David Madore's WebLog: Mettons un point sur le “i” de « relation »

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0477 [older|newer] / Entrée #0477 [précédente|suivante]:

(mardi)

Mettons un point sur le “i” de « relation »

Je ne suis pas à la recherche de l'âme sœur (enfin, frère), ou d'un mec avec qui partager ma vie.

Si je prends la peine de le dire, c'est que pour une raison qui m'échappe, beaucoup de gens qui me connaissent semblent en être convaincus.

Quand j'essaie de rencontrer des gens, c'est soit pour être amis, soit pour coucher ensemble (ou les deux à la fois, éventuellement : je ne vois aucune raison pour laquelle ça devrait être incompatible), ou en tout cas pour faire connaissance parce que c'est toujours intéressant de lier connaissance — et j'essaie de ne pas avoir trop d'a priori sur ce que je veux avoir comme relation. Mais en tout cas l'idée de chercher à avoir une relation stable monogame fidèle exclusive tout ça tout ça n'est pas ce qui me motive (je ne dis pas non plus que j'en exclus complètement la possibilité). Il est vrai que par le passé j'ai pu tenir un discours différent.

Je ne sais pas pourquoi, beaucoup de ceux qui me connaissent semblent pourtant persuadés que c'est ça que je veux : me trouver un copain. Peut-être est-ce une projection de ce qu'ils souhaitent eux-mêmes (l'idée que l'épanouissement affectif et sexuel ne peut être pleinement satisfaisant que dans le cadre d'un couple stable est un mème très répandu). Peut-être pensent-ils que je suis un garçon sérieux (mwahahahahaha), et qu'un garçon sérieux ne peut chercher qu'une relation sérieuse. Peut-être leur est-il absolument inimaginable qu'un homo ni trop vieux ni trop moche ne puisse trouver personne avec qui baiser — c'est vrai que je suis Très Fort. (Et peut-être que je ne trouve personne avec qui baiser parce que tout le monde s'imagine que ce n'est pas ça que je cherche ?)

Globalement, ma vie n'est pas quelque chose que je cherche à partager. D'ailleurs, je ne conçois pas bien comment ça peut se partager, une vie — c'est un peu étroit pour ça, si j'ose dire. Mais enfin. De toute manière, je pense que je suis assez invivable sur le long terme, et je suis certain que je suis trop jaloux de ma liberté pour laisser quelqu'un foutre son nez dans mes affaires. Ce n'est pas tellement le point. Par ailleurs, j'ai un assez grand nombre d'amis — ou en tout cas de connaissances — qui ont tous leurs qualités propres, toutes différentes et toutes précieuses, et je ne vois absolument pas comment une seule personne pourrait se substituer à la moitié du quart du commencement de tous ces rapports humains. Ceci étant, ça n'a pas beaucoup de sens de justifier pourquoi je cherche ceci ou cela : ce n'est pas exactement une envie raisonnée.

Je ne dis pas que je cracherais sur le mec idéal si je le trouvais, évidemment. Mais le mec idéal ne se trouve pas, il se construit : deux personnes peuvent s'apprivoiser l'une l'autre, se changer chacune sous l'influence de l'autre, et se rendre compte au bout d'un temps qu'elles sont devenues quelque chose de très fort l'une pour l'autre. Je ne renie absolument pas ça. Je trouve juste que se dire au départ d'une relation qu'on veut qu'elle devienne ceci ou cela, c'est un peu inutilement orgueilleux. Notamment — mais je me suis déjà exprimé à ce sujet — je trouve que la fidélité en couple est quelque chose qui doit venir naturellement et qu'on ne doit sans doute pas chercher à s'imposer.

Alors pourquoi diable, me demanderont certains, si je cherche juste à baiser (parce que pour les amis, je suis très satisfait de ceux que j'ai, même si bien sûr je m'estime toujours prêt à m'en faire de nouveaux), ne vais-je pas dans une des nombreuses boîtes à sexe que compte la capitale française ? Tout bêtement parce que ce n'est pas du sexe furtif et anonyme que je cherche. Une comparaison rendra peut-être ma position plus claire :

Ruxor en a assez de manger tout seul, mais il ne trouve décidément personne avec qui partager ses repas. Le problème n'est pas tant qu'il fait partie des 5% de la population préférant le salé (alors que 90% préfèrent le sucré, et peut-être 5% aiment autant les deux) : il a après tout un certain nombre d'amis qui ont des goûts sans doute compatibles avec les siens. Mais il est considéré comme terriblement malpoli de demander à quelqu'un de partager sa table, et la réponse sera forcément non si des manœuvres d'approche savantes n'ont pas été employées. Déjà, il y a tous ceux qui se sont trouvé quelqu'un avec qui manger en tête-à-tête, et il serait alors inacceptable pour eux de le faire avec quelqu'un d'autre (et parfois même mal vu de dîner seul). De faire un repas en groupe entre amis, il n'est évidemment pas question : l'idée même est presque choquante. Évidemment, on peut toujours aller au restaurant, et là, il y en a pour tous les goûts, et pour tous les styles. Certainement la nourriture peut y être meilleure que ce qu'on se prépare soi-même en vitesse. Seulement, est-on vraiment moins seul quand on mange au restaurant, à la même table qu'un inconnu (ou plusieurs), que quand on le fait seul ?

D'accord, cette analogie est sans doute exagérée. (À la base, la raison principale pour laquelle je ne veux pas baiser avec un inconnu, c'est que je suis trop timide pour ça.) Je ne peux pas honnêtement dire qu'un acte sexuel soit exactement aussi anodin que celui de se nourrir. Dans les deux cas il s'agit d'accomplir socialement un acte biologique fondamental, mais il y a quand même des raisons assez naturelles pour que le sexe se fasse à deux — maintenant, il y a aussi des raisons assez naturelles pour qu'il se fasse entre un homme et une femme, alors… Ceci étant, dormir c'est aussi accomplir un acte biologique fondamental, et ce n'est vraiment pas quelque chose que j'aime faire en compagnie.

Tiens, dormir, ça c'est une idée. Je crois que je vais faire ça (et seul) au lieu de débiter des conneries plus grosses que moi.

↑Entry #0477 [older|newer] / ↑Entrée #0477 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées