David Madore's WebLog: À la recherche des belvédères franciliens

[Index of all entries / Index de toutes les entréesLatest entries / Dernières entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents]

↓Entry #2659 [older| permalink|newer] / ↓Entrée #2659 [précédente| permalien|suivante] ↓

(vendredi)

À la recherche des belvédères franciliens

Il y a deux ou trois ans, le poussinet et moi avions entrepris de visiter un peu systématiquement les parcs et jardins d'Île-de-France, et notamment (mais pas seulement) ceux bénéficiant du label Jardin remarquable (cf. la liste donnée dans cette entrée). Nous n'avons toujours pas fini (la liste au lien que je viens de donnée continue d'être mise à jour), mais, forcément, les jardins qui nous restent sont en gros les moins intéressants, les plus lointains ou compliqués d'accès (il y en a pour lesquels il faut s'inscrire à une visite guidée, et ceux-là, nous ne les ferons pas). Nous avons élargi nos intérêts des jardins aux forêts (et, entre les deux, aux arboretums) : là, bien sûr, la liste est mal définie et il n'est pas question d'avoir tout vu, mais là aussi, nous commençons à avoir fait le tour des choses les plus évidentes et accessibles. Il est donc temps d'ouvrir une nouvelle catégorie de « sites à voir en Île-de-France ».

J'attaque, donc, les points de vue, ou belvédères.

La définition, évidemment, n'est pas très précise, et il n'y aura pas de liste exhaustive. Il s'agit d'endroits depuis lesquels on dispose d'une vue dégagée sur une grande distance. C'est mieux si la vue est large en plus d'être longue (i.e., si on ne voit pas loin juste dans une seule direction mais dans un grand secteur, voire tout autour). C'est mieux si la vue contient des choses intéressantes (notamment si on peut voir Paris). C'est mieux si on peut s'y arrêter tranquillement (s'il y a un banc, pas juste le rebord d'une route), et peut-être s'il y a une table d'orientation aménagée. Mais rien de tout ça n'est indispensable (par contre, je ne grimpe pas aux arbres, et je n'entre pas dans les bâtiments où l'accès est compliqué). Et comme pour les parcs et jardins, la contrainte en Île-de-France n'est qu'indicative, c'est juste que j'habite Paris et je ne vais pas faire 2000km pour aller voir un paysage (voir quand même ces panoramas-ci).

Peut-être que c'est la privation de liberté ressentie pendant le confinement qui me fait apprécier particulièrement, en ce moment, les points de vue dégagés, mais j'ai toujours aimé ça. Je ne suis pas grand fan des paysages de montagne où, même si on voit loin, on ne voit finalement que jusqu'à une autre montagne du massif : je préfère les vues ouvertes sur une plaine.

Je ne sais pas si je voudrais avoir une vue de ce type depuis ma chambre à coucher. À ce sujet, je suis peut-être d'accord avec l'avis d'Ellison dans Le Domaine d'Arnheim de Poe (ici traduit par Baudelaire), que j'ai déjà cité à propos des jardins alors c'est le moment de recommencer au sujet du panorama :

Ellison, à la recherche du lieu et de la situation désirés, voyagea plusieurs années, et il me fut accordé de l'accompagner. Mille endroits qui me ravissaient furent rejetés par lui sans hésitation, pour des raisons qui me prouvèrent, finalement, qu'il était dans le vrai. Nous trouvâmes, à la longue, un plateau élevé, d'une beauté et d'une fertilité surprenantes, qui donnait une perspective panoramique d'une étendue presque aussi grande que celle qu'on découvre du haut de l'Etna, et dépassant de beaucoup, par tous les vrais éléments du pittoresque, cette vue cependant si renommée, au jugement d'Ellison comme au mien.

Je n'ignore pas, — me dit le voyageur tout en poussant un soupir de volupté profonde, arraché par la contemplation du tableau, et après une heure environ d'extase, — je sais qu'ici, dans les circonstances qui me sont personnelles, les neuf dixièmes des hommes les plus délicats se tiendraient pour satisfaits. Ce panorama est vraiment splendide, et je m'y délecterais, rien que pour l'excès de sa splendeur. Le goût de tous les architectes qu'il m'a été donné de connaître les pousse, pour l'amour du point de vue, à placer leurs bâtiments sur des sommets de montagne. Il y a là une erreur évidente. La grandeur, dans tous ses modes, mais particulièrement dans celui de l'étendue, éveille, excite, il est vrai, — mais ensuite fatigue et accable. Pour un paysage d'occasion, rien de mieux ; — pour une vue constante, rien de pire. Et, dans une vue constante, l'expression la plus répréhensible de grandeur est l'étendue ; la pire forme de l'étendue est l'espace. Cela est en contradiction avec le sentiment et le besoin de réclusion, — sentiment et besoin que nous cherchons à satisfaire en nous retirant à la campagne. Si nous regardons du haut d'une montagne, nous ne pouvons nous empêcher de nous sentir hors du monde, étrangers au monde. Celui qui a la mort dans le cœur évite les perspectives lointaines comme une peste.

Bref, je cherche les points de vue d'Île-de-France pas pour m'y installer mais pour y passer un instant, rêvasser un peu, et repartir.

Ce n'est pas forcément facile de les trouver. On peut chercher les endroits en hauteur, parce que certainement ce n'est pas au fond d'une vallée qu'on va trouver un point de vue portant loin, mais ça ne suffit absolument pas, il y a plein d'endroits en hauteur dont la vue est cachée par la végétation, par des constructions, par un accident du relief, que sais-je encore. On peut chercher à repérer les autres points de vue potentiels depuis un point de vue donné, mais c'est une tâche compliquée, on risque de voir surtout des arbres et de ne pas forcément identifier à quels endroits on peut effectivement se rendre. On peut utiliser les points d'intérêt d'OpenStreetMap, mais la liste est loin d'être exhaustive, et a contrario elle contient beaucoup de points d'intérêt très limité.

[Carte des belvédères d'Île-de-France]Je suis tombé sur une note de l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme d'Île-de-France (maintenant Institut Paris Région), Le paysage d'Île-de-France révélé par ses belvédères (note rapide Territoires nº744, 11 avril 2017) (lien PDF direct), qui contient une carte très intéressante, que je reproduis ci-contre (cliquer pour agrandir) parce que la version qui est dans le PDF n'est pas facilement utilisable vu qu'elle est découpée en deux pages ; même comme ça, c'est assez pénible pour situer les points, parce qu'il n'y a quasiment aucun nom de lien : j'ai fait des versions où je superpose partiellement des cartes d'OpenStreetMap à la même échelle (qui a été pénible à calculer, soit dit en passant), cf. ici sur Twitter, et ça restait encore assez fastidieux ; mais dernièrement, j'ai fini par trouver où ils avaient caché la version open data, et ça devient tout de suite plus facile à explorer (mais je ne suis pas certain que la version en open data coïncide exactement avec celle de la carte ci-contre). Ils ont une typologie bizarre mais néanmoins intéressante (belvédères reconnus quand ils sont aménagés exprès pour, inattendus quand ils ne le sont pas, bâtis quand il faut monter en haut d'un bâtiment, et mobiles quand il s'agit d'un paysage qui se dévoile au hasard d'une route ou d'un viaduc). Cette sélection est sans doute meilleure que celle d'OpenStreetMap (les meilleurs sont de toute façon probablement à l'intersection des deux), mais il y a quand même des points bizarres que je n'ai pas pu identifier, et inversement quelques manques. Il y a aussi un album photo accompagnant qui illustre les vues depuis certains de ces belvédères.

Il n'y a pas non plus de critère clair pour savoir si deux points de vue proches sont « le même » ou pas, même s'il est étonnant de constater à quel point un tout petit déplacement peut parfois changer de façon surprenante ce qu'on voit.

Une chose frustrante avec les points de vue est combien facilement on peut passer à côté : comme je le dis ci-dessus, il arrive qu'à un endroit donné on ait une vue fantastique, mais que cinq mètres plus loin on ne voie rien du tout ; cela n'aide pas, notamment, à les trouver avec quelque chose comme Google Street View (surtout que beaucoup d'endroits sont d'accès uniquement piéton), et ne parlons même pas d'essayer de prévoir leur emplacement avec une carte du relief. Une autre chose frustrante est que, même quand on s'y trouve, il est souvent étonnamment difficile d'identifier ce qu'on voit : j'ai beau avoir une carte sur mon téléphone (et la possibilité de tracer des droites dessus pour m'aider des alignements), même quand il y a une table d'orientation pour aider, je reste souvent perplexe quant à identifier la correspondance entre machin que je vois et truc sur la carte (voire bidule dessiné sur la table d'orientation). C'est quoi cette tour qui dépasse à l'horizon, ou cette butte dans le relief ? Pas évident à savoir ! (On peut bien faire une photo pour essayer de repérer après coup, mais la qualité de l'optique de mon mobile est tellement mauvaise qu'on ne voit quasiment rien.)

Bref. Je tente une petite liste commentée des points de vue que je connais déjà (j'écarte généralement les bâtiments, comme la tour Montparnasse où je viens de déjeuner pour mon anniversaire, la tour Eiffel, la grande arche de la Défense… parce que l'accès à ces endroits est payant et/ou contrôlé, ce qui va à l'encontre de mon idée du belvédère comme un endroit où on arrive librement ; mais je suppose qu'il y a plein de tours qui offrent une vue magnifique depuis leurs étages supérieurs). La liste est ordonnée grosso modo par ordre chronologique de la première fois que je m'y suis rendu (ou peut-être la première fois pour laquelle j'en ai une trace claire) ; je mets à chaque fois un lien vers OpenStreetMap indiqué par le symbole , et parfois un lien vers des photos que j'ai prises ; et je donne une note d'ensemble complètement subjective comme le guide Michelin : ✽ = une belle vue ; ✽✽ = mérite le détour ; ✽✽✽ = mérite le voyage (depuis où, l'histoire ne le dit pas…) :

  • Le parvis de la basilique du Sacré-Cœur de la butte Montmartre, à Paris , ainsi que différents autres endroits de la butte. La vue est globalement vers le sud (donc vers le centre de Paris ; si je me rappelle bien, la tour Eiffel est hors champ) depuis le parvis, mais on peut voir vers d'autres directions depuis d'autres points voisins. C'est un peu la tarte à la crème des points de vue parisiens, et j'ai dû y aller plein de fois depuis que je suis tout petit. Mais il est frustrant, pas seulement parce qu'il est noir de monde (sauf si on y va au milieu de la nuit, ce qui est une option intéressante, après tout, c'est une rue, ça ne ferme jamais), mais aussi parce qu'on a toujours l'impression que le meilleur point de vue sera un tout petit peu plus sur le côté, et finalement on ne le trouve jamais. ✽✽
  • Le belvédère des Buttes-Chaumont à Paris . Je ne le trouve pas si impressionnant (il n'est pas assez haut, en fait), mais c'est aussi un grand classique parisien, donc je le mets dans la liste. Je ne sais même plus bien ce qu'on voit, à part qu'on voit clairement Montmartre. Ajout : Pas loin de là, je devrais sans doute aussi mentionner la butte Bergeyre  (qui est peut-être le seul point de vue de cette liste que je peux assez bien montrer sur Google Street View).
  • Ajout : On me signale que j'avais oublié de lister le belvédère (Willy Ronis) de Belleville , qui est sans doute le meilleur de Paris intra muros (enfin, si mes souvenirs sont bons, parce que ça fait une éternité que je n'y suis pas passé). ✽✽
  • La butte du Chapeau rouge à Paris . La vue n'est pas mal du tout en étendue, mais elle pointe vers le nord(-nord-est), qui n'est pas forcément la direction la plus intéressante dans le coin (sauf si vous aimez la tour hertzienne du fort de Romainville — de laquelle, d'ailleurs, on doit avoir une très belle vue, mais je suppose qu'elle ne se visite pas) ; il ne faut donc pas espérer voir Paris de là, ni la Défense. ✽
  • La corniche du château de la Madeleine à Chevreuse (depuis longtemps, dernièrement ). Vue très bucolique (en direction du sud) sur la vallée de l'Yvette, mais évidemment, c'est surtout des bois, quelques champs, et la ville de Chevreuse elle-même. ✽
  • La balustrade du parc de Saint-Cloud (≤). Vue vers l'est(-nord-est) : on voit Paris et surtout Boulogne-Billancourt ; la tour Eiffel est plein centre, les tours de la défense tout à gauche. La vue est bien longue, mais c'est dommage qu'elle manque peut-être un peu de largeur. ✽✽
  • La Grande Terrasse de Saint-Germain-en-Laye (et tout du long de la terrasse) (). Vue impressionnante, très longue et large, en direction de l'est(-sud-est), sur tout l'ouest parisien : on voit les tours de la Défense plein centre, et le Mont Valérien un peu à droite, la tour Eiffel entre les deux, et sinon, la vue s'étend des hauteurs du Parisis (je crois) tout à gauche jusqu'à celles de Marly tout à droite. Évidemment, à part la tour Eiffel, on ne voit pas grand-chose de Paris même, qui est caché derrière la Défense. ✽✽✽
  • Le belvédère du Grand Lac du parc Georges Valbon à la Courneuve (). J'ai fait un lien vers un endroit précis (la butte dominant le lac), mais il y a plusieurs buttes d'où on a des points de vue intéressants dans ce parc (la photo illustrant l'entrée du lien précédent a été prise , par exemple : le sommet des cascades). Je ne sais plus exactement ce qu'on voit de chacun (voir cependant ce tweet d'un copain) ; mais j'ai tendance à dire que, de toute façon, ce qui est le plus intéressant est le parc lui-même (et la vue sur celui-ci). ✽
  • Les terrasses des jardins de l'Observatoire de Meudon (≤) (il y a d'autres points de vue depuis l'Observatoire lui-même, mais celui que j'indique et ouvert au public). Vue vers l'est-nord-est : on voit Paris au fond, mais surtout Meudon et Issy-les-Moulineaux ; la tour Eiffel tout à gauche si on se place bien, et les hauteurs de la forêt de Meudon à droite. La vue est bien longue, mais c'est dommage qu'elle manque peut-être un peu de largeur. ✽
  • La corniche de la route des crêtes à la Roche-Guyon (nombreux points de vue, tous magnifiques) (, ). Vue vers le sud. Là c'est vraiment impressionnant à quel point on voit loin et large. Évidemment, ce n'est pas vers du bâti : la vue porte sur la Seine (et la Roche-Guyon elle-même en contrebas), on voit surtout des bois et quelques champs, en tout cas c'est bucolique. ✽✽✽ Si on passe dans le coin, on ne manquera pas de visiter l'arboretum de la Roche-Guyon.
