David Madore's WebLog: Quelques gadgets de science-fiction (pour manipuler le temps et l'Univers)

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

↓Entry #2608 [older| permalink|newer] / ↓Entrée #2608 [précédente| permalien|suivante] ↓

(mardi)

Quelques gadgets de science-fiction (pour manipuler le temps et l'Univers)

Cette entrée est une sorte de complément à celle que j'ai écrite sur le voyage temporel (mais elle en est indépendante) : il s'agit d'imaginer quelques gadgets qui pourraient servir dans le cadre d'une histoire de SF (voire de « métaphysique-fiction »). Je commence par en décrire deux qui ont un rapport avec l'écoulement du temps : appelons-les le rewinder et le fast-forwarder (je comptais initialement ne parler que de ça, puis j'ai eu d'autres idées avec les présélecteurs évoqués plus bas). Le premier est très classique et apparaît dans beaucoup d'histoires, le second l'est beaucoup moins mais il n'est peut-être pas très intéressant du point de vue narratif.

Le rewinder sert, comme son nom l'indique, à remonter le fil du temps : on lui donne une date dans le passé (appelons-la t₁), et il remonte le temps à cette date-là. Mais attention, ce n'est pas une machine qui permet de visiter cette époque (et de s'y retrouver en double) : il fait revenir tout l'Univers en bloc à la date t₁ indiquée, effaçant toute l'histoire qui s'est déroulée depuis (y compris l'activation du rewinder lui-même), pour permettre de rejouer une autre histoire à partir de ce point-là. Là, il faut que j'insère une note en petits caractères des fois que quelque grincheux serait susceptible de me dire ah mais moi je crois que l'Univers est déterministe, si bien que quand l'histoire qu'on a effacée ne pourrait que se rejouer à l'identique :

D'abord, vous êtes un grincheux. Ensuite, il faut modifier légèrement l'action du rewinder dans un univers déterministe : il ne se contente pas d'effacer toute l'histoire depuis l'instant t₁, il remplace l'Univers par un univers très légèrement différent, comportant une petite modification des conditions initiales au moment du Big Bang, modification choisie aléatoirement sous la contrainte d'avoir une ampleur tellement petite que l'effet reste indétectable jusqu'à l'instant t₁ où (à force que l'ampleur de la perturbation croisse exponentiellement) elle atteint tout juste l'ampleur suffisante pour qu'un papillon batte des ailes un petit peu différemment à proximité du rewinder (pour calibrer sur une différence un peu plus importante, il suffit de diminuer un tout petit peu t₁). C'est dans cet univers-là (et au temps t₁) qu'on se trouve après l'utilisation du rewinder. • Et s'il y a des méga-grincheux qui se plaignent que je parle de temps absolu, ce qui n'a pas de sens dans un univers relativiste, j'ajoute encore une note : quand je parle de t₁, il s'agit d'une hypersurface de type espace, qui, dans le mode d'utilisation par défaut du rewinder est au repos par rapport au rayonnement cosmologique fossile mais, si on veut utiliser un mode plus avancé, peut être programmé pour avoir une forme différente. Maintenant arrêtez de grincher.

On pourrait imaginer une variante du rewinder où celui qui l'actionne se souvient de l'histoire qui a été effacée (tandis que tous les autres reviennent dans leur état mental antérieur), c'est évidemment plus facile et tentant à utiliser en SF (voyez par exemple les films Prince of Persia: The Sands of Time ou Edge of Tomorrow), mais en quelque sorte c'est moins pur (c'est beaucoup plus ad hoc) que si on postule que tout l'Univers est vraiment ramené à un état antérieur, l'utilisateur comme les autres. (L'état mental de l'utilisateur du rewinder faisant partie de l'Univers, il n'y a pas de raison qu'il soit affecté différemment.) Je vais évoquer la question épineuse de savoir comment on peut savoir si le rewinder fonctionne, mais auparavant, décrivons le fast-forwarder.

Celui-ci a l'effet, au contraire, de faire sauter le temps vers l'avenir : on lui donne une date dans l'avenir (appelons-la t₁) et on se retrouve à cette date-là : l'état de l'Univers devient immédiatement ce qu'il aurait été à la date en question sans que les événements intermédiaires aient jamais eu lieu. Mais bien sûr, le fait que ces événements n'aient pas lieu n'empêche pas que tout le monde en a quand même la mémoire, puisque la mémoire fait partie de l'Univers et que l'Univers est placé exactement dans l'état où il se serait trouvé à l'instant t₁.

