David Madore's WebLog: L'école est finie

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #1011 [older|newer] / Entrée #1011 [précédente|suivante]:

(vendredi)

L'école est finie

Les signes pernicieux de la calamité sont partout et se multiplient : c'est sûr, l'été approche. Déjà début juin, les symptômes trahissent l'état avancé de sénilité de l'année (scolaire ou universitaire) : l'issue fatale est inévitable ; et même si les anciens écrits prophétisent qu'en septembre une nouvelle naîtra des cendres de la précédente, je m'afflige de ce décès précoce et je sais que tout ne reviendra pas comme je l'aurais aimé — certaines choses sont perdues pour toujours. L'an prochain me réservera le même sort que celui-ci : à peine connaissance faite de ce qu'il pourrait m'apporter, déjà il agonisera. Tu n'as pas su profiter de moi à temps. Tu m'as laissé échapper. Tu as perdu les opportunités uniques que je t'offrais. (Et au-delà d'un an je n'ose voir — je n'ose réfléchir à ce qui m'attend.) Carpe diem: carpe annum. Hélas, le fruit désiré est toujours plus loin, plus inaccessible. Et la ronde recommence :

Each Morn a thousand Roses brings, you say:
Yes, but where leaves the Rose of Yesterday?
 And this first Summer month that brings the Rose
Shall take Jamshyd and Kaikobád away.

Mais désormais il est trop tard, il faut, Janus, traverser ces trois mois de deuil chaud et aride. Ensuite, on pourra envisager de recommencer à vivre.

↑Entry #1011 [older|newer] / ↑Entrée #1011 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées