David Madore's WebLog: Comment utiliser les points comme parenthèses ?

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #2347 [older|newer] / Entrée #2347 [précédente|suivante]:

(lundi)

Comment utiliser les points comme parenthèses ?

Dans une expression mathématique comme

(2+2+2)×(3+4)

les parenthèses servent à indiquer quelles sous-expressions doivent être calculées en premier (la convention, en leur absence, étant qu'on évalue les multiplications avant les additions, si bien que 2+2+2×3+4 sans parenthèses se comprend comme 2+2+(2×3)+4). Mais il existe d'autres manières possibles d'indiquer l'ordre des opérations sans utiliser de parenthèses — ou en tout cas pas sous cette forme. Une possibilité consisterait à utiliser la notation préfixe (où le symbole d'une opération binaire précède les deux quantités sur lesquelles elles s'applique, ce qui donne dans ce cas : × + + 2 2 2 + 3 4) ou bien postfixe (où l'opération binaire suit les deux quantités sur lesquelles elle s'applique, donc 2 2 + 2 + 3 4 + × comme on le taperait sur une calculatrice à notation polonaise inversée), mais ces conventions sont extrêmement peu lisibles pour un humain.

Une autre façon de noter les choses, qui me semble assez intéressante ou en tout cas instructive, même si elle n'a jamais vraiment été utilisée en-dehors de la logique, consiste à utiliser les points comme parenthèses, que je veux présenter et discuter un peu. Sur mon exemple, cette notation donnerait :

2+2+2.×.3+4

avec des points autour du symbole de multiplication pour marquer qu'il doit être effectué après les additions. (On va supposer que le point n'est pas utilisé comme séparateur décimal, ou qu'il y a quelque magie typographique qui évite l'ambiguïté : ni ici ni ailleurs dans cette entrée il n'y a de nombres fractionnaires.)

La manière dont on lit une telle expression est la suivante : on commence par la séparer aux endroits où se trouve des points, on évalue tous les morceaux qui ont un sens en tant qu'expression (en l'occurrence, 2+2+2 et 3+4), puis on réattache les morceaux remplacés par leur valeur (ce qui donne 6×7).

Lorsqu'il y a plusieurs niveaux d'imbrications, on utilise des groupes formés d'un nombre de points croissant pour séparer les niveaux : la règle est alors qu'on commence par regrouper les morceaux séparés par un seul point, puis par un groupe de deux, puis de trois, et ainsi de suite. (Ainsi, un groupe d'un plus grand nombre de points correspond à un niveau de parenthésage plus « extérieur ».) Par exemple,

(14/(1+1))×(6+7)×(30−(6+5))

peut se réécrire dans la notation « ponctuée » comme

14/.1+1:×.6+7.×:30−.6+5

et pour l'évaluer, on commence par calculer les morceaux séparés par des points qui ont un sens tout seuls (1+1, 6+7 et 6+5), puis on regroupe les morceaux séparés par de simples points (14/.1+1 soit 14/2, et 30−.6+5 soit 30−11), et enfin on regroupe les morceaux séparés par deux points. Pour plus de symétrie quant au niveau d'opération × dans le facteur central, on peut préférer écrire

14/.1+1:×:6+7:×:30−.6+5

ce qui est peut-être plus lisible, surtout si on reflète le nombre de points dans l'espacement de la formule :

14/.1+1 :×: 6+7 :×: 30−.6+5

On peut bien sûr utiliser des symboles pour les groupes de deux, trois, quatre points et ainsi de suite : si je récupère des symboles Unicode pas vraiment fait pour, l'expression 6−(5−(4−(3−(2−1)))) peut se ponctuer en 6−∷5−∴4−:3−.2−1, mais généralement on se contente de mettre plusieurs caractères ‘.’ ou ‘:’ d'affilée pour représenter un groupe, comme 6−::5−:.4−:3−.2−1 (il faut traiter ces deux écritures comme parfaitement synonymes).

Les points servent donc à la fois de parenthèses ouvrantes et fermantes : il n'y a en fait pas d'ambiguïté car la directionalité est indiquée par la position par rapport aux symboles d'opérations (si je vois 20−.1+1, cela ne peut signifier que 20−(1+1) car (20−)1+1 n'a pas de sens) ; plus exactement, chaque groupe de points doit être adjacent à un symbole d'opération (sauf si on omet la multiplication, cf. ci-dessous), et correspond à une parenthèse soit ouvrante soit fermante selon qu'il est immédiatement après ou avant l'opération. Et la parenthèse court jusqu'au prochain groupe de points (vers la droite ou vers la gauche, selon le cas évoqué) dont le nombre de points est supérieur ou égal à celui considéré, ou à l'extrémité de l'expression (où se sous-entend un nombre infini de points, si on veut ; ainsi, sur mon premier exemple, on écrit 2+2+2.×.3+4 et non .2+2+2.×.3+4.).

Pour ceux qui veulent des règles plus formelles, je propose les suivantes. En écriture, si on a un arbre d'analyse formé d'opérations possiblement associatives, disons x1x2⋆…⋆xk (pour une certaine opération ici notée ⋆, et avec k=2 si l'opération ⋆ n'est pas supposée avoir d'association par défaut), pour la transformer en « expression ponctuée », on écrit de façon récursive chacun des sous-arbres x1,x2,…,xk comme expression ponctuée, et on concatène ces écritures en plaçant à gauche de chaque symbole ⋆ un groupe de points dont le nombre est strictement supérieur au nombre de points de n'importe quel groupe apparaissant dans l'écriture de la sous-expression gauche (si celle-ci est un atome = une feuille de l'arbre, c'est-à-dire un nombre ou une variable, on peut ne mettre aucun point) ; et de même à droite. Il est admissible de mettre plus de points que nécessaire, par exemple si on veut mettre le même nombre à gauche et à droite de chaque ⋆ intervenant à un niveau donné. On peut, bien sûr, avoir des règles supplémentaires lorsqu'on suppose une certaine priorité des opérations (par exemple, (3×2)+1 peut être noté 3×2+1 si on admet que la multiplication est prioritaire sur l'addition ; toutefois, ceci ne s'applique essentiellement qu'au niveau le plus bas : (3×(1+1))+1 devra certainement être noté 3×.1+1:+1, parce qu'on ne gagnerait rien que de la confusion à le noter 3×.1+1.+1). • Inversement, pour décoder une telle expression, on va, pour n allant de 0 au nombre maximum de points dans un groupe, remplacer chaque expression maximale de la forme x1x2⋆…⋆xk avec les xi des sous-arbres déjà constitués (ou des atomes), en ignorant les groupes de ≤n points pouvant intervenir à gauche ou à droite de l'opération ⋆, par un sous-arbre (ou un bloc parenthésé, si on préfère).

Ce système de notations ne recouvre pas tous les cas possibles d'usage des parenthèses. Disons qu'il nécessite plus ou moins qu'il y ait des symboles d'opérations dans l'histoire : si on a affaire à un contexte mathématique dans lequel on donne un sens différent aux notations u(v) et (u)v (ce qui, honnêtement, ressemble à une très mauvaise idée), ou à u et (u) (même remarque), alors on ne peut pas utiliser des points à la place des parenthèses.

Néanmoins, il marche dans des situations un peu plus générales que ce que j'ai présenté ci-dessus. Par exemple, il continue de fonctionner même si on décide de ne pas écrire le symbole × de multiplication : notamment, si dans la version parenthésée, au lieu de (14/(1+1))×(6+7)×(30−(6+5)) je décide d'écrire (14/(1+1))(6+7)(30−(6+5)), alors de même dans la version ponctuée, au lieu de 14/.1+1:×.6+7.×:30−.6+5 j'écris 14/.1+1:6+7:30−.6+5 et il n'y a pas d'ambiguïté dans le fait que quand un groupe de points apparaît directement entre deux atomes (nombres ou variables), il représente une multiplication (et comme 6.7 représente 6×7, de même 2+2+2.3+4 représente (2+2+2)×(3+4) ; tandis que 2+2+(2×3)+4 s'écrira 2+2+:2.3:+4 ou même, un peu audacieusement, 2.+.2.+.2.3.+.4 si on décide que la multiplication est prioritaire sur l'addition). Ceci fonctionne encore même si on suppose que la multiplication omise n'est pas associative : on distingue bien u(vw) de (uv)w comme u.vw et uv.w respectivement.

Par rapport aux règles formelles que j'ai proposées ci-dessus, l'omission du symbole de multiplication se traite ainsi lors de l'écriture : (a) on écrit toujours au moins un point pour la multiplication quand elle est entre deux chiffres, et (b) au lieu de mettre un groupe de points à gauche et à droite du symbole ⋆ (qui doit être omis), on en met un seul, avec un nombre de points commun, supérieur à celui de tout groupe intervenant dans n'importe quelle sous-expression parmi les x1,x2,…,xk (avec cette règle, 2(x+y)(t⋆(u+v)) s'écrit 2:x+y:t⋆.u+v plutôt que 2.x+y:t⋆.u+v si on veut vraiment placer les trois facteurs 2, x+y et t⋆(u+v) au même niveau).

Il n'y a pas non plus de problème avec les opérations unaires, qu'elles soient écrites de façon préfixe ou postfixe. Il y a, cependant, un problème si on a une opération qui peut être aussi bien unaire que binaire et que le symbole de multiplication est omis : c'est le cas avec le signe moins si on veut pouvoir écrire (2/3)(−3) (qui vaudrait −2 par multiplication implicite) et le distinguer de (2/3)−3 (qui vaut −7/3), les deux étant a priori ponctués comme 2/3.−3 ; on peut résoudre ce problème de différentes façons, par exemple en imposant que pour les opérations binaires qui peuvent aussi être unaires, le nombre de points à gauche et à droite soit égal quand elles fonctionnent comme opérations binaires (donc (2/3)−3 se ponctuerait comme 2/3.−.3, qui se lit sans ambiguïté), et/ou que le signe de multiplication ne peut pas être omis devant une opération unaire (donc (2/3)(−3) devrait s'écrire 2/3.×.−3).

Il me semble par ailleurs qu'il n'y a pas de problème particulier avec une opération ternaire (par exemple si je décide que t?u!v signifie si t=0 alors v et sinon u — je change légèrement la notation du C parce que les deux points sont pris par le sujet de cette entrée — alors il n'y a pas de problème à écrire de façon ponctuée des expressions contenant cette expression imbriquée en elle-même de façon arbitraire). Ceci étant, je n'ai pas forcément pensé à toutes les bizarreries des notations mathématiques, peut-être qu'il y a des cas où le système de points ne fonctionnera pas alors que les parenthèses fonctionnent (outre ceux que j'ai déjà mentionnés).

Il faut que j'en profite pour signaler qu'il y a toutes sortes de petites variations possibles dans le système, j'en ai déjà implicitement signalé quelques unes. Je mentionne notamment la suivante, qui est plus économique dans le nombre de points utilisés, au détriment de la lisibilité de l'ensemble, et qui me semble plutôt une mauvaise idée. Plus haut j'ai signalé que 6−(5−(4−(3−(2−1)))) s'écrit 6−::5−:.4−:3−.2−1 (et c'est ce qui résulte des règles formelles que j'ai proposées), mais on peut aussi imaginer l'écrire simplement come 6−.5−.4−.3−.2−1 ce qui est après tout inambigu vu que chaque ‘.’ suivant immédiatement un symbole d'opération doit représenter une parenthèse ouvrante. (La modification des règles formelles que j'ai proposées doit être quelque chose comme ceci. En écriture, on place à gauche de chaque symbole ⋆ un groupe de points dont le nombre est immédiatement strictement supérieur au plus grand nombre de points de n'importe quel groupe qui apparaît, dans l'écriture de la sous-expression gauche, immédiatement à droite d'un symbole d'opération — ou comme symbole de multiplication omis — en ignorant donc les groupes de points qui apparaissent immédiatement à gauche d'un symbole d'opération ; et symétriquement pour la droite. Et en lecture, pour chaque niveau n de points, on doit grosso modo répéter tant que possible la recherche d'une expression x1x2⋆…⋆xk avec les xi des sous-arbres déjà constitués, la remplacer par un sous-arbre, et retirer les éventuels groupes de n points — mais pas plus — qui seraient adjacents à l'expression.)

Comme je l'ai dit plus haut, je crois que les points comme parenthèses n'ont été véritablement employés que dans des textes de logique (et uniquement entre les connecteurs logiques, pas dans les expressions arithmétiques comme sur les exemples que j'ai pris), même s'il n'y a pas de raison de la lier à ce contexte précis. Je ne sais pas exactement qui a inventé cette notation : peut-être Peano dans ses Arithmetices principia: nova methodo ; mais je sais surtout qu'elle est utilisée dans les Principia Mathematica de Russell et Whitehead dont elle contribue à la réputation d'illisibilité même si je crois que c'est loin d'être ce qui les rend le plus difficile (on pourra jeter un coup d'œil à la page des Principia que j'ai déjà évoquée sur ce blog, et utiliser cette page pour quelques indications sur comment décoder tout ça). J'ai d'ailleurs l'impression que les philosophes qui s'intéressent à la logique mathématique ont, plus que les logiciens vraiment matheux, tendance à utiliser des notations vieillotes (il y a peut-être une raison sociologique à creuser), et en particulier ces points-comme-parenthèses. Il y a aussi l'épouvantable symbole ‘⊃’ utilisé à la place de ‘⇒’ pour l'implication, que la grande majorité des matheux ont abandonné il y a belle lurette, et que des philosophes s'obstinent, Apollon sait pourquoi, à utiliser.

Mais l'autre question à se poser, bien sûr, c'est : ce système de notation avec des points à la place des parenthèses a-t-il des avantages ? Je sais qu'a priori il semble plus compliqué que les parenthèses. Peut-être l'est-il intrinsèquement, mais je crois que c'est essentiellement une question d'habitude (c'est difficile d'être sûr vu que je n'en ai moi-même guère la pratique). Je vois trois principaux arguments qu'on peut avancer pour défendre le système de points : (1) il est légèrement plus compact (quand on discute une opération non associative, il est plus léger d'écrire uv.w que (uv)w, par exemple), (2) on repère plus rapidement le niveau d'imbrication des choses (qui n'a jamais peiné, dans une expression parenthésée, à retrouver où chaque parenthèse se ferme ?), et (3) il est, finalement, relativement analogue à la ponctuation d'un texte en langage naturel (où, grossièrement parlant, on regroupe d'abord les mots non séparés par une ponctuation, puis les groupes séparés par des virgules, puis ceux séparés par des points-virgules, et enfin ceux séparés par des points), rendu plus logique. Le principal inconvénient que je lui vois, c'est que si on veut remplacer, dans une expression, une valeur par une autre expression, on va possiblement devoir incrémenter le nombre de points partout dans l'expression, alors que les parenthèses assurent que tout se passe forcément bien.

Bien entendu, je ne propose pas de changer une notation mathématique bien établie (les parenthèses sont quand même pratiques, finalement), mais il peut être intéressant de se rappeler qu'il y a, ou qu'il y avait a priori, d'autres notations possibles et pas forcément idiotes. Se le rappeler peut aider à mieux comprendre l'analyse syntaxique, à la fois des expressions mathématiques et des phrases ponctuées en langage naturel (cf. mon point (3) ci-dessus) ; et cela peut aussi suggérer comment faciliter la lecture d'une expression mathématique par des enrichissements typographiques (typiquement : mettre à chaque endroit possible un espacement proportionnel au nombre de points qu'on aurait dans la notation avec les points comme parenthèses).

↑Entry #2347 [older|newer] / ↑Entrée #2347 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées