David Madore's WebLog: Résultats d'élections : à la Bastille

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #2038 [older|newer] / Entrée #2038 [précédente|suivante]:

(dimanche)

Résultats d'élections : à la Bastille

[Rassemblement place de la Bastille]Je ne suis pas trop le genre à me livrer à des manifestations de liesse politique (ou à participer à des manifestations tout court, d'ailleurs, ne serait-ce que parce que je suis plutôt agoraphobe) : et pourtant, je me suis rendu — certes brièvement — ce soir à la Bastille[#], où se fêtait, sans doute, plus le soulagement provoqué par la défaite du président sortant que la joie de la victoire de l'impétrant.

En ce qui me concerne, du moins, j'attends assez peu de celui qui sera le prochain président de la République ; j'en attends même le moins possible parce qu'en parlementariste convaincu je considère que l'action de l'exécutif doit être menée par le gouvernement et dirigée par le Premier ministre, dont la légitimité découle de l'Assemblée nationale, laquelle reste à élire (et c'est là l'élection réellement importante, chose que certains journalistes et hommes politiques semblaient découvrir ce soir avec un étonnement ravissant). À défaut d'inexister complètement (dans le fond je ne vois pas pourquoi on aurait besoin d'un chef de l'État[#2]), avoir un rôle modeste et laisser le gouvernement gouverner sera le mieux que pourra faire, à mes yeux le président de la République : la promesse de François Hollande de ne pas être le président de tout était peut-être bien pour moi la plus importante[#3], et contraste avec l'attitude de son prédécesseur.

C'est avec une clameur assez émouvante, donc, que la foule réunie place de la Bastille a accueilli la nouvelle[#4], diffusée sur écran géant, de la victoire de son favori, ou, plutôt, du départ de l'objet de son ressentiment. Émouvante, comme est communicatif l'exultation du bonheur[#5] de la multitude : ou peut-être juste que je suis bon récepteur, en tout cas j'en ai eu les larmes aux yeux. Et je me suis rendu compte que j'attendais ce moment depuis cinq ans[#6] et que j'aurais été absolument effondré de devoir attendre cinq ans de plus[#7]. Je me suis étonné à prendre les choses aussi à cœur (et de prendre à cœur aussi, a contrario, que le score annoncé soit aussi serré).

Ce n'est pas juste que je me définis comme de gauche : je n'aurais pas éprouvé la même chose, je pense, si le président sortant battu avait été[#8] un Jacques Chirac, François Fillon, Dominique de Villepin ou un Alain Juppé[#9].

Pour autant, j'ai un peu tendance à trouver que certains reproches que l'on fait à Nicolas Sarkozy, et qui fondent le rejet de celui-ci, sont un chouïa injustes. Je ne veux pas simplement dire qu'il est un peu idiot de mélanger le grave et l'anecdotique et de lui opposer, par exemple, d'avoir dîné dans le restaurant d'un certain grand hôtel parisien le soir de son élection (oui, c'était une faute de goût, mais de là à en parler encore cinq ans plus tard…). Je trouve que mes concitoyens ont un peu tendance à oublier que ce sont eux qui l'ont élu[#10] : or il me semble que le style et l'action qui ont été les siens tout au long de son quinquennat étaient aisément prévisibles à partir de ce qu'on savait de lui il y a cinq ans. Certes pas le détail des scandales qu'on a associés à son nom (et dont je ne suis pas sûr, malheureusement, qu'ils forment le plus grave reproche qu'on lui adresse), mais sans doute leur teneur générale. Il ne faut pas non plus reprocher de démanteler les services publics à celui qui l'avait explicitement promis dans le programme qu'il a été élu pour réaliser : il faut le reprocher aux électeurs qui l'ont élu. Quant à l'influence du sulfureux M. Buisson, la xénophobie ou au moins la captation tentée des voix du FN, elle était loin d'être indétectable en 2007.

Bref, ce n'est pas que je cherche à défendre le bonhomme, mais j'ai une certaine incompréhension du changement d'attitude des Français à son égard (changement évident quand on regarde les courbes de popularité), alors que lui-même m'a semblé assez constant et assez prévisible pendant toute la période, et je ne le déteste ni plus ni moins maintenant qu'autrefois (disons même, depuis 1995, où j'ai commencé à le remarquer). Mais peut-être que je me fais des illusions.

Toujours est-il que les peuples sont des amants cruels, et vite déçus demain par ce qu'ils réclamaient hier. Comme je suis pessimiste, je pense qu'un tel désamour frappera aussi rapidement le candidat aujourd'hui élu, et je le regrette d'avance. Je suis tenté de faire la prévision opposée à celle à laquelle je fais référence dans la note #6.

Pour parler d'autre chose : dès que le ministère de l'Intérieur aura publié les fichiers Open Data avec les résultats complets du 2e tour, je vais m'amuser à faire une régression linéaire multivariée (sur l'ensemble des communes) entre les résultats des 1er et 2d tours : ceci devrait permettre de connaître, avec une grande fiabilité, la matrice de report des voix entre eux, donc savoir dans quelles proportions les électeurs de chacun des candidats du 1er tour ont voté pour les candidats du 2d (ou se sont abstenus). Cette matrice de reports a été l'élément clé de sondages de second tour, et continue d'être mesurée en même temps que le résultat final, mais je n'ai pas souvenir d'avoir vu, dans les élections précédentes, une telle matrice calculée à partir des résultats définitifs.

Bon, les résultats des législatives grecques sont certainement plus intéressants de tout point de vue, mais je n'ai pas les compétences pour les lire.

[#] Une première idée nous avait amenés, mon poussinet et moi, vers 19h, rue de Solférino : mais remplie de monde de façon compacte sur trois intersections, elle était moins appropriée que la Bastille à ce genre de célébration.

[#2] Normalement, on définit un chef d'État comme la personne qui émet et reçoit les lettres de créances des ambassadeurs, et au nom de qui les traités sont signés. Mais s'agissant, par exemple, de la Suède, les traités qu'elle signe le sont — j'avais remarqué ça en lisant le Traité constitutionnel européen — au nom du Gouvernement du Royaume de Suède (alors que le Royaume-Uni les signe au nom de Sa Majesté la reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord : il y a une véritable différence en ce que la reine du Royaume-Uni a théoriquement des pouvoirs de réserve que n'a pas, même en théorie, le roi de Suède) : je ne sais pas s'il en va de même des lettres de créance, mais il n'y a pas de raison que ce ne soit pas le cas, et du coup, on peut se passer complètement du poste cérémonial de chef d'État, ou plutôt considérer que le chef d'État est la personne collective du gouvernement de la République (et il n'y a pas spécialement besoin de faire une présidence tournante comme en Suisse).

[#3] Ce qui ne veut pas dire que je n'approuve pas de grandes parties de son programme par ailleurs, mais c'est au Parlement de faire la loi.

[#4] Nouvelle avec beaucoup de guillemets autour, parce que la nouvelle circulait depuis au moins 18h15 (que ce soit à coup de messages subtilement codés ou simplement en consultant les sites Web des journaux étrangers). Et à 19h55 il est assez peu probable que tout le monde sur la place ne fût pas déjà au courant (ils passaient par la Bastille par hasard, peut-être ? et la RATP avait fermé la station par hasard aussi ?).

[#5] Comme un petit air de printemps, disait-on. Et c'est assez frappant de se dire : si c'est déjà ça le bonheur que provoque le fait de se débarrasser d'un président qui, quoi qu'on en dise, a été élu démocratiquement, n'a tué personne, et ne sera resté que cinq ans, le bonheur qu'éprouvent les peuples qui, eux, se débarrassent d'un dictateur qui a commis des crimes impunément pendant des dizaines d'années, ça doit être vraiment incroyablement fort.

[#6] Aussi pour pouvoir dire amicalement[#6b] pouêt à tous ceux — certes moins nombreux sur la fin — qui nous prévoyaient sa réélection. Je pense notamment à un post du blog de Vicnent (mais je ne le retrouve pas, suis-je encore passé dans un monde parallèle ?) où il prévoyait et pariait que malgré l'impopularité dans laquelle le président s'était enfoncé, il serait forcément réélu en 2012, parce qu'il aurait fondamentalement bien compris les Français.

[#6b] Et je récuse l'accusation de Schadenfreude. (Sérieusement.)

[#7] Pas que je l'ai véritablement craint, mais le resserrement des intentions de vote au cours des derniers jours me stressait un peu. Soulagement, donc.

[#8] Pour prendre des exemples de gens vaguement crédibles. J'ai encore plus de respect, par exemple, pour Chantal Jouanno, mais on ne l'imagine pas trop en présidente.

[#9] Disons pudiquement que M. Sarkozy aura accompli l'exploit de faire passer à mes yeux M. Juppé pour une référence d'homme intègre.

[#10] Évidemment, ceux qui font la fête ce soir à la Bastille ne doivent pas énormément intersecté ceux qui ont élu M. Sarkozy en 2007, mais il y a forcément certains de ses électeurs d'alors qui ont changé d'avis (au moins vers l'abstention).

↑Entry #2038 [older|newer] / ↑Entrée #2038 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées