David Madore's WebLog: 2009-02

This WebLog is bilingual, some entries are in English and others are in French. A few of them have a version in either language. Other than that, the French entries are not translations of the English ones or vice versa. Of course, if you understand only English, the English entries ought to be quite understandable without reading the French ones.

Ce WebLog est bilingue, certaines entrées sont en anglais et d'autres sont en français. Quelques-unes ont une version dans chaque langue. À part ça, les entrées en français ne sont pas des traductions de celles en anglais ou vice versa. Bien sûr, si vous ne comprenez que le français, les entrées en français devraient être assez compréhensibles sans lire celles en anglais.

Note that the first entry comes last! / Notez que la première entrée vient en dernier !

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entries published in February 2009 / Entrées publiées en février 2009:

(samedi)

La preuve

Des fois que des gens mettraient en doute que j'aie vraiment été à la montagne, la preuve en image :

[Photo de moi devant la Dent Parrachée]

[Photo de moi sur une piste de ski]

(Photos prises respectivement ici et — il faut admettre que, pour le coup, Géoportail est largement meilleur que Google Earth.)

(samedi)

J'ai une tête de fan d'AC/DC, moi ?

Dans le train entre Chambéry et Lyon il y avait un groupe de trois djeunz pas méchants mais un peu remuants. L'un était un skinhead avec la tenue qui va avec (treillis-rangers-à-lacets-blancs-bombers), un autre était plutôt dans le genre métalleux, et le troisième (plus jeune que les autres) faisait juste lycéen endormi — endormi dans le sens presque en coma éthylique, en fait, et du coup il était moins remuant que les deux autres (pas que ceux-ci fussent sobres !). Comme je portais moi-même un treillis et des chaussures de chantier (qu'on peut prendre pour des rangers), ils (les deux pas encore trop endormis) sont venus discuter avec moi. J'ai donc appris que c'étaient des fans d'AC/DC qui allaient à Paris pour un concert au palais de Bercy : ils tenaient absolument à savoir si j'en étais moi aussi un, et ils étaient persuadés que oui, et que j'allais forcément au même endroit qu'eux ; personnellement, je ne connais pas trop la sociologie du fan typique d'AC/DC, mais si j'en juge par leur look à eux, et si on veut absolument que l'habit fasse le moine, ça ne doit pas être trop le genre à porter les cheveux longs, un blouson de ski rouge vif et un tee-shirt Rip Curl. 'Fin bref… Ils m'ont demandé ce que j'écoutais comme musique (la question que je déteste), j'ai esquivé la question, mais le fait que je ne réponde même pas le nom d'un groupe de métal les a désopilés, ils m'ont proposé de boire un coup avec eux, et quand j'ai dit que je ne buvais pas ils ont eu l'air de me considérer comme complètement irrémédiable et ils ont laissé tomber.

Peu de temps après, une jeune femme visiblement dérangée par leurs braillements est venue s'asseoir dans mon compartiment. Moi à ce moment-là je faisais joujou avec mon GPS pour enregistrer le parcours du train : elle m'a demandé ce que c'était, et je crois que je suis passé pour complètement irrémédiable auprès d'elle aussi.

Dans le TGV de Lyon à Paris, je me suis retrouvé de nouveau dans le même wagon la même voiture que les trois djeunz AC/DC. Là ils ont vraiment emmerdé le monde parce qu'ils se sont mis à vomir. Du coup, il y a encore deux jeunes filles qui, pour les fuir, sont venues s'installer à côté de moi (note pour les mecs hétéros, donc : si vous voulez que des jeunes femmes s'assoient à côté de vous dans le train, arrangez-vous pour être dans la même voiture que des skins bourrés et pour avoir l'air moins lourd qu'eux). Ensuite, je ne sais pas ce qui s'est passé, ils sont sortis pour aller au bar du train, puis un contrôleur et une contrôleuse sont venus dans notre voiture regarder le vomi, et enfin les djeunz sont revenus et ils se sont complètement tenus à carreau pour le reste du trajet.

Au moment où je sortais du train, un autre passager m'a demandé : Vous aussi, vous allez écouter AC/DC ?

(vendredi)

La Suisse est-elle une fédération, une confédération, ou… ?

(Je reproduis ici le contenu d'une remarque que j'ai fait dans un de ces salons où l'on cause virtuellement.)

Le code de pays de la Suisse, que ce soit dans ISO 3166 ou dans les codes internationaux des plaques minéralogiques, est CH pour Confœderatio Helvetica, la version latine du nom officiel du pays (la Confédération suisse). Pourtant, si le pays a beau s'autoproclamer confédération, dans les faits, c'est très nettement une fédération.

La différence entre une fédération et une confédération (une terminologie, malheureusement traditionnelle, qui ravit le Club Texte) n'est évidemment pas complètement tranchée, mais elle existe tout de même : si ce n'est pas dans l'étymologie (visiblement la même) qu'il faut la chercher, c'est dans l'usage. Disons qu'une confédération crée des liens beaucoup moins forts entre les entités confédérées, qui restent plus ou moins souveraines (elles créent la confédération par des traités entre entités souveraines et restent libres de la quitter) : typiquement, les institutions de la confédération, qui ont des pouvoirs très limités, ne représentent que les entités confédérées et pas la population de celles-ci. Les États-Unis, par exemple, ont été une confédération de 1781 à 1788, et sont devenus une fédération (un état fédéral) avec la nouvelle Constitution établie par la Convention de Philadelphie. Il est amusant de constater que pendant la guerre de Sécession, les états sécessionnistes ont pris le nom d'états confédérés, comme pour revendiquer leur souveraineté, alors qu'en fait la constitution qu'ils ont établie en 1861 était une copie presque mot pour mot de la constitution fédérale de l'Union. Quant à l'Union européenne actuelle, ce n'est pas vraiment une confédération, ni encore moins une fédération, mais plutôt une entité sui generis qui a certaines caractéristiques de l'une ou de l'autre.

Pour résumer en quelques phrases l'histoire de la Suisse, elle a été fondée comme confédération, d'abord au sein du Saint-Empire (par un pacte conclu entre les cantons d'Uri, Schwyz et Unterwald, plus ou moins symboliquement daté de 1291), puis indépendante de fait à la suite des batailles de 1386–1388 contre les Habsbourgs et de la guerre de Souabe de 1499, consacrée à la neutralité après sa défaite à Marignan en 1515, et enfin reconnue internationalement comme état indépendant par les traités de Westphalie de 1648. La France a tenté d'y imposer une république unitaire en 1798, la malheureuse République helvétique (dont la Constitution proche de celle française du Directoire a cependant laissé des traces dans les institutions modernes du pays, par exemple l'exécutif multicéphale). Mais l'insuccès de ce régime a été tel que Bonaparte a redonné à la Suisse une structure entre fédération et confédération par l'Acte de Médiation de 1803, qui reconnaît la Suisse constituée fédérale par la nature et stipule dans l'article premier de l'acte fédéral (placé astucieusement après les constitutions des cantons) : Les dix-neuf cantons de la Suisse […] sont confédérés entre eux conformément aux principes établis dans leurs constitutions respectives. La défaite de Napoléon et le congrès de Vienne (qui réaffirmait la neutralité du pays) ont fait que la Suisse a été restaurée dans sa structure d'avant 1798, mais suite à une guerre civile (des Radicaux contre les Catholiques) en 1847, la constitution moderne de 1848, résolument fédérale, a été mise en place.

La Suisse était donc une confédération de 1291 à 1798, mais depuis 1848, malgré le nom qu'elle proclame, elle est bien un état fédéral.

Pour en revenir aux mots, en allemand on distingue le Bundesstaat (état fédéral) et le Staatenbund (union/confédération d'états), mais la Suisse est dite plus spécifiquement Eidgenossenschaft[#], c'est-à-dire une union créée par un serment (Eid), le serment en question étant le serment du Rütli, version légendaire et romancée (notamment par Schiller à travers son Guillaume Tell) du pacte de 1291. On traduit normalement Eidgenossenschaft par confédération, mais le mot latin qui désigne une union créée par un serment, et qui est effectivement utilisé dans le pacte fédéral de 1291 (dont l'original est évidemment en latin, Eidgenossenschaft étant la traduction allemande) est conjuratio (de jus, ce qui lie, donc le droit mais aussi le serment) ou conspiratio. Donc le terme de confœderatio n'est pas vraiment historiquement le bon : on devrait en principe parler de Conspiration helvétique ou de Conjuration helvétique. Mais je crois que ça ne ferait pas trop plaisir à nos amis les Suisses. 😉

Tiens, si on me pardonne un petit non sequitur, il m'a semblé, pendant que j'étais parti skier en Haute-Maurienne, entendre un certain nombre de gens parler dans ce qui pouvait bien être du Schwyzertütsch (en tout cas, c'était un dialecte allemand — et clairement pas, par exemple, du néerlandais — mais auquel je ne comprenais quand même pas grand-chose). Mais ce qui m'échappe, c'est pourquoi des Suisses alémaniques viendraient aux sports d'hiver dans les Alpes françaises (et du côté de la frontère italienne, qui plus est).

[#] On me signale d'ailleurs que j'aurais pu signaler que le mot Eidgenossen a (probablement) donné en français huguenots.

(jeudi)

Impressions du ski après 18 ans sans en faire

Si je compte bien, la dernière fois que j'ai fait du ski, c'était à l'hiver 1990–1991 (dans la petite station jurassienne de Métabief, où la famille de ma mère a un appartement ; j'y étais d'ailleurs avec ma cousine et nous avons essayé le monoski, dont la difficulté un peu gratuite ne nous avait finalement pas trop convaincus). Mon poussinet m'ayant persuadé de réessayer, je me demandais quel serait mon niveau : est-ce que je me retrouverais à faire du chasse-neige pour descendre les pistes vertes ? Peut-être que je l'espérais, en fait, comme prétexte pour essayer autre chose (comme le surf/snowboard, il paraît que ça s'apprend plus facilement ; ou simplement, diront les mauvaises langues qui me connaissent, pour ne rien faire du tout). Beaucoup de gens m'ont dit ah, mais ça ne s'oublie pas ! (ma maman, maman Mouton, et jusqu'à la dame qui m'a loué les skis) : je me demande d'où tous ces gens tirent leur savoir parce que, franchement, des gens qui font du ski un peu correctement, puis qui arrêtent complètement pendant au moins 15 ans, et qui réessayent ensuite, il ne doit pas y en avoir des masses. En plus, les skis ont changé depuis le temps : maintenant ils sont plus courts et ils ont une forme différente (qualifiée de parabolique, même si je ne vois pas bien où est la parabole).

Ceci étant, je dois reconnaître qu'ils n'avaient pas trop tort : si j'ai oublié beaucoup de choses apprises consciemment (par exemple, comment prendre les remontées mécaniques), il m'est resté des réflexes que je ne pensais plus avoir. Donc je savais encore tourner, m'arrêter en dérapant, bref, les mouvements de base qui font qu'au final je n'étais pas toujours parmi les plus mauvais (même parmi les djeunz qui ont l'air de trouver que c'est une façon de se la péter que de plaisanter à l'idée de prendre une piste qui ne soit pas au moins rouge). Et je continue à ne pas savoir à quoi mes bâtons sont censés servir. Il y a pourtant des choses qui ne sont plus comme quand j'avais quinze ans : d'une, j'ai beaucoup plus facilement le vertige (heureusement pas trop sur les télésièges, mais sur les pistes je devais parfois m'arrêter pour une raison qui n'ait rien à voir avec la difficulté technique). De deux, j'ai beaucoup moins de force dans les jambes (par rapport à mon poids), ce qui m'interdit de dépasser une vitesse modérée de peur de perdre la stabilité de mes skis (surtout le gauche) : mon poussinet refuse d'ailleurs de me croire et prétend que je suis juste trop peureux ou trop flemmard pour aller plus vite.

Mais surtout, ce qui a changé, c'est que je n'arrive plus à trouver ça grisant en soi, de skier : si autrefois j'ai pu trouver jouissif de descendre les murs tout schuss, ou (comme mon poussinet semble aimer) batifoler dans les champs de bosses, l'idée de convertir de l'énergie cinétique en frottements sur neige m'amuse beaucoup moins maintenant. L'intérêt est plutôt de pouvoir regarder le paysage #1 (celui où on espère apercevoir un lagopède alpin, mais ça ne nous est pas arrivé) et le paysage #2 (celui constitué des jolis garçons au look sexy, surtout du côté des surfers). Or le paysage #1 ne bouge pas, et le paysage #2 se voit mieux si on prend le temps de s'arrêter pour le regarder passer (d'autant que ça évite les accidents) ; bon, il est vrai qu'il peut y avoir motivation à aller un peu vite pour le rattraper ensuite (et le poussinet et moi nous sommes pas mal débrouillés, en somme, entre nos petits codes pour nous signaler le paysage, et notre façon d'alterner entre le dépasser puis de le laisser nous dépasser — après, peut-être qu'ils pensaient exactement la même chose de nous 😉).

Sinon, un autre intérêt est la conversation du poussinet qui, après s'être découvert une passion de geek pour les remontées mécaniques, m'explique à chaque télésiège que celui-ci est un des seuls débrayables construits par cette compagnie ou que celui-là est un fixe dont le moteur et les pylônes sont prévus pour qu'il puisse être converti en débrayable un jour (mais ça n'arrivera pas), et à chaque téléski quelle est la différence entre un lâcher sous poulie et un lâcher sous pylone ou pourquoi on ne peut pas faire deux virages de sens contraires sur un téléski, et encore toutes sortes d'autres choses que je vivais sans la joie de savoir.

Bon, et enfin, une chose qui ne risquait pas de changer en quinze-vingt ans, c'est qu'il faut une quantité invraisemblable d'accessoires à la con pour faire du ski, et qu'ils sont parfois plus embêtants qu'autre chose (entre les gants et les sous-gants quand il s'agit d'attraper un mouchoir parce qu'on a le nez qui coule, ou encore le masque qui fait tout voir d'une couleur ambrée — mais pourquoi diable ne font-ils pas des masques qui atténuent la lumière visible uniformément, donc de couleur grise dans le visibile et opaque dans l'ultraviolet ? pourquoi faut-il que tout devienne jaune ?).

(samedi)

Comment on fait pour se reposer en vacances ?

J'ai toujours trouvé extraordinaire l'idée que des gens arrivent à se détendre en partant en vacances. Pour ce qui me concerne, non seulement je ne suis pas un voyageur, mais même, l'idée de voyager est tellement stressante que j'aurais besoin de trois jours de repos à ne rien faire chez moi pour chaque jour de « vacances » : entre les préparatifs au voyage (ranger la maison, envoyer cinquante mails dont la deadline est située dans le temps du trajet, vérifier qu'il ne reste rien de périssable au frigo, descendre toutes les poubelles, faire une lessive en catastrophe, fermer les volets), le trajet lui-même (transporter des sacs forcément lourds, angoisser de rater son train, s'inquiéter du risque d'accident sur la route ou être tassé comme des sardines dans un avion), le séjour sur place (où on n'est pas chez soi, le confort est toujours relatif, on se rend forcément compte qu'on a oublié de prendre ou de faire des choses importantes à la maison et que comme on est dans le trou du cul du monde on ne peut rien acheter sur place ou alors à prix d'or), et les petites angoisses supplémentaires du névrotique qui quitte sa maison (dégât des eaux, cambriolage…), il n'y a vraiment pas que l'angst du geek privé d'une connexion Internet décente (et qui à son retour trouve environ 50 mails urgents à traiter pour chaque jour d'absence). Alors c'est dire si je ne comprends pas les Français qui partent faire du ski le samedi où commencent les vacances et qui y restent jusqu'au dernier jour, en allant en plus dans des stations bondées qui ressemblent à des usines à beaufs.

Bref, je pars demain pour retrouver mon poussinet en sucre d'orge qui me manque déjà (il n'a pas, lui, de telles angoisses pour voyager, donc il est à la montagne depuis une semaine), et je me demande comment je vais trouver le temps de me reposer après ça : malheureusement, je ne peux pas prendre de vacances pour me remettre de mes vacances (il me reste assez de jours à prendre, mais j'ai un rapport de referee à rendre pour Bientôt® et déjà plein de choses à faire la semaine qui suit).

(jeudi)

Fragment littéraire gratuit #116 (Tristan)

Ceci est le résumé du film que je vendrais mon âme au diable pour voir un jour (malheureusement, j'imagine que j'en serais le seul spectateur) :

La première histoire se passe en France, à peu près de nos jours. Le héros est un dénommé Tristan Gavient, il a dix-huit ans au début et il vient de passer le bac : il est sur le point d'entrer en prépa et déménager de Lyon à Paris. Pendant l'été, il commence, sous le pseudonyme de Cidrolin, un roman dont l'écriture va lui prendre les trois ans qui suivent. Ces trois ans, en même temps que son parcours scolaire, c'est sa découverte de Paris, et surtout de sa sexualité. Emblématiquement, dans la première scène il fait son coming out auprès de sa mère ; il a d'abord une vision très « fleur bleue » de l'amour, il s'imagine qu'il va rancontrer son prince charmant, mais au fur et à mesure que le temps passe, il évolue et le roman qu'il écrit évolue avec lui.

La seconde histoire a lieu dans un monde fantastique : on y suit deux personnages principaux. L'un s'appelle Stéphane, duc de Lyash-Balder, et il est le prince héritier, forcément beau et fort, d'un empire qui a des côtés un peu féeriques. L'autre, qui n'apparaît pas immédiatement, s'appelle Pheŋg, et il est, ou plutôt il devient, un archimage extrêmement puissant, et d'autant plus assoiffé de pouvoir. Au commencement, Pheŋg est bon, mais au fur et à mesure que son pouvoir augmente il devient mauvais, il menace l'empire sur lequel règne le père de Stéphane. Puis, comme le personnage de Pheŋg gagne en profondeur et en subtilité et cesse d'être entièrement noir ou blanc, la situation se complique immensément, elle se mêle à des intrigues politiques et les rapports entre les deux personnages deviennent ambigus.

Les deux trames sont liées par un cercle vicieux (et d'ailleurs on voit régulièrement apparaître des allusions aux cercles vicieux, comme cette gravure d'Escher représentant deux mains qui se dessinent mutuellement). La seconde histoire est celle du roman qu'écrit Tristan dans la première. Mais à l'inverse, quand Pheŋg décide que, pour accroître ses pouvoirs, il lui faut pratiquer l'invocation, il entre en communication avec un autre monde où, comme la magie n'existe pas, il doit prendre la forme d'un personnage de fiction. Chacun de Tristan, de Pheŋg et de Stéphane apparaît dans les rêves des deux autres. Un pacte est conclu entre l'archimage et l'étudiant, dont les termes ne sont pas révélés. Ce qui est sûr, c'est que les scènes où Pheŋg est sur le point de vaincre l'empire alternent avec les moments de la vie de Tristan où il a ses expériences les plus dures. C'est complètement transparent quand on voit en parallèle le sac de Lyash-Balder sous les yeux d'un Pheŋg transpercé de remords, et une séance de SM à laquelle Tristan participe par dégoût presque autant que par défi.

Enfin, le concours que passe Tristan pour la deuxième fois et un meurtre qui a lieu au palais impérial amènent un dénouement où la réalité et la fiction s'entrecroisent plusieurs fois autour du personnage de Stéphane, avant la résolution finale de plusieurs énigmes.

(mardi)

Fragment littéraire gratuit #115 (un aveu)

Comment on dit, déjà, au cinéma ? Inspiré de faits réels, c'est ça. Mais je ne vous dirai pas ce qui est inspiré et ce qui est inventé. ☺

On nous a apporté nos cafés. Il avait toujours pas l'air de se décider à desserrer les dents, alors je l'ai poussé : Donc, Hafid, tu voulais me parler ?

Il était venu me voir à la fin du cours et avait demandé à me dire quelque chose. Non, pas ici au bahut. Dehors je préfère. Si vous voulez bien. Ça m'a surpris. Pas le genre à faire des confidences, Hafid : et de toute façon il m'avait pris en grippe dès octobre (j'avais dit un truc qui l'avait vexé, il s'était senti ridiculisé devant la classe). En chemin jusqu'au café, il a pas prononcé un mot.

C'est le mec à la fierté vissée au corps. Il porte sa tenue de racaille comme un uniforme, de la casquette aux baskets, chaque accessoire est positionné au micromètre — un cadet de West Point serait pas plus soigneux. Ses potes l'aiment bien, savent qu'ils peuvent compter sur sa fidélité, mais qu'il ne faut pas froisser son sens sourcilleux du respect. En classe, il est pas trop pénible, il se tient assez à carreau, il serait bon élève s'il ne faisait pas un effort pour rester médiocre (sauf en maths et en sport, où il est excellent). Dehors, c'est plus compliqué : je sais que son bushido l'a entraîné dans des ennuis parce qu'il devait venger son petit frère de quelque chose… Par contre, je suis sûr qu'il ne deale pas, et même il ne boit pas, il se contente pas de ne pas manger de porc. Il porte toujours au cou un pendentif sur lequel est calligraphié : وتواصوا بالحقّ (et ils s'exhortent à la vérité, sourate 103).

Il remuait sur sa chaise comme si ça le démangeait. J'ai dû le presser encore un peu pour qu'il accouche. Finalement, les yeux plongés dans son café, il a murmuré :

Je crois que je suis pédé.

Immédiatement après, il me suppliait de garder le secret. Si mon grand frère découvre ça, il me tue : je vous jure, il me tue direct.

J'ai été pris de court, moins par la confession qu'il venait de me faire que par sa réaction. Il était à la fois terrifié et résigné. Il se voyait humilié dans sa virilité, détruit dans son image de lui-même, et en même temps il n'avait pas d'illusion que ça lui passerait.

J'ai fini par savoir qu'il avait couché mercredi avec un autre garçon de la classe. Il ne m'a pas dit qui, il s'est retenu de justesse de prononcer le nom, mais j'ai décidé que c'était Bastien : j'avais remarqué jeudi que quand Kévin et Bakary avaient charrié l'aspirant goth (comme à peu près chaque jour en fait) en le traitant de tapette, Hafid était intervenu et s'était engueulé méchamment avec les moqueurs et aussi le moqué, pourtant c'est pas son caractère. J'ai compris que Hafid détestait l'autre pour ce désir qu'il lui avait fait découvrir, se détestait lui-même encore plus pour s'être laissé donner le rôle qu'il considérait comme féminin et y avoir pris du plaisir, et en même temps il se rendait compte de sa propre bêtise à penser ça.

Puis il m'a expliqué qu'il croyait que seul Dieu connaissait la raison de cette épreuve (c'est le mot qu'il a utilisé, et il a insisté : pas une faute, mais une épreuve), mais qu'il fallait qu'il la subisse quand même. Qu'il ne pourrait jamais en parler à ses parents, ça les tuerait. Que peut-être il devrait même se marier. Qu'il vivrait en cachette. Ça faisait beaucoup de conclusions à partir d'une seule nuit : il avait dû y réfléchir avant.

Moi je n'ai sorti que des platitudes. Je me suis senti con : ce gamin me fait des confidences qui lui coûtaient autant à sortir de sa poitrine que s'il s'en arrachait les entrailles, et je ne trouve pas mieux à lui dire que il faut que tu arrives à t'assumer et tu dois réussir à être fort. J'ai été moins mauvais quand je lui ai dit qu'il n'était pas moins masculin pour autant (là, il m'a regardé comme un cancéreux à qui on annonce qu'il est guéri). Enfin, je lui ai promis de lui trouver pour lundi des contacts d'associations de jeunes homos — l'idée a eu l'air de lui faire peur, mais il a hoché la tête.

Je lui ai aussi demandé pourquoi il s'était confié à moi : il a vaguement fait référence à la façon dont j'avais évoqué Oscar Wilde, et finalement, vachement embarrassé, il m'a dit qu'il y avait des rumeurs sur mon compte… J'ai rigolé et je l'ai détrompé. Puis on s'est quittés.

Je n'ai rien su de plus. Je lui ai donné quelques adresses la semaine suivante, il les a acceptées en me remerciant discrètement, mais à part le fait qu'il s'est mis à éviter Bastien très soigneusement (évitement peut-être réciproque d'ailleurs) j'aurais pu rêver tout ça. Hafid est resté semblable à lui-même, parlant des meufs avec ses potes sur exactement le même ton. Il est passé en première S surtout grâce à son niveau en maths, et je ne sais pas ce qu'il est devenu.

Peut-être pour faire le pendant de cet autre fragment ?

Pfff… J'ai un mal incroyable à écrire sur un ton familier (et je pense que ça se voit, et que ça fait artificiel) : je dois sans arrêt me retenir d'utiliser le passé simple.

(samedi)

Mais où est donc le papier B5 ?

Quelque chose de plus à ajouter au catalogue des objets introuvables (et dont l'introuvabilité est pénible) : des ramettes de papier B5 (176mm×250mm, le format juste intermédiaire entre A4 et A5). On trouve éventuellement des livres au format B5 (enfin, façon de parler : les livres ont l'air d'exister à tous les formats possibles imaginables, donc dans le tas il y en a bien qui tombent assez proches de B5, mais on ne sait pas trop si c'est un hasard ou pas), peut-être des enveloppes (je n'ai pas vérifié), mais du papier blanc, que dalle : aucun fournisseur en papeterie, que ce soit en ligne ou dans la rue, n'a ce format — qui pourtant est prétendument supporté par toutes les imprimantes laser, toutes les photocopieuses, etc. (Si on cherche papier B5 sur le Web, on ne tombe que sur des sites vendant des imprimantes : qui diable aurait besoin d'une imprimante pouvant faire du B5 si le B5 n'existe pas‽)

Il paraît que c'est commun au Japon, mais il y a un piège : ce n'est pas du vrai format B5 ISO, c'est un format JIS appelé par le même code, et qui fait 182mm×257mm. Le Club Contexte se félicite !, d'autant plus que la grande majorité des gens au Japon ou ailleurs semblent ignorants de cette subtilité. Bref, même en important d'Asie, je ne trouverai pas mon papier B5.

Par contre, en France, on trouve ce format bizarre qu'est le format du Canson dessin 24×32 (c'est-à-dire 240mm×320mm) : je ne l'ai jamais entendu appelé autrement que vingt-quatre-trente-deux et j'ignore s'il est un standard ou s'il a un nom officiel (il est proche de l'ancien format quart de raisin, mais ce n'est pas pareil, le quart de raisin est du 250mm×325mm — là aussi, le Club Contexte applaudit très fort). Ah si, cette page l'appelle le format A4+, mais il n'y a aucune référence et je ne trouve de confirmation nulle part. Je suppose que c'est parce que les dessinateurs sont des aaaaartistes qu'ils ne pouvaient pas utiliser le format B4 (250mm×353mm).

Par ailleurs, puisqu'il semble qu'il existe tellement de formats de papier différents, et puisque tout le monde aime tellement fantasmer sur le nombre d'or, comment est-ce possible que personne n'ait standardisé un format de papier défini par le nombre d'or (et un format carré associé) ? Quelque chose comme ceci, qui serait facile à couper :

GH
0786mm ×1272mm786mm × 786mm
1486mm × 786mm486mm × 486mm
2300mm × 486mm300mm × 300mm
3186mm × 300mm186mm × 186mm
4114mm × 186mm114mm × 114mm
5 72mm × 114mm 72mm ×  72mm

(jeudi)

Joyeux anniversaire, Charles et Abraham

Une petite pensée pour Darwin et Lincoln, qui auraient 200 ans tout rond aujourd'hui.

(dimanche)

Petite histoire du « gras de tableau noir »

Puisque je parlais de notations mathématiques dans la dernière entrée, je vais raconter un autre petite histoire à ce sujet : celle de la police qu'on appelle le gras de tableau noir (enfin, je ne sais pas ce qu'on est censé dire en français : je sais juste que les lettres se disent double barre — c'est en anglais qu'on parle de blackboard bold).

Il s'agit des caractères qui ressemblent à ceci :

(en l'occurrence le Z double barre, qui désigne l'ensemble des entiers relatifs {…, −3, −2, −1, 0, 1, 2, 3, …}, et qui pour Unicode se nomme U+2124 DOUBLE-STRUCK CAPITAL Z, soit ℤ si vous avez donné des polices correctes à votre navigateur). Il s'agit d'une désignation maintenant assez standardisée pour les ensembles de nombres (les plus communs étant : ℕ soit N double barre pour les entiers naturels, ℤ soit Z double barre pour les entiers relatifs, ℚ soit Q double barre pour les rationnels, ℝ soit R double barre pour les nombres réels, ℂ soit C double barre pour les nombres complexes). Quelle est leur histoire ?

La désignation des ensembles de nombres était assez fluctuante jusque dans la première moitié du XXe siècle : l'utilisation du N pour les entiers naturels remonte au moins à Peano, celle du Z pour les entiers — sans doute comme initiale du mot allemand Zahl — est sans doute due à Landau dans ses Grundlagen der Analysis vers 1930 (mais l'écrivait en gothique fraktur, ℨ, avec une barre au-dessus), celle du R pour les réels a été faite par plusieurs personnes indépendamment (mais le R était aussi souvent utilisé au début du XXe pour désigner les rationnels).

C'est Bourbaki qui a fixé, à la fin des années '40, au moins les lettres suivantes : le N pour les entiers naturels, le Z pour les entiers relatifs, le Q pour les rationnels (qu'il semble avoir été le premier à introduire), le R pour les réels et C pour les complexes (ainsi que H pour les quaternions — par contre, il n'utilise pas O pour les octonions, et il est sans doute difficile d'attribuer à quelqu'un de précis une notation aussi évidente). Il semble que ces conventions se soient imposées très rapidement. Cependant, si Bourbaki a fixé les lettres, il utilise une police grasse normale pour les désigner.

L'histoire du « gras tableau noir » est complètement contenue dans son nom : pour simuler du gras au tableau noir, le plus simple est de doubler les traits. La façon dont cette habitude est passée du tableau noir au papier n'est pas évidente à retracer : il semble que le vecteur ait été les textes imprimés à la machine à écrire, où on graissait une lettre en la frappant deux fois légèrement décalée. (Le premier texte comme ça est peut-être le Lectures on Riemann Surfaces de Gunning, publié en 1966 à Princeton, Gunning lui-même ayant tiré cette idée de l'habitude prise dans le séminaire Kodaira-Spencer à Princeton au début des années '60 ; mais ce n'est pas sûr.)

Je ne sais pas non plus quel est le premier document imprimé de façon plus sérieuse qu'à la machine qui a eu ces caractères, mais il y a eu plusieurs styles de polices « gras tableau noir » dans TeX, essentiellement développées par l'AMS :

(msym10) est devenu (msbm10) vers 1991

(mais ce ne sont pas les seules formes possibles).

Ce qui est amusant, c'est que cette police est apparue par accident (du gras de Bourbaki au gras « tableau noir » en passant par le doublement des traits sur un vrai tableau noir et le doublement des caractères sur la machine à écrire), mais que c'est une invention vraiment géniale (et maintenant entérinée par son introduction dans Unicode) : alors qu'en maths on manque souvent de lettres et de symboles pour désigner les objets, voici une police complètement unique et très facilement reconnaissable pour désigner des objets uniques. Car il n'y a pas que les ensembles de nombres : le gras « tableau noir » semble servir généralement à désigner un objet mathématique qui n'est pas seulement particulier au problème, mais plus généralement bien reconnu dans l'ensemble de la branche des mathématiques où on se place, voire l'ensemble de toutes les mathématiques — en probabilités on utilisera 𝔼 soit E double barre pour l'espérance, en géométrie ℙ soit P double barre pour l'espace projectif, etc. (tiens, le μ double barre n'est pas dans Unicode : il faudra sans doute que je propose celui-là aussi — il sert à désigner le groupe des racines de l'unité).

Un peu de polémique maintenant : les membres de Bourbaki, notamment Serre, et un certain nombre de matheux français qui s'en sentent proches, n'aiment pas cette police et refusent de l'utiliser dans les textes imprimés, arguänt que Bourbaki avait choisi le gras, pas le doublement des barres. Je trouve que ce refus est une obstination d'orgueil bien malheureuse, car même si le gras « tableau noir » est le fruit du hasard, il est vraiment utile, et il a l'avantage de libérer le gras pour d'autres usages (par exemple pour désigner des catégories, des foncteurs, que sais-je encore) ; en tout cas, l'explication c'est un malentendu, le doublement des barres n'est qu'une façon de faire du gras au tableau noir ne vaut rien (on est conscient que c'est un malentendu, mais beaucoup d'inventions utiles sont nées d'une erreur, ce n'est pas une raison pour ne pas s'en servir !), pas plus que Bourbaki a choisi le gras (comme Landau a choisi la fraktur avec une barre dessus, mais on ne s'en sert plus). Heureusement, je crois qu'ils ont complètement perdu cette bataille (les notations pour les ensembles de nombres en « gras tableau noir » s'enseignent maintenant au collège/lycée, en France et dans beaucoup d'autres pays, et l'immense majorité des mathématiciens les considèrent maintenant comme acquises).

PS : Si quelqu'un veut bien faire à ma place l'effort de rendre un peu plus corrects les articles de Wikipédia (It is frequently claimed that the symbols were first introduced by the group of mathematicians known as Nicolas Bourbaki. There are several reasons to doubt this claim…), ce serait bien. L'ennui, c'est qu'il est à peu près impossible de donner une référence pour tout ce que je viens de raconter.

(vendredi)

Je propose un N-ARY RESTRICTED PRODUCT

Aujourd'hui j'ai fait une tentative pour augmenter mon karma geek : j'ai soumis un caractère à Unicode. Il s'agit d'un caractère qui ressemble à ça :

— c'est-à-dire une combinaison de ça : et ça :

Les deux symboles de droite existent déjà dans Unicode : il s'agit du symbole du produit de suites ou familles (U+220F N-ARY PRODUCT) ∏ (le glyphe est juste un grand pi majuscule) et du symbole du coproduit de suites ou familles (U+2210 N-ARY COPRODUCT) ∐ (le glyphe est le même mais inversé). Le symbole que j'ai proposé d'ajouter (et qui pourrait recevoir le nom de N-ARY RESTRICTED PRODUCT) a un glyphe dont la partie supérieure est celle du symbole du produit et la partie inférieure est celle du symbole du coproduit (donc le même à l'envers). Il dénote le produit restreint (toujours de suites ou familles) et apparaît en théorie des nombres — dans un contexte où le coproduit d'une famille infinie d'objets (qui, en général, est une opération duale du produit) serait le sous-ensemble du produit dont toutes les coordonnées sont nulles sauf un nombre fini, le produit restreint est intermédiaire entre le coproduit et le produit, il correspond au sous-ensemble du produit dont toutes les coordonnées sauf un nombre fini appartiennent à un sous-ensemble des facteurs compris implicitement ; cela apparaît par exemple, dans la définition de l'anneau des adèles ou du groupe des idèles d'un corps de nombres. Ce produit restreint est souvent noté ∏′ (pi-prime, quoi) par les auteurs qui n'aiment pas ou ne savent pas typographier le symbole ci-dessus, mais cette notation, proposée par John Tate, est occasionnellement utilisée, graphiquement élégante, et il me semble important de l'ajouter à Unicode.

Ça faisait longtemps que je pensais soumettre ce caractère (depuis un exposé au séminaire Variétés rationnelles, il y a un an, où il était apparu sous la craie de David Harari). Mais pour cela, il me fallait trouver des exemples de son utilisation : c'est là qu'était la difficulté, parce que pour convaincre que le symbole existe vraiment, il faut des exemples imprimés, or il sert surtout au tableau noir où ce n'est pas difficile de le faire et où le prime dans ∏′ (pi-prime) risquerait de ne pas être vu — alors que dans un texte imprimé, c'est le contraire, écrire ∏′ est plus facile (le symbole inventé par Tate, non seulement il n'est pas dans Unicode, mais il n'est pas non plus dans les jeux de macros LaTeX usuels). Je savais que je l'avais vu quelque part dans un livre, mais encore fallait-il retrouver où. Un ami m'a rapidement trouvé un spécimen dans Galois Cohomology de Serre, et ce n'est que récemment que je suis retombé sur un autre exemple que j'avais oublié, dans Algebraic Number Theory de Neukirch. Avec ces deux références (de deux auteurs différents et imprimées par un éditeur connu), je pense qu'il y a de bonnes chances que le caractère soit inséré : plutôt que m'adresser directement au working group, sur la suggestion d'un ami j'ai confié le combat à une experte en typographie mathématique qui m'a répondu que : the unicode technical committee has accepted the principle that math notation is open-ended, so they are receptive to well-documented submissions of new symbols. your informants are correct that, at present, i'm the "fast track" entry point to the system, and that will probably continue for several more years.

Nous allons donc maintenant voir combien de temps il faudra pour que ce caractère apparaisse dans une version ultérieure du standard. (Il ne faut jamais perdre espoir, avec Unicode : la première proposition d'encoder les hiéroglyphes date de 1999, maintenant c'est quasiment acquis, au moins pour la partie la plus basique, mais il faut encore attendre la sortie de la prochaine version, donc ça aura pris environ dix ans.)

[Mise à jour () : j'ai essayé de rassembler sur une page différents caractères dont je voudrais proposer l'addition à Unicode (voir une entrée ultérieure). Au fait, les hiéroglyphes basiques ont bien fini par arriver dans le standard.]

Continue to older entries. / Continuer à lire les entrées plus anciennes.


Entries by month / Entrées par mois:

2017 Jan 2017 Feb 2017 Mar 2017 Apr 2017 May 2017 Jun 2017 Jul 2017 Aug 2017 Sep 2017 Oct 2017 Nov 2017
2016 Jan 2016 Feb 2016 Mar 2016 Apr 2016 May 2016 Jun 2016 Jul 2016 Aug 2016 Sep 2016 Oct 2016 Nov 2016 Dec 2016
2015 Jan 2015 Feb 2015 Mar 2015 Apr 2015 May 2015 Jun 2015 Jul 2015 Aug 2015 Sep 2015 Oct 2015 Nov 2015 Dec 2015
2014 Jan 2014 Feb 2014 Mar 2014 Apr 2014 May 2014 Jun 2014 Jul 2014 Aug 2014 Sep 2014 Oct 2014 Nov 2014 Dec 2014
2013 Jan 2013 Feb 2013 Mar 2013 Apr 2013 May 2013 Jun 2013 Jul 2013 Aug 2013 Sep 2013 Oct 2013 Nov 2013 Dec 2013
2012 Jan 2012 Feb 2012 Mar 2012 Apr 2012 May 2012 Jun 2012 Jul 2012 Aug 2012 Sep 2012 Oct 2012 Nov 2012 Dec 2012
2011 Jan 2011 Feb 2011 Mar 2011 Apr 2011 May 2011 Jun 2011 Jul 2011 Aug 2011 Sep 2011 Oct 2011 Nov 2011 Dec 2011
2010 Jan 2010 Feb 2010 Mar 2010 Apr 2010 May 2010 Jun 2010 Jul 2010 Aug 2010 Sep 2010 Oct 2010 Nov 2010 Dec 2010
2009 Jan 2009 Feb 2009 Mar 2009 Apr 2009 May 2009 Jun 2009 Jul 2009 Aug 2009 Sep 2009 Oct 2009 Nov 2009 Dec 2009
2008 Jan 2008 Feb 2008 Mar 2008 Apr 2008 May 2008 Jun 2008 Jul 2008 Aug 2008 Sep 2008 Oct 2008 Nov 2008 Dec 2008
2007 Jan 2007 Feb 2007 Mar 2007 Apr 2007 May 2007 Jun 2007 Jul 2007 Aug 2007 Sep 2007 Oct 2007 Nov 2007 Dec 2007
2006 Jan 2006 Feb 2006 Mar 2006 Apr 2006 May 2006 Jun 2006 Jul 2006 Aug 2006 Sep 2006 Oct 2006 Nov 2006 Dec 2006
2005 Jan 2005 Feb 2005 Mar 2005 Apr 2005 May 2005 Jun 2005 Jul 2005 Aug 2005 Sep 2005 Oct 2005 Nov 2005 Dec 2005
2004 Jan 2004 Feb 2004 Mar 2004 Apr 2004 May 2004 Jun 2004 Jul 2004 Aug 2004 Sep 2004 Oct 2004 Nov 2004 Dec 2004
2003 May 2003 Jun 2003 Jul 2003 Aug 2003 Sep 2003 Oct 2003 Nov 2003 Dec 2003