  • La butte des Châtaigniers à Sannois () ; et à proximité : la butte d'Orgemont (pas vue), et moulin de Sannois () (les trois faisant partie de l'ensemble dit des buttes du Parisis) ; et ne pas oublier d'en profiter pour jeter un coup d'œil depuis le cimetière de Sannois () pour avoir une vue vers le nord. Celle des Châtaigniers, vers le sud, est vraiment impressionnante : très longue et large, peut-être la meilleure de toute cette liste, en tout cas si on aime les vues sur du bâti : on voit tout le nord-ouest de Paris, la Défense en plein centre, et on voit nettement la tour Eiffel, la tour Montparnasse et la porte Maillot. ✽✽✽ Je n'ai pas pu monter sur la butte d'Orgemont parce qu'elle était fermée le jour où j'y suis passé, mais il est possible qu'elle soit encore meilleure ; elle doit cependant être assez semblable. La vue que j'ai pu avoir depuis le moulin de Sannois était un peu plus décevante parce qu'il y avait toujours quelque chose pour la cacher, mais peut-être que si on accède au moulin lui-même c'est mieux (il y a aussi un restaurant que je compte essayer).
  • Les douze colonnes de l'esplanade de Paris sur l'Axe majeur de Cergy (). Une très belle vue, en direction du sud-est, sur le lac de Cergy (étang de la Folie), avec les tours de la Défense et le Mont Valérien qui dépassent au loin. La mise en scène artistique est assez imposante, aussi. ✽✽
  • Le point de vue des jardins de Cocagne, en bord de la forêt de l'Hautil à, Évecquemont (). Vue vers le sud : pas mal, sans plus. Ce qui me frustre un peu, c'est que la forêt de l'Hautil donne l'impression, vue de loin (i.e., parce qu'on la voit vraiment dominer la vallée) qu'elle doit regorger de points de vue magnifiques, et en fait je n'ai trouvé que ça (bon, je n'ai pas cherché très fort non plus).
  • La terrasse du château d'Écouen (musée national de la Renaissance) (). C'est une vue vers le nord(-nord-est), i.e., vers la plaine de France, pas du tout vers Paris, donc on verra surtout des zones agricoles, et quelques bois au fond, mais c'est très joli (pour commencer, le centre historique d'Écouen, en avant-plan, a l'air assez mignon). ✽✽
  • Le pourtour de la collégiale de Montmorency (). La vue (vers l'ouest(-sud-ouest)) est un peu cachée par de la végétation (la Défense ne fait que dépasser de la cime des arbres, je crois que le lac d'Enghien est complètement caché ; on ne peut pas du tout voir Paris), mais ça reste pittoresque : ce coin de Montmorency est mignon, la vue est beaucoup plus verte que celle depuis Sannois évoquée ci-dessus. ✽
  • Le point culminant du parc paysager de la zone naturelle des Trente Arpents(?), près de la tour hertzienne du fort de Montlignon, à Andilly : (). Celui-ci est vraiment très impressionnant parce qu'on a une vue à 360° : vers le nord-est sur la plaine de France (en gros la même que depuis le château d'Écouen, cf. ci-dessus), vers le sud sur la Défense et tout le grand Paris (malheureusement un peu caché par les arbres, donc pas aussi parfaite que depuis la butte des Châtaigniers évoquée ci-dessus, mais néanmoins très belle), et vers l'ouest sur la forêt de Montmorency. ✽✽✽ La vue depuis la tour hertzienne doit être carrément époustouflante puisqu'on la voit depuis énormément des points de vue de cette liste, mais il n'y a pas grand-monde qui doit pouvoir y accéder. Sinon, tant qu'on est à Andilly, voir aussi le point de vue de la terrasse (pelouse ?) des Châtaigniers(?) , à proximité : la vue est étroite à cause de la végétation, mais elle donne sur la Défense et la tour Eiffel.
  • La colline de la Revanche à Élancourt (), point culminant de l'Île-de-France (mais artificiel, puisque c'est une butte crée par les remblais de construction de Saint-Quentin-en-Yvelines). Autre vue à 360°. On ne voit quasiment pas Paris (on devine juste la tour Eiffel et la tour Montparnasse), surtout Saint-Quentin-en-Yvelines, ce qui n'est pas le plus intéressant, mais comme la vue porte loin et dans toutes les directions (on voit très nettement les tours des Ulis en regardant vers le sud-est, par exemple), c'est quand même intéressant. ✽✽
  • La tour d'Anne de Bretagne à Montfort-l'Amaury (). Vue vers l'est, assez longue, raisonnablement large, et très bucolique (si ce n'est qu'en ce moment il y a une grue de chantier qui gâche un peu tout).
  • La terrasse du Fécheray, sur le contrefort du Mont Valérien, à Suresnes (). Vue vers l'est, donc sur Paris derrière le bois de Boulogne, avec Suresnes en avant-plan, absolument exceptionnelle. Il doit y avoir d'autres points de vue intéressants sur le Mont Valérien, je n'ai pas eu l'occasion d'explorer. ✽✽✽
  • Ajout () : différents belvédères autour du château Gaillard aux Andelys (Eure) : à côté du parking proche de la piste de motocross  mais aussi d'un côté du château  et de l'autre  et le long du chemin du Genévrier  (). Vue vers l'ouest au sens large, et même vers le nord-est : comparable à la Roche-Guyon (cf. ci-dessus ; c'est la boucle adjacente sur la Seine), mais on voit encore plus large puisqu'en plus de la vallée de la Seine à l'ouest on a aussi celle du Gambon vers le nord-est. ✽✽✽ (par contre, si on interprète francilien au sens strict, ce belvédère doit être disqualifié puisqu'il est en Normandie).

J'ajouterai probablement à cette liste les nouveaux points de vue que je trouverai ultérieurement. Parmi les pistes qui m'intéressent a priori, il y a : le parc Jean Moulin-les Guilands à Montreuil , la terrasse de Bellevue à Meudon , les terrasses du parc Henri Sellier au Plessis-Robinson , le belvédère derrière l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois à Romainville , le parc forestier du Bois de l'Étoile à Gagny , la tour de Montlhéry  (mais je ne sais pas si elle est actuellement ouverte aux visites), la table d'observation au-dessus d'Andrésy , le monument américain à Meaux , la butte de Doue , un point (qu'on m'a signalé sur Twitter) vers Lainville-en-Vexin , ou encore, en sortant un petit peu de l'Île-de-France, le belvédère des Andelys  [ajouts : la table d'observation du parc du Plateau à Champigny , la table d'observation des terrasses de Chennevières ]… Et même au sein de la liste déjà visités que j'ai dressée ci-dessus il y a lieu de chercher si on peut améliorer le point de vue en bougeant un peu (au Mont Valérien, à Andilly ou à Montmorency). Et bien sûr la note de l'Institut Paris Région a raison de relever qu'il y a de beaux points de vue depuis des belvédères mobiles, c'est-à-dire au hasard d'un détour d'une route, autoroute, voie de chemin de fer… Il y en a par exemple un que je trouve magnifique sur la ligne N du Transilien entre Clamart et Meudon, quand le train passe sur un haut viaduc  (vu d'en bas ça ressemble à ça) au-dessus du val de Meudon : évidemment, pas moyen de s'arrêter !

↑Entry #2659 [older| permalink|newer] / ↑Entrée #2659 [précédente| permalien|suivante] ↑

[Index of all entries / Index de toutes les entréesLatest entries / Dernières entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents]