Comments on Quelques réflexions sur l'électricité, la pénurie et les probables coupures à venir

Felix (2022-12-11T19:37:34Z)

> on a construit énormément de choses autour de l'idée qu'il fonctionne toujours

Ça me rappelle cette histoire :Il y avait un service chez Google (Zookeeper je crois) qui en pratique marchait tout le temps, mais que l'entreprise arrêtait quand même de temps à autre, simplement pour que les services dépendant ne fassent pas l'hypothèse que le service n'est jamais défaillant.

Felix (2022-12-11T18:50:01Z)

> Donc déjà, là, on a un méta-problème, qui est que le grand public a du mal à comprendre le problème, déjà parce que grand public ne connaît pas ou ne comprend pas la différence entre une énergie (qui est un stock) et une puissance (qui est un flux)

Je crois que c'est aussi une confusion quand on parle de la disponibilité des énergies fossiles et de "peak oil".

Le peak oil matérialise le point où le débit disponible va diminuer, ce qui est un problème indépendamment des stocks disponibles.

Jeanne à vélo (2022-12-09T10:49:06Z)

Exposé et réflexions passionnants, merci.

Et puis il y a le cas des foyers, j'en suis, qui ont chauffage, cuisson et eau chaude fournis par le gaz et qui n'ont donc pas de marge de manœuvre en matière de consommation électrique (sachant que je ne fais déjà pas tourner lave-linge et lave-vaisselle aux périodes critiques indiquées, 8h-13h en semaine et 18h à 20h).
Reste le four qui lui est électrique, comme le four micro-ondes.
Donc j'en retiens que je ne dois rien faire cuire ou réchauffer dans l'un ou l'autre entre 18h et 20h les jours de tension critique sur le réseau.

Typhon (2022-12-08T23:43:33Z)

C'est marrant que toi qui perd habituellement jamais une occasion de râler sur le manque de standardisation ou l'utilisation d'un mauvais standard terminologique, tu ne t'apesantisses pas sur le côté complètement crétin d'utiliser autant d'unités différentes pour l'énergie alors qu'on serait pas plus mal à utiliser des kilojoules au lieu de watt.heures, et des kilojoules par heures au lieu de watt.

vicnent (2022-12-08T15:46:03Z)

j'ai demandé à GPT3 de m'expliquer les notions autour de l'électricité, voici ces réponses (pour le lecteur qui viendrait à lire ces lignes bien au delà de décembre 2022, GPT3 est sorti il y a 1 semaine…)

Question : en prenant le sujet de l'électricité, explique moi concrètement et pédagogiquement quelle est la différence entre un flux et un stock.

Réponse : Un flux est une mesure de la quantité d'électricité qui passe par un point donné dans un circuit électrique pendant une période de temps spécifiée. On peut imaginer un flux électrique comme un courant d'eau qui s'écoule dans un tuyau. Plus le courant d'eau est rapide, plus le flux est élevé. En électricité, le flux est mesuré en ampères (A).

Un stock, d'autre part, est une mesure de la quantité totale d'électricité présente à un moment donné. On peut imaginer un stock électrique comme une réserve d'eau dans un réservoir. Plus le réservoir est rempli, plus le stock est élevé. En électricité, le stock est mesuré en coulombs (C).

La différence entre un flux et un stock est donc la suivante : un flux mesure la quantité d'électricité qui passe par un point donné pendant un temps donné, tandis qu'un stock mesure la quantité totale d'électricité présente à un moment donné. En d'autres termes, le flux est une mesure de la vitesse à laquelle l'électricité circule, tandis que le stock est une mesure de la quantité d'électricité disponible.

Question : quelle est la relation entre flux, stock et puissance ?

Réponse : La puissance électrique est une mesure de la vitesse à laquelle l'énergie électrique est produite ou consommée. Elle est généralement mesurée en watts (W). La puissance peut être calculée en multipliant le flux électrique (mesuré en ampères) par la tension électrique (mesurée en volts), comme suit :

Puissance (W) = Flux électrique (A) x Tension électrique (V)

En d'autres termes, la puissance mesure la vitesse à laquelle l'électricité est convertie en énergie utilisable.

Il y a donc une relation directe entre flux, stock et puissance. Le flux mesure la quantité d'électricité qui passe par un point donné dans un circuit électrique pendant une période de temps donnée, le stock mesure la quantité totale d'électricité présente à un moment donné, et la puissance mesure la vitesse à laquelle l'électricité est convertie en énergie utilisable. Ces trois mesures sont toutes liées et interdépendantes. Par exemple, pour produire de l'énergie électrique, il faut d'abord avoir un certain stock d'électricité (par exemple, dans une batterie), qui peut être converti en énergie utilisable grâce à un flux électrique d'une certaine puissance.

Question : et comment intervient la résistance ?

La résistance électrique est une propriété des matériaux qui permet de mesurer leur capacité à opposer une force (ou une résistance) au passage de l'électricité. En d'autres termes, la résistance mesure la difficulté pour l'électricité de passer à travers un matériau donné. La résistance est généralement mesurée en ohms (Ω).

La résistance intervient dans le calcul de la puissance électrique, car elle peut influencer la quantité d'électricité qui peut passer à travers un circuit électrique et donc la vitesse à laquelle l'électricité est convertie en énergie utilisable. Plus la résistance est élevée, moins il y a d'électricité qui peut passer à travers le circuit, et moins la puissance électrique est élevée. Par exemple, si vous utilisez un câble électrique de faible résistance pour connecter une batterie à un moteur électrique, il y aura plus d'électricité qui passera à travers le câble et le moteur pourra fonctionner plus rapidement. Inversement, si vous utilisez un câble électrique de forte résistance, il y aura moins d'électricité qui passera à travers le câble et le moteur fonctionnera moins vite.

En résumé, la résistance électrique est une propriété des matériaux qui permet de mesurer leur capacité à opposer une force au passage de l'électricité. Elle intervient dans le calcul de la puissance électrique en influençant la quantité d'électricité qui peut passer à travers un circuit électrique et donc la vitesse à laquelle l'électricité est convertie en énergie utilisable. Plus la résistance est élevée, moins il y a d'électricité qui peut passer à travers le circuit et moins la puissance électrique est élevée.

Apokrif (2022-12-07T21:41:15Z)

Le _Canard enchaîné_ sur le possible recours à Linky: https://pbs.twimg.com/media/FjZ-BV7XEBIM7fq?format=jpg&name=900x900

ooten (2022-12-07T21:07:21Z)

Les groupes électrogènes de faible puissance peuvent aussi fonctionner avec de l’essence et cela est d’autant plus intéressant que le prix de ce carburant est bien plus bas que celui du diesel et qu’il pollue moins même s’il émet plus de co2 à puissance ou énergie égale émise.
A ce que j’ai compris la corrosion détectée récemment dans les réacteurs les plus récents concerne des conduites de secours et sur des fissures qui n’excèdent pas 3 cm sur une épaisseur totale de 5cm. Je ne sais pas si c’est beaucoup et la fréquence d’utilisation de ces canalisations de secours pour me faire une idée sur leur réparation nécessaire immédiatement.
L’état du parc électronucléaire français est directement le résultat des politiques menées depuis le gouvernement de Jospin qui à l’époque a annulé le projet superphenix jusqu’à Macron qui a annulé Astrid et a tardé à décider de construire les nouvelles centrales qui doivent prendre le relais des anciennes. Cela correspond assez bien à la priorité donnée par ces gouvernements à l’industrie et à son abandon, il n’y a qu’à voir la part dans le PIB de ce secteur dans l’économie aujourd’hui (11% à 12%) par rapport à il y a 20 ou 25 ans c’était au moins 5 points de plus. Ce qui est d’autant plus contradictoire à l’heure de la déclaration par le gouvernement de la ré industrialisations alors que l’électricité se raréfie et devient de plus en plus chère et qui est à la base de toute industrie. Mais bon je crois qu’ils ne sont pas à une contradiction près même sur des sujets aussi lourds mais ils ont commencé sérieusement à me les casser depuis longtemps maintenant.

Ladbëh (2022-12-07T06:49:10Z)

Les intertitres sont bienvenus ! :-)

Sympa la conversion des apports journaliers recommandés en kWh. Pour le lecteur peu habitué aux gymnastiques de division/multiplication de grandeur, il faut bien avoir à l'esprit qu'en disant "apport journalier", on est en train de MULTIPLIER une puissance par la durée d'une journée donc qu'on retombe bien sur une énergie.

Avec l'approximation 2,5 ≈ 24/10, une reformulation est que (du moins en ce qui concerne la nourriture), la puissance d'un être humain moyen est estimée aux alentours de 1/10 kW, c'est-à-dire 100 watts. Bien sûr, il s'agit d'une valeur moyennée, à l'instant t, ça dépend de ce qu'on fait (activité, digestion, sommeil…).

Dionysos (2022-12-06T23:38:34Z)

Résorbe tes doutes intermittents sur l'inanité de tes remarques s'apparentant à des éléments de culture scientifique comme sur la distinction entre l'énergie et la puissance (ça en gros je voyais tout de même) et surtout les unités retenues : tu le fais très bien et on y apprend plein de choses intéressantes ! Les "scientifiques", ça existe comme catégorie qui fait un certain type d'études, pas forcément (en tout cas moi je n'y ai jamais cru) en tant que dénotant un certain type d'esprit contrastant avec celui des "littéraires" et, par conséquent, il y tout un tas de personnes comme moi qui ne maîtrisent pas du tout la signification précise de ce qu'est un watt-heure tout en ayant un vif plaisir à le découvrir quand c'est intelligemment et intelligiblement présenté.

parsimonhi (2022-12-06T22:12:16Z)

Juste quelques remarques en passant :

1) Concernant le stockage de l'électricité : s'il vrai que l'électricité se stocke peu, c'est surtout parce qu'on n'en a pas eu vraiment besoin massivement jusqu'à présent (c'est actuellement amplement suffisant et surtout moins cher de démarrer/arrêter des centrales électriques à combustibles fossiles quand c'est nécessaire).

Ceci ne veut pas dire que l'électricité (ou plutôt l'énergie) ne se stocke pas. Tu cites le STEP, mais il n'y a pas que ça de possible. En particulier, on peut citer les batteries (que tu sous-estimes terriblement) qui vont être à moyen terme (disons 30 ans) des millions à être raccordées au réseau pour être rechargées rien qu'en France et des milliards au niveau mondial : il pourrait suffire de mobiliser ponctuellement quelques pourcents de ce parc pour équilibrer le réseau (c'est une des solutions qu'envisage RTE dans le rapport que "tu as lu en diagonal"). On peut aussi citer l'hydrogène (si on en fabrique quand on a trop de courant et si on le consomme comme on consomme aujourd'hui des combustibles fossiles, mais pas en le consommant en permanence), ou encore des moyens plus ésotériques qui n'avaient aucun intérêt jusqu'à présent mais qui pourrait en avoir plus tard comme la "poussière de fer" (même principe que pour l'hydrogène, on "fabrique" la ressource quand on a trop d'énergie à disposition et on la consomme quand on n'en a pas assez).

NB: il ne faut pas trop écouter JM Jancovici sur cette question du stockage. Il n'est pas "fair" selon moi.

2) Concernant le nucléaire, en deux ou trois ans (et ça s'accélère), on installe actuellement dans le monde autant de puissance en ENR que la puissance de l'ensemble du parc nucléaire existant. S'il est vrai que la situation de la France est particulière, le monde entier, lui, se passera très bien de nucléaire. Et de toute façon, il y a beaucoup trop d'endroits dans le monde où il ne faut surtout pas mettre de nucléaire pour qu'il y ait un avenir planétaire dans cette technologie.

3) Evidemment, à court terme, on n'est pas encore prêt. Et ton discours est de bon aloi.

Ilia (2022-12-06T15:06:28Z)

"il n'y a pas de pipeline permettant de livrer du gaz de la France à l'Allemagne"

J'aurais pensé que les pipelines n'étaient pas directionnels ! Qu'est-ce qui précisément empêche de les utiliser "à l'envers" ? À quel point est-ce une grosse difficulté ?

Sinon, autre question qui s'impose : en 2020-2021 et 2021-2022, as-tu une idée à quel point nous sommes passés près du bord ? Je veux dire, à quel pourcentage de la capacité de production le pic de consommation était-il ?

Natacha (2022-12-06T13:11:14Z)

J'aime beaucoup l'analogie de la randonnée, et j'ai l'impression qu'on peut la pousser beaucoup plus loin que tu ne le fais dans ce billet. Je vais la mettre à l'épreuve dans mes prochaines discussions sur ce thème, pour voir.

J'ai dans l'idée qu'on peut s'appuyer dessus non seulement pour distinguer puissance moyenne et puissance instantanée, mais aussi la différence entre stock (distance parcourue) et flux (vitesse) et le fait de manquer de l'un mais pas de l'autre (marcher tranquillement à 4 km/h vs parcourir 96 km dans la journée, ou vouloir faire les 24 km de la journée entre 18h30 et 19h), et même l'absence de stockage (en imaginant une corde entre deux randonneurs, ou éventuellement entre un randonneur et un chien, ou un randonneur et un robot (surtout pour les 24 km à 18h30) pour construire une histoire avec).

Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression qu'en multipliant les analogies on perd plus de monde que ce qu'on gagne en compréhension avec une analogie plus adaptée au point en cours, surtout à l'oral. J'imagine que ça passe sur un billet de blog, surtout pour ton lectorat habituel. Si le réseau d'eau est plus facile à calquer sur le réseau électrique, la randonnée me semble pouvoir couvrir plus facilement les différents thèmes de cette actualité.

Apokrif (2022-12-06T11:38:47Z)

L'énarchie dans toute sa splendeur: https://www.lefigaro.fr/conjoncture/coupures-d-electricite-emmanuel-macron-fustige-les-scenarios-de-la-peur-20221206

Pensons aussi à la communication absente ou trompeuse autour des masques FFP2 ou des pastilles d'iode, ou l'absence d'incitation à conserver ou utiliser de l'argent liquide au profit du tout-internet ou du tout-telephone.

Uezd (2022-12-06T07:45:46Z)

<< Je ne comprends même pas la logique des gouvernements, dans leur intérêt
égoïste, à nier ce genre de crises à venir. Il me semble que si j'étais au
pouvoir et intéressé par y rester, je chercherais au contraire à amplifier tous
les problèmes à l'horizon dont je peux vaguement prétendre qu'ils ne sont pas
de ma faute — comme une pandémie ou une mauvaise gestion du réseau électrique
par les gouvernements précédents — quitte à pouvoir dire, si rien de mal ne se
produit, "vous voyez ? notre action a réussi à éviter la catastrophe", et, si
le problème survient effectivement, "vous voyez ? nous vous avions prévenus". >>

Les gouvernements souhaitent se faire réélire, et donc il faut descendre les
partis concurrents et monter les partis repoussoirs.

a. S'ils parlent de la faiblesse du système de santé ou la non infinitude de la
production, ça fait monter les concurrents.

b. Et en plus, parler de choses négatives, ça descend au moins le moral et donc
la consommation, sans parler d'effet sur leur image.

Et ce qui est possible sans parler (a.), qui n'impacte pas leur image (b.),
c'est de la préparation étatique ou para-étatique, et ça coûte de l'argent et
monte les impôts ou descend les bénéfices pour quelque chose qui n'est pas
certain.

Apokrif (2022-12-06T02:35:59Z)

Quels effets des pics de consommation juste avant et juste après les coupures ?

J'ai l'impression que les autorités (ce qui inclut l'éducation nationale et les formations au secourisme, où on parle des sirènes d'alerte et des numéros d'urgence, mais pas de ce qu'il faut faire quand ils ne fonctionnent pas) forment très peu au/communiquent très peu sur le survivalisme (stocks à constituer…) alors que l'épidémie et l'Ukraine auraient dû y inciter.

Apokrif (2022-12-06T02:24:31Z)

"Les autorités promettent que les appels d'urgence passeront : il est vrai que pour ça il suffit qu'un quelconque opérateur arrive à les router"

Uniquement le 112 (probablement peu connu, d'ailleurs), qui paraît-il arrive chez les pompiers qui du coup seront encore plus saturés.

Il y a aussi les risques (police, alarmes, télécommunications,caméras, éclairage et certaines serrures HS) de vols voire pillages massifs (alors qu'une campagne de désarmement massif vient d'avoir lieu). Des conseils pour se protéger ?

vicnent (2022-12-06T02:17:19Z)

sur les STEP (je n'ai pas fait les calculs d'ordre de grandeur ni ne sait quelle est la politique d'arrêt en premier vis à vis des éolienne par exemple quand il y a trop de charge, ie la consommation baisse alors qu'il y a encore du vent) : ne pourrait on pas utiliser cette énergie disponible (et gratuite pour le coup) pour stocker de l'air sous forme compressée ou fabriquer de l'hydrogène ?

Olivier Bailleux (2022-12-05T22:40:52Z)

L'expression appropriée, il me semble, est "souffler dans un violon" :-).

Une question que je me pose est "faut-il qu'il y ait des coupures pour que les personnes politiques prennent vraiment la mesure du problème ?"
S'il n'y a pas de coupure, je crains que le gouvernement se félicite de la bonne gestion de la production d'électricité en France. Et dans ce cas, pourquoi changer quelque chose qui fonctionne ?

Touriste (2022-12-05T22:31:15Z)

"il n'y a pas de pipeline permettant de livrer du gaz de la France à l'Allemagne"

A ce que je lis là, il y en a d'un débit pas immense mais pas non plus négligeable. Il y aurait une interconnexion en Sarre (entre Obergailbach (France) et Medelsheim (Allemagne)), où passait en octobre un peu plus d'1 GW et qui a vocation à monter jusqu'à un débit de 4 GW, je ne sais à quelle échéance.

<URL: https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/crise-de-l-energie-la-france-a-commence-des-livraisons-de-gaz-a-l-allemagne-la-moselle-1665664836 >


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 4cbc7a


Recent comments