David Madore's WebLog: L'avenir de la propriété intellectuelle

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1311 [older|newer] / Entrée #1311 [précédente|suivante]:

(jeudi)

L'avenir de la propriété intellectuelle

Je vais vite parce que je dois me coucher. Les vidéos de la conférence qui s'est tenue ce soir à l'ENS sur la loi DADVSI est maintenant disponible sur le site Web de la Diffusion des Savoirs de l'ENS (et sous licence Creative Commons). Il s'est dit des choses vraiment intéressantes, donc j'encourage à aller voir. (Et on ne le soulignera jamais assez : ça vous concerne, vous, ça ne concerne pas qu'une poignée de geeks estampillés logiciel libre.)

Je voudrais cependant faire part d'une réflexion qu'on m'a suggérée récemment et qui me semble très pertinente, et profondément démoralisante, concernant la possibilité de faire évoluer un jour les choses dans le bon sens au niveau du droit d'auteur. Je me lamente souvent que la majorité des citoyens se refuse à prendre conscience que le droit de la propriété intellectuelle la concerne vraiment, et qu'elle est en train de se faire priver de libertés véritablement importantes. Or on m'a fait remarquer la chose suivante : en assez peu de temps on est passé d'une situation où tout le monde se fout de l'écologie à une situation où tout le monde se sent concerné — mais ne fait quand même rien ; pareil pour le droit des minorités : maintenant, tout le monde est pour, mais, évidemment, personne ne fait rien, concrètement ; pareil pour le libéralisme : actuellement, l'opinion publique va très largement dans le sens le libéralisme, c'est affreux, et pourtant, on continue à libéraliser à tour de bras (les télécoms, les transports, etc.). Il semble assez plausible que la même chose se passe pour la propriété intellectuelle : les gens vont peut-être rapidement prendre conscience du problème dans ces lois sans cesse plus dures et plus répressives mais, contrairement à ce que j'espérais, ça ne nous aidera peut-être pas du tout à le résoudre.

Un des problèmes très sérieux c'est que nous sommes, actuellement, gouvernés par des traités internationaux et non plus par des lois. Or les traités internationaux sont un domaine où le lobbying de la part de groupes financiers puissants et bien constitués est particulièrement facile, alors que l'opinion publique n'en a conscience souvent[#] que quand il est trop tard (le traité est définitif et lie les États contractants). Quant au pouvoir économique du consommateur, il est bidon, faute de moyens convenables de concertation : les produits verts ou commerce équitable, ça ne marche pas, malheureusement, et je pense que tout espoir que les DRM échoueront pour des raisons économiques se heurtera à la dure réalité de la force économique de Microsoft (qui arrive à faire payer pour un système d'exploitation objectivement pas meilleur qu'un autre qui est gratuit, alors le pouvoir économique du consommateur, dans tout ça…) ou Apple.

[#] Contre-exemple : le Traité Constitutionnel Européen. Mais comme je l'ai déjà expliqué au moment de ce débat, je pense que le citoyen français a eu le douteux privilège de refuser tout ce qu'il y avait de bon dans ce traité et de subir quand même ce qu'il y a de mauvais. [Note préventive : je n'accepterai pas de commentaires sur la présente entrée parlant essentiellement du TCE ; si quelqu'un veut faire un commentaire à ce sujet, qu'il le fasse sur l'entrée passée.]

↑Entry #1311 [older|newer] / ↑Entrée #1311 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées