David Madore's WebLog: —and I'm back from Besançon!

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0079 [older|newer] / Entrée #0079 [précédente|suivante]:

(Friday) · Independence Day

—and I'm back from Besançon!

[Traduction française ci-dessous.]

I came back home today from Besançon around 4PM after having “given myself dispensation” from the conference's Friday afternoon courses. Right now I'm dead tired, so I'll try to be as brief as possible in writing my summary of this trip: but I have much to tell.

The conference was interesting and well-organized. There were some very prestigious people in attendance, including Andrej Suslin, Albrecht Pfister or Jón Arason. Of course, since all the lectures were given by different people, some were good and some were not: I very much enjoyed those by Nikita Karpenko, Skip Garibaldi and Vladimir Chernousov. The idea of having short talks (some were fourty or even twenty minutes long, which in mathematics is exceptional) turned out to be a good one. I learned some interesting mathematics, the most important being that I now think I quite understand what the Witt ring of a field is, and I am beginning to grasp the notion of essential dimension.

Surprisingly (for me at least), my own talk went very well, despite my having slept only perhaps half an hour in the train, having gotten badly sun burnt and having had only around one hour of preparation for the talk (after lunch, just before the lecture). To my own surprise, I did not mumble or stutter, I wrote legibly (and large enough) on the blackboard, I did not make any mathematical error (at least not that I know of), I did not forget anything important, I stopped exactly on time, and I did not need to refer to my notes all the time (a good thing, because my notes were a mess). My worse failure, as far as I can tell, was to suddenly draw blank on the plural of genus (which, as everyone should know, is genera) when trying to say: the arithmetic and geometric genera differ by a quantity δ. After the talk I was able to answer questions (and they were not rhetorical questions either), by Kunyavskii, Chernousov and others, in a—I hope not—entirely stupid way. And four or five different people told me in private that they had enjoyed my lecture. I don't want to sound smug about this, but I was so entirely convinced that it would be a disaster that I was really amazed when it went so smoothely.

After that I went to bed very early. Fortunately, the hotel was comfortable enough (though far from luxurious); but I think for that night I would have slept anywhere.

Besançon is actually quite a nice town, at least for the two main streets, which are pedestrian and form a pleasant city center, with lots of shops and quite some lively activity—beyond that it gets a bit austere (its a fortified city, which explains things). It is true that most of the shops (bookstores, for example—I always like to browse around bookstores when I go shopping, even if I have no intention of buying a book) are not, of course, up to par with comparable places in Paris (which may themselves not be what can be found in other major world cities), but I found it really nice to have so many of them in a small area. I quite enjoyed my Wednesday afternoon (that was the conference's half-day off; most of the other perticipants either went for a hike or visited the citadel of Besançon—but I prefered shopping). The people in the streets (including some damn good-looking lads, but I digress—it just happened to strike me) seemd to be enjoying themselves, too. Luckily the weather was nice on that afternoon. I didn't get the chance to discover whether the city had a real night-life, however, since I was getting up early (by my standards) on mornings; but I'm quite sure that it has absolutely no kind of gay life whatsoever (the only gay bar I discovered, with the help of a guide, was a cruising place where I would not want to set foot from what I saw of the outside).

I also would like to point out that the Besançon bus system is utterly incomprehensible for non-natives: just looking at the map should be enough to give anyone a headache; already I find the Parisian metro and bus maps too complicated, and Paris is—uh—moderately larger than Besançon. It is also unfortunate that the university is rather far away from the city center (where the conference participants' hotel was located); so we had to come and go by bus. I was witness to a rather amusing scene in the bus on Tuesday, incidentally: Kunyavskii, Borovoi and Chernousov were chatting in Russian (nearly half of the conference participants were native Russian speakers, I think), a youngster stepped on the bus (not anyone from the conference at any rate) and asked for the time, in Russian (and with an impeccable accent), as if it were the most natural thing in the world to do, and Kunyavskii answered in Russian also (it was nearly six, if you want to know), and went on talking with his colleagues as if it had been perfectly understood that of course everyone spoke Russian and of course it was the most natural thing in the world, in a bus in Besançon, to ask in Russian what time it was.

<small>Besançon also holds a military fort (of the French army, of course). On my way back it seems like I was on the same train as servicemen taking their week-end leave, so I found myself surrounded by good-looking young men with very short hair (to be honest, most of them were in the smoking section, so I wasn't truly surrounded), and I don't find that unpleasant at all—especially since the gorgeous guy sitting next to me had this tendency to sleep with his head to the side, nearly on my shoulder. That was nice.</small>

I may have had a good time away, still I'm glad to be back home, and now I have a zillion things to do that I couldn't do while I was away. But for now, to bed!

[French translation of the above.]

Je suis revenu aujourd'hui de Besançon vers 16h après m'être « dispensé » des cours du vendredi après-midi de la conférence. En ce moment, je suis crevé, donc je vais tenter d'être aussi bref que possible en résumant ce voyage : mais j'ai beaucoup à dire.

La conférence était intéressante et bien organisée. Il y avait là des gens prestigieux, dont Andrej Suslin, Albrecht Pfister ou Jón Arason. Bien sûr, comme les exposés étaient donnés par des ges différents, certains étaient bons et d'autres non : j'ai beaucoup apprécié ceux par Nikita Karpenko, Skip Garibaldi et Vladimir Chernousov. L'idée d'avoir des exposés courts (certains duraient quarante ou même vingt minutes, ce qui en maths est exceptionnel) s'est avérée être bonne. J'ai appris des maths intéressantes, les plus importantes étant que je crois maintenant bien comprendre ce qu'est le groupe de Witt d'un corps, et je commence à saisir la notion de dimension essentielle.

Étonnamment (au moins pour moi), mon propre exposé s'est très bien passé, bien que j'aie dormi seulement peut-être une demi-heure dans le train, que j'aie attrapé un beau coup de soleil et que j'aie eu seulement autour d'une heure de préparation pour l'exposé (après le déjeuner, juste avant de parler). À ma propre surprise, je n'ai pas marmonné ou bafouillé, j'ai écrit lisiblement (et assez gros) au tableau noir, je n'ai pas fait d'erreur mathématique (du moins pour autant que je sache), je n'ai rien oublié d'important, je me suis arrêté exactement à temps, et je n'ai pas eu besoin de me référer à mes notes tout le temps (ce qui est une bonne chose, parce que mes notes étaient inutilisables). Ma plus grande faute, pour autant que je puisse dire, c'est d'avoir été incapable de me souvenir du pluriel de genus (en anglais ; ce qui, comme chacun devrait savoir, est genera) en essayant de dire : les genres arithmétique et géométrique diffèrent par une quantité δ (the arithmetic and geometric genera differ by a quantity δ). Après l'exposé, j'ai été capable de répondre aux questions (et elles n'étaient pas rhétoriques non plus) de Kunyavskii, Chernousov et d'autres, de façon — j'espère — pas entièrement stupide. Et quatre ou cinq personnes différentes m'ont dit personnellement qu'elles avaient apprécié mon exposé. Ce n'est pas que je veuille crâner là-dessus, mais j'étais tellement convaincu que ce serait un désastre que j'ai été vraiment épaté que tout se passe si bien.

Après ça je me suis couché tôt. Heureusement, l'hôtel était assez confortable (quoique loin d'être luxueux) ; mais je crois que pour cette nuit j'aurais dormi n'importe où.

Besançon est en fait une ville assez agréable, au moins pour ce qui est des deux rues principales, qui sont piétonnes et forment un centre-ville agréable, avec beaucoup de boutiques et une activité vivante — au-delà, ça devient un peu austère (c'est une ville fortifiée, ce qui explique des choses). Il est vrai que la plupart des boutiques (librairies, par exemple — j'aime toujours flâner dans les librairies quand je vais faire des courses, même si je n'ai pas l'intention d'y acheter un livre) ne sont, bien sûr, pas au niveau des endroits comparables à Paris (et qui peuvent eux-mêmes ne pas être ce qu'on trouve dans d'autres grandes villes du monde), mais j'ai trouvé vraiment agréable qu'il y en ait tellement dans une zone si restreinte. J'ai passé un mecrecdi après-midi agréable (c'était la demi-journée libre de la conférence ; la plupart des autres participants sont allés soit faire une randonnée soit visiter la citadelle de Besançon — mais j'ai préféré faire du shopping). Les gens dans la rue (dont de sacrément beaux gosses, mais je digresse — c'est juste que ça m'a frappé) semblaient se plaire aussi. Heureusement le temps était beau cet après-midi-là. Je n'ai pas eu le loisir de découvrir si la ville avait une vraie vie nocturne, cependant, parce que je devais me lever tôt (selon mes critères) le matin ; mais je suis tout à fait sûr qu'elle n'a aucune sorte de vie gay (le seul bar gay que j'ai découvert, avec l'aide d'un guide, était un endroit de drague où je n'aurais pas voulu mettre le pied vu ce que j'ai vu de l'extérieur).

Je voudrais aussi signaler que le système de bus de Besançon est parfaitement incompréhensible pour les non-Bizontins : le simple fait de regarder la carte suffit à donner la migraine ; déjà je trouve que les plans du métro et du bus parisiens sont trop compliqués, et Paris est — euh — un peu plus grand que Besançon. Il est aussi dommage que l'université soit assez loin du centre-ville (où était situé l'hôtel des participants à la conférence) ; donc nous devions aller et venir par bus. Tiens, j'ai été témoin d'une scène amusante sur le bus mardi : Kunyavskii, Borovoi et Chernousov bavardaient en russe (il semble que près de la moitié des participants de la conférence étaient des russophones natifs), un ado est monté dans le bus (en tout cas, pas quelqu'un de la conférence) et à demandé l'heure, en russe (et avec un accent impeccable), comme si c'était la chose la plus naturelle au monde à faire, et Kunyavskii a répondu en russe aussi (il était presque six heures, si vous voulez savoir), et a continué à parler à ses collègues comme si c'était parfaitement entendu que bien sûr tout le monde parlait russe et bien sûr c'était la chose la plus naturelle au monde, dans un bus à Besançon, de demander l'heure en russe.

<small>Besançon a également un fort militaire (de l'armée française, bien sûr). Au retour il semble que je me suis trouvé dans le même bus que des militaires en permission pour le week-end, donc je me suis retrouvé entouré de beaux jeunes gens aux cheveux très courts (bon, pour être honnête, la plupart étaient en section fumeur, donc je n'était pas vraiment entouré), et je ne trouve pas ça du tout déplaisant — surtout que le superbe gosse assis à côté de moi avait cette tendance à dormir avec sa tête sur le côté, presque sur mon épaule. Ça c'était bien.</small>

J'ai peut-être passé de bons moments, mais je suis quand même heureux d'être rentré, et maintenant j'ai des tonnes de choses à faire que je ne pouvais pas faire quand j'étais parti. Mais pour l'instant, au lit !

↑Entry #0079 [older|newer] / ↑Entrée #0079 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées