David Madore's WebLog: Santé

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0036 [older|newer] / Entrée #0036 [précédente|suivante]:

(samedi) · Nouvelle Lune (Éclipse annulaire de Soleil)

Santé

Ça doit faire la 4e ou 5e fois ce matin que je me réveille aux alentours de 9h–11h, soit dans les 3 à 5 heures après m'être couché, à cause d'un sentiment d'oppression du côté gauche de la poitrine, au niveau du sein gauche, en profondeur. Ce n'est pas très douloureux, mais c'est indiscutable ; la sensation est vaguement comparable à ce qu'on ressent quand on a un hématome sous la peau (vaguement, hein). Et ce n'est pas très localisé (c'est en gros dans toute la région pectorale) mais ça ne rayonne pas non plus dans le bras, par exemple, ni dans le cou. Et puis ça passe tout seul en quelques minutes (peut-être même pas autant) : la première fois j'ai dû juste me retourner dans mon lit et ça a disparu, les autres fois je me suis levé et ça s'est passé le temps que je me demande quoi faire. Avant-hier j'ai dû prendre une aspirine (parce que c'est efficace contre toute sorte de douleur, mais aussi que c'est notoirement bon pour certains problèmes cardio-vasculaires) ; ceci dit, je crois que ça a disparu largement avant qu'on puisse soupçonner qu'elle fasse effet (ou alors elle agit très vraiment vite, l'aspirine en question). À chaque fois en me couchant j'avais complètement oublié que j'avais fait ça les jours précédents, donc on ne peut pas vraiment soupçonner que parce que je me dis « je vais me réveiller bientôt avec mal à la poitrine » et que c'est une self-fulfilling prophecy. Je me promets de m'en occuper, je me recouche, et en me réveillant de nouveau plus tard (normalement, et sans trace de douleur) je me dis que j'ai peut-être exagéré, et j'oublie la chose jusqu'au matin suivant. Sauf que ce matin-ci (vers 9h, il y a une heure au moment où j'écris) j'ai paniqué (je ne crois pas que la douleur était plus forte que les jours précédents, juste elle est partie moins vite), je me suis dit « bordel, je suis en train de faire un infarctus, là », et forcément, en paniquant j'ai tachycardisé (j'ai dû monter à 180 pulsations), j'ai eu l'impression de manquer d'oxygène — mais était-ce un symptôme causée par la panique, par mon imagination du fait que je sais que c'est une sensation quand on fait un infarctus, ou bien encore un symptôme primaire, je n'en ai aucune idée. J'étais à deux doigts d'appeler le SAMU, mais c'est à nouveau passé. En ce moemnt ça revient et ça repart par intermittence toutes les trois-quatre minutes peut-être, de façon très très atténuée (à peine sensible, mais quand même) ; comme les autres jours je m'étais rendormi après, je ne sais pas si ça fait toujours ça. Ah, j'oubliais qu'avant-hier ou il y a trois jours j'ai dû mesurer ma tension avant de me recoucher, et elle était normale (genre, 125mmHg/90mmHg, avec un pouls autour de 80, enfin, je pipote peut-être pour la tension diastolique, mais disons que ce n'était pas mirobolant). Peut-être que ce n'est pas du tout un problème cardiaque, je n'en ai aucune idée en fait.

Mise à jour (13h) : j'ai consulté un médecin, qui n'a pas eu l'air affolé, mais qui m'a quand même prescrit une échographie cardiaque. Et qui m'a recommandé de me coucher plus tôt, aussi…

↑Entry #0036 [older|newer] / ↑Entrée #0036 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées