David Madore's WebLog: L'agacement du samedi soir

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1122 [older|newer] / Entrée #1122 [précédente|suivante]:

(samedi)

L'agacement du samedi soir

Je me plains fréquemment que c'est un archaïsme que la survivance dans notre société de rythmes périodiques tels que l'année (la France est particulièrement grave dans son apathie estivale, mais à peu près tous les pays enregistrent une certaine baisse d'activité), la semaine (tout le monde est plus ou moins forcé de prendre un jour de congé en même temps, le dimanche — et du coup on ne peut pas profiter de ce jour de congé puisque tout est fermé et là où ce n'est pas fermé il y a foule ; et la semaine n'a même pas une vague justification naturelle), ou même la journée (vive le 24h/24 !). Je rêve qu'à l'avenir tous les services de la société fonctionnent de façon essentiellement continue et que chacun place ses périodes de travail, de détente et de repos (à peu près) comme il le souhaite.

Mais trêve de pipo-socio-fiction : le samedi j'ai tendance à m'ennuyer et à faire moins la fête que les autres jours, donc je n'aime pas trop. Il n'y a pas que ça : ce que je n'aime pas le samedi soir, ce sont les gens surexcités et généralement soûls qui, ayant bien fait la fête, trouvent nécessaire de le faire savoir à tous ceux qui passent, et d'être généralement pénibles. Pas très emmerdants individuellement, certes, mais il y en a pas mal, justement, le samedi soir (aussi le vendredi soir, mais le samedi est pire), et souvent en groupes. Il y a une ou deux semaines je prenais le bus de nuit pour rentrer chez moi, et il y a une fille qui — elle avait trop bu, bien sûr — dégueulait sur le sol. Alors c'est peut-être une réaction de vieux grincheux qui ne boit pas, mais il me semble que se bourrer la gueule est vraiment un manque de respect envers les autres quand on sait qu'on va ensuite vomir partout ou importuner les passants ou je ne sais quoi encore ; et les gens qui ne conçoivent pas de faire la faire autrement qu'en prenant une cuite feraient bien de get a life. Évidemment, la fille qui dégueulait dans le bus, ses amis étaient tout pleins de sollicitude pour elle (elle avait l'air vraiment mal : disons que quelqu'un qui serait dans cet état sans avoir bu devrait sans doute être envoyé d'urgence à l'hosto) et je suppose qu'ils n'allaient pas l'engueuler quand elle aurait décuvé. Je préfère largement les gens qui fument un joint (il y a une bande de djeunz qui font ça en haut des escaliers de Corvisart à peu près chaque samedi soir, ils n'ont pas l'air méchants), ça ne rend pas agressif normalement et ça ne fait pas vomir partout.

Ouais, je dois être un vieux grincheux.

↑Entry #1122 [older|newer] / ↑Entrée #1122 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées