David Madore's WebLog: De la difficulté d'acheter un PC correct en 2016

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #2392 [older|newer] / Entrée #2392 [précédente|suivante]:

(mercredi)

De la difficulté d'acheter un PC correct en 2016

Un moment que je craignais depuis longtemps est arrivé : le PC qui est chez moi est mort. Enfin, il n'est pas complètement mort puisque je m'en sers encore pour écrire ces lignes, mais il ne tient apparemment guère plus que 48h sans planter : je suppose qu'un condensateur dans la carte mère s'est usé, ou quelque chose comme ça, et il y a à parier que d'ici quelques jours il ne marchera plus du tout (et même s'il continue au même rythme, 48h sans planter est bien trop court pour les usages que j'ai). Cette carte mère (Asus P5W64 WS Pro) date de 2007 : il est peut-être de toute façon temps d'en changer.

Voici donc mon first world problem du moment : en 2016 il est devenu vraiment difficile d'acheter un PC correct, en tout cas selon ma définition de « correct ». Précisons d'emblée que ce qui m'intéresse surtout est la fiabilité, pas la performance. Or, pour qu'un produit soit trouvable, il faut qu'il y ait des gens (autres que moi) qu'il intéresse.

Je ne sais pas bien qui achète des PC fixes ni pourquoi. Beaucoup de gens qui autrefois eurent acheté des PC sont passés à ces sales merdes qu'on appelle des tablettes : cette évolution a fait chuter le marché des PC. Même parmi les gens qui ont besoin d'un vrai clavier (parce que, quand même, pour taper beaucoup sur une tablette, il faut être motivé), la plupart achètent des portables, ou des transportables (par transportable, je veux dire un truc qui se présente comme un portable mais qui pèse quand même très lourd). Restent les gamers (ceux parmi eux qui utilisent un PC normal et pas un de ces PC propriétaires spéciaux qu'on appelle consoles) ; mais les gamers recherchent des choses complètement différentes de ce qui m'intéresse : uniquement la performance, ils se foutent de la fiabilité tant que la machine n'en est pas à planter plus vite que leur personnage virtuel ne se fait tuer.

Jusqu'à il y a quelques années, je me disais que je pouvais compter sur une autre catégorie d'acheteurs : les gens (ou en fait, typiquement les TPE/PME) qui veulent un « serveur ». Et de fait, même si je déteste profondément la classification des PC en « machines de bureau » et « serveurs », car je parle bien d'acheter un truc pour mettre sur mon bureau, ce que je veux colle bien avec la catégorie « serveur » : fiabilité avant tout, pas mal de mémoire, fiabilité, pas mal de disque dur, fiabilité, peu importe le chipset graphique, et est-ce que j'ai parlé de la fiabilité. Ou du moins, cela collait bien, parce que je ne sais pas si si cette catégorie existe encore en 2016 : maintenant, si on veut un serveur, ce n'est pas pour mettre chez soi — quand on veut un serveur, on prend une machine hébergée en colocation, ou un serveur virtuel sur le nuage à-ma-zone. Et là ça ne colle plus avec mes besoins, parce que je veux quand même un PC physique à mettre chez moi, qui m'appartienne et sur lequel je puisse stocker mes données (les serveurs en colocation, j'en loue déjà quatre, c'est bon, je n'en veux pas d'un cinquième). Bien sûr, ces serveurs en colocation, ou virtuels dans le nuage, ils doivent bien avoir une existence physique quelque part, mais elle peut être hautement spécialisée, peut-être sous une forme qui ne s'achète que par lots de 1024, ou qui impérativement ont besoin d'être rackée dans un datacenter avec une alimentation groupée, que sais-je encore.

Et du coup, je me demande si on ne s'achemine pas vers un monde où seuls Google, Facebook, Amazon et semblables peuvent acheter des vrais ordinateurs, tous les autres devant leur louer de ces ressources.

J'en viens à une petite description de ce que j'entends par fiabilité, et ce en quoi elle affecte le matériel. Il y a deux points cruciaux à la fiabilité : le taux d'erreur le plus bas possible dans le traitement, la reproduction et le stockage de l'information (car l'information est sacrée), et un fonctionnement 24 heures sur 24 avec le moins de downtime possible (i.e., que l'ordinateur soit tout le temps accessible, et avec lui, l'information qu'il stocke).

Concrètement, au niveau stockage de l'information, l'impératif de fiabilité signifie que j'utilise des disques en RAID ; mais ceci ne concerne pas vraiment le matériel (à part la nécessité d'avoir, disons, quatre disques durs identiques). En revanche, au niveau de la mémoire vive (RAM), cela impose d'avoir de la mémoire ECC (j'ai déjà ranté à ce sujet à de nombreuses reprises, par exemple ici), c'est-à-dire avec correction d'erreurs (pouvant corriger 1 bit erroné quelconque sur un mot de 64 bits, et en détecter 2) : c'est le genre de choses qui n'intéresse pas du tout les gamers parce que c'est forcément plus lent, et parce qu'ils n'ont pas de données importantes à protéger, mais pour moi c'est une condition sine qua non de fiabilité.

Pour avoir de la RAM ECC, il faut non seulement des barrettes ECC (avec 9/8 fois plus de bits dessus), mais il faut aussi que la carte mère supporte l'ECC (c'est-à-dire, que le chipset la supporte, que le câblage le supporte, et que le BIOS le supporte) et aussi que le processeur le supporte. Chez Intel, ça veut dire que le processeur doit être un Xeon. Chez AMD, je n'ai pas compris (ça a l'air un peu plus largement disponible au niveau processeurs — au niveau cartes mères c'est autre chose — mais je suis complètement paumé dans les références). Les informations sont très difficiles à trouver en ligne, parce que très peu de gens veulent de la RAM ECC.

Un autre composant matériel que je souhaite avoir, c'est un watchdog matériel dans la carte mère, c'est-à-dire un composant qui redémarre automatiquement la machine si elle est plantée (concrètement, dès qu'on l'active, il faut lui envoyer régulièrement un signal montrant que tout se passe bien, et s'il ne le reçoit pas au bout de quelques minutes, il provoque un reboot). J'ai ça sur mon PC actuel (celui qui est mourant ; et grâce au watchdog, il reboote quand il plante, au lieu de rester bêtement inutilisable). Le problème de trouver des informations est encore pire concernant les watchdogs que concernant la RAM ECC : c'est quasiment impossible de savoir à l'avance quelles cartes mères ont un watchdog (même si on a les références d'une carte mère précise et de son chipset, parfois même quand on a accès au produit lui-même, c'est vraiment difficile de le savoir). Peut-être même que ce genre de système a été complètement remplacé par des gadgets plus sophistiquées comme l'IPMI ou autres choses dont j'ignore jusqu'au nom. Toujours est-il que je voudrais bien un système qui m'assure que si mon PC plante pendant que je ne suis pas chez moi pour le redémarrer, il y aura quelque chose à faire. Je ne considère pas ça comme aussi absolument indispensable que la mémoire ECC, mais si je peux avoir un watchdog, c'est mieux.

À part ça, laissant de côté les questions de fiabilité, j'ai aussi besoin d'au moins 6 ports SATA (j'ai quatre disques durs à brancher plus deux lecteurs/graveurs optiques) plus un eSATA, et de 2 ports Ethernet gigabit ; tout cela peut s'ajouter par cartes d'extensions, donc ce n'est pas rigoureusement indispensable, mais ce serait pratique. Idéalement j'aimerais plusieurs connecteurs internes PCIe disponibles et aussi un PCI (pour y mettre une vieille carte son que j'aime bien). Et je voudrais avoir au moins 16Go de RAM.

Bon, j'ai fini par me décider à opter pour une carte mère Asus P10S-WS (basée sur un chipset Intel C236, supportant la RAM ECC, et dont je suis presque sûr qu'elle a un watchdog), un processeur Intel Xeon E3-1230v5 (je ne comprends rien, mais alors rigoureusement rien, à la nomenclature et à la numérotation des processeurs Intel, et je ne suis d'ailleurs pas le seul, mais je sais au moins que les Xeon supportent la RAM ECC, et je crois que maintenant la réciproque est plus ou moins vraie), et 2×16Go de RAM Kingston (ECC, donc). J'ai aussi pris une nouvelle alimentation, parce que les alimentations sont une source fréquente de problèmes des PC (il n'est même pas exclu que le problème de mon PC actuel, celui que je qualifie de mourant, soit seulement un problème d'alim, mais je n'ai pas vraiment le temps de tester pour voir : il faut que j'envisage qu'il est en train de mourir).

Mais j'en viens à la suite de mes first world problems de 2016 : ce n'est pas tout de décider quel matériel on veut acheter, encore faut-il l'acheter. Autrefois (il y a 5 ou 10 ans), cela signifiait de passer rue Montgallet. Maintenant, il semble qu'il n'y ait plus rien rue Montgallet à part des vendeurs de tablettes et de mobiles : le matériel informatique qui ne soit pas complètement basique, on l'achète en ligne.

Le problème n'est pas juste que je déteste Amazon (mais je déteste Amazon).

Un problème est que les délais de livraison sont très mauvais (la carte mère et le processeur doivent m'être expédiés d'Allemagne, et apparemment l'Allemagne est un pays très lointain parce que la livraison m'est annoncée pour le 7 septembre(!)), tandis qu'à l'époque où un Parisien pouvait acheter des choses rue Montgallet, on avait ce qu'on voulait dans la journée. D'ici le 7 septembre, mon PC actuel a bien le temps de finir son agonie.

Un autre problème est que la réception d'un colis est une entreprise notoirement périlleuse : ici, j'ai opté pour me faire livrer au bureau, ce qui diminue sans doute un peu les problèmes (et en tout cas, les modifie), mais il ne faudrait pas imaginer que tout est réglé pour autant.

Et aussi, je suis quasiment certain que parmi les quatre-cinq articles que j'ai commandés (la carte mère, le processeur, les deux barrettes de RAM et l'alim), au moins l'un d'entre eux va m'être livré remplacé par autre chose — ou défectueux. Je soupçonne vaguement la RAM, dont la page de description ne mentionne quasiment pas qu'elle est ECC (il faut lire attentivement le numéro de modèle Kingston). Le système de recherche d'Amazon est d'ailleurs épouvantablement pourri : on ne peut pas chercher de la RAM ECC parce que tous les descriptifs disent soit ECC soit (le plus souvent) non ECC, et du coup la recherche de ECC renvoie les deux (ils sont au courant qu'un produit peut se décrire et se rechercher de façon plus fine qu'une chaîne de caractères, chez Amazon ?).

Tout ceci étant dit, j'ai commandé les parties d'un nouveau PC. Qui peut-être me seront livrées un jour, et je pourrai alors exprimer mon exaspération sur d'autres sujets (le fait que l'UEFI qui a remplacé le BIOS traditionnel est une sale merde, le fait que c'est affreusement difficile de reconfigurer Linux pour une nouvelle machine, le fait que je ne sais pas appliquer de la pâte thermique, que sais-je encore).

↑Entry #2392 [older|newer] / ↑Entrée #2392 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées