David Madore's WebLog: En fait, j'ai un ou deux tendons rompus

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

↓Entry #2561 [older| permalink|newer] / ↓Entrée #2561 [précédente| permalien|suivante] ↓

(jeudi)

En fait, j'ai un ou deux tendons rompus

J'écrivais il y a quelques jours que je m'étais fait une tendinite à l'épaule droite (en essayant de rattraper une moto qui tombait — mais la cause réelle est confuse, cf. ci-dessous). En fait, ce n'est pas juste une tendinite : je viens d'apprendre que j'ai au moins un tendon rompu, si ce n'est deux.

Je suis arrivé cet après-midi plutôt confiant chez le radiologue pour la radio et l'échographie de l'épaule que mon généraliste m'avait prescrites : j'avais l'impression que ma « tendinite » était doucement en train de partir, en tout cas j'ai mieux dormi les deux dernières nuits, avec moins d'anti-inflammatoires et d'antalgiques, et il me semblait que je retrouvais un peu ma mobilité au bras droit. au point que je pourrais sans doute faire cours au tableau lundi (22) et peut-être même avoir le cours de moto qui était planifié jeudi (25).

Calcifications visibles à la radio : ça suggère des blessures au tendon, mais ça signifie aussi que ce n'est pas tout récent — donc la moto ne peut pas être la seule à blâmer. Le radiologue n'a vraiment pas l'air content en regardant les images : les dommages sont considérables, commente-t-il, tout en annotant les images avec des mots comme épanchement et rupture qui sont manifestement de mauvais augure. Finalement, il conclut : dans l'immédiat, il faut faire une IRM, et il est quasi certain qu'une opération chirurgicale sera nécesaire. D'après son rapport, j'ai une rupture du tendon supra-épineux, et peut-être aussi du sub-scapulaire (ne me demandez pas où ils sont au juste ni ce qu'ils font exactement — les images renvoyées par Google images sont épouvantablement incompréhensibles). Voici le compte-rendu complet (je ne vois pas trop de raison de ne pas le mettre en ligne) :

Indications : Scapulalgies persistantes. [Hum, ce n'est pas vraiment ce que j'ai dit, moi, mais passons.]

Radiographies de l'épaule droite de face (rotations neutre, interne et externe) et profils de Lamy et glénoïdien. Résultats : Respect des interlignes articulaires sous-acromial et omo-huméral. Calcifications fines hétérogènes sus-trochitériennes et en regard du trochin témoignant respectivement d'une tendinopathie calcifiante du supra-épineux et du sub-scapulaire. Absence de lésion osseuse focale. CSA à 38°. [CSA>35° : risque de rupture de coiffe.]

Échographie de l'épaule droite. Résultats : L'examen a été réalisé avec une sonde de 11MHz et a comporté des coupes multi-directionnelles dynamiques. • Présence d'une structure hyperéchogène, sous acromiale étendue sur près de 18×17×10mm, pouvant correspondre à une bursite calcique mais l'absence de visiblité du tendon sub-scapulaire dans sa totalité ne permet pas d'éliminer une rupture à son niveau. On visualise également une solution de continuité entre les deux cordes profonde et superficielle du supra-épineux traduisant une rupture transfixiante sans rétraction. On retrouve la présence de calcifications des fibres périphériques du supra-épineux. Petit épanchement dans le récessus postérieur. Intégrité de l'articulation acromio-claviculaire. Absence de dégénérescence graisseuse des corps charnus du supra ou de l'infra-épineux.

Dans ces conditions, on préconise une confrontation aux données IRM.

Le cabinet de radiologie a pu me trouver un rendez-vous pour une IRM la semaine prochaine (jeudi 25). Ne sachant pas trop quoi faire, j'ai pris rendez-vous chez une rhumatologue le lendemain. Je ne sais pas si ça vaut la peine que je retourne voir mon généraliste d'ici là, ni si ça a un intérêt de continuer les anti-inflammatoires. Mais me voilà avec un certain nombre de questions, d'inquiétudes ou d'angoisses :

1. Qu'est-ce qui m'est arrivé exactement ? Le radiologue a été clair sur le fait que les calcifications démontrent que le problème ne peut pas être aussi récent que vendredi (i.e., il faut croire que j'avais quelque chose aux tendons bien avant d'essayer de rattraper une moto, ou même de commencer les cours). Je savais que j'avais des problèmes occasionnels à l'épaule droite, mais quelle pouvait être leur nature exacte ? Je suppose que la rupture du tendon supra-épineux elle-même date de vendredi, mais peut-être qu'elle était partiellement amorcée avant. Mais comment expliquer que j'aie eu très peu mal sur le coup, que je ne me sois pas senti spécialement handicapé vendredi, et que la douleur et l'incapacité à soulever le bras soient venus progressivement au cours du week-end ? J'ai quand même pu conduire une moto vendredi après-midi, d'abord sur le plateau, puis sur l'autoroute : j'ai du mal à comprendre comment j'ai pu accomplir un tel exploit avec un ou deux tendons rompus ! (Ou alors ils se seraient rompus après ? Mais comment ?)

2. Comment naviguer le système médical ? Comme je le dis plus haut, j'ai rendez-vous pour une IRM la semaine prochaine, et j'ai pris rendez-vous pour consulter une rhumatologue : mais comment dois-je m'y prendre pour me faire opérer, et, si possible, pas dans un délai tel que le problème empire (par exemple si le tendon commence à se rétracter) ? Pour combien de temps est-ce que je peux réalistement compter en avoir avant que mon épaule soit « réparée » autant qu'elle pourra l'être ?

3. En attendant, je fais comment ? Je revois mon généraliste ? Je continue les antalgiques ? Les anti-inflammatoires ? Le radiologue m'a dit qu'il faudra mettre mon bras en écharpe, est-ce que je dois bricoler ça tout de suite ? (En permanence ? Ou juste pour marcher ? Est-ce que je peux quand même taper sur un clavier ?)

4. Comment vais-je dormir pendant les mois qui viennent ? Ce point m'angoisse beaucoup, parce que même si les deux dernières nuits représentaient un progrès par rapport aux précédentes, je ne peux vraiment pas dire que j'aie bien dormi. L'idée d'en rester à ce régime pendant des mois me fait vraiment peur. (Soyons honnêtes, dormir est une de mes activités préférées.)

5. Comment est-ce que je fais pour mes cours ? Je ne peux pas lever le bras droit. J'ai essayé d'écrire du bras gauche, non seulement j'ai une écriture de gamin de l'école maternelle mais en plus j'écris à peu près une lettre en trois secondes : ce n'est pas imaginable de faire cours au tableau dans ces conditions. Hier j'ai fait cours au vidéoprojecteur, mais le temps de préparer des transparents est vraiment énorme : je ne peux pas sérieusement envisager de faire ça pour l'ensemble de mes cours. Comment m'en sortir ? (J'avais imaginé un moment demander à un élève de venir au tableau jouer au scribe, mais l'intérêt a l'air nul : autant dicter le cours à tout le monde en même temps…)

Je peux peut-être obtenir un certificat médical d'invalidité, mais j'aurais vraiment du mal à ignorer le fait que je mettrais mes collègues et étudiants dans le pétrin en disant que je ne peux juste pas faire cours. Je vais essayer de voir mon médecin du travail, mais j'ai déjà un cours lundi, avant que je puisse espérer le rencontrer.

6. Comment est-ce que je fais pour dans la vie quotidienne ? Je ne peux pas dire que je sois très sérieusement handicapé : si on ne m'impose pas de garder le bras en écharpe en permanence (ce qui serait vraiment très lourd), tant que je laisse le coude à peu près le long du torse, je peux encore me servir de ma main droite (écrire sur ordinateur est un peu pénible, mais pas impossible cette entrée de blog en est la preuve ; le plus pénible est de passer du clavier à la souris ou vice versa). Mais même comme ça, je ne vois pas comment je peux faire la vaisselle, je ne peux pas me savonner correctement en prenant ma douche, ni me sécher après, je ne peux pas passer l'aspirateur, etc. Je suis tellement empoté de la main gauche que même me laver les dents est extrêmement difficile. Comment font les gens à qui il manque un bras, voire deux ‽

7. Pourrai-je à terme reprendre la muscu ? Je me rends compte, maintenant que je ne peux plus, que, d'une part, j'aimais vraiment ça et ça me manque déjà beaucoup, et, d'autre part, que ça m'aidait vraiment à surmonter mes problèmes d'image de moi (et de relation à mon corps). Médicalement, sans doute, après une opération réussie et un temps de rééducation. Mais à ce moment-là j'aurai perdu tout ce que j'ai mis des années à gagner, et je me demande si j'aurai vraiment le courage de reprendre.

8. Pourrai-je à terme passer le permis moto ? Je peux dire la même chose qu'au paragraphe précédent : je me rends compte, maintenant que je ne peux plus, que j'aimais vraiment ça et ça me manque déjà beaucoup. Là, le problème n'est pas tant de reprendre à zéro (on ne peut pas dire que ça fasse beaucoup à reprendre, je venais de commencer les cours), mais il n'est pas clair que je puisse : d'une part, l'assurance que j'ai souscrite ne vaut que pour un an et n'est pas renouvelable, et d'autre part, dans un an, avec le temps que je perdrai dans les transports entre Paris et Saclay, il est douteux que je puisse trouver le temps de passer un permis (surtout qu'avec la réforme prévue, il faudra que je repasse le code, et il est prévu que l'épreuve en circulation devienne beaucoup plus difficile).

(Même une voiture, d'ailleurs, j'ai un peu peur d'oublier comment la conduire. Jusqu'à la semaine dernière, j'avais veillé à conduire quasiment chaque semaine, pour entretenir l'habitude. Mais là, c'est cuit pour je ne sais combien de temps.)

Peut-être que je me plains beaucoup pour pas grand-chose, il y a évidemment des problèmes bien plus graves qu'avoir quelques tendons rompus (mais bon, quasiment tout le monde peut toujours se dire qu'il y a des gens plus mal, je ne sais pas si ça aide vraiment). Mais le fait est que, pour l'instant, j'ai juste envie de trouver un trou bien profond et de me cacher dedans pour dormir très longtemps.

Mise à jour : voir cette entrée ultérieure.

↑Entry #2561 [older| permalink|newer] / ↑Entrée #2561 [précédente| permalien|suivante] ↑

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées