David Madore's WebLog: Déploiement policier

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1708 [older|newer] / Entrée #1708 [précédente|suivante]:

(lundi)

Déploiement policier

Mon poussinet et moi étions attablés, hier, à un café au croisement des Gobelins, vers le milieu de l'après-midi, quand des policiers ont coupé le boulevard Saint-Marcel (celui qui était devant nous) et neutralisé les Gobelins, et nous avons vu passer, en plusieurs convois, un nombre incroyable de forces de l'ordre (des policiers et des gendarmes, en nombre à peu près égal) : j'estime, même si c'est difficile d'être précis, qu'il devait y en avoir un bon millier (l'ordre de grandeur au moins est bon : cinq convois d'environ 25 véhicules chacun, avec probablement autour de huit policiers ou gendarmes par camionnette). Curieux de savoir quelle manifestation monstre (nous n'avions entendu parler de rien) pouvait nécessiter le déploiement d'autant de troupes, nous avons remonté les Gobelins (qui étaient, donc transformés en parking pour forces de l'ordre comme, nous l'avons vite vu, toutes les autres voies menant à la place). Arrivés place d'Italie (complètement coupée à la circulation), nous découvrons la cause de toute cette agitation : un rassemblement, en effet, qui avait l'air d'être d'un mouvement de sympathie pour les sans-papiers (ils n'avaient quasiment aucune banderole, et guère qu'un haut-parleur qu'on comprenait mal). À tout casser : deux cents personnes sur la place, et encore, je dois compter les badauds en disant ça. Cinq fois plus de policiers plus gendarmes, donc.

Je ne sais pas combien ça coûte, de mobiliser tous ces hommes (un dimanche, qui plus est), et je ne sais pas quels sont les coûts indirects à couper tous les grands axes d'un quartier (boulevard Saint-Marcel, avenue des Gobelins, boulevard de l'Hôpital, boulevard Vincent Auriol, avenue d'Italie, boulevard Blanqui), fût-ce le week-end, mais, même si je n'aime pas jouer les grincheux du combien ça coûte au contribuable, c'était du délire complet pour seize douzaines de péquenots. Soit quelqu'un aux RG a mal prévu le coup et j'espère qu'il va se prendre un bon coup sur les doigs, soit le délire de surencadrement policier de la moindre manifestation a été poussé encore plus loin que son hyperbole habituelle.

↑Entry #1708 [older|newer] / ↑Entrée #1708 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées