David Madore's WebLog: J'apprends un petit peu de néerlandais

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #2140 [older|newer] / Entrée #2140 [précédente|suivante]:

(dimanche)

J'apprends un petit peu de néerlandais

Je voyage très peu. Que ce soit une cause ou une conséquence de ce fait, je ne sais pas bien, mais c'est en tout cas certainement lié au principe (que je considère comme le minimum de respect à avoir pour tout endroit qui m'accueille, fût-ce brièvement) que je ne mets pas les pieds à un endroit sans avoir fait un effort raisonnable d'apprendre la langue locale. Un effort raisonnable, évidemment, ça ne veut pas dire que je me fixe comme but de la parler couramment, mais il est aussi hors de question de me contenter d'apprendre à baragouiner les mots pour dire bonjour, merci, au revoir et je ne parle pas klingon. Par exemple, en japonais[#], je sais dire ce kimono n'est pas bleu : on ne sait jamais, ça pourrait servir, des fois que le kimono serait rouge. Plus sérieusement, ce qui m'intéresse avec les langues, ce n'est pas tellement d'apprendre des longues listes de vocabulaire, mais d'avoir une idée basique sur la façon dont elle fonctionne, une idée de la logique et de la structure, bref, plutôt de la grammaire[#2] voire de la philologie ; mais aussi arriver à créer un petit compartiment de mon cerveau pour cette langue et pour sa « mélodie » propre. Disons qu'en général le niveau que je vise dans une langue — sans forcément l'atteindre — est à peu près celui qui me permettrait, si j'ai à ma disposition un texte bilingue, de retrouver quel mot de l'original va avec quel mot de la traduction, et de comprendre la structure du texte et de l'apprécier, même si je ne pourrais pas le comprendre sans aide. Je procède en utilisant en parallèle la méthode Assimil (j'en ai déjà parlé) pour assouplir mes neurones à la musique de la langue et tirer le meilleur parti de ma mémoire principalement auditive, et d'autre part des grammaires ou textes linguistiques pour satisfaire ma curiosité.

Bref. On m'invite pour deux jours aux Pays-Bas (à Leiden), pour évoquer un travail mathématique. Je n'aurai sans doute pas l'occasion d'articuler un mot de néerlandais (sauf peut-être au début de mon exposé pour remercier les organisateurs), mais peu importe : j'ai acheté l'Assimil néerlandais, et j'en suis actuellement à la 13e leçon[#3].

Forcément, si je connais déjà l'anglais et l'allemand, le néerlandais (que certains ont décrit comme la langue que des marins allemands et anglais saouls se sont mis à parler ensemble après un trop long temps passé en mer) devrait être plus facile que, oh, disons, l'arabe. D'autant plus qu'à peu près tous les produits alimentaires vendus en France ont un double étiquetage en français et en flamand pour pouvoir être vendus en Belgique, et que je suis du genre qui lit ce genre de choses. Toujours est-il que, pour ce qui est du néerlandais écrit, je comprends spontanément des choses très faciles, comme l'extrait suivant de la page d'accueil de nl.wikipedia.org aujourd'hui :

18 mei – Emmelie de Forest wint namens Denemarken het 58e Eurovisiesongfestival met het nummer Only Teardrops. Nederland eindigt negende met Anouk, België is twaalfde met Roberto Bellarosa.

18 mei – De Franse president François Hollande ondertekent de wet op het homohuwelijk. Mensen van hetzelfde geslacht kunnen in Frankrijk vanaf eind mei met elkaar trouwen.

[Traduction littérale : 18 mai — Emmelie de Forest gagne au nom du Danemark le 58e festival de chanson de l'Eurovision avec le numéro Only Teardrops. Les Pays-Bas finissent neuvièmes avec Anouk, la Belgique est douzième avec Roberto Bellarosa. | 18 mai — Le président français François Hollande signe la loi sur le mariage homo. Les personnes de même sexe peuvent se marier ensemble en France à partir de fin mai.]

Le deuxième paragraphe serait un peu difficile si je ne savais pas de quoi il parlait, parce que le mot wet (qui s'avère signifier loi) n'est pas transparent pour le germanophone ou pour l'anglophone (si quelqu'un peut m'en donner l'étymologie, d'ailleurs, je suis preneur), pas plus que la parenté entre huwelijk (le mariage) et l'allemand Ehe ; mais le reste est assez évident quand on connaît l'allemand. (À ce propos, pour ceux qui lisent l'allemand, je renvoie à ce document qui est très intéressant. Et en moins sérieux, pour ceux qui comprennent l'allemand parlé, ce comique raconte de façon amusante l'effet que fait aux allemands l'accent néerlandais.)

Il n'y a pas que le vocabulaire néerlandais qui est parallèle à l'allemand : les structures grammaticales sont aussi très proches (l'emploi de nombreuses prépositions, les verbes à particules séparables ou inséparables, la formation des passés et participes, la place des verbes dans les principales et subordonnées, la négation par nicht/kein en allemand et niet/geen en néerlandais, etc.). Cela aide énormément, et il est assez clair que le statut du néerlandais comme une langue à part plutôt que comme une variante du bas-allemand est surtout une question de convention. Globalement, le néerlandais a l'air un peu plus facile (il a fusionné deux des genres de l'allemand en un genre commun[#4] et il a à peu près supprimé les cas), sauf peut-être pour ce qui est de sa prononciation ou de son orthographe, qui ont l'air moins systématiques[#5].

Mais qui dit proximité dit aussi risque de confusion, soit qu'il y ait de faux amis (ou des différences subtiles de sens), soit qu'on ait tendance à transposer spontanément un mot sans qu'il existe de l'autre côté, soit, encore qu'on recopie bêtement le mot en oubliant que la phonétique/grammaire n'est pas la même. Pour ce qui est des faux amis, sans même parler de wie qui veut dire qui en néerlandais alors que le mot allemand identique signifie comment, j'ai déjà remarqué par exemple qu'en néerlandais jawel veut dire si (c'est-à-dire oui-en-réponse-à-une-question-négative) alors qu'en allemand jawohl est simplement emphatique ; klaar en néerlandais signifie prêt, fini, alors qu'en allemand klar signifie clair ; even en néerlandais signifie brièvement alors que eben en allemand signifie il y a un instant ; et la limite entre les verbes néerlandais mogen (avoir la permission / aimer) et durven (oser) est différente de celle entre les verbes allemands mögen (se pouvoir / aimer) et dürfen (avoir la permission / oser). J'aimerais trouver une liste de faux amis courants, ça m'aiderait beaucoup.

Ceci dit, en fait, au niveau complètement débutant où j'en suis, ce qui me perturbe plus, c'est que mon cerveau avait déjà créé une petite case pour une langue germanique que je connais un tout petit peu, qui n'est pas l'allemand, qui a deux genres grammaticaux (un neutre plus ou moins associé à la lettre ‘t’ et un non-neutre), et dont la prononciation est plus irrégulière que l'allemand, mais où notamment la lettre ‘u’ se prononce souvent à peu près [ʉ], et c'est le suédois. Entre autres, j'ai régulièrement envie d'utiliser le pronom suédois de la seconde presonne du singulier du (qui s'écrit pareil qu'en allemand, mais qui se prononce plutôt /dʉː/, à peu près comme le même mot se lirait en néerlandais), alors qu'en néerlandais c'est je[#6].

[#] Je ne suis jamais allé au Japon, mais je n'ai pas dit que je ne cherchais à apprendre un minimum que des langues des pays où je mets les pieds.

[#2] Quand j'apprenais l'allemand au lycée, je faisais des efforts très réduits pour le vocabulaire, si bien que j'ai toujours une capacité d'expression assez pourrie, par contre je prenais un plaisir infini à enchaîner les propositions et les constructions alambiquées (quoi, vous avez remarqué que j'aime faire des phrases longues et lourdes ?) et à demander à mes professeurs dans quel ordre il faut mettre les mots à la fin de Leute, denen hätte geholfen werden sollen (=Leute, denen man hätte helfen sollen). Et ce n'est rien à côté de ce que mes profs de latin ont dû souffrir avec mes questions. (Par contre, mes profs de russe, moins, parce que le russe se prête moins aux enculages de mouches grammaticales : la réponse est presque toujours c'est comme ça, ce n'est pas logique, et c'est tout.)

[#3] Sur 100 (je crois que c'est une constante de la méthode Assimil que d'avoir 100 leçons) : on peut donc mesurer son progrès comme un pourcentage vers un hypothétique niveau j'ai-tout-fini (où ils vous encouragent à recommencer à zéro en cherchant à retenir plus activement), qui doit correspondre déjà à un niveau de maîtrise non ridicule pour la plupart des langues. Mais je ne compte pas aller jusque là pour le néerlandais. Je me suis arrêté à 13% pour le suédois, 13% aussi pour le japonais, quelque chose du même genre pour le hongrois, et 42% pour l'arabe (ce qui, soit dit en passant, veut dire que je parle considérablement mieux suédois qu'arabe, évidemment…).

[#4] Le genre commun voulant donc dire masculin-ou-féminin, par opposition au neutre. Mais comme un de mes amis me l'a fait remarquer, le terme évidemment correct pour désigner masculin-ou-féminin, le non-neutre, dans les langues qui ont cette distinction, ce devrait être le utre, puisque neutre, étymologiquement, c'est ne+utre, c'est-à-dire ni l'un ni l'autre (du latin uter, l'un ou l'autre).

[#5] Et moins standardisée, pour ce qui est de la prononciation : autant il existe un standard à peu près clair de la prononciation de l'allemand (sans exclure de nombreuses variations géographiques, bien sûr, mais une sorte d'équivalent de la Received Pronunciation anglaise), autant le néerlandais a l'air de ne pas admettre de prééminence d'un accent sur les autres. Le ‘r’, par exemple, peut se prononcer « à l'espagnole » (comme une battue alvéolaire), « à la française » (comme une uvulaire) ou « à l'anglaise » (comme une spirante alvéolaire), et ce n'est pas la seule lettre qui varie ainsi (le ‘g’/‘ch’, le ‘w’, le ‘v’ et le ‘z’ admettent aussi des variations géographiques) ; les règles d'assimilation ont aussi l'air de varier d'un endroit à l'autre (j'entends dire que certains néerlandophones ne font même pas de distinction phonémique entre sourdes et sonores). D'ailleurs, même la grammaire semble moins « standardisée » que celle de l'allemand.

[#6] Ccomme l'anglais you, dont le nominatif correct est d'ailleurs ye, le néerlandais a repris un pronom pluriel comme pronom singulier pour la seconde personne du pluriel ; sauf que le néerlandais a aussi un pronom de politesse u, et il a aussi un pronom pluriel, jullie, construit sur le modèle de y'all ou you guys utilisé dans cette fonction dans certains coins des États-Unis ; comme en plus le pronom singulier d'origine, gij, l'analogue du thou anglais, a l'air de continuer à exister dans certaines régions néerlandophones, tout ça fait beaucoup de pronoms de la seconde personne pour une seule langue !

↑Entry #2140 [older|newer] / ↑Entrée #2140 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées