David Madore's WebLog: Les secondes intercalaires sont (temporairement) sauvées

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1985 [older|newer] / Entrée #1985 [précédente|suivante]:

(jeudi)

Les secondes intercalaires sont (temporairement) sauvées

Un vote qui proposait d'abolir les secondes intercalaires (et transformer le temps universel coordonné en un simple décalage constant du temps atomique international) a été repoussée jusqu'à 2015.

Personnellement, mon avis sur la question est très tranché, je pense qu'on devrait conserver ces secondes intercalaires, et apprendre à les gérer correctement (parce que pour l'instant ce n'est franchement pas le cas) : peut-être qu'après que tous les systèmes informatiques géreront parfaitement à la fois TAI et UTC on pourra décider de baser le temps civil sur l'un plutôt que l'autre, mais pour l'instant c'est capituler devant une difficulté qu'on a tous les moyens de résoudre parfaitement ; et en tout cas garder le nom de temps universel coordonné pour autre chose qu'un temps universel, c'est vraiment inacceptable. Et les secondes intercalaires sont une occasion de faire la fête. Si on n'est pas content du mécanisme il faut s'en prendre à Newcomb, qui est mort depuis un siècle alors il s'en fout.

Mais mon avis est surtout apparemment assez largement partagé par la communauté scientifique utilisatrice d'échelles de temps précises (pour ceux qui ont la flemme de lire, ce petit sondage informel — dont on peut évidemment critiquer la méthodologie mais qui a quand même été fait sur 438 personnes, ce qui n'est pas mal sur un sujet aussi ultra-spécialisé — donne 75% de réponses favorables au statu quo).

Ce qui m'inquiète un peu, dans l'histoire, c'est qui décide. Il me semble que cette question devrait être dans les mains de la CGPM et pas de l'ITU. Mais surtout, concrètement, qui nomme les délégués nationaux qui prendront au final cette décision, et sont-ils bien représentatifs ? Parce que l'article de la BBC lié ci-dessus signale que la France a voté en faveur de l'abolition des secondes intercalaires, alors j'aimerais bien savoir qui au juste a pris cette décision pour la France[#], au nom de quelle autorité, et comment elle a été faite : et s'il est vrai que la communauté scientifique est favorable à 75% au maintien des secondes intercalaires, elle est fondée, je pense, à demander des comptes à des délégués qui ont voté dans une direction sérieusement différente. Les mécanismes de lobbying, sur un domaine aussi pointu doivent être sacrément difficiles à démêler : je suppose que tout revient à un type au ministère de l'industrie de chaque pays, qui vote avec son pipotron ou ses connivences, et ce type doit être à peu près impossible à trouver pour l'engueuler.

Ajout () : On me fait la remarque suivante, qui me semble assez sensée : il y a sans doute un certain nombre de pays dont l'heure civile est légalement définie à partir d'une expression vague telle que temps universel ou même heure solaire moyenne à Greenwich, expression qu'il est raisonnable d'interpréter comme désignant UTC dans son fonctionnement actuel (c'est-à-dire avec des secondes intercalaires, et restant à ±1s de UT1). En revanche, si les secondes intercalaires sont supprimées, cette interprétation ne sera plus raisonnable, et ces pays devront soit modifier leur législation, soit adopter UT1 (ou encore une autre variante) comme base pour le temps légal, soit maintenir leur propre système de secondes intercalaires, soit risquer de se retrouver avec des contestations juridiques. Donc supprimer les secondes intercalaires n'est pas forcément innocent, et il ne suffit pas que l'ITU déclare qu'on n'en fera plus pour que ça se passe sans problème. Ou pour dire les choses autrement : comprendre le temps universel comme UTC (secondes intercalaires) peut se contenter d'un simple accord informel entre scientifiques (encore qu'il paraît que le Danemark n'est pas d'accord déjà avec cette interprétation), mais ça ne marche plus si on supprime les secondes intercalaires. Bref, il se pourrait qu'il fallût un traité en bonne et due forme, voire que le temps universel soit aussi impossible à réformer que le calendrier grégorien.

[#] Décision assez paradoxale, en somme, de la part de la France, parce que le service de rotation de la Terre, qui décide les dates des secondes intercalaires, est essentiellement français dans les faits. (J'imagine bien que ces gens ne se retrouveraient pas au chômage si l'ITU change les règles, mais c'est quand même un peu paradoxal.)

↑Entry #1985 [older|newer] / ↑Entrée #1985 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées