David Madore's WebLog: Les aventures de Ruxor à New York, troisième partie

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #2262 [older|newer] / Entrée #2262 [précédente|suivante]:

(mardi)

Les aventures de Ruxor à New York, troisième partie

Je continue la série commencée ici et , même si je n'ai pas des masses à raconter aujourd'hui puisque nous avons surtout fait du shopping, et je ne crois pas qu'il soit vraiment intéressant de raconter les fringues que j'achète, sauf peut-être si je trouvais quelque chose d'introuvable à Paris, mais je ne crois pas que ça ait été le cas (je n'ai pas acheté un tee-shirt avec une tête de Haliaeetus leucocephalus, des étoiles blanches sur fond bleu et le mot Liberty écrit en lettres pleines de ferveur). Je suis quand même tombé par hasard sur un magasin très rigolo, qui s'appelle The Container Store, au croisement de la 19e rue et de la 6e avenue et qui, comme son nom l'indique, se spécialise dans les boîtes de rangement, cartons, bouteilles, sacs, et autres contenants — et comme j'adore les boîtes, je suis resté assez longtemps à m'émerveiller devant la diversité de leurs articles. Tiens, en revanche, je m'étonne que les différentes marches aléatoires que j'ai faites dans Manhattan ne m'ont pas amené devant des grandes (ou moins grandes) librairies.

Hier soir, j'ai dîné avec mon poussinet, mon beau-frère et ma belle-mère au restaurant (Asiate) du Mandarin oriental sur Columbus Circle, au coin sud-ouest de Central Park — et qui offre une vue assez impressionnante sur les environs, malheureusement un peu gâchée par le temps désespérément nébuleux. Les chambres de l'hôtel démarrent à 700$ la nuit, mais le restaurant est un chouïa moins exorbitant, et il est excellent.

Parlant de restaurants, je trouve frappant de voir dans chaque café ou restaurant où je vais aux toilettes la mention employees must wash hands (je l'avais déjà vue aux États-Unis, mais pas de façon aussi systématique : je ne sais pas si c'est le lieu ou le temps qui ont changé). Je suppose qu'elle s'adresse aux clients pour les rassurer, pas aux employés eux-mêmes (si on veut leur donner des instructions, on peut le faire autrement que par un petit écriteau), mais finalement je ne sais pas si c'est rassurant que ce soit nécessaire de le signaler — si je voyais l'indication employees must not poison customers ou employees must not eat babies for beakfast, je crois que je serais plus inquiet qu'autre chose.

Ah, aucun rapport (c'est difficile de prévoir des transitions entre les petites remarques aléatoires que je veux faire, alors je laisse tomber) : New York décore le pied de certains arbres, ou des parterres un peu partout, avec des choux d'ornement. (Je ne savais même pas que ça existait, moi, les choux d'ornement : il y a une semaine j'aurais pris ça pour une sorte d'oxymore.) Je trouve ça vraiment très chou.

↑Entry #2262 [older|newer] / ↑Entrée #2262 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées