David Madore's WebLog: Langue écrite et langue orale

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0924 [older|newer] / Entrée #0924 [précédente|suivante]:

(dimanche)

Langue écrite et langue orale

Au cours de la préparation de mon exposé de soutenance j'ai essayé de me faire des notes très précises, au moins pour l'introduction. Très précises, cela veut dire : décidant à l'avance presque chaque mot que je vais utiliser (ou au moins l'idée de chaque phrase). Et je me rends compte de la chose suivante : la manière dont je forme une phrase à l'écrit est très différente de la manière dont je la tourne à l'oral. À la fois par le vocabulaire que j'utilise ou par les tournures grammaticales, il n'y a presque rien en commun entre mon français écrit et mon français parlé : si j'essaie de dire à haute voix (pas dans une intonation qui soit celle de la lecture ou de la récitation) une phrase que j'ai écrite, elle me semble ultra-construite, pour ne pas dire maniérée, et à l'inverse, si j'essaie de coucher par écrit ce que je dirais naturellement je trouve cela incroyablement familier.

Cela se voit à toutes sortes de choses. À l'oral, par exemple, je vais poser une question par qu'est-ce qu'on peut dire des foobars bleutés ? alors qu'à l'écrit ce sera que peut-on dire des foobars bleutés ? ; à l'oral le démonstratif est ça alors qu'à l'écrit c'est ceci ou cela ; à l'écrit je structure mes phrase en périodes alors qu'à l'oral je fais des phrases généralement courtes que je relie par beaucoup de alors (ne marquant pas la concession), bon, bref et autres mots de liaison un peu vides de sens. Dans un exposé mathématique j'utilise beaucoup de pronoms de la première personne (je vais supposer que k est algébriquement clos, et je vais même rajouter indénombrable et de caractéristique zéro) alors qu'à l'écrit on les évite (le corps k sera supposé algébriquement clos et, pour simplifier, indénombrable et de caractéristique nulle). C'est assez étonnant, je ne me rendais pas compte de l'ampleur de la différence.

Peut-être suis-je particulièrement touché parce que mon expression écrite est volontiers ampoulée voire précieuse tandis que mon expression orale est globalement naturelle (du moins il me semble) [tiens, du moins c'est vraiment le type de locution que je n'emploierais que très difficilement à l'oral : je dirais enfin je crois]. Ou peut-être pas. J'ai vaguement l'impression que la différence entre ma façon de m'exprimer verbalement et oralement est beaucoup plus réduite en anglais : est-ce parce que je maîtrise beaucoup moins bien l'anglais (surtout la langue idiomatique et courante) ou est-ce qu'intrinsèquement l'anglais a moins d'écrart entre langue écrite et langue parlée ?

Quoi qu'il en soit, il m'est presque répugnant de mettre par écrit des choses que je dirais naturellement. Un exemple idiot : la première phrase de mon exposé commencera sans doute par quelque chose comme alors, pour introduire mon travail, je vais commencer par évoquer la question suivante… : je n'arrive pas à dire cette phrase sans le alors initial (juste pour l'intonation), mais si j'essaie de l'écrire, il me semble parfaitement ridicule.

↑Entry #0924 [older|newer] / ↑Entrée #0924 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées