David Madore's WebLog: D'autres termes compliqués sont écrits à propos de mon épaule

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

↓Entry #2569 [older| permalink|newer] / ↓Entrée #2569 [précédente| permalien|suivante] ↓

(jeudi)

D'autres termes compliqués sont écrits à propos de mon épaule

Résumé des épisodes précédents : Je savais depuis longtemps que mon épaule droite était facilement sujette aux tendinites (notamment quand je fais de la musculation, mais j'avais trouvé moyen que ça ne se produise plus), mais il y a un mois et demi je me suis fait un coup brusque à cette épaule en retenant une moto qui tombait sur le côté (à l'arrêt) : très peu de douleur sur le coup, mais les trois jours suivants ont été très douloureux, surtout la nuit, et j'étais incapable de lever le bras. Un radiologue m'a diagnostiqué des calcifications aux tendons supra-épineux et sub-scapulaire et une rupture transfixiante au moins du premier ; mais une IRM pratiquée la semaine suivante a contredit la rupture des tendons, et par ailleurs les douleurs ont progressivement diminué jusqu'à revenir essentiellement au statu quo ante.

En fait, je n'ai plus mal du tout sauf quand je fais un mouvement de musculation particulier — que j'ai donc logiquement arrêté de faire. C'est d'ailleurs assez fascinant parce que deux mouvements peuvent avoir l'air complètement équivalent et apparemment ils ne le sont pas : le mouvement que je ne peux plus faire est le développé des pectoraux sur machine (en position assise, légèrement inclinée) consistant à pousser vers le haut, main en pronation (i.e., paume vers le bas) — soit à peu près ce qu'on voit sur cette page — j'ai mal en gros au niveau de l'avant de la tête de l'humérus, au retour du mouvement ; alors que l'exercice qui a l'air assez équivalent et où on pousse à peu près à niveau horizontal (le point d'articulation des barres étant au niveau du sol plutôt qu'au-dessus de la tête) ne me pose pas de problème. J'aimerais bien savoir s'il existe des manuels et/ou des modèles mathématiques précis décrivant précisément la mécanique anatomique des bras et de l'épaule pour que je puisse comprendre comment les forces s'exercent et comment les efforts se répartissent ! Parce que déjà rien que pour ce qui est de la terminologie, à la fois des médecins et celle des sportifs a l'air d'obéir à une systématique qui n'est pas du tout transparente pour moi, et qui est très mal expliquée à la fois sur Wikipédia et sur tous les livres d'anatomie sur lesquels j'ai pu mettre la main ; et pour ce qui est de la cinématique ou, pire, de la dynamique des mouvements, je n'ai pas trouvé la moindre source d'information susceptible de m'éclairer. Mais passons.

Comme mon généraliste m'avait référé vers un chirurgien orthopédiste spécialiste de l'épaule, je suis allé le voir même si ça allait mieux. Je lui ai apporté, donc, des radios, des échographies et une IRM, et il m'a essentiellement dit c'est bien, mais on ne voit pas grand-chose là-dessus : allez passer un arthroscanner et revenez me voir (ça fera 80€ s'il vous plaît)

J'exagère, il m'a quand même fait faire quelques mouvements pour voir ce qui me faisait mal, mais ce qui l'intéressait surtout était une petite tâche sur une radio, que le radiologue avait interprété (et que l'IRM avait plus ou moins confirmé) comme une calcification au niveau du sub-scapulaire et dont il se demandait si ça ne pouvait pas être une petite fracture de la glène (divulgâchis : non, je n'ai pas de fracture de la glène). Il m'a donc adressé à un nouveau radiologue avec la lettre suivante :

Faire arthroscanner épaule droite : fracture de glène ou calcification du sous-scapulaire ?

J'ai fait le scanner la semaine dernière, et évidemment, le diagnostic est maintenant encore différent ! Les calcifications du sub-scapulaire ont disparu, il y en a peut-être un tout petit peu au niveau de l'infra-épineux, mais surtout, c'est mon bourrelet glénoïdien qui est en mauvais état :

Cher Collègue,

Merci de m'avoir confié Monsieur David MADORE pour sa demande d'arthroscanner de l'épaule droite. Actuellement, les douleurs ont nettement diminué. Je rappelle que sur les radiographies qu'il a réalisé au mois d'octobre, il y avait des calcifications apatitiques sur le trajet du tendon supra-épineux et une forte suspicion de calcification du tendon sub-scapulaire.

Les coupes d'arthroscanner, ce jour, ont montré un aspect dégénératif du bourrelet glénoïdien antéro-inférieur avec un décollement du bourrelet glénoïdien entre le rayon de 3 heures et le rayon de 5 heures avec passage de produit de contraste à travers le bourrelet en avant de la glène, ostéophytose sous-chondrale, amincissement du cartilage d'encroûtement de la glène jusqu'à l'os sous-chondral.

J'ai également noté une condensation osseuse sous-chondrale épiphysaire humérale. Il s'y associe un aspect discrètement frangé de la synoviale. Il n'y a pas d'anomalie du bourrelet postérieur. Il existe une calcification apatitique punctiforme de 4mm sur le tendon supra-épineux et une image de tonalité calcique à l'insertion des fibres les plus profondes du tendon infra-épineux. Cette image de tonalité calcique peut correspondre soit à la calcification apatitique soit à un début de passage de produit de contraste à la face profonde du tendon infra-épineux.

Je n'ai pas vu de calcification du tendon sub-scapulaire. Il n'y a pas d'image de tonalité calcique se projetant sur le trajet du tendon sub-scapulaire. Bonne trophicité des muscles de la coiffe. Pas d'anomalie acromio-claviculaire. Pas d'involution graisseuse de la coiffe.

En conclusion, arthropathie dégénérative gléno-humérale débutante avec aspect dégénératif du bourrelet glénoïdien antérieur. Petite calcification apathique [apatitique?] du tendon supra-épineux. La calcification en projection du tendon sub-scapulaire qui était visible sur les radiographies du 18 octobre 2018 n'est pas visible au scanner ce jour (résorption calcique). Il existe d'autres images de tonalité calcique linéaire dans le tendon supra-épineux et dans le tendon infra-épineux difficile d'interprétation (calcification ou très fin passage de produit de contraste).

Encore une fois, c'est très joliment écrit, et je me retrouve à googler comme un fou pour essayer de déchiffrer le jargon (et à me désoler de l'insuffisance des explications de Wikipédia dans le domaine médical).

Si je comprends bien, les rayons du bourrelet sont comptés à partir du haut et d'abord vers l'avant, donc entre 3 heures et 5 heures, c'est surtout vers l'avant et un plutôt vers le bas (antéro-inférieur).

Le radiologue avait l'air un peu perplexe ; il m'a demandé (et redemandé) si j'avais déjà eu une luxation de l'épaule. La réponse est non (à moins qu'on puisse se faire une luxation sans le savoir, ce dont je doute), même si cet épisode ancien m'est revenu à l'esprit.

Je retiens de l'ensemble des trois rapports de radiologie qui ont été écrits sur mon épaule (ici, ici et ci-dessus, donc) que j'ai essentiellement trois lieux problématiques, le tendon supra-épineux, le tendon sub-scapulaire et le bourrelet glénoïdien antérieur. Cela correspond à peu près aux endroits où je ressens ou ai ressenti de la douleur. Ce qui est beaucoup moins clair est le rapport entre ces problèmes, le fait qu'ils soient anciens/chroniques/dégénératifs ou nouveaux/aigus/traumatiques, s'ils sont cause ou conséquence de l'asymétrie générale que j'observe[#] entre mes épaules, ou ce que je dois en penser globalement.

[#] Je peux me gratter la base de l'omoplate droite avec ma main gauche, mais avec ma main gauche, je suis incapable de monter touche mon dos plus haut que, grosso modo, le niveau de mon nombril. Et si je mets mes mains dans mon dos, poings fermés, paumes en arrière, poing contre poing, alors mon épaule droite est très nettement avancée par rapport à mon épaule gauche. J'ai essayé de parler de ces faits à plusieurs des médecins que j'ai consultés à ce sujet (mon généraliste, deux des trois radiologues, et le chirurgien orthopédiste), et aucun n'a voulu m'écouter. (Disons qu'ils avaient l'air de considérer que ce que je racontais était aussi intéressant ou pertinent que si je m'étais mis à parler de la philologie sanskrite.)

Je suppose que je vais retourner voir l'orthopédiste (mais il y a des chances pour qu'il me dise c'est dégénératif, allez voir un rhumatologue (ça fera 80€ s'il vous plaît)).

PS : J'apprends à cette occasion que quand on vous donne un CD d'imagerie médicale (en fait j'en avais déjà un pour l'IRM mais je n'avais pas fait attention), les images (contenues dans le répertoire DICOM/ du CD, et en principe répertoriées par un fichier DICOMDIR) sont au format DICOM. Le programme libre Aeskulap peut servir à les voir (utile s'il y a plusieurs séries et pour afficher les métadonnées), mais si on veut juste convertir l'image, ImageMagick sait faire.

↑Entry #2569 [older| permalink|newer] / ↑Entrée #2569 [précédente| permalien|suivante] ↑

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées