David Madore's WebLog: Je vis ma vie

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0020 [older|newer] / Entrée #0020 [précédente|suivante]:

(vendredi) · Pleine Lune (Éclipse de Lune)

Je vis ma vie

Puisqu'il est question de raconter ma vie, je peux raconter ma journée d'aujourd'hui pour le plaisir des internautes qui ont du temps à perdre à lire n'importe quoi.

Le vendredi est le jour de permanence de >Dégel! dont j'ai déjà parlé : cela signifie qu'on se retrouve entre copains et copines, au local de l'Unef à Jussieu, pour goûter et échanger les derniers potins et ragots (ça c'est pour le bénéfice de ceux qui se demandent « mais que peuvent-ils bien faire dans une association de jeunes homos ? »). Ensuite, on va normalement dîner au Quick de la rue de Rivoli (en face de l'Hôtel de Ville) — ou, si on en a marre du fast food, dans un autre restaurant du coin. Sauf que cette fois j'ai fait bande à part (et pour ceux qui ont manifesté de la curiosité quant à savoir pourquoi, voici, ta da, la réponse).

La semaine dernière, j'étais à une soirée chez mon ami Sébastien Desreux ; cette fois c'est chez un autre ami, Daivy, qu'était la soirée. Daivy est en colocation avec quatre ou cinq autres personnes dans une grande maison (de quatre étages), du côté du Père-Lachaise, et assez régulièrement ils y organisent d'énormes fêtes, où chaque colocataire invite une vingtaine d'amis, lesquels, à leur tour, arrivent parfois avec des amis à eux, ce qui finit par faire beaucoup de monde et c'est très sympa (la dernière était une soirée costumée très réussie). Cette fois-ci était un peu spéciale, cependant, parce qu'elle servait de cadre à une émission de télé, Vis Ma Vie : en l'occurrence, un certain Christophe (venu de Lyon — avec son chien Coyote), qui partait d'un a priori négatif sur la colocation (car jaloux de son indépendance), allait essayer de vivre, pour le week-end, dans le groupe de colocataires. La fête servait donc de réception de Christophe, mais aussi d'exemple des choses à gérer en colocation (et si un des colocataires ne veut pas faire la fête ?). Nous avons donc été filmés lors de la soirée, et les colocataires présents et Christophe ont été interviewés ou enregistrés en conversation entre eux, pour exposer les points de vue sur les avantages et inconvénients de la colocation. J'avoue que j'étais venu entre autres par curiosité sur la façon dont se font de telles émissions (elle devrait passer à l'antenne dans environ quatre semaines, soit dit en passant). Mais évidemment, les soirées de ce genre sont aussi une occasion de rencontrer des gens intéressants, avec ou sans télé.

Je suis rentré vers 2h du matin, à pied : cela m'a pris un certain temps (plus d'une heure) pour faire le trajet depuis Gambetta jusqu'à Place d'Italie, mais ce n'est pas désagréable non plus (j'apprécie de marcher dans Paris, surtout la nuit).

Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive : en chemin (plus précisément, en l'occurrence, rue de la Roquette, arrivant à la place Léon Blum), je croise un beau garçon, nous échangeons quelques regards, puis je me retourne pour le voir passer, et je vois qu'il se retourne aussi — sauf qu'au lieu d'avoir le courage de l'aborder, voyant que nous sommes intéressés l'un par l'autre, je n'ai évidemment pas trouvé mieux à faire que tourner de nouveau le dos et fuir presque en courant. Parfois ma wishy-washiness m'exaspère au plus haut point : certes, il n'est pas forcément recommandé de sauter sur le premier venu croisé dans la rue, mais d'un autre côté, si je m'enfuis en courant dès que j'ai une chance, je ne peux pas vraiment me plaindre d'avoir du mal à en trouver, des chances.

Pouh, il est 9h du matin passées (le 17). Il est plus que temps d'aller dormir. Cela fait des jours que j'essaie désespérément de me remettre à des horaires plus normaux, et pour l'instant ça ne fait qu'empirer.

↑Entry #0020 [older|newer] / ↑Entrée #0020 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées