David Madore's WebLog: Les visionnaires et le futur

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1153 [older|newer] / Entrée #1153 [précédente|suivante]:

(dimanche)

Les visionnaires et le futur

Je viens de lire Paris au XXe siècle de Jules Verne (une œuvre de jeunesse, écrite vers 1863, qui imagine Paris cent ans plus tard). Tout le monde m'avait fait croire, quand j'étais petit, que Jules Verne était un visionnaire génial, qu'il avait prévu tellement de choses avant leur jour, et dans ce livre-là[#] spécialement. Eh bien je suis complètement déçu : non, sa vision de Paris au XXe siècle ne m'a pas paru spécialement impressionnante de justesse. Il est même complètement à côté de la plaque, en fait. D'accord, il avait prévu le métro, mais enfin, en 1863, ce n'était vraiment pas un exploit (le métro de Londres date de 1863 et le premier métro — aérien — de New York de 1868), et d'ailleurs il se trompe beaucoup sur les détails ; il avait aussi prévu, si on veut, l'ascenseur, l'éclairage électrique, l'extension de l'urbanisation de Paris, l'augmentation du nombre de fonctionnaires, la recherche effrénée du profit (quoique sous une forme différente), la diminution du prestige des humanités, et la perte d'importance de l'harmonie en musique, au moins dans une certaine mesure, et encore, seulement dans les grandes lignes : rien de cela n'est spécialement difficile à concevoir quand on regarde le monde de 1863. A contrario, il n'a pas du tout imaginé les changements les plus importants de la structure de la société, il n'a pas pensé que la technologie pourrait apporter des améliorations dans des domaines tels que l'enregistrement des informations et les (télé)communications (il évoque bien le télégramme, mais il imagine un héros dont le travail est d'écrire à la main dans un énorme livre…), et sa thèse principale, viz., qu'on aurait, au XXe siècle, tout oublié des arts et des lettres (et même de la politique), est non seulement fausse mais assez ridicule (je pense que le tempérament artistique n'est pas uniquement culturel mais aussi profondément ancré dans la nature de l'homme — donc il y aura toujours, de tout temps et dans n'importe quelle société, un nombre important d'artistes, fussent-ils déconsidérés). Le problème est qu'il place le XXe siècle dans la continuation directe du XIXe, ce qu'il n'a pas été : par exemple, pour Jules Verne, la technologie va dans le sens « plus gros, plus fort, plus envahissant », alors que son slogan au XXe siècle a plutôt ressemblé à « plus petit, plus sophistiqué, plus discret ». Et sa vision de la place de la femme (idéale !) est celle du XIXe, ce qui, quand on pense à la femme de 1960 ou, plus encore, à celle de 2005, fait plutôt rire. Bon, je dois reconnaître qu'il est possible qu'il y ait des choses qu'il ait tellement bien vu que je ne me suis même pas rendu compte qu'il ne pouvait pas connaître ceci ou cela à son époque (mais je ne crois pas).

Mais je ne veux pas me moquer de Jules Verne. Déjà, il n'est même pas certain qu'il ait cherché à voir juste : son roman (qui n'est pas du tout bien écrit, il faut le dire honnêtement) peut passer plus pour une critique sociale de son époque que comme une tentative de voir exactement ce que serait la nôtre. Et quand bien même il aurait honnêtement cherché à voir juste, je ne sais pas si c'était vraiment possible (sauf par hasard, bien entendu).

Y a-t-il d'ailleurs quelque visionnaire que ce soit, du passé, qui ait prévu de façon assez exacte le monde de cinquante ou cent ans plus tard ? Il me semble que non, sinon cela se saurait (cf. la loi fondamentale ci-dessous). Les plus doués savent rester suffisamment vagues pour ne pas se mouiller, ou se placer dans un avenir tellement lointain qu'on ne pourra pas vérifier avant bien longtemps. (Par exemple, la merveilleuse histoire[#2] de H. G. Wells sur la machine à remonter le temps n'a certainement pas pris une ride depuis son époque : il faut dire qu'il envoie son héros en l'an 802701.)

Dans un certain sens, c'est un bon signe : ça voudrait dire que le catastrophisme général des prétendus visionnaires de notre époque qui voient dans l'avenir (cf. n'importe quel film hollywoodien sur le sujet) des catastrophes écologiques majeures, comme un monde où l'air est devenu irrespirable (tiens, Jules Verne voit vaguement la même chose), etc., ou encore des sociétés dystopiques façon dictature cinglée (1984 à toutes les sauces), serait aussi infondé que l'optimisme béat des mêmes visionnaires. Hum…

Et moi, je vois quoi, dans l'avenir ? Au pif, je me dis qu'un des courants qui pourraient continuer à se développer c'est le phénomène général que ce qui est possible à la société au temps t devient possible à l'individu au temps t+1 (on l'a déjà vu pour l'imprimerie, les communications rapides à longue distance, et je ne sais quoi encore). Peut-être, par exemple, que les nanotechnologies nous donneront un contrôle accru sur la matière, y compris de façon personnelle : genre, des générateurs à objets (tout le monde en aurait) capables de fabriquer plein de choses : au lieu d'aller acheter des fourchettes au magasin, vous achèteriez en ligne les plans d'une fourchette (plans, évidemment, soumis à des droits très stricts de propriété intellectuelle, et que vous ne pourriez pas recopier, parce que la fourchette est brevetée, copyrightée et fournie sousdes licences cinglées et que votre ordinateur est totalement contrôlé par « gestion des droits numériques ») et autant de licences que nécessaire pour fabriquer des fourchettes. Plus la matière première. Je me demande aussi s'il est possible que la médecine finisse par rendre l'homme essentiellement immortel sauf par accident (du style : si vous avez un virus quelconque ou une tumeur, on fait le prélévement de l'ADN viral ou cancéreux, on le séquence immédiatement, on met ça dans un gros ordinateur — quantique — qui calcule exactement ce que fait ce virus, quelle est la façon la plus efficace de le combattre, avec des protéines ad hoc, on écrit les gènes qui vont bien pour produire ces protéines, on les met dans un virus vecteur et on vous l'inocule, et hop, vous êtes guéri à toute vitesse, bref, faire en ordinateur le boulot du système immunitaire ; et si vous perdez votre bras, ou si votre cœur est mal formé, on vous prélève quelques cellules et on fait pousser l'organe en question sur support artificiel et on vous l'(auto)greffe). Immortalité, qui, évidemment, coûterait la peau du c** (non greffable), et ne serait donc réservée qu'aux riches Chinois (les Européens et Américains ayant sombré dans la misère post-décadente, donc on les laisse se débrouiller avec les cyclones, ères glaciaires, voitures qui brûlent et grippes aviaires). En fait, je ne crois pas un mot de tout ça, à cause de la

Loi fondamentale de la futurologie : Toute tentative pour prévoir l'avenir donne des résultats faux, même en tenant compte de la loi fondamentale de la futurologie.

— en revanche, j'attends avec impatience les papiers muraux intelligents qui sont une de mes prévisions plus sérieuses pour l'avenir.

[#] Sauf que je suis un peu perplexe : Wikipédia me dit que ça n'a pas été publié avant 1994 (!), donc je ne vois pas bien comment on aurait pu m'en parler quand j'étais petit. Pourtant, j'en ai le net souvenir. Bizarre.

[#2] J'ai aussi le souvenir d'avoir lu une nouvelle tout à fait remarquable — il me semblait que c'était aussi de H. G. Wells, mais apparemment je me trompe — qui raconte l'histoire de quelqu'un qui, « par erreur », trouve au lieu de son journal matinal habituel, un journal de 1980 ou quelque chose comme ça (alors que l'histoire doit se passer une cinquantaine d'années plus tôt). Mais l'auteur est assez rusé pour ne pas dire grand-chose du contenu. Comme je viens de faire sans succès un demi million de recherches Google pour essayer de retrouver la référence de cette histoire, qui s'appelle, j'en suis presque sûr, The Remarkable Newspaper, il faut croire que j'ai rêvé. [Ajout () : en fait, je pensais à la nouvelle The Queer Story of Brownlow's Newspaper.]

↑Entry #1153 [older|newer] / ↑Entrée #1153 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées