Comments on Débriefing d'un échec au permis moto

Ben (2019-06-17T16:05:14Z)

Mais non, tu n'es pas nul ! Une centaine d'heures, pour quelqu'un qui n'avait jamais roulé à deux roues, ce n'est pas tant que ça : la plupart des gens qui passent le permis moto ont accumulé auparavant beaucoup d'heures à vélo, mob, scooter ou autre 125.
Moi, je trouve que ce n'est pas grave de rater quelque chose, c'est bien plus triste de ne pas essayer :-) (même si là évidemment, c'est un peu dispendieux !)

Vicnent (2019-06-16T19:47:39Z)

Autre touriste (2019-06-15T23:51:12+0200) : je vais juste répondre sur le fond : l'examinateur m'a fait faire un créneau à peine 500m après notre départ, il était dans ses papiers quand j'ai fait mon créneau et je suis sûr et certain qu'il a été surpris et qu'il a pris les commandes de ce seul fait (il a relevé la tête au moment où l'avant s'engageait et il a pris les commandes vraiment en mode réflexe).
Quand je vois comment j'ai un don pour les créneaux depuis 30 ans et quand je vois comment je l'ai eu facilement la semaine suivante avec l'examinatrice ultra sévère, il ne fait aucun doute que je ne suis pas responsable de cette situation.
Et c'est pas un choix ou un fantasme ou une opinion ou une interprétation ou même un déni : c'est un fait que ça passait. (même mon prof qui avait le cul entre deux chaises m'a dit avec son sourcil : "heu … si je crois que ça passais".)
à partir de tous ces faits, tu peux continuer à croire aux troll, au déni, au donneur de leçon, je suis plutôt du genre à m'en battre les roupettes (je donne des faits), et en ce moment, je suis même dans une période plutôt 4 fois qu'une par ailleurs. (et si je me justifie, c'est juste pour donner tous les faits : la façon dont tu les interprètes ou pour quelle raison cela te semble hilarant, comme dit au dessus, …)

Autre touriste (2019-06-15T21:51:12Z)

Ce n'est pas bien de nourrir les trolls, mais je souhaite quand même partager mon hilarité devant le commentaire de Vicnent, qui explique 1) qu'il a raté son permis à cause du méchant examinateur qui comprend pas les créneaux 2) que David nie la responsabilité de son échec. Popcorn.

mummy (2019-06-15T10:23:32Z)

Dans les temps ante-diluviens où j'ai passé mon permis, je me souviens que le moniteur avait érigé en règle d'or qu'à chaque carrefour il faut ralentir et se tenir prêt à freiner, même si le carrefour est prioritaire. Précaution pas toujours inutile…Connaissant ta prudence, je pense que le stress seul t'a fait commettre cette malheureuse erreur de "refus de priorité"!
Es-tu passé dans la Cité d'Orgemont devant la pharmacie ?

Vicnent (2019-06-15T09:03:11Z)

Moi j'ai eu mon permis moto du premier coup (2000, 30 ans) mais mon permis voiture du deuxième coup, à … 1 semaine d'intervalle. Le truc fou était de ne pas passer à une Mme Arnaud (ou Arnoult) à l'époque car elle était d'une sévérité dingue et réputée pour ça.

Je suis passé avec un type qui a pris les commandes au moment d'un créneau car "ça ne passait pas". Evidemment que ça passait et quand je vois depuis 30 ans à quel point j'ai le compas dans l'œil pour les créneaux, je suis sûr que ça passait.
J'ai finalement été re proposé la semaine suivante (peut être pas une semaine mais dans un délai super court en tout cas … 1990 hein) et je suis tombé cette fois ci avec cette Mme Arnoult. A la fin, elle m'a dit : "c'est bizarre, vous avez été recalé la semaine dernière alors que vous conduisez parfaitement : que s'est il passé ?". Je lui explique la prise de commande.
La raison pour laquelle ça s'est bien passé et surtout sans stress, est que je crois que ce fut ma première vraie expérience de "décorporation psychologique.". Parce que j'avais peur, peur d'échouer, peur de mon stress, j'ai décidé après conseil d'un ami de ne pas être moi (le moi qui subit, …) mais le moi qui observe l'autre considérant que la vie est une grande pièce de Théâtre. Ce faisant, c'est assez amusant car vous devenez proprement inattaquable. La personne qui essaie de "vous" défoncer n'est plus "vous" mais un parfait inconnu que vous observez, comme si vous êtiez littéralement en dehors de la scène, invisible. Et ça marche pour beaucoup de choses, dans les rapports humains etc… C'est un excellent relaxateur et desinhibiteur.

A ceux qui me disent que j'enfonce etc : j'ai passé l'âge d'entendre des opinions, des croyances. De tolérer le politiquement correct et les commentaires gratuits et je fais les commentaires que je veux (ils sont ouverts non ?) à partir du moment où j'estime qu'ils sont constructifs. Et si on se trompe ou si les propos sont mal interprétés, on est adulte, on s'explique voire on s'excuse.
Au delà de la colère et de la frustration, il m'a sauté aux yeux que notre Ruxor était en plein déni de responsabilité. J'ai voulu mettre le doigt dessus pour qu'il se pose la question de savoir comment il peut s'améliorer lui (stress = cause ou conséquence par exemple… franchement, se focaliser émotionnellement sur l'événement avec des heures sur Google View était peut être le pire truc à faire…). Bref, j'ai proposé des solutions et il y avait de l'empathie et du soutien aussi (y compris en MP…). Bisous

ooten (2019-06-15T04:24:31Z)

@Ruxor : de toute façon la formation du code était à peu près sérieuse celle de la conduite était clairement très bâclée. Charge après au régiment de vérifier les acquis ce qu’il n’a pas pu faire puisque je n’ai pas pu mettre en pratique ma nouvelle compétence. Je pense que depuis ils ont dû revoir cette formation pour la rendre plus sérieuse 🤔

Pussycat (2019-06-15T02:50:45Z)

Pour bien conduire, c'est a dire ne pas se mettre en danger et ne pas mettre en danger les autres, il faut etre capable de tenir compte de nombreuses informations qui arrivent toutes en meme temps et qu'il faut gérer en l'espace de quelques milliemes de seconde. Si on n'est pas parfaitement capable de le faire, c'est qu'on n'a pas encore acquit tous les reflexes necessaires a l'analyse immediate de toutes ces informations.
Si l'inspecteur le constate chez un candidat, il se dit que cette fois-ci, c'est passé mais qu'une autre fois, ça pourrait avoir des conséquences dramatiques vu le peu de protections qu'apporte une moto.
En refusant de donner l'autorisation de conduire a un candidat, il le protège contre lui-meme, contre ses manques d'attention et contre les autres conducteurs qui peuvent eux aussi manquer d'attention. Il se dit aussi que si le candidat n'est pas capable d'analyser la situation alors qu'il est dans une epreuve pendant laquelle il doit faire particulièrement attention, qu'est-ce que ce sera quand il sera tout seul et qu'il aura certainement d'autres choses en tête et donc une moindre attention disponible pour evaluer les situations de la route.
Alors oui, il faut du temps pour acquerir l'aisance dans la conduite et l'inspecteur le sait parfaitement mais pour qu'il donne son autorisation de conduire à un candidat, il faut qu'il soit certain que celui ci maitrise evidemment les bases essentielles de la conduite dans un environnement mobile mais aussi qu'il sache rester lucide devant des situations de conduite.
Bien sûr que tu sais tout cela et que tu as compris que le refus que tu as essuyé etait assez logique car tu n'as pas montré ce jour là que tu etais prêt a conduire sereinement une moto que tu sais parfaitement manoeuvrer puisque tu as reussi ton plateau.
C'est pourquoi fort de cette expérience qui t'a montré les points que tu devais travailler (par exemple en conduisant plus souvent ta voiture et non à mon avis en multipliant les lecons), tu seras au contraire plus sûr de toi, plus serein et donc plus capable d'analyser dans l'instant les situations de conduite.
Accroche toi puisque tu aimes ce que tu fais!

Ruxor (2019-06-14T21:27:05Z)

PS: @mummy: Tu as vu que le parcours que j'ai fait passe par la cité-jardin d'Orgemont à Argenteuil, au fait ?

Ruxor (2019-06-14T21:12:39Z)

Réponses en bloc :

@Vicnent: Oui, OK, c'est MON échec (et je n'accuse personne d'autre, ni l'inspecteur, ni mes moniteurs, ni la signalisation, ni la météo, ni la nourriture des sangliers), mais on peut quand même en chercher des raisons plus intéressantes que « je suis nul et toujours pas foutu de détecter spontanément et instantanément une priorité à droite ». Mais comme le signale Anonymous wombat, une explication sensée doit faire état de la différence entre les leçons, qui se passent bien, et l'épreuve : le stress est une différence évidente (ou peut-être plutôt, en fait, le manque de sommeil lui-même dû au stress) ; une autre est le manque de familiarité avec les lieux. L'idée de techniques de relaxation est à retenir, en effet.

@Mouton, @Autre touriste: Il semble en effet que j'aie été un peu pessimiste quant aux délais pour le représenter : j'avais cru comprendre que c'était dans les 2–3 mois, la secrétaire de l'auto-école vue ce matin m'a dit que c'est plutôt autour de 1 mois, du coup je suis déjà moins emmerdé (et du coup, il n'y a pas vraiment de raison de chercher à aller voir ailleurs).

@Anonymous wombat: La comparaison avec les râteaux est intéressante et me fait penser à ressortir une entrée commencée et jamais achevée sur ce sujet.

@mummy: C'est gentil de me défendre 😊 mais un refus de priorité c'est quand même vraiment grave, et c'est normal que ce soit éliminatoire au permis. (Bien sûr qu'il y a des motards qui feront pire, genre conduire à 210km/h sur l'autoroute, mais ils ne feront pas ça le jour où ils passent l'épreuve, quand même. D'ailleurs, en ville, ceux qui conduisent le plus mal, ce sont les scooteristes, et la plupart n'ont pas le permis moto, ils conduisent juste un 125cm³ avec le permis voiture.)

@Régis: Oui, je pense que c'est vraiment le manque de confiance en moi qui est mon principal problème. Je ne peux pas rouler en moto plus que ce que l'auto-école veut bien me placer comme leçons, mais je peux au moins rouler en voiture, et je vais essayer de le faire plus d'ici la nouvelle présentation.

@Fabrice: (Comme le remarque Cigaes, la référence à l'alcool était, outre que ce n'était pas très sérieux, un conseil pour le soir même, pas pour l'épreuve suivante.) Le propranolol est effectivement une bonne idée… mais j'en prends déjà (pour d'occasionnelles crises de tachycardie). Mon cardiologue m'a dit de ne pas hésiter à adapter la posologie en fonction de mon stress, et c'est ce que je fais. Après, l'autre effet du stress, c'est d'empêcher de bien dormir, et pour ça, le propranolol n'aide pas vraiment.

@Olivier Bailleux: J'avoue que je ne sais pas bien (j'ai eu des échos contradictoires à ce sujet) dans quelle mesure s'arrêter alors qu'on a la priorité est considéré comme une faute quand on passe le permis. Ce qui est sûr, c'est que c'est moins grave que le contraire (qui est éliminatoire comme j'ai pu le confirmer expérimentalement), et que c'est permis si la visibilité est mauvaise ou si on a un doute sur ce que va faire un véhicule qui arrive, mais s'il n'y a pas de raison valable je pense que c'est quand même (un peu) sanctionné. C'est dans le même genre que rouler trop lentement : pas éliminatoire en soi, mais peut être cause d'ajournement si ça montre que le candidat manque vraiment de confiance en lui (cf. ce qu'écrit Régis).

@Frank Wolff: Il faudrait beaucoup de mauvaise foi de ma part pour blâmer l'inspecteur alors que je me suis planté tout seul à un endroit où il était tout bonnement impossible de NE PAS passer pour sortir du centre d'examen. Et je suis d'accord que la mauvaise conduite est beaucoup plus variée et complexe qu'un examen de 20′ ne peut espérer détecter (mais je ne vois pas vraiment comment on pourrait facilement l'améliorer).

@ooten: Il existe des stages accélérés où on passe le permis en quelques jours : beaucoup d'auto-écoles proposent ça. Mais ça doit être vraiment intense. Pour le permis A2, je pense que ça s'adresse à des gens ayant une bonne expérience de la conduite en 125cm³. Pour le B, je suis assez impressionné qu'on puisse passer de « je n'ai jamais conduit » à « j'obtiens le permis » en une semaine (même en supposant le code déjà acquis).

@Geo: Oui, la moto c'est dangereux, j'essaye à la fois de le garder bien en tête et en même temps que ça ne me paralyse pas. Notamment, les 6 premiers mois après l'obtention du permis sont particulièrement accidentogènes. Le silver lining que je vois dans le fait de mettre 6 mois de plus que tout le monde à le passer, c'est que quand même, je dois acquérir une certaine forme d'aisance sur certains plans (je veux dire, s'il y a N compétences différentes à acquérir pour finalement réussir l'épreuve, il y a en certaines que manifestement j'acquiers plus lentement que l'élève motard typique, mais j'imagine que, pendant le même temps, je progresse quand même sur les autres), et peut-être que ça me sauvera d'un accident.

Geo (2019-06-14T20:44:12Z)

Je suis désolé pour toi, je comprends ta déception. Que dire ? peut-être que tu n'as pas eu de chance ? peut-être que tu n'es pas encore tout à fait prêt ?

Personnellement, je me refuse de faire de la moto parce que je me dis (peut-être à tort) que c'est vraiment dangereux. Donc c'est peut-être une bonne chose de le louper si tu n'es pas prêt. Je me souviens après avoir eu mon permis voiture (avec le nombre minimal d'heure) avoir frôlé un accident assez grave suite à une erreur de ma part. Peut-être qu'au final c'est pas plus mal d'avoir loupé, même si on dirait que c'est plutôt pas de chance.

Ensuite, tu n'as pas à avoir honte d'avoir fait tellement d'heure pour le louper. Chacun progresse à son rythme. Tu es peut-être un peu moins habile que les autres candidats, mais meilleur dans d'autres domaines…

En tous cas, bon courage pour le prochain passage. Essaye de voir comment lutter contre ce stress.

Autre touriste (2019-06-14T19:04:12Z)

J'ai demandé à une amie qui a aussi raté la circu l'an dernier en région parisienne (je ne sais plus où exactement mais je lui demanderai si tu veux). Elle l'a repassée et réussie un mois plus tard. Elle a choisi ce temps elle-même pour faire des heures de conduite et n'a eu aucun problème pour avoir une nouvelle date.

ooten (2019-06-14T18:47:36Z)

Et dire que j'ai passé mon permis de voiture (code + conduite) lors de mon service national en tant que conscrit (c'est la seule chose intéressante que j'ai pu en tirer) en une semaine et je ne me souviens plus si c'était 7 jours ou 5 jours ce qui est quand même significativement différent ! Après dans la vie on fait ce qu'on peut.

Frank Wolff (2019-06-14T17:50:14Z)

réussir cet exploit après 112 heures de formation, ça demande un degré de nullité sans doute assez concurrentiel

> j’ai modestement raté mon permis après 2 ans de conduite accompagnée. Ca m’a beaucoup contrarié, et pour me sentir moins nul j’ai postulé l’incompétence de l’examinateur. Merci déjà de nous avoir épargné une telle stupidité. Depuis, j’ai fait l’équivalent de plusieurs tours du monde en tours de Paris à 80 km/h. J’ai vu des voitures aplaties, des flaques de sang, et des gens allongés sur la chaussée : des morts. J’ai compris que sur la route, l’important ce n’est pas la performance au permis, que la vraie nullité se trouve ailleurs, et qu’elle est dramatique.

Olivier Bailleux (2019-06-14T13:26:19Z)

J'ai eu le même problème lors de ma première tentative pour le permis voiture (il y a 36 ans), mais j'explication me paraissait simple :
Je ne parviens pas à faire deux choses en même temps. Or la règle, aux balises, était de ne s'arrêter que si un véhicule arrivait sur la route prioritaire. Mais pour voir si un véhicule arrivait, il fallait que je m'arrête. Le jour du permis, je n'ai pas réussi à gérer, et comme un véhicule arrivait, l'examinateur a dû freiner à ma place.
Aujourd'hui encore, je pense qu'on devrait inciter les débutant à s'arrêter systématiquement aux balises, jusqu'à ce qu'ils acquièrent l'expérience pour ne plus s'arrêter systématiquement. J'ai eu le permis un an plus tard, mais j'étais hyper stressé à chaque fois que je prenais ma voiture, jusqu'à ce que j'achète un véhicule à transmission automatique qui m'a permis de focaliser toute mon attention sur la circulation !

Cigaes (2019-06-14T10:37:07Z)

@Fabrice : J'ose espérer que le moniteur suggérait de se « bourrer la gueule » juste après l'échec pour ne pas y penser, et pas juste avant la prochaine tentative pour se donner du courage liquide.

Fabrice (2019-06-14T07:09:10Z)

Plutôt que de suivre l'étrange conseil du moniteur — boire de l'alcool —, une solution pour limiter les effets du stress pourrait être de prendre du propanolol — si ce n'est pas dangeureux [#], mais je ne crois pas —. Un ami commun, également motard, en avait pris sur mes conseils indirects pour le permis voiture et — placebo ? — cela avait « marché », après plusieurs échecs [qui ont tendance à augmenter le stress lors de l'épreuve].

[#] Mon père m'avait suggéré d'en prendre pour des oraux de concours, ce que je n'avais finalement pas fait. Par contre, il m'avait conseillé de faire un test (que j'avais fait), avant, pour adapter si nécessaire la posologie.

JML (2019-06-13T17:54:24Z)

@Vicnent Je ne suis pas un Jean Marie ni d'Italie mais je suis sûr que ton message d'amitié virile rapprochée trouvera son destinataire ;) Il n'y avait aucun commentaire publié quand j'ai rédigé le mien.

Le message de mummy m'a fait penser que le seul cas où le meilleur conducteur du monde ne commet jamais l'erreur de signaler d'avance un changement de direction par clignotant pour revenir ensuite sur sa prévision, c'est quand il est sur un trajet qu'il connaît déjà… Ça m'est arrivé plein de fois de déclencher le clignotant avant de me rendre compte que je m'apprêtais à tourner dans un sens interdit, ou de suivre quelqu'un qui commet cette étourderie…

Régis (2019-06-13T17:42:08Z)

Ca arrive de rater la conduite au permis de conduire! Tiens, moi par exemple, je l'ai loupé la première fois. Ce n'est pas que j'aie commis de faute éliminatoire: c'est simplement que je n'étais pas sûr de moi, que j'ai roulé comme une mémé en m'appliquant si scrupuleusement que l'inspecteur m'a trouvé un peu bleu. La confiance en soi, ça demande du temps…

mummy (2019-06-13T16:34:00Z)

Quand je compare avec toutes les infractions que je vois allègrement commises tous les jours par les motards ou autres quand je suis au volant, les fautes que tu as faites sont vraiment vénielles (et en plus, c’est l'inspecteur qui t'en a fait faire !!!). Tout ça n'est que partie remise, pas grave, après ça tu seras un as de la moto(même si j'aimerais mieux au final te savoir dans une voiture que sur une moto…)

Cigaes (2019-06-13T13:23:25Z)

@Vicnent

Quand tu dis que tu veux ne “pas essayer de faire de la psycho à deux balles”, ça concerne aussi les raisons qui te poussent à prendre plaisir à enfoncer notre hôte ?

Anonymous wombat (2019-06-13T12:26:22Z)

Vicnent : Quand je lis "je me suis loupé en beauté", "j'ai fait une faute éliminatoire", "(moi) le candidat qui est prêt à tourner dans un sens interdit", je n'ai pas le sentiment que David essaye de nier que c'est SON échec ! Ensuite il peut chercher les mécanismes de son échec, ça ne veut pas dire qu'il en nie la responsabilité. "Stress" est peut-être trop générique comme explication. Mais si c'est vrai que ses dernières leçons se passaient très bien, ton explication à toi Vicnent, que David "intellectualise" trop, ne tient pas non plus, puisqu'il "intellectualisait" autant ses leçons, et les repassait aussi sur Google Maps. Sinon, d'accord avec la fin de ce que tu dis.

Moi ça me fait penser au chagrin d'un amour non réciproque - un rateau, quoi. Pour la personne qui le subit, ça semble la fin du monde. Ça peut être difficile pour les autres de faire preuve d'empathie : tu restes en bonne santé, tu n'as rien véritablement "perdu"… David, tu t'es déjà pris des rateaux ?

Vicnent (2019-06-13T10:48:57Z)

JML : DANS MES BRAS
(c'est bien Jean Marie d'Italie hein ? Tu avais lu mon commentaire avant de faire le tien ?)

JML (2019-06-13T10:01:36Z)

« Et le truc avec le stress, c'est qu'il sera forcément bien pire la fois suivante. » Au plan le plus technique, cet énoncé est une malédiction ; un évènement négatif que tu poses dans l'avenir d'une personne, en l'occurrence toi. Tu t'interdis d'avance de surmonter ta difficulté.
David Madore n'est pas un mauvais garçon ; je ne crois pas qu'il ait besoin, là tout de suite, que tu le punisses ; je crois plutôt qu'il a besoin que tu l'aimes ;)

Le stress, au-delà de sa physiologie directe, est un phénomène psychique ; c'est une organisation psychique qui favorise (ou prévient) son apparition. L'intellect n'est pas un outil de grande efficacité quand il s'agit d'aborder son propre fonctionnement psychique (au contraire d'un fonctionnement mathématique, éminemment abordable pas l'intellect). Il n'est question que de pragmatisme, de lucidité, et de résolution ferme, d'avancer pas à pas, d'acquérir l'expérience de ses échecs pour accumuler quelques réussites. L'intellect se soumet trop à la préservation du statu quo psychique ; dépenser beaucoup d'énergie à analyser son fonctionnement psychique, c'est comme payer un enquêteur décidé à protéger l'assassin ; l'intellect n'est prêt à penser le changement psychique que quand ce dernier est mûr, en cours d'accomplissement, déjà accompli.
C'est vraiment étonnant, un psychisme ; pourquoi diable ce machin s'accroche-t-il avec autant de vigueur, manifestement sous l'angle d'une question de vie ou de mort, à des aspects de son fonctionnement qui sont pourtant si délétères au bien-être de l'être humain qui l'héberge ? Je suis tenté de chercher une explication d'une part dans l'état tragique du bébé, sommé sous peine de mort biologique d'obtenir des adultes qui l'entourent qu'ils lui apportent les soins nécessaires, prêt à soutenir l'adulte jusque dans les maltraitances, à se couler dans toutes les fictions auxquelles l'adulte s'accroche ; d'autre part dans une inertie du psychisme, qui s'est profondément imprégné, dans sa structure même, de ce qui a été nécessaire par le passé, et ne se laisse pas facilement modifier par le doux signal qu'un monde différent est maintenant possible. Parvenir à évoluer serait alors revenir sur un rapport au monde qui a été, par le passé, garant de survie, ou du moins vécu comme tel ; il n'y a pas de garantie absolue qu'il n'y ait pas d'erreur dans cette évolution, c'est-à-dire qu'il y a bien une perception de risque mortel, devant lequel un raisonnement de type « tu peux bien lâcher prise là-dessus, il ne va rien t'arriver » a une force bien faible. On en arrive à des formulations paradoxales du genre « vivre, c'est accepter de mourir un peu ».

De manière plus concrète, cela t'aide-t-il de te rappeler qu'il s'agit juste d'une frustration à vocation passagère sur un sujet de faible enjeu, comparé, je ne sais pas, à la chance que tu as de profiter d'une absence de douleurs chroniques invalidantes qui te permet, dans un contexte de risque faible d'apocalypse zombie, le luxe d'expérimenter l'échec au permis moto ? ;)
Ou bien connais-tu les trucs classiques pour favoriser l'émergence d'émotions positives en soi, comme celui de 1) se relâcher musculairement 2) se plonger dans le ressenti que l'on a envers un être cher, ou un lieu réel ou imaginaire qui apaise, ou la fierté d'une réussite ?

Mouton (2019-06-13T09:00:47Z)

Le conseil, ce serait de rester au même endroit, maintenant que tu es presque au bout, ça te permettra de continuer à avoir des leçons sans interruption (transfert de dossier, par exemple), et être dans une moto-école ou une autre ne devrait plus changer grand chose maintenant. Je ne crois pas que les délais soient si longs que ça. Mais bon, je peux me planter, c'est un avis non expert.

Quant à des exemples de personnes qui ratent le permis, j'en ai vu pas mal, en particulier une nana qui s'est plantée 3 fois sur le plateau (je n'ai pas vu de gens se planter en circu, mais il n'y avait personne d'autre avec moi ce jour là).

Il me semble que l'avoir passé une première fois aura quand même comme avantage que tu seras plus détendu à la suivante, non ? Je veux dire : tu n'as pas complètement perdu ton temps.

Vicnent (2019-06-13T08:47:13Z)

on va pas essayer de faire de la psycho à deux balles mais :
- t'as _peut être_ raté
_ à cause du stress ou est-ce une conséquence ?

J'ai cru lire à un moment que tu avais passé beaucoup de temps dans Google street view à essayer de repérer les pièges etc alors qu'il y a peu on parlait de 'machine', de 'lacher prise', 'd'émotion', de 'vivre dans l'instant présent'… Tu t'es focalisé comme un cinglé sur un événement et tu t'étonnes ensuite de ne pas être serein émotionnellement au moment où il faut l'être et que de ce fait, il aura juste fallu 65m pour que t'exploses.

Quand je lis dans ce billet :
- "Pourquoi ? Je ne sais pas."
- "Le stress a dû jouer, je suppose"
je me rends compte aussi que tu n'assumes pas que c'est TON échec. (visiblement, soit tu ne sais pas, soit c'est le stress. Mais visiblement, ce n'est pas toi, ni ton comportement, etc…) D'ailleurs le titre du billet est bien "Débriefing d'un échec au permis moto" et non "Débriefing DE MON échec au permis moto"

Une bonne chose est ce billet, au moins, tu évacues.

Mais essaie aussi d'intégrer que toi, et toi seul a merdé et que c'est toi le responsable à 100%. Pour la prochaine, essaie d'en avoir une approche plus cool, notamment en essayant de moins y penser, en essayant de te focaliser sur autre chose (travail, lecture, série, sexe…), en essayant des démarches types relaxations, coaching… Échouer n'est pas grave selon un point de vue d'entrepreneur : c'est faire, c'est essayer, mais surtout c'est tirer des leçons. Ce qui est grave c’est de re-échouer pour les mêmes raisons.

Bref, essayer d'avoir une démarche où il ne faut PAS
- se dire qu'on peut rater
- qu'il faut absolument l'avoir
Mais bien d'assumer que TU passes une épreuve et que TU t'y prépares correctement. (physiquement, émotionnellement)

courage ! (et dis toi aussi qu'un jour, cet échec (qui n'en est pas encore officiellement) ne sera qu'un souvenir dont on sourira, et juste après, on mettra la poignée en coin. :-)


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 313269


Recent comments