David Madore's WebLog: De l'art de croiser le regard des gens dans la rue

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0354 [older|newer] / Entrée #0354 [précédente|suivante]:

(lundi) · Dernier Quartier

De l'art de croiser le regard des gens dans la rue

Strangers in the night, exchanging glances…

Je suis incontestablement mateur : quand je croise quelqu'un dans la rue que je trouve beau garçon, je ne me prive pas de le regarder longuement ; et quand il est vraiment très mignon, je m'arrête pour l'observer passer et je me retourne pour le voir s'éloigner. Je ne sais pas à quel point c'est commun : j'ai l'impression que plein de gens m'ont dit faire de même, mais je n'ai quasiment jamais, en public, vu quelqu'un se retourner sur le passage d'un autre, ou le dévisager avec une insistance excessive — peut-être que c'est plus discret qu'il ne semble quand on le fait soi-même.

Je ne sais pas si on doit considérer que c'est incorrect de faire ça. Je comprends qu'il doit être pénible, pour quelqu'un de très beau, d'être harcelé du regard (surtout une jolie fille, parce qu'il y a quand même plus de garçons hétéros mateurs lourds, je pense ; mais je me rappelle une fois à >Dégel! les commentaires in petto ou la façon de regarder un nouveau un peu plus mignon que d'habitude m'ont semblé assez pénibles — OK, j'étais surtout jaloux, sûrement). Bon, j'essaie que mon regard ne soit pas du tout agressif. (Une fois une espèce de racaille-wannabe m'a plus ou moins pris à parti parce que je l'avais regardé avec peut-être un peu trop de fixité. Mais je crois qu'il était vraiment parano.)

Forcément, une fois sur cent (ou quelque chose de cet ordre-là), je trouve qu'on me rend mon regard. Comme ce soir même (2003-11-17T19:50+0100), rue Vandrezanne (au niveau de l'angle que fait cette rue, pour être précis) : je réfléchissais à un problème de maths, donc j'étais un peu distrait et c'est presque inconsciemment que j'ai suivi du regard un beau blond (un tout petit peu grunge sur les bords), et je devais sourire en même temps (chose que je fais très mal consciemment : ce n'est que quand je suis distrait que j'arrive à faire des beaux sourires). Et là je me rends compte qu'il me regarde aussi fixement. Alors j'élargis mon sourire, je passe, et je me retourne trois mètres plus loin pour savoir si j'ai rêvé ou s'il m'a bien regardé, et, de fait, il s'était arrêté et me souriait à son tour. Bon, la question à cent zorkmids : c'est quoi l'étape suivante ? Je suis censé faire quoi, revenir sur mes pas et lui adresser la parole ? (Beau temps, n'est-ce pas ? — ou peut-être Salut, moi c'est David, j'aime bien regarder passer les beaux garçons, et toi ?) Enfin bref, je ne l'ai pas fait, comme d'habitude ; autrefois je me serais lamenté d'avoir laissé passer une occasion (il n'est pas impossible que ce soit le même mec qu'il y a vingt-huit mois, d'ailleurs), mais maintenant je suis plutôt philosophe, et globalement je trouve que c'est un bon signe si des garçons, fût-ce exceptionnellement, se retournent sur mon passage (si ça s'est déjà produit, ça se reproduira bien un jour…).

↑Entry #0354 [older|newer] / ↑Entrée #0354 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées