Comments on À propos des passages piétons

mummy (2019-04-01T17:54:06Z)

@baleine en brocolis: une personne sensée ne traverse pas une rue sans même jeter un coup d'oeil sur sa gauche !!! Cette joggeuse est à mettre soit dans la catégorie des obnubilés qui ne peuvent supporter être ralentis dans leur course par aucun obstacle, soit dans la catégorie des amateurs distraits par leur walkman sur les oreilles (vu le look, elle doit en avoir un)

Baleine en brocolis (2019-03-30T21:24:19Z)

@mummy

> C'est le type même de l'irresponsable bobo toute sautillante dans son bel équipement de sportive du dimanche : affligeant.

J'ai pas compris. Vous arrivez à ranger les gens dans des cases juste avec ça ?

U+202F NARROW NO-BREAK SPACE (2019-03-28T12:25:57Z)

Une autre différence amusante est comment sont indiquées les zones où le stationnement est autorisé pour une certaine durée maximale, et plus au-delà. Au Luxembourg, c'est un panneau d'interdiction de stationnement avec le texte "excepté 2h" alors que d'autres pays mettent un panneau "emplacement de stationnement" ("P" blanc sur fond bleu) avec en-dessous un texte du genre "maximum 2h".

ooten (2019-03-27T14:33:25Z)

Les nouveaux systèmes de freinage d'urgence apportent vraiment une amélioration considérable pour éviter les accidents qui se produisent dans ce type de circonstance. Je viens de voir la vidéo, effectivement ce fut hyper chaud et la nana qui traverse comme ça est vraiment une inconsciente !

PLD (2019-03-27T13:31:49Z)

Pour la joggeuse, il est possible que la voiture stationnée à droite, à contre-sens de circulation, presque sur le passage piéton, l'ait induite en erreur en prenant la rue pour une rue à sens unique.

GHP (2019-03-26T23:12:16Z)

pour l’ambiance années soixante, voir évidemment le film de Godard, Week-end, 1967

GHP (2019-03-26T23:04:02Z)

il n’y avait aucun marquage au sol sur les routes non plus ! pas de limitation de vitesse avant les années 70 (je ne sais plus quelle année exactement). Plus de 10000 morts annuels (dix-mille, oui). En 1968 j’ai voyagé avec un copain avec sa DB5, à 160 miles/heure sur l’autoroute A6 (Paris-Avallon), il lui fallait un sacré sens d’anticipation pour freiner lorsqu’il apercevait une Dauphine sur la 3e voie au loin, 150 km/h de différence! Ma moto BMW ne dépassait pas 160 km/h, mais c’était grisant de rouler de front avec un autre motard en se dépassant lentement dans la vitesse. Bien sûr il y a longtemps que j’ai arrêté tout ça, mais rien ne m’interdirait de reprendre, en respectant les limitations actuelles, les permis voitures et motos étant donnés pour la vie, ce qui m’étonne. Les choses ont beaucoup changé, en bien pour la sécurité de tous. Autre changement : une chambre de bonne s’achetait à Paris pour le prix d’une moto BMW, aujourd’hui une moto BMW est très chère, il en faut pourtant plusieurs pour égaler le prix d’une chambre de bonne.

Ruxor (2019-03-26T22:07:49Z)

@GHP: Une chose qui me frappe en regardant des images ou films du Paris des années '50–'60, ce n'est pas seulement que les rues étaient pavées, c'est aussi l'absence totale (ou quasi-totale ?) de marquage au sol : pas de séparation de voies, pas de flèches de directions, pas de places de stationnement, etc. Alors que de nos jours le sol est couvert de tels marquages. Je ne sais pas si le film <URL: http://www.youtube.com/watch?v=y8L52Jap-70 > est représentatif (à part qu'il est évidemment accéléré), mais ça semble assez… chaotique.

J'ai aussi été très surpris d'apprendre que les premières limitations de vitesse sur les routes sont apparues dans les années '70.

GHP (2019-03-26T20:32:46Z)

Je confirme qu'au temps des "passages cloutés" que j'ai bien connu (le temps), connus (les passages cloutés), les clous étaient plantés pointe en bas.
Je ne me rappelle cependant pas si lesdits passages cloutés existaient ou non en l'absence de "feu rouge", comme on dit en parlant des feux tricolores (eng. traffic lights), mais comme il y avait beaucoup moins de ces feux de signalisation, je suis sûr que oui. Une amie d'une génération encore plus âgée que la mienne m'a raconté que lorsque en son jeune temps on avait inventé les passages cloutés, les piétons avaient vigoureusement protesté de ne plus pouvoir déambuler sur la chaussée, liberté que notre maire Hidalgo regrette sans doute beaucoup. Or, n'est-on pas revenu à cette lointaine époque avec les "espaces partagés" (je ne suis pas sûr de l'appellation, n'ayant pas lu le Code de la route depuis mon permis de conduire en 1964)? Pour être complet, j'ajoute qu'en ces temps lointains, des deux-roues circulant sur le trottoir, ça n'existait pas, et que si l'un s'y risquait, il gagnait une prune offerte par un "agent de la circulation", ou un "agent de la paix", il y en avait beaucoup dans les rues. Quant aux passages arc-en-ciel-gay du Marais…

mummy (2019-03-26T20:24:40Z)

Cette joggeuse totalement inconsciente aurait en plus pu provoquer une collision en chaîne si tu avais été suivi d' autres véhicules…C'est le type même de l'irresponsable bobo toute sautillante dans son bel équipement de sportive du dimanche : affligeant.

Cigaes (2019-03-26T15:22:56Z)

Pour régler le problème du marquage, on peut exploiter la technologie. Je soupçonne que de nos jours on doit être capable de faire des bandes qui luisent légèrement à un prix raisonnable. J'imagine quelque chose comme un plastique transparent faisant guide d'ondes et une extrémité avec quelques LED. On pourrait en utiliser, en s'assurant qu'elles soient assorties à la couleur des feux.

Par exemple, on pourrait faire en sorte que les côtés des zébrures luisent de la même couleur que le feux correspondant à la direction qui les franchit : les grand côtés, qui sont parallèles à la direction de la route donc orthogonaux à la direction de traversée des piétons, luisent de la même couleur que le feu piéton ; les petits côtés de zébrures, qui sont orthogonaux à la direction de circulation des voitures, luisent de la couleur opposée.

Si en plus les bandes luisantes peuvent être conçues de manière à diffuser plus de lumière vers les côtés que dans leur axe, ça peut rendre les choses très pratiques.

(Est-ce que ma description est claire ?)

Si le feu est vert pour les voitures, il est rouge pour les piétons, donc les conducteurs voient les zébrures bordées de vert bien visible et de rouge fuyant, et savent que les piétons ne sont pas prioritaires. Si le feu est en panne, les bandes ne luisent pas, donc le passage revient un passage prioritaire automatiquement.

Il faudrait vérifier que ça marche bien avec les interactions compliquées, mais je pense que ça pourrait être satisfaisant.

frenicle (2019-03-26T14:19:17Z)

@ooten

Pour une personne décédée, il peut y avoir un préjudice économique important à indemniser. C'est le cas par exemple d'une personne à haut revenu, chargée de famille, avec des enfants en bas âge, et dont le conjoint ne travaille pas.
Bien sûr, si au lieu de décéder, cette personne devient tétraplégique avec assistance obligatoire d'une tierce personne à vie, c'est encore bien plus cher.

ooten (2019-03-26T12:27:57Z)

J’ai cru entendre récemment aux infos tv qu’une campagne de répression contre le non respect de la priorité des piétons à Paris allait être engagée. Sinon je conçois très bien les coûts faramineux d’un blessé grave d’un accidenté de la route mais quid d’une personne qui perd la vie ? Pour moi c’est beaucoup moins mais peut-être que je me trompe 🤔

Ruxor (2019-03-26T11:31:18Z)

@N: En tant qu'apprenti motard je ne peux de toute façon qu'être d'accord avec le fait que les scooters sont la pire engeance qui soit. 😁

N (2019-03-26T11:21:21Z)

Salut,

Je me suis fait renverser par un scooter rue de Rivoli [*] il y a quelques années.

[*] https://www.google.fr/maps/@48.8552411,2.3609974,3a,75y,124.65h,71.12t/data=!3m6!1e1!3m4!1s9VENvEOg3e4mm3WxIrhrVA!2e0!7i16384!8i8192

Le scooter était très loin, probablement 25m, je me suis engagé tranquillement sur le passage piéton, et le scooter m'a percurté (il devait croire que j'allais le laisser passer, et il n'a pas dévié sa trajectoire, alors que c'était tout à fait possible, il n'y avait personne et j'étais presque au milieu de la route quand il m'a percurté ; les scooters ont l'affreuse tendance de rouler à gauche de leur voie, presque à gauche de la route.)

Une fois chû, je me suis relevé avec difficulté et un peu sonné (mais heureusement le scooter a dû me percurter à 10 km/h, rien de grave).

Le conducteur m'a alors copieusement engueulé. J'ai mis 5s à me relever et à retrouver mes esprits, et là, j'ai hurlé. Comme je suis chanteur d'opéra, ça l'a un peu sonné. Il m'a alors expliqué que je n'aurais pas dû traverser, parce que lui est passé au feu vert.

Je lui ai alors calmement expliqué que j'avais un passage piéton sans feu, ça ne l'a pas convaincu, il a recommencé à hurler, mais j'ai hurlé plus fort, et j'ai expliqué que je pouvais, là, tout de suite, feindre un mal de dos inexplicable et impossible à vérifier, avoir un arrêt maladie prolongé, et porter plainte contre lui afin qu'il paye de sa poche mon manque à gagner. (Je suppose que c'est du pipo, mais je cherchais un moyen de lui faire entendre raison.)

Il m'a enfin demandé «ça va ?», je lui ai répondu «casse-toi».

J'ai mis plusieurs mois à me remettre, non pas de la blessure légère, mais de la violence psychologique de se faire hurler dessus par un pauvre type qui vient de me renverser, et surtout ensuite d'avoir moi-même hurlé (je suis plutôt calme, je ne braille que sur scène en général.)

Tout ça pour dire que je suis parfaitement d'accord qu'il y a un problème à Paris sur le sujet des passages piétons. (J'ai envie de dire «les scooters», mais effectivement «les passages piétons sans feu», c'est un autre moyen de le dire.)

J'aime bien l'idée d'assortir le passage piéton sans feu d'un panneau, tout simplement, et à des clous en sus au sol, voire des petits réflecteurs au sol à la place des clous.

Nick (2019-03-26T11:19:25Z)

Sinon, tu n'as pas le bon vocabulaire:

Dans la situation de la vidéo, je dois dire:
A) Ouh-là! (Je n'ai pas bien entendu si tu disais putain avant, mais c'est un putain de situation et non d'invective, ça ne compte pas)
B) Connasse! (en ouvrant la fenêtre pour qu'elle entende bien)

la bonne réponse est B évidemment.

Nick (2019-03-26T11:14:14Z)

Cette histoire d'indemnisation des piétons n'est, d'après moi, qu'une mesure technique pour ne pas obliger les piétons à se couvrir contre les risques d'accidents de la route(*). On fait payer aux automobilistes qui ont une obligation de payer une assurance responsabilité civile. C'est Badinter qui avait introduit cette loi pour couvrir les piétons et ça semble de bon sens, vu qu'aucun piéton ne songe à payer pour ce risque-là (causer un accident de la route) et que se risque-là engendre souvent beaucoup de frais pour le piéton lui-même. D'ailleurs, la loi ne dit pas que le conducteur est "responsable" elle dit juste que le piéton est "indemnisé". Je pense que l'on a même pas de malus si on renverse un piéton qui était dans son tort. Cette page semble corroborer.
<http://www.palais-de-la-voiture.com/2017/06/accident-avec-pieton-qui-paye.html>)

Sinon, j'avais entendu parler d'un piéton bourré sur autoroute qui a été indemnisé, sa faute n'ayant pas été reconnue comme inexcusable. Mais c'est un souvenir vague d'une émission de france info. (la page citée parle de faute inexcusable en cas d'ivresse (certes interdite sur la voie publique).

(*) D'ailleurs, les automobilistes ne sont pas couverts pour leur santé des dommages résultant d'un accident qu'ils causent.

PlopProut (2019-03-26T09:27:35Z)

Merci pour cet article (dont je partage les réflexions).
Juste un petit point : corriger "si un autoroute heurte accidentellement" en "si un automobiliste heurte accidentellement" ;)

Ruxor (2019-03-26T08:29:05Z)

@me: Ah non, c'est en « zone de rencontre » (ou, bien sûr, dans une aire piétonne) que les piétons peuvent traverser partout et sont systématiquement prioritaires, pas en zone 30 : voir <URL: http://www.madore.org/~david/weblog/d.2017-07-17.2452.html#d.2017-07-17.2452 > où j'aborde ce sujet plus en détails.

me (2019-03-25T22:14:06Z)

Il y a aussi toute la question des passages piétons en zone 30 qu'il faudrait aborder.
Le marquage au sol est parfois différents.
Parfois pas.
La regles des 50m s'applique si c'est une passage zebra.
Mais sans passage zebra les pietons peuvent traverser partout ils sont systématiquement prioritaires. Meme sur les vélos.
Je connais un "passage" non symbolisé par un zebra (il y a des pavés) cadencé par un feu et en zone 30 je sais absolument pas comment ca marche si je traverse 10 m avant la zone symbolisée au sol par les pavés…


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 1cdb6c


Recent comments