David Madore's WebLog: Pourquoi Israël polarise-t-il autant la géopolitique ?

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1636 [older|newer] / Entrée #1636 [précédente|suivante]:

(lundi)

Pourquoi Israël polarise-t-il autant la géopolitique ?

Je voudrais poser cette question de façon vraiment — sincèrement — ingénue. Il y a trente–quarante ans, la géopolitique s'organisait autour de la guerre froide et de l'axe qui opposait les alliés des Soviétiques à ceux des Américains : les conflits israélo-arabes devaient se lire dans cette optique. La sphère géopolitique doit aimer s'organiser selon un axe dipolaire, parce que j'ai l'impression qu'après la fin de la guerre froide, l'alignement selon l'axe pro-ou-contra-israélien a quasiment remplacé l'alignement slon l'axe pro-ou-contra-américain : mais j'ai du mal à comprendre comment il arrive à acquérir une telle importance.

Certes, j'ai un avis — rapide et fort peu éclairé, car je n'y connais rien[#] — sur la situation des Palestiniens comme j'en ai un sur celle des Tamouls au Sri Lanka ou sur l'inimitié Indo-Pakistanaise, ou sur l'Ossétie et l'Abkhazie, ou sur les Turcs et les Kurdes, ou sur plein d'autres choses. Mais dans tous ces cas mon intérêt est, en toute honnêteté, un peu lointain et purement académique, donc j'essaie de ne pas crier mon avis trop fort parce qu'il ne repose essentiellement que sur mon ignorance et sur des préjugés très vite formés. Or beaucoup plus de gens ont l'air d'avoir des avis très arrêtés sur Israël vs. ses voisins arabes que sur à peu près n'importe laquelle des autres querelles qui peuvent exister entre deux peuples[#2] sur cette planète (peut-être même entre deux idées si on se restreint aux conflits d'idées qui se traduisent de façon assez claire en géopolitique). Les autres conflits ne réussissent pas à s'inviter de façon aussi envahissante dans le cadre d'une conférence des Nations-Unies sur le racisme. Et il n'y a aucun autre conflit sur lequel n'importe qui connaisse la position d'à peu près n'importe quel intellectuel / donneur de leçons un peu en vue (ou, d'ailleurs, sur lequel il en ait forcément une).

Ceci est sans commune mesure avec le nombre de personnes impliquées (il y a certes plus de Palestiniens à Gaza ou en Cisjordanie qu'il y a de Catholiques en Irlande du Nord — ou qu'il y en avait il y a vingt ans —, mais enfin il y en a quatre ou cinq fois plus, pas trente fois plus) ; il est même sans commune mesure avec l'importance économique ou démographique d'Israël. Et si on peut tenter de l'expliquer par la puissance de l'électorat juif américain, mais j'ai quand même l'impression que c'est lui faire beaucoup d'honneur que de prétendre qu'il aurait autant d'influence sur la géopolitique mondiale. Même au sein des pays arabes, j'ose espérer qu'il y a des préoccupations plus variées ! (Et puis, s'agissant des Musulmans en général, je ne vois pas spécialement pourquoi la situation en Cisjordanie les intéresserait plus que celle au Kashmir.) Bref, je ne sais pas trop quoi penser. Est-ce que d'autres grandes puissances (la Chine, la Russie, l'Inde ?) ne sont que trop heureuses qu'on parle abondamment des questions qui les concernent le moins possible, et sont ravies de laisser les États-Unis et les pays arabes regarder et pointer du doigt vers le Moyen-Orient ?

Je me pose la question avec sans doute beaucoup de naïveté (j'avoue que j'en rajoute un peu faussement en écrivant cette entrée), mais il peut être intéressant de se poser parfois, en même temps qu'une question, la méta-question de l'importance de cette question et de l'histoire de cette importance.

[#] Rien est exagéré, parce que même si on le voulait très fort on aurait du mal à rester ignorant sur le sujet. Reste que sur ce sujet-là, on a la désagréable impression de ne jamais rien savoir parce que dès qu'on apprend quelque chose il y a ceux qui vous diront que l'information est présentée de façon partiale, ou que celui qui vous l'a expliquée est un affreux anti/pro-Sioniste/Islamiste (rayez les mentions inutiles). C'est pénible.

[#2] Il faudrait peut-être écrire une petite note sur le Tibet, cependant, qui a l'air de beaucoup motiver les donneurs d'avis. Mais en Occident (wherever that may be), cet avis a autour de lui l'unanimité béate de ceux qui se sont fait un avis facile en voyant le gourou religieux exilé sympa d'un côté et les méchants envahisseurs de l'autre : je subodore, dans mon ignorance tout aussi crasse sur le Tibet qu'elle l'est sur la Palestine, que la réalité est un chouïa plus compliquée que ça.

↑Entry #1636 [older|newer] / ↑Entrée #1636 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées