David Madore's WebLog: Existe-t-il des sites accessibles uniquement en IPv6 ?

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1864 [older|newer] / Entrée #1864 [précédente|suivante]:

(mercredi)

Existe-t-il des sites accessibles uniquement en IPv6 ?

Pour célébrer le fait qu'aujourd'hui l'APNIC (l'autorité des réseaux Internet pour la région Asie-Pacifique) n'a plus d'adresse IPv4 à fournir (pour l'Europe, notre tour viendra dans quelques mois), je me pose la question : existe-t-il des sites Web accessibles uniquement en IPv6 ?

(Il existe beaucoup d'adresses accessibles uniquement en IPv6, par exemple ipv6.google.com[#] ou www.v6.facebook.com, mais ce sont simplement des accès différents à des sites qui sont, de toute façon, accessibles sur le vieil Internet v4. Je pense que mes lecteurs qui vivent encore sans accès au nouvel Internet v6 n'auront pas de difficulté à deviner vers quoi ces deux liens pointent. Je parle, ici, de contenus qui ne seraient vraiment accessibles que par IPv6 — sauf à utiliser un service de proxy comme celui consistant à ajouter .ipv4.sixxs.org au nom du domaine.)

Évidemment, aucune entreprise ayant quelque chose à vendre, aucun site qui recherche de l'audience en nombre, n'aurait intérêt à ça. Non seulement parce que le nombre d'internautes ayant actuellement une connectivité v6 est autour de 0.3%, mais aussi et surtout parce que le robot Google ne va chercher les sites que par IPv4 (du moins je crois — je me propose justement de tester cette hypothèse), donc un site v6-only, en plus d'être visible par seulement un internaute sur 300, n'est même pas trouvable par Google (et probablement encore moins par les autres moteurs de recherche). Mais bon, il y a toujours des gens sur Internet pour faire des choses bizarres, donc cela existe forcément. La difficulté, c'est de les trouver.

J'ai essayé de dépouiller automatiquement les 1200 premiers (enfin, derniers, i.e., plus récents) sites de cette liste de sites Web accessibles par IPv6, mais la difficulté est que si on trouve bien une centaine de domaines n'ayant qu'une adresse IPv6, il s'agit le plus souvent d'une simple copie du domaine accessible ailleurs en IPv4 (comme j'en ai donné l'exemple pour ipv6.google.com). J'ai bien réussi à trouver un ou deux sites apparemment vraiment accessibles uniquement en IPv6, mais la moisson est très décevante.

(Fort logiquement, le lien précédent est lui-même accessible uniquement via IPv6. Si vous ne pouvez pas y aller, vous ne ratez pas grand-chose puisque, de toute façon, vous ne pourrez pas non plus consulter les liens qui s'y trouvent, et que de toute façon ils n'ont aucun intérêt. M'enfin, si vous voulez vraiment voir la liste, essayez d'ajouter .ipv4.sixxs.org à la fin du nom de domaine, c'est-à-dire après .org.)

On peut donc dire qu'il n'y a, actuellement, essentiellement aucun site Web accessible uniquement en IPv6. La question est : quand y en aura-t-il vraiment ? (Il y avait eu des gens qui avaient envisagé de prendre d'énormes quantité de porno et de les rendre accessibles gratuitement mais uniquement sur IPv6, histoire de motiver les internautes à demander un accès IPv6 à leur fournisseur d'accès. Je ne sais pas pourquoi ce projet a, euh, capoté.)

On peut espérer que le fait que l'Asie n'ait plus d'adresses IPv4 poussera un peu ce genre de sites à se créer. J'imagine que ce qui va arriver à l'avenir le plus souvent, à part pour des boîtes assez riches pour se payer à prix d'or une IPv4 grapillée quelque part, c'est que des sites auront un serveur accessible en IPv6 et publieront un enregistrement DNS IPv4 (A) vers une machine proxy qui acceptera les requêtes HTTP en IPv4 et les transmettra en IPv6 vers le vrai serveur (un peu comme fait SixXS, mais en conservant le nom de domaine). Du coup, ces sites seront bien accessibles en IPv4 comme en IPv6, mais la connexion sera bien meilleure en IPv6, et il faut espérer que c'est ça qui motivera les gens à bouger. Et évidemment, quelqu'un finira par décider de se passer de ce service de proxy forcément coûteux et malcommode. Mais dans combien de temps ?

En attendant, les choses bougent lentement : environ 9.5% des réseaux autonomes dans le monde (11% en Europe et 18% en France) avertissent un préfixe IPv6. Les fournisseurs ADSL (et fibre optique) français s'y mettent lentement ou le promettent maintenant pour « bientôt ». Pour la téléphonie mobile, en revanche, je crois qu'il va falloir retenir sa respiration encore un bon moment (mon téléphone mobile, comme sans doute tous les Android récents, et j'imagine aussi les iPhone, gère parfaitement IPv6, mais avant qu'Orange ait ça sur son réseau…).

[#] En fait, la totalité des sites de Google est accessible en IPv6, et depuis bien longtemps, mais ils ne publient pas ces adresses par le DNS, sauf si on (on étant ici l'administrateur d'un réseau suffisamment gros pour que Google ait envie de leur parler) leur assure qu'il n'y aura pas de problème à les recevoir. Autrement dit, quand on interroge les serveurs DNS de Google pour connaître l'adresse de www.google.com, on ne reçoit que les adresses IPv4 sauf si on a été spécialement « whitelisté ». Un particulier comme moi n'a pas moyen de se faire whitelister, donc je contourne le problème en interrogeant, pour le domaine google.com (ainsi que youtube.com, gmodules.com, gmail.com et 1e100.net), les serveurs DNS de Hurricane Electrics (dans la config BIND, ça ressemble à : zone "google.com" { type forward; forwarders { 74.82.42.42; 2001:470:20::2; }; }; — et de même pour les autres domaines cités), ce qui me permet d'avoir tout Google, GMail et YouTube en IPv6 sous le nom normal (et depuis, la majorité du trafic IP échangé par ma machine est v6). Je regrette juste que Google ne fournisse pas un tel serveur DNS spécial et que je doive passer par ceux de HE.

↑Entry #1864 [older|newer] / ↑Entrée #1864 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées