David Madore's WebLog: Développement photo numérique ?

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0376 [older|newer] / Entrée #0376 [précédente|suivante]:

(lundi)

Développement photo numérique ?

Je suis allé me faire faire des photos d'identité tout à l'heure, dont j'aurai besoin pour mon inscription universitaire. Chez Photo Service. J'en profite (cf. ce que je disais il y a quelques semaines) pour demander si je peux en avoir une version numérique (un fichier TIFF ou JPEG). On me répond que oui. J'avais pris le soin d'apporter avec moi une petite clé mémoire : première déception, on me dit qu'on ne peut pas mettre les photos sur cette clé, ils me donneront un CD. Ça me semble un gâchis absurde d'utiliser tout un CD pour mettre deux photos (qui doivent faire quelques mégas à tout casser). En plus, je sais qu'ils ont sur place les périphériques pour gérer ces petites clés mémoire, puisque si on en apporte une ils peuvent la développer : s'ils ont de quoi la lire, ils ont aussi de quoi écrire dessus, non ? Mais bon, va pour le CD (du coup, il faudra revenir dans un jour — enfin deux parce que je ne serai pas là demain). Le type prend la photo et l'imprime, et je le vois mettre de côté un exemplaire tiré sur papier pour en obtenir les versions numériques ! J'ai failli hurler de rire. Ils prennent la photo en numérique, ils l'impriment, mais pour me donner une version numérique ils doivent scanner la version imprimée ! C'est d'un ridicule pitoyable. Bon, ce sera toujours mieux que si je le fais moi-même (enfin, j'espère, parce qu'à 0.50€ le scan, ça a intérêt à être bien), et je suppose même que la qualité ne sera pas trop dégradée, mais c'est complètement absurde, ubuesque, de devoir faire comme ça : si on veut le faire correctement, ça suppose trois ajustements colorimétriques fins (au moment de prendre la photo, au moment de l'imprimer, au moment de la rescanner), chacun limitant la gamme des couleurs, sans parler de la possibilité de flou, de petites impuretés, tout ça pour absolument aucune raison puisque la photo a été prise en numérique ! Mais non, l'appareil qui prend la photo n'est pas relié à un périphérique quelconque de sortie numérique (uniquement l'imprimante qui tire sur papier), donc on ne peut pas faire autrement. J'ai exprimé ma stupéfaction (en des termes mesurés : est-ce que ce n'est pas un peu dommage de prendre la photo en numérique et de l'imprimer pour la rescanner ?) au photographe, mais il n'a pas vraiment eu l'air de comprendre ce qui me choquait.

C'est le problème typique de l'informatique en ce début de XXIe siècle : on développe des solutions embarquées, des solutions fermées, des solutions qui sont censées remplir un rôle précis (l'appareil qui prend des photos d'identité et les imprime sur papier, par exemple), et on néglige totalement la possibilité de faire des extensions, d'exporter, d'échanger les données. On se crée des barrières (mentales ? ahem) artificielles, des barrières sans raison d'être : ici, l'appareil photo numérique et l'appareil dans lequel on peut mettre la carte mémoire étaient tous les deux là, mais sans interface entre les deux, puisque chacun a été prévu pour servir dans une fonction bien délimitée, fermée, verrouillée. C'est le même genre de connerie qui fait que je ne peux pas contrôler mon appareil photo numérique depuis mon PC bien qu'il dispose d'un port de communication : mon appareil photo a été prévu avec un logiciel embarqué qui permet de prendre des photos, et le contrôle fin est verrouillé. Et même si la solution de contrôle existait, elle serait bridée derrière un logiciel (sous Windows uniquement, évidemment) qui impose une interface utilisateur, donc bride les fonctionnalités (pas de moyen de scripter, etc). Bon, d'accord, je suis en train de ranter, là. Je pourrais continuer en me plaignant que mon ordinateur ne me permet pas de régler la lumière chez moi (alors qu'il me permet d'acheter un livre depuis les États-Unis !) ou de démarrer mon four à micro-ondes, mais ce serait s'écarter du sujet.

Mais ce que je trouve stupéfiant, c'est que tout le monde trouve ça normal : ça se passe d'explication. Autrefois on savait mettre au point des solutions ad hoc quand cela s'imposait, bricoler : avec l'informatique, on ne sait plus adopter que des solutions embarquées et préformatées. Et du coup, aussi, les problèmes informatiques sont devenus un prétexte universel pour expliquer tout et n'importe quoi, un dysfonctionnement quelconque pouvant toujours être mis sur le compte de ce Protée. Trop facile.

Bon, concrètement, quelqu'un sait-il comment je pourrais obtenir une photo numérique de moi de bonne qualité, qui ne passe pas par cinquante étapes stupides comme une impression pour être scannée ensuite, et qui soit facilement reproductible (pas comme demander à un copain qui a un appareil photo numérique de venir en prendre une, par exemple) ?

↑Entry #0376 [older|newer] / ↑Entrée #0376 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées