David Madore's WebLog: Comment et pourquoi Apple est-il devenu méchant ?

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1761 [older|newer] / Entrée #1761 [précédente|suivante]:

(mardi)

Comment et pourquoi Apple est-il devenu méchant ?

Quand j'étais petit et que je découvrais le Ninternet, le Ouaibe, mais aussi le logiciel libre et tout ça, le grand méchant par excellence[#], c'était Microsoft. Qu'il était de rigueur[#2] d'écrire Micro$oft, histoire de nous moquer, du haut de notre supériorité morale indubitable, de l'ennemi juré de la Liberté. Quand j'étais petit, donc (on va éviter de donner un âge précis, ce serait embarrassant), j'ai écrit des pages telle que celle-ci ou celle-là, le genre de pages que je garde parce que mon aversion à la destruction de l'information et à la péremption des URI est si forte, mais qu'il faudrait vraiment que je trouve moyen d'étiqueter comme conservées dans du formol pour votre distraction uniquement.

Pas que je sois devenu un partisan de Microsoft dans quelque sens que ce soit : en fait, j'ai encore moins l'occasion qu'auparavant d'être en contact avec leurs logiciels, je continue à penser qu'ils sont probablement plutôt mauvais techniquement ; mais, honnêtement, maintenant, à part un événement ponctuel comme l'adoption d'Office Open XML par l'ISO (qui ressemblait vraiment à de la corruption éhontée), ce que fait Microsoft, je m'en bats pas mal les chouquettes. J'apprécie qu'Internet Explorer ait baissé en popularité sur le Web, parce que ça a pas mal poussé pour l'adoption de standards Web intéressants, mais c'est plutôt Firefox qu'il faut féliciter qu'IE qu'il faut blâmer, en fait. Et sinon, il y a une chose que j'aime bien avec la popularité des logiciels Microsoft, c'est que ça me fournit l'admirable joker désolé, je ne peux pas vous aider avec votre ordinateur, je ne connais pas du tout Windows, ça fait quinze ans que je ne l'utilise plus (joker que je peux toujours choisir de ne pas utiliser si le demandeur est un garçon choupinou, mais je digresse).

Mais ce qui m'étonne plus, c'est la vitesse avec laquelle, le grand méchant d'origine s'encroutant (et ayant même des moments de faiblesse tels qu'ils produisent du logiciel libre ou des standards ouverts, si, si)[#3], le scénario en a prévu un autre. Ça ressemble à un mauvais scénario de Batman, où dès qu'un méchant caricatural est oublié, il y en a un autre pour prendre sa place.

Apple. Quand j'étais petit, Apple c'était plutôt un gentil, c'était l'esprit d'innovation. C'était eux qui avaient fait cette pub célébrissime en 1984 dirigée par Ridley Scott où ils comparaient (probablement) IBM à Big Brother ; c'est eux qui avaient des goûts esthétiques rigolos et subtilement zen ; c'est eux qui avaient introduit le premier (le seul ?) Unix vraiment tous publics sous la forme de Mac OS. Puis ils sont tombés dans la potion magique des DRM et des iPod/iPhone/iPad, et ils sont devenus méchants. Jon Stewart le raconte beaucoup mieux que moi : It wasn't supposed to be this way: Microsoft was supposed to be the evil one.

C'est idiot, bien sûr, de faire de la psychanalyse d'une société, surtout une multinationale : elles sont toutes complètement schizophrènes[#4], et même dans la mesure où elles ne le sont pas, elles sont cyniques à un point tel que les notions de bien et de mal soient surtout des gadgets. Néanmoins, la bigbrotheritude de Google[#5] a un côté nettement moins, disons, agressif, que celle d'Apple. Apple est devenu paranoïaque sur sa propriété intellectuelle et sur le contrôle de ses produits (et des annonces de ses nouveautés) à un niveau de délire invraisemblable.

Je ne parle même pas de la façon dont ils traitent leurs employés ou des bêtises sur les brevets (à ce compte-là, tout le monde est coupable, c'est surtout la loi américaine qui est pourrie). Prenons d'autres exemples. Je pense qu'il est largement connu qu'on ne peut installer sur un iPhone/iPad/iTruc que les programmes qu'Apple autorise à installer dessus, via leur App Store : ce n'est pas scandaleux que ce soit le cas par défaut s'il existait un moyen simple mais un peu caché de contourner cette limitation (peut-être en invalidant du même coup la garantie sur l'appareil) — non seulement ce moyen n'existe pas officiellement (s'il est quand même possible de contourner l'interdiction, c'est parce qu'il y a toujours des trous de sécurité exploitable permettant, pour ainsi dire, de reprendre à Apple le contrôle de l'appareil qu'on leur à acheté), mais Apple prétend que ce serait illégal (au moins aux États-Unis) de contourner cette limitation. (Je pense d'ailleurs qu'une loi qui permettrait à Apple d'interdire aux acheteurs de leurs téléphones d'en faire ce qu'ils en veulent est un mépris honteux du principe de propriété : une fois que j'ai acheté un iPhone, je devrais avoir le droit de m'en servir pour faire tourner les applications que je veux, ou pour le mettre dans un mixer si ça m'amuse. Mais je digresse.) Les critères selon lesquels Apple choisit quelles applications il autorise et lesquelles il refuse sont, évidemment, totalement opaques, mais ce n'est pas vraiment un signe de méchanceté, c'est surtout qu'ils doivent être débordés par le nombre de candidatures (ce que c'est de tout vouloir centraliser…).

Mais leur volonté paranoïaque de tout contrôler va bien plus loin : pour mettre une application sur l'App Store, il faut signer un accord par lequel on s'engage aux choses usuelles comme de sacrifier son premier né ou de vendre son âme à Steve Jobs, et plus sérieusement, Apple se réserve le droit de retirer votre application sans vous prévenir ou encore moins s'expliquer, mais le plus délirant, c'est que les termes du contrat lui-même sont censés rester secrets (le développeur s'engage, dans le contrat, à ne pas divulguer les termes du contrat). Plus récemment, ces mêmes clauses de contrat (qui ne restent décidément pas très secrètes) ont encore fait parler d'elles en interdisant tout logiciel qui n'était pas développées à l'origine pour un environnement logiciel comme celui proposé par Apple (notamment, toute application convertie depuis un autre langage de programmation qu'un de ceux supportés par l'iPhone). Même en admettant (ce qui me semble douteux) qu'il y ait de très bonnes raisons techniques de vouloir éviter ce genre d'applications, le niveau de contrôle recherché par Apple est tout simplement hallucinant.

J'aimerais comprendre. Est-ce vraiment rentable, ou est-ce une obsession irrationnelle ? (J'ai un ami qui, à chaque fois qu'on mentionne le comportement bizarre d'une société, assure qu'elle a dû très bien réfléchir à la question, et que si elle fait telle ou telle chose, c'est que c'est certainement ce qui est le mieux pour elle.) J'ai du mal à croire qu'Apple gagne plus avec ce genre de stratégie qu'ils ne perdent en s'aliénant beaucoup de gens qui pourraient a priori, les regarder d'un œil bienveillant. Il est vrai que les fans d'Apple ont tendance à être très polarisés (ou, même s'ils reconnaissent qu'ils n'aiment pas certaines pratiques de cette société, déclarer qu'ils ne seraient jamais prêts à ne plus en acheter les produits) : mais le même argument tend à montrer, du coup, qu'Apple n'a pas tellement intérêt à chercher à contrôler ces fans déjà loyaux. Alors pourquoi ?

[#] Normalement, là, les mots par excellence devraient être en français dans le texte. Sauf que j'écris déjà en français, donc je ne sais pas comment faire. Faute de mieux, je les écris en italiques.

[#2] En français dans le texte, aussi. Zut, j'aurais dû écrire en anglais, pour pouvoir mettre tous ces mots en français.

[#3] Remarquez, il y a encore plus longtemps, le méchant c'était IBM, et maintenant on a tendance à bien les aimer, IBM.

[#4] C'est un problème sérieux, d'ailleurs, toute idéologie mise à part : avec un individu, on peut apprendre à lui faire confiance, à se dire que c'est qu'un d'honnête, qu'indépendamment de toute interdiction légale il y a des choses qu'il ne fera pas parce que ce n'est pas bien, parce que c'est contre sa morale. On ne peut jamais apprendre une telle chose d'une compagnie : elle peut toujours se faire racheter (Sun, par exemple, est passé sans prévenir du côté des méchants, et c'est très agaçant), ou son exécutif se faire remplacer, et ainsi trahir les valeurs sur lesquelles on avait commencé à lui faire confiance. Mais, bizarrement, ce n'est pas suite à un rachat qu'Apple a changé comme ça.

[#5] La bigbrotheritude de Google, au moins, est très habile : elle prend la forme de oh, mais vous allez nous confier vos données, n'est-ce pas ? elles seront si bien entre nos mains, on va bien s'occuper d'elles… — jamais la moindre tentative pour vous empêcher de les exporter, Google ne veut pas les séquestrer, ils veulent les copier. Sur Android, on n'est pas du tout prisonnier de la plate-forme : on est juste subtilement incité à communiquer à Google la liste de tous nos contacts, le contenu de tous nos mails, l'emplacement où on se trouve, et évidemment tout ce qu'on recherche sur le Web voire tout ce qu'on va voir sur le Web.

↑Entry #1761 [older|newer] / ↑Entrée #1761 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées