David Madore's WebLog: 2013-07

This WebLog is bilingual, some entries are in English and others are in French. A few of them have a version in either language. Other than that, the French entries are not translations of the English ones or vice versa. Of course, if you understand only English, the English entries ought to be quite understandable without reading the French ones.

Ce WebLog est bilingue, certaines entrées sont en anglais et d'autres sont en français. Quelques-unes ont une version dans chaque langue. À part ça, les entrées en français ne sont pas des traductions de celles en anglais ou vice versa. Bien sûr, si vous ne comprenez que le français, les entrées en français devraient être assez compréhensibles sans lire celles en anglais.

Note that the first entry comes last! / Notez que la première entrée vient en dernier !

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entries published in July 2013 / Entrées publiées en juillet 2013:

(samedi)

Nouveau téléphone : Google Nexus 4

Comme je l'ai déjà mentionné, je me suis acheté un nouveau téléphone, un Google Nexus 4, pour remplacer mon HTC Desire Z devenu lent au point d'en être quasi inutilisable, et maintenant que j'ai une carte SIM qui va avec et que j'ai pu le tester, je peux dire un peu ce que j'en pense (i.e., pas beaucoup de bien).

L'algorithme que j'ai utilisé pour faire ce choix était à peu près le suivant : j'ai pris la liste des appareils supportés par CyanogenMod 10.1 (la dernière version au moment où j'écris) et j'ai choisi le moins cher. (Je n'ai pas fait une recherche exhaustive pour être absolument sûr d'avoir le moins cher, mais disons qu'à ~300€ contre plus de 500€ pour n'importe quelle déclinaison du HTC One ou Samsung Galaxy, j'ai pensé que c'était au moins raisonnable.)

Disons franchement : je ne trouve pas que c'était un très bon achat, même si je soupçonne vaguement que toutes mes options étaient merdiques (de toute façon, toutes mes options étaient merdiques en ce qu'elles n'avaient pas de clavier physique, mais même à part ça je pense qu'il n'y avait pas de vraiment bon choix).

J'ai bien sûr gagné un petit peu. Pour commencer, mon téléphone ne met pas plus d'une minute à lancer toute nouvelle application, c'est appréciable : je peux enfin lancer Google Maps sans devoir m'arrêter sur mon chemin, prendre une photo sans y passer trois plombes, etc. Le GPS (qui reçoit aussi ГЛОНАСС) obtient la position beaucoup plus rapidement que le précédent. L'appareil photo est nettement meilleur (même si je m'en sers peu, ce n'est pas rien). Je peux faire du HSDPA+, même si ça n'a pas l'air de marcher à beaucoup d'endroits. J'ai aussi gagné un lecteur NFC, même si je ne comprends pas bien à quoi ça peut servir. L'écran est, il faut l'admettre, assez agréable (même si je le trouve trop grand, ou du moins, je trouve trop grand le téléphone). L'appareil est plutôt léger, mais s'agissant d'un téléphone je trouve que c'est plutôt la taille qui importe que le poids. Sinon, il est possible que la réception soit un poil meilleure qu'avec mon Desire Z (c'est vraiment difficile à juger, tellement les choses sont aléatoires), et il est possible que j'entende mieux les sonneries qu'avec mon ancien téléphone. Voilà, je crois avoir dit tout ce que je pouvais dire de bien sur ce téléphone.

Quelques choses qui me laissent parfaitement indifférent : le processeur quad-core (il m'arrive peut-être très exceptionnellement d'avoir deux choses qui tournent vraiment sur mon téléphone, mais quatre cœurs, à quoi cela pourrait-il bien me servir ?) ; la présence d'une caméra frontale ; la possibilité de recharger par induction (mais à quoi sert donc un truc pareil ?) ; l'absence de support LTE(=4G) (je m'intéresserai à la 4G lorsque celle-ci sera incluse dans les offres prépayées de base, i.e., probablement pas avant cinq ans).

Pour ce qui est du mal, je ne sais pas trop par où commencer. Le plus ennuyeux à mes yeux est l'absence de clavier, mais je m'étais résigné sur ce point (et en fait, je découvre que taper sur l'écran est un peu moins atroce que je le pensais — ce n'est pas pour autant plaisant, loin de là).

D'abord, il y a la batterie. L'autonomie est complètement merdique (je n'ai pas encore eu le temps de faire une mesure précise, mais à la vitesse à laquelle le pourcentage descend ça ne doit vraiment pas atteindre 24h), et la situation est encore empirée par le fait que j'ai dû désactiver toutes sortes de choses qui auraient économisé de la batterie pour faire marcher le Wifi correctement (voir plus bas). Pour couronner le tout, la batterie n'est pas retirable, ce qui est indiscutablement crétin.

Ensuite, il y a la carte SD. Ou plutôt, l'absence de carte SD : le téléphone a seulement du stockage interne, et simule une carte SD pour les applications qui pensent devoir en utiliser une. Non seulement cela fait que l'espace est très limité (il faut dire que j'ai été assez con de prendre le modèle avec seulement 8Go sans lire les specs : je pensais que c'était 8Go interne plus une carte SD optionnelle), mais en plus une des conséquences est qu'on ne peut pas monter la (pseudo-)carte SD en USB mass storage, on est obligé d'utiliser un protocole de transfert de fichiers complètement pourri appelé MTP (je n'ai pas réussi à le faire fonctionner), ou encore la commande adb push/pull/sync (sans doute moins merdique, mais pour déplacer des fichiers en bloc je ne sais pas comment je vais m'en sortir). Bref, je vais désormais avoir beaucoup plus de mal à synchroniser mes photos avec mon ordinateur.

Puis il y a le Wifi. Celui-ci est tellement buggué que c'est une vraie blague. (Certes, le Wifi est en général une technologie particulièrement merdogène, mais là on atteint des sommets.) Notamment, il y a eu quelqu'un qui a eu la brillante idée de configurer le pilote pour ignorer tous les paquets broadcast et multicast, ce qui, évidemment, casse tout. Je m'en suis rendu compte en premier lieu pour IPv6 (qui souffre de ce genre de problème sous Android en général, quel que soit le téléphone), mais là même IPv4 est affecté. Je comprends certes un peu que faire des économies de batterie sous Wifi soit difficile (et nécessite de faire des choix qui forcément poseront des problèmes), parce que les paquets broadcast ou multicast vont réveiller l'appareil tout le temps, mais les ignorer purement et simplement n'est certainement pas la solution. Bref, j'ai quand même pu résoudre le problème en désactivant certaines « optimisations » trop agresives : techniquement, j'ai modifié le fichier /system/etc/wifi/WCNSS_qcom_cfg.ini pour mettre les paramètres McastBcastFilter et gEnableBmps à 0 (le premier est un filtre pour jeter les paquets broadcast et multicast, le seconde concerne le Broadcast Mode Power Management, je ne sais pas exactement le rapport entre les deux, et je ne sais pas pourquoi le premier changement n'a pas suffi pour moi alors que d'autres personnes semblent dire que pour eux il a suffi). Mais en contrepartie, il semble que ceci affecte nettement l'autonomie de la batterie : pas glop.

Pourquoi, aussi, les concepteurs de ce téléphone ont-ils eu l'idée complètement absurde de faire un dos en verre ? Ça n'apporte absolument rien sauf une possibilité supplémentaire de casser ou de rayer !

Bref, je ne suis pas super content, même s'il faudra voir avec l'usage à quel point la faiblesse de la batterie est insupportable ou juste un peu gênante. J'aurais peut-être dû faire comme un de mes amis et acheter un Wiko Cink Peax qui ne coûte vraiment pas grand-chose et a l'air de ne pas souffrir de la plupart des défauts que j'ai évoqués.

Je finis par une râlerie contre Google et Android : mais quelle idée stupide d'avoir décidé de supprimer le bouton menu pour le remplacer par un bouton gestionnaire d'applications (=programmes en cours) qui ne sert vraiment à rien ? Certes, CyanogenMod me permet (ou peut-être est-ce une fonctionnalité standard d'Android, en fait, je ne sais pas) de remettre ce bouton menu en bas de mon téléphone puisque j'ai, en fait, des boutons virtuels, mais le fait est que de nouvelles applications (je pense notamment à la dernière version de Google Maps) ne réagissent pas au bouton menu probablement parce que ce n'est plus « la mode ». Or c'était vraiment un moyen standardisé commode d'accéder aux préférences, réglages et autres.

(mercredi)

Remise en question d'une croyance mathématique

[Le fond de ce dont il est question dans ce post ne sera compréhensible que par mes lecteurs qui sont eux-mêmes géomètres algébriques, mais ce que je veux souligner c'est aussi et surtout l'effet psychologique produit sur moi par ce que j'ai appris, et cet aspect-là ne devrait pas être technique.]

Lundi j'ai appris l'existence d'un contre-exemple qui montre que quelque chose que j'avais tenu pour absolument et évidemment vrai en géométrie algébrique est, en fait, faux. Le fait (vrai) est que :

L'algèbre Γ(X,𝒪X) des fonctions régulières globales d'un schéma X de type fini (et même d'une variété quasiprojective — ou meme quasi-affine — lisse) sur un corps k n'est pas nécessairement de type fini. (Voici un contre-exemple, accompagné de quelques commentaires ; voir aussi ici pour un contexte un peu différent.)

(Pour dire les choses différemment, le foncteur X↦Spec(Γ(X,𝒪X)), adjoint à gauche du foncteur d'inclusion des k-schémas affine dans les k-schémas, ne préserve pas la type-finitude sur k.)

Et pour ceux qui savent un peu d'algèbre mais pas de géométrie algébrique : on peut trouver une algèbre A de type fini sur un corps k — c'est-à-dire qu'elle est engendrée en tant qu'algèbre par un nombre fini d'éléments —, disons même A intègre, et un nombre fini d'éléments f1,…,fr de A (je suppose que r=2 doit suffire), tels que l'intersection B, prise dans le corps des fractions K de A, des anneaux A[1/fi] (des fractions qui peuvent s'écrire avec une puissance de fi comme dénominateur), autrement dit les éléments de K qui peuvent s'écrire avec une puissance de n'importe quel fi comme dénominateur, bref, tels que cette algèbre B ne soit pas de type fini. (Le lien avec la formulation précédente est que B est l'anneau des fonctions régulières sur l'ouvert réunion des D(fi) dans Spec(A). Bon, évidemment, sous cette forme purement algébrique, ce n'est pas évident que ça soit choquant.)

Pour ceux pour qui c'est du chinois, imaginez que j'aie toujours cru que New York était la capitale des États-Unis et je viens d'apprendre que non. Ou peut-être, justement, que je viens d'apprendre que New York est la capitale des États-Unis. Toujours est-il qu'il est intéressant de se demander pourquoi j'ai cru le contraire ou quel effet cette révélation produit sur moi.

Pourquoi me suis-je fait cette idée fausse (que l'algèbre des fonctions régulières d'un schéma de type fini serait de type fini) ? Évidemment ce n'est écrit dans aucun livre ou cours, puisque ce n'est pas vrai. Mais quand on apprend une branche des mathématiques, on ne se contente pas de retenir par cœur quantité d'énoncés vrais et leur démonstration : comme on n'est pas un ordinateur, on essaie de se former une image mentale de la manière dont les choses fonctionnent, des mécanismes généraux par lesquels les choses sont nommées et selon lesquelles les démonstrations sont construites, etc. Un de ces mécanismes, en géométrie algébrique, pourrait s'énoncer en gros comme ceci :

Contexte : Il y a des objets algébriques classiques appelés anneaux ou algèbres. La géométrie algébrique transforme ces objets algébriques en des objets géométriques, appelés schémas affines, qui leur sont tout à fait équivalents — chaque anneau donne naissance à un schéma affine, son spectre, et le schéma affine permet de retrouver l'unique anneau dont il est le spectre comme son anneau des fonctions régulières globales. Puis, sur cette base plus géométrique, la géométrie algébrique définit des objets géométriques plus généraux, les schémas, qui s'obtiennent par « recollement » de schémas affines (lesquels sont le modèle local des schémas généraux).

Idée : Pour beaucoup de propriétés P des anneaux qui ont un nom standard (par exemple : réduit), on qualifie par le même nom les schémas affines qui correspondent à (=sont le spectre d')un anneau ayant cette propriété P ; puis on appelle aussi de la même manière les schémas généraux qui s'obtiennent en « recollant » des schémas affines qui sont P (éventuellement avec une condition de finitude supplémentaire sur le recollement) ; et enfin, on s'assure que cette terminologie est raisonnable en vérifiant que les objets algébriques qui se déduisent de ces objets géométriques P (leurs anneaux de fonctions régulières) sont encore P.

Personne n'énonce explicitement ce principe général, qui admet d'ailleurs certaines déclinaisons, et notamment les étudiants en géométrie algébrique doivent s'en apercevoir eux-mêmes (c'est sans doute dommage), mais je pense que personne de l'art ne contestera l'esprit général de ce que je viens d'écrire. (Voyez, par exemple, dans le Algebraic Geometry de Hartshorne, l'exemple 3.0.1 et la proposition 3.2 et la remarque qui précède, et plus généralement ce qu'il y a dans ce coin-là.) Il y a certainement des petites variations selon la propriété P (idéalement, c'est une propriété locale, et alors il suffit de la vérifier localement), mais généralement elles sont telles qu'avec un tout petit peu d'habitude on comprend immédiatement ce qu'il faut dire parce que les contre-exemples sont évidents (par exemple : la somme de deux schémas intègres non vide n'est pas intègre puisque l'opération algébrique correspondante est un produit d'anneaux, ce n'est pas une propriété locale, mais on devine alors immédiatement quand il faut qualifier un schéma d'intègre). Je pense que beaucoup de cours, faute de temps, s'abstiennent de faire le tour de chaque propriété qu'on énonce pour expliquer si elle est locale (et le démontrer !) ou donner les métapropriétés de cette propriété qui permettent exactement de contrôler le vocabulaire — au mieux, on a tendance à laisser ça en exercice au lecteur (voyez, par exemple, toujours chez Hartshorne, l'exercice 2.3).

Le cas que j'évoque est traître, parce que les vérifications qu'on va instinctivement faire pour s'assurer que « tout va bien » pour cette propriété P (être de type fini sur un corps) sont effectivement satisfaites (notamment : si on définit un schéma affine de type fini sur k comme le spectre d'une algèbre de type fini sur k, alors il est bien vrai qu'un schéma affine est de type fini sur k si et seulement si il est recouvert par un nombre fini d'ouverts affines dont chacun est de type fini sur k). Et aucun contre-exemple ne saute aux yeux. Donc je pense que beaucoup de géomètres algébristes auraient tendance, comme moi, à tomber dans le panneau et à se dire être de type fini sur un corps, pour un schéma nœthérien, est une propriété locale, donc tout va bien. En tout cas, j'aurais certainement laissé passer sans tiquer, dans un article dont je serais rapporteur, une affirmation de ce genre.

Bref, je croyais quelque chose de faux. Est-ce grave ? Formellement, probablement pas, parce que je ne pense pas avoir jamais utilisé ce fait dans un raisonnement : c'est plutôt quelque chose qui guide l'intuition — et apparemment mon intuition était mal guidée — que quelque chose dont on se sert dans une démonstration. C'est néanmoins très déstabilisant de se rendre compte tardivement d'une pareille erreur d'intuition. Parce que ça m'oblige maintenant à me demander si je n'en ai pas fait d'autres pour d'autres propriétés P : à me demander, par exemple, si l'anneau des fonctions régulières globales d'un schéma intègre est bien intègre, ou autres bêtises de ce genre. Ou a contrario, à me demander s'il n'y a pas une propriété P′ meilleure que P pour laquelle le problème ne se poserait pas (être une limite finie d'algèbres de type fini, par exemple, est-ce que ça se comporte bien de tout point de vue ?), ce qui soulève quantité de questions certes très instructives mais néanmoins chronophages et qui ne font pas vraiment progresser la recherche.

Pour éviter ça, les cours devraient faire l'effort de systématiquement proposer tous les exemples et contre-exemples qui permettent d'éviter de se faire des idées fausses sur la terminologie. Donc j'en veux beaucoup à ceux qui m'ont enseigné la géométrie algébrique de ne pas avoir attiré mon attention sur ce qui est un problème ou un contre-exemple classique (puisque Hilbert se l'était posé, sous une forme différente). Ou de ne rien m'avoir appris sur les propriétés du foncteur d'« affinisation » X↦Spec(Γ(X,𝒪X)), par exemple quelles propriétés il préserve, ou de la flèche canonique X→Spec(Γ(X,𝒪X)), par exemple quelles propriétés elle a ou à quelle condition elle effectue une descente de propriétés de X vers son affinisé, parce que ce sont des objets vraiments naturels et qu'on est en droit d'être curieux à leur sujet.

Ajout : On me signale que l'avertissement est fait dans le Red Book de Mumford (II.§3, en-dessous de la proposition 1). En effet, c'est un bon point pour mumford, comme le fait qu'il fait des tentatives pédagogiquement intéressantes pour dessiner, par exemple, Spec(ℤ[t]).

(mardi)

Comment (ne pas) obtenir une µSIM

J'ai reçu mon nouveau téléphone (un Google Nexus 4). Je ne peux rien en dire pour l'instant parce que je l'ai juste mis à charger.

Premier souci : ma carte SIM n'est pas au bon format : celle que j'ai est une mini-SIM, le téléphone veut une micro-SIM. (Note mentale : celui qui a trouvé utile d'inventer un format incompatible pour gagner 30mm² mérite de subir des supplices raffinés.)

Voici comment je me suis imaginé que ça se passerait dans le meilleur des mondes : je vais dans une boutique de mon opérateur, je dis bonjour, je voudrais changer ma carte SIM contre une micro-SIM, ils me disent pas de problème, Monsieur, ils prennent mon numéro de téléphone et une carte d'identité, ils sortent une nouvelle SIM d'un placard (qui peut se découper à n'importe quel format et donc s'insérer dans mon téléphone), ils tapotent dans leur ordinateur pour affecter la nouvelle SIM à ma ligne, ça prend effet en quelques minutes.

Ce qui s'est passé en réalité dans la boutique de mon opérateur au centre commercial Italie 2 voisin : la personne en face de moi prend un air désolé et m'explique qu'ils ne peuvent rien faire, il faut que j'appelle le service clients Orange, ils peuvent bien me donner une nouvelle SIM mais uniquement pour une nouvelle ligne. En fait, elle n'était même pas capable de me dire si une autre boutique pourrait faire ce que je voulais, ni si je pourrais le faire en ligne (j'aurais dû lui demander comment je devais m'y prendre si je n'avais pas de téléphone du tout pour appeler le service clients, mais bon).

Comme je ne veux pas être trop grossier sur mon blog, je ne recopie pas ici la bordée de jurons qui m'a traversé la tête.

J'appelle donc le service clients. Suit la ribambelle de menus d'un serveur vocal dont rien ne correspond à ce que je veux, alors je choisis l'option parler à un conseiller. Là-dessus, un message m'avertit que j'aurai impérativement besoin de mon numéro de compte client qui figurerait sur mes factures. C'est bien gentil, ça, mais je n'ai jamais de ma vie eu une facture mobile (j'ai toujours eu des offres prépayées, et apparemment une offre prépayée ne vous donne pas de facture). J'ai cependant accès à un espace client en-ligne où, je me dis, le numéro figurera peut-être. Je raccroche et je passe assez longtemps à chercher s'il se cache quelque part un numéro de client ou quelque chose qui y ressemblerait (ou encore une facture), mais rien. Je rappelle donc le service clients : apparemment ce numéro n'était pas nécessaire (et peut-être n'existe même pas pour les clients des offres prépayées). Nouvelle bordée d'injures à l'intention de mon opérateur qui me traverse la tête.

Bon, j'ai réussi à faire comprendre ce que je voulais (même si j'ai dû répéter micro-SIM à peu près trois fois plus préciser la marque de mon nouveau téléphone, et encore ça n'avait pas l'air complètement clair : mais je suppose que de toute façon toutes les cartes SIM récentes sont découpables). On m'avertit que ma nouvelle carte prendra deux ou trois jours à arriver et que d'ici là ma ligne va être coupée.

Troisième série de grossièretés.

Je ne sais pas, moi, si j'avais conçu le truc, ce serait le fait de connecter la nouvelle SIM au réseau qui désactiverait l'ancienne. Ou éventuellement on me demanderait de me connecter sur un site Web ou d'appeler un numéro spécial, ou quelque chose comme ça, pour finir la manœuvre (c'est ce qui s'était passé dans des circonstances semblables chez l'opérateur de mon poussinet) : désactiver préventivement mon ancienne carte SIM, c'est tout de même d'une connerie effrayante.

Au final, je vais avoir en deux ou trois jours, avec une probable interruption de la ligne, quelque chose qui aurait dû prendre cinq minutes en boutique. Bravo !

(samedi)

Ce qui m'occupe (la suite)

J'espérais que l'arrivée de l'été (et donc la fin de mes activités d'enseignement, ainsi que la fin de différentes obligations comme des séminaires) me laisserait un peu de temps pour souffler, mais en fait c'est plutôt le contraire qui se produit.

D'abord il a l'article que j'écris avec un collègue et que je suis allé exposer à Leiden. Je n'en parle pas plus en détails ici parce que ceci n'est pas un blog professionnel, mais disons que la version que nous avons mise sur l'arXiv n'est vraiment pas satisfaisante et nous voudrions soumettre une version définitive avant la fin de l'été, ce qui fait qu'il y a beaucoup de travail.

Pour ce qui est de ce blog, on se souvient que j'avais promis d'écrire un petit texte sur la physique des particules (ou plutôt, de commencer à en écrire un qui, comme tout ce que je commence, ne serait jamais fini). De fil en aiguille, ça m'a amené à m'intéresser aux équations de Yang-Mills classiques (sans rentrer dans le détail, les équations de Yang-Mills quantiques sont ce qui décrit, dans le modèle standard de la physique des particules, les interactions fortes d'une part et les faibles d'autre part ; les équations de Yang-Mills classiques, c'est-à-dire, non-quantiques, n'ont pas d'application directe à la physique mais sont néanmoins une base pour comprendre la version quantique, et sont par ailleurs d'une très grande élégance mathématique ; je conseille ce bon article d'introduction pour ceux qui voudraient savoir de quoi il est question, ainsi que celui-ci pour des exemples de solutions exactes). Bon, mais je n'ai pas eu le temps de trop approfondir.

En plus de ça, j'ai commencé (ça fait nettement plus longtemps) un autre texte, que je pourrais qualifier d'investigation métaphysique (je n'en dirai pas plus pour le moment, mais disons pour ne pas prétendre qu'il s'agit de répondre à la Vie, l'Univers et Tout le reste, que c'est une expérience de pensée à partir de ces idées), qui m'a amené, pour sa part, à lire différents textes en logique (ça c'est un thème récurrent chez moi), et je me retrouve à réfléchir à trop de choses à la fois.

Ayant arrêté mon apprentissage minimal du néerlandais, je me suis remis à celui de l'Allemand, avec la méthode Assimil « avancée » pour cette langue (perfectionnement allemand) qui, même si elle est peut-être un peu en-deçà du niveau que j'ai déjà dans cette langue, m'apprend tout de même des choses (ne serait-ce qu'en me faisant réviser le genre de beaucoup de mots courants !). Mine de rien, ça prend pas mal de temps de travailler sérieusement la méthode Assimil (ils prétendent une demi-heure par jour, mais à mon avis pour étudier sérieusement les leçons il en faut plus que ça).

Dans les choses qui me prennent du temps, je dois aussi mentionner brièvement un forum de discussion de normaliens et d'anciens normaliens qui a été pris de guerres internes où je me retrouve un peu malgré moi à jouer un rôle d'arbitre ou de conciliateur que j'ai du mal à assumer.

Sinon, je viens de m'acheter un nouveau téléphone. Mon HTC Desire Z est devenu (et je ne sais pas exactement pourquoi, même si je peux soupçonner que le passage à un Android 4.2.1 / CyanogenMod 10.1 officieux n'y est pas pour rien, mais ça n'explique pas tout) insupportablement lent, à tel point qu'il faut maintenant environ cinq minutes pour lancer Google Maps dont j'ai pourtant refusé la très récente mise à jour (cinq minutes et refuser plusieurs fois les messages du système qui m'avertit que l'application Google Maps ne réagit plus et propose de la tuer), et ce n'est guère mieux pour la plupart des autres applications. J'ai donc commandé un Nexus 4 chez Google que je devrais normalement recevoir d'ici quelques jours. Je vais sans doute immensément regretter l'absence de clavier physique, mais c'est malheureusement devenu impossible de trouver un smartphone avec un vrai clavier, donc il faudra bien que j'apprenne à vivre sans. Et évidemment je vais passer des heures à configurer la bestiole (probablement installer un CyanogenMod dessus, régler les préférences comme je les veux, etc.).

À côté de ça, je voudrais profiter du beau temps qu'on a enfin à Paris, et peut-être même aller au cinéma une fois ou deux, mais ça commence à devenir vraiment difficile de tout faire tenir à la fois. J'ai un trillion de mails auxquels je dois répondre, aussi.

(lundi)

J'ai mal au dos

Comme le sous-titre de ce blog mérite d'être lamentation d'un hypocondriaque, je me dois de parler de mes tracas de santé.

Je sais que j'ai un point sensible dans ma colonne vertébrale, et je sais très bien où il est : ça doit être entre les vertèbres T7 et T8 (plus ou moins 1, parce que je ne suis pas sûr de savoir compter correctement ; en tout cas, c'est à peu près au niveau de la ligne qui joint les pointes des omoplates), vers l'extérieur, et un tout petit peu vers la droite. Ce n'est pas la première fois que je me fais mal là, et je sais qu'il faut que je fasse attention quand je fais de la musculation. Justement, je n'ai pas dû faire assez attention, samedi soir, en travaillant mes abdos au sol (peut-être que je suis allé trop vite, ou que j'étais énervé), même si je n'ai pas eu mal sur le coup ; et sans doute ai-je empiré les choses en dormant mal positionné (notamment, sur le ventre, ce qui cambre mon dos vers l'arrière), toujours est-il que depuis hier matin — et aujourd'hui c'est encore pire — j'ai mal à ce point fragile.

D'habitude ça passe tout seul (je reste tranquille pendant un jour, en cherchant les positions qui me font le moins mal — par exemple, suspendu par les bras, ça soulage beaucoup), mais ce coup-ci ça a l'air plus sérieux.

Si demain je ne vais pas mieux j'irai voir mon généraliste, mais j'ai un peu peur que la médecine moderne soit assez impuissante face aux maux de dos en général (et laisse le champ libre aux chiropracteurs mal encadrés et mal contrôlés).

Ajout () : Bon, ça va nettement mieux aujourd'hui.

Continue to older entries. / Continuer à lire les entrées plus anciennes.


Entries by month / Entrées par mois:

2017 Jan 2017 Feb 2017
2016 Jan 2016 Feb 2016 Mar 2016 Apr 2016 May 2016 Jun 2016 Jul 2016 Aug 2016 Sep 2016 Oct 2016 Nov 2016 Dec 2016
2015 Jan 2015 Feb 2015 Mar 2015 Apr 2015 May 2015 Jun 2015 Jul 2015 Aug 2015 Sep 2015 Oct 2015 Nov 2015 Dec 2015
2014 Jan 2014 Feb 2014 Mar 2014 Apr 2014 May 2014 Jun 2014 Jul 2014 Aug 2014 Sep 2014 Oct 2014 Nov 2014 Dec 2014
2013 Jan 2013 Feb 2013 Mar 2013 Apr 2013 May 2013 Jun 2013 Jul 2013 Aug 2013 Sep 2013 Oct 2013 Nov 2013 Dec 2013
2012 Jan 2012 Feb 2012 Mar 2012 Apr 2012 May 2012 Jun 2012 Jul 2012 Aug 2012 Sep 2012 Oct 2012 Nov 2012 Dec 2012
2011 Jan 2011 Feb 2011 Mar 2011 Apr 2011 May 2011 Jun 2011 Jul 2011 Aug 2011 Sep 2011 Oct 2011 Nov 2011 Dec 2011
2010 Jan 2010 Feb 2010 Mar 2010 Apr 2010 May 2010 Jun 2010 Jul 2010 Aug 2010 Sep 2010 Oct 2010 Nov 2010 Dec 2010
2009 Jan 2009 Feb 2009 Mar 2009 Apr 2009 May 2009 Jun 2009 Jul 2009 Aug 2009 Sep 2009 Oct 2009 Nov 2009 Dec 2009
2008 Jan 2008 Feb 2008 Mar 2008 Apr 2008 May 2008 Jun 2008 Jul 2008 Aug 2008 Sep 2008 Oct 2008 Nov 2008 Dec 2008
2007 Jan 2007 Feb 2007 Mar 2007 Apr 2007 May 2007 Jun 2007 Jul 2007 Aug 2007 Sep 2007 Oct 2007 Nov 2007 Dec 2007
2006 Jan 2006 Feb 2006 Mar 2006 Apr 2006 May 2006 Jun 2006 Jul 2006 Aug 2006 Sep 2006 Oct 2006 Nov 2006 Dec 2006
2005 Jan 2005 Feb 2005 Mar 2005 Apr 2005 May 2005 Jun 2005 Jul 2005 Aug 2005 Sep 2005 Oct 2005 Nov 2005 Dec 2005
2004 Jan 2004 Feb 2004 Mar 2004 Apr 2004 May 2004 Jun 2004 Jul 2004 Aug 2004 Sep 2004 Oct 2004 Nov 2004 Dec 2004
2003 May 2003 Jun 2003 Jul 2003 Aug 2003 Sep 2003 Oct 2003 Nov 2003 Dec 2003