Pour le fast-forwarder, il est donc plus naturel de souhaiter que l'Univers soit déterministe. Si ce n'est pas le cas, on postulera simplement que le fast-forwarder place l'Univers dans un des états possibles de l'évolution jusqu'à la date t₁, avec les mêmes probabilités que ce aurait été le cas selon l'évolution normale. En revanche, l'interaction avec le « libre arbitre » (dont je n'ai jamais compris ce que c'était censé être, mais qui n'est sans doute pas exactement pareil que le non-déterminisme) est, au mieux, confuse.

Là aussi on pourrait imaginer des variantes où celui qui actionne le fast-forwarder n'est pas victime de l'illusion que l'intervalle de temps jusqu'à t₁ s'est produit, mais ce serait un handicap pour lui (cela se manifesterait comme une amnésie), donc ce n'est sans doute pas souhaitable ; on pourrait imaginer qu'il en ait connaissance tout en ayant la certitude que ces événements n'ont pas vraiment eu lieu, mais là aussi c'est un peu trop ad hoc donc je vais en rester à la forme où celui qui l'actionne est affecté comme tous les autres.

J'imagine — et j'espère — que le lecteur se dit que tout ça n'a absolument aucun sens : quelle différence peut-il bien y avoir entre à l'instant t₀, l'Univers devient instantanément ce qu'il serait devenu à l'instant t₁ (y compris avec la mémoire fictive de tous les événements entre t₀ et t₁) et les événements entre t₀ et t₁ se déroulent normalement ? Comment puis-je savoir que la journée d'hier a vraiment eu lieu et que ma mémoire de celle-ci n'est pas fausse ? Cela a-t-il le moindre sens ? La seule chose qui existe, après tout, est l'instant présent. Bref, le fast-forwarder ne sert qu'à nous perdre dans un labyrinthe de questions métaphysiques sémantiquement douteuses et n'a pas vraiment de rôle possible dans, par exemple, une histoire de SF.

(On pourrait, cependant, imaginer une histoire de SF où le gadget existerait et serait utilisé par des personnages débattant de s'il a un effet ou non, mais où l'effet serait rendu, au niveau de l'écriture, par des ellipses dans la narration à chaque fois que le fast-forwarder est utilisé. Ça pourrait être rigolo à lire. L'histoire se finirait, bien sûr, par un personnage qui décide de pousser le fast-forwarder trop loin, et le chapitre suivant dirait juste le soleil est une géante rouge ou quelque chose comme ça.)

Ce qui est amusant, c'est que bien que le gadget n'ait probablement aucun sens, et vraisemblablement aucun effet mesurable, je serais néanmoins parfois content d'en posséder un, pour pouvoir sauter la fin d'un événement ennuyeux ou arriver plus vite à un moment que j'attends ! (J'aurais, certes, le souvenir de m'être ennuyé ou impatienté, mais ce serait un « faux » souvenir.)

Peut-on néanmoins voir une manifestation du fait qu'un tel gadget fonctionne ? Pour ce qui est du rewinder : le fonctionnement de celui-ci a le bon goût d'être falsifiable : si j'ai le souvenir d'avoir actionné le rewinder, c'est forcément que celui-ci n'a pas fonctionné, puisque dès qu'on actionne le rewinder on doit se retrouver dans un univers où cette action n'a pas eu lieu. A contrario, c'est un bon signe que le rewinder fonctionne si on n'a jamais le souvenir d'avoir eu envie de l'actionner alors qu'on était en mesure de le faire ! (Pour prendre un cas extrême, si je jette plusieurs fois un dé en me disant à l'avance si je ne tombe pas sur 6, j'utilise le rewinder pour revenir juste avant le jet, au bout du dixième 6 d'affilée, on pourra sérieusement se dire que le rewinder fonctionne correctement même si on ne l'a jamais « vu » fonctionner !)

Pour le fast-forwarder, c'est autre chose… Ma réaction instinctive a été de penser on sait que le fast-forwarder ne fonctionne pas si on a le souvenir, après l'avoir actionné pour sauter le passage entre t₀ et t₁, de l'avoir actionné à un moment t₀ < t′ < t, par exemple immédiatement après t₀ (puisque ces instants sont sautés, on n'aura pas envie de les sauter une nouvelle fois). Mais est-ce le cas ? Non, en fait, le fonctionnement normal du fast-forwarder est sans doute justement qu'on se retrouve à t₁ avec le souvenir qu'on a appuyé plein de fois sur le bouton fast-forward en pensant décidément, ce machin ne marche pas ! (puisque l'Univers est censé, justement, suivre le cours qu'il aurait eu si le fast-forwarder ne faisait rien). On peut conclure que le fast-forwarder ne fonctionne pas lorsqu'on est actuellement à un moment t₀ < t′ < t₁, mais cette conclusion devient invalide ultérieurement… un labyrinthe métaphysique, donc, dans lequel, encore une fois, la seule conclusion sensée est peut-être que le fast-forwarder n'a tout simplement aucun effet ni aucun sens (mais de là à conclure que le temps lui-même n'a pas de sens, il n'y a qu'un tout petit pas ; cf. aussi plusieurs des remarques que j'avais faites ici, notamment dans la note #5).

(Une présentation alternative du fast-forwarder est qu'il transforme son utilisateur en zombie philosophique mais uniquement pendant l'intervalle entre t₀ et t₁, et là aussi, c'est tout un labyrinthe de questions que de se demander si c'est pareil que ma présentation initiale ou si la notion de zombie philosophique a un sens. Mumble mumble conscience mumble physicalisme mumble mumble <vigoureux agitage de mains> mumble.)

*

Maintenant, pour en revenir au rewinder, si la seule indication qu'on peut avoir du fait qu'il fonctionne bien est qu'on n'a aucun souvenir de l'avoir jamais activé, on peut imaginer une variante épurée du même gadget : je vais appeler ça le présélecteur négatif.

Le présélecteur négatif est une boîte munie d'un bouton. Discuter de ce qui se passe quand on appuie sur le bouton n'a pas de sens parce que la clé du fonctionnement du présélecteur négatif est justement que :

L'Univers est tel que le bouton n'est jamais actionné.

Vous pouvez imaginer ça comme une Prophétie Ancienne (le bouton ne sera jamais actionné), écrite au moment du Big Bang : si on croit au déterminisme, l'Univers a été choisi tel que le bouton du présélecteur négatif ne soit jamais utilisé ; si on ne croit pas au déterminisme, on conditionnera les lois de probabilités déterminant l'évolution de l'Univers au fait que la Prophétie ci-dessus soit réalisée. (J'appelle ça présélecteur parce que je sous-entends que l'Univers a été présélectionné pour remplir la Prophétie.)

Comment un tel gadget peut-il être utile ? Exactement comme le rewinder, en fait : je peux, par exemple, jeter un dé en décidant de façon ferme si le dé tombe sur autre chose que 6, j'appuie sur le bouton : l'explication la plus simple du fait que la Prophétie doive s'accomplir est que le dé tombe sur 6. Donc le dé tombe (très vraisemblablement) sur 6.

Plutôt que de parler d'explication la plus simple, on peut formaliser ça avec un raisonnement bayesien sur les probabilités (qui devient ici prédictif) : le dé a a priori 1/6 chance de tomber sur chaque face, mais s'il tombe sur un nombre entre 1 à 5, j'ai a priori, disons, 999/1000 chances d'appuyer sur le bouton (il faut admettre qu'il y a toujours une possibilité que je ne tienne pas ma résolution, par exemple si je fais une tombe mort foudroyé au mauvais moment, je vais y revenir), tandis que s'il tombe sur 6 j'ai a priori, disons, 1/1000 chances d'appuyer sur le bouton (peut-être que je me trompe en lisant la face ou que je fais un faux mouvement) : ceci donne des probabilités a priori de 333/400 pour l'événement le dé tombe sur une face 1–5 et j'appuie [comme prévu] sur le bouton, 1/6000 pour le dé tombe sur la face 6 et j'appuie [par erreur] sur le bouton, 5/6000 pour le dé tombe sur une face 1–5 et je n'appuie [pourtant] pas sur le bouton et 333/2000 pour le dé tombe sur la face 6 et [comme prévu] je n'appuie pas sur le bouton ; mais en conditionnant par la Prophétie, il reste une probabilité de (333/2000) / (333/2000 + 5/6000) = 999/1004, soit environ 995/1000, que le dé tombe sur la face 6.

(On retrouve le même genre de paradoxes et de raisonnements sur les explications probables que ce que j'avais raconté dans mes histoires autour du voyage dans le temps monochronique dans l'entrée déjà liée ci-dessus. C'est aussi ce que j'avais exploré dans cette petite histoire : je ne fais ici que formaliser un peu plus les choses.)

Évidemment, si je décide inconditionnellement d'appuyer sur le bouton, je me mets en grave danger : quelque chose devra m'en empêcher, et le quelque chose le plus probable est sans doute un accident très mauvais pour moi.

Il faut d'ailleurs noter que même si je ne décide d'appuyer sur le bouton que conditionnellement, je me mets en quelque sorte en danger : en décidant d'appuyer sur le bouton si la face tirée par le dé n'est pas 6, le raisonnement probabiliste ci-dessus suggère que ma probabilité d'avoir un accident dans l'intervalle est multipliée par environ 5 ou 6 (il y a environ 5/1000 chances que je ne tienne pas ma résolution au lieu de 1/1000 dans les hypothèses faites a priori). Et ces probabilités se cumulent : si je suis tenté de jeter plein de fois le dé en décidant à chaque fois j'appuie sur le bouton si la face tirée n'est pas 6, je me mets en danger dès la première fois. Le présélecteur négatif est une sorte de pacte faustien assez complexe avec les probabilités.

Ceci étant, il y a un plot twist : c'est que si je crois vraiment au fonctionnement du présélecteur et que je jette le dé et qu'il tombe sur 1, je n'oserai pas essayer d'appuyer sur le bouton sachant que ça risque très fortement de me tuer avant que j'y arrive. Mais du coup, l'explication la plus plausible n'est plus que je meure, c'est simplement que je n'ose pas ! Et du coup, le présélecteur négatif, si on y croit, devient un simple bouton sur lequel personne n'ose appuyer. (Et de fait, si je crois vraiment à la Prophétie vous n'appuierez pas sur ce bouton, il serait stupide d'essayer d'appuyer dessus pour tenter de la défier, si bien que la Prophétie devient auto-réalisatrice.)

Il y a sans doute quelque chose d'intelligent à dire sur le rapport exact entre le rewinder et le présélecteur négatif (et de savoir si, au fond, ils sont « la même chose » ou non ; il semble que le rewinder permette de façon moins dangereuse d'obtenir qu'un dé tombe un grand nombre de fois sur la face 6 en décidant à chaque fois de revenir en arrière si ce n'est pas le cas, car le rewinder a le concept de date cible t₁ ; mais je n'exclus pas d'avoir raté quelque chose). Je n'ai pas les idées très claires, surtout parce que j'ai la flemme d'y réfléchir attentivement et de faire un modèle probabiliste qui se tienne : c'est plus rigolo de ranter dans mon blog et de laisser d'éventuels lecteurs motivés faire le boulot à ma place.

Sinon, on peut imaginer d'autres sortes de gadgets apparentés. Le présélecteur positif, par exemple, est associé à la Prophétie que vous appuierez (un jour) sur le bouton. Il est peut-être moins puissant que le négatif (une fois qu'on a appuyé sur le bouton, il devient totalement sans effet ; et il est difficile de résoudre je n'appuierai jamais : au mieux, on se débarrassera du gadget, mais il est facile de trouver des explications sur pourquoi on ne le fera pas), mais sans doute aussi moins dangereux. On peut éventuellement s'en servir en résolvant quelque chose comme je n'appuierai sur ce bouton qu'une fois que j'aurai eu une vie assez longue et d'une qualité qui me satisfasse pleinement. Le présélecteur positif réarmable à date limite permet d'entrer un nombre quelconque de « promesses » formées d'un nombre quelconque et d'une date t₁, et il garantit que le nombre sera saisi (une nouvelle fois) sur le pavé numérique, avant la date t₁, en accomplissement de la promesse. Peut-être qu'il y a moyen de donner un sens à ce que j'avais appelé ma réaction instinctive au fast-forwarder sous forme d'un présélecteur négatif réarmable à date limite, mais je ne suis pas convaincu qu'il ait un intérêt quelconque par rapport à un présélecteur négatif tout bête. En tout cas, je suis sûr qu'il y a plein d'histoires de SF rigolotes à écrire avec ces différents gadgets. Je suis sûr, en fait, qu'elles ont déjà été écrites si bien que je n'ai pas à me fatiguer à le faire. 😉

↑Entry #2608 [older| permalink|newer] / ↑Entrée #2608 [précédente| permalien|suivante] ↑

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées