David Madore's WebLog: J'ai l'impression de couler

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0794 [older|newer] / Entrée #0794 [précédente|suivante]:

(mardi)

J'ai l'impression de couler

Peut-être que je suis du genre à trop facilement me laisser déborder par les événements : dès que j'ai plusieurs préoccupations en même temps, ça fait trop, et je panique. En l'occurrence, c'est la rédaction de (l'introduction de) ma thèse qui me prend tout mon temps : comme je digresse facilement, ça me demande un nombre d'heures invraisemblable : voilà plusieurs semaines que j'y suis à plein régime, et je ne progresse que peu. Quand je quitte le bureau, vers minuit ou une heure du matin, c'est que l'accablement est vraiment trop fort. Et comme je me lève autour de neuf heures, au final je dors trop peu. Dans ces circonstances, n'importe quoi devient une épreuve : comme, ce matin, trouver le temps d'aller faire quelques courses. En plus, mon directeur de thèse commence à se fâcher, d'abord parce que je prends trop de temps à finir, et ensuite parce que nous devions déchiffrer ensemble un article (dont j'ai déjà parlé) et que je ne réponds pas à ses mails (la raison étant qu'à chaque fois je me dis que je répondrai quand je serai un peu plus avancé dans ma rédaction — argh).

Hier, après avoir m'être rendu compte que j'avais oublié ce fait gênant que les diagonales d'un carré sont parallèles en caractéristique deux (histoire d'utiliser des mots simples de façon à donner l'impression que je manipule parfois des carrés ; en fait, je manipule surtout six points dans le plan — parce que se donner six points dans le plan équivaut en gros à se donner une surface cubique) et que ça donnait une surface cubique complètement bizarre (toujours en caractéristique deux) qui me forçait à réécrire un lemme idiot, je me suis couché très tard et complètement crevé (sans prendre le temps d'écrire une entrée dans ce blog, j'en avais vraiment trop marre), et je me suis laissé dormir jusqu'à onze heures.

Comme je le disais il y a un an, faites que je flotte mais que je ne coule pas.

J'aurais bien fait une petite entrée (de vulgarisation) sur les ordinaux dénombrables, un des sujets sur lesquels mon activité mathématique a digressé ces derniers temps, mais je crois que je n'aurai vraiment pas le temps. Ceux qui ne l'ont pas encore fait peuvent lire mon texte de vulgarisation sur l'infini pour se consoler.

↑Entry #0794 [older|newer] / ↑Entrée #0794 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées