, ni quelles auraient été les conditions d'accès au second tour). Actuellement, beaucoup de scrutins en France se font en deux tours, mais les conditions d'accès au second tour changent de façon incompréhensible d'élection en élection. (Il n'y a que la présidentielle pour laquelle le critère est d'arriver dans les deux premiers au premier tour : d'autres élections fixent un minimum de voix en pourcentage des suffrages exprimés ou des inscrits, selon une insupportable absence de cohérence ; par voie de conséquence, ces élections rendent possibles des « triangulaires », voire théoriquement des « quadrangulaires », au second tour.) Beaucoup d'autres pays utilisent une variante ou une autre de ce mode de scrutin.

Ce scrutin uninominal à deux tours est un net progrès par rapport au scrutin uninominal à un seul tour (utilisé, par exemple, pour la plupart des élections aux États-Unis, pour les députés à la Chambre des Communes au Royaume-Uni, pour les députés au Canada même si l'actuel Premier ministre a promis de changer ce mode d'élection, et dans toutes sortes d'autres pays). Le scrutin uninominal à un seul tour est le plus simple qu'on puisse imaginer (ou demande à chaque électeur de choisir un et un seul nom, et celui ayant le plus de voix est élu), et il est catastrophiquement mauvais : ne serait-ce que parce qu'un candidat presque unanimement détesté peut se retrouver élu parce que ses adversaires sont divisés (voir le cas de l'élection de Rodrigo Duterte comme président des Philippines en 2016). Dans la pratique, le scrutin uninominal à un seul tour tend à conduire au bipartisme, parce que s'il y a plus que deux partis politiques, les résultats des élections sont assez aléatoires et profondément injustes. En contrepartie du bipartisme, on peut espérer que les deux partis mettent en place des systèmes de « primaires » pour choisir leurs candidats et compenser ainsi (un peu) l'injustice du système : c'est ce qui s'est passé aux États-Unis, assez récemment à l'échelle de l'histoire du pays ; mais le fait d'avoir des primaires pose de nouvelles questions, à commencer par les règles de ces élections-là et de comment elles sont décidées.

Le scrutin uninominal à deux tours, donc, est un progrès par rapport à celui à un seul tour. Il permet au moins dans une certaine mesure l'expression d'une pluralité d'opinions que ne permet pas le scrutin à un seul tour : s'il y a grosso modo deux blocs dans l'opinion, typiquement, la droite et la gauche, on peut espérer, et il arrive souvent (mais pas toujours !) dans la pratique, que ces deux blocs soient représentés au second tour, ce qui permet un ralliement de chaque bloc au candidat arrivé en tête du bloc et qui le représente au second tour. Le premier tour tient donc un rôle vaguement semblable à celui que tiennent les primaires dans un scrutin uninominal à un seul tour. Très vaguement.

Dans l'idée du général De Gaulle (qui a introduit l'élection présidentielle au scrutin universel direct en France), l'idée était probablement surtout d'assurer que le second tour « rassemble » les électeurs : comme le mode de scrutin garantit que le gagnant de l'élection a obtenu une majorité des suffrages exprimés au second tour, il peut se targuer de l'adhésion de la majorité — majorité assez factice en vérité, surtout si le candidat en face de lui au second tour ne représente pas grand-chose, mais l'idée n'est pas complètement stupide.

En fait, le système n'a pas si mal marché en France entre 1962 et 1995 (même si 1969 est discutable), ainsi qu'en 2007 et 2012.

Mais l'élection de 2002 a montré ses limites : les voix de la gauche s'étant dispersées au premier tour entre un trop grand nombre de candidats, ce camp n'a pas été représenté au second tour qui s'est déroulé entre la droite et l'extrême-droite ; Jacques Chirac a été élu contre Jean-Marie Le Pen avec une majorité écrasante après des manifestations de protestation contre les résultats de ce premier tour. En 2002, c'était une surprise (au moins pour ceux qui ne savaient pas lire les sondages et leurs marges d'erreurs, i.e., essentiellement tout le monde). En 2017, on s'attend généralement à ce que le même phénomène se reproduise, et ce ne sera, cette fois-ci, une surprise pour personne si le second tour voit s'affonter François Fillon et Marine Le Pen.

Il est difficile de nier qu'il s'agit d'un problème réel. Ce n'est pas tellement que la droite et la gauche doivent, par principe, être représentées au second tour. Des signes objectifs que les candidats représentés au second tour ne sont pas « les bons » sont plutôt à chercher dans le score écrasant que l'un d'entre eux obtient (s'il n'a pas déjà eu une forte majorité au premier tour) et/ou dans un taux de participation très bas : ce sont autant de signes que les électeurs sont insatisfaits du choix qu'il leur reste, et soit qu'ils refusent de faire ce choix, soit qu'ils s'estiment contraints. Ou bien par le fait que les deux candidats qui passent au second tour ne totalisent qu'une proportion modeste (disons, <50%) des suffrages exprimés au premier. L'élection de 1969, où la gauche n'était pas non plus représentée au second tour, n'était pas forcément problématique selon ces critères ; celle de 2002 l'était indubitablement. Et le scénario risque de se reproduire fréquemment à l'avenir : même s'il n'a pas lieu en 2017, le fait que l'extrême-droite soit devenue une force politique très importante suggère que le mode d'élection n'est plus adapté. En fait, même si le second tour voit s'affronter la gauche et la droite, ou la gauche et l'extrême-droite, il y aura de toute façon un problème de représentativité.

Ce n'est sans doute pas un hasard si les partis politiques français ont commencé, en 2011 pour la gauche et en cette année pour la droite, à jouer le jeu des primaires (ouvertes à tous les électeurs). Les primaires devraient permettre de pallier les insuffisances du scrutin uninominal à deux tours comme elles le permettent (dans une certaine mesure !) pour le scrutin uninominal à un seul tour. L'idée serait d'éviter l'éparpillement des voix au premier tour (devenu beaucoup plus critique qu'il l'était avant) en désignant un candidat unique en amont. Mais les primaires posent leur propre problème : outre qu'il leur faut elles-mêmes un mode de scrutin (reconnaissons que, cette fois, le scrutin uninominal à deux tours est adapté, et d'ailleurs peut-être même qu'un seul tour suffirait), il y a l'inquiétude, souvent exprimée mais sans doute exagérée, que des électeurs de « l'autre camp » participent à une primaire qui ne les concerne pas, inquiétude d'autant plus importante si tout le monde est convaincu de ce que sera le camp vainqueur. Et enfin — et surtout — comme les primaires ne lient personne, il est de toute façon possible à un candidat de se présenter hors des primaires, renvoyant celles-ci à l'affaire interne d'un parti plutôt que d'un camp au sens large, si bien que la dispersion se produira quand même.

On peut donc se poser la question d'un autre mode de scrutin.

Mathématiquement, il existe toutes sortes de modes de scrutin, qui prennent en entrée des préférences des électeurs exprimées sous une forme ou une autre (un seul nom, un ordre de préférence, un sous-ensemble des candidats « assentis », ou toutes sortes d'autres variantes), et qui produisent, parfois en faisant intervenir le hasard, un gagnant. Un théorème célèbre dû à Kenneth Arrow (peut-être trop célèbre, comme celui de Gödel, du coup tout le monde aime bien l'interpréter à tort et à travers) affirme qu'aucun mode de scrutin ne peut être parfait, où « parfait » signifie en fait qu'il vérifie un petit nombre de critères qui intuitivement paraissent pourtant vraiment faibles, et certainement désirables. Un problème apparenté à l'impossibilité énoncée par ce théorème est le suivant : si environ 1/3 des électeurs préfèrent X>Y>Z (lire : préfèrent X à Y et Y à Z), environ 1/3 des électeurs préfèrent Y>Z>X et environ 1/3 des électeurs préfèrent Z>X>Y, alors finalement 2/3 (donc une majorité) des électeurs préfèrent X à Y et 2/3 des électeurs préfèrent Y à Z et 2/3 des électeurs préfèrent Z à X, donc qui qu'on choisisse entre X, Y et Z, il y aura 2/3 des électeurs qui en préféreront un autre. (Cette situation porte le nom de pardoxe de Condorcet : la relation de préférence majoritaire n'est pas forcément transitive.)

Néanmoins, il n'est pas vraiment acquis que le théorème d'Arrow pose un problème réel dans la pratique : les situations de paradoxe de Condorcet, notamment, sont sans doute rares, les électeurs votent rarement stratégiquement, et il y a différents théorèmes de possibilité qui montrent que sous certaines hypothèses pas franchement farfelues sur les préférences des électeurs et/ou sur leur honnêteté, on peut quand même former des modes de scrutin raisonnablement satisfaisants. Mais ensuite, la question devient de savoir ce qu'on veut exactement, et les mathématiques n'ont pas de réponse à ça.

On peut par exemple évoquer le critère de Condorcet : on dit qu'un mode de scrutin vérifie le critère de Condorcet lorsque s'il y a un candidat X tel que pour tout candidat Y une majorité d'électeurs préfère X à Y, alors X est élu. Autrement dit : le critère de Condorcet demande qu'un candidat qui est majoritairement préféré à tout autre candidat soit forcément élu (un tel candidat, X dans la phrase précédente, est appelé vainqueur de Condorcet ; il n'y a pas forcément un vainqueur de Codorcet, et s'il n'y en a pas, c'est-à-dire essentiellement les situations visées par le paradoxe de Condorcet évoqué plus haut, alors le critère de Condorcet n'exige rien du tout ; mais s'il y en a un, le critère de Condorcet demande que ce candidat soit élu). Ni le scrutin uninominal à un seul tour ni celui à deux tours ne vérifient le critère de Condorcet. La situation typique est celle où il y a trois candidats, X (centriste), Y₁ (de droite, disons) et Y₂ (de gauche, disons), où il y a un peu moins que la moitié des électeurs (les électeurs de droite) qui préfèrent Y₁>X>Y₂, un peu moins que la moitié des électeurs (les électeurs de gauche) qui préfèrent Y₂>X>Y₁, et le petit restant des électeurs (les électeurs centristes) qui préfèrent X>Y₁>Y₂ ; dans ces conditions, si on applique un scrutin uninominal à deux tours, le second tour aura lieu entre Y₁ et Y₂, et Y₁ gagnera, alors qu'en fait X était vainqueur de Condorcet.

On peut trouver des modes de scrutin qui vérifient le critère de Condorcet. (J'aime beaucoup celui-ci, que j'avais « redécouvert » indépendant et mentionné plusieurs fois sur ce blog sous le nom de scrutin de « Condorcet-Nash » ; voir notamment cette entrée et les notes au point (5). Il est « optimal » en un certain sens : en contrepartie, il a l'inconvénient de faire intervenir le hasard et d'être incompréhensible pour les non-mathématiciens.) Malheureusement, aucun de ces modes de scrutin, à ma connaissance, n'est compréhensible par l'électeur moyen, i.e., l'électeur non-mathématicien. Et même si j'aimerais bien vivre dans un monde où tout le monde comprendrait raisonnablement bien les mathématiques (au moins des choses relativement basiques comme ça), ce n'est pas le cas, et il est certainement important qu'une large majorité d'électeurs ait une idée globalement correcte des principes du mode de scrutin pour que la démocratie fonctionne. (Bon, cette affirmation est peut-être à nuancer : le mode d'élection des élections régionales en France est franchement assez byzantin, et ça ne pose pas de problème particulier ; mais au moins on comprend que c'est grosso modo une proportionnelle.) De toute façon, pour espérer pouvoir convaincre des hommes politiques de changer le mode de scrutin, il faudrait commencer par le leur faire comprendre (et leur faire comprendre comment ça peut les avantager ou avantager leur parti…).

Et même sur le fond, il n'est pas certain que le critère de Condorcet soit forcément souhaitable : c'est un critère qui, finalement, « favorise » les centristes ; mais si on reprend l'exemple précédent et qu'on se dit que pas loin de la moitié des électeurs (les électeurs de droite) préfèrent Y₁≫X>Y₂, pas loin de la moitié des électeurs (les électeurs de gauche) préfèrent Y₂≫X>Y₁, et le restant des électeurs (les électeurs centristes) préfèrent XY₁>Y₂, alors peut-être qu'il est politiquement légitime que ce soit Y₁ qui soit élu et pas X, ce dernier fût-il vainqueur de Condorcet, parce qu'élire Y₁ (et sans doute Y₂ la fois suivante) c'est admettre que gouverner c'est choisir et pas forcément faire des compromis. De nouveau, c'est une question politique à trancher, les mathématiques ne peuvent que faire des suggestions.

Un certain nombre de pays pratiquent pour certaines élections un mode de scrutin appelé instant runoff voting, également connu sous d'autres noms comme alternative vote ou transferable vote (attention cependant, le single transferable vote est une extension plus complexe de ce système qui s'applique au cas où on élit plusieurs personnes et pas une seule). L'idée est simple et compréhensible par tout le monde : au lieu de faire 2 tours comme en France, on en fait N−1 où N est le nombre de candidats, chaque tour éliminant exactement un candidat (celui le moins bien placé) : autrement dit, on fait un premier tour entre tous les candidats, on élimine celui qui a eu le moins de voix, et on recommence jusqu'à ce qu'il n'y ait plus qu'un seul candidat, qui est alors le gagnant de l'élection. Seulement, faire revenir les électeurs aux urnes pour un si grand nombre de tours serait malcommode : à la place, on demande donc aux électeurs d'indiquer une fois pour toutes leur ordre de préférences entre tous les candidats, et on reporte automatiquement leur voix sur le candidat le plus haut dans leur ordre de préférence et qui soit encore en course. (Autrement dit, initialement, le vote de chaque électeur porte initialement sur le premier candidat sur son ordre de préférence, on élimine le candidat le moins bien classé ainsi, puis on recommence en reportant les voix obtenue par le candidat éliminé sur le second candidat de l'ordre de préférence de ses électeurs, et ainsi de suite.) Ce mode de scrutin ne vérifie pas le critère de Condorcet (le contre-exemple est le même que j'ai déjà donné !), mais il a l'avantage d'être compréhensible par tous, et il remédie globalement au problème de la dispersion des votes présenté par les modes de scrutin uninominaux à un seul et même à deux tours, puisque les candidats sont éliminés successivement en commençant par le moins populaire.

Il a cependant de gros inconvénients. Le principal est qu'il est très difficile à dépouiller : comme chaque électeur doit indiquer un ordre complet de préférences, il faut enregistrer tous ces ordres, ce qui est bien plus complexe que d'enregistrer un seul nom ; et contrairement à d'autres modes de scrutin qui demandent aussi aux électeurs de choisir un ordre de préférence, dans celui-ci, on ne peut pas se contenter de compter, pour chaque paire X,Y de candidats le nombre d'électeurs qui ont préféré le candidat X au candidat Y, ni le nombre de fois que le candidat X arrive en k-ième place : il faut vraiment stocker tous les ordres de tout le monde. Bref, cela se fait surtout bien avec des machines à voter, qui posent leurs propres problèmes de transparence et de sécurité contre la fraude. (Un autre problème possible, mais qui est sans doute peu important dans la pratique, est qu'il ouvre la voie à un canal de communication subliminal : s'il y a assez de candidats, un électeur identifier son bulletin en choisissant subtilement l'ordre dans lequel il classe les candidats « sans importance ». Un peu à la manière dont les enchères du bridge font passer des informations en plus du pari qu'elles annoncent ouvertement.)

Par ailleurs, comme l'instant runoff voting se fait en un seul tour de scrutin (même si ce tour « simule » N−1 tours), il ne permet pas, par exemple, d'avoir des débats de second tour où les candidats repositionneraient leur discours pour tenir compte des résultats du premier tour et chercher à convertir des nouveaux électeurs ; et symétriquement, il ne permet pas aux électeurs de changer d'avis entre les tours. On peut donc se demander si la « queue » des ordres de préférence est aussi bien réfléchie que la « tête ».

Bref, si je devais, moi, changer le mode de scrutin de la présidentielle française, en tenant compte du fait que les électeurs ne sont pas mathématiciens (et d'autres réalités pratiques de ce genre), sans bouleverser la pratique existante ni le fonctionnement des institutions, je ferais le choix suivant, qui me semble représenter un bon compromis et un changement assez minimal par rapport à la pratique actuelle : il s'agit simplement d'insérer un tour intermédiaire lorsque les deux candidats arrivés en tête du premier tour ne totalisent pas 50% des suffrages exprimés ; ou plus exactement :

  1. au premier tour peuvent se présenter tous les candidats ayant recueilli un certain nombre de « parrainages »,
  2. le tour intermédiaire a lieu entre les candidats les mieux classés à l'issue du premier tour jusqu'à totaliser (strictement plus que) la moitié des suffrages exprimés,
  3. le tour final a lieu entre les deux candidats les mieux classés à l'issue du tour intermédiaire.

Il est bien entendu que si le tour intermédiaire devait ne se dérouler qu'entre deux candidats, il est sauté (c'est le tour final qui en tient lieu) ; et encore plus évidemment, que si un candidat obtient la majorité absolue, il est élu d'emblée. Le tour final a lieu deux semaines après le premier tour, le tour intermédiaire s'intercalant sur la semaine intermédiaire s'il y a lieu.

La règle que j'indique pour le tour intermédiaire, à savoir prendre les candidats les mieux classés jusqu'à dépasser 50% des voix au total, est une sorte de compromis basé sur différentes idées. En pratique, cela devrait conduire à sélectionner généralement trois candidats pour le tour intermédiaire si les deux premiers à l'issue du premier tour sont insuffisamment représentatifs : il faut donc imaginer ce tour intermédiaire comme une possibilité de rattrapage en cas de trop grande dispersion des votes au premier tour (si on constate que les deux premiers ne totalisent pas assez de voix, on ressaye en en mettant trois ; il faudrait une dispersion vraiment incroyable pour qu'il y ait quatre ou plus candidats au tour intermédiaire). Cette règle assure qu'au moins la moitié de l'électorat du premier tour voit son choix préféré représenté au tour intermédiaire ; et il est presque certain dans la pratique (même si ce n'est pas logiquement nécessaire) qu'au moins la moitié de l'électorat du tour intermédiaire voit son choix représenté au tour final ; et évidemment, au moins la moitié de l'électorat du tour final voit son candidat élu, puisqu'il n'y en a plus que deux. Bref, j'ai pris un critère simple qui ne repose pas sur un chiffre trop arbitraire : 50% est la valeur maximale qui assure que si on répète ce processus de sélection (à savoir : prendre les candidats les mieux placés jusqu'à dépasser 50% des suffrages exprimés), il termine forcément en temps fini.

Si je regarde ce que cette règle donnerait sur les élections présidentielles passées depuis 1965, il n'y a qu'en 2002 et 1995 qu'elle aurait conduit à un tour intermédiaire (avec respectivement Lionel Jospin et Édouard Balladur comme « troisièmes hommes »), aucune des autres élections n'aurait été modifiée ; c'est-à-dire qu'il n'y a qu'en 2002 et 1995 que les deux candidats du second tour ont représenté à eux deux moins de la moitié de l'électorat — le cas que je qualifie de problématique. Il n'est même pas du tout acquis que la réforme décrite ci-dessus, quand bien même elle devrait être adoptée, permette à un candidat de gauche de dépasser le premier tour en 2017, mais ça deviendrait assurément plus plausible.

Bref, le changement que j'évoque devrait être assez consensuel : il s'agit d'une modification qui ne bouleverserait rien et surtout pas la dynamique des institutions, et qui s'inscrirait de façon assez cohérente dans la logique de la campagne présidentielle et de l'élection telle qu'elles sont déjà pratiquées en France (même le calendrier s'y prête très bien). Les différents partis pourraient avoir des raisons tactiques de l'approuver ou non, mais il n'est pas du tout clair qui elle favoriserait globalement (on peut trouver toutes sortes d'arguments contradictoires, mais le fait est que, globalement, tout le monde est susceptible d'être un jour le « troisième homme »).

Je rassure tout le monde : je ne me fais pas l'illusion qu'une telle mesure aurait la moindre chance d'être adoptée. À la limite, s'il s'agissait simplement de modifier la loi électorale, je pourrais rêver que la probabilité dépasse celle que François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Manuel Valls, François Bayrou et quelques autres décident en même temps d'abandonner la politique et d'aller tous ensemble s'exiler sur une île paradisiaque pour y pratiquer l'amour libre et y fumer du chanvre entre deux baignades, ce qui ferait le plus grand bien au paysage politique français. Mais là, ce n'est pas juste une loi qu'il faut changer : le mode de scrutin de la présidentielle est inscrit dans la constitution, ce qui est, disons-le franchement, d'une connerie assez incroyable (surtout qu'elle impose même le calendrier, avec une marge de manœuvre quasi nulle pour le gouvernement). Du coup, je vais plutôt compter sur les chances côté île paradisiaque.

Cependant, je suis un peu étonné de n'avoir entendu personne ne serait-ce qu'évoquer une réforme comme je discute ci-dessus. Il y a bien une pétition ici, dont l'auteur n'a manifestement pas fait la même analyse que moi (il veut trois tours systématiquement, et sort de son chapeau un chiffre de quatre candidats admis à passer au deuxième), mais qui va au moins dans le même sens. Cette pétition a recueilli… 14 signatures. Ça doit être une bonne métrique de l'opportunité que j'ai à me lancer en politique.

(vendredi)

Pourquoi cette haine contre les sondages ?

Régulièrement, quand une élection tourne de manière différente de ce que les sondages annonçaient — ou plutôt, de ce qu'une lecture très naïve des sondages semblait permettre de conclure — on entend des hommes politiques, aussi bien du camp des gagnants (i.e., ceux qui ont fait mieux que ce que les sondages semblaient annoncer) que du camp des perdants (i.e., ceux qui ont fait moins bien) dire quelque chose comme : Le premier perdant dans cette élection, ce sont les instituts de sondages ! — ou encore : S'il y a une principale chose à retenir, c'est qu'il ne faut pas faire confiance aux sondages. Je pense que le message à comprendre entre les lignes est quelque chose comme, chez les uns, un infâme complot a cherché à nous faire croire que nous ne pouvions pas gagner (sans doute pour décourager nos électeurs de voter pour nous), et ce complot a été déjoué, et chez les autres, un infâme complot a cherché à nous faire croire que nous ne pouvions pas perdre (sans doute pour démotiver nos électeurs à venir voter), et ce complot a malheureusement réussi à nous coûter la victoire. Ce n'est jamais aussi clair, bien sûr, mais la petite musique est là quelque part.

Plus exactement, il semble y avoir une double affirmation chez à peu près tout le monde politique : (1) les sondages n'ont aucune valeur scientifique, ils sont tout faux, ils se trompent tout le temps, et, plus subtilement, (2) les sondages nuisent à la démocratie parce que l'impression de prédestination qu'ils procurent influence les électeurs dans leur choix, et gâche l'authenticité de leur vote, voire, corrompt une forme d'idéal démocratique qui devrait être celui où les électeurs font leur choix chacun sans tenir compte de ce qu'ils savent des choix des autres. Les petits partis, par exemple, aiment bien prétendre qu'ils restent petits parce que les sondages montrent qu'ils sont petits donc les électeurs ne veulent pas voter pour eux (de peur que leur voix soit essentiellement « perdue »), donc ils déclarent aux sondeurs ne pas vouloir voter pour eux, et le cercle vicieux se boucle.

Et je suis le premier à dire que ces effets boule de neige existent et jouent un rôle gigantesque dans notre société (d'autant plus qu'elle est « connectée ») et dans le fait que toute forme de succès soit auto-entretenu. Donc dénoncer ce problème me semble légitime. Mais le mettre sur le dos des sondages ? C'est oublier qu'il y a toutes sortes d'autres manières dont les opinions des uns se répercutent positivement sur les opinions des autres : des conversations entre amis aux messages viraux sur les réseaux sociaux en passant par la caisse amplificatrice du tri des journalistes, et aussi, les élections elles-mêmes (lors de l'élection N+1, on prendra d'autant plus au sérieux un parti ou un candidat qui a fait un score honorable à l'élection N). Les sondages sont un engrenage dans cette boucle de rétroaction positive, mais ils n'en sont qu'un parmi d'autres.

Il y a un autre problème qu'il me semble tout à fait légitime de critiquer (mais qui n'est pas vraiment mon propos ici), c'est quand on oublie que l'opinion publique n'existe pas tant qu'on ne la mesure pas : c'est une sorte de phénomène quantique, en ce sens que sur l'immense majorité des questions, l'immense majorité des gens n'a aucun avis simplement parce qu'ils ne se sont pas posé la question. Or faire une mesure — poser une question — c'est créer une opinion, et ce n'est en rien une opération neutre. D'autant que la manière dont la question est tournée a une influence gigantesque sur la réponse que les gens donneront, et que le résultat entrera dans la boucle de rétroaction de la société dans son ensemble. Ce qui doit nous intéresser ultimement est l'avis que donnerait la société après un débat et une réflexion sereins (voir ce que je racontais sur les referenda), ce qui n'est certainement pas ce que mesure un sondage. Mais bon, je me limite ici aux sondages sur un vote à venir, ce qui assure au moins que (1) le sondage ne crée pas la question ou le débat, et (2) on peut penser que la question est formulée de façon raisonnablement neutre (comment comptez-vous voter à l'élection du <tant> ?).

Bref, quand j'entends des gens les décrier, j'ai l'impression d'avoir affaire à quelqu'un qui a consulté son thermomètre avant de sortir pour choisir comment s'habiller, sans tenir compte du fait que le thermomètre était peut-être en plein soleil, ou qu'il y avait plein de vent, ou que la nuit allait tomber, ou je ne sais quoi du genre, et qui a trop chaud ou trop froid, et qui passe sa mauvaise humeur sur ce satané instrument de mesure et en vient presque à dire que la thermodynamique est une affaire de charlatans. Mon bon Monsieur, une mesure est une mesure : votre interprétation de cette mesure en est une autre ! Et si vous vous fiez aveuglément à cette interprétation, c'est peut-être ça votre problème, sans qu'il soit pertinent de vous plaindre de la mesure elle-même.

Le problème principal, c'est que souvent une lecture correcte des sondages devrait être on ne peut rien conclure, tout est trop incertain. Mais les gens veulent quand même une prévision, n'importe quelle prévision, ils lisent ce qu'ils peuvent, ou ce qu'ils veulent, en dépit du bon sens, et ils s'énervent contre les sondages quand cette lecture est idiote.

Le plus évident, c'est quand on dit que Machin monte ou que Bidule baisse dans les sondages, quand Machin gagne un point ou que Bidule en perd un. C'est vraiment ne rien comprendre au concept d'une mesure bruitée : à chaque fois qu'on va refaire le sondage, il y a une nouvelle erreur de mesure (et, pour compliquer les choses, il y a à la fois une erreur aléatoire qui diffère à chaque mesure et une erreur systématique qui reste grosso modo la même d'une fois sur l'autre), et cette erreur est sans doute très largement supérieure à la variation de l'opinion « réelle » dans le temps. Donc lire une hausse ou une baisse dans le résultat de quelques sondages successifs est une inanité : c'est pourtant ce que font joyeusement les journalistes. Tout aussi évidente comme erreur est le fait de conclure que Machin a de l'avance ou que Bidule a du retard sur la base de quelques sondages qui montrent pourtant un écart très faible.

Prenons quelques exemples. La récente élection présidentielle américaine, d'abord : les sondages donnaient grosso modo une courte avance à Hillary Clinton sur Donald Trump (quelques points de pourcentage). Lecture complètement crétine des sondages : donc Clinton va gagner. Et ensuite de se lamenter de l'erreur des sondages parce que Clinton ne gagne pas. Non, non, non : l'erreur est dans votre lecture complètement naïve des sondages. Il est vrai que le fait que Clinton ait eu tout au long de la campagne une avance sur Trump dans les sondages nationaux avait sans doute une signification — mais cette signification s'est manifestée dans les faits, puisqu'elle a obtenu plus de votes que Trump (elle a gagné le vote populaire), et par une avance assez importante, d'ailleurs. Si on voulait prédire le gagnant de l'élection (et pas celui du « vote populaire »), il fallait regarder les sondages état par état, faire des modèles complexes à partir de ça, et ces modèles correctement faits, comme celui de fivethirtyeight, donnaient une probabilité de victoire de Trump de l'ordre de 30% (sur tout le cours de la campagne, ça a varié entre 10% et 50%). Si quelqu'un joue à la roulette russe avec deux balles dans le barillet et qu'il meurt, personne ne va trouver ça extraordinaire ou incroyable. Mais là, les gens qui veulent absolument une prévision, n'importe quelle prévision retiennent juste le message Clinton est devant Trump, donc Trump ne va pas gagner, et quand Trump gagne ils crient au mensonge (soit qu'on les a trompés en leur faisant croire qu'il n'y avait pas de risque, soit, quand c'est l'autre camp, qu'on a voulu les réduire au silence en faisant croire qu'ils allaient perdre). Je suis désolé, mais la connerie n'est pas dans les sondages, elle est dans la tête de ceux qui les lisent. Ce n'est pas pour dire que les sondages n'ont pas fait des erreurs systématiques (mais elles ne sont probablement pas ce qu'on imagine facilement), mais ces erreurs étaient détectables déjà au cours de la campagne par une grosse incertitude dans les probabilités calculées — une lecture raisonnable (et c'était la mienne d'où mon inquiétude) était quelque chose comme Clinton a de l'avance mais rien n'est joué et les chances que Trump gagne ne sont pas du tout faibles, il est vraiment difficile de prétendre que cette lecture était une erreur.

Prenons un autre exemple, le Brexit. Tout au long de la campagne, les courbes de résultats du Remain et du Leave n'ont pas arrêté de se croiser, et qui plus est, les sondages selon des méthodologies différentes (sondages téléphoniques versus sondages par Internet notamment) montraient des écarts systématiques révélateurs d'erreurs profondes. Et il est bien connu qu'il est très difficile de sonder sur un referendum (car contrairement à des élections où les mêmes partis se représentent régulièrement, on ne peut pas corriger le résultat du sondage par des interrogations sur les élections passées). Une lecture raisonnable des sondages était donc : il est vraiment impossible de conclure quoi que ce soit sur la base des sondages. Je n'arrive donc pas à comprendre pourquoi tant de gens ont été surpris du résultat de ce qu'on aurait dû traiter quasiment comme un jet de pile ou face. (Mon pronostic personnel était que le Leave l'emporterait, mais je ne peux pas en tirer de gloire, il était, comme ma crainte de la victoire de Trump, plus basé sur une foi inébranlable en la connerie humaine et un pessimisme général que sur des considérations réellement scientifiques.)

Troisième exemple, la primaire « de la droite et du centre » française dont le premier tour a eu lieu la semaine dernière. Bon, là, si les instituts de sondage ont publié des chiffres, c'est sans doute malhonnête de leur part, j'ose espérer qu'ils mettent des barres d'erreur gigantesques, parce que tout le monde sait bien que faire des sondages sur une consultation qui aura une participation très faible (par rapport à l'ensemble de la population, ou même des listes électorales) revient à jeter des fléchettes à l'aveugle au cours d'une tempête. Enfin, tout le monde devrait savoir ça, ou trouver ça complètement évident ; ce qui m'inquiète est que ce ne soit pas le cas : mais ce n'est, de nouveau, pas la faute des sondages, c'est la faute des gens qui n'arrivent pas à comprendre le concept d'une barre d'erreur.

Et pour conclure sur un exemple générique (qui recouvre partiellement le précédent), un sondage, même parfait, ne renseignera que sur l'état de l'opinion au temps t où il est fait. Or l'opinion change, et peut changer même dans les derniers jours ou les dernières heures avant le vote. Faut-il conclure à une erreur dans ce cas ? Je ne le pense pas : il faut juste savoir lire le sondage comme une mesure à un temps donné, et qu'on ne peut extrapoler qu'avec la plus grande prudence — ceux qui le font sans aucune vergogne ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes.

Bref, la moindre des choses serait d'arriver à savoir lire quand les sondages disent qu'ils ne peuvent rien dire.

Maintenant, si je me fais l'avocat du diable, je vais dire : mais si une « lecture correcte » des sondages consiste à comprendre qu'il n'y a rien à en tirer dès que le match est un peu serré, quel est leur intérêt ? quand le match n'est pas serré du tout, les sondages ne font que confirmer l'évidence (par exemple, que Jill Stein n'allait pas remporter l'élection présidentielle américaine). Le problème quand on dit ça, c'est qu'on fait preuve de cécité rétroactive : il y a toutes sortes de choses qui nous paraissent évidentes parce qu'on a vu les sondages, et qui ne l'auraient pas été sans eux, et du coup toutes ces situations où les sondages ont apporté une mesure utile et pertinente sur l'état de l'opinion sont facilement oubliées parce qu'elles paraissent « évidentes » avec le recul.

C'est profondément injuste de nier l'utilité de sonder l'opinion publique. Le fait qu'hommes politiques et journalistes y soient totalement accros est certainement un problème, mais la vision idéalisée d'un homme politique qui gouverne uniquement selon son for intérieur et se présente aux élections pour ce qu'il croit Juste, faisant face à des électeurs qui votent eux-mêmes chacun pour le projet qui a sa préférence sans tenir compte des autres, cette vision est, justement, complètement idéalisée — et je n'aime pas l'idéalisation de la démocratie. (Je ne crois pas, par exemple, que les droits des homosexuels auraient fait tant de progrès s'il n'y avait pas des sondages pour montrer que l'opinion publique évolue.)

Et en tout état de cause, si on ne veut pas de sondages, on ne peut pas ignorer le problème réel des votes perdus : si je suis face à trois candidats, A, B et C, que j'ai une très légère préférence pour A sur B, les deux étant très très loin devant C dans mon ordre de préférence, et si le mode de scrutin ne me permet d'exprimer qu'un seul choix, il m'est réellement utile de savoir si A a des chances sérieuses de l'emporter ou s'il vaut mieux que je vote « utile » pour B. Donc à moins qu'on adopte un mode de scrutin vérifiant au moins le critère de Condorcet (or je ne sais pas s'il y a un seul pays au monde qui fait ça !), il faut bien que les électeurs disposent d'un minimum d'information pour faire leur choix de voter « utile » ou non. Ceci est légitime, et seuls les sondages le permettent.

(Bon, dans un monde idéal, on pourrait imaginer faire des élections en continu, où chacun peut, à tout moment, changer sa voix, et dont les résultats sont connus en permanence, et deviennent officiels à partir du moment où tous les électeurs s'estiment satisfaits et n'ont pas envie de changer leur vote compte tenu des résultats — en espérant que ça converge. Les sondages n'auraient alors aucun intérêt puisque l'élection serait un sondage à l'échelle de tout l'électorat. Mais nous ne sommes pas dans un monde idéal !)

(mercredi)

Exercice : chercher le silver lining

Je n'ai pas beaucoup dormi parce que j'ai passé la fin de la nuit, depuis 5:30 du matin (heure de Paris =UTC+0100) à alternativement sangloter, crier j'ai peur de façon incohérente, et chercher le réconfort des bras de mon poussinet (qui aurait sans doute préféré dormir), donc je ne vais pas essayer d'écrire quelque chose de cohérent.

À la place, je vais laisser cet exercice à mes lecteurs en leur proposant ce défi : on dit que every cloud has its silver lining, personnellement je n'arrive pas à le voir, donc votre but est de me convaincre qu'il y en a quand même un, ou au moins, que ce n'est pas la fin du monde (le 20 janvier 2017). On se concentrera sur les conséquences en-dehors des États-Unis, parce que c'est ce qui concerne principalement mes lecteurs et aussi parce que c'est là où l'action du président n'a aucune sorte de contrôle ou contre-pouvoir.

(Et pour éviter qu'on me ressorte les mêmes âneries que lors de mes précédentes discussions sur le sujet, parler de programme politique ou d'isolationisme ou de de choses comme ça est hors sujet : la question est celle de la gravité d'avoir un psychopathe incontrôlable à la Maison-Blanche — ce que le fou a dit qu'il ferait peut juste servir comme indication de certaines de ses lubies, mais certainement pas comme prévision de ce qu'il fera.)

(dimanche)

Quelques réflexions électorales

Méta : Je suis complètement crevé en ce moment pour les raisons que j'ai déjà expliquées, et en plus j'ai attrapé le rhume de mon poussinet, donc ne vous attendez pas à ce que ce qui suit soit d'une grande cohérence. 😐

Je regarde monter et descendre les courbes de probabilité de fin du monde sur les différents agrégateurs et méta-agrégateurs de sondages relatifs à l'élection américaine, et je me pose la question épistémologique suivante (à laquelle je n'ai pas de réponse satisfaisante) : qu'est-ce que ça veut dire, au juste, une probabilité, pour un événement qui ne se produit qu'une seule fois. Par exemple, au moment où j'écris, FiveThirtyEight donne 35% de chances à Monsieur T d'être élu président, Princeton Elections lui donne moins de 1% de chances, le New York Times le place entre les deux à 16%, et les forces du marché à 12% (comme je l'ai mentionné en commentaire de l'entrée précédemment liée, certaines des raisons pour ces différentes sont expliquées ici et ) ; mais au final, qu'il soit élu ou pas, il sera impossible de dire qu'un quelconque de ces prédic(a)teurs avait raison, ou qu'il avait tort, ni d'ailleurs de donner tort au Splendide Talent Universel Prédicteur Indépendant de David qui prédit des chances égales à chaque candidat dans n'importe quelle élection. Si on échappe à la fin du monde pour l'instant, il sera impossible de dire si on a eu chaud ou si on s'est inquiété pour rien. Tout au plus peut-on dire qu'une méthodologie de prévision, ou un oracle probabiliste, A, est globalement meilleure qu'un autre B sur le même jeu d'événements, lorsque [correction  : j'avais oublié les logs] la somme des logs des probabilités prédites par A sur les événements qui se produisent au final est supérieur à la somme des logs des probabilités prédites par B. Ce n'est pas comme un jet de dé où tout le monde peut être à peu près d'accord sur ce que signifie le mot probabilité.

Mais je voulais parler d'autre chose : de deux idées de modifications (indépendantes l'une de l'autre) qu'on pourrait apporter au mode de scrutin (de l'élections présidentielles américaine ou française, ou en fait de quasiment n'importe quelle sorte d'élection). Il ne s'agit pas de réformes profondes : je ne veux pas parler ici des modes de scrutins plus ou moins idéaux (voir par exemple celui-ci que j'avais « redécouvert » indépendant et mentionné plusieurs fois sur ce blog sous le nom de scrutin de « Condorcet-Nash » ; voir notamment cette entrée et les notes au point (5)), et de toute façon, s'agissant du mode de scrutin pour l'élection présidentielle américaine, la première chose à faire serait de tout jeter à la poubelle, à commencer par les grands électeurs, et reprendre à zéro. Mais il s'agit, là, d'idées extrêmement simples sur lesquelles il est au moins intéressant de méditer.

Idée numéro 1 : faire qu'au lieu lieu de voter pour un candidat à l'élection on puisse si on préfère voter contre un candidat. (La modalité pratique, dans un système à base d'enveloppes dans une urne comme en France, serait simplement qu'on mettrait un bulletin spécial, tout rouge avec le mot CONTRE écrit en énorme dessus, en plus du bulletin du candidat contre lequel on veut voter ; ou peut-être qu'il y aurait deux fois plus de bulletins que de candidats, je ne sais pas ce qui se prête le moins à la fraude.) Voter contre un candidat soustrait une voix à ce candidat : autrement dit, son nombre de voix est égal à son nombre de voix pour (upvotes) moins son nombre de voix contre (downvotes) ; et ce score net peut tout à fait tomber en-dessous de zéro s'il y a plus de contre que de pour ; ça n'empêche qu'on élit le candidat qui a le score net le plus élevé, ou on fait un second tour entre les candidats qui ont le score net le plus élevé, selon les modalités normales pour l'élection dont on parle (ma proposition n'est qu'une modification sur un mode de scrutin déjà existant, pas un mode de scrutin en elle-même). Je ne sais pas comment on afficherait les résultats (un pourcentage des suffrages exprimés ne voudrait plus dire grand-chose), mais en tout cas la modification est claire, et compréhensible par tout le monde, rien de comparable à des modes de scrutin mathématiquement complexes.

Il appartiendrait à chaque électeur de décider en son for intérieur s'il veut utiliser son unique voix pour voter pour tel ou tel candidat ou contre tel ou tel candidat. (Bien sûr, on pourrait imaginer des choses plus complexes, notamment ce que je proposais dans la note #2 de cette entrée, mais on perd alors la simplicité qui permet au mode de scrutin d'être compris par tout le monde.)

Il n'aura échappé à personne que s'il y a exactement deux candidats, X et Y, cela ne fait aucune différence de voter pour X ou contre Y, ou vice versa, puisque seule compte, au final, la différence entre leurs scores nets. Mais, et c'est un point très important avec les élections, les électeurs ne sont pas rationnels, leur impression, le « message » qu'ils veulent pouvoir envoyer, a une importance (on peut le regretter, trouver que les gens sont cons, et c'est sans doute vrai, mais tout le monde ne peut pas être mathématicien ☺). Donc en pratique cela ferait une différence, parce que cela ferait une différence sur la manière dont les gens ressentent l'élection (et, soyons honnêtes, sur les chiffres proclamés : si un candidat est élu avec −5338357 voix contre −7244326, il va sans doute moins faire le malin dans sa comm ultérieure). Lorsque la gauche française sera amenée à voter au second tour de l'élection présidentielle de 2022 pour choisir entre l'extrême-droite de Marine Le Pen et l'extrêmement-plus-droite de Marion-Maréchal Le Pen, elle sera plus encline à venir se déplacer pour faire barrage à la seconde si elle a au moins la satisfaction de pouvoir mettre un bulletin contre dans l'urne. Et, bien sûr, dans une situation où il y a strictement plus que deux candidats (même s'il y a des « petits candidats » qui n'ont de chance d'être élus que si les « grands » tombent en-dessous de zéro), cela fait une différence. Je pense notamment que cette idée aurait plu à un certain nombre d'électeurs américains pas du tout contents de devoir choisir de soutenir Monsieur T ou Madame C.

L'idée numéro 2 n'a rien à voir et est complètement indépendante de la précédente. Elle s'applique à n'importe quel type de scrutin où on élit une personne, par exemple n'importe quelle élection présidentielle. Et le changement consisterait simplement à ce qu'au lieu d'élire une personne on élise une liste de, disons, cinq personnes. Une fois la liste élue, on tire au hasard une personne dans la liste, et c'est elle qui est élue. (Les autres de la liste peuvent recevoir des lots de consolation, des hochets décoratifs comme un poste de vice-président, mais ce n'est pas l'important.) Autrement dit, les électeurs n'ont pas tout à fait le choix de leur président : ils ont le choix jusqu'à une incertitude de log₂(5) bits, si j'ose dire.

Pourquoi diable voudrait-on faire ça ? Tout simplement, pour dépersonnaliser les élections. Pour obliger les campagnes et les électeurs à se concentrer moins sur les personnes et plus sur les programmes : la liste de cinq devra évidemment proposer un programme unique (et donc se mettre d'accord sur son contenu), et il sera impossible de faire campagne sur la personnalité d'un candidat, car chacun n'aura au final qu'au mieux une chance sur cinq d'accéder à la fonction visée.

Bon, peut-être que ces idées sont totalement idiotes et ne fonctionneraient pas du tout comme attendu, je n'en sais rien, je suis trop enrhumé et fatigué pour décider, mais je pense qu'elles méritent au moins qu'on y médite un petit moment.

(jeudi)

Donald Trump me terrifie vraiment

Je ne nie pas que je suis chaque élection présidentielle américaine avec un certain intérêt, mais cette fois-ci, ce n'est pas juste de l'intérêt : la possibilité bien réelle que Donald Trump devienne le prochain président des États-Unis me terrifie complètement. C'est loin d'être une certitude, bien sûr, malgré les gaffes, les scandales et les doutes sur la santé de sa principale adversaire (je vais y revenir) ; peut-être que Trump a moins de 50% de chances d'être élu, peut-être même seulement 40% (ou 30% si on est carrément optimiste), mais cette perspective est tellement épouvantable que, fût-elle pondérée par 30%, elle reste alarmante : si je dois jouer à la roulette russe avec seulement deux balles dans le chargeur, je vais peut-être être content de savoir qu'il n'y en a pas trois, quatre ou cinq (ou six !), mais je préférerais ne pas jouer du tout. Et rien ne dit que la probabilité soit aussi faible (sans entrer dans la question philosophique oiseuse de ce qu'une probabilité signifie au juste) : elle se base sur une lecture éduquée de sondages, mais même pour des statisticiens avertis (voir par exemple ici et , et si on croit aux forces du marché, ), manipuler tant d'inconnues est délicat, et Trump a déjà donné tort aux experts[#] qui ne lui donnaient aucune chance lors de la primaire.

[#] Il est vrai que, à ce niveau, les sondages avaient justement raison contre les experts qui disaient les sondages se trompent forcément, Trump ne peut pas être aussi haut. Maintenant, les experts se méfient. Mais les sondages peuvent quand même se tromper énormément, surtout face à quelqu'un d'aussi imprévisible et dans une campagne aussi bizarre.

Ce n'est pas seulement que je croie que les idées de Trump soient mauvaises et dangereuses : ce serait déjà beaucoup s'il avait un programme, si on savait à quoi s'attendre. Mais ce qu'on a vu pour l'instant, dans cette campagne, montre simplement que Trump est totalement impulsif et instable, capable de dire tout et son contraire et de faire n'importe quoi, et que personne, ni ses alliés ni ses ennemis, ne peut prévoir ses réactions ; tout suggère qu'il a le contrôle de soi et la tempérance d'un enfant de cinq ans caractériel ; que ses capacités d'attention ou de prévoyance sont nulles, et que les quelques facultés mentales qu'il a sont tout entières tournées vers la satisfaction de sa mégalomanie égocentrique. D'autres personnes cherchent à se faire élire à une fonction publique pour réaliser un programme plus ou moins bon, mais Trump semble n'avoir tout simplement pas d'idées politiques : la fonction présidentielle est simplement une médaille dorée qu'il veut ajouter à sa collection.

Je pourrais tenter de faire une liste de quelques unes des pires ignominies qu'il a vomies, que ce soit en matière de racisme, de misogynie, ou simplement de haine aveugle. Je pourrais étayer le fait qu'il n'est pas seulement menteur, mais ostensiblement fier de ce que la vérité n'ait qu'une connexion extrêmement ténue à ses discours (à ce stade-là, ce n'est même plus la peine). Je pourrais citer certaines de ses contradictions si nombreuses qu'on ne peut plus lui attribuer la moindre position (admettons que cet échantillon est amusant à regarder). Je pourrais évoquer la copieuse panoplie de scandales, de fraudes et de malversations qui l'entourent (je vais me contenter de renvoyer au dernier épisode de Last Week Tonight [épisode 3:23 du 2016-09-25]). Et je pourrais mentionner quelques uns des indices qui font craindre quant à sa santé mentale ou en tout cas ses facultés émotionnelles et intellectuelles (voir par exemple ceci ou cela pour une discussion). Je pourrais remarquer que même comme homme d'affaire, quand on regarde de près, on trouve surtout des signes de son incompétence. Mais toutes ces démonstrations n'auraient qu'un intérêt assez médiocre : quiconque a suivi, même de loin, cette campagne, ne peut pas accorder encore le moindre bénéfice du doute à Donald Trump sauf à être d'une mauvaise foi telle qu'aucun argument ou aucune preuve ne le convaincra jamais : pour penser du bien de cet homme, il faut s'être entouré d'une armure impénétrable de fausseté [← je ne trouve pas de mot français pour delusion], et je pense que ce n'est pas le cas de mes lecteurs.

En fait, le problème, ce ne sont pas tant les irrécupérables qui soutiennent Donald Trump que ceux qui pensent que les maux de son adversaire (et incontestablement, il y en a) sont comparables. Ou qui par principe refusent de se boucher le nez et de choisir le moindre mal : et qui, du coup, ne vont pas voter, ou vont voter pour Gary Johnson ou Jill Stein, lesquels n'ont aucune chance[#2][#3] d'être élus. Or comme le dit une citation célèbre (dont personne ne connaît l'origine exacte, d'ailleurs), tout ce qu'il faut pour que le Mal triomphe est que les gens de Bien ne fassent rien. Même Noam Chomsky, qui n'est certainement pas du genre à appeler à voter utile en toute circonstance ou à soutenir les démocrates en général (il qualifie Barack Obama, par exemple, de criminel de guerre à cause des exécutions à distance par drones), a écrit un texte appelant à faire barrage à Trump à cette élection-ci.

[#2] Pour qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit : il n'y a rien de scandaleux en soi à voter pour quelqu'un qui n'a aucune chance d'être élu (surtout que ce concept de n'avoir aucune chance doit être pris avec des pincettes, sous peine de devenir une prophétie auto-réalisatrice). Ce qui est scandaleux à mes yeux, c'est de le faire par principe et sans tenir compte des autres circonstances (notamment, la différence de programme entre les candidats qui ont une chance, et à quel point l'écart est serré entre eux). Je renvoie au texte de Chomsky pour une argumentation un peu plus précise des facteurs à prendre en compte. Je ne me prononce pas au sujet du vote pour des candidats de tiers partis sur l'une des nombreuses autres élections qui ont lieu en même temps que la présidentielle américaine et qui peuvent avoir beaucoup d'importance aussi (et de fait, des candidats indépendants sont effectivement élus, y compris jusqu'au Sénat).

[#3] En plus de quoi, Gary Johnson semble à peu près aussi ignorant et incompétent que Donald Trump, donc ce n'est pas comme si c'était tellement mieux de voter pour celui-là que pour celui-ci, quand bien même il aurait une chance sérieuse.

Il y a, en fait, énormément d'électeurs qui estiment qu'il leur est impensable de voter pour Trump comme pour Clinton, tant l'impopularité de cette dernière est énorme. Cette impopularité est assez difficile à comprendre : les scandales qui l'affectent (cf. l'extrait de Last Week Tonight lié ci-dessus), l'opacité autour de son état de santé[#4], tout cela devrait paraître assez insignifiant par rapport aux abjections que l'autre étale fièrement chaque jour. Le nombre de déçus de Bernie Sanders (et fâchés de l'opacité du système des primaires démocrates) ne suffit pas non plus à expliquer que Clinton et Trump soient presque à égalité dans les sondages ; pas plus que l'impression d'insincérité ou d'appartenance dynastique que peut dégager celle qui a été première dame, sénatrice et secrétaire d'État. Même une personne totalement dégoûtée de la politique ou repoussée par les programmes des deux grands partis[#5] devrait au moins admettre qu'il vaut globalement mieux avoir un président compétent, intelligent et sain d'esprit (et personne ne conteste que Clinton soit tout ceci) que le contraire. En vérité, le fait même qu'il puisse y avoir une chance que Trump soit élu, et a fortiori le fait qu'elle soit aussi énorme, suffit à me faire désespérer de l'humanité.

[#4] Difficile de faire la part de l'inquiétude légitime et de la théorie du complot. Mais ce genre de préoccupation souligne surtout l'absurdité du système présidentiel, qui fait que la santé d'une seule personne devient un enjeu aussi considérable.

[#5] En fait, le programme des Démocrates a assez peu d'importance vu qu'ils ne disposeront pas de majorité à la Chambre des Représentants pour faire quoi que ce soit. Les Républicains, eux, risquent d'avoir effectivement le pouvoir de faire des choses.

Je crois qu'un phénomène important qui explique que ce soit aussi serré est la fausse équivalence sous laquelle les médias américains présentent les deux candidats : par peur de paraître trop biaisés, ils tendent donc à accorder autant de temps ou d'importance aux reproches faits à un candidat et à l'autre, ce qui accentue l'effet « Trump est certes horrible, mais Clinton aussi », bref, l'impopularité de son adversaire déteint sur elle (et même les médias qui ne font pas ça provoquent quand même cet effet, parce qu'on s'attend à ce que les médias cherchent cette sorte d'équilibre artificiel, et du coup, ceux qui ne le font pas passent pour biaisés en faveur de Clinton).

La notion même de vérité semble d'ailleurs avoir totalement disparu de la campagne, ce qui, indépendamment de la figure de Trump, est effrayant : ce qui compte n'est plus ce qui est vrai, plus personne n'en a cure (et Mme Clinton se fatigue pour rien à dire globalement la vérité aux électeurs), ce qui compte est ce que les gens ressentent. (J'ai le souvenir, par exemple, sur la question de l'insécurité, à je ne sais quel journaliste qui signalait qu'elle était plutôt en baisse, qu'un ténor du parti Républicain a rétorqué que ça n'avait pas d'importance parce que les électeurs ne le sentaient pas comme ça.) La blague que truth has a liberal bias n'a jamais sonné plus juste. (Voir aussi ici ; et voir ce que je disais dans une entrée précédente.)

Il y a peut-être un effet cyclique dans l'électorat qui fait que si Donald Trump dépasse Hillary Clinton dans les sondages, les gens se réveillent en se rendant compte qu'il a des vraies chances de devenir président, et reconsidèrent leur décision de ne pas voter, ou de voter pour un tiers parti ; mais dès que Clinton remonte, ils reviennent sur cette décision, comme si les sondages étaient quelque chose de fiable et que l'avance de epsilon pour cent qu'elle a sur lui signifiait que le danger était écarté. Et au moment où j'écris, on est peut-être bien bloqué dans un état où Clinton a, effectivement, une avance epsilonesque sur son adversaire, suffisante pour que beaucoup de gens se disent qu'elle va le battre et que ce n'est donc pas la peine de se mobiliser, mais insuffisante pour écarter vraiment le danger.

Mais j'en reviens à moi-même.

Je ne suis pas Américain. La décision ne dépend donc pas de moi. Mais suis-je pour autant concerné ? Certainement. Quand Rodrigo Duterte (qui a beaucoup de points en commun avec Trump) a été élu à la présidence des Philippines, j'étais affligé pour les Philippines, mais je ne me sentais pas moi-même directement menacé ; la perspective que Trump soit élu président des États-Unis, en revanche, menace le monde entier.

J'ai tendance à penser des dirigeants qu'ils sont souvent dans la position où il est quasiment impossible pour eux de faire du bien, mais extrêmement facile de faire du mal. Lorsqu'il s'agit du président des États-Unis, ce mal s'exerce sur la planète tout entière. Et quand il s'agit d'un fou qui n'a aucune notion du bien ou du mal ou de capacité intellectuelle à juger les conséquences de actions, le risque est immense. Je ne mentionnerai que trois points.

D'abord, il y a le changement climatique. L'accord de Paris sur la limitation des gaz à effet de serre est faible et insuffisant, mais je faisais partie de ceux qui pensaient que rien n'allait sortir de cette conférence et j'ai été très agréablement surpris qu'elle accouche d'un accord, fût-il minimal, laissant espérer qu'on ait peut-être une chance de réussir à infléchir la trajectoire dans laquelle nous sommes partis. D'un autre côté, cette chance est unique : si elle échoue, cela confortera l'idée qu'il est impossible de parvenir à un accord, et plus personne ne voudra réessayer. Or si Donald Trump est élu président des États-Unis, l'accord de Paris est mort : il a clairement dit qu'il s'en retirerait (il a peut-être aussi dit le contraire, vu qu'il dit tout et son contraire, mais sur ce point-là, on sait à quoi s'en tenir avec lui), et de surcroît, il nommera certainement quelqu'un à la Cour Suprême qui complètera une majorité conservatrice certainement encline à frapper cet accord quand bien même un président ultérieur voudrait le réinstaurer (surtout s'il passe par voie exécutive et sans confirmation par le Sénat). Ce point à lui tout seul suffit à me faire craindre, si Trump est élu, pour l'avenir de l'humanité.

Ensuite, il y a la géopolitique, et les risques d'une guerre mondiale, ou atomique, ou les deux. Je ne vais pas prétendre que ça me semble hautement probable, même si Trump est élu, mais le risque est tellement colossal que même en regard d'une probabilité faible, il demeure terrifiant. Je ne pense pas que Trump enverra une bombe atomique en Europe pour le simple plaisir d'appuyer sur le bouton rouge ou de montrer son pouvoir, mais je n'en suis pas certain non plus, tant il semble dépourvu de la moindre graine de conscience (et je ne crois pas qu'il existe un quelconque garde-fou pour l'en empêcher s'il lui en prend l'envie) ; et de toute façon, il n'est pas nécessaire qu'il rase Paris pour que cela m'affecte directement : on a tendance à l'oublier, mais l'équilibre de la terreur demeure hautement précaire, et avoir un fou à la Maison Blanche est un danger imminent pour l'humanité.

Enfin, il y a l'économie. En mettant de côté toutes les critiques de fond qu'on peut faire au capitalisme libre-échangiste mondialisé, il y a une chose qui me frappe particulièrement, c'est à quel point il est instable, et à quel point les boucles de rétroaction toujours plus complexes et plus rapides qui se mettent en place au fur et à mesure que les services s'intègrent les uns aux autres au niveau mondial, tendent à devenir autant de facteurs d'instabilité et de propagation des crises. Les uns diront que c'est une caractéristique intrinsèque de l'économie de marché (un peu comme elle l'est de l'écologie des populations), les autres diront que c'est un effet des tentatives pour contrarier le libre-échange qui empêchent les effets stabilisateurs de s'exercier correctement, toujours est-il que l'économie mondiale semble une construction tout aussi instable que la relative paix sur le plan géopolitique. Si Donald Trump fait ce qu'il sait faire, c'est-à-dire n'importe quoi, c'est exactement le genre d'instabilité qui peut faire plonger l'économie bien plus bas que la crisounette de 2008. (Même The Economist, qui n'est pas vraiment suspect de critique systématique contre le capitalisme, avertit de ces risques. Certes, leur analyse diffère de la mienne, parce qu'ils craignent avant tout son hostilité contre le libre-échange, mais sur point central nous sommes d'accord : il peut faire n'importe quoi et il est totalement imprévisible.)

Ce ne sont que des exemples de ce pourquoi Trump me fait peur, et de nouveau, en ignorant totalement son racisme, sa misogynie et le reste de son programme répugnant qui peut faire tant de mal aux États-Unis, et en me concentrant simplement sur sa personnalité et ce qui peut faire du mal au monde entier. Même si je n'avais pas ces peurs précises en tête, le fait que quelqu'un d'instable reçoive des pouvoirs immenses est terrifiant. Quand je dis que Trump me fait peur, évidemment, c'est une forme d'imprécision : ce n'est pas Trump lui-même qui me fait peur, c'est la possibilité qu'il devienne président ; je n'ai pas peur non plus d'un enfant de cinq ans, mais si on me dit que cet enfant de cinq ans va recevoir le pouvoir d'envoyer des bombes atomiques n'importe où sur la planète quand il en a envie, alors là je pisse dans mon froc.

Le plus ironique, c'est que Trump lui-même n'a probablement pas envie de devenir président, ou en tout cas, il n'a probablement pas envie de gouverner. Ce qu'il voulait en se lançant dans la campagne, c'était attirer l'attention, être un gagnant et gratifier son ego, mais l'idée de gouverner le fait chier ; il semble qu'il ait proposé à John Kasich (un de ses rivaux malheureux lors de la primaire républicaine, le plus sensé d'entre eux d'ailleurs) d'être son vice-président et de s'occuper de tout à sa place (la phrase exacte était in charge of domestic and foreign policy, ce à quoi l'aide de Kasich a logiquement demandé ce qui restait et la campagne de Trump a répondu making America great again) : cette histoire est peut-être déformée mais elle colle prafaitement avec la manière dont on perçoit la personnalité du bonhomme. (Je vais aussi devoir de nouveau faire une référence à Last Week Tonight : voir ici pour son message à Trump [extrait de l'épisode 3:22 du 2016-08-21 ; il ne semble pas qu'il y ait de vidéo officielle de ce segment sur YouTube, ce qui est bien dommage].)

Un autre point ironique, c'est qu'un des arguments que Trump utilise pour essayer de se faire élire est la peur du terrorisme. Mais il faut être vraiment déconnecté de la réalité pour se sentir plus menacé par des terroristes qui font à tout casser quelques morts par an et par million d'habitant dans les pays occidentaux, probablement même moins que 1 par an et par million aux États-Unis, que par Donald Trump dont on pourrait s'estimer très réconforté si on avait la garantie que ses politiques ne causaient que quelques centaines de morts.

Toujours est-il qu'en ce moment, dès que je me lève, je regarde si Clinton a fait une gaffe (ou a eu une quinte de toux) qui pourrait lui coûter l'élection. (Trump, lui, ne peut pas faire de gaffe, bien sûr : tout ce qu'il dit est du niveau de ce qui serait considéré inadmissible pour n'importe quel autre candidat.) Le lendemain de chaque débat est un moment d'anxiété particulière (a-t-elle dit un mot de travers ? s'est-elle trouvée mal ? va-t-on tous mourir à cause de ça ?), et le jour de l'élection je suppose que je ne dormirai pas de la nuit.

(samedi)

L'esprit d'équipe et les opinions politiques

Commençons par un peu de complotisme facile. Si j'étais à la tête d'une organisation secrète qui gouverne le monde dans les coulisses, ce que je ne suis pas du tout, faites-moi confiââââânce, une des manière dont je manipulerais les gens serait de les convaincre de rejoindre des camps arbitrairement opposés occupés à des activités totalement futiles de façon à distraire l'attention des vrais enjeux auxquels la société est confrontée. Par exemple, je pourrais prendre des groupes d'une dizaine ou d'une douzaine de millionnaires (mettons onze, ça fait un bon nombre, ça, onze), dire aux gens voilà, ces gens représentent votre pays ou votre ville, et les faire courir après un objet sphérique auquel ils chercheraient à imprimer une trajectoire particulière, pour un résultat essentiellement aléatoire qu'on perdrait son temps à essayer d'interpréter. Mais bon, personne n'aurait l'idée d'un truc pareil, n'est-ce pas ?

Sérieusement, je suis fasciné par la manière dont les gens arrivent à se sentir émotionnellement impliqués par les résultats d'une compétition sportive dans laquelle ils ne sont pas personnelement inscrits, comment ils arrivent à avoir la sensation d'avoir gagné quand « leur » équipe gagne, et d'en être véritablement heureux. C'est quelque chose d'à la fois merveilleux, terrifiant, et absolument inexplicable (enfin, c'est peut-être explicable scientifiquement par des mécanismes de psychologie évolutive, mais je veux dire que c'est incompréhensible lorsqu'on ne ressent pas soi-même le phénomène — même si on le ressent pour quelque chose d'extrêmement proche).

J'avais un copain qui me racontait qu'en 1998, quand la France avait gagné la coupe du monde de football association et que des gens fous de joie criaient dans les rues on a gagné ! on a gagné !, il s'était amusé à faire l'ingénu : ah, vous avez gagné quelque chose ? félicitations !, qu'est-ce que c'est ? du football ? ah, vous jouez au football ? et vous avez gagné contre qui ? (etc.) — les réactions étaient apparemment intéressantes.

Pour que les choses soient claires, je ne veux pas faire mon Sheldon Cooper sur le mode ha, ha, regardez ces créatures simples qui s'émerveillent des lois de la mécanique classique appliquées au mouvement d'une sphère et aux tactiques qui en résultent. Le fait que les résultats soient essentiellement aléatoires, je l'ai déjà signalé. À la limite, je suis plutôt jaloux qu'on arrive à éprouver ainsi du bonheur par procuration. Mais surtout, je n'ai aucun doute que ce phénomène général s'applique aussi à moi, simplement pas dans les circonstances précises d'un match sportif entre villes ou pays (déjà, il est possible que si on faisait chanter à l'équipe l'Ode à la joie plutôt que la Marseillaise ça marcherait mieux sur moi : mais je n'en sais rien, personne n'a jamais essayé). Par ailleurs, je trouve plutôt impressionnant le niveau d'expertise que tant de gens sont capables d'atteindre quand il s'agit de commenter les matchs passés : qu'il s'agisse de retenir les résultats de matchs passés, de discuter tactique ou technique, ou de développer des analyses complexes et construites, la France se remplit d'experts en un clin d'œil dès qu'on met vingt-deux gus sur un terrain : quelle capacité cérébrale sous-exploitée ! Non, sérieusement, je ne suis pas sarcastique en écrivant ça — je suis vraiment admiratif, je me désole juste que tant d'esprit d'analyse ne soit pas tourné vers quelque chose ayant plus de portée.

J'en viens donc à la politique. Qu'est-ce qui fait, au juste, que la politique semble avoir moins d'attrait que le sport ? On prétend parfois que c'est parce que les hommes politiques paraissent inaccessibles et hors de portée pour le citoyen moyen : mais c'est une blague, un footballeur professionnel qui gagne plus en un mois que le Français moyen en toute sa vie doit être autrement plus déconnecté de la réalité qu'un député. Les politiques eux-mêmes prétendent parfois ne pas vouloir parler de « politique politicienne » (i.e., de tactiques et de petits calculs) parce que ce, disent-ils, ce n'est pas ça qui intéresse leurs électeurs, ce sont les vrais problèmes de fond. Mais est-ce vrai ? En ce qui concerne le foot, beaucoup ont l'air de se fasciner, au contraire, pour les tactiques et les petits calculs de qui peut gagner quoi et comment. Et dans un autre registre, la série Game of Thrones a beaucoup de succès, et il s'agit essentiellement d'intrigues politiques ; or, à part les dragons, je ne vois pas vraiment ce qu'elle a de plus que la comédie de dupes qui se joue en ce moment du côté de Londres (où, à droite, Mr. Johnson a poignardé dans le dos Mr. Cameron avant de se faire lui-même poignarder dans le dos par Mr. Cove qui va peut-être succomber aux coups de Mrs. May, et, à gauche, tout le monde essaye de poignarder Mr. Corbyn : sortez le popcorn et essayez de deviner qui sera le dernier à rester vivant !).

En fait, ce qui semble faire que des gens s'intéressent effectivement à la politique est peut-être bien le même mécanisme que ce qui fait que certains s'intéressent aux sports comme le foot : l'esprit d'équipe (de façon moins charitable, on pourrait dire l'instinct grégaire, mais je vais rester sur l'esprit d'équipe).

Il y a de nombreux mécanismes qui font que rejoindre un groupe politique — je ne veux pas forcément dire un parti, mais plutôt un courant de pensée, un ensemble informel de gens de mêmes opinions — s'apparente à rejoindre les supporteurs d'une équipe sportive. Nous aimons entendre que quelqu'un a la même opinion que nous, et nous réconforter mutuellement dans cette opinion ; à l'inverse, un changement d'opinion est ressenti comme une forme de trahison ; et nous avons tendance à fabriquer collectivement des domaines de pensée unique séparés par des no-man's-lands dont sont exclues les opinions plus nuancées, complexes, intermédiaires, inattendues et rejetées par les « équipes ». Bref, il y a une pression sociale forte pour rejoindre des opinions pré-délimitées et pour s'investir émotionnellement dans ces opinions. (Et encore plus largement que des « équipes » associées à des courants politiques, le phénomène peut se retrouver sous forme de « tribus » sociologiques dans lesquelles nous nous inscrivons et sur lesquelles nous modelons notre comportement.)

Les réseaux sociaux sont sans doute un bon endroit pour observer ce genre de comportements, et pour les étudier si on est un sociologue sérieux (ce que je ne suis pas, je ne fais qu'exploser les portes ouvertes à la hache bénie +2 trempée dans une potion de banalités). Par exemple la manière dont les amis sur Facebook partagent et se renforcent leurs opinions politiques. Ou sur Reddit dont se développent des sortes de guerre entre camps bien délimités : comme pro-gun vs. anti-gun (ou d'autres plus restreints, bizarres ou incompréhensibles pour ceux qui n'ont pas plongé dans le bouillon de culture qu'est Reddit, comme The Red Pill contre les féministes ; j'avais aussi évoqué les GayBros contre /r/lgbt). Parfois tous les groupes sauf un sont réduits à devenir inaudibles : on parle alors de la hive mind (image d'un essaim qui pense comme un seul individu, souvent dans le contexte d'une action punitive) ou de circlejerk (image d'une bande de gens qui se masturbent les uns les autres). Voir aussi cette vidéo expliquant rapidement certains des mécanismes en œuvre. Ceci peut bien sûr déborder du cadre de Reddit. (Par exemple, les supporteurs de l'« équipe » Bernie Sanders sont, ou en tout cas étaient jusqu'à récemment, extrêmement vocaux sur Internet, et par exemple toute vidéo vaguement favorable à Hillary Clinton sur, disons, YouTube, reçoit un nombre impressionnant de votes négatifs. Ceci peut surprendre un observateur un peu extérieur qui se demanderait s'il ne serait pas plus cohérent d'attaquer Donald Trump, mais poser cette question revient à oublier, dans la métaphore footballistique, quel est le match en cours. Passons.) Voir également ce texte vers lequel j'avais déjà fait un lien.

En vérité, l'Internet est un mécanisme très fort pour promouvoir la pensée pré-moulée, voire unique, non pas par l'action malicieuse ou coordonnée de qui que ce soit, mais simplement par notre tendance naturelle à constituer des équipes et à réagir de façon hostile aux opinions discordantes ; quelle(s) opinion(s) domine(nt) finalement est plutôt le fruit du hasard par effet « boule de neige » que d'autre chose. Mais bon, Internet n'est ici que l'amplificateur de tendances que nous avons naturellement. Les médias traditionnels fonctionnent de façon plus lente et moins réactive, mais je ne vois pas vraiment de raison de croire que la mécanique serait différente : si leurs opinions se répartissent très mal dans le spectre des opinions possibles, ce n'est pas forcément le signe qu'il y ait complot ou manipulation active, cela peut s'expliquer simplement par cette tendance de la popularité et du succès à s'auto-amplifier jusqu'à percoler en « équipes », voire en pensée unique.

Je pense que c'est un facteur prépondérant dans la manière dont nous forgeons nos opinions politiques (et je m'inscris ici dans la continuité de ce que j'écrivais, de façon modérément provocatrice, dans l'entrée précédente) : une fois écartés les facteurs évidents comme l'intérêt personnel rationnel, nous rejoignons une « équipe » politique non pas par conviction intellectuelle mais, justement, par esprit d'équipe : par la séduction que l'équipe en question exerce sur nous, l'attrait moral qu'elle exerce (la supériorité qu'elle semble avoir étant jugée, circulairement, par le fait qu'il s'y trouve des gens qui nous paraissent moralement supérieurs). Il est possible que l'adhésion individuelle suive un mécanisme cognitif semblable à l'adhésion collective (peut-être bien qu'il y a des groupes de neurones qui se « battent » pour forger mon opinion, décider quelle équipe je vais rejoindre, et que la victoire de l'un est déterminée par des dynamiques assez semblables que ce qui se joue sur Internet). Ensuite, nous fixons nos opinions à ce qu'elles sont par une charge émotionnelle, et notamment par la certitude qu'en changer serait les trahir, comme marquer contre notre équipe.

Toutes ces platitudes étant exposées, la question importante, maintenant, est logiquement la suivante : comment aller à l'encontre de ce phénomène ? Il y a deux dimensions à cette question : primo, comment aller collectivement à l'encontre de ce phénomène, i.e., comment pourrait-on construire un espace de discussion collective qui encourage la discussion constructive et décourage la formation d'« équipes », à l'encontre du penchant naturel des participants. (Si on met en place un système de vote sur des contenus sur Internet, par exemple, la moindre des choses serait que l'on ne soit autorisé à voter que sur des contenus tirés au hasard, non annotés et non eux-mêmes sélectionnés par les résultats du vote des autres. Cela ne suffirait pas à écarter les biais, mais ce serait déjà un pas pour atténuer l'effet boule de neige.) Mais aussi, secundo, et cela m'intéresse beaucoup plus, à titre individuel, comment puis-je me forcer à réévaluer mes croyances (pas seulement politiques, mais tout ce qu'il y a d'adjacent : sociales, morales, etc.), pas forcément pour les abandonner, mais pour mieux comprendre leur origine, perdre au moins la certitude qu'elles sont supérieures, les nuancer et finalement (on espère) les enrichir. (Pour que les choses soient claires, je ne cherche pas à défendre la thèse que la politique est arbitraire et dénuée de sens et qu'on ferait mieux de s'en désintéresser, ni celle selon laquelle les opinions se valent toutes puisqu'elles sont absolument arbitraires : tout au contraire, mon propos et de chercher à y voir clair.)

Mon but n'est pas d'apprendre à mieux convaincre, bien au contraire : mon but est d'apprendre à mieux être convaincu, ou au moins d'apprendre à vouloir, ou au minimum accepter, d'être convaincu. Car une discussion politique n'a pas grand intérêt si le but de chacun est de convaincre l'autre : au mieux, ça peut être une sorte de match de foot argumentatif. Elle en aura forcément beaucoup plus si l'effort est inversé : i.e., si je cherche à utiliser le point de vue de mon interlocuteur pour me débarrasser de mes biais. Si j'arrive avec des opinions politiques, mais que mon but est de découvrir ce qui fait marcher l'autre, et arriver à me débarrasser à la fois du maillot de l'équipe de mon interlocuteur et du maillot de l'équipe « adverse » — et des émotions que je peux ressentir pour ces maillots.

Une comparaison avec la religion sera peut-être éclairante. Les athées (dont je fais partie) ont tendance à s'amuser que les tenants de telle ou telle religion puissent arriver à penser sérieusement ma religion est la bonne, et toutes les autres sont dans l'erreur quand il y a autant de religions mutuellement contradictoires sur Terre. Mais le schéma mental n'est-il pas très semblable pour les opinions politiques ? On peut essayer de se persuader que ce n'est pas du tout pareil, que les religions prennent position sur ce qui est tandis que les courants politiques prennent position sur ce qui devrait être, et que ce qui devrait être est évidemment et éminemment question d'opinion, donc il est normal qu'il y ait une grande variété d'avis ; mais cette distinction de façade, si elle n'est pas entièrement absurde, est très largement exagérée : aussi bien les religions que les courants politiques se positionnent à la fois sur ce qui est et sur ce qui devrait être. Et dans une discussion politique, quelle que soit la manière dont on le déguise sous des habits oratoires parfois bien minces, chacun a généralement tendance à penser que les autres ont tort, pas simplement qu'ils font des choix différents. Dès lors, la forme d'hubris face à la diversité de la pensée est la même : arriver à se dire qu'on a raison et que les autres sont dans l'erreur. Je pense que cette immodestie ne peut s'expliquer que par la sensation d'adhésion à une « équipe ».

Ajout () : cette vidéo, bien qu'orientée spécifiquement vers les Américains dont le système politique est encore plus binaire, est assez pertinente.

(jeudi)

Quelques réflexions sur la campagne du Brexit

Dans une semaine, les britanniques vont voter pour décider s'ils veulent rester dans l'Union européenne et, selon mon pronostic, ils choisiront de partir (à ce stade-là, beaucoup de gens commencent en effet à douter sérieusement des chances du Remain, même si actuellement predictwise leur donne encore 60% de probabilité ; ça fait bien longtemps que je répète à tout le monde que je suis sûr que le Leave gagnera, mais mon propos n'est pas ici de m'autocongratuler pour mes talents oraculaires[#]). Je pense qu'il n'est pas trop tôt pour examiner les leçons à tirer de cette campagne, qui sont surtout, pour ce qui me concerne, et indépendamment du résultat du vote, une nouvelle démonstration du fait que le referendum est très rarement une bonne idée, en l'occurrence parce que les deux camps mettent en avant les arguments les plus malhonnêtes. J'ai déjà dit un mot ici, mais je veux entrer un peu plus dans les détails.

[#] De toute façon, je ne suis pas un bon oracle : j'avais pronostiqué que les Écossais voteraient pour quitter le Royaume-Uni pour essentiellement les mêmes raisons que je pense maintenant que les Britanniques voteront pour quitter l'Union européenne, et de toute évidence, j'ai eu tort. Je ne mangerai pas mon chapeau si mon pronostic de Brexit est incorrect, et je ne pavanerai pas s'il est correct. • Aparté : Par ailleurs, une des raisons pour lesquelles je n'ai pas mis de l'argent chez un bookmaker du côté du Leave, c'est que les paris sont en livre, et si j'ai raison la livre perdra beaucoup de sa valeur : donc même si j'étais totalement certain de pouvoir lire l'avenir, il n'est pas clair que j'y gagne. Je suppose que ce genre de considération biaise la lecture des cotes, d'ailleurs.

La première chose qu'on voit dans cette histoire, évidemment, c'est David Cameron se tendre un piège à lui-même : il a promis ce referendum pour remporter les élections générales de 2015, il était ensuite obligé de s'y tenir sous peine de voir son parti se fracturer, et il va y perdre sa place (certainement si les électeurs choisissent de quitter l'Union, et peut-être même s'ils choisissent d'y rester), malgré les annonces, pas crédibles une seule seconde, selon lesquelles sa démission n'est pas conditionnée par le résultat du referendum. Et on voit l'ancien maire de Londres, Boris Johnson, en profiter pour convoiter la place de calife de son ancien condisciple et ami : comme tête conservatrice de la campagne Leave, il aura un chemin tout tracé jusqu'au 10 Downing Street si les électeurs suivent ses recommandations. Nigel Farage, chef du parti UKIP, se voit offrir une tribune inespérée pour accroître sa visibilité médiatique et passer pour le vrai chef de l'opposition. Quant à Jeremy Corbyn, le leader travailliste, il a l'air d'avoir adhéré résolument à la campagne Undecided. Mais bon, laissons de côté les questions de personnages et de luttes de pouvoir.

(Il y a bien Nicola Sturgeon — le Premier ministre écossais — que je n'ai pas citée, dont je trouve le ton convenable et les arguments intelligents. Mais j'ai un problème particulier avec Nicola Sturgeon, c'est que quand elle parle, le phonéticien amateur que je suis est tellement fasciné par son accent merveilleux que j'ai le plus grand mal à écouter ce qu'elle dit.)

Ajout/correction () : En fait, j'ai été assez injuste envers Corbyn, dont je n'avais pas entendu notamment ce discours, qui est vraiment bien, qui évite globalement beaucoup des critiques que je décris ci-dessous quant au ton de la campagne, et qui a le mérite de répondre aussi très bien aux gens, notamment des Français, persuadés que l'UE est intrinsèquement « néolibérale » (ou autres critiques du même goût) en remettant en perspective certains points de son action.

Le fait est surtout que la campagne tourne à un niveau abyssalement lamentable. Le camp du Leave martèle à répétition les mots take back control et décrit l'UE comme une sorte de léviathan bureaucratique (mots-clés : red tape), sans aucun fondement démocratique (mots-clés : unelected eurocrats), qui prend l'argent et impose ses règles sur le Royaume-Uni ; mais, outre le fait que le Royaume-Uni a un siège au Conseil, des députés au Parlement, un Commissaire à la Commission, etc., ils s'abstiennent prudemment de dire ce qu'ils voudraient faire ou changer avec le contrôle qu'ils reprendraient. Sauf pour l'immigration, pour laquelle ils réclament un système de points à la manière de l'Australie, et sur laquelle ils ont largement réussi à faire porter tout le débat : au-delà de l'idée nébuleuse de la souveraineté, leur campagne est essentiellement fondée sur la peur de l'immigré[#2], typiquement est-européen, qui vient accaparer les emplois et les services publics britanniques et que l'Union européenne interdit d'empêcher de rentrer. Et pour alimenter la peur de l'étranger, le reste de l'Union européenne est décrit comme étant en déliquescence économique. Quant à l'idée même d'une Europe unifiée, Boris Johnson a comparé ça au rêve de Napoléon et de Hitler.

[#2] Ils ne parlent pas du tout, bien sûr, des britanniques qui auraient émigré dans d'autres pays de l'Union. Pour une raison simple : c'est que ceux-là n'auront pas le droit de voter dans le referendum en question, pas plus que les citoyens de l'Union qui habitent au Royaume-Uni. (Bizarrement, en revanche, les citoyens du Commonwealth, ainsi que les Irlandais, résidant légalement de façon permanente au Royaume-Uni, eux, auront le droit de vote : je me demande comment ceci s'est négocié.)

Comme j'ai fait mon coming-out d'eurobéat, on ne sera pas surpris que je sois affligé par de tels arguments. Mais en vérité, je trouve les arguments du camp du Remain presque pires. En vérité, ils ne nient aucune des critiques faites à l'UE ni ne tentent de dissiper la peur des immigrés ; le gouvernement souligne avoir obtenu des exceptions et exemptions (ce qui est largement un mensonge) ; mais quand Nigel Farage récite sa petite musique selon laquelle l'Union européenne, aussi nobles qu'aient été ses idéaux initialement, a complètement échoué et s'est transformé en cauchemar, personne du camp adverse ne trouve la moindre chose à lui répondre. À la place, ils avertissent : quitter l'Union sera un saut dans l'inconnu, et un désastre économique, et peut-être aussi un désastre sécuritaire. Je suis tout à fait persuadé de cette conclusion (au moins économiquement, le Brexit sera un désastre pour le Royaume-Uni ; pour l'Irlande aussi, bien sûr, et dans une certaine mesure pour le reste de l'Union), mais ça reste un argument épouvantablement mauvais. Les gens ont le droit de ne pas vouloir mettre l'économie par-dessus tout. Et si on propose aux électeurs une alternative (c'est le principe d'un referendum), il est profondément scandaleux d'essayer de leur dire ensuite qu'un des choix conduira à un désastre. Or c'est exactement ce que fait la campagne du Remain : d'une part ils ne font pas le moindre effort pour rendre l'Union européenne sympathique ou agréable aux électeurs, d'autre part ils agitent toutes les peurs possibles, à peu près aussi répugnantes que la peur de l'immigré, pour convaincre les électeurs de voter de rester. Or faire peur aux électeurs est une tactique répugnante.

…Et en plus, ça ne marche pas. La campagne Remain a invoqué tout le beau monde de la planète pour prophétiser toutes sortes de problèmes en cas de Brexit : le président des États-Unis Barack Obama, le président chinois Xí Jìnpíng, la directrice générale du FMI Christine Lagarde, le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney, les ministres des finances du G20, le Taoiseach d'Irlande Enda Kenny, la chancelière allemande Angela Merkel, et bien d'autres, ainsi que quantité d'économistes, de scientifiques et de célébrités en tous genres (même mon chimiste à tête de savant fou préféré s'y est mis), et bien sûr des chefs d'entreprises anglaises, européennes ou multinationales, ont exprimé leurs inquiétudes face à un Brexit, leur souhait de voir le Royaume-Uni rester dans l'UE, ou leurs avertissements dans le cas contraire. Or il n'y a certainement rien de plus contre-productif que de dire aux gens de voter <truc> parce que plein de gens importants pensent qu'ils devraient. (Le seul qui est resté très bruyamment silencieux, dans l'histoire, c'est Vladimir Poutine : d'aucuns en ont conclu qu'il se frotte les mains, ce qui est certainement vrai, mais c'est là aussi un très mauvais argument à sortir, que ce soit de dire qu'il faut partir pour faire plaisir à Poutine ou, au contraire, qu'il faut rester pour ne pas faire plaisir à Poutine.)

Au contraire, il y a beaucoup de gens qui, se sentant trahis par la classe politique en général, seront ravis de voter pour ce qui leur semblera le plus emmerder les élites : accumuler encore plus d'élites pour leur dire quoi faire n'améliorera pas le schmilblick. Ces électeurs désespérés pourraient refuser de voter une loi affirmant que 2+2=4 simplement pour montrer leur mécontentement. Ils auront tort, bien sûr, en pensant emmerder les élites : Boris Johnson est exactement de la même classe sociale que David Cameron, et le UKIP est du même terreau que le parti conservateur. Comme ils auront tort en pensant ne pas se faire de mal ; et encore plus, en pensant ne pas se faire manipuler : car les petits calculs de quelqu'un comme Rupert Murdoch sont pour beaucoup responsable dans l'europhobie de l'opinion publique anglaise. Et à un niveau encore différent, promettre aux électeurs des difficultés (économiques ou autres) peut les inciter à montrer leur courage en bravant ces difficultés.

Je pourrais refaire tout un petit couplet sur le mal que je pense des referenda en général, mais je vais essayer de faire court pour ne pas trop dévier du sujet. J'ai déjà expliqué assez longuement pourquoi il faut arrêter le mysticisme autour de la démocratie, et l'idée que le Peuple Souverain®, s'exprimant directement a forcément raison et ne saurait mal faire, fait partie de ce mysticisme (qui peut conduire, par exemple, à la tyrannie de la majorité, mais ce n'est pas le propos ici). Mais je conçois qu'on considère le Peuple Souverain® comme le fondement de toute autorité à condition que ce Peuple Souverain® s'exprime de façon claire, réfléchie et informée[#3]. Il faut notamment qu'on puisse légitimement penser qu'il n'est pas biaisé par d'autres questions (comme la popularité du gouvernement) ; il faut que la campagne se déroule dans un esprit serein ; et il faut que les citoyens soient raisonnablement au courant des faits objectifs du dossier et des conséquences prévisibles de leur vote. Aucune de ces conditions n'est ici satisfaite. L'ignorance du Britannique moyen (et je pourrais en dire autant du Français moyen) quant au fonctionnement de l'UE, ses institutions ou ses pouvoirs, est colossale, et aucune des campagnes en présence n'a tenté d'y remédier, d'autant moins que le débat s'est mis à porter sur tout autre chose (l'immigration). Quant aux conséquences d'un Brexit, il est évident que personne ne peut les prévoir vu qu'elles dépendront largement de négociations compliquées dont les acteurs ne sont même pas certains. Nigel Farage lui-même a admis qu'il n'avait aucune idée de ce que seraient les conséquences d'une sortie de l'UE.

[#3] Digression : Il y a des gens qui proposent de remplacer les referenda (voire, pour les plus extrêmes, toute forme d'élection) par le tirage au sort, à la façon des jurys d'assises ou de certaines institutions de la démocratie athénienne antique : on aurait un panel de citoyens chargés — à plein temps sur une période prédéfinie — d'étudier un dossier précis pour se faire un avis éclairé et de trancher ensuite une question au nom de l'ensemble de la société. L'idée étant qu'on aura ainsi un avis, statistiquement équivalent à un vote du corps électoral si le panel est relativement grand et tiré au hasard, mais où les jurés peuvent prendre le temps (et ont l'obligation morale) d'enquêter sérieusement sur la question, d'écouter des avocats chargés de représenter les différentes positions, bref, de s'informer vraiment. Je ne suis pas du tout convaincu par cette idée, et je ne vais pas en discuter ici, mais elle a le mérite de mettre l'accent sur l'importance de s'informer avant de décider, et d'illustrer le fait que d'autres modes de démocraties sont imaginables que la directe et la représentative.

Mais à ce stade-là, il est beaucoup trop tard pour faire une campagne intelligente, c'est-à-dire une campagne fondée sur des valeurs positives et pas sur la peur. Même si je ne suis pas d'accord avec eux sur le fond, j'imagine que le Leave peut-être aurait pu en faire une en s'y prenant assez tôt et en tablant sur autre chose que les clichés de la bureaucratie et de la peur de l'immigré : plus maintenant. Quant au Remain, c'est encore plus désespéré. Gordon Brown a tout récemment essayé de dépasser les arguments anxiogènes et de se focaliser sur quelque chose de, disons, plus positif, et je salue l'effort, mais c'est trop tard. Expliquer à quoi sert l'Union européenne, cette sorte de cathédrale des compromis et des concessions (or personne n'aime spontanément les compromis et les concessions), demande un débat subtil, réfléchi, nuancé, qu'on ne peut pas avoir une semaine, ni même un an, avant l'échéance.

Surtout quand, depuis le départ, la relation des Britanniques à la Communauté européenne est un vaste malentendu : ils voulaient un Marché commun là où d'autres rêvaient à une Union sans cesse plus étroite. Et surtout quand, en face, on a le Sun, qui va débiter en pleine page des slogans simplistes plus rapides, plus faciles, plus séduisants.

À titre d'exemple, à part le déficit de démocratie (qui est largement la faute des gouvernements britanniques successifs — et français, disons-le — qui refusent de transférer plus de pouvoir au Parlement comme celui de choisir le chef de la Commission), un des reproches qu'on fait le plus souvent à l'Union européenne est la quantité de réglementations[#4] qu'elle produit. Autrefois, il n'y avait pas tant de normes et tant de règles, se plaint l'homme du café du commerce. S'est par exemple immiscée dans la campagne du Brexit la question de savoir quelle proportion des lois britanniques était d'origine européenne : la réponse est surtout que la question n'a pas de sens, parce qu'il faut définir proportion, loi, origine et européenne, et que ça changera tout à tout selon la manière dont on comprend ces termes ; il y a une certaine contradiction à reprocher à l'Union de perdre son temps à réglementer des choses triviales comme la courbure des bananes (idée largement répandue) et de voler aux États membres leur souveraineté sur des points importants, mais restons-en aux réglementations techniques censément trop nombreuses. Je suis peu convaincu que l'Union européenne produise beaucoup plus de normes juridiques qu'un pays souverain comme les États-Unis, le Canada ou le Japon (c'est, bien sûr, impossible de trouver des chiffres, et même si on en trouve, tout dépend de nouveau de ce qu'on entend par produire et par norme juridique) : cela semble être un effet de la société moderne complexe que nous n'arrivions plus à fonctionner sans une logorrhée législative et réglementaire. (Et il y a peut-être un parallèle à dresser avec le fait que n'importe quoi demande maintenant aussi des zillions de lignes de code informatique, code qui constitue, autant que les lois, un corpus à la complexité terrifiante et qui nous échappe.) L'Union européenne est certainement partie de ce scénario, mais je ne vois pas de raison de penser qu'elle y participe plus que ne le ferait un pays souverain : au contraire, on peut espérer qu'elle divise (peut-être pas par 28, mais au moins un peu) la quantité totale de normes produites en Europe. Si le Royaume-Uni recouvre sa liberté de réglementer la courbure des bananes, il y aura toujours des bureaucrates non-élus qui s'occuperont de ce genre de questions, ils travailleront à Londres plutôt qu'à Bruxelles, mais le plus probable est qu'ils adopteront les mêmes règles que leurs amis à Bruxelles, notamment s'ils veulent faire commerce avec eux, et le gain démocratique est, disons, douteux. Le point que je veux souligner est que ces questions sont complexes, délicates, et ne se prêtent pas à un jugement à l'emporte-pièce.

[#4] Le public a tendance à être extrêmement incohérent dans ses demandes de réglementation, et à les réclamer en même temps qu'il les décrie. Je ne parle pas seulement des européens bien contents que les frais de roaming sur la téléphonie mobile baissent régulièrement suite à l'action européenne (ou qui réclament qu'ils baissent encore plus ; ou qui s'étonnent que cette baisse des tarifs ne concerne pas les tarifs nationaux, laissés, justement, hors du champ de la réglementation européenne par le principe de subsidiarité). Tout scandale alimentaire, par exemple, ou le simple « principe de précaution » devant une situation nouvelle, provoque immanquablement des appels à plus de contrôle et plus de réglementation. Un des principaux arguments contre les accords de libre-échange notamment UE-USA, est la perte du haut niveau de protection du consommateur (i.e., justement, de réglementation !) qui en résulterait en Europe. (Et encore, je ne parle même pas des quotas de pêche, qui, parmi les différents aspects de la réglementation européenne, sont probablement celui que les britanniques ont le plus en grippe, et dont on attend qu'il réalise l'impossible quadrature : préserver les populations de poissons, et laisser les pêcheurs libres de pêcher — forcément, c'est impossible, alors on montre du doigt le coupable qu'on peut.)

De toute façon, mon intention n'est pas de me livrer ici à une défense de l'UE, ni même d'esquisser les directions dans lesquelles la campagne du Remain aurait pu mener une telle défense. Je ne peux que me désoler du gâchis, et espérer qu'il sera quand même bon à quelque chose. Si les Britanniques votent pour partir, les négociations seront très dures, parce qu'il y aura des gens qui voudront le leur faire « payer », par exemple en leur refusant tout accord de libre-échange, ou alors seulement sur les bases de leur acceptation unilatérale et sans condition de tout l'Acquis communautaire sur l'élaboration duquel ils n'auront plus voix au chapitre. La Schadenfreude n'a rien de reluisant quand elle s'oppose à un pays entier (en revanche, voir David Cameron perdre son poste et Nigel Farage face à ses mensonges présentera bien un certain goût de satisfaction). Mais si le désastre économique annoncé a bien lieu et oblige d'autres à réfléchir un peu plus fort avant de se brûler eux-mêmes, ce sera déjà ça de pris ; et si on est vraiment optimiste, on peut même imaginer que le fait de ne plus avoir l'opposition systématique des Anglais à l'Union sans cesse plus étroite serait une bonne chose pour cette dernière (là, honnêtement, je n'y crois pas : je crois que les europhobes ne conduiront pas que le Royaume-Uni à la catastrophe, ils mettront tout le continent le nez dans le caca chacun de leurs nationalistes locaux).

Ajout () : le journal The Economist (dont je trouve l'orientation politique « capitaliste décomplexée qui se croit moderne » insupportable en général, mais dont il faut reconnaître qu'il sont extrêmement bien renseignés) a fait un guide du Brexit intéressant à lire sur tout un tas d'aspects.

(lundi)

Pourquoi je persiste à aimer l'Union européenne

Le neuf mai est le jour où je me balade normalement dans la rue avec un drapeau européen sur les épaules en fredonnant l'Hymne à la Joie. Comme aujourd'hui je n'ai pas eu le temps, je vais plutôt tâcher d'expliquer pourquoi je m'obstine à vouloir croire à la construction européenne alors que, entre la montée du nationalisme et de l'intolérance, les tergiversations autour de l'accueil des réfugiés, les déboires économiques de différents pays, et le Brexit à venir, la marée a l'air d'avoir tourné (<insérer ici la trop célèbre citation de l'acte IV scène 3 du Jules César de Shakespeare>).

Fondamentalement, je serais plutôt universaliste ; mais un minimum de réalisme m'oblige à concéder que la construction d'une communauté des peuples mondiaux n'est pas pour demain, et toute imparfaite qu'elle est, l'Union européenne est la meilleure implémentation que j'aie une chance de voir, dans la vie qui m'est impartie, de la devise : unis dans la diversité. Fondamentalement, je m'intéresse plus à l'idée d'un rapprochement autour de certains idéaux des cultures et des valeurs qu'à un projet politique ; mais de nouveau, une forme de Realideologie(?) m'amène à soutenir la construction politique comme un compromis raisonnable.

Ce qui est sûr, c'est que je n'arrive pas à me sentir un attachement à ma nationalité française autrement que comme une mention sur mon passeport : quelle que soit l'idée que j'essaie de faire de la France, celle de Colbert (pour le roi, souvent — pour la patrie, toujours) ou des instituteurs de la IIIe République (nos ancêtres les Gaulois), elle ne provoque chez moi qu'une vague d'indifférence. (J'ai un certain attachement pour la langue française, mais il n'y a que les Français pour s'imaginer qu'ils en sont en quelque sorte propriétaires ; et même la langue française, je n'y suis pas tant attaché que simplement conscient du fait que je la maîtrise mieux qu'une autre. J'ai aussi un profond attachement pour des personnes et des endroits, chers à mon cœur, qui se trouvent être en France, mais mon attachement les suivrait ailleurs s'ils bougeaient.)

Si je considère les étiquettes qui peuvent servir à me définir (geek, mathématicien, garçon, homosexuel, urbain, parisien, athée, que sais-je encore), et que j'essaie de les ranger par ordre de pertinence subjective ou d'attachement émotionnel, français viendra loin derrière européen, peut-être même derrière canadien (surtout depuis l'élection de M. Trudeau fils), alors même que mes connexions personnelles avec le Canada sont, disons, ténues. (En fait, si on doit trouver une valeur à mettre derrière l'identité canadienne idéale, il est possible que ce ne soit pas très différent de l'identité européenne idéale : à savoir, la volonté d'une société tolérante et multiculturelle.) Assurément, c'est avant tout parce que les personnes que je croise ou dont j'entends parler qui revendiquent haut et fort leur lien avec la France me sont généralement répugnantes, ce qui n'est pas le cas avec ceux qui se revendiquent comme européens ou canadiens : mais c'est inévitable, toutes ces étiquettes n'ont pas tant de sens en elles-mêmes que par ce qu'en font les gens qui veulent bien les porter. Or si je laisse un peu de côté l'idéal tous les peuples se valent et que j'essaie d'imaginer un peu quelles sont les valeurs spécifiquement françaises, je ne trouve pas grand-chose, ou en tout cas pas grand-chose que j'aurais envie de mettre en avant. Les valeurs européennes, en revanche, on peut encore imaginer qu'elles soient à définir, à commencer justement par celle-ci : d'avoir réussi à supprimer des frontières au lieu d'en créer (ces jours-ci, il faut le dire vite, mais tout n'est pas encore perdu).

L'Histoire manque d'exemple de peuples qui se sont unifiés autrement que par la force ou pour faire face à un ennemi commun. Alors parfois on se sent obligé d'inventer un ennemi commun à l'Europe (sur toutes sortes de plans : ça peut être des terroristes comme ça peut être un concurrent économique). Je ne crois pas trop à cette approche, ni à l'argument consistant à dire que les peuples d'Europe n'ont pas d'autre choix que de s'unir s'ils veulent avoir une importance quelconque dans le monde de demain : c'est sans doute vrai, mais ça reste un très mauvais argument (ne serait-ce que parce que « avoir une importance » n'est pas un but particulièrement louable, au mieux c'est un moyen pour un but louable comme la défense de certaines valeurs). Une Union européenne qui se construirait par opposition au pouvoir économique de la Chine ne serait pas une construction très intéressante. On peut aussi se rendre compte que les touristes chinois, et même dans une certaine mesure les Américains, mettent déjà l'Europe dans un seul sac sans trop chercher à différencier entre ses provinces que sont l'Espagne, l'Italie, la Pologne, etc. ; et peut-être bien qu'ils ont raison de trouver que les différences culturelles entre ces provinces, même si elles sont réelles, sont somme toute assez mineures par rapport à celles du pays dont ils viennent. Les Européens ignorent peut-être trop souvent tout ce qui les rassemble, i.e., pas seulement l'Eurovision (j'ai le souvenir amusé de toutes sortes de discussions, sur des forums informatiques entre Européens, où quelqu'un cherche à décrire une spécificité ou bizarrerie de son pays, et bien souvent on se rend compte que toute l'Europe a ça).

Il est de bon ton de se moquer des valeurs que l'Union européenne et le Conseil de l'Europe essaient d'incarner : quand le prix Nobel de la paix 2012 a été annoncé, il y a surtout eu des réactions d'hilarité généralisée. Bien sûr nous disent les souverainistes qu'on n'a pas besoin de cette usine à gaz pour ne pas faire la guerre à nos voisins (c'est bien connu, les peuples d'Europe ne font jamais la guerre à leurs voisins, ça fait tellement XXe siècle) : ça me fait penser à la blague qu'on dit être la préférée d'Einstein, selon laquelle le Soleil est bien moins utile que la Lune parce que le Soleil éclaire alors qu'il fait jour tandis que la Lune éclaire pendant la nuit — l'Union européenne ne sert pas à maintenir la paix en Europe puisqu'elle a été mise en place pendant une période paisible. Bien sûr nous disent encore les souverainistes qu'on n'a pas besoin de la Cour européenne des Droits de l'Homme, notre Constitution garantit déjà très bien les droits fondamentaux (et bizarrement, quand d'autres pays se font condamner, c'est qu'ils sont moins bons que nous, mais quand notre pays, qui ne saurait mal faire, est condamné, c'est que les juges sont des eurocrates déconnectés de la réalité).

On attaque souvent l'idée d'un état fédéral européen en demandant : mais tu ne voudrais quand même pas être dirigé par les Allemands ? (ça marche aussi avec d'autres pays, mais ce sont souvent les Allemands qui sont pris en exemple). Franchement, cette objection me laisse de marbre. Le problème avec les Allemands qui ont occupé la France il y a trois quarts de siècle, ce n'est pas tant qu'ils étaient Allemands, c'est qu'ils étaient nazis et qu'ils l'ont, justement, occupée militairement. Mais si c'est fait dans le cadre d'institutions démocratiques et dans le respect de mes droits fondamentaux, je ne vois pas pourquoi je préférerais que les lois qui me gouvernent soient écrites (uniquement) par des Français que (en partie) par des Allemands ; et en fait, au rayon des démocraties qui fonctionnent relativement bien, l'Allemagne me semble actuellement plutôt un des meilleurs exemples qui soient, donc en fait je n'ai pas spécialement de problème à être aussi dirigé par des Allemands. Mais les Allemands ne sont qu'un exemple : ce que je voudrais croire, dans la construction européenne, c'est que les défauts dans les cultures politiques des uns et des autres s'annuleraient alors que leurs vertus se cumuleraient — c'est évidemment idéaliste, mais ce n'est pas absurde si on imagine un méta-débat sur la manière de gouverner, ou si on remarque que les nationalistes ont plus de mal à se mettre d'accord entre eux que les partis plus respectables. En tout état de cause, je ne trouve pas que les institutions françaises, avec leur accumulation scandaleuse de pouvoir personnel entre les mains du chef de l'État, l'Assemblée nationale qui ressemble à une chambre d'enregistrement, et le Sénat qui est une gifle au principe même de la démocratie, soient meilleures que les institutions européennes.

Je crois beaucoup à l'équilibre des pouvoirs (ce que les Américains appellent checks and balance), j'en ai par exemple parlé ici. C'est pour ça que je voudrais voir trois niveaux de gouvernement d'à peu près égale importance : régional (en ce qui me concerne, l'Île-de-France), national (la France) et continental (l'Union européenne). En ce moment, l'échelon national a une puissance démesurée par rapport aux deux autres (à commencer par le pouvoir de supprimer la collectivité régionale et de quitter l'union continentale ; pouvoirs que je trouve qu'il ne devrait pas avoir) : c'est surtout pour cette raison que je me dis à la fois régionaliste francilien et fédéraliste européen — ce qui n'a rien de contradictoire. (Je force le trait en parlant d'indépendance de l'Île-de-France, mais une forme d'autonomie serait bienvenue.)

Bien sûr, je ne prétends pas que l'état actuel des institutions ou l'intégration actuelle de l'Union soient parfaits. Je pourrais décrire les changements que je voudrais voir apportés aux institutions, mais ce serait un peu technique et d'intérêt limité : le résumé simple est évidemment plus de pouvoir au Parlement !. Mais ce que je voudrais surtout, c'est que l'Union serve de mécanisme de solidarité, c'est-à-dire de répartition des richesses, et donc que les pays les plus riches (dont la France, qui est un chouïa au-dessus de la moyenne européenne sur la plupart des indicateurs de richesse) payent pour les plus pauvres : cette solidarité est actuellement inexistante, et l'idée en est quasi taboue, mais si il y a un espoir qu'elle se mette en place, ce ne peut être qu'en passant par l'Union européenne. Certains me disent que ce rêve de solidarité européenne est impossible, ou ne pourra se réaliser que dans de nombreux siècles : ils ont peut-être raison, mais quand on mesure la rapidité du progrès déjà effectué, dans ce domaine mais aussi concernant d'autres causes importantes (les droits des minorités sexuelles), il me semble que le fait qu'il reste beaucoup de chemin à parcourir ne doit pas être une raison de désespérer.

Je ne prétends pas non plus que les politiques de l'Union me satisfassent. (Disons surtout que c'est un ensemble très hétérogène, et impossible à résumer ou à juger en bloc ; je constate cependant, sur beaucoup de débats, que je me sens globalement plus proche des positions défendues par le Parlement que par celles retenues par le Conseil : raison de plus pour vouloir plus de pouvoir au Parlement, mais aussi, de trouver me méfier des États membres.) Seulement, je m'abstiens de jeter le bébé avec l'eau du bain : quand la politique du gouvernement français me déplaît, je ne brûle pas de drapeaux français, je brûlerais éventuellement les photos de ceux qui auraient pris des décisions que je rejette : je trouve idiots ceux qui ne sont pas foutus d'appliquer la même logique à l'Union européenne (ou, du reste, à n'importe quel pays étranger), et qui n'arrivent pas à séparer mentalement les actions d'institutions quand même vaguement démocratiques, et l'entité que ces institutions animent. En vérité, je ne suis pas terriblement content des gens qui gouvernent actuellement ni l'Île-de-France, ni la France, ni l'Europe.

Mais peut-être que ce qui me convainc le plus du bien-fondé de la démarche de construction européenne, c'est de regarder quels sont ses ennemis. Il est idiot en général de juger un projet par ses ennemis, mais l'hostilité des mouvements d'extrême-droite à l'Union européenne est plus qu'un accident : ils se rendent bien compte, et justement, à quel point la construction européenne est le pire danger pour leurs idées nationalistes ; comme je pense que l'essor des partis d'extrême-droite est un des plus graves dangers qui menace l'Europe (je devrais sans doute en reparler, mais une autre fois), il est logique que je soutienne ce qui semble la meilleure arme contre eux. Globalement, plus j'entends Mme Le Pen parler de son petit horizon franchouillard étriqué, et plus je me sens europhile. (Quant à l'idée, parfois avancée, que l'Union européenne serait justement responsable, peut-être par son manque de démocratie, pour la montée du nationalisme, à part que ça ressemble à rendre le médecin responsable de la maladie parce qu'à chaque fois qu'on est chez lui on est malade, de toute façon ça ne marche pas vu qu'en Suisse, pays censément ultra-démocratique et non membre de l'UE, l'extrême-droite — celle qui se prétend du centre — frôle les 30%.)

Je devrais finir par dire un mot du Brexit : là aussi, je devrais peut-être en parler plus longuement une autre fois, mais toujours est-il que je suis complètement persuadé qu'il aura lieu ; je ne sais pas si je dois le déplorer (comme début du détricotage de l'Union) ou m'en réjouir (comme début d'une intégration accrue), mais il est certain que le Royaume-Uni n'a jamais voulu rien d'autre qu'une union économique, et je préfère qu'il s'en aille que de limiter l'UE à une simple union économique. La campagne du camp Remain ne parle que des aspects économiques (à quel point ce sera un désastre pour le Royaume-Uni s'il quitte l'UE, ce qui est peut-être vrai ou peut-être pas, mais ce n'est pas le point qui compte) ou parfois de sécurité : peut-être qu'ils n'ont pas le choix parce qu'il est trop tard pour expliquer aux électeurs l'intérêt d'une union politique quand on leur a vendu une union économique, toujours est-il que maintenant ils sont forcés d'être muets face à ceux comme M. Farage ou (l'ancien maire de Londres et futur Premier ministre) M. Johnson qui parlent de perte de souveraineté — c'est pour cela qu'ils (ceux qui proposent de rester uniquement pour des raisons économiques et sécuritaire) perdront leur referendum.

Pour ma part, cette fameuse perte de souveraineté pour la France est exactement ce que j'attends de l'Union européenne.

(dimanche)

Est-il toujours rationnel d'être rationnel ?

Lorsque — au hasard — un attentat terroriste frappe un pays, il est suivi d'une déferlante de débats et discussions sur ce qu'on aurait pu ou dû faire pour l'éviter. Des experts qui prêchent ordinairement dans le désert aux hommes politiques cherchant à tout prix à suivre le sens du vent du jour, tout le monde a un avis à donner : on doit faire la guerre aux terroristes, ou au contraire on ne doit pas tomber dans le piège du conflit de civilisations où ils veulent justement nous entraîner ; on doit les assécher financièrement ; on doit s'allier avec la Bordurie, ou au contraire avec la Syldavie ; on doit augmenter les pouvoirs de la police, on doit interdire la cryptographie, on doit surveiller Internet, on doit protéger nos libertés, on doit, on doit, on doit…

Mais je n'entends essentiellement personne tenir la thèse qu'on devrait faire exactement ceci :

rien

— rien, c'est-à-dire pleurer les morts, se moquer des extrémistes, refuser de se laisser terroriser, reprendre les fils de la vie qui n'ont pas été brisés, et ensuite admettre que l'événement se reproduira certainement et qu'on ne peut pas forcément y faire quelque chose. La plupart des fléaux qui touchent l'homme ont ceci en commun : que si on peut parfois y faire quelque chose, ce quelque chose est très difficile, nécessite un travail très long et au résultat incertain, et surtout, qui doit être mené bien en amont du moment où le fléau frappe — il ne faut pas espérer une solution facile.

Dans les mots passablement gnomiques d'un célèbre romancier français :

Il y a eu dans le monde autant de pestes que de guerres. Et pourtant pestes et guerres trouvent les gens toujours aussi dépourvus. […] Quand une guerre éclate, les gens disent : Ça ne durera pas, c'est trop bête. Et sans doute une guerre est certainement trop bête, mais cela ne l'empêche pas de durer. La bêtise insiste toujours, on s'en apercevrait si l'on ne pensait pas toujours à soi. Nos concitoyens à cet égard étaient comme tout le monde, ils pensaient à eux-mêmes, autrement dit ils étaient humanistes : ils ne croyaient pas aux fléaux. Le fléau n'est pas à la mesure de l'homme, on se dit donc que le fléau est irréel, c'est un mauvais rêve qui va passer. Mais il ne passe pas toujours et, de mauvais rêve en mauvais rêve, ce sont les hommes qui passent, et les humanistes en premier lieu, parce qu'ils n'ont pas pris leurs précautions. Nos concitoyens n'étaient pas plus coupables que d'autres, ils oubliaient d'être modestes, voilà tout, et ils pensaient que tout était encore possible pour eux, ce qui supposait que les fléaux étaient impossibles. Ils continuaient de faire des affaires, ils préparaient des voyages et ils avaient des opinions. […] Ils se croyaient libres et personne ne sera jamais libre tant qu'il y aura des fléaux.

— Albert Camus, La Peste

Pour être bien clair, je ne prends pas spécialement parti pour l'inaction, ni en général ni dans un cas précis. La seule chose dont je suis certain, c'est qu'il ne faut pas agir de façon précipitée ou irréfléchie en géopolitique, pour les raisons que Jon Stewart résumait de façon hilarante dans cette séquence du Daily Show (America in the Middle East — Learning Curves Are for Pussies, 2015-02-06, durée 9′29″). Ça ne signifie pas qu'on ne doive jamais rien faire. Mais avant de se demander quoi faire, il est opportun de se demander si on doit vraiment faire quelque chose, ou simplement admettre le contraire comme une option à envisager et à comparer : il serait donc opportun d'écouter ce qu'on peut dire pour défendre cette thèse.

Car avant de s'élancer gaiement sur un chemin tout pavé de bonnes intentions, il faut écouter la voix sévère et rébarbative de la rationalité utilitariste. Qui nous dit essentiellement que nous devons traiter en priorité les problèmes pour lesquels on peut le plus efficacement sauver des vies (ou minimiser le malheur, ou autres variations selon la fonction d'utilité précise qu'on prétend maximiser) : et qu'avant de dépenser des efforts ou des euros pour lutter contre tel ou tel problème il faut se demander si ces efforts et ces euros, quelle que soit leur source, ne pourraient pas être investis plus utilement (toujours selon la fonction d'utilité qu'on s'est fixée) dans une autre action, ou pour la résolution d'un autre problème.

Cette voix est assurément déplaisante à entendre. Nous aimons tous tenir les opinions contradictoires que toutes les vies humaines sont égales mais que certaines morts sont plus révoltantes que d'autres — et nous aimons penser que certains problèmes sont symboliquement plus importants qu'un décompte numérique de leurs victimes. (A contrario, Bruce Schneier aime dire — en plaisantant, mais pas uniquement en plaisantant — que si un événement fait l'actualité, on ne doit pas s'en inquiéter, puisque par définition, l'actualité rapporte des événements inhabituels, c'est-à-dire, rares, or les choses dont on doit s'inquiéter sont celles qui sont fréquentes, par exemple, celles qui causent le plus de morts.) Les chiffres eux-mêmes, bien sûr, sont toujours délicats à peser : d'après le dernier rapport d'Europol, les actes terroristes ont fait quatre morts dans l'Union européenne en 2014 (ça doit être moins que la foudre…) : s'ils en ont fait beaucoup plus en 2015, la question se pose de comment interpréter cette évolution (un changement durable, un phénomène passager, une déviation statistique ?), et cela peut évidemment nourrir l'argument selon lequel on aurait eu tort de penser que le phénomène était insignifiant sur la base du nombre de morts en 2014. Le choix de la fonction d'utilité peut aussi donner lieu à des débats un peu sordides (est-il pertinent de faire perdre, par exemple, une heure par an à cinquante millions de personnes, si on peut en ce faisant sauver cent vies par an — sachant que ces cent vies représentent certainement moins de cinquante millions d'heures ? et quel poids le gouvernement d'un pays doit-il donner aux vies dans d'autres pays ?) : on a d'autant moins envie d'écouter l'utilitarisme dans ces conditions.

Les raisons pour lesquelles nous aimons être irrationnels sont difficiles à analyser. J'ai déjà parlé du chercheur en économie comportementale Dan Ariely, qui se spécialise dans l'étude de l'irrationalité prévisible et reproductible de l'homme, mais il s'agit chez lui plutôt de microéconomie. La raison pour laquelle nous mettons en place, par exemple, des mesures de sécurité totalement bidon, par exemple dans l'aérien, sont sans doute plus complexes à comprendre et à catégoriser. À un certain niveau, il s'agit certainement de rassurer les gens (raison pour laquelle on parle de security theater, et j'aime beaucoup l'illustration qu'en fait le sketch d'Adam Conover que je viens de lier) : le fait est que ça ne marche pas de rassurer les gens en leur disant arrêter de vous inquiéter pour les bombes dans les avions, vous avez considérablement plus de chances de mourir d'un cancer (et d'ailleurs, même s'agissant du cancer, vous ne vous comportez certainement pas de façon rationnelle…) : je n'arrive pas à convaincre mon propre gestalt émotionnel avec de tels arguments, alors je me vois mal convaincre quelqu'un d'autre. D'un autre côté, je ne suis même pas persuadé que ce genre de mesures fonctionne pour rassurer les gens (est-ce qu'on se sent plus en sécurité quand on voit des militaires partout patrouillant une ville, vraiment ?).

Bon, je ne sais plus où je voulais en venir avec mes propos confus (mais ce n'est pas le genre de choses qui m'empêche de ranter ☺). Donnons juste la morale suivante : pour qu'un débat public ne soit pas truqué et que les termes en soient clairement définis, il faut au moins examiner, et écouter les arguments qui se présentent pour, la plus grande variété des options, dont celle de l'inaction. Il est permis de penser qu'on ne doive pas suivre les choix « rationnels », c'est-à-dire, utilitaristes (il y a une nouvelle intéressante d'Asimov sur un thème assez proche, d'ailleurs : The Greatest Asset). Mais cette décision doit être consciente et éclairée, et, pour cela, il faut écouter cette voix même si on n'aime pas ce qu'elle dit.

(jeudi)

Analysons le mécanisme de vote du Conseil de l'UE

Le Conseil de l'Union européenne, dont le nom officiel est juste le Conseil, et qu'on appelle parfois aussi informellement Conseil des ministres parce qu'il réunit les ministres des 28 états membres sur un sujet donné, est en quelque sorte la chambre haute de la législature de l'Union européenne (dont le Parlement européen serait la chambre basse), représentant les intérêts des États membres tandis que le Parlement européen représente la population de l'Union : il est donc vaguement analogue au Sénat des États-Unis ou au Bundesrat allemand (représentant, dans les deux cas, les entités fédérées). Si je simplifie en passant sous silence un nombre incroyable de cas particuliers, subtilités, astérisques et autres exceptions, une directive européenne (l'équivalent d'une loi) doit, pour être adoptée (selon la procédure législative ordinaire) être proposée par la Commission, et adoptée dans les mêmes termes par le Parlement et le Conseil. Je me propose d'analyser un peu la manière dont ce Conseil vote.

Les gens qui n'aiment pas lire des logorrhées (mais que faites-vous sur mon blog, aussi ?) peuvent sauter plus bas où il y a des jolis graphiques.

La petite minute nécessaire du Club Contexte : il y a aussi un Conseil européen, terminologie épouvantablement idiote parce qu'il n'est pas plus européen que l'autre, qui ressemble beaucoup au Conseil [des ministres] en ce qu'il est formé des représentants des 28 États membres, mais qui diffère en ce qu'il est formé des chefs d'État ou de gouvernement au lieu des ministres, et dont les fonctions ne sont pas tout à fait claires au niveau institutionnel (il « dirige », donne des « impulsions », etc.). Du coup, le Conseil européen a très rarement l'occasion de procéder à des votes, à part pour des cas très précis comme quand il s'agit de nommer le président de la Commission et qu'il n'y a pas de consensus. Les deux conseils (Conseil européen et Conseil [des ministres]) se ressemblent par certains points : dans les rares cas où le Conseil européen effectue un vote, c'est le même mécanisme de vote que pour le Conseil, et les deux Conseils ont, par exemple, le même logo représentant le futur bâtiment qu'ils auront aussi en commun (parfois l'un des deux ajoute au logo le mot latin Consilium, mais je n'ai pas compris lequel, ça a l'air de changer, et c'est peut-être obsolète), et ils ont le même site Web. Il y a aussi des différences : notamment, contrairement au Conseil [des ministres], qui est présidé par un État tournant tous les six mois [subtilité : sauf quand il est en formation affaires étrangères], le Conseil européen est présidé par une personne stable, en l'occurrence l'ancien Premier ministre polonais Donald Tusk. Je pense que l'idée est que si on considère l'UE comme un État fédéral ou confédéral, le Conseil européen en est une sorte de chef d'État collégial : il nomme le chef du gouvernement, c'est-à-dire de la Commission, et il a la main sur les grandes lignes de la politique étrangère. (Il n'est pas rare dans les dispositions constitutionnelles qu'il y ait une certaine porosité ou proximité entre le chef de l'État et la chambre haute du parlement : par exemple, le vice-président des États-Unis est ex officio président du Sénat, tandis que le président du Sénat français devient président par intérim si le président décède, et on peut certainement citer d'autres exemples ; la confusion entre les deux Conseils se comprend donc un peu dans cette logique.) • Par ailleurs, il ne faut pas confondre l'un ou l'autre de ces Conseils, qui sont des institutions de l'Union européenne, avec le Conseil de l'Europe, qui est une autre institution internationale, strictement plus grande que l'Union européenne (et dont, par exemple, la Norvège, la Suisse et la Russie sont membres). Pour tout arranger au niveau confusion, le Conseil de l'Europe a le même drapeau que l'Union européenne (c'est même lui qui l'a utilisé en premier), et aussi le même hymne.

Généralités : La plupart des décisions du Conseil [de l'UE, i.e., Conseil des ministres] se prennent, dans la pratique, sur la base du consensus : un vote a lieu formellement, mais il est précédé de beaucoup de négociations, voire de marchandages, menées informellement (par courrier électronique, par l'intermédiaire des représentants permanents à Bruxelles, ou au cours de réunion officieuses du Conseil), surtout par la présidence tournante du Conseil : lorsque la présidence annonce qu'elle dispose d'une majorité suffisante pour approuver la proposition, les éventuels pays minoritaires préfèrent négocier leur ralliement au vote en échange de quelques concessions plutôt que d'enregistrer une « contestation publique », i.e., de figurer sur le papier final comme votant contre (ce qui peut être embarrassant, diplomatiquement ou politiquement, sauf s'il s'agit d'enregistrer un point vis-à-vis de leur opinion publique nationale). Ce n'est pas pour autant que les détails du mécanisme de vote n'ont pas d'importance ! Car ce sont tout de même eux qui définissent le pouvoir des différents pays dans les négociations informelles, et même si le vote formel apparaît comme unanime — même si on cherche le compromis pour arriver à l'unanimité — l'avis d'un petit pays sera évidemment d'autant plus écouté s'il a le moyen de tout bloquer que si on sait qu'on peut toujours se passer de son accord. (Une analyse précise de la dynamique de vote pour ce qui est de la contestation publique, sur la période 1995–2010, est menée dans ce rapport de Wim van Aken, Voting in the Council of the European Union.)

Le mécanisme de vote dans toute sa subtilité juridique est assez complexe. D'abord, il y a plusieurs mécanismes différents selon le type de motion soumise au vote, et qui exigent des majorités différentes : majorité simple (principalement pour des questions de procédure ou des résolutions sans valeur légale), majorité qualifiée (la procédure ordinaire), ou unanimité (essentiellement pour tout ce qui est conçu comme une coopération intergouvernementale : par exemple, en matière fiscale). Même au sein de la majorité qualifiée, une des conditions demandées est différente selon que le Conseil vote sur une proposition de la Commission ou non (il y a donc, en quelque sorte, deux majorités qualifiées différentes : la normale, pour voter sur une proposition de la Commission, et la renforcée, pour les cas où le Conseil agit de sa propre initiative, essentiellement en matière de politique étrangère). • Pour compliquer encore les choses, pendant une période transitoire qui dure de novembre 2014 à mars 2017, les règles de vote actuelles, entérinées dans le traité de Lisbonne de 2007 (qu'on appellera donc en abrégé règles de Lisbonne, en gros : 55% des états membres représentant 65% de la population), peuvent parfois — à la demande d'un membre du Conseil — être remplacées par les règles antérieures, contenues dans le traité de Nice de 2001 (règles de Nice, en gros : >50% des états membres, et 73.8% des voix pondérées). • Pour compliquer encore un peu plus les choses, une déclaration annexée aux traités (parfois appelée « compromis de Ioannina », ) veut que si un groupe d'états n'est pas suffisant pour constituer une minorité de blocage (c'est-à-dire, une minorité capable d'empêcher un vote de passer, donc, avec les règles de Lisbonne, 45% des états membres ou représentant 35% de la population de l'Union) mais n'est « pas trop loin » d'en constituer une, alors la présidence du Conseil et l'ensemble de ses membres s'engagent à faire des efforts pour trouver une solution tenant compte de leurs objections. • Pour compliquer la complication, la définition de pas trop loin dans la phrase précédente sera abaissée en avril 2017 (pour compenser le fait qu'on ne pourra plus invoquer les règles de Nice ; jusqu'à mars 2017, il suffit de représenter 3/4 du nombre de membres ou de la population nécessaires à constituer une minorité de blocage, tandis qu'à partir d'avril 2017, elle est abaissée à 55% sur ces deux critères). Ouf ! On comprend que les choses ne soient pas aisées à décrire.

Mon but est ici, en oubliant un peu les subtilités de la négociation et de la culture du compromis, de faire quelques points plutôt d'ordre mathématique, mais à un niveau assez simple, sur le mécanisme de vote du Conseil à la majorité qualifiée (« normale »), à la fois dans les règles de Lisbonne et dans les règles de Nice. Et d'en profiter pour faire quelques remarques plus générales sur l'analyse du pouvoir dans un système de vote de ce genre.

[J'avais déjà écrit un billet sur le sujet ici, au moment où le mécanisme de vote était en train d'être débattu (et en écrivant par erreur Conseil européen au lieu de Conseil [de l'Union européenne ou des ministres]). J'y proposais un mécanisme de vote particulier. Ici, je vais plutôt me pencher sur la question de comment analyser un mécanisme de vote existant.]

(dimanche)

Quelques réflexions à 0.02¤ sur les traditions du Royaume-Uni (et la chambre des Lords)

Peut-être parce que je suis citoyen d'une ancienne colonie du Royaume-Uni qui en partage encore le souverain et qui en a imité une partie du cérémonial constitutionnel, j'ai une certaine fascination pour les institutions et traditions du pays qui peut se targuer d'avoir, entre autres choses, la plus vieille monnaie du monde, et probablement les plus anciennes lois encore en vigueur. Ou peut-être au contraire est-ce parce que je suis aussi citoyen d'un autre pays qui a coupé la tête à son roi et qui ne semble jamais s'en être complètement remis (et donc regarde avec envie outre-manche ces gens qui n'ont jamais eu de constitution écrite pendant que la France en a changé tous les quinze ans en moyenne depuis sa première révolution). Ou peut-être encore est-ce parce qu'à force de croiser sur Internet des citoyens des États-Unis d'Amérique si fiers d'appartenir à la plus ancienne démocratie du monde il est amusant de leur rappeler que le pays dont ils ont fait sécession avait fait sa dernière révolution quelque chose comme 88 ans avant la leur, et intéressant de leur demander depuis combien de temps, au juste, le Royaume-Uni est une « démocratie », parce que l'impossibilité de répondre à cette question illustre bien la difficulté à définir ce que signifie, au juste, la plus ancienne démocratie du monde. Ou peut-être est-ce juste que je suis un traditionaliste qui s'assume mal — à part le Saint-Siège, il n'y a vraiment que le Royaume-Uni qui peut se targuer d'une telle continuité dans ses institutions.

Mais cette dernière question, depuis quand le Royaume-Uni est-il une démocratie ?, est intéressante, parce qu'à chaque fois qu'on pose ce genre de questions s'agissant de ce pays, la réponse est toujours la même : c'est impossible de savoir exactement parce que les choses ont évolué lentement. Il est aussi difficile de dire, par exemple, à quel moment la peine capitale a été abolie au Royaume-Uni (la réponse la plus correcte semble être 1998, mais on conviendra que vu que la dernière exécution remonte, en fait, à 1964, cette date se défend aussi). Il est impossible de dire qui était le premier Premier ministre du Royaume-Uni (ou, si ça devait être avant 1707, d'Angleterre), et d'ailleurs on ne sait même pas au juste quand le terme de Premier ministre est apparu.

C'est entre autres pour ça que je suis persuadé que le Royaume-Uni, s'il devait un jour abolir la royauté, ne le ferait pas comme le font les autres pays qui font ce genre de choses (c'est-à-dire en changeant de régime), mais au contraire en gardant l'illusion de la continuité. Car les fictions juridiques, et notamment celle de la continuité, sont une clé de la tradition historique et juridique de ce pays : on n'abolit pas les choses, on les vide de leur substance pour mettre quelque chose d'autre à la place, souvent en maintenant la fiction que ces nouvelles choses sont faites par délégation pour la première. C'est ainsi que le souverain a perdu ses pouvoirs en maintenant l'illusion de les avoir encore[#] : ils ont été transférés au Premier ministre, sur le conseil duquel le souverain agit en matière constitutionnelle. Et si on devait abolir complètement la royauté, on le ferait sans doute sans abolir la couronne et sans renommer le royaume en république, mais en déclarant simplement le trône vacant et en élisant un régent qui serait de fait président et chef d'État mais de droit remplaçant d'un monarque désormais inexistant. D'ailleurs, je retrouve exactement cette idée chez un auteur de science-fiction éminemment anglais :

President: full title President of the Imperial Galactic Government. The term Imperial is kept though it is now an anachronism. The hereditary Emperor is nearly dead and has been so for many centuries. In the last moments of his dying coma he was locked in a statis field which keeps him in a state of perpetual unchangingness. All his heirs are now long dead, and this means that without any drastic political upheaval, power has simply and effectively moved a rung or two down the ladder, and is now seen to be vested in a body which used to act simply as advisers to the Emperor — an elected Governmental assembly headed by a President elected by that assembly.

— Douglas Adams, The Hitchhiker's Guide to the Galaxy (chap. 4)

Mais ce dont je veux surtout parler ici, c'est de la chambre des Lords. Parce que s'il y a d'autres pays européens qui sont des monarchies cérémoniales, la chambre des Lords est une institution vraiment remarquable par son archaïsme. Jusqu'en 1999(!), il y avait encore quelque 800 personnes, les pairs héréditaires du Royaume-Uni, qui avaient le droit de siéger à la chambre haute du parlement britannique du simple fait d'avoir hérité un titre de noblesse. (Je dis environ 800 personnes, mais je il doit s'agir d'essentiellement 800 hommes, parce que, normalement, les titres de nobless héréditaires au Royaume-Uni s'héritent par primogéniture mâle[#2].) Ces pairs héréditaires, même s'ils étaient loin de 800 à siéger en pratique, formaient ainsi la majorité d'une chambre non entièrement dénuée de pouvoirs (là aussi, les choses ont évolué progressivement : depuis 1949, la chambre des Lords ne peut que[#3] retarder d'un an le passage d'une loi, mais c'est un pouvoir relativement comparable au Sénat français, le verrou constitutionnel en moins), et c'est bien parce qu'ils faisaient de l'obstruction parlementaire que Tony Blair a décidé de réformer cette chambre haute.

(jeudi)

Élections en Bavière et en Allemagne

C'est une des choses qui m'ont frappé à Munich, c'est la multiplicité des affiches électorales (et aussi leur uniformité : très peu de grands formats, aucune affiche à la sauvage, presque uniquement des triptyques d'affiches, d'une taille apparemment normalisée, en triangle autour d'un poteau ou quelque chose du genre), et la multiplicité des candidats. Il faut dire que le système électoral fait que les électeurs allemands s'expriment doublement lors des élections au Bundestag : une deuxième voix est portée sur une liste, qui détermine la répartition proportionnelle des sièges, et une première voix va vers un candidat local dans la circonscription, les candidats ainsi élus étant décomptés du scrutin proportionnel — l'idée, louable dans son principe mais douteuse dans ses détails[#], étant d'avoir un scrutin poportionnel tout en gardant une assise locale. Bref, chaque parti va mettre en avant à la fois sa tête de liste et son candidat pour la circonscription, et comme il y a un nombre non ridicule de partis, cela fait déjà pas mal.

Mais aussi, je n'avais pas compris au début qu'en plus des élections imminentes du Bundestag (qui ont lieu ce dimanche, le 22 septembre) il y avait aussi les élections encore plus imminentes du Landtag de Bavière. Lesquelles ont eu lieu dimanche dernier, le 15 septembre, et sans grande surprise le ministre-président de Bavière Horst Seehofer, issu du parti chrétien-social CSU (comme tous les gouvernements de Bavière depuis 1957), a vu son mandat renouvelé, son parti ayant même obtenu la majorité absolue des sièges de l'assemblée du Land. C'est ce double scrutin qui explique que j'ai vu quantité de partis (enfin, de listes) dont je n'avais jamais entendu parler, parce qu'elles ne doivent exister que dans le cadre du Land de Bavière. Et c'est aussi sans doute à cause de la spécificité bavaroise (et le fait que le parti chrétien-démocrate CDU n'existe dans ce Land que par via sa sorte de filiale qu'est la CSU) que je n'ai vu quasiment aucune image de la pourtant très populaire actuelle — et très certainement future — chancelière fédérale (qu'on surnomme Mutti, et qui ressemble énormément à ma maman — c'est troublant). Son rival social-démocrate, Peer Steinbrück, apparaissait un (tout) petit peu plus.

Par contre, j'ai vu des affiches fines et subtiles pour le parti indépendantiste bavarois représentant un âne (je crois) en train de chier de l'or avec la mention genug gezahlt! (assez payé !) ou quelque chose de ce goût-là. Étant moi-même indépendantiste francilien en même temps que je suis fédéraliste européen, je sympathise forcément avec le principe que les régions bénéficient d'une large autonomie[#2] et puissent même demander leur indépendance, j'ai toujours eu le plus profond mépris pour ceux qui le font parce que, étant les plus riches, ils estiment trop payer.

Mise à jour : J'avais inversé premières et secondes voix : j'ai corrigé (les premières sont par circonscription, les secondes par listes).

Mise à jour : les résultats au moment où j'écris () :

  • les libéraux (≈centristes) du FDP ne seront plus présents au parlement allemand pour la première fois depuis la fin de la guerre(?),
  • le nouveau parti anti-euro[pe] Alternative für Deutschland n'entre pas non plus au parlement (de très très peu),
  • les chrétiens-démocrates de la CDU (le parti de Mme Merkel) échouent de tout juste quelques sièges à obtenir à eux tout seuls une majorité absolue (du moins d'après les chiffres actuellement donnés),
  • sur le papier, les trois autres autres partis, de gauche (SPD, Verts, die Linke) semblent donc avoir ensemble la majorité de quelques sièges, mais il est peu probable qu'ils arrivent à s'entendre pour former une coalition (du coup, la CDU devra s'allier soit avec le SPD — le plus probable, et souhaitée par les Allemands d'après certains sondages — soit avec les Verts).

[#] Un problème est que si un parti obtient plus de sièges par les scrutins locaux (premières voix) que la représentation proportionnelle ne lui attribuait, on lui laisse ces sièges excédentaires : du coup, les électeurs ont l'incitation perverse à panacher leurs voix, attribuant la deuxième à un parti « ami » qui n'obtiendrait que peu ou pas du tout de représentation à la proportionnelle — et c'est exactement ce que le parti libéral FDP est en train de supplier ; cette incitation n'existerait pas si la représentation proportionnelle était absolue (quitte à trouver un moyen d'y arriver) ou si les sièges élus localement étaient pris en plus et pas au sein de l'élection à la proportionnelle. Un autre problème est que la barrière de 5% pour entrer au parlement (qui est certainement une bonne idée en soi) introduit une discontinuité : et une bonne partie de l'incertitude du scrutin de dimanche tourne autour de la question de savoir si les libéraux du FDP et/ou le parti anti-euro AfD franchira cette barre.

[#2] Encore que cela soulève des questions pas forcément évidentes. Si dans un pays X se trouve une région Y qui a une composition socio-politique différente du pays et qu'on lui donne donc une large autonomie, mais que dans la région Y se trouve à son tour une ville Z qui a elle aussi une composition socio-politique différente de la région (et c'est probablement en large partie le cas de la ville de Munich dans le Land de Bavière dans la république fédérale d'Allemagne), on peut se demander pourquoi la ville n'aurait pas une autonomie dans la région égale à celle de la région dans le pays.

(mardi)

Faut-il avoir peur du Conseil constitutionnel ?

Maintenant que la loi sur le « mariage pour tous » a été définitivement votée par le parlement, ce dont je me réjouis même si je réitère le fait que j'aurais préféré une loi mettant fin à toute notion légale de sexe, elle doit encore — suite à un recours de l'opposition — être examinée par le Conseil constitutionnel avant de pouvoir être promulguée.

Faut-il avoir peur qu'il la déclare non conforme à la Constitution ? Probablement pas. D'une part, une décision antérieure de ce même Conseil traduit assez clairement — même pour le non-juriste que je suis — le fait que c'est au législateur de définir les contours du mariage :

5. Considérant qu'aux termes de l'article 34 de la Constitution, la loi fixe les règles concernant l'état et la capacité des personnes, les régimes matrimoniaux, les successions et libéralités ; qu'il est à tout moment loisible au législateur, statuant dans le domaine de sa compétence, d'adopter des dispositions nouvelles dont il lui appartient d'apprécier l'opportunité et de modifier des textes antérieurs ou d'abroger ceux-ci en leur substituant, le cas échéant, d'autres dispositions, dès lors que, dans l'exercice de ce pouvoir, il ne prive pas de garanties légales des exigences de caractère constitutionnel ; que l'article 61-1 de la Constitution, à l'instar de l'article 61, ne confère pas au Conseil constitutionnel un pouvoir général d'appréciation et de décision de même nature que celui du Parlement ; que cet article lui donne seulement compétence pour se prononcer sur la conformité d'une disposition législative aux droits et libertés que la Constitution garantit ; […]

9. Considérant, d'autre part, […] qu'en maintenant le principe selon lequel le mariage est l'union d'un homme et d'une femme, le législateur a, dans l'exercice de la compétence que lui attribue l'article 34 de la Constitution, estimé que la différence de situation entre les couples de même sexe et les couples composés d'un homme et d'une femme peut justifier une différence de traitement quant aux règles du droit de la famille ; qu'il n'appartient pas au Conseil constitutionnel de substituer son appréciation à celle du législateur sur la prise en compte, en cette matière, de cette différence de situation […].

Il semble assez clair que la décision eût été rédigée différemment si elle eût voulu dire le mariage ne peut être qu'entre un homme et une femme, point final. Et même, le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré est passé à la télé il y a quelques mois (je crois que c'était sur Canal+, probablement dans le Grand Journal) et, dans un écart inhabituel à sa réserve coutumière, a rappelé que c'était bien dans le pouvoir d'appréciation du législateur de définir ce qu'est un mariage. D'autre part, si j'imagine qu'il doit y avoir des personnalités assez conservatrices au Conseil constitutionnel pour ne pas trouver bon que deux garçons ou deux filles puissent s'unir, je doute qu'il y en ait une majorité pour être à ce point réactionnaires qu'ils seraient la première cour constitutionnelle du monde à imposer une inégalité de droit en la matière quand un certain nombre d'autres cours ont fait exactement le contraire. Enfin, ils ont certainement conscience que ce serait perçu comme une forme de coup d'État dont l'autorité morale du Conseil ressortirait trop diminuée s'ils prenaient une décision aussi politique : c'est le raisonnement qui a peut-être convaincu John Roberts (chef de la Cour suprême des États-Unis) de voter contre son groupe habituel et ainsi sauver la loi d'Obama sur l'assurance maladie.

Bref, je ne crains pas trop sérieusement qu'ils invalident le texte en totalité et sur le fond. Je crains cependant deux choses : soit qu'ils déclarent anticonstitutionnelle une provision importante, par exemple toutes les dispositions concernant l'adoption ; soit qu'ils invalident la loi pour une raison technique, c'est-à-dire une situation qui permettrait en principe au législateur de la voter de nouveau une fois corrigé ce problème technique, mais qui en pratique obligerait à retraverser tout ce marathon législatif, avec nouvelles manifs et actes homophobes à la clé, et qui risquerait bien d'enterrer définitivement le texte. Or ça ne me semble pas du tout invraisemblable qu'on découvre que l'avis du Conseil d'État a été demandé sur un texte qui diffère par trois virgules essentielles du projet de Loi déposé au bureau de l'Assemblée nationale, ou que cet avis a été demandé sur un papier de la mauvaise couleur, et que par conséquent toute la procédure était viciée.

Mise à jour : En fait (), ils ont tout validé avec seulement une réserve.

Ma conception de la démocratie fait que je ne vois pas d'un mauvais œil l'existence du Conseil constitutionnel et le fait qu'il ait un rôle accru et le pouvoir de défendre les libertés fondamentales, mais il faut reconnaître qu'il y a un véritable problème de transparence, d'impartialité et de démocratie avec cette institution :

  1. dans son processus de nomination et dans le fait qu'il soit aussi restreint : à la limite, le fait que les anciens présidents en soient membre à vie ne me choque pas tant que ça, mais il devrait y avoir des membres nommés par exemple par le Premier président de la Cour de Cassation et par le vice-président du Conseil d'État pour faire contrepoids aux nominations potentiellement « politiques » ;
  2. dans le fait que des décisions qui concernent l'ensemble du pays ne soient pas plaidées et qu'il n'y ait comme seul argumentaire, en cas de contrôle de constitutionnalité avant promulgation, que le texte de la saisine (donc pas de contradictoire et personne pour défendre la loi, et pas non plus d'audition d'amici curiæ) ;
  3. dans le fait que les décisions sont écrites dans un langage particulièrement difficile à décoder, et que même si elles sont maintenant souvent accompagnées d'un commentaire semi-officiel publié sur le site Web du Conseil, on ne sait pas très bien quel est le statut et la diffusion de ce dossier (je note par exemple que leurs URL ne sont pas pérennes…) ;
  4. dans l'absence de publication d'avis dissidents et l'opacité totale des votes ;
  5. dans l'absence d'aucun moyen (autre qu'une réforme constitutionnelle…) pour révoquer un membre du Conseil qui serait coupable de graves manquements à ses devoirs (pour comparaison, les juges de la Cour suprême des États-Unis peuvent au moins être mis en impeachement par le Congrès).

Il ne faudrait pas arriver à ce que le Conseil devienne un verrou.

(samedi)

Petits manifs pas très fières

Tout à l'heure quand j'étais[#] dans le métro ligne 6 en train de rentrer chez moi, j'ai vu monter un énorme groupe de gens à la station Quai de la Gare. La rame était assez vide avant leur montée, pleine à craquer après. Groupe encadré par des organisateurs en gilet de chantier jaune fluo. Majoritairement des garçons ; dans les 25–35 ans. Comme ils ne faisaient pas trop touristes, j'ai pensé d'abord à un groupe de supporters d'un sport quelconque. Puis j'ai remarqué un autocollant bleu-blanc-rouge avec la mention Paris est patrie. Ah, ce sont donc des identitaires — des fafs — qui vont à la manifestation Paris fierté pour commémorer Sainte-Geneviève et son glorieux combat contre les envahisseurs (ou quelque autre florilège d'anachronismes dans le même genre). En réponse à la question d'un autre passager (sans doute comme moi curieux et/ou pas très rassuré[#2]), un petit groupe d'entre eux à plaisanté sur leur xénophobie (sur le ton un peu grinçant de celui qui ne se considère pas lui-même comme xénophobe, qui sait que tout le monde pense le contraire et qui doit se l'entendre dire assez souvent, et qui s'en amuse) ; puis ils ont commencé à rigoler en imitant les paroles des quémandeurs dans les transports en commun (nous ne sommes pas des voleurs…).

Leur site (lié ci-dessus) est semblablement déroutant : laissant de côté Sainte-Geneviève, il faut un moment pour se rendre compte qu'on n'est pas sur un innocent site culturel d'amateurs de Paris, et apparemment ils mettent plus en avant leur opposition à Starbucks (qui provoque leur ire en voulant s'implanter à Montmartre) que leur xénophobie. Souci calculé de se montrer respectables, ou est-ce qu'ils n'assument pas ?

Sinon, parmi ceux qui n'assument pas, il y a aussi ceux qui vont manifester demain, au départ de juste à côté de chez moi, pour revendiquer que les hommes et les femmes n'aient pas les mêmes droits dans ce pays. On peut certainement se réjouir que l'homophobie soit devenue une valeur dont ils hésitent à se revendiquer ouvertement (sauf peut-être le tristement célèbre institut Civitas, qui doit relever de la même mouvance que mes parisiano-génovéfains), là où aux États-Unis certains ne rechignent pas à dire clairement qu'ils pensent que l'homosexualité est un péché : reste que je ne sais pas s'il y a plus ou moins d'hypocrisie à prétendre qu'on n'est pas homophobe et sexiste quand on soutient que l'homme et la femme sont figés dans des rôles tels qu'il faut un couple hétérosexuel pour élever correctement un enfant, ou bien à plaisanter qu'on n'est pas xénophobe quand on va honorer la lutte de Sainte-Geneviève contre les Huns.

Ayant vu aujourd'hui un visage de la bêtise et de la haine, j'irai peut-être en regarder un autre demain, histoire de comparer : renifler les idées nauséabondes m'aidera peut-être à dégager mon nez encore encombré.

[#] Après être resté cloîtré à la maison pendant une semaine à cause de la grippe, j'ai voulu prendre un peu l'air.

[#2] Indépendamment de toute considération idéologique, je dois dire que les foules me font peur. Mais il y avait sans doute aussi quelque chose de plus subtil : l'idée vague qu'un autre voyageur, qui n'aurait pas fait attention au fait que j'étais déjà dans la voiture, aurait pu me prendre pour un du groupe.

(mardi)

Le fastidieux débat sur l'ouverture du mariage

Il m'arrive assez souvent de me surprendre — rétrospectivement — par ma naïveté. Je pensais, j'espérais, quand le projet de loi sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe a commencé à être discuté, que ce débat n'intéresserait pas l'opinion : que les Français étaient bien trop préoccupés par l'économie (pas que j'apprécie de voir que la politique se réduit de plus en plus à l'économie, mais c'est ce qui transparaît), que personne ne trouverait à objecter à un changement où les seules personnes vraiment concernées ne peuvent être que favorables — que ceux qui y sont idéologiquement opposés auraient soit peur d'être ridiculement ringardisés soit la pudeur de se cacher un peu — et qu'au final le texte passerait en suscitant autant d'attention que le projet de loi autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume de Norvège sur l'enseignement dispensé en France aux élèves norvégiens et le fonctionnement des sections norvégiennes établies dans les académies de Rouen, Caen et Lyon (I'm not making this up). Bref, j'ai été bien naïf : au lieu de ça, il nous faut supporter un débat si fastidieux que, vous l'avouerai-je, je vois avec soulagement la petite parenthèse que nous offre le numéro de duettistes du principal parti d'opposition.

Je ne cacherai pas qu'une partie de mon agacement vient de la manière dont les partisans de l'égalité dans le mariage défendent leur position : c'est-à-dire que, de ce que j'ai pu voir, au lieu de répondre aux arguments (enfin, ce qui en tient lieu) avancés par leurs contradicteurs, ils préfèrent crier le mot homophobe sur tous les registres possibles. En un sens, c'est très bien que l'homophobie soit maintenant globalement connotée négativement : même les opposants au projet de loi prétendent (un peu hypocritement, certes) défiler aussi contre l'homophobie ; dans le monde parallèle du racisme, nous nous situons dans la phase où on commence à éprouver une certaine gêne, pas encore de la honte, mais au moins de la gêne, à affirmer l'inégalité de telle race sur telle autre — le premier timide pas pour sortir du bourbier de la connerie. Mais à force de crier à l'homophobie, on va user ce mot. Par exemple quand quelqu'un passe des pages entières à traiter Lionel Jospin d'homophobe parce qu'il a prononcé des propos à vrai dire assez brumeux et incompréhensibles qui interprétés de la bonne manière (et si on ne rechigne pas à couper et ignorer totalement une phrase assez importante comme la discrimination à l'égard de telle ou telle orientation [sexuelle] m'est insupportable) peuvent effectivement s'interpréter comme une forme d'homophobie, au moins au passé ; même comme ça, il faut beaucoup et délibérément déformer pour arriver à lui faire penser que les gouines et les pédés ne font pas vraiment partie de l'humanité (!) : moi, tout ce que je vois c'est que Jospin n'est pas d'accord avec moi, et qu'il n'est pas doué pour dire aux journalistes en fait, ce sujet ne m'intéresse pas alors il dit deux-trois phrases nébuleuses et contradictoires — est-ce bien une raison pour le traiter d'homophobe ?, je ne le crois pas. De même quand François Hollande a eu une expression certes passablement malheureuse pour signaler aux maires geignards qui ne veulent pas marier des sales pédés qu'ils peuvent toujours laisser ça à leurs adjoints, je ne sais vraiment pas si c'était la peine d'aller manifester à ce sujet (et créer une sous-polémique dans un débat déjà assez pénible comme ça).

Je ne veux pas juste dire il faut savoir qui est l'ennemi : je veux dire qu'un des principes fondamentaux, dans un débat, c'est qu'on discute avec des gens qui ne sont pas du même avis. Ou au moins qu'on répond à ce qu'ils disent, et pas juste pour crier oh les vilains ! (même si c'est vrai). Le fait est que la partie relativement conservatrice de l'opinion, qui, comme je l'espérais naïvement, n'en avait initialement franchement pas grand-chose à faire de ce sujet (et donc était mollement favorable par défaut), est en train de s'orienter comme le lui disent ses mentors traditionnels. (Il y a du vrai dans ce que disent les sociologues qui prétendent que l'opinion publique n'existe pas parce que la mesure ou le débat perturbe le phénomène mesuré.) Que cela plaise ou pas, il faut parler à ces gens. Ou alors on peut craindre que la droite ne tienne sa promesse de faire annuler la loi dès qu'elle reviendra aux affaires (a priori je ne le crois pas, mais ce n'est pas totalement exclu non plus, justement si le débat s'envenime trop et polarise l'opinion de ces conservateurs).

Parce qu'il y a quand même des réponses qu'on peut faire qui me semblent un peu plus — ahem — productives que traiter d'homophobe le Premier ministre au moment du vote du PACS. L'Église catholique (puisqu'elle semble avoir endossé les habits de principal opposant au projet de loi) à eu la subtilité d'éviter de parler de Dieu — de placer, au moins formellement, ses arguments sur le terrain sociétal — et ce serait une grave erreur d'ignorer ce qu'elle dit. (Heureusement, certains s'emploient à lui répondre intelligemment.)

Par exemple, quand un évêque parle de rupture de civilisation, on peut aller interroger des gens qui vivent pas très loin de chez nous, du côté de Charleroi, Anvers, Amsterdam, Barcelone… leur demander comment ils ont vécu cette rupture de civilisation : je pense que l'absurdité de l'idée apparaîtra assez rapidement. S'il y a eu rupture de civilisation, c'est lorsque le divorce a été autorisé : on peut demander à l'Église pourquoi elle ne considère pas le mariage de couples de même sexe de la même manière que le mariage de divorcés — quelque chose qu'elle ne pratique pas elle-même mais qui ne semble plus lui poser un grave problème par sa simple existence. Quand certains avancent qu'un contrat civil renforcé devrait être suffisant pour garantir l'égalité des droits, on peut rétorquer que le mariage dispose d'une reconnaissance internationale qu'aucune union civile n'a (un couple français PACSé ne sera pas reconnu comme couple même dans les pays où le mariage existe entre personnes de même sexe). Quand dans le débat sur l'adoption[#] (dont j'expliquais naguère qu'il devrait être à mon avis bien séparé de celui sur le mariage) certains avancent qu'un enfant a droit à un père et une mère, on peut répondre simplement que dans la grande majorité des cas, la question est de savoir si tel enfant aura droit, aux yeux de la Loi, à une seule mère ou bien deux (ou : un seul père ou bien deux) ; et qu'à partir du moment où l'adoption est possible par les célibataires et que les opposants de maintenant qui ne se sont pas réveillés plus tôt sont vraiment de mauvaise foi. Ce sont des réponses assez simples à faire, et que j'ai trop rarement entendues.

Une autre chose que j'ai trop rarement entendu souligner, lorsqu'est servi le trop usé argumentaire du droit des enfants (et si on prononce le mot enfant, on pense automatiquement aux petits), c'est que la relation de filiation n'est pas quelque chose qui cesse quand on devient adulte. (Mon père et ma mère n'ont pas cessé d'être mon père et ma mère quand j'ai eu 18 ans.) Or on interdit à ceux qui ont été élevés par un couple de même sexe et qui sont maintenant majeurs de se voir reconnaître leur complète parenté (et en particulier, de porter le nom — ou d'hériter sans payer des taxes prohibitives — de l'un des parents).

Toujours est-il que ce n'est pas demain la veille que toute référence au sexe d'un individu disparaîtra de la Loi et de l'état-civil (comme je le souhaite ardemment) : en attendant, il faut subir un débat laborieux pour un petit corollaire de ce principe — mais ce sera déjà ça.

[#] Je pense qu'il faudrait aussi ne pas faire l'amalgame entre plein de questions qu'on peut ranger dans le mot homoparentalité : l'homoparentalité est une situation, mais il y a plein de manières dont on peut arriver à cette situation : selon que, par exemple, un couple de même sexe cherche à adopter, un homo célibataire cherche à adopter (est-ce de l'homoparentalité, ça ? et si c'est un bi ?), un homo/bi a eu un enfant dans un couple hétéro mais a perdu son/sa compagnon/-e et entre en couple de même sexe avec une autre personne (je pense que c'est la situation la plus courante), une personne en couple avec quelqu'un du même sexe a eu un enfant (par insémination artificielle ou en trouvant un partenaire de reproduction de sexe opposé) et cherche à le faire adopter par son/sa compagnon/-e, etc.

(mercredi)

Considérations intempestives sur l'indépendance de régions

Il y a un certain nombre de régions dans ce qu'on pourrait appeler le first world qui sont, à différents degrés, tentées par demander l'indépendance du pays dont elles font partie : je pense à l'Écosse (du Royaume-Uni), à la Catalogne (de l'Espagne), au Québec (du Canada), et éventuellement à la partie flamande de la Belgique même si la situation y est assez différente parce qu'il s'agirait plus d'un divorce que d'une indépendance ; on peut sans doute ajouter encore beaucoup d'autres exemples (le pays basque ?), mais je ne veux de toute façon parler qu'en généralités donc quelques exemples suffisent.

Il y a évidemment beaucoup à dire sur les raisons de ces revendications indépendantistes. Généralement elles sont culturelles (notamment linguistiques), mais il y a souvent aussi un aspect économique qui intervient, c'est-à-dire différentes variantes de l'argument nous payons plus en impôts pour <pays-ou-fédération> que nous n'en recevons en subventions, argument que je trouve vraiment très triste (en tant que vil gauchiste persuadé que les régions riches doivent payer pour les pauvres, à tous les niveaux). Mais bon, laissons ça de côté, je n'ai d'intérêts ni en Catalogne ni en Espagne, ni en Écosse ni en Angleterre, et si j'ai peut-être un attachement pour le Canada, ça affectera assez peu ma vie si le Québec s'en sépare (et je ne pense pas que cela se produise prochainement, d'ailleurs) : dans tous les cas, j'aurai juste à acheter de nouveaux atlas du monde et ce sera tout ce que ça me fera.

Ce qui est beaucoup moins évoqué, quand le sujet est discuté, ce sont les conséquences et modalités pratiques, et notamment juridiques, de l'indépendance. Je ne sais pas s'il y a un mode d'emploi officiel, une procédure standard, pour séparer un pays : les exemples sont assez rares, et à part le Soudan du Sud, le Timor oriental qui ne sont pas trop dans la situation des exemples que je discute (ni même le Kosovo et le Montenegro), plutôt anciens.

La Catalogne et l'Écosse sont actuellement dans l'Union européenne : il est plausible que, même si elles se séparent de l'Espagne et du Royaume-Uni, elles souhaitent rester dans l'UE. Cela n'a rien d'automatique, il faudrait demander à intégrer l'Union, prévoir un traité (et négocier le nombre de parlementaires, les voix au Conseil, etc.), et le faire signer et ratifier par tous les membres actuels. Ceci peut d'ailleurs donner un moyen de pression aux États dont ces régions feraient sécession même si, en fait, il est clair que l'intérêt au moins économique de toutes les parties impliquées est qu'elles rejoignent l'UE. Dans le cas de la Catalogne, la question est aussi compliquée par la monnaie : si elle devient indépendante, tant qu'elle n'intègre pas formellement l'eurozone, soit elle adopte officieusement l'Euro (comme le font, par exemple, le Monténégro ou Andorre) mais alors elle ne peut pas en créer et ses banques seront limitées par les réserves de sa banque centrale, ce qui n'est pas tenable pour une économie dynamique, soit elle crée sa propre monnaie ad interim, en essayant de la fixer contre l'Euro, ce qui posera de nouveau des problèmes de réserves en plus de nombreuses difficultés pratiques. Là aussi l'Espagne a sans doute un moyen de pression puissant même si, in fine, son intérêt économique est certainement que la Catalogne ait la même monnaie. D'ailleurs, si la Catalogne doit avoir sa propre monnaie, je n'ose imaginer le bordel bancaire qui en résulterait (les comptes sont convertis selon que les banques auraient leur siège à Barcelone ou ailleurs ?).

Il y a aussi la question de la dette. Il n'y a pas de règle à ce sujet : un État souverain peut très bien faire défaut sur sa dette (au moins la partie qu'il contrôle directement : il se peut, bien sûr, que certains de ses avoirs dans d'autres pays soient saisis), et si une province obtient son indépendance, elle peut refuser de prendre une part de la dette, comme le pays dont elle se sépare peut décider de renier la part per capita qui devrait lui échoir, estimant que c'est à cette province de la payer. On peut se demander, dans une telle hypothèse, quelle serait la réaction des jaloux gardiens de la dette (marchés financiers, agences de notation).

Et puis, il y a la question de la citoyenneté. À mon sens, le plus juste dans une situation de sécession serait de laisser à chaque résident de la région concernée le choix de la nationalité qu'il souhaite avoir ; mais je ne suis pas sûr que ce soit la procédure standard, si tant est qu'il y ait une procédure standard, et je peux imaginer que cela soulève beaucoup de difficultés pratiques (ceci dit, n'importe quelle autre option en soulèvera aussi). Si on donne juste la citoyenneté en fonction du lieu de résidence, cela causera des procédures judiciaires intéressantes. Après tout, un Espagnol qui vivrait en Catalogne, ne se sentirait pas du tout Catalan et serait privé de sa nationalité espagnole parce qu'il serait considéré comme Catalan, pourrait très bien essayer de faire valoir devant les cours de justice espagnoles qu'on l'a injustement privé de sa nationalité (qui peut être celle de ses ancêtres depuis fort longtemps) sur la base de son lieu de résidence sans qu'il ait été en tort. Et comme les Catalans et les Écossais sont aussi citoyens de l'Union européenne, dans l'hypothèse où la Catalogne et l'Écosse n'intégreraient pas immédiatement l'UE, la question se pose aussi de savoir s'ils resteraient citoyens de l'Union (l'article 20(1) du Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne précise qu'est citoyen de l'Union toute personne ayant la nationalité d'un État membre mais ne dit pas explicitement que c'est la seule manière de l'avoir, et ne dit pas vraiment comment on la perd) : je suis sûr que la CJUE se ferait un plaisir de trancher à ce sujet.

Je serais curieux de savoir si ces questions sont évoquées dans les régions concernées. Je ne pense pas qu'il suffise de dire l'intendance suivra comme pour ce qui est de constituer des ambassades (tiens, d'ailleurs, il semble que le Soudan du Sud n'ait pas d'ambassade à Paris, dans l'UE il n'en a qu'à Bruxelles plus une mission à Londres ; tiens, à ce propos, est-ce que ceci serait l'ancienne ambassade de la RDA en France ?). Et si certaines de ces régions obtiennent leur indépendance (mais, à vrai dire, je pense que ça ne se produira pour aucune d'entre elles), il sera intéressant de voir quelles solutions seront adoptées (le plus plausible étant, s'agissant des régions dans l'UE, et si toutes les parties sont de bonnes volonté, de préparer un traité d'accession à l'Union avant l'indépendance de la région).

Mais passons à un sujet plus vert et velu : l'indépendance de l'Île-de-France.

La question peut prêter à rire, mais je pense qu'on aurait tort de ne pas l'envisager sérieusement, ne serait-ce que pour se demander pourquoi, au juste, elle prête plus à rire que l'indépendance de la Catalogne ou de l'Écosse. On pourra répondre que l'Île-de-France n'a pas une culture spécifique : d'une part, je ne suis pas du tout persuadé que ce soit vrai, et c'est un chouïa insultant de suggérer qu'il existe une culture écossaise ou catalane mais pas francilienne. Mais le fait est surtout que s'il n'y en a pas c'est parce que les régions adjacentes ont adopté cette culture (ou ont été forcées de l'adopter), au point que c'est devenu la culture française — mais le fait que les voisins aient adopté la culture qu'on avait signifie-t-il automatiquement qu'on doive les accepter ? à partir du moment où les Catalans auraient le droit de dire aux autres Espagnols en fait, je n'ai pas envie de vivre dans le même pays que vous, pourquoi les Franciliens n'auraient-ils pas ce droit ? Si on accepte l'argument économique, cela fait certainement sens : l'Île-de-France est (après les régions de Londres, Luxembourg, Buxelles, Hambourg et Bratislava) à peu près la sixième plus riche région de l'Union européenne d'après Eurostat (en PIB par habitant ajusté au pouvoir d'achat), elle représente à peu près 30% de l'économie de la France et pourrait très bien fonctionner comme État autonome, il n'y a aucun doute que si les arguments économiques sont recevables pour la Catalogne ils le sont au moins autant pour l'Île-de-France.

Bref, je déclare fondé le mouvement indépendantiste francilien, ou plutôt, je le déclarerai fondé si la Catalogne ou l'Écosse arrivent à obtenir leur indépendance dans de bonnes conditions et à rester dans l'UE. Pas seulement que je sois curieux de savoir où la France mettrait sa capitale (Bordeaux, peut-être, comme à chaque fois que les Allemands s'approchent de Paris ?), mais aussi qu'en bon antinationaliste enragé j'aime bien l'idée de détruire les états-nations et les remplacer par des machins sans aucune identité. Comme l'Île-de-France et l'Europe ? Ben pourquoi pas, oui.

(mardi)

Quand le referendum est-il opportun ?

On entend régulièrement, dans la vie politique française, des appels à ce que telle ou telle question soit portée à referendum. C'est une manœuvre rhétorique assez habile, parce qu'elle donne l'apparence d'une grande impartialité (du genre : « laissons le Peuple Souverain® décider »), en fait on sait très bien que l'appel ne sera pas entendu, et du coup on peut laisser comprendre que le parlement ne fait pas ce que le peuple voudrait (ou plutôt, généralement : fait ce que le peuple ne voudrait pas).

Depuis la réforme constitutionnelle de juillet 2008, on devrait pouvoir faire à ces appels la réponse suivante : Vous n'avez qu'à tenter d'organiser un referendum d'initiative populaire (puisque la Constitution le permet maintenant). Je soupçonne d'ailleurs vaguement que cette possibilité a été inscrite dans la Constitution pour permettre de faire ce genre de réponse à des gens qui appellent à l'adoption de telle ou telle mesure. En réalité, les conditions limitant le referendum d'initiative populaire sont tellement extraordinairement draconiennes (un nombre de signatures exorbitant à recueillir en un temps très court plus l'approbation d'un nombre non négligeable de parlementaires élus, un nombre de domaines très limité, et diverses autres restrictions) et son effet est absolument nul (il suffit que le parlement examine la question, il peut tout à fait la rejeter, et cela enterre le referendum), et de toute façon ces dispositions de la Constitution sont actuellement inopérantes puisque le parlement n'a jamais voté la loi organique nécessaire à leur application, si bien que là, même si je suis très très loin d'être un zélateur du referendum (comme je vais le dire), je trouve qu'on se moque un peu du monde. Et en tout cas, on ne peut vraiment pas dire tentez un referendum d'initiative populaire, cela serait de trop mauvaise foi même pour l'homme politique lambda. Bref.

En ce moment, il y a deux sujets sur lesquels on entend des appels à consulter le Peuple Souverain®, c'est l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, et le pacte budgétaire européen (ratification du traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance au sein de l'Union économique et monétaire signé à Bruxelles le 2 mars 2012). Dans les deux cas, ceux qui appellent à un referendum voudraient que le Peuple Souverain® refusât la mesure en question : ils veulent un referendum pour faire campagne pour le non. Dans les deux cas, ils estiment que le Peuple Souverain® pencherait effectivement en leur faveur (voterait non). Et dans les deux cas, je pense qu'ils ont raison d'estimre cela : je pense qu'un referendum sur l'un ou l'autre sujet donnerait effectivement une victoire, courte mais probable, au non. (Et dans les deux cas, je ne serais pas d'accord avec le Peuple Souverain®, puisque moi-même je voterais oui, mais ce n'est pas du tout ce dont je veux parler.)

J'ai déjà expliqué par le passé ce que je pensais du Peuple Souverain® et de cette espèce de mysticisme qui l'entoure, et que je ne suis pas trop fan de laisser le Peuple Souverain® (aka : quarante-six millions de veaux) décider tout et n'importe quoi. Mais à la limite, ce n'est pas ça le problème non plus.

Le truc, c'est que pour beaucoup de questions, il y a des gens qui sont très excités pour ou contre, et une grande majorité de gens qui ont un avis beaucoup plus mou. Cet article (qui me semble bien pensé, et d'ailleurs beaucoup plus intelligent que la plupart des choses qu'on trouve sur le site en question) explique assez bien les choses : il se trouve que si on fait des sondages sur le mariage des couples de même sexe, une majorité assez nette de Français est pour ; mais ils sont « pour » au sens où ils sont prêts à faire l'effort de donner leur avis à un sondeur qui les a appelés pour le leur demander, ça ne veut absolument pas dire qu'ils sont suffisamment motivés sur la question pour aller prendre leurs petits petons potelés un dimanche et aller jusqu'au bureau de vote mettre dans l'urne un bulletin pour permettre aux homos de convoler — parce que, dans le fond, ils s'en foutent. À part, bien sûr, ceux qui sont vraiment mobilisés sur la question, et ceux-là, ils représentent une population très différente : pas du tout clair que les homos et leurs famille (ceux qui auraient assez envie de voter oui pour se bouger vraiment) fassent le poids contre ceux qui sont motivés pour voter non. Bref, le résultat serait certainement une grosse abstention, et un résultat au mieux très incertain. Et sans doute pareil pour le pacte budgétaire : personne n'a envie de se bouger pour aller voter en faveur d'un traité qu'on considérera au mieux comme un moindre mal. En vérité, le même genre d'effet peut se produire pour à peu près n'importe quelle question.

Pour avoir un referendum sain, il faudrait trois conditions toutes plus irréalistes les unes que les autres : (1) avoir un débat public serein sur la question, où les arguments soient véritablement entendus, et qui parvienne à intéresser les électeurs, (2) que ces électeurs se mobilisent largement, même si leur avis est peu tranché (ou peut-être que le vote soit obligatoire, mais je ne suis pas sûr que ce soit très bon pour autant), et (3) que le gouvernement ne prenne pas franchement position lui-même et souhaite véritablement savoir, en toute neutralité, quel est l'avis des électeurs (autant dire qu'on croit au Père Noël, à la Mère Noël, et à toute la petite famille Noël, là).

Et à vrai dire, quand je regarde les referendums qui ont eu lieu en France depuis la fin de la seconde guerre mondiale (ou depuis la IIIe République, ça revient au même puisqu'il n'y en a pas eu entre 1871 et 1944), je ne vois rien de vraiment indispensable, et je ne vois pas non plus de preuve d'une grande sagesse du Peuple Souverain®. Lequel a par exemple manqué deux occasions (mai 1946 et avril 1969) de se débarrasser du Sénat, parce que des questions politiques annexes ont parasité le débat, il a choisi un régime politique à la con (dont on ne sait pas bien s'il est présidentiel ou parlementaire) pour faire plaisir à Mongénéral, il a tergiversé sur les questions européennes et il a montré qu'il ne voulait pas se remuer si la question ne l'intéressait pas vraiment (je pense au referendum de septembre 2000). Bref, je suis peu convaincu.

La Suisse est régulièrement montrée en exemple, en France, comme l'archétype du pays dont la démocratie fonctionne à merveille (insérez ici la citation attendue d'Orson Welles), notamment à cause du bon usage du referendum (appelé « votations »). Qu'on me permette d'être sceptique. (Et ce, sans même procéder au largage de trolls évidents sur les jolis alpages : le temps qu'il aura fallu pour que les femmes aient les mêmes droits politiques que les hommes, la part de l'extrême-droite dans l'électorat, et, oh, vous avez vu le joli minaret, là ?)

(dimanche)

Matrice de report des voix : mes résultats

Je conclus (enfin, j'espère !, parce que je commence à en avoir un peu marre) la série des trois derniers posts (1, 2 et 3) avec les résultats promis.

D'abord, en petits caractères, voici de façon très détaillée la méthodologie que j'ai suivie.

Premièrement, le jeu de données. S'agissant de 2012, elles sont ici pour le 1er tour et pour le 2d ; s'agissant de 2007, elles sont ici pour le 1er tour et pour le 2d. Pour bien s'entendre, il y a 36791 lignes de données pour 2012, et 36698 pour 2007.

J'ai d'abord retiré tous les départements et autres collectivités d'outre-mer (mais gardé la Corse), au motif que les reports s'y effectuent sans doute de façon différente de la métropole, et aussi parce que certaines ne sont pas détaillées dans le fichier pour 2007. Ensuite, comme je voulais un fichier unifié entre 2007 et 2012, j'ai fusionné toutes les données selon les codes de département et de commune, en ne gardant que les clés qui étaient présentes à la fois en 2007 et 2012 : ceci implique que pour les communes qui ont fusionné entre les deux (par exemple 21084 Blessey et 21551 Saint-Germain-Source-Seine ont fusionné pour former 21084 Source-Seine), je n'ai gardé que la commune ayant le numéro donné à la commune fusionnée, et inversement en cas de scission (par exemple, je supprime des données de 2012 la commune de 52033 Avrecourt qui faisait en 2007 partie de 52332 Val-de-Meuse). Je supprime encore les 15 communes (05014 Barret-sur-Méouge, 05181 Villar-d'Arêne, 10298 Pont-sur-Seine, 14726 Vassy, 31019 Artigue, 31081 Bourg-d'Oueil, 39364 Montrond, 43122 Lissac, 50049 Besneville, 50105 Catteville, 50614 Le Valdécie, 63181 Joserand, 79076 La Chapelle-Saint-Laurent, 80197 Cizancourt et 86241 Saint-Rémy-sur-Creuse) dont la totalité des votes a été annulée par le Conseil constitutionnel sur l'un des quatre tours d'élection considérés. Au final, il reste 36538 lignes de données.

S'agissant des colonnes de données, je conserve, pour chaque élection : le nombre d'abstentions, le nombre de blancs+nuls, et le nombre de votes pour chaque candidat, le total étant toujours égal au nombre d'inscrits. Qui peut, en revanche, changer, même entre les deux tours d'une même élection, oui : mon fichier totalise 42057423 inscrits (sur 44472834 en vérité, c'est-à-dire surtout avec l'outre-mer) au premier tour en 2007, 42057755 au second tour (sur 44472733), et en 2012 : 43250761 inscrits (sur 46028542) au premier tour et 43253197 (sur 46066307) au second.

J'attribue à chaque commune et indépendamment pour chacune des deux élections, une répartition gauche-droite grossière, sur la base des suffrages exprimés au 1er tour, en sommant les voix des candidats que j'ai classés, de façon ad hoc, comme étant « de gauche » d'un côté, « de droite » de l'autre, les centristes comptant pour moitié de chaque côté. J'ai classé de cette manière : en 2007, Besancenot, Buffet, Schivardi, Bové, Voynet, Royal et Laguiller à gauche, Bayrou et Nihous au centre, de Villiers, Le Pen et Sarkozy à droite ; en 2012, Joly, Mélenchon, Poutou, Arthaud et Hollande à gauche, Cheminade et Bayrou au centre, Le Pen, Sarkozy et Dupont-Aignan à droite. Par exemple, ce score répartit Paris en 2007 à 48.8% à gauche (et donc 51.2% à droite) et en 2012 à 55.8% à gauche (et donc 44.2% à droite). Ce score ne sera pas utilisé directement mais simplement pour analyser plus finement les populations d'abstentionnistes et d'électeurs de Le Pen (l'idée étant que les électeurs de Le Pen ne sont pas vraiment les mêmes à Calais et à Cannes et n'ont pas le même comportement au second tour).

Je divise fictivement les populations d'abstentionnistes et de votants pour Le Pen au premier tour en deux dans les proportions données par la répartition gauche-droite grossière évoquée ci-dessus (par exemple, comme j'ai dit qu'à Paris en 2012 la répartition est de 55.8% à gauche et 44.2% à droite, je ferai deux sous-populations des abstentionnistes du premier tour avec 55.8% d'un côté et 44.2% de l'autre, et pareil pour les électeurs de Le Pen du premier tour). J'appellerai ces sous-populations des abstentionnistes de gauche et abstentionnistes de droite et de même électeurs de Le Pen gauche et électeurs de Le Pen droite, ce qui ne signifie pas que je préjuge des choses à leur sujet, encore moins leur vote, il s'agit juste de refléter l'environnement général où ils se trouvent pour modéliser la façon dont ils se comporteront au second tour.

J'ai donc divisé les électeurs du premier tour en N populations : il y a 16 populations en 2007 (une pour chacun des 12 candidats, sauf Le Pen qui en a récupéré deux, plus encore deux pour les abstentionnistes et une pour les blancs-ou-nuls), et 14 populations en 2012. Pour le second tour, je n'ai que 4 populations : les abstentionnistes, les votes blancs-ou-nuls, et les deux candidats. Pour éviter de s'ennuyer avec la variation du nombre d'inscrits, je multiplie les populations du second tour par le rapport d'inscrits pour faire comme si le nombre d'inscrits du second tour était égal à celui du premier tour : ce sera ça ma cible. (On aurait aussi pu imaginer créer une nouvelle population, les absents-au-premier-tour, mais je ne pense pas qu'ils soient suffisamment nombreux ou homogènes pour être modélisables de façon sensée.)

Maintenant, je vais chercher à trouver la matrice de report entre les N populations du premier tour et les 4 populations du second tour (ramenées proportionnellement au nombre d'inscrits du premier tour). Je cherche donc une matrice 4×N de nombres réels entre 0 et 1 (les N colonnes représentant la répartition des votes au second tour, en proportion, de chacune des populations du premier tour). Les contraintes exigées de cette matrice sont :

  • toutes les entrées sont comprises entre 0 et 1,
  • la somme de chaque colonne vaut 1 (i.e., la matrice est stochastique à gauche),
  • la matrice appliquée au vecteur total de chacune des N populations de premier tour pour toute la France doit donner le vecteur total des 4 populations de second tour (par exemple, pour 2012, la matrice appliquée au vecteur [abstention-gauche:3930068 abstention-droite:4126717 blancs-ou-nuls:648166 Joly:786363 Le-Pen-gauche:2923896 Le-Pen-droite:3397710 Sarkozy:9340798 Mélenchon:3899288 Poutou:399753 Arthaud:194859 Cheminade:84939 Bayrou:3173183 Dupont-Aignan:627892 Hollande:9717129] doit donner [abstention:7804808 blancs-ou-nuls:2076910 Hollande:17125029 Sarkozy:16244014]), ces deux vecteurs étant évidemment de même total à savoir le nombre d'inscrits du premier tour.

Les deux derniers points déterminent N+3 conditions linéaires indépendantes (une pour chaque colonne et une pour chaque ligne, sachant qu'une quelconque de ces conditions peut être éliminée comme découlant de toutes les autres).

Je cherche maintenant la matrice, vérifiant ces contraintes, qui parmi les matrices vérifiant ces contraintes réalise la plus petite somme des erreurs quadratiques sur toutes les communes (enfin, parmi les 36538 communes de mon tableau) : les erreurs étant la différence, en nombre total de voix, entre l'application de la matrice au vecteur donnant les populations de premier tour, et le vecteur de second tour (ramené au nombre d'inscrits du premier tour) — on somme donc les carrés des erreurs sur chacune des quatre composantes du vecteur et sur chacune des 36538 communes. Ce calcul est un problème de programmation quadratique en 4N variables, que j'ai résolu avec la fonction qp de GNU Octave.

On peut éventuellement ajouter une contrainte demandant que le report d'un candidat du premier tour qui est admis au second tour soit parfait sur ce candidat lui-même : je n'ai pas eu à ajouter cette contrainte pour 2012 (la solution trouvée vérifiait déjà cette contrainte) ; pour 2007, la solution vérifiait cette contrainte sur Nicolas Sarkozy, et seulement approximativement sur Ségolène Royal (la matrice trouvée reportait 3% des voix de Ségolène Royal du premier tour sur l'abstention au second tour, et seulement à 97% sur elle-même) : ajouter de force la contrainte ne changeait que de quelques pour cent les reports sur les autres candidats, une précision à laquelle je ne prétends de toute façon pas, donc je l'ai introduite pour plus de propreté.

Évidemment, pour indiquer les résultats finaux, il faut réagréger les populations qui ont été artificiellement séparées, c'est-à-dire les « abstentionnistes-de-gauche » et les « abstentionnistes-de-droite », et de même « Le Pen-gauche » et « Le Pen-droite ».

Par contre, je n'ai finalement pas agrégé ensemble dans les calculs les candidats trop semblables (Arthaud et Poutou, ou bien Cheminade avec les blancs-et-nuls), au motif que de toute façon les résultats calculés pour eux sont probablement dénués de sens de toute façon mais que les garder séparés dans les calculs permet peut-être d'obtenir de meilleurs résultats sur les autres candidats (après tout, tout prédicteur en entrée est bon à prendre, je suppose). J'agrège ces résultats uniquement dans le résultat que j'indique :

Pour 2012 :

1er tour→
↓2d tour
Abstentions Blancs+nuls + Cheminade Joly Le Pen Sarkozy Mélenchon Poutou + Arthaud Bayrou Dupont-Aignan Hollande
Abstentions 79% 0% 0% 23% 0% 0% 0% 0% 0% 0%
Blancs+nuls 0% 46% 0% 15% 0% 0% 40% 9% 44% 0%
Hollande 6% 43% 74% 6% 0% 98% 60% 42% 25% 100%
Sarkozy 15% 10% 26% 56% 100% 2% 0% 49% 31% 0%

Pour 2007 :

1er tour→
↓2d tour
Abstentions Blancs+nuls Besancenot + Schivardi + Laguiller Buffet Bayrou Bové + Voynet De Villiers Royal Nihous Le Pen Sarkozy
Abstentions 82% 0% 0% 0% 17% 0% 0% 0% 0% 0% 0%
Blancs+nuls 0% 75% 1% 0% 11% 1% 0% 0% 14% 9% 0%
Sarkozy 13% 0% 5% 0% 31% 0% 100% 0% 86% 85% 100%
Royal 5% 25% 94% 100% 41% 99% 0% 100% 0% 6% 0%

Évidemment, ces tableaux sont à prendre avec énormément de pincettes ! Pour avoir une idée de l'imprécision, on peut comparer le tableau pour 2007 ci-dessus avec celui donné dans une entrée précédente (où les principales différences étaient que (a) je n'avais pas scindé les abstentions et Le Pen, (b) je n'avais pas imposé les contraintes linéaires sur les lignes de la matrice, et (c) je n'avais pas exclu l'outre-mer) : je pense que mon nouveau tableau est un poil meilleur, mais il ne l'est sans doute pas énormément, donc il faut prendre l'énorme différence dans les scores de reports de Frédéric Nihous comme signifiant simplement on n'en sait rien (même si le nouveau tableau suggère quand même plutôt que son électorat était de droite). Évidemment il est invraisemblable que l'électorat de Bové et Voynet se soit reporté à 99% sur Ségolène Royal en 2007, ou celui de Mélenchon à 98% sur Hollande en 2012, ou autres colonnes de ce genre, donc ces reports doivent simplement être considérés comme signifiant que l'algorithme a correctement classifié ces candidats comme étant de gauche, ou a contrario De Villiers comme étant de droite (on pourra m'objecter que ma méthodologie supposait de toute façon de classifier a priori les candidats grossièrement à gauche ou à droite, mais en fait les scores dont je parle sont relativement robustes à cette classification).

(mardi)

Différentes hypothèses relatives à l'entrée précédente

Je posais hier le mystère suivant : comment expliquer qu'une régression linéaire entre les nombres de voix (commune par commune) aux deux tours de l'élection présidentielle de 2007 ne donne pas, comme on pourrait naïvement s'y attendre, une matrice de report des voix raisonnable ?

Différentes explications m'ont été proposées (soit dans les commentaires de l'entrée précédente, soit par d'autres canaux), et je voudrais y apporter quelques commentaires.

Voici une première hypothèse : mes calculs sont tout simplement dénués de sens, on ne peut pas espérer bêtement qu'une simple formule linéaire donne des résultats raisonnables, du coup les coefficients de la formule linéaire (fût-elle la meilleure possible) n'ont aucune espèce de signification. C'était aussi ma première idée. Mais elle ne tient pas pour la raison suivante, c'est que la formule linéaire en question est en fait étonnamment précise. Voici quelques données pour illustrer ce fait : si je prévois les résultats du second tour de 2007 à partir de ceux du premier avec la formule linéaire dont les coefficients sont donnés par le premier tableau de l'entrée précédente, j'obtiens une erreur médiane de 7 voix sur la prévision du nombre de voix de Nicolas Sarkozy au second tour (les erreurs sur les autres valeurs sont plus faibles), une erreur moyenne de 15 voix sur toutes les communes de France, une erreur moyenne sur la proportion de 1.3 points (en pondérant évidemment cette dernière moyenne par le nombre d'inscrits de la commune ; pour référence, le nombre moyen d'inscrits est de 1180), et les erreurs moyennes quadratiques sont également assez basses : 40 voix ou 2 points. Bref, l'idée que la formule est aberrante ne tient pas. Remarquer que la formule linéaire donnée par mon second tableau est à peine moins bonne (et même meilleure sur certaines métriques), ce qui donne l'idée que si la formule linéaire est bonne, tous ses coefficients ne sont pas pour autant bien déterminés (cf. ci-dessous).

Variante de la même hypothèse : mes données seraient trop bruitées, par exemple à cause des petites communes. J'ai essayé de refaire les calculs en me limitant aux communes ayant au moins 500 inscrits, cela ne change essentiellement rien (ce qui est normal, parce que je travaille sur des nombres de voix, ce qui fait intrinsèquement que les toutes petites communes ont peu de poids).

Autre idée proposée : la matrice des reports serait très inégale à travers le territoire. Cela dépend de ce qu'on entend par à travers le territoire, mais j'ai fait un test en me limitant aux communes d'Île-de-France : la matrice de corrélation n'est pas exactement la même, mais elle n'est pas fondamentalement différente, et en tout cas les coefficients négatifs ou supérieurs à 1 persistent (ce sont essentiellement les mêmes).

Maintenant, à la réflexion, voici les deux principaux effets que je crois être responsables de l'effet que je signalais :

Premièrement, les coefficients sont diversement bruités. L'idée est qu'un coefficient est d'autant plus facile à mesurer, dans une régression linéaire, qu'on a des variables ayant des valeurs très différentes sur sa valeur d'entrée. Mesurer les reports de voix, par exemple, des électeurs de Laguiller au premier tour, ne peut se faire fiablement qu'en comparant des endroits où elle fait un score relativement élevé et d'autres où elles fait un score particulièrement mauvais : l'ennui, c'est que quand elle fait un score élevé, d'autres candidats (de gauche) font également un score élevé, et noient le signal ; autrement dit, les variables d'entrées ne sont pas du tout décorrélées, et du coup il est très difficile de mesurer fiablement les coefficients depuis chacune d'entre elles. Pour pallier ce problème-là, on pourrait éventuellement réunir des candidats sociologiquement trop proches (par exemple, pour l'analyse des résultats 2012, il sera sans doute pertinent d'agréger les votes pour Poutou et Arthaud ensemble, voire aussi à ceux pour Mélenchon, car il est essentiellement impossible de trouver des endroits où le rapport entre ces scores s'écarte énormément de la moyenne nationale ; de même, le score de Cheminade étant essentiellement une variable aléatoire toute petite, on ne peut rien en dire d'utile, autant l'agréger aux votes nuls).

Deuxièmement, il y a des effets non-linéaires qui ont une trace linéaire non nulle. J'insiste sur le qualificatif : le fait qu'il y ait des effets non-linéaires est évident, mais on peut être tenté de dire ils ne doivent pas être bien importants puisque l'approximation linéaire donne de bons résultats (cf. ci-dessus). Seulement ce n'est pas une analyse complète. Je donne un exemple :

Prenons l'abstention. Elle a été sensiblement au même niveau entre les deux tours en 2007, mais on peut penser qu'elle ne concerne pas les mêmes personnes : beaucoup de gens s'abstiennent au second tour parce que leur candidat de prédilection a disparu du premier, et a contrario, beaucoup de gens s'abstiennent au premier tour parce que leur candidat de prédilection leur semble assuré d'accéder au second tour. Considérons ces derniers : ils ne forment pas une population homogène — certains sont de gauche et voteront plutôt pour la candidate de gauche au second tour, et certains sont de droite et voteront plutôt pour le candidat de droite ; le rapport entre ces deux populations doit être grossièrement de l'ordre du rapport entre électeurs de gauche et de droite au premier tour. On a donc affaire à un effet non-linéaire : il y a apport vers les deux candidats du second tour d'une partie des abstentionnistes dans des proportions déterminées pour parti par le rapport gauche/droite au premier tour. Ça c'est assez évident. Maintenant, comment cet effet non-linéaire se fait-il approximer par une régression linéaire ? Il y a évidemment un effet qui se manifeste dans la colonne des reports de l'abstention, vers les deux principaux candidats, mais il y a aussi une partie qui se manifeste dans la colonne des reports de chacun de ces candidats, car leurs électeurs semblent se multiplier au second tour (si l'abstention varie peu d'une commune à l'autre, c'est surtout cet effet-là qu'on va voir) : on va donc voir apparaître une proportion de report supérieure à 1 entre un candidat et lui-même, et c'est exactement ce qui se manifeste sur mon tableau. (Et comme la somme des coefficients par colonne vaut 1, s'il y a une entrée supérieure à 1, il y en a une qui est négative, ce qui correspond au fait que la présence d'électeurs de gauche au premier tour se manifeste par un défaut de report d'abstention vers le candidat de droite du second tour puisque ces électeurs indiquent qu'on est dans une région de gauche.)

Comment modéliser cet effet non-linéaire ? Je peux imaginer faire la chose suivante : déterminer pour chaque commune une mesure approximative entre 0 et 1 de « proportion de votes à gauche » (parmi les suffrages exprimés), et complémentairement une proportion de droite. Cela peut se faire en classant a priori les candidats comme à gauche ou à droite, ou en utilisant la première régression linéaire pour le faire automatiquement : peu importe, c'est un indice grossier. On divise ensuite artificiellement la population d'abstentionnistes du premier tour entre abstentionnistes « de gauche » et « de droite » suivant cette proportion. Le nombre d'abstentionnistes de chaque catégorie est donc une fonction non-linéaire (quadratique, précisément), et c'est ces deux fonctions (dont la somme est le vrai nombre d'abstentionnistes) qu'on utilise dans une régression linéaire, ou une régression linéaire contrainte. On peut faire la même chose pour les votes pour Le Pen au premier tour, qui représentent un vote protestataire pas forcément de droite : les séparer artificiellement en deux populations dans les mêmes proportions que la séparation gauche/droite sur l'ensemble des exprimés, et utiliser ces deux populations séparément dans la régression. (Ensuite, bien sûr, si on veut calculer une matrice de report des voix, on réunira ces deux populations qui ont été séparées fictivement pour introduire un effet non-linéaire.)

Toute cette procédure est un petit peu ad hoc, mais ça me semble néanmoins assez raisonnable. Sur les données de 2007, introduire de cette manière une division gauche/droite dans les populations d'abstentionnistes et d'électeurs de Le Pen au premier tour me permet d'améliorer d'environ 15% la précision sur les scores de Sarkozy et Royal au second tour. Et en réagrégeant les populations, j'obtiens un vecteur de reports des voix des électeurs de Le Pen un peu plus crédible que du tout-Sarkozy : 87% de report vers Sarkozy, 1% vers Royal, 7% vers l'abstention et 5% vers le nul (je n'y crois toujours pas, mais c'est quand même moins délirant).

Je tenterai d'appliquer ces différentes idées sur les chiffres de 2012 quand je les aurai. En attendant, pour m'amuser, j'ai fait une régression linéaire avec contrainte entre les chiffres du premier tour de 2012 et ceux du premier tour de 2007, pour tenter de répondre à la question les électeurs de tel candidat de 2012, pour qui avaient-ils voté en 2007 ? (en faisant comme si la population était constante, ce qui n'est pas le cas). Ces chiffres ne sont pas sérieux du tout, donc, mais ils sont amusants (je les donne en proportion du score de 2012, i.e., la proportion pour chacun des candidats de 2012 de la fraction de leur électorat qui viendrait de chaque candidat en 2007) :

Je répète que ce n'est pas à prendre trop au sérieux, mais il est amusant de voir que ce n'est pas totalement délirant non plus (pour commencer, on peut dire que le calcul a identifié le fait que Bayrou ou Sarkozy étaient bien les mêmes candidats en 2007 et 2012).

(lundi)

De la difficulté de faire une régression linéaire contrainte en politique

Dans l'entrée précédente, j'ai suggéré l'idée de faire une régression linéaire multivariée entre les deux tours des résultats de l'élection présidentielle, c'est-à-dire, essayer de calculer quelle combinaison linéaire des résultats du premier tour de la présidentielle (considérés comme un vecteur de N+2 nombres, à savoir le nombre de voix pour chacun des N candidats + bulletins blancs/nuls + abstentions) approche le mieux, sur l'ensemble des communes de France, les résultats du second tour (considérés comme un vecteur de 4 nombres, pour 2 candidats + blancs/nuls + abstentions). J'espérais[#] — un peu naïvement comme on va le voir — que ce calcul permettrait de connaître la matrice de reports des voix, c'est-à-dire, la proportion, dans chacun des N+2 votes possibles au premier tour, des 4 votes possibles au second tour : par exemple savoir que les électeurs de François Bayrou au premier tour se seraient reportés à 30% sur l'abstention, à 5% sur le vote blanc, à 35% sur Nicolas Sarkozy et à 30% sur François Hollande (chiffres imaginaires mais pas aberrants).

Les résultats du second tour n'étant pas encore disponibles sur www.data.gouv.fr au moment où j'écris, je me suis dit que j'allais m'exercer sur les résultats de 2007 (pour calculer les reports entre les deux tours de celle-ci soit, de façon plus osée, entre 2007 et 2012). Je passe sur les différentes petites crottes de ragondin rencontrées en chemin pour préformater les données sous une forme sympathique (par exemple les communes qui ont eu la fort sotte idée de fusionner ou de se séparer ; je passe aussi sur le fait qu'il n'y a pas de version détaillée des résultats de Paris, parce que Paris a le malheur d'être une unique commune). Disons que j'ai un gros tableau de données raisonnables, d'où j'ai retiré tout ce qui me chagrine.

Il n'est alors pas difficile de faire les régressions linéaires, avec un programme comme R[#2]. C'est-à-dire trouver les (2+2)×(12+2)=56 coefficients tels que, pour chaque vote possible au second tour, le nombre de ces votes soit au mieux prédit par la combinaison, affectée par les coefficients correspondants, des 14 votes possibles au premier tour (il y avait 12 candidats en 2007, ce qui fait 14 avec blancs et abstention). Il est assez facile de se convaincre, dans la mesure où le nombre d'inscrits ne change pas entre les deux tours (ce qui est quasiment vrai — pas rigoureusement, et ça fait partie des petites crottes de ragondin — mais suffisamment pour qu'on puisse faire comme si), que la somme des coefficients sur une colonne de cette matrice (c'est-à-dire pour chaque vote possible de premier tour) vaut 1. Maintenant, j'espérais que quelque chose ferait que ces coefficients seraient aussi tous positifs, et auraient l'interprétation naïve que j'ai décrite ci-dessus comme matrice de transfert des voix. Or ce n'est pas le cas, et voici la matrice des coefficients :

1er tour→
↓2d tour
Abstentions Blancs/nuls Besancenot Buffet Schivardi Bayrou Bové Voynet De Villiers Royal Nihous Le Pen Laguiller Sarkozy
Abstentions 0.8519 −0.4145 0.1060 0.0578 −0.2845 0.1705 0.5994 −0.5476 0.0281 0.0002 −0.5410 −0.0405 0.3789 0.0047
Blancs/nuls 0.0035 0.4859 0.1085 0.0113 0.5714 0.0867 −0.1229 0.0775 0.0596 −0.0019 0.2442 0.0119 0.2184 0.0153
Sarkozy 0.0910 0.5596 −0.0944 −0.0309 0.8717 0.3499 0.0586 0.9280 0.9056 −0.1129 0.7721 0.9979 −1.2629 1.0427
Royal 0.0532 0.3785 0.8656 0.9573 −0.1743 0.3938 0.5116 0.5719 0.0021 1.1131 0.5122 0.0283 1.6956 −0.0627

Le fit linéaire est excellent : même si je ne sais pas lire exactement les données de marges d'erreur que R me sort, je sais lire qu'elles sont très faibles (par exemple s'il me dit que 99.99% de la variance est expliquée par ce modèle linéaire, ou que dans 50% des communes l'écart est inférieur à 6 voix) ; bref, ces coefficients ont un sens. Mais pas exactement celui que je veux !

Il est relativement concevable que 85% des abstentionnistes du premier tour en 2007 l'aient encore été au second, tandis que 9% seraient allés voter Sarkozy et 5% Royal ; ou que les électeurs de Bayrou se soient reportés à 17% sur l'abstention, à 9% sur le vote blanc, à 35% sur Sarkozy et à 39% sur Royal : j'y crois assez ; ou encore que, comme le tableau le suggère, ceux de Villiers aient voté à 91% pour Sarkozy au second tour tandis que 3% se seraient abstenus et 6% auraient voté blanc. Mais il est impossible que 93% des électeurs de Voynet aient voté Sarkozy au second tour, 57% pour Royal, et un pourcentage négatif, −55%, se soient abstenus.

C'est assez perturbant : ce tableau montre des chiffres relativement sensés, dans un monde où un vote négatif serait possible. ☺

Bon, ben si les chiffres ne veulent pas d'eux-mêmes être raisonnables, il n'y a qu'à les forcer à l'être : je peux demander à chercher, après tout, quelle est la matrice à coefficients positifs, où chaque colonne a pour somme 1, et qui réalise la meilleure approximation linéaire parmi celles vérifiant ces contraintes : on parle de régression linéaire avec contraintes. Il s'agit là d'un problème d'optimisation quadratique (avec contraintes linéaires, et terme quadratique positif défini) : quelque chose qu'on sait très bien faire. En principe, R a ce qu'il faut pour y arriver : mais nouvelle petite crotte de ragondin, ce package ne marche pas chez moi, il prétend que mes contraintes (=la positivité des variables) sont impossibles à satisfaire, je ne sais pas ce qu'il a fumé. À la place, j'ai dû passer par Octave, qui est encore plus pénible à manipuler et que je connais encore moins, mais enfin qui sait faire le boulot (quand on réussit à exporter les matrices du problème de R vers Octave, ce qui n'est pas la chose la plus agréable qui soit).

Voilà ce que ça donne :

1er tour→
↓2d tour
Abstentions Blancs/nuls Besancenot Buffet Schivardi Bayrou Bové Voynet De Villiers Royal Nihous Le Pen Laguiller Sarkozy
Abstentions 0.8424 0.0000 0.0000 0.0000 0.0000 0.1679 0.0275 0.0000 0.0000 0.0000 0.0000 0.0000 0.0000 0.0000
Blancs/nuls 0.0424 0.2600 0.0000 0.0000 1.0000 0.1093 0.0000 0.0000 0.0026 0.0000 0.5503 0.0004 0.0000 0.0000
Sarkozy 0.0495 0.0900 0.0000 0.0000 0.0000 0.3283 0.0000 0.0000 0.9974 0.0000 0.1999 0.9996 0.0000 1.0000
Royal 0.0657 0.6500 1.0000 1.0000 0.0000 0.3945 0.9725 1.0000 0.0000 1.0000 0.2498 0.0000 1.0000 0.0000

De nouveau, il est relativement raisonnable de penser que les électeurs de François Bayrou au premier tour en 2007 se seraient divisés au second tour entre l'abstention à 17%, le vote blanc à 11%, Sarkozy à 33% et Royal à 39% (les chiffres diffèrent très peu du tableau précédent, et sont toujours crédibles). À la limite, il n'est pas totalement délirant d'imaginer que, avec la précision des mesures, près de 100% des électeurs de Marie-George Buffet, ou même d'Olivier Besancenot, se soient reportés sur Ségolène Royal au second tour, comme d'ailleurs les électeurs du premier tour de Ségolène Royal elle-même. Mais alors croire que les électeurs de Gérard Schivardi au premier tour auraient tous voté blanc au second (sans s'abstenir, mais vraiment voté blanc), ou croire que ceux qui ont voté blanc au premier tour auraient été 65% à voter pour Royal au second, ce n'est, comme qui dirait, pas très crédible. Je suis aussi amusé du 99.96% de report calculé de Le Pen sur Sarkozy (les 0.04% restants ayant censément voté blanc, c'est très précis) !

Voici donc la question à 100¤ : ces chiffres ont-ils une quelconque signification en rapport avec la réalité, ou un quelconque intérêt pour l'analyse politique ? À défaut, y a-t-il un autre traitement statistique que je puisse mener pour en obtenir de meilleurs ? Et en tout état de cause, quand (et si) le ministère de l'intérieur se sortira les doigts du c** pour fournir les chiffres complets du second tour de 2012 en Open Data, sera-t-il intéressant de mener la même analyse ou doit-on considérer que c'est du temps perdu ?

[#] Pourquoi espérer ça ? Parce que si les reports de voix du premier vers le second tour se font à peu près de la même façon partout, et notamment, indépendamment de ce pour quoi votent les autres électeurs de la commune, ce qui a priori ne semblait pas une hypothèse délirante, alors on devrait bien retomber dessus en faisant une régression linéaire.

[#2] Programme au nom incroyablement stupide quand on pense à la difficulté que cela cause de chercher dans Google des informations sur un truc à une lettre.

(dimanche)

Résultats d'élections : à la Bastille

[Rassemblement place de la Bastille]Je ne suis pas trop le genre à me livrer à des manifestations de liesse politique (ou à participer à des manifestations tout court, d'ailleurs, ne serait-ce que parce que je suis plutôt agoraphobe) : et pourtant, je me suis rendu — certes brièvement — ce soir à la Bastille[#], où se fêtait, sans doute, plus le soulagement provoqué par la défaite du président sortant que la joie de la victoire de l'impétrant.

En ce qui me concerne, du moins, j'attends assez peu de celui qui sera le prochain président de la République ; j'en attends même le moins possible parce qu'en parlementariste convaincu je considère que l'action de l'exécutif doit être menée par le gouvernement et dirigée par le Premier ministre, dont la légitimité découle de l'Assemblée nationale, laquelle reste à élire (et c'est là l'élection réellement importante, chose que certains journalistes et hommes politiques semblaient découvrir ce soir avec un étonnement ravissant). À défaut d'inexister complètement (dans le fond je ne vois pas pourquoi on aurait besoin d'un chef de l'État[#2]), avoir un rôle modeste et laisser le gouvernement gouverner sera le mieux que pourra faire, à mes yeux le président de la République : la promesse de François Hollande de ne pas être le président de tout était peut-être bien pour moi la plus importante[#3], et contraste avec l'attitude de son prédécesseur.

C'est avec une clameur assez émouvante, donc, que la foule réunie place de la Bastille a accueilli la nouvelle[#4], diffusée sur écran géant, de la victoire de son favori, ou, plutôt, du départ de l'objet de son ressentiment. Émouvante, comme est communicatif l'exultation du bonheur[#5] de la multitude : ou peut-être juste que je suis bon récepteur, en tout cas j'en ai eu les larmes aux yeux. Et je me suis rendu compte que j'attendais ce moment depuis cinq ans[#6] et que j'aurais été absolument effondré de devoir attendre cinq ans de plus[#7]. Je me suis étonné à prendre les choses aussi à cœur (et de prendre à cœur aussi, a contrario, que le score annoncé soit aussi serré).

Ce n'est pas juste que je me définis comme de gauche : je n'aurais pas éprouvé la même chose, je pense, si le président sortant battu avait été[#8] un Jacques Chirac, François Fillon, Dominique de Villepin ou un Alain Juppé[#9].

Pour autant, j'ai un peu tendance à trouver que certains reproches que l'on fait à Nicolas Sarkozy, et qui fondent le rejet de celui-ci, sont un chouïa injustes. Je ne veux pas simplement dire qu'il est un peu idiot de mélanger le grave et l'anecdotique et de lui opposer, par exemple, d'avoir dîné dans le restaurant d'un certain grand hôtel parisien le soir de son élection (oui, c'était une faute de goût, mais de là à en parler encore cinq ans plus tard…). Je trouve que mes concitoyens ont un peu tendance à oublier que ce sont eux qui l'ont élu[#10] : or il me semble que le style et l'action qui ont été les siens tout au long de son quinquennat étaient aisément prévisibles à partir de ce qu'on savait de lui il y a cinq ans. Certes pas le détail des scandales qu'on a associés à son nom (et dont je ne suis pas sûr, malheureusement, qu'ils forment le plus grave reproche qu'on lui adresse), mais sans doute leur teneur générale. Il ne faut pas non plus reprocher de démanteler les services publics à celui qui l'avait explicitement promis dans le programme qu'il a été élu pour réaliser : il faut le reprocher aux électeurs qui l'ont élu. Quant à l'influence du sulfureux M. Buisson, la xénophobie ou au moins la captation tentée des voix du FN, elle était loin d'être indétectable en 2007.

Bref, ce n'est pas que je cherche à défendre le bonhomme, mais j'ai une certaine incompréhension du changement d'attitude des Français à son égard (changement évident quand on regarde les courbes de popularité), alors que lui-même m'a semblé assez constant et assez prévisible pendant toute la période, et je ne le déteste ni plus ni moins maintenant qu'autrefois (disons même, depuis 1995, où j'ai commencé à le remarquer). Mais peut-être que je me fais des illusions.

Toujours est-il que les peuples sont des amants cruels, et vite déçus demain par ce qu'ils réclamaient hier. Comme je suis pessimiste, je pense qu'un tel désamour frappera aussi rapidement le candidat aujourd'hui élu, et je le regrette d'avance. Je suis tenté de faire la prévision opposée à celle à laquelle je fais référence dans la note #6.

Pour parler d'autre chose : dès que le ministère de l'Intérieur aura publié les fichiers Open Data avec les résultats complets du 2e tour, je vais m'amuser à faire une régression linéaire multivariée (sur l'ensemble des communes) entre les résultats des 1er et 2d tours : ceci devrait permettre de connaître, avec une grande fiabilité, la matrice de report des voix entre eux, donc savoir dans quelles proportions les électeurs de chacun des candidats du 1er tour ont voté pour les candidats du 2d (ou se sont abstenus). Cette matrice de reports a été l'élément clé de sondages de second tour, et continue d'être mesurée en même temps que le résultat final, mais je n'ai pas souvenir d'avoir vu, dans les élections précédentes, une telle matrice calculée à partir des résultats définitifs.

Bon, les résultats des législatives grecques sont certainement plus intéressants de tout point de vue, mais je n'ai pas les compétences pour les lire.

[#] Une première idée nous avait amenés, mon poussinet et moi, vers 19h, rue de Solférino : mais remplie de monde de façon compacte sur trois intersections, elle était moins appropriée que la Bastille à ce genre de célébration.

[#2] Normalement, on définit un chef d'État comme la personne qui émet et reçoit les lettres de créances des ambassadeurs, et au nom de qui les traités sont signés. Mais s'agissant, par exemple, de la Suède, les traités qu'elle signe le sont — j'avais remarqué ça en lisant le Traité constitutionnel européen — au nom du Gouvernement du Royaume de Suède (alors que le Royaume-Uni les signe au nom de Sa Majesté la reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord : il y a une véritable différence en ce que la reine du Royaume-Uni a théoriquement des pouvoirs de réserve que n'a pas, même en théorie, le roi de Suède) : je ne sais pas s'il en va de même des lettres de créance, mais il n'y a pas de raison que ce ne soit pas le cas, et du coup, on peut se passer complètement du poste cérémonial de chef d'État, ou plutôt considérer que le chef d'État est la personne collective du gouvernement de la République (et il n'y a pas spécialement besoin de faire une présidence tournante comme en Suisse).

[#3] Ce qui ne veut pas dire que je n'approuve pas de grandes parties de son programme par ailleurs, mais c'est au Parlement de faire la loi.

[#4] Nouvelle avec beaucoup de guillemets autour, parce que la nouvelle circulait depuis au moins 18h15 (que ce soit à coup de messages subtilement codés ou simplement en consultant les sites Web des journaux étrangers). Et à 19h55 il est assez peu probable que tout le monde sur la place ne fût pas déjà au courant (ils passaient par la Bastille par hasard, peut-être ? et la RATP avait fermé la station par hasard aussi ?).

[#5] Comme un petit air de printemps, disait-on. Et c'est assez frappant de se dire : si c'est déjà ça le bonheur que provoque le fait de se débarrasser d'un président qui, quoi qu'on en dise, a été élu démocratiquement, n'a tué personne, et ne sera resté que cinq ans, le bonheur qu'éprouvent les peuples qui, eux, se débarrassent d'un dictateur qui a commis des crimes impunément pendant des dizaines d'années, ça doit être vraiment incroyablement fort.

[#6] Aussi pour pouvoir dire amicalement[#6b] pouêt à tous ceux — certes moins nombreux sur la fin — qui nous prévoyaient sa réélection. Je pense notamment à un post du blog de Vicnent (mais je ne le retrouve pas, suis-je encore passé dans un monde parallèle ?) où il prévoyait et pariait que malgré l'impopularité dans laquelle le président s'était enfoncé, il serait forcément réélu en 2012, parce qu'il aurait fondamentalement bien compris les Français.

[#6b] Et je récuse l'accusation de Schadenfreude. (Sérieusement.)

[#7] Pas que je l'ai véritablement craint, mais le resserrement des intentions de vote au cours des derniers jours me stressait un peu. Soulagement, donc.

[#8] Pour prendre des exemples de gens vaguement crédibles. J'ai encore plus de respect, par exemple, pour Chantal Jouanno, mais on ne l'imagine pas trop en présidente.

[#9] Disons pudiquement que M. Sarkozy aura accompli l'exploit de faire passer à mes yeux M. Juppé pour une référence d'homme intègre.

[#10] Évidemment, ceux qui font la fête ce soir à la Bastille ne doivent pas énormément intersecté ceux qui ont élu M. Sarkozy en 2007, mais il y a forcément certains de ses électeurs d'alors qui ont changé d'avis (au moins vers l'abstention).

(mardi)

Réflexions de café de comptoir pour sauver l'euro

La doublure d'argent (silver lining, à 24€ l'once 😉) de la crise de la dette souveraine européenne, c'est que ça m'aura au moins incité et permis d'en apprendre plus sur l'économie (ou au moins, sur l'économie monétaire et financière) que jamais auparavant. Ce n'est peut-être pas très utile en présence de la fin du monde de savoir au juste pourquoi elle se produit, mais au moins on peut dire qu'on vit une époque intéressante. Je lis maintenant régulièrement le bulletin mensuel de la Banque centrale européenne, et je recommande : c'est beaucoup moins aride ce que ce que le titre peut laisser penser, même si on ne lit pas les 200 pages c'est quand même un résumé assez bien fait de l'actualité monétaire et financière du mois.

J'avoue quand même avoir beaucoup de mal à suivre la comptabilité, parce que je n'ai jamais suivi de cours de compta et j'essaie de deviner les choses en regardant les intitulés et en cherchant quels nombres s'ajoutent pour former quoi, mais ça ne marche pas très bien. Par exemple, chaque bulletin comporte une situation financière consolidée de l'Eurosystème (tableau 1.1 de l'annexe statistique) et un bilan agrégé des institutions financières et monétaires de la zone euro, dont l'Eurosystème (tableau 2.1). Dans les deux cas, donc, il s'agit d'un tableau indiquant l'actif et le passif de la BCE (réunie avec les autres banques centrales de la zone euro), mais je ne comprends pas ce qui rentre dans l'un et ce qui rentre dans l'autre, et je ne suis pas aidé par le fait que même un intitulé exactement identique peut donner des valeurs différentes (pour prendre un exemple assez ridicule, la monnaie fiduciaire en circulation fin octobre 2011 est indiquée à 863.1G€ dans la situation financière et à 889.2G€ dans le bilan comptable comme dans les indicateurs-clés : je sais que trente milliards d'euros ce n'est pas grand-chose, mais quand même, je serais curieux de savoir où ils sont passés). Je suis incapable de trouver, notamment, dans quelle case comptable la BCE fait figurer les obligations d'État des pays de la zone euro qu'elle a achetées sur le marché secondaire (je crois que sur le tableau 1.1 c'est dans la case titres en euros émis par les résidents de la zone euro détenus à des fins de politique monétaire et pas créances en euros sur les administrations publiques comme on pourrait le croire, mais du coup c'est mélangé avec d'autres choses et je n'en connais pas le montant).

Tout ceci m'incite à me livrer à quelques réflexions du style café du commerce à 0.02¤ (le zorkmid est coté à 1729¤ pour 1€, profitez-en) sur la « conjoncture » (comme on dit).

Un peu d'économie de comptoir, donc. Je crois qu'à ce point personne n'a plus de doute sur le fait que la dette des pays de l'UE n'est plus soutenable (sauf sans doute celle de l'Estonie qui est de 7% d'un an[#] de PIB alors que son budget est excédentaire… ça fait rêver), et que la seule façon de limiter les dégâts commence par le fait que la BCE en rachète de façon beaucoup plus active que ce qu'elle a fait jusqu'à présent, et fonctionne en prêteur de dernier ressort.

(dimanche)

Pourra-t-on un jour se débarrasser du Sénat, et d'autres verrous

C'est le jour qui s'y prête, alors je pose la question de savoir si un jour la France pourra se débarrasser de ce furoncle sur sa démocratie qu'est le Sénat. Parce qu'on peut se réjouir ou se lamenter que la gauche ait réussi à y emporter la majorité, force est quand même de constater que cette majorité est incroyablement ténue, dans une période où, entre dissidences au sein de l'autre camp, fatigue du pouvoir en place et élections locales fastueuses pour elle, la gauche avait le maximum de chances qu'elle pouvait jamais rêver sauf si le général de Gaulle s'était réveillé de sa tombe pour dire votez PS ! — et il n'y a pas grande différence entre une chambre où l'alternance ne se fait jamais et une où elle ne se fait que d'un ou deux sièges quand Mars, Vénus, Jupiter et Saturne sont toutes alignées dans une conjonction séculaire. Chose dont Jean-Pierre Raffarin semblait bien persuadé en expliquant je ne sais plus quel jour dans le cadre de l'émission C dans l'air que ce serait grave pour la stabilité des institutions et pour l'indépendance du Sénat si la haute assemblée passait à gauche.

Pas que je voie un problème fondamental avec le bicamérisme, mais il faudrait se demander au juste à quoi il est censé servir. (Victor Hugo aurait eu cette phrase, on ne sait pas trop à quel moment : Défense de déposer un Sénat le long de la Constitution.) Représenter les collectivités locales, c'est passablement hypocrite quand il s'agit en fait de surreprésenter les zones rurales, ce qui est assez scandaleux du point de vue démocratique, et la France n'est pas un État fédéral où les régions devraient être représentées pour protéger leurs prérogatives. Le Sénat se vend souvent comme une assemblée de vieux sages (ça c'est pour justifier le côté maison de retraite de la politique), plus réfléchie que le fougueux Palais-Bourbon, où les lois peuvent s'élaborer avec plus de sérénité. Pourquoi pas, après tout, à condition de l'assumer complètement : par exemple, le Sénat pourrait être formé automatiquement par échantillonage dans les n dernières législatures de l'Assemblée, ce qui en ferait effectivement une assemblée de vieux sages qui varie moins rapidement que l'Assemblée, tout en étant au moins élue de façon tout de même démocratique (i.e., en même temps que l'Assemblée, avec une mesure de retard) ; mais je n'ai jamais vu passer de telle proposition. (J'ai en revanche vu passer des avis de faire élire le Sénat à la proportionnelle, mais cela oblige à se demander si une assemblée serait prééminente sur l'autre, et si oui laquelle, et pourquoi. Le bicamérisme égalitaire pose au moins des problèmes de paralysie possible.)

Mais ce qui est particulièrement honteux, c'est la façon dont le Sénat possède un véto absolu permettant d'empêcher toute tentative de réformer la façon dont le Sénat est élu. Or, et l'alternance n'y changera rien, le Sénat n'a pas envie de changer (les Sénateurs élus par le mode d'élection X n'ayant pas envie de changer le mode d'élection X, ni même de permettre qu'on change le mode d'élection X sans leur demander leur avis). Le Sénat peut bloquer toute loi organique qui l'intéresse, comme toute tentative de réformer la Constitution : même si on peut prétendre que l'utilisation de l'article 11 de la Constitution (permettant au président de la République de soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l'organisation des pouvoirs publics) permet de contourner la procédure de l'article 89 (qui exige l'accord du Sénat), comme cela a effectivement été tenté par de Gaulle en 1969 (année où les Français ont laissé passer une rare occasion de supprimer le Sénat, donc), les constitutionnalistes ne semblent pas du tout d'accord sur la question de savoir si cette voie est réellement possible. Je vous renvoie à un article détaillé sur le blog de Frédéric Rolin (lequel, comme un domaine à la con s'est fait websquatter, est plutôt à consulter via archive.org si on ne veut pas juste tomber sur un spam), où il explique que le Conseil constitutionnel, dans la jurisprudence de sa décision Hauchemaille du 25 juillet 2000, censurerait probablement un hypothétique décret soumettant à referendum un texte de nature constitutionnelle qui ne serait pas passé par la procédure normale de l'article 89. À la place, Frédéric Rollin propose, pour réformer le Sénat ou contourner son opposition, l'idée de faire voter par referendum un texte de loi non-normatif comme une sorte de proclamation solennelle face à laquelle, si le peuple français s'est clairement exprimé, il serait politiquement indéfendable de continuer à s'opposer. Ce n'est pas une idée idiote, mais je suis un peu sceptique quant au fait que ça puisse marcher. Il me semble vraiment que, quoi qu'on fasse, la sénatusectomie ou toute réforme sérieuse de l'institution demeure impossible.

C'est ce qu'on peut appeler un verrou institutionnel. De façon générale, et quelle que soit l'institution, a fortiori un pays, un verrou institutionnel, quelqu'un ou un organe qui a le pouvoir de paralyser toute réforme, à commencer par la suppression du verrou, est quelque chose de très problématique, parce que cela signifie qu'on risque d'être obligé d'avoir recours au coup d'État ou à une révolution pour le contourner. Les pères fondateurs des États-Unis, par exemple, se sont rendus compte du problème que le Congrès pouvait devenir un verrou de ce genre, et ont imaginé une procédure de réforme de la Constitution de l'Union (jamais utilisée) qui permet de contourner un blocage du Congrès ; ceci étant, ça ne leur a pas donné l'idée d'éviter que les États de l'Union puissent eux-mêmes agir en la matière comme des verrous contre la population (mais ça, apparemment, ça ne préoccupait pas spécialement les pères fondateurs : tout amendement de la Constitution de l'Union demande la ratification par 3/4 des États), et ça n'a pas non plus évité que le Sénat des États-Unis devienne une sorte de verrou géant permanent où il faut 60 voix pour faire quoi que ce soit. À l'ONU, le Conseil de Sécurité, ou du moins ses membres permanents, sont un verrou conçu et voulu par la Charte, et ce n'est que par des moyens tout à fait indirects ou bien par une proclamation solennelle (un peu de l'ordre d'idée de ce que Frédéric Rolin propose ?) que l'Assemblée générale peut faire quoi que ce soit. Et je ne parle pas de l'Union européenne parce que j'ai déjà ramassé dans ce qui précède largement de quoi faire faire caca aux trolls.

(dimanche)

Boehner et Obama sont dans un bateau…

Le combat sur l'augmentation du plafond de la dette des États-Unis est intéressant, et j'aimerais bien en voir une analyse sous l'angle non politique mais de la théorie des jeux. A priori, Boehner et Obama (et tous les autres décideurs impliqués) sont dans une forme de dilemme du prisonnier, ou, encore mieux, du jeux du poulet : si l'un coopère (c'est-à-dire, cède) et que l'autre refuse de coopérer (i.e., tient sa position sans compromis), celui qui coopère perd par rapport à celui qui ne coopère pas ; mais si les deux refusent de coopérer, la situation est bien pire pour tout le monde. Mais cette analyse est très superficielle, parce qu'il y a beaucoup d'autres options que coopérer et ne pas coopérer, et surtout parce que le temps joue un rôle crucial (on a toujours envie de coopérer plus tard), mais au final je ne sais pas comment modéliser ça mathématiquement de façon un peu intelligente (et idéalement pouvoir prédire qui aurait intérêt à céder, et de combien — je plaisante, mais seulement à moitié).

(samedi)

Le jeu de libéral-bingo

Je prenais le brunch aujourd'hui, pour célébrer le passage à Paris d'un ami de confession libérale (et que certains reconnaîtront sous le nom de code de ♯ƒ) avec différents amis, amis² (amis d'amis) ou amis³, parmi lesquels un certain nombre de coreligionnaires de ce ♯ƒ, dont un était semble-t-il éditorialiste de ce webzine (ceci devrait donner une idée). Un autre ami (que certains reconnaîtront sous le nom de code de s.b.i.), agent double de la Troll Corporation et du Club Contexte, a eu l'idée, dans laquelle je nie absolument toute responsabilité, du jeu suivant, que nous appellerons le libéral-bingo : il s'agit de prendre quelqu'un dont les opinions sont en sympathie avec le webzine ci-dessus lié, et de lui demander d'expliquer les causes de la crise grecque. Préparer une grille 3×3 dans laquelle on étiquettera les cases (numérotées de 1 à 9 de haut en bas et de gauche à droite) de la façon suivante :

  1. Les communistes ou les syndicalistes
  2. L'État a le monopole de la violence
  3. L'or (présenté comme une vraie valeur) ou au contraire la planche à billets
  4. Les contribuables
  5. Les gouvernements et les marchés dans la même phrase
  6. L'argument ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas
  7. Keynes
  8. L'euro imposé de force
  9. Les fonctionnaires ou la sécurité sociale ou les assistés

Dès que vous repérez un de ces éléments dans son discours, cochez la case. Quand vous avez une ligne, une colonne ou une diagonale, dites BINGO ! — ou, si votre trollé est bien en forme, vous pouvez jouer pour la grille entière. Attention cependant, il est interdit de lui tendre des perches (comme mon trolleur professionnel ne s'est pas gêné pour faire).

Vous n'avez pas de libéral pur jus sous la main ? Ce n'est pas grave, voici une grille à utiliser pour des gens ayant une religion, disons, symétrique :

  1. Les ultra-libéraux ou les capitalistes
  2. Profits et licenciements dans la même phrase
  3. Le travail ou le pouvoir d'achat
  4. Les électeurs
  5. Les gouvernements et les marchés dans la même phrase
  6. Ce sont <groupe accusé d'avoir causé la crise> qui doivent payer
  7. Hayek ou Milton Friedman
  8. La BCE accusée de maintenir un euro trop fort
  9. Les grands patrons ou les spéculateurs financiers

Évidemment, le vrai jeu doit être de réunir deux personnes, une pour chaque grille ci-dessus, de poser une question innocente, et de voir lequel fait un bingo en premier.

(jeudi)

J'ai du mal à comprendre l'économie monétaire

Le silver lining, dans la crise de la dette européenne, c'est que ça nous oblige un peu, si on veut comprendre quoi que ce soit à ce qui se passe, à prendre des cours accélérés d'économie monétaire et financière. Enfin, c'est un gros si, ça. Ça devrait être le rôle des journalistes de nous expliquer les choses en commençant par les bases, mais les journalistes n'ont ni les compétences pour faire ça, ni leurs lecteurs/auditeurs/téléspectateurs la patience d'écouter un cours d'économie fût-il abrégé, si bien qu'on nous donne toujours des explications tronquées, abusivement simplifiées, ou autrement trompeuses, et forcément on en ressort avec une impression d'extrême confusion. Malheureusement aussi, les articles de Wikipédia sur l'économie monétaire sont assez mauvais (sans doute parce que c'est un sujet qui a tendance à réveiller les crackpots polémistes, cf. ce que je racontais sur Bitcoin), et les livres d'économie sont difficiles à trouver (j'ai écumé plein de rayons chez Gibert et chez d'autres sans rien trouver de satisfaisant) et rarement écrits de façon satisfaisante pour un geek matheux (je ne dois vraiment pas avoir la même façon de penser que les gens qui font de l'économie — c'est encore pire que les juristes — parce qu'à chaque fois que j'arrive à comprendre ce qu'ils disent, il faut que je le retraduise dans ma langue et ça devient complètement différent[#]). Comme il y a en plus des questions de comptabilité publique qui s'en mêlent, c'est encore plus compliqué (cf. ce que je disais à ce sujet il y a quelques années[#2]).

En fait, ce que j'ai encore trouvé de plus clair, c'est de lire les publications de la Banque centrale européenne elle-même. Notamment, on y trouve un livre intitulé (en français) La Banque centrale européenne : histoire, rôle et fonction de Hanspeter K. Scheller (2e édition 2006) : ça ne répond pas exactement à mes questions qui sont plus générales ou au contraire plus précises, mais c'est fort clair et bien expliqué. Et il y a aussi les rapports annuels de la BCE qui sont étonnamment lisibles et intéressants pour le non-initié : mais bon, il s'agit bien sûr de statistiques, et pas d'explications générales sur la façon dont fonctionne le système bancaire et monétaire (quoique de telles explications peuvent se trouver de façon incidente).

Mais je reviens à la dette, la Grèce et tout et tout.

Parmi les choses que je ne trouve pas claires, il y a un certain nombre de présupposés qui sont traités comme allant de soi mais dont, quand on y réfléchit bien, je ne vois pas vraiment de raison pour qu'ils aillent de soi. Par exemple ceci : quel est le rapport, au juste, entre la crise de la dette du gouvernement grec, et l'euro ? (Notamment, en quoi le fait que la Grèce ait l'euro pour monnaie implique-t-il que l'endettement de l'État ait des répercussions sur cette monnaie ?) Il y a beaucoup de choses tout à fait évidentes à dire, et je me fais plus ingénu que je le suis vraiment en posant cette question, mais je ne peux pas dire avoir une explication totalement satisfaisante. Une autre façon de poser la question serait : puisqu'une des solutions qui a été proposée de temps en temps à la crise était la sortie de la Grèce de la zone euro (en passant sous silence les extraordinaires difficultés légales, pratiques et même économiques que cela poserait), autant je vois bien pourquoi du point de vue de la Grèce c'est une manœuvre potentiellement pertinente (ça lui permettrait de dévaluer sa monnaie pour stimuler ses exportations), autant du point de vue du reste de la zone euro, et du point de vue de l'euro lui-même (ou de la BCE), je ne trouve pas ça si clair que ça (investir dans la dette grecque, et investir dans l'euro, ce n'est pas la même chose, même si la Grèce est dans l'euro, et on ne voit pas forcément pourquoi les deux seraient liées, ou pourquoi le manque de confiance ne l'une affecterait l'autre) ; de nouveau, je pose les choses de façon délibérément très candide, j'ai tout de même des explications partielles, mais c'est pour illustrer là où je voudrais plus de lumière. En fait, plus généralement, j'aurais envie de poser la question semi-philosophique de savoir quelle est la nature de l'union entre un pays et sa monnaie, et ce qui fait qu'un pays a telle ou telle monnaie, ce que cela signifie au juste. (Comme je suis matheux, la façon dont je conçois ce genre de questions, c'est à travers des cas limites ou des contre-exemples tordus : par exemple un pays qui établirait deux banques centrales différentes avec deux monnaies différentes. Les économistes n'utilisent jamais ce genre d'expérience de pensée pour expliquer les choses, et c'est bien dommage.)

Pour parler de choses moins vaseuses et plus concrètes, une chose que je ne comprends pas, c'est pourquoi les banques grecques ne se sont pas toutes effondrées depuis longtemps. Dès qu'on a commencé à ne serait-ce qu'envisager la possibilité du retrait de la Grèce de la zone euro, si j'étais Grec, la première chose que j'aurais fait, c'est prendre toutes mes économies et les récupérer soit sous forme de billets en euros (qui resteront des euros quoi qu'il arrive) soit, pour éviter de me balader avec une valise de billets et de la faire garder, en les virant dans une banque allemande. Et de fait, c'est ce qui s'est plus ou moins produit, mais pas de façon aussi catastrophique que je l'aurais cru. Cet article (d'un ton assez eurosceptique, mais c'est normal, c'est anglais) évoque cette possibilité, et de façon inquiétante : les dépots auprès des banques grecques, c'est une somme beaucoup plus colossale que la dette de l'État grec, et si crise bancaire il y avait l'État grec ne serait évidemment pas en mesure de garantir les comptes.

Mais ceci soulève une autre question qui reste mystérieuse pour moi : qui, et dans quelle mesure (la réponse étant possiblement personne, et pas du tout) garantit les comptes en banque ? Parce que le système bancaire (à multiplicateur de crédit) fait que les banques ne sont pas en mesure de répondre en cas de ruée pour en retirer son argent — leur obligation de réserve n'est que de 2% dans la zone euro (ce qui signifie qu'un euro émis par la BCE peut théoriquement être multiplié jusqu'à un facteur 50 sous l'effet des prêts consentis par les banques commerciales[#3]). La réponse classique que j'ai en tête, c'est que c'est l'État qui (éventuellement, et sous certaines conditions) garantit les comptes en banque. Mais la BCE a-t-elle également un rôle à jouer ? Le principe du système bancaire repose tout de même aussi sur le fait qu'un euro de la banque commerciale X ou un euro de la banque centrale ont toujours la même valeur et sont interconvertibles (quel que soit X) : si on commence à douter de la solvabilité des banques, ce n'est plus le cas, et ça met en péril tout le système. Et a priori une des fonctions d'une banque centrale est d'être prêteur en dernier ressort : donc de permettre à la banque de se refinancer[#4] justement dans ce genre de situation — donc honorer les euros de la banque X comme des euros de banque centrale. Mais si c'est le cas, pourquoi dit-on que c'est l'État qui garantit les comptes en banque, et comment une faillite bancaire par manque de confiance est-elle possible ? À l'inverse, si ce n'est pas le cas, comment une crise bancaire grecque peut-elle menacer la BCE comme le prétend l'article de la BBC déjà mentionné ci-dessus ? Est-ce qu'ils écrivent n'importe quoi ? Tout cela me laisse assez perplexe.

J'apprends d'autre part que la BCE est le principal créancier de la Grèce (à hauteur d'une cinquantaine de G€[#5]) et que c'est la principale raison pour laquelle M. Trichet ne voulait absolument pas admettre une restructuration, même partielle, de la dette grecque (et qu'il a fallu hier et aujourd'hui quelque chose comme dix heures de négociations pour qu'il cède — comme disait feu M. Duisenberg, qui avait l'air d'être un bonhomme rigolo : Central Bankers are like cream. The more you whip them, the stiffer they get.). Bon, mais alors j'aimerais bien qu'on m'explique en détail comment la BCE s'est retrouvée à détenir de la dette grecque, parce que c'est le cœur du problème. Il me semblait qu'un des grands principes de l'indépendance des banques centrales et de contrôle de l'inflation, c'est que les banques centrales ne prêtaient jamais à leurs États (ce serait faire marcher la « planche à billet ») ou n'achetaient jamais directement leurs obligations. Alors je comprends que M. Trichet a consenti à accepter les obligation grecques comme collatéral[#6] pour les opérations de financement… mais le principe d'un collatéral, c'est qu'il sert uniquement de garantie, et devrait rester la propriété de la banque qui l'a hypothéqué, sauf en cas de défaut (et il ne me semble pas qu'il y en ait eu). Dans le genre étonnant, je ne comprends pas non plus cet article, qui évoque le risque que la BCE elle-même devienne insolvable (si, justement, les obligations grecques sont marquées comme en état de défaut de paiement par les agences de notation) : je ne comprends pas comment une banque centrale peut être insolvable (en tout cas dans la monnaie qu'elle émet).

[#] Die Mathematiker sind eine Art Franzosen: redet man zu ihnen, so übersetzen sie es in ihre Sprache, und dann ist es alsobald ganz etwas Anderes. (J. W. von Goethe)

[#2] Tiens, mais je me rends compte que je n'ai jamais raconté sur ce blog que j'avais cherché à trouver le RIB du compte unique du Trésor Public à la Banque de France, afin d'y faire un virement de 5€, histoire que quelqu'un soit tout perplexe que dans cette comptabilité méticuleusement tenue (enfin, j'espère) il apparaisse 5€ surgis de nulle part. (Oui, je rêve, je sais très bien que personne ne s'apercevrait de rien et j'aurais juste perdu 5€. Mais c'est rigolo, voilà.) Pour ça j'avais commencé à reverse-engineerer les différents RIB qu'on voit parfois passer pour des sous-comptes du compte de l'État (différentes trésoreries) et j'avais essayé de les corréler avec des documents comme celui-ci (‹ Instruction codificatrice Nº05-005-P-R du 25 janvier 2005 (NOR: BUD R 05 00005 J, publiée au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique) sur la comptabilité de l'État (tome 1 — système comptable et nomenclatures — volume 1 — titre 2), portant mise à jour de la nomenclature générale des comptes de l'État ›) ; j'avais conclu que le RIB en question commençait probablement par 30001 00512 (le 30001 est le code de la Banque de France et le 512 semble être le numéro utilisé par toute la comptabilité de l'État pour le compte du Trésor à la Banque de France, cf. la page 82 du PDF ci-dessus) mais je n'ai pas compris le sens qu'ils donnaient aux chiffres suivants — c'est assez mystérieux, parce que les différents RIB qu'on voit passer pour des paiements au trésor ont des formats étrangement différents.

[#3] En réalité, d'après ces chiffres, je vois qu'il y a 9647.3G€ dans l'agrégat M3 et même si je ne sais pas exactement quel chiffre correspond à la monnaie « banque centrale », c'est-à-dire réellement émise par la BCE, je suis sûr que ça contient au moins les 862.4G€ de billets et pièces en circulation. Donc le multiplicateur réel est inférieur à 12. (Je pense en fait que la monnaie « banque centale » est la somme des 862.4G€ circulés sous forme de billets et pièces et des 1238.4G€ déposés auprès de la BCE par les institutions de crédit. Auquel cas le multiplicateur serait moins de 5.)

[#4] Et a priori si la banque X n'est pas capable d'honorer son passif (les comptes de ses clients), c'est qu'elle a émis des prêts, qui sont donc des créances à son actif, et ces créances devraient être acceptées par la banque centrale comme collatéral pour lui accorder un prêt.

[#5] Au fait, si par hasard ce n'est pas clair pour tout le monde, G€ (giga-euro) signifie milliard d'euros. J'ai déjà ranté à ce sujet.

[#6] Enfin, je ne sais pas quel niveau de décision était impliqué, en fait. Il paraît que si les agences de notation classifient la décision d'aujourd'hui comme un défaut, la BCE n'a plus le droit d'accepter les obligations grecques comme collatéral. Mais, euh, qui a écrit ces règles, au juste, et pourquoi sont-ce des agences de notations extérieures, et pas la BCE elle-même, qui décideraient ce que la BCE peut accepter ?

(lundi)

Énergie nucléaire et autres trolls radioactifs

☞ Le débat (si on peut l'appeler comme ça) sur l'énergie nucléaire est un champ de bouses de trolls que mes nerfs ont la plus grande difficulté à supporter : dès qu'il montre sa tête hideuse, à la télé par exemple, j'ai tendance à éteindre le poste pour ménager mon cœur des palpitations provoquées par l'affichage ostentatoire de la connerie. Je me demande donc quelle sorte de masochisme me pousse à en parler ici — mais malgré toute ma patience, il vient un point où je cède à l'envie de répondre à la bêtise (et aux trolls). D'autant que, dans les rares débats que je m'efforce d'écouter quand même, ceux-là même avec qui je suis d'accord sur le fond ont toujours l'air de sortir les arguments les plus implacablement idiots ou sans importance (grâce au nucléaire, nous avons l'énergie la moins chère d'Europesoupir), cela me désole. Il est vrai que pour avancer des arguments meilleurs, il faut quasiment obligatoirement commencer par hurler vous êtes vraiment trop cons, et que ça ne se fait pas, surtout si on est un peu un homme politique, de dire ça à ses électeurs, même quand c'est vrai ; c'est un des gros problèmes de la démocratie.

Bref, le nucléaire est victime d'une sorte d'hystérie collective, qui fait le contrepoids à ce qu'on pensait de la radioactivité quand elle a été découverte (et où on vendait des potions au radium pour renforcer les os ou autre charlataneries). Le fait est que je ne sais même pas bien ce qu'« on » reproche au juste au nucléaire.

Je sais en revanche très bien ce que je reproche aux énergies fossiles : et c'est avant tout la production de CO2 quand on les brûle. Mon propos n'est certainement pas de dire le nucléaire, c'est bien, c'est de dire que les reproches faits au nucléaire sont tellement insignifiants (je vais y venir) en comparaison avec ceux qu'on doit faire aux énergies fossiles que se concentrer dessus revient vraiment à s'inquiéter d'un robinet qui fait parfois ploc-ploc alors que la maison est en train d'être emportée par un ouragan : ce n'est pas bien que le robinet fasse ploc-ploc, mais il faudrait peut-être avoir un sens des priorités.

(mardi)

Mes 0.0005¤ sur les élections canadiennes

Je ne sais pas si c'est parce que tout le monde était occupé à s'extasier sur l'exécution sommaire de la figure tutélaire d'une désorganisation criminelle (qu'on cherche souvent à nous faire passer pour une sorte de Corporation of Evil dont il aurait été le chef, mais je ne pense pas que qui que ce soit croie sérieusement qu'il s'agit d'autre chose que d'une ligue sans coordination entre des bandes d'intérêts vaguement semblables), mais je n'ai pas vu passer un seul entrefilet dans les médias français sur les élections fédérales canadiennes. Comme ils font d'habitude plus de cas des élections au Japon ou en Argentine, je vais mettre ça sur le compte du Monsieur exécuté et des gens qui célèbrent bruyamment sa mort (et qui deviennent eux-mêmes, semble-t-il, un sujet d'information). Ou alors je range ça dans le rayon de ma théorie qui dit que les Français n'ont pas encore découvert que le Canada ne se limite pas au Québec (plus peut-être la ville de Vancouver qu'ils doivent imaginer flottant un peu dans le vide) : ils ont l'air de penser que l'Amérique du nord se compose des États-Unis, du Québec (et Vive le Québec libre doit logiquement se rapporter à son indépendance des États-Unis) et de Saint-Pierre-et-Miquelon. 'Fin bref, le méchant qui était déjà là a gagné (le méchant au moins pour son outrage au parlement, ce qui est quand même assez gratiné pour un Premier ministre), le principal parti d'opposition a été remplacé par un autre ; mais surtout, si je mentionne ici ces élections, c'est parce qu'elles me renforcent dans mes convictions que c'est un mode de scrutin aussi épouvantablement pourri que simpliste que de demander aux électeurs de choisir un nom dans leur circonscription, et prendre juste le nom arrivé en tête après un unique tour de scrutin.

(dimanche)

Les Épines et les Roses

J'ai fini la lecture du livre autobiographique de Robert Badinter, Les Épines et les Roses, dans lequel il relate ses cinq années passées à la Chancellerie entre l'abolition de la peine de mort (qui fait l'objet d'un autre livre) et sa nomination au Conseil constitutionnel. Je suis un petit peu déçu par la forme : ce n'est pas aussi bien écrit qu'on aurait pu attendre de lui (ou de son nègre ?). En revanche, pour le fond, cela me conforte dans mon admiration pour cet homme, pour son œuvre (pas seulement l'abolition de la peine de mort mais aussi l'ouverture au justiciable du recours à la CEDH ou encore la réforme du Code pénal), pour sa conception de la Justice, et pour son combat pour la défendre malgré son impopularité ; petit extrait :

Dans mon cas, l'amertume était d'autant plus grande que le laxisme dont on m'accusait était tous les mois démenti par cette surpopulation carcérale. Vainement, à longueur d'interviews, je donnais les chiffres et soulignais que la justice française était l'une des plus sévères d'Europe. Rien n'y faisait. On m'objectait que si les prisons regorgeaient de détenus, ce n'était pas dû à la sévérité des juges, mais à l'accroissement de la délinquance. Statistiques à l'appui, je montrais que cette surpopulation résultait en fait de deux causes principales : la durée des procédures, donc des détentions provisoires, et la rigueur croissante des condamnations, toujours plus lourdes au fil des ans. Ces données-là, connues des professionnels, ne pénétraient pas la conscience du public. Une fois pour toutes, la justice française était trop clémente, et le ministre de la Justice laxiste. Dans un sondage réalisé en 1984, à la question Qu'attendez-vous en priorité du ministre de la Justice ?, la réponse à une forte majorité fut : Des lois plus répressives ! Je n'avais plus qu'à retourner à mon cabinet d'avocat.

Je préférai persévérer. Non par défi ou par orgueil, mais tout simplement par conviction. Je savais que nous disposions d'un arsenal complet de lois répressives, souvent plus rigoureux que celui de nos voisins européens. Je considérais qu'il ne fallait accroître ce dispositif déjà très complexe que pour combattre certaines formes nouvelles de criminalité, telles les atteintes graves à l'environnement ou la corruption internationale. Quant à élever le plafond des peines encourues, les faire passer par exemple de dix à vingt ans alors que les cours d'assises ne condamnaient les auteurs de ces infractions qu'à sept ans de réclusion au maximum, ces changements de la loi, sans portée réelle, me paraissaient relever de la gesticulation politique. Je leur préférais le principe inscrit dans la Déclaration des droits de l'homme : La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires. Ce jansénisme pénal n'était pas dans l'air du temps, mais au moment où nous élaborions le projet de nouveau Code pénal, je n'entendais pas déroger aux principes fondateurs, encore moins transformer la loi pénale en tableau d'affichage politique.

On sent qu'il vise la politosphère actuelle. Je ne peux qu'applaudir.

(vendredi)

Mes 0.02¤ sur les élections françaises

Nous sommes plus d'un an avant les prochaines élections françaises (enfin, prochaines exception faite des trucs comme les sénatoriales) et la frénésie médiatique à ce sujet est déjà fatigante. (Remarquez, j'aime toujours mieux ça que le mariage de Princecharmant avec Princessecharmante dont rien qu'en France je trouve que j'entends déjà trop parler même si Princecharmant et Princessecharmante seront peut-être un jour mes roi et reine — alors qu'est-ce que ce serait en Angleterre.) Apparemment il est maintenant de rigueur de commémorer le 21 avril comme l'anniversaire d'un jour où la démocratie française a pris une cuite, sans qu'on sache exactement quelle leçon en tirer. Alors voici mes 20 millizorkmids à ce sujet :

(1) Je suis et je reste profondément attaché au régime parlementaire, qui a pris beaucoup de plomb dans l'aile en France depuis 1958, et encore plus depuis 2000 (mais on reste au moins formellement dans un système parlementaire, au sens où l'Assemblée nationale peut renverser le gouvernement). Je pense que le président de la République devrait avoir pour seule fonction de faire des jolis discours consensuels et de ne prendre aucune position politique, et je regrette la décision d'élire ce poste au suffrage universel (referendum du 28 octobre 1962), et plus profondément encore celle de l'élire avant l'Assemblée (loi organique du 15 mai 2001). Il n'y aurait sans doute rien à changer à la Constitution pour faire du président de la République une potiche : c'est surtout une question de pratique des institutions (et, de fait, sous la IIIe République, c'est ce qui s'est passé après un bras de fer célèbre entre Mac-Mahon et Gambetta, ce dernier ayant invité le premier à se soumettre ou se démettre) ; et faire élire le président en premier, pour tenter de capitaliser sur le principe stupide (effet d'entraînement) qu'une fois quelqu'un élu au poste de président il faut bien lui donner la cohérence d'une majorité (stupide, car les cohabitations ont finalement très bien marché, et peut-être même que les Français aimaient ça), contribue justement à présidentialiser la République (et c'est l'intention avouée de ce calendrier électoral). Autrement dit, plutôt qu'inviter les électeurs à se prononcer sur un projet, on les invite à se prononcer sur une personne, avec tout l'aléatoire que cela comporte (que tel candidat bien placé fasse une bourde stupide, ou qu'un scandale éclate à son sujet, et l'avenir du pays pour cinq ans est modifié : je ne vois vraiment pas l'intérêt de se soumettre à un tel aléa), et avec tous les inconvénients du pouvoir personnel.

(2) Certes, le régime parlementaire a mauvaise presse en France, notamment à cause des difficultés de la IVe République et qui étaient pourtant, à bien y regarder, plutôt liées à la décolonisation qu'à la pratique législative. Je reconnais que les coalitions douteuses et les ministres d'État sans portefeuille (même si c'est un titre ronflant — j'aimerais bien être ministre d'État sans portefeuille, moi, ça doit être pépère) ne sont pas l'idéal, mais il existe des mécanismes pour assurer des majorités législatives ou des gouvernements stables, qui ne consistent pas à faire de l'élection d'un seul homme une espèce de sacre républicain. (À titre d'exemples : faire des élections législatives à la proportionnelle — peut-être par région ou par département — avec une prime à la majorité ; ou exiger d'une motion de censure qu'elle soit constructive, si bien que le gouvernement ne peut tomber que si une nouvelle coalition s'est mise en place. Mais déjà, en l'état actuel, l'élection de l'Assemblée nationale française dégage effectivement des majorités correctes, et il n'y a pas de raison de penser que cela ne fonctionnerait pas si le président n'était pas élu juste avant : après tout, en 1986, en 1993 et en 1997 ce fut bien le cas.)

(3) Un des problèmes avec le fait de mettre l'élection présidentielle avant les élections législatives, et donc d'en faire l'« élection importante », c'est que les petits partis ont alors besoin de présenter un candidat à la présidentielle, pour pouvoir exister dans le débat public. Même si ce candidat n'a aucune chance d'être élu (ou même d'être représenté au second tour), et même si le parti admet publiquement ce fait en accordant d'emblée son soutien (à voix tempérée) à tel ou tel autre candidat au second tour. Or la multiplicité de ces petits candidats fait que le mode de scrutin est inadapté, ce qui m'amène au point suivant :

(4) Dans la mesure où on décide néanmoins d'élire une seule personne au suffrage universel direct, le scrutin majoritaire uninominal à deux tours (ce qu'on utilise en France) n'est pas terrible. Ce n'est pas le plus mauvais, certes (à un seul tour, ce serait bien pire ; quant à ce qu'ont les États-Unis c'est une vaste blague) ; on peut même dire que ce système est assez bien quand il n'y a que deux candidats vraiment sérieux, ou éventuellement trois à condition dans ce cas qu'il n'y ait guère de petits candidats qui sont là juste pour exister (cf. le point précédent). Quand il s'agissait de montrer que le général De Gaulle avait la confiance absolue des français, ce mode de scrutin était peut-être approprié. Mais maintenant, il n'a plus beaucoup de sens : je viens d'expliquer que les petits candidats étaient obligés d'y participer, or en ce faisant ils contribuent à ce que le nom des deux candidats arrivés en tête à l'issue du premier tour soit peu représentatif de quoi que ce soit.

(5) Il existe quantité de modes de scrutin qui seraient moins mauvais. Le plus évident consiste à ajouter un tour de scrutin selon des modalités à préciser (la difficulté étant alors de convaincre les électeurs à se déplacer : dans ce cas, il vaudrait mieux résoudre plusieurs problèmes d'un coup en organisant les législatives en même temps que la présidentielle). Ce n'est qu'un pis-aller, mais c'est le plus simple à expliquer aux gens. D'autres modes de scrutin mathématiquement bien meilleurs sont sans doute trop difficiles à présenter aux électeurs (quoique — ce n'est pas forcément rédhibitoire, après tout l'électeur moyen n'a aucune idée de la façon dont sont étaient élus les conseils régionaux) : par exemple, toutes sortes de variations autour des scrutins de Condorcet[#] (où on demande aux électeurs de classer les candidats, et on garantit comme critère minimal que s'il existe un candidat qui est préféré à tout autre candidat par une majorité d'électeurs, alors ce candidat sera élu), ou des systèmes à base de points[#2]. S'il faut quelque chose d'équitable et compréhensible, le mieux me semble encore le scrutin par assentiment (=chaque électeur coche des cases en face des candidats qui lui conviennent, et le candidat élu est celui qui a le plus de cases cochées, point final).

[#] J'en avais décrit ici une particulière, que j'appelle scrutin de Condorcet-Nash — il s'agit du système électoral qui assure la stratégie mixte optimale pour le jeu dont la fonction de gain est le nombre d'électeurs qui préfère tel résultat sur tel autre — et ce système est optimal en un certain sens. [Ajout () : ce système est considéré ici.] Néanmoins, il est un peu compliqué à mettre en pratique, très difficile à expliquer aux non-mathématiciens, et a l'inconvénient politiquement inacceptable de faire intervenir le hasard quand il n'y a pas de gagnant au sens de Condorcet. J'ai appliqué ce mode de scrutin pour prendre des décisions entre amis, mais je ne le recommande pas pour l'élection présidentielle française.

[#2] En voici un exemple, qui est mathématiquement très satisfaisant, assez simple à implémenter, mais malheureusement toujours difficile à expliquer pour le non mathématicien : chaque électeur i attribue à chaque candidat j un nombre xi,j de points quelconque (pas forcément entier, mais cela ne change rien en pratique de demander qu'il soit toujours entier) ; on normalise les choix xi de l'électeur i pour la norme 2, c'est-à-dire qu'on divise chaque xi,j par √(∑jxi,j²) de façon à avoir ∑jxi,j²=1. Le candidat élu est celui qui (après un unique tour de scrutin) a la plus grande valeur de ∑ixi,j. (Autre façon, géométrique, de présenter la même chose : s'il y a n candidats, on part d'un point P à l'origine dans un espace affine de dimension n−1, chaque électeur peut déplacer le point (indépendamment de tous les autres) d'une distance au plus 1 dans la direction qui lui plaît, et le candidat élu est celui déterminé par la face d'un simplexe régulier centré à l'origine coupée par la demi-droite reliant l'origine au point P après somme de tous les déplacements.) Ce mode de scrutin permet donc de voter pour un candidat, contre un autre, ou toute autre combinaison de cela, avec les poids xi,j que l'on veut, en assurant que chaque électeur aura un poids euclidien total borné.

(6) Néanmoins, je suis parfaitement persuadé que rien ne bougera. Il est impossible de changer le mode d'élection (ou le calendrier électoral) avant l'élection sous peine d'être accusé de manipulation électorale, et après l'élection plus personne n'y pense. Quand on voit depuis combien de temps existe cette verrue sur la démocratie française qu'est le Sénat (Victor Hugo exhortait déjà en 1848 (ou était-ce dans les années 1870 ?) : défense de déposer un Sénat le long de la Constitution ; cela n'a pas empêché la IIIe République de le faire en 1875 et Hugo lui-même d'y entrer… depuis, on attend toujours la sénatusectomie).

(lundi)

Le principe de non-discrimination locale selon le sexe

Beaucoup de bruit a été fait récemment (et beaucoup de portes ouvertes ont été enfoncées) suite à une décision du Conseil constitutionnel qui confirme ce que tout le monde savait déjà, c'est que la Constitution française n'impose pas que deux hommes puissent se marier. Je trouve que c'était une erreur monumentale que de saisir des juges d'une question dont la réponse était évidente : quelle que soit la chose que l'on espère que la Loi dît, on ne gagne rien à chercher à lui faire dire le contraire de ce qu'elle dit évidemment. En revanche, personne ne semble avoir évoqué la question qui vient naturellement après : qu'est-ce qui devrait (ou aurait dû) être dans la Constitution française pour que la décision du Conseil fût différente ? Si on estime qu'il s'agit d'un choix de société, la réponse appartient simplement au Législateur, vers lequel le Conseil constitutionnel a renvoyé les demandeurs : mais si on estime qu'elle devrait découler d'un principe fondamental (qui, de toute évidence, manque alors dans la Constitution française), comme d'autres principes fondamentaux qui protègent les individus (j'en discutais ailleurs) même contre le pouvoir de la majorité, quel serait ce principe ?

Je pense que c'est une erreur de le chercher dans la protection contre la discrimination selon l'orientation sexuelle (Maître Éolas, dans le billet lié ci-dessus, fait une réponse à cette idée, qui, bien que typique de la mauvaise foi des logiciens, n'en est pas moins juste : un homme homosexuel a le droit d'épouser une femme homosexuelle). Je propose plutôt de le découvrir dans la non-discrimination selon le sexe. Autrement dit, dans le fait que les hommes et les femmes devraient avoir exactement les mêmes drois.

Et c'est là que surgit un problème d'interprétation de la nature de ceux qui amusent Douglas Hofstadter (voir notamment ce que je disais ici) : qu'est-ce que cela signifie, avoir les mêmes droits ? La version faible du principe, celle que j'appellerais la non-discrimination globale, serait de dire que si on remplace tous les hommes par des femmes et tous les femmes par des hommes, les droits devraient rester les mêmes : ceci interdit, par exemple, qu'on puisse permettre le mariage entre un couple d'hommes mais pas entre un couple de femmes, ou vice versa ; ceci interdit que le législateur permette globalement aux hommes des choses qu'il ne permet pas aux femmes, ou vice versa. Mais avec ce principe faible, il garde la possibilité de traiter différemment des cas lorsque deux personnes ont le même sexe ou pas le même sexe.

La version forte du principe, en revanche, celle que j'appellerai le principe local de non-discrimination selon le sexe, spécifie que les droits d'une personne doivent rester identique selon son sexe même une fois donnés ceux de toutes les autres. Elle a notamment comme conséquence que, si une femme peut épouser un homme, un homme le peut nécessairement aussi. La différence entre les versions faible et forte du principe est fondamentale : pour l'expliquer à un mathématicien, je dirai que c'est la différence entre admettre ℤ/2ℤ pour groupe de symétrie, ou avoir (ℤ/2ℤ)II est l'ensemble des individus. Pour l'expliquer autrement, je soulignerai par exemple que, dans sa célèbre décision Plessy vs. Ferguson de 1896, par laquelle elle autorisait la discrimination raciale aux États-Unis, la Cour suprême de ce pays se contentait du principe global de non-discrimination selon la couleur de la peau (on voit le bien que ça faisait…) : il aurait été inconstitutionnel de prévoir uniquement des écoles pour Blancs, mais il était constitutionnel de prévoir des écoles pour Blancs et des écoles pour Noirs. Le simple principe global de non-discrimination selon la couleur de la peau permet de n'autoriser que les mariages entre deux Blancs ou entre deux Noirs ; il faut invoquer le principe local pour se rendre compte que ceci constitue bien une discrimination.

Pour formuler ce principe local sous la forme d'un slogan simple, je peux proposer ceci :

L'État (notamment, la Loi ou l'administration) ne devrait pas avoir à connaître le sexe d'un individu.

Ceci a notamment pour conséquence que le sexe ne doit pas figurer sur l'état-civil ou sur les papiers d'identité (ou alors seulement comme signe distinctif comme la couleur des yeux figure sur le passeport) : l'État n'a pas à connaître des hommes et des femmes, mais seulement des personnes ou des individus, et de façon générale toute apparition du mot homme ou femme dans un texte juridique devrait susciter une certaine méfiance. Les transsexuels ne devraient pas avoir à faire enregistrer leur transition (ou à se forcer à rentrer dans des petites cases toutes faites sur ce qu'est le genre d'un individu). Le fait que j'aie une paire de couilles ou un chromosome Y dans mes cellules ne regarde que moi, mon poussinet et mes médecins, certainement pas l'État, et cela ne devrait pas figurer dans un fichier central sauf si ce fichier est un dossier médical (et alors avec toutes les garanties qui entourent ce genre de dossiers). De la même manière que le fait que j'aie les cheveux blonds et les yeux bleus, ou que je mesure 1m75. Ce principe a naturellement comme conséquence que le mariage entre deux personnes de même sexe devient possible s'il l'est (reconnu par l'État) entre personnes de sexes différents. Mais aussi que disparaissent les lois exigeant qu'une liste de candidats à une élection comporte autant d'hommes que de femmes (ceci est compatible avec le principe global de non-discrimination, mais pas avec le principe local) ainsi que tous les barèmes sportifs qui sont différents entre garçons et filles.

Personnellement, je serais d'avis de mettre quelque chose de cette teneur dans la Constitution française, le principe général me semblant bien plus important que sa conséquence sur une question spécifique.

(mardi)

Réactions aux réactions aux télégrammes publiés par Wikileaks, et diplomatie

Petit résumé de la situation pour les lecteurs habitant dans une grotte perdue : le site Web Wikileaks a commencé à publier toute une série de télégrammes diplomatiques de l'Administration américaine, dont certains classés secrets, et qui mettent le monde diplomatique dans l'embarras pas tellement parce qu'ils contiennent des révélations fracassantes mais plutôt parce qu'ils exposent publiquement le ton « candide » (i.e., cru, et parfois outrageusement stupide) avec lequel les diplomates s'expriment quand ils ne donnent pas dans la langue de bois ; ou, si on est moins charitable, leur incompétence et les intentions pas reluisantes des pays. Comme pour le précédent « coup » de ce genre (celui qui concernait les opérations américaines en Afghanistan), Wikileaks a donné la primeur de ses informations à quelques grands journaux internationaux (The Guardian, The New York Times, Der Spiegel, Le Monde, El País) avant de les rendre publiques : auparavant ils ne faisaient pas ça, mais ils ont compris que ça faisait bien mieux monter la sauce médiatique. Aussi, ils ont permis à ces journaux, et aussi à l'Administration américaine elle-même, de négocier des demandes de censure par exemple pour protéger des gens qui seraient mis en danger si leur nom apparaissait. (Ceci met d'ailleurs l'Administration américaine dans l'embarras : soit elle accepte de collaborer avec Wikileaks pour censurer certains noms, mais alors on pourra lui reprocher d'être complice de la publication de ses propres secrets, ou bien de n'avoir pas fait censurer telle ou telle information précise ; soit elle le refuse et alors elle ne peut pas éviter le pire. L'histoire ne dit pas très clairement si elle a ou non collaboré à censurer certains noms.)

Bref, ce n'est pas tellement le contenu des fuites lui-même (qui a un côté un peu Diploft Story, mais qui ne nous apprend rien de fondamentalement nouveau) qui est intéressant que la nullité des réactions officielles qui ont suivi. Je ne sais pas si Wikileaks a bien fait, que ce soit sur un plan purement pragmatique ou sur un plan éthique, de publier ces données (ou si leur informateur a bien fait de les leur donner), mais la réaction officielle à peu près unanime est d'une stupidité abyssale tellement insultante qu'elle devrait nous faire oublier toute autre préoccupation.

Essentiellement, la position des chancelleries a été : Nous condamnons fermement cette publication, qui met en danger de façon irresponsable la sécurité des États et des personnes, en contrevenant au secret diplomatique et à la souveraineté des États ; nous ne ferons aucun autre commentaire. Est-il besoin de détailler à quel point cette déclaration est d'une stupidité insultante pour celui à qui on l'adresse ?

Primo, soit les télégrammes publiés par Wikileaks ne sont pas authentiques, et alors il n'y a aucune raison que leur publication pose un problème particulier, soit ils sont authentiques, et, par la nature de leur réaction, les chancelleries nous disent clairement oui, ces documents sont authentiques. Je ne sais pas si c'est ce qu'elles voulaient dire, mais c'est ce qu'on en déduit clairement. L'ennui, c'est qu'ensuite elles ne l'admettent pas : c'est vraiment prendre les gens pour des cons.

Secundo, en admettant que les télégrammes soient authentiques, soit leur contenu est essentiellement faux ou bien anecdotique, et alors il n'y a de nouveau aucune raison que cela mette en péril la sécurité de qui que ce soit, soit il y a des choses vraies et extrêmement graves dedans. Force est de constater qu'on ne voit rien de vraiment fracassant : il y a bien des choses qui ne sont franchement pas jolies-jolies (comme des instructions pour des choses qui commencent à ressembler à de l'espionage), mais on voit surtout de la médiocrité (à la fois dans le contenu rapporté et dans l'intelligence du rapport). Agiter les bras en parlant d'irresponsabilité et de sécurité des États et des personnes, c'est un peu l'attitude de celui qui a fait caca derrière la grange et qui prétend qu'il y a une bombe pour distraire quand on va regarder : c'est de nouveau insultant pour l'intelligence de celui à qui on s'adresse.

Tertio, refuser de répondre alors qu'on a soi-même attiré l'attention sur le fait que les télégrammes étaiane authentiques et agité des mains pour faire croire à leur importance, c'est vraiment proclamer sur les toits : Nous ne vous servons que de la langue de bois, et il est vitalement important que nous continuions à vous servir de la langue de bois. Tout ça en langue de bois pure style.

Quarto, le fait de montrer du doigt oh, le Monsieur Assange, il a fait quelque chose de mal ! est complètement pathétique. On s'en fout de savoir si ce que Wikileaks a fait est bien ou mal, ce n'est pas la question. D'abord, le rôle d'une chancellerie n'est pas de commenter les actions d'un individu : ceux-ci n'existent pas au plan du droit international, on nous le fait assez savoir ; pour les individus, il y a des cours de justice pour les juger, si on pense qu'ils ont violé des lois. Mais surtout, si on demande une réaction officielle sur le contenu d'un document, ça n'a aucun rapport avec la façon dont ce document est apparu — quand un criminel notoire en balance un autre, on ne va pas dire oh, ce Monsieur n'est pas gentil, et puis d'ailleurs c'est mal de balancer les copains.

Quinto, le secret diplomatique et les règles diplomatiques en général, elles engagent les États mais pas les individus, justement. La seule chose qui lie un individu, ce sont les lois de l'État dont il relève. On nous rappelle avec force ce fait quand la fondation Nobel, de droit privé, irrite la susceptibilité de la Chine, il serait bon de se le rappeler même quand ça dérange plus que la Chine.

Sexto, l'absence de mea culpa au niveau de la sécurité est ahurissant. Le but d'avoir une classification du type secret défense, c'est bien que l'État s'engage à faire des efforts pour garder ces informations secrètes, pas que si ces informations sont divulguées on puisse ensuite dire ah oui mais c'était mal de les publier ! Si autant d'information censément secrète a pu fuiter, c'est que leur sécurité est pourrie, et je doute que l'Administration américaine soit la seule dans ce cas. Et je peux même dire pourquoi elle est pourrie : c'est parce qu'elle est trop secrète ; la seule façon de concevoir un système de sécurité vraiment sûr, c'est de rendre publics tous les détails sur comment il fonctionne (sauf les secrets eux-mêmes, évidemment), donc en l'occurrence qui a accès à quoi, comment les choses sont classifiées, comment les informations sont chiffrées, comment elles sont transmises, etc. Le diplomatie a une culture du secret : résultat, elle a une sécurité de merde.

Septimo, j'enfonce le clou : si la publication d'informations obtenues aussi facilement pouvait vraiment mettre en danger la sécurité des États et des individus, celui qui est coupable c'est celui qui la rendait si facile à obtenir et celui qui la laisse devenir si dangereuse.

Octavo, le fait de traiter comme une évidence que le secret est indispensable à la diplomatie est un subterfuge. Le secret est sans doute indispensable à la façon dont les États pratiquent actuellement la diplomatie. La diplomatie, c'est l'art d'utiliser des négociations pour éviter (ou à la place de) des conflits. Est-ce que des groupes qui n'auraient aucun moyen de communiquer de façon secrète passeraient leur temps à se battre ? (Car c'est ça qu'on nous dit, en substance.) C'est peut-être vrai, mais j'aimerais voir un argument ou une expérience pour le prouver. (Par exemple, il serait intéressant, au registre des sciences sociales expérimentales, de mettre un groupe de gens dans une simulation de diplomatie, où ils doivent s'accaparer de ressources, et peuvent se livrer des guerres mais aussi tisser des alliances, communiquer, etc. ; dans un cas on leur donnerait la possibilité de communiquer de façon secrète, et dans un autre cas on ne la leur donnerait pas. Puis on verrait si la communication secrète a facilité la diplomatie ou au contraire a conduit à plus de guerres. Je n'ai pas d'avis sur la question, mais tant que l'expérience n'a pas été menée avec un minimum de sérieux scientifique, on ne peut pas la considérer comme tranchée.)

[Je m'arrête là, parce que nono c'est ridicule.]

Mais de façon générale, je trouve que cette affaire est une bille intéressante à mettre dans le bocal la diplomatie, c'est de la merde. Je ne veux pas dire la diplomatie in abstracto, le fait de se parler plutôt que de se faire la guerre, évidemment, ça c'est quelque chose de très beau. (Et j'ai dû le dire quelque part, j'aimerais voir un jour un film genre film d'action hollywoodien sauf que le happy end serait une négociation difficile réussie, un compromis heureux plutôt qu'une victoire. Imaginez Avatar où les humains et les Na'vi auraient réussi à trouver un modus vivendi au lieu de se taper dessus. Ça ce serait intéressant. Mais je digresse.) Je parle de la diplomatie telle qu'elle est menée actuellement dans la cour de récré des relations internationales. Parce que c'est vraiment d'un niveau de cour de récré, et les États se comportent comme des sales petits morveux jaloux, orgueilleux et susceptibles, et je me demande un peu qui a décidé ça, pourquoi, et comment. (Par exemple, pourquoi les pays sont toujours maladivement attachés à leurs revendications sur la moindre parcelle de territoire, y compris quand cette parcelle est inhabitée, de valeur économique absolument nulle, et que la revendiquer conduit à des relations de mauvais voisinage bien plus coûteuse que si on disait ah, vous la voulez ? prenez-la, avec notre bénédiction.) Mais du niveau cour de récré transformé en une sorte de partie d'échecs bizarre, avec des règles totalement débiles.

Le plus débile, ce sont les questions de noms. La diplomatie est à ce point obstinée par les questions de noms (et, plus généralement, de symboles) qu'on croirait qu'elle est l'invention d'un groupe de cabaliste persuadés que le Vrai Nom des choses vous donne un pouvoir certain sur elles. Un exemple parmi tant d'autres : pendant des années, l'Irlande et le Royaume-Uni se sont disputés sur le nom officiel de leur pays, le Royaume-Uni insistant pour reconnaître l'Irlande sous le nom de République d'Irlande et l'Irlande insistant pour reconnaître le Royaume-Uni sous le nom de Royaume-Uni (c'est-à-dire en omettant de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord), pour la raison évidente du contentieux sur la souveraineté sur l'Irlande du Nord. Mais, vous savez quoi ? Ce n'est pas parce qu'on appelle un pays Irlande ou blablabla et d'Irlande du Nord qu'on reconnaît sa souveraineté sur quoi que ce soit — il n'y a aucune raison, c'est juste une règle profondément conne de la diplomatie que le nom devrait avoir un effet magique. Ce serait déjà un beau progrès de faire un traité international dont l'article unique serait le suivant : Dorénavant, le nom qu'on donne aux choses n'a plus d'effet magique, et n'a aucune incidence sur les revendications ou la reconnaissance qu'on fait de ces choses. Je pense que ça contribuerait significativement à apaiser les relations internationales. Ou alors, je peux proposer un protocole pour attribuer de façon aléatoire des UUID aux pays, histoire qu'on n'utilise plus que ça, et que les traités soient conclus entre le gouvernement de 83f8d7e3-fc31-47b7-b4ea-3ce02b93cd94 et de 3c6c7dc2-59ed-4856-9c98-a69c6ad1ffa3, et plus personne ne sera vexé.

Je pourrais continuer la liste longtemps des règles débiles qu'il faudrait abolir, mais la vraie question est bien de savoir comment remédier à cette atmosphère de cour de récré où la Chine pique une colère digne d'un petit enfant dès qu'on suggère que Taïwan est un pays, ce que, objectivement, il est.

(mardi)

Les analystes politiques sont énervants

J'avoue avoir un certain intérêt pour l'observation de ce qu'il est convenu d'appeler la politique politicienne, c'est-à-dire tout ce qui n'est pas questions de fond mais questions de pouvoir, d'alliances et d'hommes. On est censé mépriser ça, ou, en tout cas, tous les hommes politiques ne manquent pas de rappeler régulièrement, dès qu'un journaliste leur pose une question sur ce terrain, que ce n'est pas ce qui intéresse les électeurs (sous-entendu, moi je ne fais pas de la politique politicienne, je fais de la politique de fond, celle que les électeurs apprécient) — jugement qui est clairement mensonger s'agissant d'eux-mêmes (évidemment qu'ils font tous de la politique politicienne ! ce serait idiot de penser qu'on peut s'en passer) et dont je me demande dans quel mesure il est vrai s'agissant des électeurs (s'il y a tant d'éditoriaux, d'articles de journaux, d'émissions de télé, et alia, concernant les jeux de pouvoir, c'est probablement que ça doit intéresser d'autres que ceux qui les font). Bref, je ne trouve pas ça, pour ma part, spécialement méprisable, vu qu'il est aussi naïf de penser qu'on peut faire sans qu'il le serait de s'imaginer qu'on peut gagner une bataille sans généraux ou qu'on peut accéder au pouvoir et garder tous ses idéaux — et en tout cas c'est (intellectuellement, humainement, sociologiquement) intéressant à observer.

Mais à côté des hommes politiques qui la font, cette politique politicienne, il y a aussi des sortes de commentateurs sportifs qui la dissèquent. Avoir un commentaire un peu éclairé est certainement souhaitable, mais ces gens-là en arrivent à vouloir tellement briller par la profondeur, la subtilité, ou la portée de leur analyse qu'ils en viennent vraiment à incarner eux-mêmes tout ce qu'on trouve d'irritant au contenu qu'ils sont censés analyser.

Car tout devient prétexte à déceler un nouveau mouvement de fond. N'importe quelle déclaration marque un tournant, n'importe quelle phrase prononcée sans réfléchir est lourde de sens et de calcul, tout n'est que sophistication byzantine (que seuls ces mêmes analystes, bien sûr, savent décoder). Le Premier ministre a-t-il prononcé une phrase dans laquelle on pouvait éventuellement imaginer une nuance différente de celle que le Président avait utilisée ? Tout de suite, Matignon marque sa différence avec l'Élysée. La première secrétaire du Parti socialiste attaque-t-elle telle position du chef de l'État ? C'est forcément un calcul très précis concernant la façon dont le Front national se positionnera au premier tour de la présidentielle de 2012. Ouhlà. L'opinion publique telle que mesurée par je ne sais quel sondage de marge d'incertitude gigantesque a-t-elle varié de 1% ? C'est un vaste retournement qui se dessine sur le sujet. Et d'en tirer des leçons à donner à tout le gotha politique.

Ces gens sont bien heureux que leurs prévisions, leurs analyses et leurs commentaires sont aussitôt entendus qu'ils sont déjà oubliés. Il serait intéressant de les faire enregistrer, avant chaque sondage et surtout avant chaque élection, les résultats qu'ils prévoient, pour confronter ces prévisions à la réalité et mesurer un peu précisément la qualité de leur oracle.

(dimanche)

Quel est le rôle d'un juge ?

Histoire d'écrire non pas trois mais quatre entrées datées d'aujourd'hui, je signale cette transcription d'un débat (tenu en 2005) sur laquelle je suis tombée, entre Antonin Scalia et Stephen Breyer, deux juges de la Cour suprême des États-Unis d'Amérique, le premier étant classé comme notoirement conservateur, l'autre comme notoirement libéral. Le thème du débat est de savoir s'il est souhaitable que les juges (américains) fassent référence, dans leurs opinions, à des jugements de cours étrangères et s'en inspirent. Mais à travers ce débat, il y en a un autre, plus fondamental, qui surgit çà et là : sur la conception même de ce qu'est un juge, et de sur quoi il doit se baser pour juger.

Scalia a une position très stricte : un juge ne doit pas avoir de rôle politique, il ne doit pas se laisser influencer par son sens de la morale et ce n'est pas non plus à lui de présupposer des évolutions de la société, et donc il doit appliquer la Loi telle qu'elle est écrite, et notamment la Constitution avec le sens (immuable) qu'elle avait pour ceux qui l'ont écrite (la doctrine dite originaliste). En particulier, il ne voit rien dans la Constitution des États-Unis qui protège le droit à l'avortement ou qui interdise aux États de pénaliser des pratiques sexuelles entre adultes consentants (deux célèbres décisions de la Cour où il s'est retrouvé en minorité) : si on croit ses arguments, ce n'est pas lui qui est conservateur (un autre juge proche de ces thèses a d'ailleurs qualifié la loi texane interdisant la sodomie d'étrangement ridicule, tout en la trouvant conforme à la Constitution), c'est juste qu'il ne considère pas qu'il soit son rôle de faire de la politique — selon lui, ce sont aux législateurs de passer les lois qui correspondent aux évolutions de la société. (On se doute aussi qu'il est opposé à ce que les juges fassent référence à des jugements de cours étrangères : c'est, selon lui, au législateur de s'inspirer de ce qu'il y a de bien dans les juridictions étrangères, ce n'est pas au juge de mettre son nez dedans.) Quant à l'interprétation immuable de la Constitution, elle est, selon Scalia, importante pour des raisons de stabilité juridique : si on l'interprète selon les progrès de la société, rien ne dit que ces progrès iront toujours dans le même sens ; pour la même raison, Scalia est un fervent défenseur du stare decisis (s'en tenir à la jurisprudence établie par la Cour).

C'est une position qui ne manque pas de cohérence. Là où on l'attaque souvent, c'est en demandant comment Scalia aurait voté dans les affaires Plessy v. Ferguson (celle qui a ouvert la voie à la discrimination raciale) et Brown v. Board of Education (celle qui y a mis fin), cette dernière, qu'il est maintenant inimaginable de critiquer, étant incontestablement « politique », et par ailleurs un revirement de jurisprudence, deux choses que Scalia décrie. Il m'a l'air important que le juge sache parfois appeler de la souveraineté du peuple à la souveraineté du genre humain (donc éviter la tyrannie de la majorité), pour reprendre les mots de Tocqueville que j'avais déjà cités en présentant la façon dont je conçois la démocratie.

On comprend qu'il ne soit pas très souhaitable que les juges à la Cour suprême des États-Unis aient des positions politiques. Surtout qu'ils sont nommés à vie et risquent de devenir des super hommes politiques, responsables devant personne, rédigeant des opinions, et même des opinions minoritaires, où ils ne manquent pas d'étaler des convictions idéologiques, démissionnant au moment où ils prévoient qu'un président pourra nommer un successeur de la même couleur politique, bref, je ne suis pas sûr qu'on doive envier cette Cour. Ceci dit, a contrario, le Conseil constitutionnel français est nommé par un processus éminemment politique, et je ne suis pas sûr que l'opacité complète qui l'entoure (ses décisions sont à peu près illisibles pour le non-juristes, contrairement à celles de la Cour suprême des États-Unis, qui se lisent souvent comme un roman, récapitulant clairement les faits, expliquant le raisonnement et les règles appliquées, etc. ; les membres du Conseil constitutionnel ne disent pas pour quoi ils ont voté ni pour quelles raisons, on ne connaît que la décision finale), je ne suis pas sûr que cette opacité soit très souhaitable ni soit un gage de neutralité politique. L'ennui, comme d'habitude, c'est que ces institutions se retrouvent avec des modes de fonctionnement hérités de l'histoire, et que personne n'a vraiment rationnellement choisi : personne ne s'est demandé au juste, quelle est la bonne façon d'avoir une Cour suprême pour appliquer les normes fondamentales en évitant les écueils à la fois de la tyrannie de la majorité et celle de la dictature des juges. (En général, les juristes français vous expliquent que le système français est le meilleur possible dans le meilleur des mondes possibles, et les juristes américains vous expliquent à peu près la même chose, mutatis mutandis.)

(dimanche)

À quoi sert la démocratie ?

No one pretends that democracy is perfect or all-wise. Indeed, it has been said that democracy is the worst form of government except all those other forms that have been tried from time to time. — Winston Churchill (discours à la Chambre des communes, 1947-11-11)

À part dans la citation ci-dessus, qui exprime très bien quelle est ma position sur la démocratie, quand les gens (par exemple, mais pas uniquement, des hommes politiques) s'expriment sur la question, il domine une sorte de mystique sur le rôle ou le but de la démocratie : une mystique selon laquelle la majorité, parce qu'elle est majorité, aurait forcément raison ou ne pourrait pas être tyrannique ; mystique dans laquelle je ne me reconnais pas.

Cette idée que je qualifie de mystique est celle selon laquelle la démocratie serait une fin en soi, une chose bonne pour elle-même, un idéal à atteindre, quelque chose de ce genre ; et, par conséquent, que le peuple, ou la majorité des citoyens, non seulement a un avis bien défini et mesurable sans ambiguïté par des élections, mais que cet avis est, de plus, infaillible. L'idée à laquelle je veux l'opposer (et que je revendique), une idée que j'appellerai plus pragmatique de la démocratie, est que cette dernière est simplement un moyen, un moyen imparfait et incomplet mais qui est pourtant le meilleur connu, pour construire un régime juste, repectueux des droits de l'Homme et des libertés fondamentales. Un moyen qui consiste essentiellement à espérer que de tenir des élections régulières empêchera des gouvernements trop pourris ou corrompus d'être portés au pouvoir ou de concentrer trop de pouvoir entre leurs mains, et finira par chasser ceux qui le sont ou le font[#].

Ce que sont exactement les droits fondamentaux qu'il faut respecter est, évidemment, un problème épineux, parce qu'ils ne sont pas très exactement définis : ils ne sont qu'esquissés de façon générale par des textes fondamentaux (dont la portée juridique est soit directement applicable soit essentiellement symbolique) — la Déclaration universelle de 1958, aux États-Unis les dix premier amendements de la Constitution, en France la Déclaration de 1789 et le préambule de la Constitution de 1946, dans l'Union européenne la charte des droits fondamentaux de l'UE, en Europe de façon plus générale la Convention européenne des droits de l'Homme. Mais ce sont les cours de justice chargées d'appliquer ces textes ou la loi en général qui dégagent progressivement ce qui, dans l'acquis du droit, constitue un droit fondamental. Il est normal[#2] que la liste des droits de l'Homme ne puisse pas être définie complètement et exhaustivement, car le problème est complexe, comme il est normal qu'on ne puisse pas définir exhaustivement ce qu'est la notion philosophique du Bien ou de la morale. Ceci soulève au moins deux observations : on fait défendre et délimiter les droits fondamentaux par des juges, et ces juges ne sont pas élus (au contraire, ils ont souvent un très grand degré d'indépendance).

(vendredi)

Petites magouilles politiques iraniennes

Ah, un petit jeu de pouvoir comme je les aime. Quatre personnages principaux dans l'histoire : Maḥmūd ʾAḥmadīnežād (le président sortant, et apparemment rentrant aussi), ʿAlī Ḥoseynī Ḫāmenehʾī (le Guide suprême, aka celui-qui-est-au-dessus-du-président), Mīr-Ḥoseynī Mūsavī Ḫāmeneh (le challenger) et, celui qu'il ne faut pas oublier, ʿAlī ʾAkbar Hāšemī Rafsanǧānī[#] (l'ancien président et maintenant éminence grise du régime). Plus un cinquième, l'opinion publique iranienne. Quant à ce que veut celle-ci, je pense qu'on peut tenir pour acquis que, dans des élections libres, elle aurait élu Mūsavī (enfin, des élections libres entre les mêmes candidats, parce que peut-être que dans des élections vraiment libres elle aurait élu quelqu'un de complètement différent). Je ne sais pas si elle a élu Mūsavī : The Guardian le suggère prudemment, mais le Guide suprême a fait facétieusement remarquer aujourd'hui que c'était quand même difficile de frauder onze millions de bulletins (il est possible qu'il ait dit ça sincèrement : soit qu'il ait lui-même été trompé, soit que les chiffres officiels soient moins mensongers que ça car, après tout, l'intimidation marche parfois aussi bien que la fraude pour truquer les élections).

Ce que veulent ʾAḥmadīnežād et Mūsavī est raisonnablement clair, comme il est raisonnablement clair qu'ils ne s'aiment pas. Ce que veulent les deux autres, par contre, est un peu plus subtil (au-delà du fait que tout le monde veut le pouvoir, mais ça c'est juste la nature humaine). Ḫāmenehʾī est le grand chef au-dessus du chef, mais il n'est pas tout-puissant comme son prédécesseur, le fondateur du régime, l'était : il doit donc s'appuyer sur d'autres gens, et apparemment il a trouvé qu'ʾAḥmadīnežād était quelqu'un de bien pour ça. D'un autre côté, Rafsanǧānī, lui, si je comprends bien, il n'aime pas trop ʾAḥmadīnežād ; or Rafsanǧānī, justement, non seulement il est un poids lourd politique (et immensément riche), mais en plus il est président d'un conseil important et surtout d'une assemblée qui ne sert en gros qu'à une chose, c'est à contrôler, et éventuellement révoquer, le Guide suprême (autant dire qu'elle ne sert à rien, mais l'éventualité qu'elle puisse servir doit être une menace pas totalement rassurante pour Ḫāmenehʾī), et cette dernière assemblée n'a jamais eu autant de membres modérés que depuis les dernières élections en 2007. Mais Rafsanǧānī (qui est un stratège incontestable) doit forcément connaître le célèbre mot d'Aaron Nimzowitsch selon lequel une menace est plus forte que son exécution : je ne crois pas une seule seconde qu'il obtienne, ni même qu'il agisse pour obtenir, le départ de l'actuel Guide suprême.

D'un autre côté, il est un peu étonnant que Ḫāmenehʾī soutienne à ce point ʾAḥmadīnežād malgré à la fois cette menace et celle, également peu vraisemblable mais sans doute tout de même désagréable, d'une révolution, mais surtout malgré les avantages qu'il y aurait pu y avoir pour lui à apparaître comme loin au-dessus de la mêlée : car même si c'est l'autre qui devient président, lui sera toujours Guide suprême, et il est peu probable que les choses évoluent sur ce point. Plusieurs possibilités : soit il est plus faible qu'on le croit et il a vivement besoin de garder le président sortant, soit il est plus têtu qu'un bon homme de pouvoir devrait l'être, soit il est vraiment sûr de son jeu. En tout cas, il a fait monter les enchères. La référence à Rafsanǧānī (comme pilier du régime) dans son discours d'aujourd'hui laisse penser (c'est ce que la BBC suggère) qu'ils tricoteront, ou ont tricoté, un petit arrangement entre eux dont Mūsavī et l'opinion publique iranienne (en tout cas, ceux qui soutenaient Mūsavī et ont voté pour lui) seront les perdants ; et il est mlaheureusement difficile de croire qu'ils pourront gagner quelque chose, en fait, mais la suite des événements sera intéressante à observer.

Je note toutes ces choses pour des œuvres littéraires futures éventuelles.

[#] J'en profite pour indiquer les translittérations (j'espère !) correctes de leurs noms (selon DIN 31635 parce que même si en général je suis les normes ISO, en l'occurrence ISO 233 n'a vraiment pas l'air terrible pour le persan). Et j'en profite pour râler contre les gens qui ne le font pas : à l'heure où Unicode est partout, je comprends qu'on veuille éviter d'écrire les noms en alphabet arabe, mais c'est un peu ridicule d'écrire Ahmadinejad et Rafsanjani, de sorte qu'on ne voit pas que le ‘j’ n'est pas le même dans les deux mots (qu'on ne prétende pas que les petits zigouigouis induisent les lecteurs en erreur : de toute façon, sans zigouigouis, j'ai remarqué que les Français prononcent Amadinedjad, alors bon, Amadinezad ce ne sera pas plus faux).

(jeudi)

Corrélations pays/groupe au parlement européen

Maintenant que les résultats des élections du parlement européen sont tombées, on peut les soumettre à plein de number crunching rigolo. Notamment, une chose que j'aimerais arriver à représenter correctement, c'est la corrélation entre les pays et les groupes politiques : à savoir, exprimer pour quels pays et quels groupes il y a plus, ou au contraire moins, de députés européens de ce pays et de ce groupe que ce qu'on attendrait en connaissant seulement le nombre de députés de ce pays et de ce groupe.

C'est un exercice un peu difficile, pour ne pas dire impossible, pour plusieurs raisons : d'abord, parce que les compositions des groupes politiques du nouveau parlement ne sont — évidemment — pas encore connues (et il y a un certain nombre de cas de réelle incertitude, la plus importante concernant la création ou non d'un groupe de conservateurs eurosceptiques, le Mouvement pour la réforme européenne, qui naîtra à condition que les Conservateurs britanniques trouvent des alliés dans six autres pays pour les y aider). Ensuite, parce que les nombres sont petits (il y a cinq eurodéputés maltais, alors allez donner un sens au fait qu'ils aient plus ou moins tendance que la moyenne européenne à adhérer à tel ou tel groupe…). Enfin, bien sûr, les groupes politiques sont moins au parlement européen qu'ailleurs des reflets fiables des tendances politiques réelles des eurodéputés (même s'il est faux de penser, comme certains se l'imaginent, que la discipline de groupe n'existe pas : on constate qu'il y a réellement une corrélation statistique forte dans les votes au sein d'un groupe, et que le groupe prédit beaucoup mieux le profil de vote d'un député que son pays d'origine). Bref, les chiffres ci-dessous sont totalement dénués de sens : mais l'absence de sens ne m'a jamais empêché de faire des calculs, donc je ne vais pas me priver.

Ce que je calcule ci-dessous, ce sont les corrélations statistiques entre les informations tel député est de tel pays et tel député est de tel groupe politique (dans des prévisions raisonnables sur la composition des groupes au nouveau parlement, essentiellement celles de predict09.eu). Quand un nombre (pour telle ligne et telle colonne) est positif, ça signifie que les députés de ce pays ont plus que la moyenne des députés européens tendance à adhérer à ce groupe (ou, de façon équivalente, que les membres de ce groupe ont plus que l'ensemble des députés européens tendance à venir de ce pays !), tandis que si le nombre est négatif, cela signifie une corrélation inverse. Une corrélation parfaite (un groupe constitué uniquement de députés d'un certain pays, et de tous les députés de ce pays — ce n'est évidemment pas possible) serait indiquée par le nombre 1, tandis qu'une anticorrélation parfaite (un groupe ne comportant aucun député d'un certain pays, mais tous les députés de tous les autres pays — ce qui serait tout aussi absurde) serait indiquée par le nobmre −1. Les cases sur fond gris indiquent une absence d'eurodéputés du groupe en question pour le pays en question (la corrélation est donc forcément négative !, mais pas pour autant −1 puisque pour ça il faudrait aussi que le groupe regroupât tous les députés de tous les autres pays).

GUE/GVNSOCVerts/ALEADLEPPEMREI/Dn.ins.%
AT−0.034+0.014−0.006−0.056−0.001−0.045+0.106+0.0622.3%
BE−0.039−0.011+0.048+0.061−0.031−0.022−0.036+0.0463.0%
BG−0.034−0.007−0.042+0.086−0.001−0.045−0.032+0.0622.3%
CY+0.124−0.018−0.024+0.015−0.005−0.027−0.019−0.0180.8%
CZ+0.113+0.026−0.047−0.063−0.098+0.215−0.036−0.0363.0%
DK+0.020+0.017+0.046+0.048−0.078+0.037−0.028−0.0271.8%
EE−0.020−0.018−0.024+0.109−0.036−0.027−0.019+0.0590.8%
FI+0.020−0.031+0.005+0.081−0.035−0.039−0.028+0.0791.8%
FR+0.015−0.045+0.166−0.033+0.041−0.096−0.045+0.0049.8%
DE+0.065−0.020+0.115+0.007+0.055−0.115−0.081−0.08013.5%
GR+0.075+0.063−0.016−0.063−0.014−0.051+0.045−0.0363.0%
HU−0.039−0.029−0.047−0.063+0.119−0.051−0.036+0.0873.0%
IE+0.023−0.001−0.035+0.088−0.006−0.038−0.027−0.0261.6%
IT−0.072+0.039−0.089−0.019+0.079−0.096+0.140−0.0679.8%
LV−0.023−0.001+0.024+0.003−0.051+0.115−0.022−0.0211.1%
LT−0.028−0.001−0.035+0.021−0.006+0.042−0.027+0.0291.6%
LU−0.020−0.018+0.036+0.015+0.027−0.027−0.019−0.0180.8%
MT−0.018+0.066−0.022−0.030+0.007−0.024−0.017−0.0170.7%
NL+0.030−0.058+0.039+0.073−0.062−0.055+0.037+0.1163.4%
PL−0.059−0.071−0.073−0.098+0.114+0.222−0.056−0.0556.8%
PT+0.151+0.026−0.047−0.063+0.036−0.051−0.036−0.0363.0%
RO−0.048+0.039−0.058+0.024+0.030−0.063−0.045+0.0574.5%
SK−0.030+0.040−0.036−0.048+0.029−0.039−0.028+0.0791.8%
SI−0.022+0.007−0.026+0.052+0.015−0.029−0.020−0.0201.0%
ES−0.034+0.103−0.030−0.047+0.058−0.079−0.056−0.0556.8%
SE+0.007+0.009+0.027+0.053−0.026−0.046−0.033+0.0132.4%
GB−0.051−0.056+0.002+0.038−0.246+0.345+0.233+0.0049.8%
%4.6%25.4%6.8%11.5%35.7%7.9%4.1%3.9%(100%)

(mercredi)

Élections à la proportionnelle : illustrations

Quelques illustrations pour rendre plus claire mon entrée précédente : dans chacun des diagrammes suivants, on a 12 sièges à répartir à la proportionnelle entre 3 listes ; le triangle représente les différentes proportions de voix possibles entre ces trois listes (les sommets représentent l'unanimité pour une des listes et 0 voix pour les deux autres, les côtés du triangle représentent les répartitions où une liste a 0 voix, et plus généralement les nombre de voix recueillies par les trois listes sont proportionnels aux distances aux trois côtés). Les (centres des) 78 gros points de couleur claire marquent les endroits où on a une représentation proportionnelle exacte (par exemple, le point jaune au milieu de la 3e ligne de points en partant du haut — celle qui a trois points — représente une répartition où une liste a exactement 10/12=5/6 des voix et les deux autres chacune 1/12 ; tandis que le point blanc au centre exact du triangle représente la répartition où chaque liste a exactement 4/12=1/3 des voix). Enfin, les régions de couleur qui divisent le triangle représentent chacun une configuration possible des sièges dans l'assemblée : la région marque donc l'ensemble des répartition de votes pour lesquelles le mode de scrutin considéré attribue cette configuration des sièges à l'assemblée. Par exemple, la région jaunâtre vers le sommet supérieur du triangle (celle qui contient le point jaune précédemment mentionné) représente les répartitions possibles des voix pour lesquelles le mode de scrutin représenté attribuera 10 sièges sur 12 à une liste et 1 siège à chacune des deux autres. Comme a priori on veut que la représentation proportionnelle donne à l'assemblée le nombre de sièges entiers exact évident si les voix sont dans des proportions exactes en 12e, évidemment, chaque région contient un et exactement un des points marqués (les exceptions étant si on ne permet pas à une liste d'obtenir zéro sièges, dans la méthode de Huntington-Hill).

[Diagramme méthode de Hare-Niemeyer]Dans le cas de la méthode du plus fort reste de Hare-Niemeyer/Hamilton, les régions sont de bêtes hexagones réguliers, centrés sur les points de représentation exacte, chaque répartition de votes étant envoyée sur la configuration de l'assemblée correspondant au point de représentation exacte métriquement le plus proche (ou, si l'on veut, il s'agit du diagramme de Voronoï des points de représentation exacte). C'est pour cette raison que la méthode est assez naturelle et intuitive. Notons que les hexagones au bord du triangle sont tronqués (ils n'ont donc pas la même aire que les autres) : si on tire uniformément au hasard la répartition des votes, on a moins de chances de tomber sur une situation où la configuration de l'assemblée ne donnera aucun siège à une liste que pour les autres configurations.

(mardi)

Comment faire une élection à la proportionnelle

Si on a N sièges d'une assemblée à répartir de façon proportionnelle entre r listes qui ont obtenu des proportions p1,…,pr des suffrages exprimées dans une élection, il y a plusieurs façons de procéder. (Je parle de sièges à répartir entre des listes dans une élection, mais c'est un problème tout à fait général : on peut vouloir attribuer n'importe quoi de non fractionnable entre n'importe quelle sorte d'entités de façon proportionnelle à n'importe quelles grandeurs pi.) Évidemment, lorsque N a le bon goût d'être un diviseur commun de p1,…,pr (c'est-à-dire que chaque N·pi soit un entier), les choses sont faciles : on attribue N·pi sièges à la liste i, et c'est tout (ensuite, il y a éventuellement la question de savoir quels sièges on attribue ou à qui sur la liste, mais je ne veux pas parler de ça ici : normalement les sièges sont interchangeables et on choisit juste les premiers de la liste). Évidemment, cette coïncidence numérique n'arrive jamais. On peut au moins commencer par attribuer à chaque liste la partie entière (c'est-à-dire, l'arrondi à l'inférieur, noté :) ⌊N·pi⌋, du nombre en question, mais il reste ensuite des sièges à répartir. Comment fait-on pour choisir à qui les donner ? Il y a différentes méthodes pour ça, qui ont des propriétés mathématiques et/ou politiques différentes, et qui sont employées dans divers contextes. (Je ne m'intéresse ici qu'aux situations où on répartit effectivement les sièges de façon proportionnelle : s'il y a, par exemple, une prime à la majorité, alors je parle des sièges en plus de cette prime — j'en avais déjà parlé dans le cas des municipales. De même, je fais abstraction des règles qui imposent une barrière minimale pour être représenté à la proportionnel : s'il y en a on suppose qu'on ne considère que les listes qui ont dépassé cette barrière.)

Méthodes de plus fort reste

La méthode la plus naïve est celle du plus fort reste (ou plus exactement, une de celles de ce type), parfois plus précisément appelée méthode de Hare-Niemeyer ou de Hamilton : une fois attribuées les parties entières ⌊N·pi⌋, on compare les parties fractionnaires N·pi−⌊N·pi⌋, c'est-à-dire en quelque sorte les surplus de voix (les restes) par rapport au nombre nécessaire pour avoir le nombre de sièges qu'on vient d'attribuer, et on attribue un siège supplémentaire (jamais plus) aux listes ayant le plus fort reste, jusqu'à avoir attribué tous les sièges restants. Cette méthode peut sembler intuitive, et c'est celle qu'on invente généralement quand on veut faire une répartition à la proportionnelle et qu'on n'est pas matheux ; mais elle souffre d'un grave défaut : elle n'est pas monotone — il se peut très bien qu'en augmentant le nombre N de sièges disponibles, à proportions pi constantes, on diminue le nombre de sièges obtenu par telle ou telle liste. C'est le fameux Alabama paradox, découvert en 1880 parce que les Américains utilisaient cette méthode pour attribuer le nombre de sièges à la chambre des Représentants entre les états de l'Union proportionnellement à la population de ces états : on s'est aperçu que si le nombre de représentants au total passait de 299 à 300, alors l'Alabama en obtenait un de moins. À cause de ce paradoxe, ou parce qu'elle a tendance à trop favoriser les petites listes, cette méthode du plus fort reste est assez peu utilisée en pratique (elle sert cependant en Russie, par exemple).

(dimanche)

La sécurité des élections

Je me suis fait débaucher pour servir de scrutateur dans mon bureau de vote, ce qui ne m'a évidemment rien appris à part confirmer que je vis dans un quartier écolo-bobo-bio (Cohn-Bendit : 40%) ; par contre, je suis très amusé de l'idée que les gens se font de la sécurité des élections. Le principe général de la sécurité des élections, normalement, c'est qu'on a une pyramide de sommations avec, à la base, les bulletins de vote individuels et, au sommet, les totaux de chaque liste pour la région électorale : on totalise les bulletins par centaine, puis les centaines par table de scrutateurs, puis les tables par bureau de vote, puis les bureaux de vote par commune, puis les communes sur la région (peut-être en passant par le niveau départemental), et le Conseil constitutionnel est censé superviser tout ça. Évidemment, la sécurité ne marche que si, à chaque niveau de sommation, il y a des témoins pour vérifier que le total effectué est bien égal à celui apporté par les niveaux inférieurs : que les bulletins s'additionnent bien par centaine, que les centaines donnent les bons résultats par table, que les chiffres du bureau sont bien le total de ceux de chaque table, etc. Une chaîne étant aussi forte que son plus faible maillon, il ne sert à rien d'avoir une sécurité paranoïaque sur tel niveau si elle n'est pas assurée tout du long. Or là je constate que les totaux de chaque table sont vérifiés scrupuleusement mais que, quand il s'agit de les additionner pour donner les résultats du bureau, il ne reste essentiellement que deux assesseurs (les autres sont en train de ranger), dont l'un fait les sommes de tête pendant que l'autre, qui a pourtant sorti une calculatrice, ne s'en sert que pour les chiffres que sur lesquels le premier a au mal à faire le calcul (et personne ne regarde ce qu'elle tape sur la calculatrice) — et on ne revérifie que le total général. Ce serait très facile d'ajouter dix voix à une liste et de les retrancher à une autre, et ce ne serait même pas risqué puisqu'on pourrait prétendre à une erreur de retenue. De même, est-ce que quelqu'un parmi les deux témoins qui ont noté les résultats totalisés du bureau va vraiment vérifier que ce sont bien les mêmes chiffres qui seront inscrits au procès-verbal et comptés dans les totaux pour la commune ?

Je ne dis pas qu'il y a de la fraude (je pense qu'elle est infinitésimale), mais je dis que c'est idiot de prévoir un protocole qui surveille énormément l'établissement de certains totaux si on ne surveille pas exactement autant les niveaux supérieurs. Les gens ont cette conception complètement erronée de la sécurité où, parce qu'on a mis le paquet quelque part, ils s'imaginent que ça garantit toute la ligne. Faire signer une feuille par quatre personnes n'a aucun intérêt et n'ajoute rien à la sécurité si on n'a pas au moins une politique absolue que toute rature doit être paraphée et que les nombres doivent être précédés d'un tiret ! (Et, d'ailleurs, idem si on ne prend pas leurs coordonnées pour pouvoir demander leur témoignage en cas de doute.) Je me demande aussi pourquoi on fait tout un foin autour des bulletins nuls si on ne prend pas un soin égal pour tous les autres bulletins.

Dans le même genre, j'ai souvent observé que les protocoles de sécurité dans les salles d'examens et de concours font qu'on vérifie que les candidats qui composent et rendent une feuille sont bien ceux qui sont inscrits, et que chaque candidat rend bien une feuille, mais comme elle est déjà anonymisée quand il la rend (ou bien, si elle ne l'est pas, parce qu'on ne vérifie pas ce qu'il a écrit dans le coin), il serait tout à fait possible pour deux candidats de la même série de rendre chacun une feuille au nom de l'autre (quelqu'un pourrait se faire payer pour s'inscrire à un concours dont il n'a que faire dans une matière où il est très fort et permettre, de cette façon, à un autre candidat d'avoir un bon rang). Ah, et il y aurait beaucoup à dire sur la sécurité des documents d'identité, qui est à mon avis beaucoup plus élevée que la sécurité avec laquelle on vérifie l'identité des gens qui font établir ces documents. (Mais le plus comique en matière de prétention de sécurité, c'est tout ce qui concerne la lutte contre le terrorisme notamment dans le transport aérien — le blog de Bruce Schneier vous en dira plus — mais à ce niveau, il s'agit uniquement d'une mascarade pour laisser croire aux gens qu'on fait quelque chose.)

Bref, je pense que ce serait bien si les gens qui établissent ces protocoles de sécurité « dans la vraie vie » prenaient quelques cours de sécurité informatique.

(mardi)

Enfin un vrai site de prévisions pour les élections européennes

Essayez de trouver un journal français qui parle des élections du parlement européen pour donner des pronostics ou des sondages qui dépassent un peu le cadre de la France : ce n'est pas facile (← ceci est une litote). Et ça m'agace énormément : les députés européens ne représentent pas leur pays (il y a le Conseil pour ça), et les études (comme l'excellent livre de Hix, Noury & Roland à ce sujet) montrent qu'ils votent réellement selon les lignes des partis, ou au moins des groupes parlementaires, au niveau européen, et non selon leur pays d'origine — et accessoirement (parce que certains semblent parfois en douter dans le cadre de l'espèce de coalition perpétuelle entre PSE et PPE-DE) qu'il y a une vraie différence entre la gauche et la droite au niveau des votes. Donc savoir combien le parti socialiste et l'UMP auront en France m'importe très peu. Savoir comment l'équilibre des partis va changer au niveau européen, et notamment si Rasmussen[#] a la moindre chance de remplacer à Barroso, ça, en revanche, ça me semble important[#2].

Je veux bien croire que ce soit difficile pour les journalistes d'obtenir des chiffres et de faire des prévisions pour 27 pays, dont 26 qu'ils connaissent mal : mais, d'un autre côté, rien ne leur interdit d'aller trouver des collègues à eux dans ces 26 autres pays et de se partager le boulot de pronostic !

Enfin, toujours est-il que quelqu'un a enfin (le mois dernier — je suis toujours le dernier informé de tout) eu la bonne idée de lancer un vrai site web rassemblant des prévisions au niveau européen, www.predict09.eu, enfin quelque chose d'un peu comparable avec ce qu'on pouvait trouver aux États-Unis, avec des analyses état par état et une synthèse globale faite intelligemment et de façon lisible.

Maintenant, ce serait bien s'il y avait un peu plus que un site de ce genre.

[#] Je veux évidemment parler de Poul Nyrup Rasmussen, président du PSE, à ne pas confondre avec Anders Fogh Rasmussen, bientôt secrétaire-général de l'OTAN, ni avec Lars Løkke Rasmussen, l'actuel premier ministre danois et successeurs des deux précédents à ce poste (oui, le Club Contexte est très fier de son coup : les trois derniers chefs de gouvernement danois s'appellent tous Rasmussen !).

[#2] Sans compter la question éminemment importante de savoir si le Piratpartiet aura un, voire deux, parlementaires.

(lundi)

Pourquoi Israël polarise-t-il autant la géopolitique ?

Je voudrais poser cette question de façon vraiment — sincèrement — ingénue. Il y a trente–quarante ans, la géopolitique s'organisait autour de la guerre froide et de l'axe qui opposait les alliés des Soviétiques à ceux des Américains : les conflits israélo-arabes devaient se lire dans cette optique. La sphère géopolitique doit aimer s'organiser selon un axe dipolaire, parce que j'ai l'impression qu'après la fin de la guerre froide, l'alignement selon l'axe pro-ou-contra-israélien a quasiment remplacé l'alignement slon l'axe pro-ou-contra-américain : mais j'ai du mal à comprendre comment il arrive à acquérir une telle importance.

Certes, j'ai un avis — rapide et fort peu éclairé, car je n'y connais rien[#] — sur la situation des Palestiniens comme j'en ai un sur celle des Tamouls au Sri Lanka ou sur l'inimitié Indo-Pakistanaise, ou sur l'Ossétie et l'Abkhazie, ou sur les Turcs et les Kurdes, ou sur plein d'autres choses. Mais dans tous ces cas mon intérêt est, en toute honnêteté, un peu lointain et purement académique, donc j'essaie de ne pas crier mon avis trop fort parce qu'il ne repose essentiellement que sur mon ignorance et sur des préjugés très vite formés. Or beaucoup plus de gens ont l'air d'avoir des avis très arrêtés sur Israël vs. ses voisins arabes que sur à peu près n'importe laquelle des autres querelles qui peuvent exister entre deux peuples[#2] sur cette planète (peut-être même entre deux idées si on se restreint aux conflits d'idées qui se traduisent de façon assez claire en géopolitique). Les autres conflits ne réussissent pas à s'inviter de façon aussi envahissante dans le cadre d'une conférence des Nations-Unies sur le racisme. Et il n'y a aucun autre conflit sur lequel n'importe qui connaisse la position d'à peu près n'importe quel intellectuel / donneur de leçons un peu en vue (ou, d'ailleurs, sur lequel il en ait forcément une).

Ceci est sans commune mesure avec le nombre de personnes impliquées (il y a certes plus de Palestiniens à Gaza ou en Cisjordanie qu'il y a de Catholiques en Irlande du Nord — ou qu'il y en avait il y a vingt ans —, mais enfin il y en a quatre ou cinq fois plus, pas trente fois plus) ; il est même sans commune mesure avec l'importance économique ou démographique d'Israël. Et si on peut tenter de l'expliquer par la puissance de l'électorat juif américain, mais j'ai quand même l'impression que c'est lui faire beaucoup d'honneur que de prétendre qu'il aurait autant d'influence sur la géopolitique mondiale. Même au sein des pays arabes, j'ose espérer qu'il y a des préoccupations plus variées ! (Et puis, s'agissant des Musulmans en général, je ne vois pas spécialement pourquoi la situation en Cisjordanie les intéresserait plus que celle au Kashmir.) Bref, je ne sais pas trop quoi penser. Est-ce que d'autres grandes puissances (la Chine, la Russie, l'Inde ?) ne sont que trop heureuses qu'on parle abondamment des questions qui les concernent le moins possible, et sont ravies de laisser les États-Unis et les pays arabes regarder et pointer du doigt vers le Moyen-Orient ?

Je me pose la question avec sans doute beaucoup de naïveté (j'avoue que j'en rajoute un peu faussement en écrivant cette entrée), mais il peut être intéressant de se poser parfois, en même temps qu'une question, la méta-question de l'importance de cette question et de l'histoire de cette importance.

[#] Rien est exagéré, parce que même si on le voulait très fort on aurait du mal à rester ignorant sur le sujet. Reste que sur ce sujet-là, on a la désagréable impression de ne jamais rien savoir parce que dès qu'on apprend quelque chose il y a ceux qui vous diront que l'information est présentée de façon partiale, ou que celui qui vous l'a expliquée est un affreux anti/pro-Sioniste/Islamiste (rayez les mentions inutiles). C'est pénible.

[#2] Il faudrait peut-être écrire une petite note sur le Tibet, cependant, qui a l'air de beaucoup motiver les donneurs d'avis. Mais en Occident (wherever that may be), cet avis a autour de lui l'unanimité béate de ceux qui se sont fait un avis facile en voyant le gourou religieux exilé sympa d'un côté et les méchants envahisseurs de l'autre : je subodore, dans mon ignorance tout aussi crasse sur le Tibet qu'elle l'est sur la Palestine, que la réalité est un chouïa plus compliquée que ça.

(samedi)

Monsieur Salomon est attendu rue de Solférino

Premier livre des Premiers secrétaires, chapitre 3, versets 16ss :

Alors deux militantes vinrent se présenter devant le Premier secrétaire.

L'une dit : « Je t'en supplie, mon seigneur ; moi et cette femme, nous habitons le même parti, et j'ai rédigé une motion alors qu'elle s'y trouvait.

Or, trois jours après ma rédaction, cette femme en rédigea une à son tour. Nous étions ensemble, sans personne d'autre dans le parti ; il n'y avait que nous deux.

La motion de cette femme mourut une nuit parce qu'elle s'était assise dessus.

Elle se leva au milieu de la nuit, prit ma motion qui était à côté de moi — ta servante dormait — et l'afficha devant elle ; et sa motion, la morte, elle l'afficha devant moi.

Je me levai le matin pour défendre ma motion, mais elle était morte. Le jour venu, je la regardai attentivement, mais ce n'était pas ma motion, celle que j'avais rédigée. »

L'autre femme dit : « Non ! ma motion, c'est la vivante, et ta motion, c'est la morte » ; mais la première continuait à dire : « Non ! ta motion, c'est la morte, et ma motion, c'est la vivante. » Ainsi parlaient-elles devant le Premier secrétaire.

Le Premier secrétaire dit : « Celle-ci dit : “Ma motion, c'est la vivante, et ta motion, c'est la morte” ; et celle-là dit : “Non ! ta motion, c'est la morte, et ma motion, c'est la vivante”. »

Le Premier secrétaire dit : « Apportez-moi une urne et des bulletins ! » Et l'on apporta l'urne et les bulletins devant le Premier secrétaire.

Et le Premier secrétaire dit : « Coupez en deux le parti et donnez-en une moitié à l'une et une moitié à l'autre. »

La femme dont la motion était la vivante dit au Premier secrétaire, car ses entrailles étaient émues au sujet de son parti : « Pardon, mon seigneur ! Donnez-lui le parti vivant, mais ne le tuez pas… »

…Ah non, en fait, personne n'a dit ça : le parti fut bel et bien coupé en deux, et les batailles intestines continuèrent fort longtemps.

(lundi)

Quelques réflexions sur le mariage de couples de même sexe

Le 4 novembre, les Américains ne voteront pas seulement pour élire (ceux qui éliront) leur président et plein d'autres gens (le tiers de leurs sénateurs, tous leurs représentants et un certain nombre de gouverneurs) : il y a également des referenda locaux. Dans plusieurs États (au moins la Californie, la Floride et l'Arizona), cette année, une proposition est mise aux voix d'amender la constitution (de l'État en question) pour faire interdire le mariage des couples de même sexe. La proposition en Californie (connue sous le nom de Proposition 8) a sans doute le plus attiré l'attention puisqu'elle vise spécifiquement à rendre caduque une décision de la Cour suprême de l'État datant du 2008-05-15 et interprétant la constitution de l'État comme impliquant le droit de se marier pour les couples de même sexe. Avant de lire plus loin, on peut regarder les arguments des partisans et des adversaires[#] de l'amendement. Actuellement, les sondages semblent donner un très léger avantage au non (c'est-à-dire pour maintenir la constitution comme elle est, i.e., ne pas interdire le mariage de couples du même sexe), mais on ferait mieux de ne pas trop parier dessus.

Laissant de côté la question de l'adoption (mise à jour : voir l'entrée suivante), qui appartient sans doute à l'avenir (et qui concerne peu de gens, finalement), le combat contre le droit au mariage des couples de même sexe est indiscutablement un combat d'arrière-garde. Je veux dire, dans un sens purement objectif : ce droit finira par être conquis dans tous les pays où les droits de l'homme sont généralement respectés. Notamment, je n'ai aucun doute sur le fait qu'il arrivera en France, qui n'est pas sociologiquement très différent de la Belgique et de l'Espagne et qui peut s'inspirer de leur exemple — ce n'est qu'une question de temps, c'est-à-dire, du hasard du passage des majorités politiques, qui fait qu'en 1999 la France était plutôt en avance et que neuf ans plus tard elle est plutôt en retard. Tout ceci étant dit sans aucun jugement particulier (d'aucuns pourront trouver que l'avance et le retard dont on parle sont sur une voie de décadence et de dépravation des valeurs de la famille — on aura deviné que ce n'est pas mon avis).

Mais les États-Unis ont l'air d'avoir une façon différente de faire des progrès sur les questions sociétales : ce sont les juges et les cours de justice, plus que les hommes politiques, qui les font avancer. En France, le droit à l'avortement est venu avec la loi Veil de 1975 ; aux États-Unis, c'est une décision[#2] de la Cour suprême de l'Union (en 1973), et, de façon générale, cette même Cour suprême, sous les présidences Warren (1953–1969) et Burger (1968–1986), a fait faire au pays un grand nombre d'avances dans le domaine des libertés individuelles. Donc je n'étais pas surpris que ce soient, de nouveau, des juges[#3] qui aient constaté qu'il était discriminatoire de subordonner le droit au mariage au sexe des contractants. C'est sans doute à la fois la différence entre Common law et Jus civile qui joue mais aussi une différence entre Amérique et Europe (en Angleterre, le pays qui a inventé le Common law, c'est la loi qui a rendu l'avortement légal).

L'idée d'aller opérer sur la constitution de l'État pour résoudre une question politique et donner tort aux juges devrait être prise en général avec d'infinies précautions, et ici je la trouve particulièrement répugnante. J'attends encore de voir une seule raison pour laquelle deux femmes n'auraient pas droit de se marier alors qu'un homme et une femme (même s'ils n'ont pas l'intention, ou pas la possibilité, de procréer) l'auraient, qui ne se résume pas à Dieu l'a dit (ou, de façon presque équivalente, nous sommes plus nombreux que vous, argument qu'on peut camoufler sous différentes formes d'appels ad naturam).

Un ami (hétérosexuel) me disait il n'y a pas longtemps ne pas comprendre les gens qui s'opposent au droit au mariage des couples de même sexe, mais ne pas non plus comprendre ceux qui le revendiquent, et notamment ceux qui réclament à tout prix le terme de mariage (par opposition à un contrat civil qui en donnerait tous les droits, comme c'est le cas en Allemagne). En théorie, ce serait effectivement satisfaisant (quoique, en théorie, je voudrais sans doute en fait que la Loi ignore complètement le mot mariage). Mais en pratique les droits ne sont jamais égaux, on découvre qu'il y a toujours des petits caractères quelque part (la possibilité de l'acquisition de la nationalité pour le conjoint serait un exemple typique). Et même si la Loi ne fait pas de distinction de droit entre le mariage et tel type de contrat, des tiers peuvent en faire : que sais-je ? des contrats d'assurance, des offres commerciales, des conventions d'entreprises, ou toutes sortes de règles privées qui n'auraient pas le droit de faire de la discrimination selon l'orientation sexuelle mais qui auraient le droit d'en faire selon le type de contrat conclu — et il est plus simple pour la Loi d'uniformiser le mariage que de légiférer sur l'interdiction de différentier entre mariage et contrat d'union civile. De toute façon, il y a des tiers puissants contre lesquels on ne peut rien : les autres États ; et même si ceux-ci reconnaissent les mariages de couples de même sexe conclus ailleurs, ils ne les reconnaîtront que sous le nom mariage, donc le nom mariage est important, ce n'est pas qu'une question de principe : de nouveau, il est plus simple pour l'État d'uniformiser le mariage que de négocier avec toutes sortes d'autres États la reconnaissance au-delà des frontières de son contrat d'union civile.

Comme les émotions sont souvent plus aptes à convaincre que les arguments rationnels, voici une vidéo que je trouve assez émouvante (le maire républicain de San Diego témoigne de son changement d'avis sur la question des couples de même sexe).

[#] Toute similarité de cette dernière pub avec des pubs bien connues d'Apple n'est sans doute pas accidentelle : Apple fait partie de ceux qui soutiennent la campagne du non.

[#2] Indubitablement la plus célèbre et la plus controversée de l'histoire de cette Cour, et aussi la seule que sache citer certaine candidate à la vice-présidence des États-Unis.

[#3] Je suis modérément surpris, tout de même, que des juges de l'État de Californie aient osé ça. Car contrairement aux juges de la Cour suprême de l'Union, qui sont nommés à vie, et peuvent donc n'écouter que leur conscience (pour le meilleur ou pour le pire…), ceux de la Cour suprême de l'État de Californie peuvent être révoqués par les électeurs de l'État. (Le fait que les juges soient responsables devant les citoyens est, d'ailleurs, à mon avis, un grave problème, que je crois me rappeler que Tocqueville soulignait déjà : la Loi doit peut-être être l'expression de la volonté de la majorité, mais la Justice ne doit sûrement pas.)

(samedi)

Ce serait bien d'inventer un marché commun européen

Pour remplacer mon ultraportable Eee PC de première génération, dont je trouve l'écran petit et l'autonomie faible, j'aimerais acheter un modèle 901 du même gadget, qui combine les avantages d'un écran plus grand, d'un processeur plus puissant et pourtant moins gourmand en énergie (c'est un Atom), d'un disque SSD plus gros, d'un support Bluetooth et d'un meilleur chipset Wifi. Mais il y a une subtilité : le modèle 901 existe en version Linux ou en version (Windows) XP : elles sont au même prix, mais la version Linux a un disque plus gros (en revanche, il a peut-être une batterie plus petite — la logique m'échappe complètement). Et malheureusement, cette version 901 Linux est introuvable en France (elle a été annoncée il y a quelques semaines, mais, depuis, toujours rien, je soupçonne fortement que c'était une erreur). Là non plus, je ne comprends pas la logique : le modèle 900A Linux est disponible en France, le modèle 901 XP aussi, mais pour le 901 Linux, il faut chercher à l'étranger. Comme par hasard, c'est précisément ce modèle[#] que je veux.

Qu'à cela ne tienne, il y a des pays pas loin où il est disponible. Le Royaume-Uni, par exemple : en plus, les modèles vendus là-bas ont l'avantage d'avoir un clavier un peu moins merdique que l'affreux AZERTY[#2] vendu en France. J'ai même entendu des rumeurs d'un truc appelé l'Union européenne qui ferait qu'on n'aurait pas de droits de douanes à payer entre les deux.

Donc, je vais sur Amazon.co.uk, je sélectionne le produit qui m'intéresse, je le mets dans mon panier, j'entre mon adresse en France (enfin, Amazon la connaît déjà), et on me répond :

*** We're sorry. This item can't be shipped to your selected destination. You may either change the shipping address or delete the item from your order by changing its quantity to 0 and clicking the update button below. (See geographical restrictions.) ***

Delivery Restrictions: Certain items bought from Amazon.co.uk and from third-party sellers can be delivered only to certain countries. […] Electronics & Photo, Health & Beauty and Home & Garden items: Amazon.co.uk: United Kingdom (England, Northern Ireland, Scotland and Wales).

Connards ! Me voilà obligé de trouver quelqu'un habitant en Angleterre pour réexpédier le colis, tout ça juste parce que ces messieurs d'Amazon sont trop crétins pour avoir compris le concept de la mondialisation, qu'on n'a pas envie d'acheter les choses chez Amazon.com, Amazon.co.uk, Amazon.de, Amazon.fr ou Amazon.co.jp mais juste chez Amazon (site qui serait disponible dans un grand nombre de langues), et qu'on s'attend à trouver exactement le même catalogue partout, expédiable dans le monde entier. Cette segmentation géographique, de nos jours, est complètement anachronique.

Et pour la construction européenne, avant de chercher à faire des traités, on devrait commencer par essayer de la réaliser au niveau économique : ne trouverait-on pas aberrant d'avoir un marchand en ligne qui accepte d'expédier ses produits en Rhône-Alpes mais pas en Île-de-France ? C'est du même niveau.

[#] Sinon, il y a un produit intéressant chez un concurrent, MSI, mais il a le défaut rédhibitoire à mes yeux d'avoir un vrai disque dur plutôt qu'un SSD (et vu combien je secoue mes sacs, le disque dur ne tiendra pas un an, donc je tiens absolument à un SSD).

[#2] Je tape toujours en QWERTY-us, quelle que soit la disposition marquée sur le clavier. Avoir un marquage AZERTY ne me gêne pas démesurément puisque je tape à l'aveugle, mais c'est tout de même un peu perturbant (surtout si je dois prêter le portable deux minutes à quelqu'un) d'avoir un marquage différent de l'effet réel des touches.

(samedi)

Barack Obama m'impressionne

Barack Obama m'impressionne. En fait, il me fait penser plus à un héros de conte de fées ou de film qu'à un homme politique réel : il est jeune, beau (même s'il n'est pas exactement mon genre) et extrêmement intelligent, il se contrôle parfaitement en toute circonstance, sans pour autant paraître glacial, il est élégant avec sobriété, il sait parler et expliquer clairement les choses[#], sans pour autant pontifier… c'est presque trop pour un seul homme. Ah oui, et sa femme est elle aussi jeune, belle et intelligente, et même son colistier a quelque chose de trop pour être vrai (dans le genre : comparez le duo Obama+Biden à celui joué par Christian Bale et Morgan Freeman dans un film récent — si, si, il y a quelque chose). Si l'élection présidentielle américaine est regardée dans le monde entier comme un spectacle bien huilé, avec le gentil (forcément démocrate) et le méchant (l'autre, quoi), il faut dire que cette année le casting est très bon, au moins du côté des gentils (mais du côté des méchants, avec l'inénarrable hockey mom, c'est intéressant aussi, mais plutôt dans le registre de la comédie burlesque[#2]). J'observe avec fascination.

Bref, ce n'est pas tant qu'Obama me plaise en tant qu'homme politique (la politique américaine ne me concerne que si elle affecte le reste du monde — bon, d'accord, c'est souvent le cas, quand ils décident d'envahir un pays aléatoire ou de ne plus payer leurs maisons — mais de toute façon les Européens préfèrent à peu près systématiquement les démocrates, et l'enthousiasme vient plutôt de la répugnance devant le camp d'en face). Mais là, c'est surtout en tant qu'homme qu'il m'étonne. Pourquoi n'a-t-on pas d'hommes politiques charismatiques, en France ?

J'en viendrais presque à espérer qu'il ne soit pas élu, pour qu'on évite la déception inévitable.

[#] L'épisode récent avec le plus-ou-moins-faux-plombier du nom de Joe (voyez ici) m'a vraiment bluffé de ce point de vue-là : non seulement Obama prend le temps de lui faire une réponse détaillée et compréhensible, mais en plus il connaît parfaitement ses chiffres.

[#2] Apparemment, Matt Damon ne trouve pas ça aussi drôle : it's like a really bad Disney movie.

(vendredi)

On devrait arrêter les jeux olympiques

Je suis surpris que parmi toutes les voix qui s'élèvent pour appeler au boycott des JO pour protester contre l'attitude ou les pratiques du gouvernement chinois (sur lesquelles je n'ai rien de bien intelligent à dire ni d'avis éclairé donc je n'en parlerai pas), il y en ait aussi peu qui le font au motif que les jeux olympiques sont (devenus ?) quelque chose de simplement très malsain.

Loin de moi l'idée de leur faire un procès pour hétérodoxie par rapport à l'idéal qu'avait Coubertin (l'important n'est pas de gagner, mais de participer, et son corollaire, l'interdiction du professionnalisme qui semble maintenant aussi saugrenue que l'interdiction du dopage le serait dans un sport comme le catch), car je n'aime pas les procès pour hérésie et je ne suis pas sûr que les idées du baron sentaient aussi bon que ça ; encore moins voudrais-je invoquer l'esprit des jeux olympiques antiques (qui ne permettaient ni aux femmes ni aux barbares de participer). Mais, tout de même, je ne comprends pas ce qu'on peut trouver d'intéressant dans les jeux actuels. Il y a un vague idéal olympique (de paix et de compétition fraternelle entre les peuples), qui serait peut-être intéressant s'il ne ressemblait pas autant à l'idéal éthique aseptisé et bien-pensant d'un film hollywoodien avec Will Smith pour héros ; il y a un cérémonial (surtout d'ouverture et de clôture) qui fait penser aux effets spéciaux d'un tel film (jolies images, j'imagine, mais on sait que tout est faux) ; et puis il y a la compétition elle-même, qui m'inspire le plus profond ennui, ennui qui serait plutôt du dégoût si je m'intéressais vraiment au sport. Quand Leni Riefenstahl nous montrait de magnifiques corps d'athlètes dévêtus, on y devinait pourtant une déplaisante odeur de chemises brunes mal lavées, de nos jours je trouve que c'est plutôt le goût de l'érythropoïétine qui domine.

Le problème n'est pas tant que les sportifs se dopent : ce n'est pas là le mal, ce n'est qu'un symptôme. Le problème est qu'ils aient envie de se doper. Ce serait être excessivement naïf que de prétendre qu'à partir du moment où on doit pratiquer des prises de sang c'est déjà trop tard — qu'il faut faire en sorte que l'intérêt naturel des sportifs soit uniquement de participer tels qu'ils sont — ce serait excessivement naïf car l'envie de gagner est inscrite dans la devise elle-même, citius, altius, fortius, il n'y a rien de méprisable dans l'orgueil de vouloir faire mieux que les autres, il est évident qu'il y aura toujours des gens qui voudront tricher. Mais si l'idéal devient vraiment trop lointain, quelque chose ne va plus. Est-ce qu'on va aux jeux pour faire du sport ou pour faire le kéké au nom de son pays, au juste ?

Ce n'est pas uniquement une question de substances chimiques dans les veines des participants. La compétition entre les villes du monde pour déterminer laquelle aura l'honneur d'accueillir les jeux, elle aussi se déroule dans une atmosphère méphitique (si on me pardonne l'insistance de ma métaphore olfactive). Le délire de sécurité autour du passage de la flamme olympique, le parcours complètement ridicule qu'on lui fait faire, tout ça est pathétique. Quant aux cas de corruption à tous les niveaux (par exemple des juges pour les disciplines notées), ils sont répugnants. La façon dont on compte les médailles par pays (ainsi que l'absence totale de valeur accordée à la quatrième place) n'est pas beaucoup plus saine. Bref, dans l'ensemble, si on devait étudier la façon dont une débauche d'argent et d'attention médiatique peut pourrir un événement, l'histoire des jeux olympiques pourrait être un exemple canonique (après, il faudrait sans doute creuser pourquoi c'est triste dans ce cas-là alors que s'agissant du Superbowl c'est juste hilarant).

Tout ça pour dire que, comme d'habitude, je n'ai pas regardé la cérémonie d'ouverture, je ne regarderai pas celle de clôture, et je ne regarderai rien des cérémonies tout aussi toc qu'il y a entre les deux. J'ai vaguement plus de sympathie pour les jeux d'hiver, certainement pour les jeux paralympiques, je regarderai peut-être avec curiosité bienveillante les Gay Games[#] de Cologne dans deux ans, mais sinon, le seul intérêt des jeux olympiques c'est d'avoir un site Web IPv6.

[#] Qui ne s'appellent pas olympiques parce que le comité international olympique tient à maintenir sa propriété intellectuelle sur le nom. Ajoutez une raison à ma liste des choses que je n'aime pas dans les JO.

(vendredi)

Précautions : (1) la paranoïa sur la pédophilie

On pourrait commencer avec une blague : c'est l'histoire d'un père dont la fille de six ans est un peu malade : il lui donne un suppositoire, et un peu plus tard il l'emmène prendre l'air ; là, la fillette se plaint en public papa, j'ai un peu mal à cause de ce que tu as mis dans mes fesses, et le type passe le reste de ses jours en prison. (Pour ceux qui préfèrent les webcomics, dans le même genre d'idée, voyez ici.)

Bon, là c'est raconté comme une blague, et l'histoire n'est pas vraie (si on omet la conclusion, c'est tiré de VieDeMerde, mais même avec la conclusion en moins rien ne dit que c'est vrai). Simplement, des histoires vraies de ce genre, ce n'est pas ça qui manque. On n'a certes pas de preuve que ce n'est pas exagéré quand quelqu'un raconte être considéré par tout son voisinage comme un pédophile en puissance parce qu'une fois il a donné 5 cents à un gosse qui pleurait de ne pas avoir assez de sous pour se payer du bubble gum, mais ça me semble tout à fait crédible. Quant à cet extrait de journal télévisé, qui fait froid dans le dos, il est incontestablement vrai : un journaliste a été accusé de possession de pédopornographie parce qu'il filmait un concours de cheerleaders as young as six years old […] in a suspicious and strange manner (on appréciera le raisonnement : faire quelque chose de façon suspecte devient ipso facto condamnable). Je ne sais pas si et comment l'histoire a fini pour le sieur Gilbert Chan, mais même s'il est innocenté, le fait qu'on puisse être arrêté pour avoir filmé un événement tout à fait public où les fillettes étaient habillées, c'est révélateur du niveau d'hystérie qu'ont atteint dans ce domaine au moins les pays anglo-saxons. (En France, l'erreur judiciaire largement médiatisée sous le nom d'affaire d'Outreau a heureusement fait prendre conscience — au moins pour un temps — que la Justice pouvait se tromper, mais malheureusement cette affaire était tout à fait atypique et le problème n'est pas uniquement celui de la Justice mais aussi de la façon dont on peut regarder nos voisins.)

Peut-être que je suis scandaleusement utilitariste en disant ça, mais j'ai tendance à considérer qu'on ne doit criminaliser que les actes qui portent tort à autrui : quelqu'un qui filme des cheerleaders en public, même si ensuite il fait des choses cochonnes chez lui en regardant ces images, il me semble qu'il n'a porté tort à personne, ce n'est pas comme s'il avait payé pour que les fillettes en question se dévêtissent devant la caméra. Quand bien même on considère que c'est un malade mental, les malades mentaux on ne les met pas en prison, en principe : on peut éventuellement les forcer à être soignés si on a des raisons sérieuses de croire qu'ils représentent une menace grave pour la société — mais là je ne vois ni acte de folie ni comportement dangereux.

De même, je ne comprends pas comment on peut justifier d'interdire les représentations dessinées[#] de mineurs à caractère pornographique (interdiction confirmée en France par la cour de Cassation : la question n'est pas théorique). Si on considère que c'est dangereux par incitation, il faut aussi mettre en place un comité de surveillance des bonnes mœurs dans la littérature, vérifier qu'aucun film ne fait l'apologie de la violence (ben voyons…) ou n'incite à quelque crime ou délit que ce soit, et ainsi de suite : veut-on vraiment ça ? Alors pourquoi les dessins pornographiques seraient-ils différents ?

Passons. La réponse qui est faite à ce genre d'anecdotes par ceux qui les défendent est généralement de l'ordre de : oui, on est peut-être prompt à s'inquiéter et à condamner, il y a quelques mesures liberticides qui sont prises, mais il faut bien protéger les enfants ! c'est ce qui est le plus important. C'est bien pratique, la défense des enfants, ça permet de justifier n'importe quelle ignominie, et quand quelqu'un s'en plaint on l'accuse de ne pas penser aux enfants. Même genre de pratique chez les procureurs (surtout aux États-Unis, je pense), qui peuvent regarder un jury en montrant l'accusé et dire si vous ne le condamnez pas, vous laissez impuni un crime si horrible fait à des enfants (ce faisant, le procureur ne prouve pas du tout que l'accusé est coupable, mais il rend tellement horrible dans la tête des jurés le risque d'innocenter un coupable que la notion de doute raisonnable s'évapore dans un pouf de logique). Ou encore, quand quelqu'un s'oppose à la peine de mort, on peut lui demander, d'une voix lourde de sous-entendus : même pour les violeurs d'enfants ? (bizarrement, on lui demandera plus rarement même pour Hitler ?). J'avoue que dans mon esprit, tuer ou violer un adulte n'est pas moins grave que tuer ou violer un enfant : l'idée même d'attribuer une valeur différente[#2] aux êtres humains par la gravité des crimes à leur encontre me semble même répugnante.

Et surtout, le Premier ministre Alain Juppé avait déclaré en 1996 (c'était dans le contexte de l'affaire Dutroux) : Il faut parfois mettre entre parenthèses les droits de l'homme pour protéger ceux de l'enfant. Ce genre de propos me fait bondir. Les droits de la défense, la présomption d'innocence, le droit à un procès équitable, le respect de la vie privée, et tout simplement la liberté de faire ce qui ne nuit pas à autrui, toutes ces choses-là ne sont pas des principes qu'on peut mettre entre parenthèses quand ils nous dérangent, sous prétexte que la situation l'impose, ou par précaution. (Je pourrais citer de nouveau les mots de la Cour suprême des États-Unis : The laws and Constitution are designed to survive, and remain in force, in extraordinary times. Liberty and security can be reconciled. Et ceux de Edgar R. Murrow dénonçant la chasse aux sorcières menée par Joseph McCarthy : We must not confuse dissent with disloyalty. We must remember always that accusation is not proof and that conviction depends upon evidence and due process of law. We will not walk in fear, one of another.)

Mais indépendamment des grands principes, le problème est que ce genre d'attitude est complètement irréfléchi, irrationnel et contre-productif. Les agressions pédophiles, dans leur grande majorité, ne sont pas commises par des étrangers ni par des « gens sur Internet » (je ne sais pas comment est apparu ce mythe idiot qui relie Internet et pédophilie, mais il a la vie dure). D'ailleurs, la majorité des agressions pédophiles ne sont pas commises par des pédophiles, i.e., des gens principalement ou uniquement sexuellement attirés par les enfants : les gens en question, le plus souvent, ils sont parfaitement conscients qu'ils n'ont pas le droit de passer à l'acte, donc ils ne le font pas, et ils subliment leur désir autant qu'ils peuvent — et du coup, la société a tout à y gagner à ne pas les traiter comme des criminels avant même qu'ils passent à l'acte, ou à leur interdire de trouver jusqu'à la moindre image sur laquelle fantasmer. Non. La majorité des agressions sexuelles sur des enfants sont commises par les proches de la victime, souvent ses propres parents (qui ne sont a priori pas pédophiles) : mettre les enfants en garde spécifiquement contre les étrangers, ou chercher à reconnaître des pédophiles, en public, à leur comportement, bref chercher à voir le risque là où il n'est pas (ou relativement pas, en tout cas), c'est augmenter ses chances de ne pas le voir là où il est[#3]. Et évidemment, se focaliser de façon hystérique sur une forme de danger, même si on devait l'analyser correctement, bien au-delà de son importance, c'est risquer de passer à côté de toutes celles qui sont bien plus importantes (les accidents domestiques sont quelque chose de considérablement plus important que la pédophilie, si on veut protéger les enfants !, et sur lequel on n'agit pas autant qu'on le pourrait).

Quel est le risque, alors ? Il est qu'on finisse par avoir une peur réciproque tellement importante — chez les parents d'un enfant, de tout contact de celui-ci avec un étranger, et chez tout le monde, d'un rapport avec un enfant qui pourrait passer pour ambigu aux yeux des paranoïaques — que la société ne permette plus les rapports entre adultes et enfants qui sont nécessaires pour ces derniers à leur bon développement social et émotionnel. Des exemples que j'ai déjà évoqués sont à cet égard représentatifs : un étranger ferait bien de s'abstenir d'offrir des bonbons à un enfant de peur d'être soupçonné de vouloir les appâter, et il vaut mieux s'abstenir de leur raconter un secret parce qu'on peut s'imaginer le danger si un enfant raconte à ses parents que M. Untel a fait quelque chose de secret avec eux. Ces problèmes sont réels et pas uniquement théorique, ils ont été récemment soulignés et analysés par le groupe de réflexion Civitas au Royaume-Uni dans un pamphlet intitulé Licensed to Hug. Quand on n'aura plus d'instituteurs, de moniteurs de sport ou de centre aéré, etc., et que les enfants seront tellement privés du contact avec les adultes qu'ils joueront Lord of the Flies en toute liberté, on se sentira bien malins.

Telle que je présente cette hystérie collective au sujet de la pédophilie, on pourrait penser que j'ai perdu de vue ma dénonciation générale du principe de précaution ; je crois pourtant que c'est bien de ça qu'il est question. Car le principe de précaution est celui qui consiste à perdre tout recul et toute sobriété dans l'analyse d'un problème ou d'un danger, à adopter une attitude dogmatique (brancardée sous le nom d'attitude de précaution, ce qui ne veut rien dire) et à dénoncer toute autre approche comme irresponsable car trop dangereuse pour quelque chose de censément précieux (du genre : vous ne voudriez pas risquer de mettre en danger nos enfants au nom d'un calcul approximatif ? on n'est jamais trop prudent). Eh bien si, on peut être trop prudent, et on peut même faire beaucoup de mal en l'étant : la vérité, c'est que la chasse aux sorcières autour du prétexte de la pédophilie cause beaucoup plus de torts qu'elle ne pourrait en éviter, y compris aux enfants.

Ayant commencé avec une blague, on pourrait terminer par un lien vers un joli petit documentaire comme on en faisait autrefois : Boys Beware, mettant en garde les garçons américains contre les dangers des pervers zomosexuels qui les menacent.

[#] Un des arguments parfois avancés est d'éviter la situation où aucune image ne pourrait être condamné parce que la défense peut toujours répliquer ah, mais vous ne pouvez pas prouver que ce n'est pas une image de synthèse. C'est tout de même un peu faible quand les images sont manifestement du dessin d'art !

[#2] Certains défendent l'idée en disant que les enfants sont plus vulnérables, donc on doit plus les protéger. Avec le même raisonnement, on doit sans doute conclure que plus il y a d'alarmes autour d'une maison moins il est grave de la cambrioler ?

[#3] Pour être bien clair, je ne défends certainement pas non plus l'idée d'inculquer aux enfants la peur de leurs propres parents ! Car au sein de la famille aussi on ne peut que déplorer un certain excès de pudibonderie.

(dimanche)

Les précautions ont un coût

Le principe de précaution est une scandaleuse imposture, et je n'ai cesse de me mettre en rage à ce sujet. Le principe de précaution est une façon de dire que quand on est devant une alternative difficile on devait parfois faire un choix objectivement mauvais sous prétexte qu'on sera plus difficilement accusable parce que les conséquences néfastes de ce choix, bien que plus importantes, sont aussi plus indirectes. Par exemple, si on doit mettre sur le marché un nouveau médicament ou un nouveau vaccin, qui permet de lutter contre une maladie grave mais qui comporte aussi des dangers, la chose sensée à faire, la seule chose qui se défend sérieusement, c'est de faire un calcul bénéfice-risque pour savoir où est le plus grand nombre de vies sauvées ; évidemment, ce calcul, qui consiste à maximiser l'espérance (au sens mathématique…) du nombre de vies, doit tenir compte du fait qu'il peut y avoir des risques difficilement mesurables ou mal connus (peut-être que l'étude sur le vaccin a été mal faite et qu'il est beaucoup plus risqué que mesuré), et on doit mettre ça aussi dans l'espérance, ce qui peut ressembler de loin à une aversion au risque ; mais sous le nom de principe de précaution, l'idée qu'on devrait systématiquement refuser le vaccin s'il n'est pas parfaitement sûr (ce qui est, forcément, impossible), est une dangereuse connerie. Connerie car tout autre choix que celui qui sauve le plus de vies, symétriquement, en coûte. Et connerie d'autant plus dangereuse que son inscription dans la Constitution française pourrait donner à des juges l'idée saugrenue de punir des autorités qui auraient fait ce qui était honnêtement et objectivement le mieux pour sauver des gens !

Je suis assez partagé au sujet de la culture des plantes dites OGM (qui ont lancé en France la mode du principe de précaution) — disons que je serais favorable à leur culture si les semenciers fournisseurs des graines en question n'avaient pas des principes éthiques dignes de la pire des mafias, ce qui fait qu'au final le débat n'est plus entre les plantes ceci ou cela mais concerne la terreur pratiquée par de grandes multinationales sur des clients captifs en utilisant des lois iniques sur la propriété intellectuelle (ce qu'une graine ne devrait pas pouvoir être). Le principe de précaution n'a finalement plus grand-chose à voir là-dedans. En revanche, il y a trois domaines où je vois les ravages de ce principe actuellement : (1) dans la mythomanie paranoïaque de la société autour de la pédophilie, (2) dans les mesures liberticides qu'on cherche à nous faire avaler au nom de la lutte contre le terrorisme, et (3) dans l'idée que le développement rapide de l'énergie nucléaire ne serait pas notre meilleure moins mauvaise façon de pallier l'effet de serre.

Je vais essayer de développer ces trois points dans (les ?) trois prochaines entrées, vers lesquelles j'ajouterai des liens ici ensuite : (1) et (3). (Merci aux commentateurs, donc, de s'abstenir de remarques sur (1), (2) ou (3) dans ce post d'introduction.)

(dimanche)

Un peu de politique : l'Europe, l'Irlande, Guantánamo et les cours suprêmes

Je ne sais pas trop quoi penser du résultat du résultat du referendum irlandais.

Au moment du vote en France j'étais modérément favorable au traité constitutionnel (de Rome), même si je pensais que les arguments des deux camps étaient ridiculement enflés (je crois que ce traité n'aurait eu finalement qu'assez peu de conséquences, malgré son auto-proclamation comme constitutionnel). Ce traité constitutionnel avait au moins un mérite indiscutable, c'était d'éliminer l'écriture sous forme de diffs, c'est-à-dire ce style inimitablement pénible des traités européens qui procèdent par amendements sur le Traité instituant la Communauté économique européenne (traité de Rome de 1957) et le Traité sur l'Union européenne (traité de Maastricht de 1992). Le traité de Lisbonne, lui, il ressemble à ceci :

Article 2

Le traité instituant la Communauté européenne est modifié conformément aux dispositions du présent article.

1) L'intitulé du traité est remplacé par : Traité sur le fonctionnement de l'Union européenne.

A. MODIFICATIONS HORIZONTALES

2) Dans tout le traité :

  • a) les mots la Communauté ou la Communauté européenne sont remplacés par l'Union, les mots des Communautés européennes ou de la CEE sont remplacés par de l'Union européenne et l'adjectif communautaire est remplacé par de l'Union, à l'exclusion de l'article 299, paragraphe 6, point c), renuméroté 311bis, paragraphe 5, point c). En ce qui concerne l'article 136, premier alinéa, la modification qui précède ne s'applique qu'à la mention de La Communauté ;
  • b) les mots le présent traité, du présent traité et au présent traité sont remplacés, respectivement, par les traités, des traités et aux traités et, le cas échéant, le verbe et les adjectifs qui suivent sont mis au pluriel ; le présent point ne s'applique pas à l'article 182, troisième alinéa, et aux articles 312 et 313 ;
  • c) les mots le Conseil, statuant conformément à la procédure visée à l'article 251, le Conseil, statuant selon la procédure visée à l'article 251 ou le Conseil, agissant conformément à la procédure visée à l'article 251 sont remplacés par le Parlement européen et le Conseil, statuant conformément à la procédure législative ordinaire et les mots la procédure visée à l'article 251 sont remplacés par la procédure législative ordinaire et, le cas échéant, le verbe qui suit est mis au pluriel ;
  • d) les mots statuant à la majorité qualifiée et à la majorité qualifiée sont supprimés ;
  • e) les mots Conseil réuni au niveau des chefs d'État ou de gouvernement sont remplacés par Conseil européen ;
  • f) les mots institutions ou organes et institutions et organes sont remplacés par institutions, organes ou organismes, à l'exception de l'article 193, premier alinéa ;
  • g) les mots marché commun sont remplacés par marché intérieur ;
  • h) le mot écu est remplacé par euro ;
  • i) les mots États membres ne faisant pas l'objet d'une dérogation sont remplacés par États membres dont la monnaie est l'euro ;
  • j) le sigle BCE est remplacée par les mots Banque centrale européenne ;
  • k) les mots statuts du SEBC sont remplacés par statuts du SEBC et de la BCE ;
  • l) les mots comité prévu à l'article 114 et comité visé à l'article 114 sont remplacés par comité économique et financier ;
  • m) les mots statut de la Cour de justice ou statut de la Cour sont remplacés par statut de la Cour de justice de l'Union européenne ;
  • n) les mots Tribunal de première instance sont remplacés par Tribunal ;
  • o) les mots chambre juridictionnelle et chambres juridictionnelles sont remplacés, respectivement, par tribunal spécialisé et tribunaux spécialisés, la phrase étant grammaticalement adaptée en conséquence.

3) Aux articles suivants, les mots le Conseil, statuant à l'unanimité sont remplacés par le Conseil, statuant à l'unanimité conformément à une procédure législative spéciale, et les mots sur proposition de la Commission sont supprimés :

  • article 13, devenu 16 E, paragraphe 1
  • article 19, paragraphe 1
  • article 19, paragraphe 2
  • article 22, deuxième alinéa
  • article 93
  • article 94, devenu 95
  • article 104, paragraphe 14, deuxième alinéa
  • article 175, paragraphe 2, premier alinéa

Bon, et ça ce n'est qu'en gros une page et demie du traité qui en fait plus de 300 : si vous pensiez que le traité constitutionnel était illisible, celui de Lisbonne, en comparaison, c'est de l'Unlambda. Le travail de légistique sous-jacent est absolument impressionnant, mais je préfère largement un truc qui ne soit pas sous forme de diff. (C'est d'autant plus ridicule que personne n'utilise le texte sous forme de diffs : on va évidemment regrder le texte consolidé qui a vraiment été négocié, et d'ailleurs s'il y a une erreur ridicule de légistique, comme un remplacement qui n'opère pas parce qu'on a oublié ou mal écrit des mots, on va certainement regarder l'intention et pas la lettre du traité. Tiens, au passage, dans ce que j'ai cité, je me demande comment le point A(2)(j) est censé interagir avec le point A(2)(k), parce que ça m'a l'air un peu contradictoire tout de même.)

Bref, même si j'étais plutôt favorable au traité constitutionnel de Rome, le fait de reproposer quasiment les mêmes dispositions mais sous une forme juste rendue absolument illisible, je trouve ça un peu moyen, et on ne peut pas en vouloir aux Irlandais de ne pas avoir, euh, compris les subtilités de l'interaction du point A(2)(j) et du point A(2)(k) de l'article 2. L'ennui, c'est que je n'ai vu aucune analyse convaincante des raisons pour lesquelles le premier traité (celui avec Constitution dans le nom) a été rejeté — et chaque personne qui était contre le traité donnait des raisons différentes — donc il était difficile d'en tenir compte ; et les raisons des Irlandais de voter non semblent bien différentes des raisons des Français un peu plus tôt. L'explication qui me semble la moins mauvaise, c'est encore que les dirigeants nationaux (sans doute dans plus d'un pays…) ont tellement pris l'habitude de dire on ne peut pas faire <telle chose démagogique> parce que Bruxelles nous l'interdit que les gens ont vraiment fini par prendre Bruxelles pour une sorte de père fouettard.

Maintenant, je suis curieux de savoir quelle sera la suite des événements (apparemment, tout le monde se pose la même question). La traité de Maastricht avait été rejeté par referendum par les Danois, on a ajouté quelques exceptions pour eux et on l'a appliqué malgré tout ; le traité de Nice avait été rejeté par referendum par les Irlandais, on a ajouté quelques exceptions et on l'a appliqué malgré tout… à force, ça fait tout de même mauvais genre ! (Ça fait aussi mauvais genre pour la classe politique irlandaise que les électeurs rejettent, fût-ce de justesse et sur une participation faible, un vote que tous les principaux partis politiques soutenaient.)

Outre les graves problèmes de communication qu'il faudrait résoudre (dont un symptôme est que lors des élections du parlement européen, en France, on ne donne que les résultats pour le pays, sans aucune sorte de pronostic sur quelle sera la majorité du parlement dans son ensemble ou aucun commentaire sur les autres pays), je me dis qu'il faudrait s'arranger pour trouver une combinaison juridique permettant que les traités européens puissent être appliqués à un sous-ensemble des pays de l'Union, de sorte que si un sous-ensemble veut rester en-dehors du traité, ce sous-ensemble continue à fonctionner avec l'ancien traité (évidemment, cette combine ne peut pas marcher pour les changements institutionnels, mais elle peut marcher pour les élargissements de compétences).


De l'autre côté de l'Atlantique, la Cour suprême des États-Unis d'Amérique a rendu jugement sur une affaire que j'avais évoquée, estimant que les prisonniers du camp militaire de Guantánamo peuvent invoquer l'habeas corpus. L'opinion est plus élégamment tournée qu'un traité européen, et le juge Kennedy (qui a rédigé l'avis majoritaire) a dû se faire plaisir en écrivant :

The laws and Constitution are designed to survive, and remain in force, in extraordinary times. Liberty and security can be reconciled; and in our system they are reconciled within the framework of the law. The Framers decided that habeas corpus, a right of first importance, must be a part of that framework, a part of that law.

(La tournure de la deuxième phrase fait évidemment référence à une célèbre citation d'un des Pères fondateurs, Benjamin Franklin : Those who would give up Essential Liberty to purchase a little Temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety.)

Larry Lessig (le plus geek des grands juristes — ou le plus juriste des grands geeks — et une des Forces du Bien dans cet Univers) disait il n'y a pas si longtemps qu'une des forces dans le système politique et constitutionnel américain qui avait su largement échapper à la corruption, c'était la Cour suprême. Je ne sais pas si c'était très prévisible a priori (par exemple de la part des pères fondateurs de l'Union), mais il semble en effet vrai que, souvent, quand on donne à une cour de justice une position suprême, une grande indépendance, et un document bien écrit à faire valoir (comme la Constitution des États-Unis, mais cela peut aussi s'appliquer à la Convention européenne des Droits de l'Homme ou dans une certaine mesure aux préambules de la Constitution française), la cour en question montre qu'elle mérite le pouvoir qu'on lui a donné. La Cour suprême, notamment sous la direction d'Earl Warren entre 1954 et 1969 (mettant fin à la ségrégation dans les écoles publiques en 1954, et instaurant de nombreux progrès pour les droits de la défense), mais même sous la direction de Warren Burger (interdiction de la peine de mort en 1972, retournée depuis, et autorisation de l'avortement en 1973), a fait faire des progrès substantiels aux États-Unis alors que dans d'autres pays on se serait attendu que ces progrès vinssent du parlement : peut-être est-ce une différence de culture. Je ne sais pas ce qui est le mieux : donner à des juges une position aussi élevée et aussi inamovible, c'est espérer qu'ils sachent être grandis par leur fonction et prendre de la hauteur, savoir résister à toute corruption et juger vraiment en leur âme et conscience — mais c'est aussi risquer qu'ils deviennent des sortes de super hommes politiques, ce qui est alors malsain. De fait, les juges de la Cour suprême sont bien connus, on sait lesquels ont voté pour quoi, on sait quelles sont leurs opinions, on en tient compte dans les plaidoieries, etc. : ce n'est pas très satisfaisant pour l'esprit (surtout quand on voit l'enjeu que devient une nomination à la Cour suprême, les sombres calculs sur l'espérance de vie des juges, etc.). Mais je ne suis pas sûr que la situation du Conseil constitutionnel français soit plus satisfaisante, car tout y est complètement opaque (le simple citoyen n'y a pas accès, il n'y a pas de plaidoierie, les décisions sont illisibles sauf par les experts, il n'y a pas d'opinion raisonnée ni d'opinion de la minorité).

(samedi)

Les mesurettes pour l'environnement

J'ai une sainte horreur des mesures pipo qui, censées s'occuper d'un certain problème, n'ont en fait comme seul but que de laisser croire aux citoyens ignorants qu'on s'occupe du problème en question. La sécurité (pensez guerre contre le terrorisme, ha, ha, ha) en est un nid : outre les délires de la TSA aux États-Unis j'aime beaucoup notre national plan Vigipirate, qui cherche désespérément des couleurs plus anxiogènes que le rouge (apparemment c'est écarlate ; je suppose qu'ensuite on aura fuchsia, amarante, zinzolin et des choses de ce genre) vu qu'on ne peut politiquement que le renforcer pour donner plus d'illusion de sécurité.

Mais le plus insupportable, c'est l'environnement. Il est maintenant admis par tout le monde — enfin, sauf par l'actuel président des États-Unis, mais il vient sans doute d'un monde parallèle — bref, il est maintenant admis que nous autres humains sommes en train de nous tirer une balle dans le pied, ou dans les pieds de nos successeurs, par notre façon de vivre. On dit pudiquement que c'est la planète qui est en danger, mais la planète va très bien, merci, on aurait beaucoup de mal à lui faire quoi que ce soit[#] ; ce n'est même pas la vie sur Terre qui est en danger[#2] ; l'espèce humaine est peut-être en danger, mais ce qui l'est certainement c'est notre confortable civilisation (enfin, pour ceux d'entre nous qui avons les chances de profiter de ses conforts). La question est plutôt de savoir si ce sera trop tard dans dix ans pour éviter une catastrophe, trop tard dans cinq ans, trop tard maintenant, trop tard il y a dix ans ou trop tard il y a vingt ans. Mais je digresse.

Bref, depuis qu'on a admis que l'environnement était une priorité, disons, importante, c'est un florilège de mesures ou d'idées dans lesquelles on mélange allègrement les choses vraiment importantes, les choses anecdotiques, les choses qui n'ont rien à voir avec le schmilblick, et beaucoup, mais alors beaucoup, de mesurettes qui sont simplement destinées à donner au citoyen (profitant du confort précédemment mentionné) l'impression qu'il fait un geste pour l'environnement (ou mieux, qu'on fait un geste pour lui). Bref, on ne protège pas l'environnement, on cultive le warm fuzzy feeling qu'on le fait. L'ennui c'est que même pour quelqu'un qui a une culture scientifique décente[#3], réussir à savoir ce qui est vrai ou faux est extrêmement dur tant on est bombardé de ces affirmations trompeuses ou mensongères, sans jamais le moindre chiffre sur le nombre de joules économisés par telle mesure, l'impact écologique exact d'un produit de bout en bout[#4].

Mon supermarché local a cessé de distribuer gratuitement les sacs plastique : ils sont maintenant vendus 0.03€ l'unité et portent l'indication sac réalisé à base de plastique recyclé 100% recyclable ; je soupçonne que c'est du polyéthylène exactement comme avant et que la nouvelle inscription est juste là pour faire passer la pilule, en tout cas je constate que ce plastique prétendument 100% recyclable, aucune possibilité ne m'est offerte pour le recycler — c'est comme pour les produits électroniques sur lesquels on a mis une écotaxe mais j'attends toujours qu'on me dise ce que je dois faire de mes vieux disques durs pour m'en débarrasser de la façon la moins polluante possible. Donc je vais continuer à utiliser autant de sacs (je passe à la caisse, j'en achète 10 pour 0.30€ parce que je ne sais pas à l'avance combien il m'en faut, et je laisse le reste au client suivant, mais à mon avis ça va empirer le gâchis plutôt que l'éviter), je vais payer un chouïa plus au supermarché qui ne va pas pour autant mettre en place un recyclage, et je vais continuer à me servir de ces sacs comme sacs poubelle pour qu'au moins ils soient incinérés, ce qui récupérera au moins une partie de l'énergie[#5] utilisée pour le produire mais dégagera sans doute[#6] plus de CO2 que si le recyclage avait été mis en place. Je crois que le but de la mesure est juste de donner aux gens l'impression qu'ils paient pour l'environnement, tout en ne leur prenant qu'une somme d'argent ridiculement faible et en ne contribuant pas d'un atome au problème. Bof.

Ceci étant, j'aimerais bien savoir quelles sont les mesures qui ont, ou pourraient avoir, un vrai impact bénéfique sur l'environnement (l'énergie nucléaire ? les véhicules hybrides ? les voitures à air comprimé ?). Mais quelque chose me dit que ce n'est pas du côté du Grenelle de l'Environnement que je vais les trouver.

[#] Si vous craignez pour la destruction de la Terre, vous pouvez consulter la page de l'International Earth-Destruction Advisory Board, régulièrement mise à jour pour vous indiquer le nombre de fois que la Terre a été détruite et le niveau d'alerte associé. Je suis certain que beaucoup d'assureurs seront prêts à vous vendre d'excellentes assurances contre cette éventualité (ou bien contre le big crunch, la contradiction des mathématiques, etc.).

[#2] La vie sur Terre, elle a réussi à survivre au passage d'une atmosphère légèrement réductrice à une atmosphère constituée de 20% d'oxygène (et l'oxygène, comme gaz corrosif et toxique, on peut difficilement faire pire à part le chlore ou le fluor), alors, je ne m'inquiète pas, elle nous survivra même si on détruit 99.999% des espèces avec nous.

[#3] Pour commencer, quelqu'un qui est conscient que, tant qu'on a un chauffage électrique radiatif thermostaté, en hiver, ça ne sert à rien de chercher à limiter l'usage des appareils électriques pour limiter la consommation d'énergie ! Apparemment ce genre de raisonnement est déjà hors de la portée de beaucoup de gens.

[#4] Quand on affirme qu'un produit (sacs en papier ?) est biodégradable mais qu'on ne nous dit pas quelle quantité d'énergie est nécessaire à le fabriquer, je trouve qu'il y a arnaque. De même si une source d'énergie (l'énergie solaire, peut-être ?) pollue moins au rendement mais plus à la mise en place des équipements…

[#5] Enfin, enthalpie libre plutôt qu'énergie, probablement.

[#6] J'écris sans doute parce que le bilan précis est difficile à faire : le sac est fait à partir de pétrole et brûlé pour donner du CO2 et de l'énergie qui doit être au moins en partie récupérée. Mais si le sac n'avait pas été produit, cette même énergie, pour être utilisée, aurait dû être produite autrement, et si elle est également produite en brûlant des matières fossiles, il faut comparer le rendement dans les deux cas ; si en plus on compare à une situation où le sac est recyclé, il faut aussi examiner le coût énergétique de ce recyclage par rapport à celui de la fabrication à neuf d'un sac. Je souligne simplement que faire le bilan complet est un peu subtil, et je ne suis pas scientifiquement qualifié pour le calculer.

(mercredi)

Dix propositions pour un droit d'auteur équitable

Encore une proposition d'étendre les restrictions de propriété intellectuelle fait parler d'elle : ce qui est particulièrement honteux est cette façon de présenter l'extension des restrictions comme une avancée pour la société ! l'article du Guardian suggère que le commissaire européen McCreevy (à l'origine de cette proposition) has been lobbied hard on the issue. You bet he has! Le droit d'auteur actuel ne cesse de profiter de l'apathie générale (ou de l'ignorance) à ce sujet de la grande majorité de la population pour permettre à un tout petit lobby de la soumettre à un droit sans cesse plus sévère.

Le plus rageant, c'est que la seule victoire que peuvent espérer les partisans comme moi d'un copyright juste et équilibré c'est que des lois/directives/traités/etc. insensément restrictives soient provisoirement ajournées (parfois pour être de nouveau proposées dans un temps très court : voyez la petite danse amusante à laquelle joue le ministre canadien de l'industrie Jim Prentice). Jamais aucune victoire durable n'a été obtenue, jamais en aucun pays des provisions trop restrictives n'ont été relâchées ; alors que quand le camp adverse obtient des victoires, elles sont durables et même rétroactives (des œuvres qui avaient acquis la liberté du Domaine Public retombent sous le coup des restrictions).

Je pense qu'il faut répondre au lobbying par du contre-lobbying. Voici mes propositions concrètes :

  1. Dans tous les textes législatifs et réglementaires comportant les termes propriété intellectuelle, remplacer ces mots par monopole de reproduction. (Justification : il s'agit d'un terme neutre ; les mots propriété intellectuelle laissent penser qu'il s'agit d'une forme de propriété, donc protégée par les droits fondamentaux, alors qu'il n'en est rien, l'auteur d'une œuvre de l'esprit a le droit à la paternité sur celle-ci, pas à la propriété, et le monopole qui lui est concédé n'est pas un droit inaliénable mais une façon commode de subventionner les artistes.) Dans le cas où le Conseil constitutionnel (ou toute autre cour suprême) serait tenté de considérer la propriété intellectuelle comme une forme de propriété et lui donner valeur constitutionnelle, amender la Constitution pour éclaircir ce point.
  2. Amender la législation sur la propriété intellectuelle le monopole de reproduction pour expliciter le fait qu'elle ne s'applique qu'aux œuvres de l'esprit comportant une part significative de créativité : aucune collection de données purement factuelles (telle que carte géographique, base de donnée, etc.) ne doit pouvoir bénéficier de la protection concédée par ce droit. De même, aucun brevet ne doit pouvoir être concédé s'il ne représente pas une innovation significative et notamment s'il se contente d'appliquer différemment des idées déjà connues, ou s'il ne correspond pas à un procédé industriel stricto sensu.
  3. Limiter la durée du droit d'auteur à : 50 ans après la publication de l'œuvre ou jusqu'à la mort de l'auteur (le plus long des deux), qu'il s'agisse d'œuvres littéraires, cinématographiques, graphiques ou musicales ou de toute autre œuvre de l'esprit ; appliquer la même règle uniformément, aussi bien pour les droits des interprètes et traducteurs que pour ceux des artistes créateurs. (Justification : le but principal est de rémunérer l'artiste de son vivant pour l'inciter à produire ; il n'y a pas de raison que cette rente soit transférable à ses héritiers pas plus que le salaire de n'importe quelle autre activité, mais on peut tout de même consentir, pour la sécurité de l'éditeur, un monopole minimal de 50 ans pour les œuvres de vieillesse ou posthumes.) Supprimer les prolongations de guerre (qui n'ont aucune sorte de justification) et toutes les autres bizarreries pouvant rallonger la durée du monopole. En revanche, pour les logiciels, limiter la protection à 20 ans (ce qui, vue l'extrême rapidité du développement de l'informatique, est déjà énorme).
  4. Si la mesure précédente contrevient aux obligations souscrites en droit international (notamment les engagements pris en vertu de la convention de Berne sur le copyright), appliquer ces obligations de la façon la plus étroite possible : par exemple, la convention de Berne n'oblige qu'à protéger les œuvres qui sont protégées dans leur pays d'origine et pendant la durée de cette protection ou jusqu'à 50 ans après la mort de l'auteur (le plus court des deux) — un pays signataire peut tout à fait restreindre la durée de la protection des œuvres publiées chez lui.
  5. Interdire la signature de tout traité ou de toute convention nouvelle qui étendrait la durée du monopole ou qui en durcirait les termes, sauf en vertu d'un referendum.
  6. Obliger les œuvres protégées à être enregistrées : plus exactement, faire valoir le principe selon lequel, pour exercer son droit de monopole sur la reproduction et l'usage d'une œuvre, l'auteur ou un ayant-droit doit au préalable la faire inscrire dans un registre centralisé et y laisser un moyen fiable de le contacter (et, dans le cas d'un logiciel, une copie du code source). Ceci assure qu'une œuvre orpheline (dont les auteurs ou ayant-droits ne se font pas connaître ou sont injoignables) puisse être librement utilisée tant qu'elle reste orpheline. (Justification : les œuvres orphelines sont la plus grande perte du Domaine Public : un projet comme Google Books rendrait un service beaucoup plus immense à l'humanité si on n'était pas obligé de considérer par défaut que la grande majorité des œuvres — qui sont ainsi orphelines — sont protégées.)
  7. Donner une reconnaissance légale au terme de Domaine Public, ou, mieux, Patrimoine Public, qui doit être considéré comme le patrimoine commun de l'Humanité. Instaurer une commission pour le défendre et le sauvegarder (notamment, pour éviter que les œuvres tombent dans l'oubli).
  8. Donner une reconnaissance légale ferme aux droits à la courte citation (s'aligner au moins sur le concept de fair use le plus large) et à la copie privée. Interdire toute perception d'une taxe sur la copie privée si la copie privée est volontairement rendue techniquement impossible ou excessivement difficile (en revanche, le principe général d'une taxe sur la copie privée est légitime si sa distribution est juste et qu'elle correspond à un droit réel et réellement exercé). Supprimer et interdire toute protection légale de mesures techniques (telles que mesures techniques de protection contre la copie) et reconnaître fermement le droit à l'analyse rétrograde (reverse engineering) ; noter que ceci ne signifie pas que les mesures techniques de protection doivent être interdites, simplement qu'elles ne doivent pas être protégées par la loi et qu'elles doivent exclure la perception d'une taxe sur la copie privée.
  9. Garantir un droit minimal à la reproduction d'une œuvre lorsque le monopole de reproduction est tombé à des héritiers de l'auteur (autrement dit, si l'auteur peut exercer son droit de repentir et faire supprimer l'œuvre complètement ou interdire sa diffusion, ses héritiers ne doivent que pouvoir en tirer un bénéfice financier). De même, garantir le droit au libre usage d'un brevet quel qu'il soit tant qu'il n'est pas fait dans un but commercial. Enfin, limiter les droits dont dispose l'architecte d'un bâtiment pour qu'il ne puisse pas faire obstacle aux travaux normaux souhaités par le propriétaire de ce bâtiment.
  10. Permettre à l'État de racheter les droits d'une œuvre jugée particulièrement importante pour la placer dans le Domaine Patrimoine Public (en dédommageant l'auteur ou ses héritiers) : rendre cette procédure obligatoire pour toute œuvre achetée par un musée (de sorte qu'on puisse librement photographier les tableaux des musées nationaux) et tout bâtiment public. Placer d'emblée dans le Patrimoine Public toute création financée essentiellement par l'argent public (comme c'est le cas aux États-Unis).

Je pense que l'adoption de ces mesures conduirait à une situation où le droit de la propriété intellectuelle du monopole de reproduction serait juste et équilibré, c'est-à-dire assurerait un financement aux auteurs et créateurs sans pour autant léser les droits de ceux qui bénéficient des œuvres. Maintenant il faudrait que je rédige ces propositions sous une forme plus claire, comme une sorte de manifeste pour un copyright équitable, avec un préambule expliquant les raisons de ce manifeste. En attendant, les commentaires sont les bienvenus.

(samedi)

Clinton et Obama sont dans un bateau

Je ne sais pas qui je préfère entre Madame Clinton et Monsieur Obama, mais j'aimerais bien voir un des deux être élu (en tout cas nettement mieux que le républicain même si je n'ai rien contre les frites), et j'ai peur que leur façon de se faire la guerre profite nettement à McCain. J'imagine bien un scénario dans lequel Obama aurait suscité les espoirs de tout un tas d'électeurs jeunes, indécis, indépendants, qui croiront en sa victoire jusqu'au moment où, finalement, Clinton aurait de justesse l'investiture démocrate, et ces électeur, dépités, ne se mobiliseraient pas et feraient gagner le troisième. Or il ne faudrait pas oublier que la différence de politique entre démocrates et républicains est bien réelle (alors que celle entre Clinton et Obama ressemble quand même plus à une différence de forme et de personnes).

Comme d'habitude, si vous voulez une prévision du résultat, le mieux est encore de faire confiance à la magie du libre marché, i.e. aux gens qui placent leur argent dans l'affaire, donc de regarder chez les bookmakers (il faut apprendre à lire le truc, cependant, parce qu'ils donnent des cotes et pas des probabilités : mais si on décode en termes de probabilités, ça ressemble au moment où j'écris à 47% de chances pour Obama, 33% pour McCain et 20% pour Clinton ; si vous pensez que c'est très faux, pariez sur la personne pour laquelle la proba vous semble le plus sous-estimée, vous aurez une espérance de gain positive et vous rendrez les chiffres plus justes ; on peut aussi comparer avec ce tableau-là, sachant que si les chiffres ne collent pas il y a de l'arbitrage à faire entre les deux). La magie de ce système de prévision, c'est que ça intègre tous les sondages, toutes les analyses d'experts, toutes les intuitions personnelles des gens, et l'expérience des élections passées indique que c'est fiable (tant que les analystes ne se mettent pas eux-mêmes à se baser là-dessus, sinon il y aura des bulles spéculatives).

Je me demande dans quelle mesure le résultat serait différent si on demandait aux électeurs de choisir d'abord entre démocrates et républicains puis à l'intérieur du camp en question ; voire les deux simultanément. C'est là un problème qui rend très difficiles les analyses mathématiques de méthodes de scrutin : non seulement il est notoirement impossible en général de tirer des ordres de préférence individuels un ordre de préférence collectif cohérent mais, pour commencer, les gens n'ont même pas un ordre de préférence cohérent à l'échelle individuelle puisqu'il répondent de façon différente selon l'ordre dans lequel on leur demande de faire les choix (ou, en fait, selon un nombre considérable de paramètres impossibles à analyser correctement).

Dans le même genre, quel aurait été le résultat des élections françaises de 2007 (et, avant, de 2002) si les législatives avaient été placées avant la présidentielle ? Ou si les deux avaient eu lieu simultanément ? On ne saura jamais, vraiment, mais je soupçonne que beaucoup de choses auraient été différentes, jusqu'au rôle conçu des les institutions. (Et c'est ce qui est constamment agaçant avec la démocratie : de voir à quel point les électeurs sont irrationnels et inconstants ; mais bon, je dis sans arrêt que la démocratie doit être imaginée comme un moyen — dont le but est de garantir du mieux qu'on puisse les droits individuels — et pas une fin.)

(mercredi)

Vous avez tout compris à la recherche, M. Attali

Rapport de la Commission pour la libération de la croissance française sous la présidence de Jacques Attali :

Objectif : Rendre notre recherche plus compétitive

Décision 29 : Financer d'avantage la recherche publique sur projet et à la performance.

Je ne me prononcerai pas sur le reste du rapport — parce que je n'aime pas parler de politique sur ce blog — mais il y a des choses qui me font bondir et sur lesquelles je suis assez compétent pour savoir à quel point elles sont ineptes. Je ne sais pas si le but avoué de celui qui a écrit ce qui précède était d'assassiner la recherche fondamentale (sans doute pensée comme pas assez productive, pas assez compétitive, pas assez performante : toutes ces qualités ne pouvant certainement être que celles de la recherche appliquée) ou s'il n'y a simplement pas pensé (autrement dit, je ne sais pas si c'est par malveillance ou ignorance que cette recommandation est faite), mais, disons-le clairement, il n'y a pas de pire fléau pour la recherche fondamentale que le fonctionnement « sur projet » et « à la performance ».

De quoi s'agit-il ? La recherche « sur projet » signifie qu'avant de travailler sur un problème donné, le chercheur doit rédiger un programme de recherche détaillant le problème sur lequel il se propose de travailler, défendant son importance, et quantifiant les moyens dont il a besoin pour ce travail ; ce programme passe devant une commission d'experts (d'autres chercheurs) qui évaluent sa pertinence et, si tout va bien, les crédits sont débloqués. Dit comme ça, ça ressemble à une bonne idée, et il y a certainement des domaines de l'entreprise humaine dans lesquels ç'en est une : croire que c'est le cas pour la recherche fondamentale revient à faire preuve d'une fantastique ignorance de ce que recherche fondamentale signifie. Ce n'est pas juste que les programmes en question (j'en ai vu, aussi bien du côté « demandeur » que du côté « expert ») sont un condensé de langue de bois et de pipo parce qu'il n'y a pas de moyen de faire autrement ; ce n'est pas juste que les formulaires prennent un temps délirant à remplir (temps qu'on ne passe pas à faire de la recherche, donc !) et un nouveau temps délirant à évaluer : tout ça n'est que la pointe de l'iceberg. Le vrai problème avec les « projets », c'est que ce n'est juste pas comme ça que fonctionne la recherche fondamentale : on ne cherche pas sous forme de « projets ».

Je me demande si les bureaucrates qui ont inventé ce mode de fonctionnement s'imaginent vraiment que Newton, Darwin, Turing, auraient découvert les lois de la mécanique, les mécanismes de la sélection naturelle, et les machines programmables universelles, en travaillant sur un projet qui aurait eu ce but (avec quoi pour financements ? une pomme ? un voyage aux Galápagos ?), mais ça me semble assez peu crédible (et j'aimerais bien voir les programmes qu'ils auraient écrits et les avis d'experts qu'ils auraient reçus ! aurait-on accepté ces idées ?). Alors évidemment on va m'accuser du syndrome de Galilée : tous les chercheurs ne sont évidemment pas des Newton, Darwin ou Turing — mais si on présuppose qu'on n'en aura pas, il est certain qu'on n'en aura plus.

Quant à l'évaluation de la performance, qui va avec la proposition, j'aimerais déjà qu'on m'explique ce que c'est que la performance d'un chercheur. La grande mode est de la mesurer avec des indicateurs bibliographiques numériques (un des derniers dans la série étant le h-number) qui partent tous de l'idée stupide que la qualité d'un chercheur peut se mesurer sous une forme ou une autre dans le graphe des citations des articles — c'est oublier que les articles ne sont qu'un moyen de communication scientifique, pas un système d'évaluation. Le problème est que quand on tente de mesurer quelque chose de fondamentalement impossible à mesurer, comme la performance d'un chercheur, on utilise des indicateurs qui sont par essence faux, donc falsifiables (par exemple, s'il s'agit de compter des citations d'articles, on incite les gens à se citer les uns les autres sans aucune raison scientifique), et qu'on donne des motivations extrêmement fortes à les falsifier, ce qui a un effet désastreux sur la science (multiplication inutile du nombre d'articles ou du nombre de pages de ceux-ci ou des citations ou de tout autre facteur qu'on aura décidé d'utiliser pour noter).

De même, proposer des bonus aux chercheurs « performants » peut sembler une bonne idée mais elle est catastrophique : (1) car elle introduit un esprit de compétition qui va à l'encontre des principes sains de la science (les chercheurs du monde entier doivent collaborer pas rivaliser), (2) car elle incite à la frilosité scientifique (pourquoi, en effet, chercher à faire des choses nouvelles et risquées plutôt qu'abattre les papiers faciles ?) et (3) car elle invite au mensonge (si le directeur de laboratoire a un pouvoir de décision sur l'argent que gagne le chercheur de l'équipe, il n'est plus un mentor bienveillant mais un chef face auquel on va chercher à se faire mousser) ; et avant tout, (0) elle passe à côté de l'idée que la grande majorité des chercheurs sont intellectuellement intéressés par ce qu'ils font, au point qu'un bon nombre continuent à travailler après leur retraite, et n'ont pas besoin de « carotte » supplémentaire pour avancer (au contraire, l'absence d'une telle carotte aide à faire que ceux qui s'engagent dans la recherche sont réellement motivés ! je ne dis pas qu'il faut mal payer les chercheurs, mais il me semble surtout important de leur éviter les tracas administratifs, les formulaires à remplir, les évaluations incessantes et autres nuisances de ce genre).

Je vois quotidiennement les méfaits de la recherche par projets alors je ne peux que me lamenter de voir ce mode de fonctionnement recommandé au président de la République. Mais la suggestion suivante me laisse aussi sans voix :

Décision 30 : Réformer le statut d'enseignant-chercheur.

[…] Recruter et financer (salaires, frais de fonctionnement et équipements) tous les nouveaux chercheurs sur des contrats de 4 ans. […] Aucun chercheur ne devra bénéficier de plus de deux (ou, exceptionnellement, trois) contrats de quatre ans successifs. Au bout de cette période, le chercheur pourrait évoluer vers un contrat à durée indéterminée de « directeur de recherche », vers une activité d'enseignement, ou vers l'entreprise privée.

Quand je vois la galère que bon nombre de mes amis ont vécue, en voulant s'engager dans la recherche, de devoir passer par un nombre incroyable de situations précaires (post-docs, ATER, etc.), pas forcément trop mal payées, mais qui font qu'on doit changer de résidence tous les deux-trois ans, au détriment de toute vie familiale, personnelle et affective, et parfois pour se retrouver le bec dans l'eau sans aucune possibilité de poste fixe (parce que les postes dans le public sont trop rares et ne tolèrent aucune originalité de parcours et parce que les entreprises privées n'ont aucun intérêt pour la recherche fondamentale), je suis sûr qu'ils aimeront beaucoup la suggestion de développer cette sorte de choses. Et tout le monde appréciera l'idée qu'on ne puisse faire que huit (ou exceptionnellement douze) ans de recherche : je ne sais pas si le principe sous-jacent est qu'après ça on a le cerveau trop ramolli ou quoi, mais je trouve bizarre de former des gens pendant vingt ou trente ans pour les employer pendant huit ans à ce à quoi on les a formés.

Ah, sinon, la suggestion de quadrupler les promotions de l'ENS (décision 24) me fait aussi bien rire : j'aimerais bien savoir où ils imaginent les accueillir. Et, de façon plus pertinente, vers où les orienter si on supprime les métiers de chercheur et qu'on sabre les postes d'enseignants.

(jeudi)

Petit épisode judiciaire : Guantánamo

Les séries télévisées américaines, qui ont un goût très marqué pour les scènes dans les cours de justice, ont un succès dans le monde entier et notamment en France, donc peut-être que cet épisode-ci, intitulé Boumediene vs. Bush et Al Odah vs. États-Unis d'Amérique, et malheureusement tiré de la vie réelle, suscitera un certain intérêt : le scénario est ici. Peut-être mérite-t-il quelques explications (fournies par la BBC, par exemple). Pour résumer brièvement les épisodes précédents, il s'agit de la bataille livrée pour faire reconnaître à la justice américaine que les prisonniers de Guantánamo ont des droits ; l'affaire est devant la Cour suprême de l'Union qui, dans une décision précédente (Rasul vs. Bush), la Cour avait estimé que le droit d'habeas corpus s'appliquait bien aux prisonniers détenus par les américains à Guantánamo, fussent-ils situés à Cuba : pour tenter de renverser ce jugement, l'administration avait fait voter par le Congrès des modifications au statut d'habeas corpus. Cette fois, les plaignants avancent (je simplifie, et sans doute mal) que comme ce statut est constitutionnel, il ne peut pas être retiré si facilement.

Les arguments détaillés des plaignants (et de la défense, c'est-à-dire de l'administration Bush) sont rassemblés sur cette page : même si on ne s'intéresse pas énormément au droit, ça vaut la peine d'y jeter un coup d'œil. La liste des amici curiæ pour les plaignants est, d'ailleurs, assez impressionnante : le Haut Commissaire des Nations-Unies aux Droits de l'Homme, près de 400 parlementaires européens, Amnesty International, le barreau américain, d'anciens juges fédéraux américains, d'anciens diplomates américains, des historiens du droit, la liste est longue de ceux qui ont déposé une note pour rappeler poliment aux juges où est le droit. J'espère qu'ils sauront l'écouter, même si je me désole de voir de nouveau que le fait d'être une démocratie (et se prétendre la plus vieille du monde) est loin de vouloir dire qu'on renonce à l'usage de la torture[#] (on pourrait faire une observation sur la France et l'Algérie, là, mais concentrons-nous sur le présent).

En attendant le verdict (qui prendra sans doute plusieurs mois, je ne sais pas pourquoi les juges ont besoin de tellement de temps), on peut lire la transcription des arguments oraux (le lien que j'ai donné plus haut) : je n'ai pas encore fini, mais j'en ai lu seulement la moitié, mais c'est assez fascinant, ça se lit vraiment comme un feuilleton. On voit tout de suite qui sont les gentils (le juge Stevens par exemple) et les méchants (le juge Scalia par exemple), et on se doute de l'homme sur lequel la décision va le plus dépendre (le juge Kennedy). Le suspens est terrible (surtout quand on attend dans cette position, bien sûr).

[#] Ou au sadomasochisme, peut-être ? Qui est quelque chose de très bien, mais seulement à condition que les deux parties soient consentantes.

(lundi)

Méthodes de vote du Conseil européen

[Petit résumé-rappel pour ceux qui ne suivent pas forcément très bien l'actualité : l'Union européenne fonctionne actuellement (et notamment pour ce qui est des votes au Conseil européen, qui m'intéressent ici) selon des règles institutionnelles décidées par le traité de Nice de 2001. Ces règles présentent un certain nombre d'inconvénients. Le traité constitutionnel, qui ne sera sans doute jamais ratifié, prévoyait un certain nombre de changements (notamment pour les votes au Conseil) : un certain nombre de dirigeants européens, dont Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, essaient de sauver certains de ces changements institutionnels, mais il y a des objections diveres.]

Je suis tombé récemment sur un article de la BBC qui, parlant de la méthode de vote utilisée au Conseil européen, évoquait le point de vue du président polonais Lech Kaczyński de la façon suivante :

Mr Kaczyński says he wants European leaders to discuss what he believes is a fairer alternative—calculating voting rights according to the square root of each country's population, rather than simply according to population.

J'ai été très surpris en lisant ça : je pensais que le concept de racine carrée (qui est tout à fait pertinent mathématiquement ici, comme je vais tâcher de l'expliquer) échappait totalement à la portée des hommes politiques (lesquels sont notoirement peu enclins à demander aux scientifiques de les éclairer même quand il s'agit précisément du domaine de compétence de ces scientifiques). Mais si les intérêts de la Pologne sont en jeu…

De quoi s'agit-il ? On doit décider des règles de vote au Conseil européen, c'est-à-dire des règles qui en fonction des votes des (dirigeants des) 27 pays membres pour ou contre une proposition (je crois qu'il n'y a pas d'abstention possible : l'abstention doit compter comme une absence de soutien à la proposition) détermine si celle-ci est adoptée. Comme les pays n'ont évidemment pas la même taille (comparer Malte et l'Allemagne…), on ne peut pas utiliser un vote simple donnant à tous les membres le même poids ; mais il ne s'agit pas non plus de voter simplement selon la population, cela donnerait trop de poids aux grands pays (et comme les règles doivent être adoptées à l'unanimité, les petits pays n'accepteront jamais cela).

Les règles actuelles découlent du traité de Nice (modifié par les traités d'accession élargissant l'Union à 25 puis 27 membres). Elles sont d'une complexité assez affolante. Chaque pays reçoit un certain nombre de voix : nombre qui croît avec la population, mais de façon assez irrégulière (et des susceptibilités ont été ménagées, par exemple la France, le Royaume-Uni ou l'Italie ont le même poids que l'Allemagne, 29 voix, alors que cette dernière a significativement plus d'habitants) ; au total il y a 345 voix. Pour qu'une proposition soit acceptée, il faut (et il suffit) qu'elle soit approuvée par des pays membres représentant :

Les règles proposées par le traité constitutionnel européen (vous savez, celui qui est parti à la poubelle) étaient plus simples : pour qu'une proposition soit acceptée, il faut qu'elle recueille l'adhésion de pays membres représentant :

Ces nouvelles règles auraient eu l'avantage de l'universalité (pas besoin de négocier un nombre ad hoc de voix quand un nouveau pays accède à l'Union), d'un peu plus de simplicité, et surtout d'une plus grande facilité à adopter une mesure. (Pour donner une idée, si les pays votent chacun en tirant à pile ou face indépendamment, une mesure est adoptée avec une probabilité de 2% avec les règles du traité de Nice, alors qu'elle l'est à presque 13% avec les règles du TCE : donc on peut en quelque sorte dire que c'est six fois plus facile avec ces nouvelles règles.) C'est ces règles-là (ou une variante à négocier, bien entendu) que Mme Merkel, M. Sarkozy et d'autres voudraient faire accepter. La raison pour laquelle la Pologne ou l'Espagne trainent des pieds est facile à comprendre : elles avaient dans les règles de Nice un nombre de voix important eu égard à leur population, les règles du TCE prévoient une règle pour les petits pays (exigence de 55% des pays membres), une autre pour les grands (exigence de 65% de la population), mais rien pour les pays « moyens ».

Je n'ai pas vérifié que la Pologne perdait effectivement du pouvoir (et combien) dans ce nouvel ensemble de règles… Il faut savoir qu'il y a des moyens mathématiques standard de mesurer le pouvoir, comme l'indice de pouvoir de Banzhaf, qu'on présente souvent comme la proportion, parmi les coalitions gagnantes (i.e., permettant l'adoption d'une proposition), de celles dont le membre considéré est un membre-pivot (s'il quitte la coalition, celle-ci cesse d'être gagnante) : cela revient aussi en gros à faire voter au hasard tous les membres (de façon équiprobable pour oui et non) et à regarder la probabilité que le vote du membre considéré soit déterminant sachant qu'avec lui la proposition est adoptée (on peut aussi faire un calcul en supposant que la proposition est rejetée, ou en ne supposant rien).

J'avais fait il y a longtemps des calculs pour les élections présidentielles américaines, concluant que, selon les règles qui sont en vigueur, les électeurs californiens avaient trop de pouvoir (contrairement à une opinion répandue qui veut que ce soient ceux des petits états qui en aient trop). Mais l'idée simple qui en résulte est que si on veut une représentation équitable, il faut effectivement que les poids soient répartis de façon proportionnelle à la racine carrée de la population (c'est-à-dire que je donne raison, sur le principe, à M. Kaczyński) : le raisonnement est en gros le suivant :

Ceci vaut aussi bien pour l'élection présidentielle américaine que pour le vote au Conseil européen.

Ceci étant, il n'y a pas de raison de ne pas demander des pondérations avec plusieurs systèmes de poids (comme c'est le cas actuellement, ainsi que je l'ai expliqué, et comme le prévoit aussi le TCE) : on peut demander une majorité sur les membres, une majorité sur la population et une majorité sur la racine carrée de la population (ou puissance ½ de la population). Du coup je me permets de soumettre à la sagacité des Grands de ce monde la règle madorienne de vote pour le Conseil européen, qui sont les suivantes :

Une proposition est adoptée selon la règle madorienne lorsque pour tout réel p compris entre 0 et 1 (au sens large), la proposition est soutenue par une certaine proportion (indépendante de p) des pays pondérés par la population à la puissance p : la proportion étant fixée à 55% pour les votes normaux, et à 2/3 pour ceux qui ne sont pas des propositions de la Commission.

Noter que la population à la puissance 0, c'est toujours 1, donc pondérer par la population à la puissance 0 revient à ne pas pondérer. La règle madorienne demande donc une majorité de 55% des pays, de 55% de la population, de 55% de la racine carrée de la population, mais aussi de 55% de n'importe quelle puissance p∈[0;1] de la population. Cela assure de ne léser ni les petits pays, ni les gros, ni les « moyens ». En pratique, vérifier pour p=0 et p=1 suffit dans beaucoup de cas à assurer tous les p intermédiaires, mais il faut parfois mettre quelques p supplémentaires, et ce sont des cas pas forcément absurdes (du genre : Allemagne France Italie Roumanie Pays-Bas Slovaquie Danemark Finlande Irlande Lithuanie Lettonie Slovénie Estonie Chypre Luxembourg).

Mettez-moi Angela Merkel au téléphone et je lui explique pourquoi ma proposition est géniale et va sauver l'Union européenne. ☺

(lundi)

J'aime l'avis des Français

Dépêche AFP (2007-06-11T19:22+0200) :

Seulement 25% des Français souhaitaient dimanche voir se constituer une majorité absolue de droite à l'Assemblée nationale. […] Sur l'ensemble des votants, 36% ont souhaité donner une majorité forte à Nicolas Sarkozy. […]

Pour autant, les perceptions de la future politique Sarkozy-Fillon sont contrastées. 69% pensent qu'elle sera "efficace", 66% "en rupture avec ce qui a été fait jusqu'ici", 61% "rassembleuse", 61% "juste" et 59% "capable de répondre aux vrais problèmes des Français". Mais 71% estiment qu'elle sera "autoritaire", 68% "trop portée sur la communication", 62% "trop médiatique", 61% "trop sûre d'elle-même" et 56% "concentrant trop les pouvoirs".

Manifestement il y a une chose qui n'étouffe pas les Français, c'est la cohérence. J'attends avec impatience le sondage qui nous montrera que 70% des Français trouvent qu'on paie trop d'impôts et 45% pas assez, que 60% pensent qu'il y a trop de fonctionnaires et 65% pas assez, que 85% voudraient travailler plus et 90% travailler moins, et que 80% pensent que les sondages contiennent trop de questions stupides et 75% pas assez. Et surtout j'attends les exégèses de ce sondage, après.

(vendredi)

Dernières réflexions sur la présidentielle

Les élections, c'est un peu comme le Noël des petits : on les attend avec impatience, on pense au cadeau qu'on va peut-être avoir, et quand c'est fini, qu'on ait eu ce qu'on espérait ou non, on est vaguement hébété de se rendre compte que c'est déjà fini et qu'on est revenu à la routine quotidienne.

Je pense à tous les Français qui seront déçus, après-demain : ceux qui auront vu leur candidat(e) préféré(e) perdre alors qu'il/elle leur semblait certain(e) d'être élu(e), ceux qui auront voté pour le/la « moins pire » et qui verront le/la « pire » accéder au pouvoir, ceux au contraire qui se rendront compte que le/la « pire » n'était pas forcément celui/celle qu'ils pensaient, ceux qui passé leur bonheur immédiat de voir leur candidat(e) victorieux/-se s'apercevront qu'ils ne l'aiment pas tant que ça, ceux qui auront voté blanc ou se seront abstenus et qui le regrettont, ceux qui n'auront pas voté blanc et qui le regretteront aussi. Sans doute n'y aura-t-il pas que des déçus, mais il y en aura une bonne vingtaine de millions au bas mot (bien plus si on compte tous ceux qui auront voté au premier tour pour un autre candidat que celui/celle qui sera finalement élu(e)) : et la pensée des millions d'heureux ne me fait pas oublier la tristesse des autres. Malgré les promesses des deux candidats (voire du troisième larron) d'être des candidats qui rassemblent, je vois surtout dans les élections le triste spectacle de la division et du déchirement. Un passage obligé pour la démocratie, mais qui promet des lendemains douloureux — pour cinq ans. Victrix causa diis placuit, sed victa Catoni : au-delà de mes opinions politiques propres, je me sens un peu Caton.

(Je pense surtout à l'élection présidentielle, là, parce que les vaincus n'ont rien. Lorsqu'on élit une assemblée, il reste toujours quelques miettes à l'opposition : mais un poste pour un seul homme, væ victis !, on l'a ou on ne l'a pas, et avoir eu 49% des suffrages est tout pareil qu'avoir eu 5%. C'est une de mes raisons de trouver fort irritant qu'on élise le président avant le parlement — ça incite à l'écrasement des perdants.)

Ce que les élections ont de bien, en revanche, c'est qu'avec le nombre faramineux de sondages qui sortent on en apprend plus sur la sociologie du pays que jamais autrement. Les moins de 30 ans, les cadres, les fonctionnaires, les diplômés du supérieur et les lecteurs de Télérama vote(ro)nt nettement pour Royal, tandis que les plus de 75 ans, les femmes au foyer, les retraités, les non bacheliers et les lecteurs du Point vote(ro)nt nettement pour Sarkozy. Apprend-on de diverses enquêtes d'opinion. M'enfin, ça fait encore de la division, et c'est aussi le triste signe du déterminisme social.

Parlant de déterminisme, il y en a un dont j'aimerais comprendre la raison et l'ampleur, c'est le fameux effet d'entraînement dont on nous parle entre la présidentielle et les législatives. Il me laisse profondément perplexe parce que j'ai entendu des gens déclarer qu'ils voteraient aux législatives contre le parti du président élu quel qu'il soit (de façon à équilibrer les pouvoirs), et évidemment d'autres avoir un avis fixe de toute façon, mais je n'ai entendu personne déclarer qu'il voterait pour le parti du président — qui sont donc les électeurs qui ont ce comportement ?

Il faudrait faire l'expérience suivante : récupérer les données, commune par commune, du premier tour de la présidentielle, les regrouper par circonscriptions, faire semblant qu'il y a autant de candidats députés que de candidats à la présidentielle et qu'ils obtiennent les mêmes voix au premier tour, maintenir au second tour les candidats qui peuvent y rester (c'est-à-dire ceux ayant obtenu les voix d'au moins le huitième des inscrits : c'est la différence essentielle avec la présidentielle où seuls deux candidats peuvent se présenter au second tour) et faire les reports de voix qui semblent plausibles en version des sondages actuels (le second tour de la présidentielle permettra de les affiner) ; cela permettrait de constituer une assemblée de référence qu'il faudra comparer avec celle qui sera effectivement élue en juin — on saurait ainsi quelle est au juste l'ampleur de l'effet d'entraînement et de l'inversion de calendrier électoral.

(lundi)

Éco-participation : la fin des prix TTC ?

Depuis le 15 novembre dernier, la France s'est dotée [décret nº2005-829 du 20 juillet 2005 (NOR: DEVX0400269D)] d'une nouvelle taxe sur les équipements électriques et électroniques, histoire de payer leurs frais de recyclage. Je suppose que c'est une bonne chose, en tout cas, je n'ai pas à m'en plaindre. (En revanche, je me plains beaucoup du fait qu'on manque totalement d'informations sur ce qu'on est supposé faire, en pratique, des vieilles cartes d'ordinateurs, des vieux disques durs, etc., dont on veut se débarrasser ; pour l'instant, je les accumule sans les jeter, ce qui me semble encore le plus simple. Mais ce n'est pas ce dont je veux parler ici.)

Ce qui m'horripile surtout, c'est que depuis que cette taxe a été créée, les vendeurs, sans doute pour ne pas donner l'impression d'avoir augmenté leurs tarifs, ne l'incluent pas dans les prix marqués. On voit donc fleurir des petites étiquettes prix hors éco-participation, des lignes supplémentaires sur nos tickets de caisse, etc. Je trouve ça absolument inadmissible : lorsque je vois un prix affiché chez un commerçant, je m'attends à ce que ce soit le prix net que je doive payer, toutes taxes comprises. (Et c'est quelque chose qui m'insupporte, par exemple, aux États-Unis, de ne jamais savoir exactement combien quelque chose coûte, parce qu'il faut toujours ajouter une taxe de vente dont on ignore le montant ; enfin, le pire c'est encore les restaurants puisqu'il faut aussi ajouter un service qui n'est pas marqué.) D'ailleurs, lorsque je fais les courses, je sors parfois la monnaie exacte avant la caisse, pour gagner du temps : il importe pour cela que les prix soient corrects, et connus de moi, au centime près, d'après les étiquettes en rayon.

De toute façon, ce n'est pas seulement moi qui condamne ça, puisque l'arrêté du 3 décembre 1987 relatif à l'information du consommateur sur les prix (NOR: ECOC8700137A) stipule : Toute information sur les prix de produits ou de services doit faire apparaître, quel que soit le support utilisé, la somme totale toutes taxes comprises qui devra être effectivement payée par le consommateur, exprimée en monnaie française. Comment se fait-il que cette nouvelle taxe fasse exception ? (Peut-être justement que ce n'est pas une taxe mais un autre gadget législatif ou réglementaire inventé pour l'occasion. Toute personne sensée appellera quand même ça une taxe.)

Peut-être les commerçants n'ont-ils pas été prévenus à temps que la taxe entrait en vigueur : dans ce cas, il faut critiquer la manière dont le gouvernement prend des dispositions sans prévenir suffisamment à l'avance pour qu'elles soient correctement appliquées. J'imagine aussi (même si je ne vois pas d'instruction claire dans le décret) qu'il est imposé que le montant de la taxe soit indiqué quelque part explicitement (ce n'est pas toujours le cas, hélas) : personnellement, je m'en fous, mais je tiens à ce que le prix total soit clairement indiqué. Et force est de constater que ce n'est pas le cas.

(dimanche)

Notreprésident

[Un visage]

(lundi)

Ratiocinations intempestives politiques

Je parle rarement de politique ici, alors je vais en faire un peu pour une fois (tout en tâchant de garder la neutralité de rigueur du devoir de réserve® du fonctionnaire).

On commence par une prévision, c'est sur ce qui va se passer en 2007, parce qu'on m'a dit de l'écrire dans mon blog pour qu'on puisse se moquer de moi après coup. Je la fais pas tellement parce que j'y crois que parce que personne d'autre ne semble accorder ne serait-ce qu'une seconde d'attention à ce scénario : il s'agit d'imaginer que M. Sarkozy soit élu président de la République mais qu'aux législatives qui suivent son parti, l'UMP, perde nettement face au PS, donnant une nouvelle cohabitation (où le Premier ministre aurait des chances assez importantes d'être, par exemple, M. Strauss-Kahn). Je ne dis pas que je considère ce scénario comme très probable : mon pipotron lui donne environ 35% de chances de se réaliser, contre, disons, 30% pour une victoire du PS aux deux élections, 20% pour une victoire de l'UMP après l'élection de M. Sarkozy, et 15% pour n'importe quelle sorte de scénario un peu exotique (par exemple, une absence de majorité absolue à l'assemblée). Bref, je ne me mouille pas trop : mais je m'étonne de voir qu'on me traite parfois d'illuminé de la simple évocation de ce cas de figure. Rapidement, je dirais que les raisons de penser qu'il n'est pas invraisemblable sont que (1) M. Sarkozy est assez populaire, mais il l'est à titre individuel, son parti, lui, ne l'est pas énormément (et a subi un revers considérable lors des dernières élections), (2) l'adversaire principal qu'on lui désigne généralement, Mme Royal, pourrait échouer à obtenir l'investiture de son parti à cause d'une division interne du PS (ou pour d'autres raisons : on a évoqué, par exemple, la possibilité de bourrage d'urnes depuis que le parti a autorisé des inscriptions « internet » à bas prix permettant néanmoins de voter dans les primaires), (3) une dispersion des voix, plus probable à gauche qu'à droite, pourrait conduire à l'élimination des candidats de gauche au premier tour de la présidentielle, typiquement au profit de l'extrême-droite comme en 2002, alors que cette élimination a peu de chances de se produire de façon significativement répétée sur les législatives, (4) les Français n'ont tout simplement jamais reconduit une majorité à l'Assemblée nationale depuis 1981, (5) les Français ne semblent pas fondamentalement hostiles à la cohabitation, lorsqu'on leur pose la question directement (dans un sondage) ou indirectement (lors d'une élection législative, en '86, en '93 et en '97), (6) s'il est vrai qu'ils pourraient être réticents à voter coup sur coup pour une assemblée de couleur politique opposée à celle du président, ils seraient aussi probablement réticents à reproduire le scénario de 2002 qui donne actuellement un exécutif dont l'impopularité est exceptionnelle. Bref, toutes ces raisons ne font peut-être pas un cas hautement probable, mais au moins digne d'être pris en considération, or je n'ai entendu personne, ni homme politique ni analyste de quelque sorte que ce soit, ne serait-ce qu'évoquer cette possibilité. Je trouve ça étrange, qu'on ferme autant les yeux dessus.


Passons. Parler de cette élection m'amène à évoquer un point de programme qui est partagé par les deux principaux candidats et qui me semble, pour le dire tout de suite, absolument révoltant, c'est l'idée d'établir un service civique obligatoire pour les jeunes (ici le projet socialiste, là une présentation de celui de M. Sarkozy). Des blogueurs ont déjà argumenté de façon convaincante contre cette idée : ici par exemple, ou , ou encore , rien pour ce qui est des aspects économique du projet, donc pas la peine que je reproduise ces arguments ; de toute façon, je pense qu'il est irréalisable, c'est une promesse électorale vaseuse qui n'engage que ceux qui y croient et qui est destinée à séduire à la fois toutes sortes de gens qui s'imaginent qu'il faut inculquer quelques saines valeurs à cette jeunesse désorientée, un thème qui fait recette depuis Mathusalem — mais dans les faits, ça restera une promesse vide parce qu'il y aurait une terrible levée de boucliers et parce que l'individualisme est quand même bien ancré dans les mentalités : personne ne se risquerait à perdre l'électorat potentiel de cette jeunesse censément désorientée ; et aussi, plus simplement, parce que ce serait impossible de trouver l'encadrement nécessaire ; il sera, de toute façon, bien commode après les élections de prétexter que l'argent manque (ce qui est vrai) ou que c'est juridiquement impossible (c'est contraire à la Constitution et à tous les protocoles sur les droits de l'homme). En gros, on aménagera les possibilités de service civique volontaire (ce qui me semble une très bonne chose, là, surtout si on trouve un moyen d'améliorer la compatibilité avec les cursus universitaires) et on oubliera discrètement le côté obligatoire (là aussi, je m'en réjouirai, car c'est uniquement cet aspect-là qui me pose problème).

Ce qui m'inquiète, c'est, plus que le projet lui-même (dont je viens d'expliquer qu'il ne sera sans doute jamais réalisé), le fait qu'il puisse être avancé sans que ça fasse broncher qui que ce soit. Car, je suis désolé, si ce projet viole toutes les conventions sur les droits de l'homme, ce n'est pas pour une question de forme ou pour un problème technique : c'est qu'il s'agit vraiment d'une violation des droits de l'homme, de forcer quelqu'un à travailler (je pourrais sortir le mot esclavage, là, mais ça ne convaincra que ceux qui ont déjà compris, donc évitons-le), et si le service militaire obligatoire est vu comme une exception historique pour nécessité d'État (que je conteste, d'ailleurs, et je suis bien content qu'il ait été supprimé en France) et si l'éducation obligatoire est agrémentée de sauvegardes importantes (plus obligatoire au-delà de 16 ans, et en-deçà les parents ont le choix du mode d'éducation qu'ils veulent donner à leurs enfants), ce n'est pas un hasard. Une fois qu'on considère qu'un individu est adulte est responsable, on doit admettre qu'il est seul maître à décider de ce qu'il fait de sa vie. C'est très dur pour les gens qui aiment tant mettre leur nez dans les oignons des autres.

Ce qui me fait peur, donc, c'est qu'on puisse proposer une mesure qui va directement à l'encontre d'une liberté individuelle fondamentale, et que ça fasse, finalement, aussi peu de remous. (Et une fois de plus, je me lamente que des gens confondent systématiquement machintruc est une bonne chose et ‹rendre machintruc obligatoire› est une bonne chose… mais je vais y revenir.)


Le problème, avec les libertés individuelles, ou, dans un autre angle, avec le droit des minorités, c'est qu'il faut les protéger y compris contre la majorité. C'est pour ça que la démocratie, qui est, empiriquement, la forme de régime politique la plus respectueuse des droits individuels (‹remous sur les bancs des libertaires du fond de la classe›), est aussi potentiellement dangereuse : car il est difficile, dans un système de gouvernement qui prétend donner le pouvoir à la majorité, de protéger les libertés des individus ou des minorités même contre les décisions de la majorité. C'est pour ça que nous avons des juges, et c'est pour ça que la justice est censée être indépendante du suffrage universel, et c'est pour ça que j'enfonce des portes ouvertes, aussi. Toujours est-il qu'il y a une chose qui m'effraie, c'est qu'on piétine ces libertés individuelles à grandes acclamations de la vox populi, vox dei, à grands coups de sondages et de mesures populaires (et, puisque les gens confondent systématiquement être souhaitable et être souhaitable qu'il soit obligatoire ou être indésirable et être souhaitable qu'il soit interdit, on peut leur faire avaler toutes sortes de salades). Je ne suis pas sûr que les moyens de communication que nous avons en ce début de XXIe siècle soient toujours complètement un progrès pour la liberté : j'avais d'ailleurs déjà ranté à ce sujet.

L'autre problème, apparenté, c'est qu'on s'imagine qu'on a fait des progrès dans la liberté de X en voyant qu'on a fait des progrès dans la technique de X. Ceci vaut particulièrement si X = la communication. La situation de l'Internet en Chine semble bien montrer que cet outil de communication, qui peut certes devenir un outil de liberté, ne l'est que si on veut qu'il le soit, pas automatiquement (et vlan ! une autre porte ouverte copieusement enfoncée à la hache bénie +2). L'ennui, c'est qu'on confond les deux.

J'ai peur, en fait, qu'on se dirige vers une société toujours plus despotique, mais d'un despotisme non pas d'une oligarchie mais de la majorité bien-pensante, dont les outils de communication, toujours plus développés, deviendraient des outils d'ostracisme des déviants de toutes sortes, en même temps qu'on se féliciterait bien haut que la liberté ne cesse de progresser, comme si la liberté d'expression se mesurait en mégabits par seconde.


Zut, j'ai encore ranté, et je n'ai pas été clair. Tenez, ce n'est pas vraiment le sujet (en même temps, je n'ai pas arrêté de faire des coqs-à-l'âne, alors le sujet…), mais dans un pays toujours plus en avance que nous pour ce qui est des reculées sociales, voilà ce que ça peut donner, le despotisme du bien-pensant.

(vendredi)

Scrutin par arbre

J'ai un intérêt particulier pour les modes de scrutin et d'élection (intérêt qui a été renouvelé en 2002 pour les raisons qu'on sait). Normalement, pour une élection d'une seule personne (par exemple s'il faut envisager une bonne façon d'élire le président de la République, en France), je recommande le scrutin par assentiment (qui consiste simplement à laisser chaque électeur voter pour le nombre de candidats qu'il souhaite — mais au plus une seule fois pour chacun — et à nommer celui qui a le plus de voix) ; en principe je trouve que le scrutin idéal est celui que j'appelle Condorcet-Nash[#], mais il est inapplicable en pratique car trop complexe (et difficile à expliquer) et politiquement inacceptable car elle fait intervenir une part de hasard, donc le scrutin par assentiment me semble être the next best thing. Ce mode de scrutin a néanmoins une caractéristique qui le rend peu souhaitable dans certains contextes : il favorise fortement les centristes.

Voici une autre proposition, à laquelle je n'ai pas sérieusement réfléchi, et qui a probablement des inconvénients majeurs, mais qui n'a pas cette propriété de favoriser le centre, et qui a aussi la vertu de ne pas pénaliser la multiplication des candidats. J'appelle cela le scrutin par arbre (ou éventuellement par post-primaires car il revient à intégrer tout un système de primaires dans l'élection).

L'élection se déroule en trois étapes. Dans la première, les candidats se désignent ; probablement il y a des conditions administratives (du genre, des signatures d'élus à obtenir, si on parle de l'élection du président de la République française), mais cela ne nous concerne pas ici.

La seconde étape est celle des tractations d'alliances. La liste des candidats est maintenant fixée, mais ils ont le droit de former des nœuds, qui sont des sortes d'alliances. Si un certain nombre de candidats sont tous d'accord entre eux, ils peuvent faire enregistrer un nœud entre eux : une fois que c'est fait, ce nœud ne pourra pas être défait. Une fois le nœud constitué, il peut lui-même entrer en alliance (sous condition d'accord de tous les candidats du nœud) avec d'autres nœuds ou d'autres candidats individuels pour former de nouveaux nœuds « au-dessus » du nœud déjà formé ; ou encore des candidats à l'intérieur du nœud peuvent former des nœuds « au-dessous » du nœud déjà formé ; en revanche, il n'est pas permis de former des nœuds entre une partie d'un nœud déjà formé et (tout ou partie d')un autre : autrement dit, il doit toujours y avoir emboîtement entre les nœuds, ou, si l'on veut, mathématiquement, ces nœuds doivent former un arbre dont la racine est fictive et dont les feuilles sont les candidats.

Par exemple, on pourrait imaginer que l'ensemble des candidats de gauche forment un nœud ensemble, et l'ensemble des candidats de droite en forment un autre (évidemment il y aurait des polémiques sur le fait d'inclure ou non l'extrême-droite dans ce nœud !) ; si ces deux nœuds se constituent, il devient possible de former des sous-nœuds entre candidats de gauche ou entre candidats de droite, mais jamais entre certains de l'un et certains de l'autre. On peut aussi certainement imaginer que les candidats d'un même parti (je rappelle qu'un des intérêts du mode de scrutin est qu'il ne pénalise pas un parti qui présenterait plusieurs candidats !) décident de former un nœud, qui pourrait ensuite former des sur-nœuds avec des partis proches. Bref, on a compris le principe.

Cette étape de tractations ne fait pas du tout intervenir les électeurs, uniquement les candidats, qui déposent des actes de formation des nœuds auprès de l'autorité contrôlant l'élection (il faudrait voir si on publie ça immédiatement ou à la fin de l'étape, mais de toute façon cela sera connu). On constitue, donc, un arbre des candidats, partant d'une racine fictive (l'ensemble de tous les candidats), qui a à partir d'elle une branche vers chaque nœud de plus haut niveau, lesquels ont à nouveau des branches vers les nœuds intérieurs, et ainsi de suite jusqu'aux candidats individuels. L'arbre est représenté de façon graphique sur les bulletins de vote qu'on distribue (ou au moins dans le matériel électoral).

L'élection proprement dite, qui est la troisième étape, se fait alors de façon très simple, et en un seul tour : chaque électeur choisit un candidat, et c'est tout. Pour déterminer qui remporte l'élection, on reporte chaque voix à la fois sur le candidat pour lequel elle s'est exprimée mais aussi pour chaque nœud dont elle fait partie, à tous les niveaux jusqu'à la racine de l'arbre (qui reçoit, fictivement, la totalité des suffrages exprimés) ; puis, en partant de la racine, on descend dans l'arbre en choisissant à chaque nœud la branche qui part vers le sous-nœud ayant obtenu le plus de voix. Par exemple, si les candidats X, Y et Z ont obtenu respectivement 25%, 35% et 40% des suffrages exprimés mais que X et Y avaient préalablement formé un nœud, alors ce nœud est crédité de 25%+35%=60% des voix, dont on choisit l'élu parmi ses candidats, et c'est Y qui est élu. On peut aussi dire que cela revient à proposer à l'électeur le choix entre les grandes branches (par exemple, gauche/droite, ou gauche/droite/extrême-droite, ou que sais-je encore), puis, à l'intérieur de la branche qu'il a choisie, entre les sous-branches, et ainsi de suite jusqu'au candidat individuel, et on fait l'élection de la même manière.

Il est certainement vrai (et sans doute critiquable) qu'une part énorme de l'élection tient en fait dans l'étape de tractations d'alliances. D'un autre côté, cela est certainement aussi vrai d'autres systèmes électoraux couramment utilisé. En fait, je pense que ce scrutin par arbre, s'il n'est peut-être pas approprié pour élire une personne, l'est peut-être pour faire un choix entre des décisions à prendre, au nombre de plus que deux (par exemple, si une assemblée doit prendre une décision un peu complexe, on peut imaginer qu'elle voterait avec ce mode de scrutin entre des propositions-candidats, c'est-à-dire des propositions appuyées par un membre de l'assemblée en question qui prendrait les responsabilités de former les alliances dans la deuxième étape du processus que j'ai décrit).

[#] Je décris très sommairement cette méthode de façon à être compréhensible par les mathématiciens : il s'agit pour chaque électeur de définir son ordre de préférence entre les candidats, puis on forme une matrice de gains qui donne au candidat X contre le candidat Y le nombre de voix ayant préféré X à Y moins le contraire ; d'après un théorème de von Neumann, cette matrice a une stratégie gagnante, qui dans le cas typique est unique : on choisit alors le gagnant de l'élection selon la stratégie en question (quitte à tirer au hasard, avec les probabilités qu'elle dicte, si elle n'est pas pure, c'est-à-dire, s'il n'y a pas de gagnant de Condorcet). Cette méthode est optimale exactement en ce sens que la stratégie utilisée est optimale : tout autre mode de scrutin provoque statistiquement plus de mécontents. [Ajout () : ce système est considéré ici.]

(dimanche)

L'argent du contribuable, l'argent du consommateur

Il m'arrive assez rarement de regarder la télé. Ce soir, dans un moment de désœuvrement (je ne suis pas allé travailler, parce que j'ai cru qu'on ne me laisserait pas entrer dans mon bureau), je l'ai allumé, et je suis tombé sur l'émission Capital consacrée au patrimoine de l'État (le mobilier national). I.e., on parle beaucoup de l'argent du contribuable, de la manière dont il est employé, du train de vie des ministres (est-il excessif, etc.).

Je suis tout à fait favorable à ce genre d'enquêtes et à la transparence dans ce domaine (l'exemple de la Suède, proposé dans un des reportages, était d'ailleurs fort instructif pour ce qu'on peut atteindre en matière d'économie et de transparence). Mais il y a une chose que je n'ai jamais bien comprise, c'est l'obsession pour l'argent du contribuable par rapport à l'argent du consommateur.

Je m'explique. Une partie de l'argent que je dépense va dans les caisses de l'État, que ce soit par les impôts directs ou par des taxes ; en « échange » (plus ou moins) de cet argent, je reçois des services de l'État. Une autre partie, nettement plus importante, de l'argent que je dépense, va dans les caisses de groupes privés (typiquement, des entreprises), et en échange je reçois différents services ou différents biens de consommation. Dans le premier cas, on parle de mon argent en tant que contribuable, dans le second, en tant que consommateur. Une partie de l'argent du contribuable sert à payer ce que les reportages appellent les ors de la République, les voitures et appartements de fonction des ministres, ce genre de choses ; mais une partie de l'argent du consommateur sert aussi à payer des choses de ce genre : les voitures et appartements des dirigeants des entreprises. Personnellement, je ne vois pas fondamentalement la différence. Or il me semble que pour ce qui est de l'argent public, le niveau de transparence est loin d'être aussi mauvais que pour l'argent privé : il n'est certes pas facile de savoir où vivent les ministres et combien ça coûte au contribuable, mais il est encore plus difficile de savoir où vivent les PDG et combien ça coûte au consommateur, et quand un ministre a un appartement jugé trop luxueux, payé par l'État, et que la presse le révèle, au moins, il est forcé à démissionner, alors que pour un PDG je n'ai le souvenir d'aucune histoire de ce genre (même s'il y a ponctuellement des petits scandales, mais uniquement sur des épiphénomènes locaux). Pourtant, moi, je ne me sens pas vraiment plus gêné par un cas que par l'autre. (Et je précise que je cite les grosses voitures comme un exemple anecdotique : je parle de transparence financière en général.)

La réponse classique serait de dire que je n'ai pas le choix de payer des impôts alors que j'ai le choix d'acheter mes yaourts dans la marque X ou Y. Je trouve ça assez pipo : premièrement, je fais mes achats dans la grande surface la plus proche de chez moi et je n'ai pas de choix à ce sujet (les autres sont trop loin), donc ce que je paie à Champion est exactement pareil qu'un impôt, de mon point de vue, et deuxièmement, de toute façon, je n'ai pas assez d'information pour savoir si l'argent est mieux dépensé quand il rentre dans les caisses de la marque X que de la marque Y, car aucune ne fait preuve de la moindre transparence quant à sa gestion de ses recettes.

Et bizarrement, ça semble normal à la plupart des gens : autant l'État est perçu comme quelque chose qui doit être sous le contrôle de tout le monde (la République est, étymologiquement, la chose publique), sinon les citoyens-contribuables protestent, autant un organisme privé a, moralement, le droit d'être opaque, et ses clients-consommateurs ne s'en offusquent pas, ils regardent juste l'argent qui entre et le service qui sort et considèrent le reste comme une boîte (pun unintended) noire. Attention, je ne dis pas forcément que les entreprises devraient avoir une obligation légale de transparence financière vis-à-vis de leurs clients ! Rendons à César ce qui est à César, à l'État ce qui est la loi : je dis que je trouve malsain de la part de la société de tolérer d'acheter des biens à des fournisseurs dont elle n'exige pas la transparence financière la plus totale, alors qu'elle l'exige des gouvernants de l'État. Malheureusement, ce n'est pas quelque chose qui semble en passe de rentrer dans les mœurs, que de refuser d'acheter un produit lorsque celui à qui on l'achète n'est pas en mesure de fournir un compte-rendu détaillé de ce qu'il va faire avec l'argent qu'on lui verse. (Et je souligne que je me place volontairement dans la situation du client face à un fournisseur et pas de l'actionnaire : car il semble mieux compris que l'actionnaire peut exercer un contrôle sur le groupe dont il est actionnaire, alors qu'il n'y a pas vraiment plus de raison que pour le client. L'actionnaire a le pouvoir de vote dans les assemblées générales, mais le client a le pouvoir de refuser d'acheter, et c'est un contrôle censément au moins aussi efficace.)

Le commerce équitable est un début de réponse, mais il met la charrue avant les bœufs : c'est surtout le commerce transparent que je voudrais voir. Et jusqu'à présent, je n'ai jamais vu un yaourt qui comporterait une étiquette détaillant, à côté des ingrédients (et de façon contractuelle !) la répartition du prix de ce yaourt. S'il y a des associations de consommateurs qui militent pour forcer l'apparition de telles mentions, j'adhère.

(dimanche)

Mitterrand et Mylène

[Affiche « Génération Mitterrand »]Tout le monde a déjà dit et écrit tant de choses sur Mitterrand, en notamment à l'occasion du dixième anniversaire de sa mort, que je me garderai bien d'en rajouter sur l'homme politique, et ce d'autant plus facilement que je n'ai pas grand-chose à dire : ses réformes politiques qui me paraissent admirables, comme l'abolition de la peine de mort, elles ont été menées dans les toutes premières années de son « règne », et j'étais bien trop jeune pour m'intéresser à la politique en 1981. (D'ailleurs, la première fois que j'ai voté c'était pour la présidentielle de '95, donc précisément à la fin de son deuxième mandat.)

Ce qu'il semble le plus évident à dire, et assez incontestable, c'est qu'il était d'une très grande intelligence et qu'il a marqué son temps. Car ceux qui sont nés, ou ont passé l'essentiel de leur enfance, pendant ces quatorze années de 1981 à 1995, portons volens nolens le nom collectif de Génération Mitterrand : aucun autre président français ne laisse son nom à une classe d'âge. Du coup, le 8 janvier 1996 (je me rappelle très bien le moment où j'ai appris sa mort : nous étions en cours de physique quand un ami me l'a dit), je n'ai pas éprouvé une grande tristesse mais j'ai eu le sentiment qu'un symbole de ma jeunesse venait de passer. (D'accord, il y a un peu d'une interprétation a posteriori dans ce que j'écris là, mais c'est tout de même assez vrai.) Déjà en '95 on devait s'habituer à ce qu'un autre que lui puisse être président, c'était assez étrange.

Mais c'est surtout le mystère de ses contradiction, probablement, qui fascine. Certainement chaque homme a ses contradictions, et certainement la vie politique les met en lumière de façon aiguë, mais Mitterrand semble avoir cultivé leur mystère a un point très particulier (en tout cas à partir de 1981) : il n'est pas un compliment qu'on puisse lui faire qui ne doive aussitôt être suivi par une nuance d'ombre, et pas un reproche qui ne soit à nuancer d'une part de lumière. Tous les ingrédients sont rassemblés pour qu'il puisse avoir des fans inconditionnels (comment s'appelle, au fait, ce film qui dépeint justement une jeune fille totalement folle de Mitterrand ? ah, on me répond dans les commentaires : Tontaine et Tonton).

Une autre qui cultive le mystère (mais d'une tout autre manière !) et dont on parle en ce moment, c'est Mylène Farmer. J'ai du mal à voir ce qui, globalement, explique l'engouement qu'elle provoque, à part le mystère à la fois autour de sa personne et dans ses chansons. Isolement de la chanteuse : tour d'ivoire — la métaphore de Sainte-Beuve ne s'est jamais aussi parfaitement appliquée — dont je soupçonne fortement qu'elle n'est pas tant due à un besoin personnel d'intimité (les vedettes qui ont ce besoin réagissent de façon assez différente à la célébrité) mais plutôt à une volonté de paraître énigmatique. Caractère mystérieux des paroles : c'est très poétique, cela suggère plein de choses, mais, globalement, ça ne veut vraiment rien dire, donc chacun peut comprendre ce qu'il veut. Je précise que j'aime bien l'essentiel de ce qu'elle fait (mais j'aime bien, c'est tout).

En revanche, je ne saisis absolument pas pourquoi elle s'est imposée aussi évidemment comme une égérie gay : rien dans le contenu de ce qu'elle écrit, pour autant que je sache, ne le laissait particulièrement présager. Dans mon propre esprit, l'association mentale existe parce que j'ai (inévitablement !) découvert sa musique au moment où j'ai commencé à découvrir le milieu homo. Et c'est inquiétant parce que, comme le disait cyniquement un ami à moi : Le jour où, comme Dalida, elle va se suicider, on aura une énorme vague de mortalité chez les pédés français. Mais bizarrement, je l'imagine assez bien, elle, mourir sur scène, devant les projecteurs, d'une mort bien orchestrée. Et emportant son secret avec elle, pour que les exégètes puissent s'étriper encore longtemps après sur ce qu'elle était vraiment.

(Sunday)

Gratuitous Literary Fragment #64 (life of Brian)

I was born on that thoroughly unmomentous day in the summer of 1928 when fifteen nations sought to outlaw war forever: my father—who was a pacifist—read this as a sign and named me Brian. The irony of it, which became so painfully obvious on my eleventh birthday, has never ceased to pursue me. Blood, toil, tears, and sweat, the new Prime Minister soon offered us. A faithful promise indeed: both my parents died in the Blitz. Was this the love that asks no question, the love that stands the test, that lays upon the altar the dearest and the best? Still, some bitter years later, we were victorious: so on V-day along with all others I cheered the royal couple and Winston Churchill at Buckingham Palace, and along with all others I chanted God Save the King. We were victorious, I thought as the first A bomb exploded, but who exactly were we and what did this victory mean? So I resolved to find out. To find out whether anything in human history ever made the slightest bit of sense.

I watched as the Cold War broke out, and I travelled to various places. The death of George VI somehow triggered me to leave the country. I visited India in 1952, when Jawaharlal Nehru was at his peak. A year later, I went to Jerusalem, which was then Jordanian—to be admitted access I had to prove that I was in no way Jewish. And in '55, I was in Bandung to learn whether this was indeed the new centre of the world. Apparently it wasn't: so I settled in Berlin—I guess as part of an unconscious attempt to fight the evil memories of my childhood. Well, a couple of years later, as we know, a wall was built across it (although it wasn't much more than barbed wire at first, the iron curtain metaphor couldn't possibly ring truer), and we felt rather closed in during the Cuban missile crisis; then the American president came in person to Rudolph-Wilde-Platz and told us that all free men, wherever they may live, are citizens of Berlin: which I felt was something of a cheat because I had been in that city for seven years and I still dared not consider myself worthy of the title. Maybe that is the reason why I left, despite my admiration for Willy Brandt. Kennedy's assassination made me strangely desirous to visit the United States.

I moved to Boston in '64, and almost against my will found myself getting entangled with the rising student opposition against the Vietnam war and with civil rights activism: the youngsters found my past history oddly fascinating, and I became something of a guru in their eyes. The American authorities threatened to expel me from the country, but eventually they let me stay. I certainly had some interesting experiences during that time: Woodstock was among them, or Judy Garland's funeral in Manhattan; but I also met Professor Chomsky of MIT (who was—is—just my age). However, the conquest of the moon made me yearn for some more travelling and I decided to return to Europe. After some time in Rome, which wasn't the best place to be in at that time, I left for Paris in '73, where I learned in brief succession of the Chilean coup, the Kippur war, Pompidou's death, the Carnation Revolution, Chancellor Brandt's demise, the collapse of the Greek military dictatorship, and Nixon's resignation: events that I viewed with various degrees of happiness, but indeed it was a busy year and it is at that point that I came to the definite conclusion that there was no sense or logic in human affairs. Then I remained four years in London—except for a summer-long trip to Kenya and a short stay in Canada—and finally I went to live in San Francisco. I vowed never to set foot on British soil again so long as the Iron Lady ruled.

But then, for the next ten years, I completely lost my interest in politics, which even the Falklands War was unable to kindle. I had a motto at the time: The era of politics is dead; now we enter the era of policies. However, the policies of that time, in retrospect, do not seem to have taken the test of time as well as the world politics which I had dismissed as devoid of meaning. Then 1989 came, and two earthquakes rocked me. The first was a real seismic event along the San Andrea fault. The second, a month later, was the fall of the Berlin wall.

You are already acquainted with the rest of the story. You probably know better than I do the full list of cities that I visited in the last decade and a half, and of course I need not tell you what my self-prescribed mission was. But the time has come for me to succumb to old age's plea for rest. I will retire here in Barcelona: and I would like you to take my place.

(Tuesday)

Gratuitous Literary Fragment #63 (circles of power)

Three men ruled the Empire.

Or, as the usual belief went, only one of them did, the other two being mere puppets in his hands. Historians centuries later could never agree, however, as to which wielded the actual power.

Was it the Minister of the Provinces, the formidable Sir Ishgur-Sal, whose secret intelligence service, or so rumor had it, was everywhere and knew everything? The “Iron Minister” was a man before whom even the prime prefects trembled, a man who never smiled, a man whose name inspired terror throughout the Realms.

What about the Prime Minister, Lord Aden, the old and wise? Here was a shrewd politician, who had served three monarchs, who survived every coup in the troubled times of his youth, a gifted orator who could always coax the Senate into voting whatever bill needed to be voted and the Emperor into signing the bill into law. He was a man who smiled at all times. Certainly Lord Aden left ample proof of his adroitness at administering the Empire: but was that where the power lay?

Or was it perhaps with Quentin VI himself? To all appearances, the young monarch was a frivolous figure, entirely unconcerned with the well-being of his people, who cared only about the magnificent celebrations ordained in his palace. But some had speculated that the carefree semblance that he projected publicly was deliberately arranged so as to hide from his enemies (and perhaps his own ministers) the true manner in which the Empire was ruled: and certainly there were aspects to Quentin's reign which would seem oddly incongruous unless explained by such a theory.

However, the truth is at once simpler and stranger. For nothing of the relations—and the balance of power—between Quentin, Lord Aden and Sir Ishgur-Sal can make any kind of sense unless a very small fact is taken into account, which never made its way into the history books.

(lundi)

Pour le oui ou pour le non

Je ne suis pas trop enclin à parler de politique dans ce blog, (essentiellement parce que je crois qu'il y a des gens qui savent exprimer bien mieux que moi des idées politiques intéressantes et je ne pense pas que j'éclairerais qui que ce soit à donner ma propre opinion). Je vais néanmoins tâcher de faire un peu le point sur ce que je pense du traité européen signé à Rome le 29 octobre 2004 dit Traité établissant une Constitution pour l'Europe (ou Traité constitutionnel européen, TCE) et du referendum français auquel est soumis le projet de loi autorisant sa ratification (par la France, donc), parce que je trouve que le débat est actuellement plutôt mauvais (pour ne pas dire que des arguments franchement idiots sont avancés d'un côté comme de l'autre). Afin de ne prendre personne en traître, je précise que je suis (mais modérément) partisan du oui ; je tâcherai cependant d'être objectif dans ce qui suit.

Les règles de base de fonctionnement de l'Union européenne sont actuellement déterminées par une succession de traités, entre le traité de Rome du 25 mars 1957 et le traité de Nice du 26 février 2001. Le TCE, s'il entre en vigueur, remplace l'ensemble de ces traités antérieurs par un texte unique. Pour autant que je sache, il est généralement admis par les partisans mais même aussi par les adversaires du Traité (du moins en France) qu'il représente, sur le plan institutionnel, un progrès par rapport au traité de Nice. Et il est souvent concédé par ses adversaires mais même aussi par ses partisans que ce progrès est insuffisant. Le débat n'est donc pas tellement là : le parlement européen dispose, sous le nouveau traité, de compétences accrues (les domaines de codécision sont étendus), la commission est resserrée, il est instauré une véritable présidence de l'Union, ainsi qu'un ministre commun des affaires étrangères, à la place de la présidence tournante qui ne donne satisfaction à personne. C'est en substance la partie I du Traité. Le Traité comporte également (en partie II) une charte des droits fondamentaux, dont on peut juger qu'elle est bonne ou insuffisante (ou les deux). Reste, la partie III, qui concerne les politiques de l'Union, qui provoque beaucoup plus de réticences. Il est à noter que cette partie reprend essentiellement des dispositions déjà en vigueur (notamment dans les traités qu'elle abroge).

Sauf erreur, donc, le TCE est rarement attaqué au motif qu'il représente un recul ou une détérioration par rapport au traité de Nice (du moins en France : la Pologne a sans doute un avis différent sur la question). Les partisans français du non, notamment ceux de gauche, s'opposent au Traité parce qu'ils trouvent insatisfaisant non simplement ce qui est dedans mais la situation actuelle sur l'établissement de laquelle leur avis n'a pas été consulté : la partie III, par exemple, n'est pas jugée inacceptable (trop libérale par exemple, pour les partisans de gauche) par rapport aux traités en vigueur actuellement mais pour elle-même : l'idée, donc, est qu'on n'a pas consulté les Français pour la plupart des traités antérieurs (sauf pour celui de Maastricht, qui, faut-il le rappeler, a été ratifié par referendum, fût-ce avec une courte majorité), et que comme l'occasion est donnée d'exprimer leur désaccord avec l'orientation générale de l'Union européenne, ils le feront. J'espère ne pas déformer trop grossièrement l'avis général des tenants du non.

Je pense qu'il y a eu une erreur tactique fondamentale. Appeler le traité Constitution, ce qu'il n'est pas, était destiné à susciter l'adhésion en excitant la fibre européenne des citoyens de l'Union (quoi de plus grandiose que se doter d'une Constitution commune ? quel plus beau pas dans la construction européenne ?). Seulement, (1) c'est un mensonge, et (2) cela fait peur au Français. (1) C'est un mensonge car le traité n'est pas la Constitution d'un État souverain, c'est un traité entre États souverains. J'ai d'ailleurs déjà souligné ce point : la Constitution des États-Unis d'Amérique commence par les mots We the People of the United States (d'ailleurs, le premier brouillon ne disait pas the United States mais listait les treize états séparé, et c'est presque un accident si la rédaction a été faite qui, en un sens, a changé le cours de l'Histoire) alors que le Traité constitutionnel européen commence par Sa Majesté le Roi des Belges. Autrement dit, il s'agit bien d'un accord entre les Hautes Parties contractantes, certainement pas de l'émanation d'un peuple souverain, donc ce n'est pas une Constitution. (2) D'autre part, une des craintes fréquemment exprimées par les partisans du non (mais parfois par d'autres) est l'idée qu'écrire ces règles dans le marbre d'une Constitution les rende plus fortes, plus difficiles à modifier, etc. Or, du moins sur le plan juridique, rien ne distingue ce traité des traités antérieurs, pour ce qui est de la force de son application ou de la difficulté à le modifier (pour modifier le traité de Nice, il faut aussi l'unanimité des États contractants). C'est bien le mot Constitution, c'est le symbole, qui fait peur (les Allemands ont d'ailleurs une Grundgesetz pour des raisons tout aussi symboliques de vouloir éviter de parler de Constitution).

Pour résumer et simplifier : on aurait présenté le traité (avec exactement les mêmes règles institutionnelles et politiques) comme un nouveau traité dans la continuité du traité de Nice, je pense qu'il n'aurait soulevé aucune opposition particulière en France, il n'y aurait pas eu de besoin particulier de le faire approuver par referendum, bref, tout ce serait passé comme pour Amsterdam et Nice ; au lieu de ça, on parle de Constitution, on fait peur aux gens, ils se rendent compte maintenant que l'Europe qu'on leur offre n'est pas celle de leurs rêves, et ils refusent de signer. (D'autant plus que le gouvernement qui soumet le projet est extraordinairement impopulaire !)

Qu'espèrent, donc, les partisans du non ? Ils ne veulent pas (du moins, pour la plupart d'entre eux) en rester au traité de Nice : ils souhaitent une renégociation du Traité pour aboutir à un résultat plus conforme à leurs souhaits. Et c'est là qu'à mon avis le bât blesse : car si le oui a une certaine unité — celle du consensus autour d'un texte, fût-il un compromis imparfait eu égard à ce que l'on voulait, le non est insaisissable. S'il existait dans l'Europe tout entière une initiative citoyenne qui aurait produit un texte alternatif suscitant l'adhésion, alors il faudrait évidemment voter non au motif que voici le texte que nous voulons : mais personne n'a proposé, même comme preuve du concept, un texte alternatif, parce que personne n'est capable de susciter une large adhésion autour d'un unique texte, ou alors ce texte serait un compromis comme l'est, justement, le TCE.

La notion de compromis est difficile à accepter, mais sans elle il n'y a pas de diplomatie possible, et c'est toujours de diplomatie qu'il est question tant qu'on est encore dans des traités entre États souverains. Car : si renégociation il doit y avoir, sur quelles bases sera-t-elle menée ? Il ne s'agit pas seulement de tenir compte des souhaits des Français, il faut encore que ces souhaits soient portés par une voix (laquelle ?) et qu'ils convainquent les citoyens des vingt-quatre autres pays de l'Union. Or, si un certain nombre de Français trouvent l'Europe actuelle trop libérale, un nombre correspondant d'Anglais la trouvent pas assez libérale : il faut pourtant arriver à concilier les uns et les autres si on veut que la construction européenne continue.

Je ne crois pas aux prédictions catastrophiques de certains partisans du oui au cas où le non l'emporterait : il n'y aura pas de guerre et je ne crois même pas que la France sera vraiment marginalisée (même si elle perdra certainement de l'influence face à l'Angleterre, mais je n'ai que très peu à faire de ces considérations-là ; à tout le moins, la France perdrait en pouvoir de décision au sein du Conseil européen, mais à la limite peu importe). Je crois qu'on en resterait pendant un moment au traité de Nice, puis qu'on ferait quelques petits aménagements sur celui-ci, probablement dans le sens du TCE enterré, mais sans doute de nature plus timide. Rien de dramatique, donc, à mes yeux, mais une occasion manquée de donner plus de clarté aux textes européens (on reproche souvent au TCE d'être trop long, mais les textes actuellement en vigueur sont bien plus complexes !), sans doute quelques bonnes mesures perdues, ainsi que vraisemblablement beaucoup de temps, et surtout, rien de gagné. (Sur le plan de la politique intérieure française, il pourrait y avoir des conséquences importantes, en revanche ; je pense que Nicolas Sarkozy est quasiment certain d'être élu président en 2007, si le non l'emporte. Mais bon, ce n'est pas le lieu ici de spéculer à ce sujet, ni de dire ce que je peux penser de M. Sarkozy.)

Si je ne crois pas aux menaces de certains partisans du oui, je crois encore moins à celles de certains partisans du non : l'Europe, notamment, ne sera pas plus libérale avec le TCE, et son libéralisme ne sera pas plus profondément ancré, qu'avec le traité de Nice. Si l'Europe sociale doit se faire, je ne pense pas que ce soit en refusant les progrès de l'Europe économique et politique qu'elle le fera : que ceux qui veulent faire faire des progrès à l'Europe en dépit de ses dirigeants s'engagent dans l'écriture d'un vrai texte qui rassemble dans cette direction, et qui rassemble dans vingt-cinq pays. Tant que ce texte ne sera pas écrit, contentons-nous de ce que nous avons, dans les domaines où nous l'avons.

Au final, je pense que l'enjeu du referendum n'est pas aussi énorme qu'on veut le faire paraître. Mais je conclus en répétant ce qu'a dit Robert Badinter : on a le choix entre un oui de raison et un non de désamour ; qu'est-ce qui est le plus fort, la raison, ou le désamour ?

(jeudi)

Ah ben c'est rassurant, ça…

30 kilos de plutonium ont disparu de la centrale nucléaire de Sellafield au Royaume-Uni, suffisamment pour faire une bonne demi-douzaine de bombes atomiques…

When the public learns, therefore, that 30kg of plutonium are listed as “unaccounted for” in the annual audit of the British Nuclear Groups vast nuclear reprocessing complex at Sellafield, it is natural to assume that this is a euphemism for “lost”—that fissile material could fall, or have fallen, into dangerous hands. Reprocessed plutonium is not necessarily portable, existing not only in metal, but also in oxide powder and liquid nitrate forms, but that does not make it any easier to convince people that this is an inherently untroubling accounting exercise. Nor does it cut much ice that this quantity is only “0.1 per cent of throughput”, or that the apparent discrepancy is well within the 1 per cent ceiling permitted by Euratom. The thought that Sellafield might be “allowed” a 300kg leeway of error, enough for several dozen crude bombs, must naturally appal.

The point, however, is that the “unaccounted for” plutonium is not missing in the way common sense suggests. It probably never existed in the first place. Sellafields 30 kilos represent the difference between the quantity of plutonium calculated by nuclear physicists to exist inside the spent fuel rods brought to Sellafield for reprocessing, and the actual plutonium yield.

(Extrait du Times)

…ah ben me voilà vachement rassuré, en effet.

Plus sérieusement, comment explique-t-on qu'on n'ait pas encore vu de terrorisme nucléaire, alors que tout le monde dit que la Russie ou les autres républiques de l'ex-URSS regorgent littéralement d'ogives peu ou pas surveillées et que n'importe qui peut s'en acheter pour une poignée de dollars ? (Enfin, au moins, ça c'est une raison de ne pas trop s'inquiéter de 30kg de plutonium qui auraient disparu au Royaume-Uni : un terroriste aurait peu de chances de se fournir en Cumbrie quand c'est censé être tellement facile à l'est de l'Oural.)

Et ce n'est pas seulement le risque terroriste lui-même qui est préoccupant : quand on voit les conséquences qu'a eues la chute de deux tours à New York il y a trois-quatre ans, on se dit qu'une bombe A explosant dans une grande capitale du monde, ça ferait, euh, des remous.

(lundi)

Robert Badinter, sur le traité constitutionnel européen

Robert Badinter (qui, rappelons-le pour ceux qui ont la mémoire un peu courte, était le ministre de la Justice de Mitterrand qui a fait abolir la peine de mort en France ; et il a à de nombreuses autres reprises œuvré pour les droits fondamentaux) était invité, ce soir, à donner une conférence à l'ENS sur le traité constitutionnel européen : conférence à laquelle j'ai assisté, et je ne le regrette pas, parce que j'ai pu me faire ainsi une idée sur une question sur laquelle j'avais des doutes (et je suis tout à fait convaincu par la position qu'il a exprimée).

Ce qui m'a frappé, c'est d'observer la clarté et la force avec laquelle il s'exprime (j'avais été frappé par la même chose chez sa femme) : il a été avocat, et on sent qu'il devait mettre de son âme dans ses plaidoiries. Et pourtant, le point de vue qu'il défendait était tout à fait modéré et circonstancié (un « oui de raison » pour le traité) — mais remarquablement argumenté.

J'ai peur de déformer en tentant de reproduire de mémoire ce qu'il a expliqué, mais essayons de résumer quelques-un des points de son argumentation tels que je les ai compris. C'est selon lui une mascarade de parler de constitution européenne et que le nom de convention a été donné à l'organe chargé de rédiger la proposition de traité délibérément pour entretenir cette idée (en renvoyant à la l'assemblée qui a porté ce nom sous la révolution française ou bien à la convention de Philadelphie) ; convention qui s'est trouvée emportée par son lyrisme et qui a cru bon de chanter l'Hymne à la joie la larme à l'œil à la fin de ses travaux (et dont le président a voulu insérer en tête du traité une citation de Thucydide). Mais une constitution, c'est l'expression d'un peuple souverain, et c'est un texte voté à la majorité par une assemblée constituante[#] : rien de cela ici, le texte est le résultat d'un compromis diplomatique entre États (et surtout, à ce qu'il a dit, la victoire de la diplomatie anglaise et la vision de Tony Blair de l'Europe). Et d'après lui, si on regarde ce traité (et il n'est pas plus final ou définitif, ou difficile à amender, que les traités qui ont précédé : il a toujours fallu l'unanimité) comme ce qu'il est, c'est-à-dire comme le n-ième d'une série déjà assez longue, il représente plutôt un progrès par rapport aux précédents, même s'il ne va pas aussi loin qu'on aurait pu le vouloir et même s'il est perfectible. C'est un progrès car il réforme les institutions de façon à les améliorer (en donnant notamment plus de pouvoir au parlement européen et à la cour de justice, en permettant à la commission de mieux travailler, en créant une vraie présidence de l'Union et un vrai ministère des affaires étrangères qui aura les moyens de faire entendre sa voix, et en rendant plus facile l'adoption de certaines mesures au conseil même si cela ne va pas assez loin). C'est un progrès aussi car il donne force de loi à la Charte européenne des Droits fondamentaux (charte d'ailleurs aussi rédigée autrefois par une convention, et qui est, selon Robert Badinter, bien supérieure à la Convention européenne des Droits de l'Homme, même flanquée de ses protocoles additionnels) : rien que pour cette raison, selon lui, cela vaut la peine que le traité constitutionnel soit adopté. La troisième partie du traité est certes insuffisante notamment dans les domaines sociaux, mais elle représente tout simplement l'état actuel des traités européens, sans changement notable, et ne les rend pas plus difficiles à amender. En somme, selon Robert Badinter, il faut préférer un oui de raison à un non de désamour (ce sont ses termes) et ne pas se dire que si ce traité est imparfait il faut le rejeter en masse.

Je regrette simplement qu'il n'ait pas plus parlé du préambule, qui me tracasse assez : il a simplement raconté une petite anecdote au sujet de la citation de Thucydide (χρώμεθα γὰρ πολιτείᾳ… καὶ ὄνομα μὲν διὰ τὸ μὴ ἐς ὀλίγους ἀλλ' ἐς πλείονας οἰκεῖν δημοκρατία κέκληται, Thuc. II.37) qui figurait au frontispice du texte de la convention (et qui a finalement été retirée par la conférence intergouvernementale) : il semble que les conventionnels eux-mêmes (dont il faisait partie, en tant que suppléant du représentant du sénat français) n'aient pas su d'où elle était apparue, mais entre les lignes Badinter accuse Giscard de l'avoir fait insérer en douce, et d'en être très fier ; le ministre grec des affaires étrangères a fait observer que la phrase était mal traduite, et un représentant du gouvernement italien s'est souvenu qu'il s'agissait de propos de Périclès seulement cités par Thucydide. Et puis, mettre une phrase qui explique que dans une démocratie l'avis de la majorité prévaut sur celui de la minorité en tête d'une constitution qui entérine les décisions à l'unanimité dans beaucoup de domaines, c'est un peu étrange. Bah, moi je l'aimais bien, cette idée de citer Thucydide dans la constitution ; mais, d'après Badinter, ça ne se fait pas (au sens où aucune constitution n'a jamais fait ça — et sans doute aucun traité non plus), ça participe juste au lyrisme autour de ce texte.

Parlant de Thucydide, je digresse, mais on voit qu'on est à l'ENS quand deux candidats (littéraires) à des postes au conseil scientifique de l'École croient bon de citer eux aussi la Guerre du Péloponnèse (ὑμεῖς δὲ εἴ τι ἄλλο ἐν νῷ ἔχετε ἢ εἰ ἐναντιώσεσθε τῇ τε ὑμετέρᾳ αὐτῶν ἐλευθερίᾳ καὶ τῶν ἄλλων Ἑλλήνων, δεινὸν ἂν εἴη, Thuc. IV.85) dans leurs affiches de campagne (est-ce une référence ? je ne sais pas). Il y a aussi une citation de Thucydide, d'ailleurs, gravée sur le monument aux morts dans l'École. Thucydide, donc, me poursuit.

[#] À moins qu'au contraire le mot constitution soit à prendre dans un sens très faible. Après tout, lui ont fait remarquer les Anglais, il y a des constitutions de tout en Grande-Bretagne : n'importe quel club de cricket a la sienne. Alors pourquoi pas une constitution européenne ?

(mercredi)

La démocratie, c'est vraiment n'importe quoi

Il y avait ce soir une assemblée générale du COF (association des élèves de l'ENS) pour réforme des statuts. Le genre de choses qu'il est difficile de mener, parce qu'il s'agit de synthétiser les avis d'un grand nombre de personnes qui ont tous des avis complètement différents sur un nombre important de points (mode d'élection des institutions, date de ces élections, attributions des postes, etc.), et en plus les normaliens sont une bande de pinailleurs jésuites et nomicistes, ce qui n'arrange rien ; mais, là, le bureau de l'association n'avait fait aucun travail préliminaire sérieux, n'avait ni synthétisé les propositions qui avaient été faites (et elles étaient intelligentes et documentées) ni préparé un jeu de modifications qui se tiennent (préférant amender en direct les statuts pendant l'assemblée générale elle-même — en tapant du code HTML pourri sous WordPad sous Windows !). Le comble du ridicule a mes yeux a été atteint lorsque le président a réussi, à la faveur du transfert (essentiellement technique) d'un article depuis les statuts de l'association vers le règlement intérieur, à en faire voter une modification qui n'était pas annoncée à l'ordre du jour (et encore, le changement a failli passer complètement inaperçu et être voté en bloc) : essentiellement, jusqu'à présent, une assemblée générale de l'association pouvait voter une dérogation permettant à un non-élève de l'École (par exemple un ancien élève, ou simplement quelqu'un qui fréquente habituellement l'établissement) de se présenter aux élections du bureau — la modification du règlement interdit maintenant de telles dérogations ; le ridicule vient du fait qu'une assemblée extraordinaire votant à une heure du matin à douze voix contre onze (sur une association qui comprend plusieurs centaines de membres, mais il n'y a pas de quorum de représentation) prétend ainsi limiter les pouvoirs des assemblées générales suivantes. (Par ailleurs, je relève l'habituelle confusion mentale entre il est une mauvaise chose que <quidlibet> — en l'occurrence, élire un non-élève au bureau — et il faut interdire <quidlibet>. Mais passons.)

C'est le genre de choses qui me fait penser, de plus en plus, que la démocratie est un système absurde, même sur un petit groupe (et même lorsque les gens qui le constituent sont censéments « intelligents » — avec une bonne définition de intelligents). Je suis un des principaux auteurs des statuts d'une association (la refonte complète desquels a été menée, à la différence de celle que je décris ici, avec une bonne concertation préalable), dont je suis globalement assez fier, mais je me dis que, finalement, si je devais fonder une nouvelle association, j'adopterais plutôt un principe dictatorial dans son organisation (ce que, pour autant que je sache, la loi de 1901 permet tout à fait).

(venerdi)

Le Europa del vinti-cinque

Nunc, le Union Europee contara dece nove membros. Qui haberea pensate in 1984 que, vinti annos plus tarde, le (alora assi nominate) Communitate Economic Europee irea usque a Vilnius — que faceva tunc parte del Union Sovietic ?

Totevia, io non arriva a gauder.

Io era — io ha essite — enthusiastic del progressos de la construction europee. Io haberea voler poter votar, quando le tractato de Maastricht era ratificate, pro apportar mi suffragio a iste formidabile aventura, la creation del Union Europee. Io soniava que, aliquando, nos poterea formar un confederation, le “Statos Unite de Europa”, reimplaciante le ancian frontieras del continente. Nos ha mesmo un moneta : le Euro !

Sed iste vision ha evanescite, io non sape quo.

Alicunos se plange que le Union Europee es troppo liberal (economicamente), o adversemente non satis liberal. O nimis bureaucratic. O troppo isto, o troppo illo. Que es un gigantesc mammut, que on non controla plus. Certo un gigantesc mammut non es conveniente a inspirar sonios e enthusiasmo… Il sembla per exemplo que le “directivas europee” son un maniera pro le governamentos de imponer regulas e leges sin alicun controlo de lor parlamentos (ni le parlamentos national, ni le parlamento europee) : e le numero de milles e milles de tal directivas in le acquis communautaire es inquietante — le mammut es anque un machina pro fabricar leges.

Forsan nos va adoptar un Constitution. Va ben. Un obra capital, solemne e forte, la Constitution del Union Europee, que inspirara le respecto al seculos futur, como le Declaration de Independentia del Statos Unite ? No. Etiam si on cita pomposemente Thucydides in le frontspice, non es iste Constitution le obra fundator imaginate per un manata de homines visionari : es le resultato moleste de laboriose compromissos inter politicas parve e politicos minuscule.

Le effortios de communication facite super le allargamento del Union son essentialmente nulle, al minus hic in Francia. On ha parlate a nos del dece nove pais como de destinationes touristic, nunquam seriosemente, e on nunquam prendeva le pena de explicar le avantages, e pro los e pro nos, de iste allargamento. E nemo pote justificar proque on non decideva de admitter le ille pais solo post le adoption del Constitution, plus tosto que se hastar talmente e assi render etiam plus difficile iste adoption.

Si es organisate un referendum super le Constitution, io me demanda an io non votara no, le morte in le anima. Quo es partite le sonio de Europa de mi infantia ?

(Friday) · New Moon

On European software patents

[Traduction française ci-dessous.] It seems that we (“we” being the opponents to the patentability of programming techniques and software concepts) have scored, against all odds, an important point in Wednesday's European parliament session. Do not cry victory too soon, though! This is only a first reading, and it remains to be seen whether the parliament and the European Council can agree on a common text. But, for the first time in decades, it seems that all is not dark for those of us who oppose systematic and thoughtless reinforcement of so-called “intellectual property” rights.

[French translation of the above.] Il semble que nous (« nous » étant les opposants à la brevetabilité des techniques de programmation et concepts logiciels) ayons marqué, contre toute attente, un point important lors de la séance du parlement européen de mercredi. Ne criez pas victoire trop vite, cependant ! Ce n'est qu'une première lecture, et il reste à voir si le parlement et le Conseil européen peuvent se mettre d'accord sur un texte commun. Mais, pour la première fois depuis des décennies, on dirait que tout n'est pas noir poru ceux d'entre nous qui s'opposent à un renforcement systématique et irréfléchi des dénommés droits de « propriété intellectuelle ».

(lundi)

Une étude des modes de scrutin

François Durand (francois[point]durand[arobase]ens[point]fr), aka « Fanfan », un collègue de l'ENS, mène avec le Laboratoire d'Économétrie de l'École polytechnique une expérience sur les modes de scrutin dans les élections. Comme c'est un sujet qui m'intéresse beaucoup, je me permets de faire de la pub : participez à ces petites enquêtes (il y a six votes différents, tous très courts ; certains ne sont probablement pas pertinents pour tout le monde, cependant ; par ailleurs il faut activer JavaScript pour utiliser ces pages).

Dans une des toute premières entrées de ce 'blog, je mentionnais déjà le système de scrutin de Condorcet-Nash. Il faut encore que je me décide à écrire une page de vulgarisation expliquant précisément en quoi il consiste et pourquoi il est le meilleur en un certain sens.

(Wednesday)

Concerns about religion entering the European constitution (draft)

Χρώμεθα γὰρ πολιτείᾳ… καὶ ὄνομα μὲν διὰ τὸ μὴ ἐς ὀλίγους ἀλλ' ἐς πλείονας οἰκεῖν δημοκρατία κέκληται.

[Traduction française ci-dessous.]

The European Convention is working to produce a Constitution for the European Union. This is great and mighty step toward the construction of a united Europe, and a tremendously difficult task getting so many people and so many peoples to agree on a common text; and I fully support this effort. One thing greatly concerns me, however: under the insistence of some, the Convention has inserted in their draft preamble to the Treaty establishing the European Constitution, a reference to the cultural, religious and humanist inheritance of Europe (emphasis mine) and to the spiritual impulse always present it [Europe's] heritage. I don't intend to argue the matter at any length in this 'blog, but let me simply state that, as a citizen of a country which—probably most in the world—holds to the strict separation of Church and State (much more than, say, the United States which mention Nature's God in their Declaration of Independence), and as an atheist myself, I shall see this as a great step backward if this constitution is adopted as it stands in this matter, and I am deeply shocked that it should be demanded of me to accept the religious inheritance of Europe as having inspirational value in the perception of the central role of the human person and his inviolable and inalienable rights. This site will argue futher why the matter is important.

I find it approprite, however, that the frontispiece of the Constitution should be a quotation by Thucydides (which I reproduced above). For we must remember that the Greek city-states invented the very notion of a constitution, and the heritage we bear in this matter is first of all that of Solon and Cleisthenes (and, I suppose, Lucius Brutus as well).

[French translation of the above.]

La Convention européenne travaille pour produire une Constitution de l'Union européenne. C'est un grand et puissant pas vers la construction d'une Europe unie, et un effort démesurément difficile de faire s'accorder tant de gens et tant de peuples sur un texte commun ; et je soutiens entièrement cet effort. Une chose me soucie beaucoup, cependant : à l'insistance de certains, la Convention a inséré dans leur projet de préambule au Traité établissant la Constitution européenne, une référence aux héritages culturels, religieux et humanistes de l'Europe (c'est moi qui souligne) et à l'élan spirituel qui l'a parcourue [l'Europe] et est toujours présent dans son patrimoine. Je n'ai pas l'intention d'argumenter quelque peu longuement la question dans ce 'blog, mais je dirai simplement que, en tant que citoyen d'un pays qui — probablement le plus au monde — adhère à la séparation stricte de l'Église et de l'État (beaucoup plus que, disons, les États-Unis qui mentionnent le Dieu de la Nature dans leur Déclaration d'indépendance), et en tant qu'athée moi-même, je verrai cela comme un grand pas en arrière si cette constitution est adoptée telle qu'elle est en la matière, et je suis profondément choqué qu'il puisse m'être demandé d'accepter l'héritage religieux de l'Europe comme étant source d'inspiration pour la perception du rôle central de la personne humaine et de ses droits inviolables et inaliénables. Ce site argumentera plus avant pourquoi la question est importante.

Je trouve approprié, en revanche, que le frontispice de la Constitution soit une citation de Thucydide (que j'ai reproduite ci-dessus). Car on doit se souvenir que les cités-états de Grèce ont inventé la notion même de constitution, et que l'héritage que nous portons en la matière est avant tout celui de Solon et Clisthène (et, je suppose, de Lucius Brutus également).