David Madore's WebLog: Le jugement de paris : comment établir une cote ?

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #2037 [older|newer] / Entrée #2037 [précédente|suivante]:

(vendredi)

Le jugement de paris : comment établir une cote ?

Une obscure province des États-Unis d'Europe va bientôt tenir l'élection de son gouverneur. Les deux candidats encore en course s'appellent M. Sarlande et M. Holkozy. Toutes sortes d'instruments sont utilisés pour mesurer l'état de l'opinion de l'électorat avant cette échéance (sondages, pronostics de politologues et autres boules de cristal), mais au final on aimerait avoir des résultats lisibles sous la forme M. Sarlande a x% de chances d'être élu gouverneur, M. Holkozy a (100−x)% de chances. Déjà, il est un peu difficile de donner un sens à une telle affirmation : si je prétends que M. Sarlande a 85% de chances et M. Holkozy en a 15%, que l'un ou l'autre soit élu, on ne pourra pas me dire que j'avais tort (après tout, les deux nombres étaient strictement positifs) ; or l'expérience (=l'élection) n'a lieu qu'une fois, on ne va pas la répéter d'une manière qui permette de donner un sens statistique aux probabilités.

On pourrait cependant faire des statistiques pour savoir si je suis un fin analyste politique. Si, par exemple, à chaque fois qu'il y a une élection je fais un pronostic du style le candidat 1 a une probabilité q1 d'être élu, le candidat 2 en a q2, le candidat 3 en a q3, etc. (la somme ∑i(qi) des probas annoncées valant 1), si c'est le candidat numéro i qui est effectivement élu on m'attribue un score de fiabilité de valeur log(n)+log(qi) où n est le nombre total de candidats. (Pourquoi log(qi) ? Parce qu'il est facile de se convaincre que la stratégie optimale pour maximiser son succès dans ce contexte, si on connaît les « vraies » probabilités pi, consiste à annoncer effectivement qi=pi, auquel cas on a une espérance de gain de l'opposé de l'entropie de Shannon de la distribution, plus le terme ajouté log(n) (=l'entropie d'une distribution uniforme sur les candidats) qui est là pour assurer qu'on ne gagne ni ne perd rien en faisant la prévision triviale de donner la même proba qi=1/n à chaque candidat.) Par exemple, quand je prédis 85% de chances à M. Sarlande et 15% à M. Holkozy, il convient d'ajouter 0.77 logons à mon score de fiabilité si c'est le premier qui est élu et d'y retranche 1.74 logons si c'est le second qui est élu. Et si mes chiffres sont corrects, mon espérance de score est de 0.39 logons. (Le mot logon indiquant que j'ai pris des logs base 2.) Si on somme ce score fiabilité sur un grand nombre de prévisions, on peut comparer mes capacités d'analyse à celles d'autres analystes. Je me dis souvent qu'on devrait faire des concours de prévisions de ce genre entre analystes politiques.

Bon, maintenant, comme les gens aiment bien jouer aux jeux de hasard, inévitablement, on va vouloir transformer cette question d'évaluer les chances en un pari. La conversion est la suivante : dire que je considère que M. Sarlande a x% de chances d'être élu et que M. Holkozy en a (100−x)%, ça signifie que je suis prêt à accepter de payer x¤ pour un contrat qui me promet 100¤ si c'est M. Sarlande qui gagne, et dualement (100−x)¤ pour un contrat qui me promet 100¤ si c'est M. Holkozy qui l'emporte. Il y a donc moyen de mettre en place un marché de tels contrats, laisser faire l'axiome libéral de l'efficience des marchés, et voir ce qu'il en résulte. C'est ce que fait le site intrade.com (dont le fonctionnement est résumé ici), et sur lequel on peut notamment voir le cours de MM. Sarlande et Holkozy ici et (à moins que ce soit le contraire). Ces cours (le prix auquel s'échange un contrat je paie 10$ en cas d'élection de Untel) se lisent assez directement comme des probabilités, c'est assez agréable. Il serait intéressant de les évaluer sur un grand nombre d'élections selon le score de fiabilité que je propose plus haut. À vrai dire, je ne suis pas trop convaincu par l'efficience de ces marchés, qui ont des volumes assez petits dont les acteurs sont largement des Américains pas forcément bons analystes de la situation politique française (même si ceux qui parient, évidemment, doivent se renseigner). La logique voudrait que j'intervinsse moi-même dans le marché si je m'estime meilleur analyste (ou simplement pour acheter une assurance contre l'élection d'un candidat qui me déplairait), mais j'ai assez peu de confiance dans ce genre de site et dans mes chances de récupérer effectivement une grosse somme d'argent si je parie comme je le pense.

Un système apparenté mais différent est utilisé par les bookmakers anglais : il s'agit cette fois de cotations (on n'échange pas des contrats mais on place des paris à une certaine cote), et on peut voir ici une synthèse des cotes qu'ils attribuent (c'est un peu pénible à lire : le système traditionnel d'affichage de la cotation indique la fraction de la mise qu'on récupère en plus de celle-ci si on a raison sur la prévision — sachant que si on a tort on perd tout ; alors que le système décimal indique combien on récupère au total, mise comprise, si on a raison, comme un nombre décimal).

J'en viens à la question qui m'a pas mal tracassé : comment fait-on, au juste, pour établir une cote de paris ? (Autrement dit, je veux imaginer un système où chacun peut décider de placer un pari sur un des candidats, à une cote instantanée déterminée automatiquement en fonction des paris précédents, pari qui sera payé par une autorité centrale organisatrice, et pas un système de marché comme sur intrade.com ; notamment, une personne doit pouvoir parier même si elle est seule à le faire.)

Une première idée naïve pour un système de paris pourrait être ceci : tous ceux qui le veulent placent un pari de la somme qu'ils veulent sur un des deux candidats, toutes ces sommes sont mises en commun (mettons que u zorkmids aient été pariés sur Sarlande et v sur Holkozy), et lorsque le gagnant est connu, la somme totale u+v est redistribuée à ceux qui ont parié sur ce gagnant, proportionnellement à leur mise (donc par exemple si c'est Sarlande qui gagne, la mise de ceux qui ont parié sur lui est multipliée par (u+v)/u, autrement dit ils emportent v/u fois leur mise en plus de celle-ci). Ce système est extrêmement simple, mais souffre de défauts rédhibitoires : essentiellement, la cote est la même pour tous et n'est connue qu'à la clôture des paris et ne dépend pas du moment où on a parié — ce qui va conduire à des paris de dernière minute alors que le résultat de l'élection se précise, et pénaliser les parieurs de la première heure qui auraient une vision claire bien en avance. On peut imaginer un tel système où les paris seraient clos à une date butoir, ou renouvelés dans le temps, ou ce genre de choses, mais on ne résout pas vraiment le problème.

Ensuite, je me suis imaginé la chose suivante : lorsqu'on parie une somme sur l'un des deux candidats, la cote instantanée utilisée est donnée simplement par le rapport entre la somme totale qui a été pariée sur l'un et celle qui a été pariée sur l'autre. Plus exactement, le système serait le suivant : initialement, l'autorité centrale place 100¤ (disons) comme somme fictive pariée sur Sarlande et autant sur Holkozy ; puis, si à un instant donné u zorkmids ont été pariés sur le premier et v sur le second, et si je veux miser δ (une somme infinitésimale) sur Sarlande, je récupérerai δ·(u+v)/u (c'est-à-dire ma mise δ plus encore δ·v/u de bonus) si j'ai eu raison et 0 (=ma mise est perdue) si j'ai eu tort. On convient que les cotations sont modifiées instantanément : pour parier une somme non infinitésimale, il faut diviser celle-ci en mises infinitésimales et faire l'intégrale qui convient — je n'insiste pas là-dessus. L'ennui c'est qu'avec ce système, les pertes de l'autorité centrale ne sont pas bornées : si après la mise fictive initiale de 100¤ de chaque côté je suis seul à parier et que je mise A sur Sarlande, et si j'ai gagné, je récupère ma mise A plus un gain de 100¤·log(1+(A/100¤)) payé par la banque (comme on le vérifie en calculant l'intégrale 100¤ (A+100¤) ( u+100¤ u ) du — ici écrite en MathML — qui vaut A + 100¤ · log ( 1 + A100¤ ) ). La divergence est certes logarithmique, mais elle est là (sans regarder le détail de l'intégrale, on voit bien que la divergence doit être logarithmique parce que le gain varie comme l'inverse de u).

Voici comment on peut y remédier. Disons que la banque (=l'autorité qui mène les paris) veut limiter ses pertes à 100¤ dans le pire cas. Elle met donc initialement 100¤ dans deux comptes, le compte u somme pariée sur Sarlande et restant à distribuer et le compte v somme pariée sur Holkozy et restant à distribuer. Si je veux miser δ (une somme infinitésimale) sur Sarlande, ce δ est ajouté à u comme précédemment, et placé à la même cote que précédemment (je récupérerai δ·(u+v)/u en cas de victoire de Sarlande, c'est-à-dire ma mise plus δ·v/u), mais cette fois je déduis la somme δ·v/u du compte v, puisque c'est à partir de là que je paie les gains. Il est facile de se convaincre que dans ce système, le produit u·v (ou, si on veut, la moyenne géométrique entre les deux) reste constant ; la banque réalise un bénéfice net de v−100¤ si c'est Sarlande qui gagne, et u−100¤ si c'est Holkozy, ses pertes sont donc minorées dans le pire cas (le reste des gains éventuels venant des mises des autres joueurs). Cette fois, si après la mise fictive initiale de 100¤ de chaque côté je suis seul à parier et que je parie A sur Sarlande, et si j'ai gagné, je récupère ma mise A plus un gain de 100¤·(A/(100¤+A)) payé par la banque, puisque u vaut 100¤+A après mes mises et v vaut 10000¤²/(100¤+A). Cette fois il n'y a pas de divergence puisqu'on intègre quelque chose en v/u, c'est-à-dire en fait en 1/u² (précisément, l'intégrale est 100¤ (A+100¤) ( u + ( 100¤/u ) u ) du ce qui vaut A + 100¤ · ( A 100¤ + A ) ).

Ce système semble mathématiquement assez naturel (et se généralise assez bien à plus de 2 candidats), et il me rappelle l'apparition de la moyenne géométrique que j'avais vue dans la réalisation des paniers de monnaies. Mais je ne sais pas si elle porte un nom standard, ni si c'est ce qu'utilisent les bookmakers anglais (modulo leurs marges, et modulo le fait qu'ils ne remettent évidemment pas à jour leur cotation instantanément).

↑Entry #2037 [older|newer] / ↑Entrée #2037 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées