David Madore's WebLog: Sombres histoires : lumières et dictionnaires

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1086 [older|newer] / Entrée #1086 [précédente|suivante]:

(vendredi)

Sombres histoires : lumières et dictionnaires

Eh bien non, je n'ai toujours pas de la lumière : aujourd'hui je suis parti comme une fleur en me disant je vais au BHV pour m'acheter des ampoules à diodes et un support pour les mettre, puis j'irai plus près de chez moi pour m'acheter un support halogène comme deuxième source d'éclairage. Naïf !

Premièrement, les ampoules à diodes, actuellement, n'existent qu'avec deux culots, appelés GU10 et GU5.3 : ce sont des culots dont vous n'avez jamais entendu parler, qui sont distincts à la fois des deux types de culots à vis habituels (E27 et E14) et du culot à baïonnette (B22), et qui ne sont utilisés par aucun type de support sur pied (uniquement des supports de type spot, plafonniers ou muraux, qui s'alimentent par des dominos, pas par des prises, ce qui ne fait pas du tout mon affaire). Il n'y a aucune incompatibilité électrique, notez bien, (enfin, si, pour le GU5.3, qui est du 12V, mais pas pour le GU10, qui prend du 230V tout ce qu'il y a de plus standard), et si on sait faire des ampoules de ce type on pourrait tout aussi bien en faire à culot à vis habituel, mais il se trouve juste que ça n'existe pas (il paraît que c'est censé apparaître précisément dans deux semaines, à ce que m'a dit le vendeur du BHV : je ne sais pas si je crois à ce genre de miracles). Je pense que cela mérite le prix de l'incompatibilité la plus conne et la plus gratuite de tous les temps (au moins les histoires de RAM elles ont une vague raison d'être). Donc, d'ici deux semaines, impossible d'avoir un éclairage sur pied à diodes, au moins d'après le BHV et les deux Bricorama où je me suis renseigné. Joie. Bon, on reverra ça.

Pour l'halogène, j'ai choix entre le BHV, qui est hors de prix, et mon Bricorama local, qui est plus abordable, mais comme les deux supports précédents que j'ai acheté chez eux ont cassé, je suis méfiant. Je n'ai donc rien acheté sur ce terrain-là non plus.


Je fais un coq-à-l'âne pour évoquer quelque chose qu'on m'a raconté ce soir : il paraît que c'est une tradition chez les encyclopédistes et les lexicographes d'insérer un mot dans leur encyclopédie ou leur dictionnaire qui est complètement inventé (par eux, je veux dire), pour voir si ensuite d'autres reprennent leur corpus de mots. Par exemple, le New Oxford American Dictionary a inventé à cet effet le mot esquivalience. Je me demande bien si le OED en contient : ce serait certainement très tentant et très facile pour eux ! Ma mère me raconte également qu'un de ses collègues, distingué chartiste auteur d'un livre recensant les hôtels particuliers à Paris, en a inventé un de toutes pièces. Ça ne doit pas être évident de retrouver lequel ! Tiens, au fait, vous pouvez chercher l'intrus dans cette liste (ce n'est vraiment pas difficile, il se repère vite…).

L'association d'idées me fait également penser au petit jeu suivant, qui peut être distrayant avec un groupe d'amis : quelqu'un choisit un mot bien obscur dans un dictionnaire très complet (comme le OED) et en recopie la définition. Il annonce le mot mais pas la définition. Puis chacun des autres joueurs invente une définition possible pour ce mot. Celui qui a choisi le mot les lit toutes (y comprise la vraie) dans un certain ordre, et on vote (à bulletin secret) pour celle qui semble la plus plausible : chaque vote pour la bonne définition fait gagner un point à celui qui a voté et en perdre un à celui qui a choisi le mot, tandis que chaque vote pour une mauvaise définition fait gagner un point à celui qui l'a rédigée et en perdre un à celui qui s'est trompé.

↑Entry #1086 [older|newer] / ↑Entrée #1086 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées