David Madore's WebLog: La facilité à entretenir la conversation

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0731 [older|newer] / Entrée #0731 [précédente|suivante]:

(lundi)

La facilité à entretenir la conversation

Mon ami italien Davide (que j'ai déjà évoqué plus d'une fois ici) vient de passer quelques jours (en vacances) à Paris. L'occasion pour lui et moi de faire plein de choses ensemble (flâner dans les rues, voir Montmartre la nuit, visiter le parc André Citroën, dîner au Loup Blanc, aller voir Tout le plaisir est pour moi au cinéma, etc.), mais surtout, de discuter de tout et de rien.

C'est une chose qui me fascine, la manière dont, selon les personnes avec qui j'essaie de parler, soit la conversation « prend », soit elle ne « prend » pas et chacun s'enferme dans le mutisme le plus désespérant. Avec Davide je n'ai vraiment aucun problème à converser pendant des heures sans grands silences gênants, sans avoir l'impression de meubler par des phrases de contenu vide, et sans que ça tourne au monologue ennuyeux de l'un ou l'autre participant. Ce n'est même pas tellement une question de centres d'intérêt communs : il est vrai qu'avec un geek unixien, par exemple, je pourrai toujours papoter à l'infini sur ma façon de faire ceci ou cela. Mais là, mon Milanais, il n'apprécie ni les maths ni l'informatique et nous n'en avons donc pas parlé du tout (pas plus, évidemment, que je ne partage avec lui certaines des private jokes que j'ai avec mes collègues normaliens ou ex-normaliens) : ça n'empêche rien, au contraire (j'aime bien pouvoir parler d'autre chose de temps en temps !). Nous n'avons pas des masses de points communs (à part être gays tous les deux, ce qui est quand même maigre). Et on a aussi évité le mode « je raconte ma vie sur les <n> derniers semaines / mois / années, pour occuper le temps ». Non, plutôt, nous avons discouru sur quantité de petites choses du quotidien qui nous entoure, de Paris, de culture, de société, que sais-je encore.

Mais alors pourquoi cela ne marche-t-il pas avec tout le monde ? Je ne sais pas. Soit il y a des gens qui sont intrinsèquement taciturnes et rêtifs à la conversation, soit c'est juste une question d'incompatibilité d'« humeur bavardante ». Mais c'est un certain mystère.

↑Entry #0731 [older|newer] / ↑Entrée #0731 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées