David Madore's WebLog: Ultima Underworld II : The Labyrinth of Worlds

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1379 [older|newer] / Entrée #1379 [précédente|suivante]:

(lundi)

Ultima Underworld II : The Labyrinth of Worlds

Je n'ai jamais été un grand fan de jeux sur ordinateur : ni quand j'étais petit ni maintenant ; et les trucs comme Kraland ou World of Warcraft (ce dernier fait des ravages chez les normaliens… quoique peut-être pas autant que dans South Park) ne m'attirent absolument pas. J'ai toujours été prodigieusement nul aux jeux d'arcade, et sans aucune patience pour les jeux de réflexion ou de stratégie : ce qui m'attirait un peu, quand même, ce sont les jeux de rôle et d'exploration, où on a une quête à remplir dans un monde à découvrir, et, parmi ceux là, il y a deux séries qui m'ont beaucoup plu, ce sont les King's Quest et les Ultima.

J'ai joué au tout premier King's Quest (jusqu'au bout, et j'étais incroyablement content quand j'ai gagné), ça a été un de mes émerveillements avec les ordinateurs ; et plus tard j'ai joué aux numéros V et VI : il faut dire qu'il y avait un effort de création vraiment impressionnant dans l'intrigue — en revanche, ils souffraient du défaut qu'on se retrouvait souvent à essayer successivement tous les objets possibles devant chaque difficulté, jusqu'à trouver celui qui marche, bref, ça devenait un peu lassant.

S'agissant des Ultima, j'ai surtout joué au VI et au VII (la première partie), ainsi qu'à Underworld : les deux premiers sont surtout impressionnants par la richesse du monde présenté, qui se laisse vraiment très longuement explorer, quant à Underworld, c'est essentiellement, je crois, le jeu qui a créé la version « moderne » de l'affichage en première personne. J'ai tellement aimé Underworld que j'ai créé un éditeur de donjon pour ce jeu et je m'amusais à inventer toutes sortes de labyrinthes diaboliques bourrés de pièges à téléportation et de mécanismes invraisemblables, ou simplement des palais soigneusement conçus que j'aimais ensuite parcourir pour admirer.

Mais il y a un jeu auquel j'ai très longtemps été frustré de ne pas avoir pu jouer, c'est Ultima Underworld II. Je ne sais plus ce qui s'est passé, au juste : un ami à moi devait l'avoir et il l'a perdu dans un crash disque ou quelque chose comme ça, si bien que je n'ai joué qu'un peu au début, juste assez pour me rendre compte que le monde était encore bien plus riche et vaste que dans le premier Underworld (et que, malheureusement, mon éditeur de donjon ne marchait plus et que je ne savais pas décoder les structures de données), mais je ne suis pas allé plus loin que ça. Ensuite, je n'ai plus eu de DOS, et j'ai plus ou moins oublié l'existence de ce jeu, mais tout en conservant le vague regret de ne pas avoir pu vraiment mettre les mains dessus. En plus, la musique (dont voici une interprétation MIDI) utilise un thème que je trouve vraiment excellent, et qui m'a trotté dans la tête pendant toutes ces années.

Eh bien j'ai fini par me prendre en main et par aller chercher sur des sites d'abandonware, où j'ai trouvé une copie du jeu en question. Un petit coup de FreeDOS et de QEMU et j'étais doté d'une machine DOS virtuelle (déjà bien plus puissante que le 486 que j'avais autour de '93) capable de faire tourner le truc. Avec le son, même (AdLib, seulement, cependant). C'est donc avec une certaine émotion que j'ai replongé dans le monde de Britannia et de l'Avatar.

Premier choc : c'est quand même moche. J'ai beau rester totalement isolé des jeux vraiment modernes (et même des premiers grands du genre, comme Myst), j'ai apparemment changé de regard en une douzaine d'années. En fait, le plus frappant, ce n'est pas tant que c'est moche mais que ça manque d'ergonomie (l'usage de la souris et du clavier est, disons, déconcertant — et pourtant Underworld m'avait semblé vraiment excellent sur cet aspect, à l'époque). Cependant, on s'y habitue, et la magie fonctionne encore. Je pense que je vais essayer de finir le jeu, ou en tout cas de l'explorer, pour purger cette frustration de n'avoir pas pu, à l'époque : probablement en trichant un peu (pour booster un peu mon personnage ou pour lire sur le Web la solution des énigmes qui me bloqueraient trop), parce que je n'ai pas envie d'y passer beaucoup de temps, mais tout de même un petit peu sérieusement.

↑Entry #1379 [older|newer] / ↑Entrée #1379 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées