David Madore's WebLog: Le danger des règles indérogeables

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1373 [older|newer] / Entrée #1373 [précédente|suivante]:

(jeudi)

Le danger des règles indérogeables

Il y a un mème dont j'ai pris une conscience aiguë il y a quelque temps et que je remarque maintenant partout : j'ai du mal à l'exprimer en peu de mots, donc je vais donner quelques exemples, mais il s'agit de l'importance, lorsqu'on établit des règles, de ne pas se trouver dans une situation où plus personne ne peut y accorder de dérogation et où ces règles conduisent à la paralysie d'une ressource ou bien à des désastres personnels ou à des choses de ce genre.

On peut prendre des exemples à l'Université : on a tout un système compliqué de règles pour l'inscription et l'obtention des diplômes, des dates limites, etc. Inévitablement, il va y avoir des cas particuliers qui posent un problème selon ces règles (ou plutôt : pour lesquels ces règles posent un problème), des gens qu'un cas de force majeure a empêché de s'inscrire dans les temps, ou qui ont un parcours extrêmement exotique, ou je ne sais quoi : il est alors indispensable que quelqu'un (ou un groupe de personnes, séparément ou communément) ait le pouvoir absolu de déroger à n'importe laquelle des règles qui régissent le système d'inscrition, de notation, ou de délivrance des diplômes. C'est généralement le cas pour la partie pédagogique (les jurys des examens sont souverains), mais il y a parfois des problèmes insolubles du côté administratif ; l'informatique est souvent appelée comme prétexte (complètement fallacieux, et extrêmement dangereux) pour justifier qu'une règle ne peut pas être dérogée (l'ordinateur ne peut pas me laisser faire ça dira quelque secrétaire pour justifier son impuissance ou son incompétence ; or devant l'ordinateur, pas de recours).

D'autres exemples peuvent être donnés dans toutes sortes de domaines de l'administration ou de la loi. À un niveau raisonnable, il est vraiment souhaitable que toute règle puisse être levée dans des circonstances exceptionnelles : on pourra dire que cela ouvre la porte à l'arbitraire, mais cela évite aussi que des situations inextricables se créent, où il n'y a aucune porte de sortie (insérer ici n'importe quel exemple de quelqu'un qui se serait retrouvé, par exemple, dans une catégorie fiscale complètement invraisemblable et d'où il était impossible de sortir faute de pouvoir faire intervenir quelqu'un de haut placé pour débloquer l'absurdité). À un niveau très élevé, on est plus embêté, car il est impossible de donner à quelqu'un le droit de déroger : il existe encore des traités internationaux qui mentionnent le secrétaire général de la Société des Nations, traités qu'il est en pratique impossible de faire changer car il faudrait un accord unanime et la ratification de toutes les hautes parties contractantes. On peut aussi mentionner le code source du noyau Linux, qui est sous une licence impossible à modifier vu qu'il faudrait l'accord de tous les programmeurs qui y ont contribué.

J'ai l'impression que les situations bloquées, où une règle a été établie et devient impossible à changer ou déroger, sont de plus en plus nombreuses avec le temps. Que le déploiement de l'informatique dans toutes sortes de domaines a pour principal danger qu'il augmente le nombre de situations où il est impossible de contourner les règles. Et cela m'inquiète.

↑Entry #1373 [older|newer] / ↑Entrée #1373 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées