David Madore's WebLog: Wikipédia, Google, et le lecteur idéal (souffrant d'une culture idéale)

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1602 [older|newer] / Entrée #1602 [précédente|suivante]:

(lundi)

Wikipédia, Google, et le lecteur idéal (souffrant d'une culture idéale)

J'en rajoute un peu sur l'entrée précédente : j'y disais que quelqu'un qui aurait en tête la totalité des connaissances de Wikipédia serait — malgré toutes les erreurs qu'il aurait aussi en tête — un monstre de culture, et je doute qu'on puisse sérieusement contester ça. Mais ce qui est merveilleux, justement, c'est que comme cette encyclopédie est accessible d'à peu près partout (maintenant même sur nos téléphones mobiles[#]), nous avons un pouvoir inouï de nous renseigner sur tout sujet sur lequel notre propre ignorance nous frapperait au cours d'une conversation ou d'une lecture. Il en va de même des citations, grâce à Google. James Joyce parlait d'écrire pour un lecteur idéal souffrant d'une insomnie idéale : je pense que plus d'un écrivain a rêvé d'un lecteur capable de saisir la moindre allusion sans qu'elle ait besoin d'être laborieusement expliquée — voilà ce que rêve est à peu près réalisé.

Personnellement, je ne m'en prive pas, et je n'ai pas honte de ne pas m'en priver : il n'y a pas à rougir d'être doctus cum Vicipædia, car la culture ne doit pas mesurer la capacité de mémorisation mais bien l'ouverture d'esprit vers l'information : ce qui doit faire rougir n'est pas de ne pas savoir, mais de ne pas chercher à savoir. Faire des références, si elles ne sont pas délibérément cryptiques, ce n'est pas étaler son savoir, c'est inviter les autres à le partager.

Tout ceci aurait évidemment pu se dire dès l'apparition des premières encyclopédies sur papier (vous ne vous êtes pas précipité dès cette phrase pour savoir de laquelle il s'agissait ? shame on you! 😉, il faut vous mâcher le travail), seulement, en pratique, c'était nettement moins commode : je ne connais personne qui se promenât toujours avec un dictionnaire encyclopédique. Et pareil, je commencerai à prendre au sérieux les concurrents éventuels de Wikipédia quand les consulter sera aussi simple que d'ouvrir une fiche WAP sur un téléphone mobile (ceux qui ne sont pas sur papier n'ont aucune excuse pour que ce ne le soit pas).

Une des seules choses qui auraient eu le potentiel d'être encore plus bénéfique que Wikipédia (pour la diffusion généralisée du savoir vers tous ceux qui veulent l'avoir), c'était Google Books si Google Books avait fonctionné — c'est-à-dire, si les bâtons dans les roues placés par les zélotes du copyright n'avait pas obligé cette magnifique entreprise à être réduite à la portion congrue, car c'est bien évident que pour protéger les livres il faut empêcher qu'on puisse les consulter. Oh, pardon, j'ai ranté.

[#] Bon, en ce qui me concerne, ce n'est pas encore parfait depuis le téléphone mobile : je n'ai que du WAP-sur-GPRS sur un téléphone très peu high-tech, et ça reste laborieux de consulter le moindre article, même en passant par en.mobile.wikipedia.org (par exemple, mon téléphone buggue dès qu'il y a une redirection contenant une espace dans le nom de l'article). Mais faisons comme si.

↑Entry #1602 [older|newer] / ↑Entrée #1602 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées