David Madore's WebLog: Fragment littéraire gratuit #92 (les paroles des prophètes sont écrites sur les murs du métro)

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1316 [older|newer] / Entrée #1316 [précédente|suivante]:

(lundi)

Fragment littéraire gratuit #92 (les paroles des prophètes sont écrites sur les murs du métro)

— Les paroles des prophètes sont écrites sur les murs du métro ?

— Oui. C'est une citation d'une chanson de Simon et Garfunkel.

— Je sais… Mais ça pourrait vouloir dire n'importe quoi ! Quels prophètes ? Quelles paroles, d'abord ?

— Je n'en sais pas plus que toi…

— Oh, je peux imaginer plein de choses. Comme les panneaux publicitaires : ce sont eux les prophètes des temps modernes, qui nous promettent chaque jour un brave new world — en prophéties contradictoires et confuses, parfois aussi caricaturales que la scène dans La Vie de Brian — mais qui disent finalement toujours la même chose qu'aux temps les plus anciens. Compté (confiez-nous votre argent), pesé (maigrissez facilement avec notre produit miracle) et divisé (la concurrence est partout) : les paroles écrites sur le mur n'ont guère changé depuis Daniel (et on continue notre festin pendant qu'elles s'inscrivent).

— Pas mal trouvé.

— Bof… Ce ne sont pas vraiment eux, les murs du métro, après tout. Le métro lui-même, nous parle-t-il ? Il nous dit Bonne Nouvelle, peut-être, ou Bienvenüe, voire, dans un splendide élan d'auto-référencement, Quai de la Gare… mais bon, ce n'est pas très original comme message ni très profond comme prophétie. Ou quelque chose qui est écrit partout ? Sortie, par exemple : en voilà un message qu'il est parlant, et qui pend à notre nez tous les jours sans qu'on le lise vraiment.

— Je ne suis pas sûr d'avoir compris, là. Sortie de quoi ?

— Aucune importance. Ou les graffitis, peut-être ? Il doit y en avoir qui disent tout ce qu'on veut, y compris certainement les paroles des prophètes : Le loup habitera avec l'agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit enfant les conduira, et le tarif d'entrée au zoo ne coûtera presque rien. Il y a tout à parier, d'ailleurs, qu'un petit malin a déjà trouvé l'idée de taguer ça quelque part : Les paroles des prophètes sont écrites sur les murs du métro.

— J'ai plutôt l'impression que les graffitis disent des choses comme : Merde à la société de consommation. J'en ai rarement vu qui citaient Ésaïe.

— Il faut savoir lire entre les lignes, mon cher. Je suis sûr que dans leur esprit Ésaïe disait quelque chose de pas très différent de Merde à la société de consommation. Sinon, on peut aussi jouer à l'ésotérisme facile : je suis sûr que les galeries du métro suivent des lignes de géomancie et participent à une gigantesque figure magique dont le tracé est reproduit à l'infini sur les murs, un signe du macrocosme que nous nous obstinons à ignorer.

— Tu dis vraiment trop de bêtises. Bon, il arrive quand, le métro en question ?

Je tends la main vers l'indicateur SIEL :

— Tu n'as qu'à demander au prophète : là, contre le mur…

— Un peu trop facile, tu ne trouves pas ?

— Si. Mais tellement pratique.

Un peu facile, en effet. Voici ce que la même phrase a inspiré à d'autres.

↑Entry #1316 [older|newer] / ↑Entrée #1316 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées