David Madore's WebLog: De la fatigue

Index of all entries / Index de toutes les entréesXML (RSS 1.0) • Recent comments / Commentaires récents

Entry #0588 [older|newer] / Entrée #0588 [précédente|suivante]:

(samedi)

De la fatigue

Il est clair que la fatigue n'est pas qu'une question de quantité de sommeil mais aussi de cycles. Au moment où j'écris, par exemple, il est 11h du matin (le 3 avril) et j'ai dormi la dernière fois entre 8h du matin (le 2) et 18h (le 2), donc ça ne fait que 17 heures que je suis debout (après une durée raisonnable de sommeil, et la veille j'avais encore dormi tout à mon aise), et pourtant je suis absolument assommé de fatigue. Inversement, il y a quelques jours, j'ai tenu 24 heures éveillé après une nuit de seulement 2 heures, et je n'étais pas fatigué du tout. (Ceci dit, c'est beau de savoir qu'il y a des cycles et des phases, en pratique je n'arrive pas du tout à transformer cette observation banale en quelque chose d'un peu prédictif pour savoir, par exemple, à quel moment je serai fatigué et à quel moment j'arriverai bien à m'endormir, et ainsi de suite. Passons.)

J'ai observé des choses bizarres avec la fatigue. Déjà, cela n'a pas l'air d'affecter énormément les capacités mentales. J'ai résolu des problèmes de maths pas spécialement faciles (et faisant appel à des notions bien abstraites et difficiles à conceptualiser) à des périodes d'extrême fatigue, apparemment ni mieux ni moins bien que quand je suis bien repos. En revanche, j'observe que la mémoire marche beaucoup moins bien (j'ai du mal à me rappeler les choses les plus simples, je perds fréquemment le fil de mes pensées) tandis que, peut-être, l'esprit combinatoire marche mieux (par exemple, c'est stupide mais j'arrive mieux à faire des vers quand je suis très fatigué). J'ai l'impression que la « conscience », dont le sens est difficile à définir, est plus ténue quand on est fatigué : parfois je me sens carrément à distance de mon corps, je me vois presque « de l'extérieur ». Mais l'effet le plus marquant de la fatigue, c'est sur l'irritabilité : je suis extrêmement irascible quand je manque de sommeil, je me mets en colère pour un oui ou pour un non, et je perds absolument toute patience, la moindre attente m'est absolument insupportable (rien qu'une minute d'attente pour qu'un feu passe au rouge est pour moi une torture dans cet état-là). J'aimerais bien savoir si on peut élaborer une explication neurochimique de ces phénomènes (quelles sont les subtances présentes dans le liquide céphalo-rachidien, par exemple, en cas d'extrême fatigue, et quelles régions du cerveau sont plus touchées et ainsi de suite).

Concrètement, en ce moment, il faut que je tienne, si je peux, jusqu'à 16h ou alentours, sinon je ne pourrai pas du tout profiter de mon dimanche (mon samedi, lui, est déjà foutu, là) et j'ai des choses à y faire. Ça va être dur de tenir encore 5 heures.

↑Entry #0588 [older|newer] / ↑Entrée #0588 [précédente|suivante]

Recent entries / Entrées récentesIndex of all entries / Index de toutes les entrées