Comments on Ruxor apprend (péniblement) à conduire

Dyonisos (2017-09-04T18:14:57Z)

La pratique aide beaucoup. Dans le cas où ça bouchonne mais pas au point de laisser pendant longtemps à l'arrêt, je me mets souvent spontanément en première et là il suffit sans aller au point mort avec la boite de vitesse de remonter le pied de la vitesse pour être en position d'équilibre pour l'arrêt et de le pousser plus avant de nouveau pour avancer.

Ruxor (2017-09-03T15:25:24Z)

@Ilia: Sur le second paragraphe, oui, exactement, c'est le genre de choses qui m'embête.

Ilia (2017-09-03T14:51:47Z)

@Dyonisos: Quand j'avais appris à conduire, j'avais aussi trouvé le freinage pas totalement évident. Il y a une petite difficulté dans le fait de ne pas oublier de débrayer au bon moment (avec l'expérience ça finit par venir, mais au début on cale parfois).

Là où ça devient vraiment pénible, c'est quand la situation (dans un bouchon par exemple) ne permet pas clairement de savoir s'il faut s'arrêter complètement, ou continuer à rouler un petit peu. Il arrive alors parfois de se dire qu'on va continuer à rouler, et du coup ne pas débrayer, mais en fait devoir ralentir tellement que la voiture cale (ou en tout cas se met à trembler fortement).

Dyonisos (2017-09-02T23:25:32Z)

Je ne comprenais pas ce que j'avais lu ici dans tes réponses aux remarques :
"pour freiner : commencer à freiner, débrayer d'un coup, finir de freiner)" et j'y ai repensé en conduisant récemment. Ben…je ne saisis toujours pas.
Quand on veut freiner, il suffit d'appuyer sur le frein et quand la vitesse diminue suffisamment on débraie naturellement sur le point mort, et continue chemin faisant à actionner doucement le frein. Je n'ai pas l'impression d'ailleurs qu'il y a un découpage : quand je débrayer, j'ai toujours l'action sur le frein il me semble. Je n'ai jamais été un as de la conduite, mais ce problème me paraît faussement tiré par les cheveux.

N (2017-08-31T10:07:46Z)

Salut,

J'ai eu la chance d'avoir un moniteur d'auto-école qui m'expliquait la nécessité de chaque mouvement imposé. Dans mes souvenirs, le chevauchement, ça sert à garder une grande force dans toutes les positions : c'est-à-dire que si les roues (et le volant) se mettent à faire une énorme rotation, on a assez de puissance pour diminuer le mouvement. «Glisser» ses mains, c'est accepter de lâcher un peu le contrôle.

J'imagine qu'aujourd'hui, le volant n'est plus du tout relié «directement» aux roues, donc on a besoin de moins de force, et alors ce mouvement n'est réservé qu'aux vieilles voitures et au Formule 1… Avec ma vieille voiture j'ai nettement besoin d'avoir de la force pour tourner, parce que la voiture a vraiment envie d'aller tout droit et de ne pas tourner, parce que le volant est relié aux roues de façon plus immédiate que dans les nouvelles voitures.

Par ailleurs, ça évite que les roues ne braquent follement (ça devait pouvoir arriver naguère -- c'est en tout cas comme ça que j'imagine ça, ça m'a aidé à me convaincre), puisque tu les contrôles toujours tout le temps, sauf au retour. Vouloir contre-braquer en chevauchant les mains, c'est un mouvement très pratique pour les créneaux, et aussi pratique pour empêcher le volant de redevenir droit, si on veut continuer à tourner… c'est un mouvement que j'utilise rarement mais qui a vraiment une grande utilité, en tout cas, encore une fois, avec les vieilles voitures : il faut imaginer qu'on fait, avec les vieilles voitures, non pas un angle droit avec le volant pour tourner à angle droit, mais plutôt un angle plat… et ça demande du muscle !

Ça m'a toujours beaucoup étonné qu'on apprenne à conduire avec des voitures neuves d'entrée de gamme, alors que les gens (notamment les jeunes) vont probablement avoir une voiture un peu vieille au début, du coup il y a des vraies surprises au début.

Au passage, heureusement, l'examen du permis est (toujours ?) pratiqué sur la voiture avec laquelle on a appris à conduire. C'est très rassurant.

J'ai un souvenir agréable de mes cours de conduite (contrairement au code), grâce à mon moniteur en fin de carrière -- elle était très «scientifique». J'avais plutôt un profil précautionneux comme toi, et elle m'a poussé à dépasser ça très adroitement, en m'obligeant à apprendre des listes de vérification (comme celles que tu récites) en visualisant clairement la *latéralité* de ces listes (le volant au centre, les 3 miroirs, le levier de vitesse à droite, les deux clignotants, les 3 pédales).

J'ai fait aussi énormément de cauchemars concernant le fait que je me trompais de pédale, ou que mes pieds n'atteignaient plus les pédales, ou que je n'avais plus qu'un pied pour conduire… ça m'a pas mal formé le cerveau je crois. :)

Camille (2017-08-30T10:00:43Z)

Je change un peu de thème en délaissant la partie mécanique (j'ai appris il y a bien trop longtemps pour me souvenir de mon apprentissage de cette partie, je sais juste que c'est maintenant complètement inconscient).

Quand on conduit, on fait un certain nombre de contrôles visuels. Avez-vous vérifié consciemment que cette liste de contrôles était suffisante pour éviter les accidents ? En faisant des hypothèses diverses sur les contrôles effectués par les autres usagers ? Je l'ai fait et je pense ne pas être le seul mais je fais ici un petit sondage.

Ruxor (2017-08-30T09:25:58Z)

@Ragondin, @"Le conducteur des autres": Il y a différentes raisons et pressions extérieures, mais un élément important est que l'école où je travaille va déménager sur le plateau de Saclay à la rentrée 2019, et même si je compte utiliser globalement les transports en commun, pouvoir y aller en voiture de temps en temps me sera certainement indispensable.

@Mouton: Merci pour la précision, c'est une possibilité que je garde à l'esprit.

@xavier: Faudrait arrêter de me prendre pour un extra-terrestre, aussi… Évidemment qu'il faut que certaines actions entrent das la mémoire procédurale et deviennent des automatismes (j'ai appris à taper à l'aveugle sur un clavier — sans m'en rendre compte, d'ailleurs, et de façon non-canonique — quand j'étais petit, et je sais bien que je tape sans réfléchir à chaque lettre que mes doigts frappent) ; et ça se fait à force de répétition ; mais on ne peut pas mémoriser un geste en se disant dès le début « je ne vais pas y réfléchir », si on le fait immédiatement sans réfléchir, on fait n'importe quoi (dans le cas de la voiture, on cale, on secoue, etc. ; dans le cas du clavier, on ne dit pas aux gens « commence tout de suite à taper sans regarder le clavier et sans réfléchir où sont les touches »).

@Tez: Il y a certainement un optimum à trouver dans l'intervalle entre deux séances, mais il n'est pas évident à prévoir a priori, et j'ai dû placer les créneaux dès le début. J'en fais deux (de 2h chacune) par semaine, j'ai essayé d'en mettre une en début de semaine et une en fin de semaine, c'est peut-être quand même trop (ou au contraire trop peu), mais bon, il fallait prendre une décision en tenant compte de toutes sortes de facteurs…

Tez (2017-08-30T08:21:39Z)

Je ne sais pas si cette expérience est transposable à votre cas, mais me concernant, j'avais parfois pris plusieurs heures de cours d'affilée ou la même semaine et parfois très largement espacé mes leçons. Il se trouve que j'avais bizarrement toujours fait plus de progrès après ces longues périodes sans conduite. Qui plus j'avais l'impression d'avoir acquis des automatismes, les choses me semblant tout à coup plus naturelles que lorsque je tentais de conduire intensivement.
(Merci pour la vidéo, je comprends mieux cette histoire de chevauchement).

Dyonisos (2017-08-29T23:49:47Z)

Je n'aimais pas trop mes premières heures de conduite, notamment parce que j'étais également obnubilé par l'aspect technique du contrôle de la voiture, le passage des vitesses surtout, le stationnement etc. Avec un peu d'expériences, c'est à peu près équivalent au degré de concentration qu'on exerce pour se tenir en équilibre sur un vélo et l'attention peut enfin être correctement dévolue à l'observation de l'environnement (et éventuellement à… la musique dans la voiture) et alors la dimension anxiogène de la conduite diminue sec. Pour ma part, le simple fait de tenir de longues distances de sécurité, ce qui n'est aucunement l'usage pratique majoritaire et, quand un connard me colle (au début je faisais l'erreur d'accélérer, hors de question depuis plusieurs années) de m'arranger pour le laisser passer via un bas côté par exemple sont des habitudes qui jouent dans la neutralisation relative de la peur des accidents. Par contre, j'ai toujours horreur des conduire sur Paris : trop de trafic, trop de voitures, trop de stress. Et l'expérience n'y changera à jamais rien. J'y "transportise-public" le plus possible.

xavier (2017-08-29T20:27:27Z)

Pavlov…c'est le niveau de l'immense majorité des actions de conduite.
Tant que tu utiliseras un peu plus que les fonctions basiques de ton cerveau pour conduire, soit tu n'arriveras pas à avoir ton permis soit tu seras un danger public.

"Sinon, pour ce qui est des choses auxquelles penser, par exemple : il faut penser à débrayer au bon moment pour ne pas caler (pour démarrer : vérifier que le frein à main est desserré, débrayer, passer la première, lâcher le frein, accélérer à ~1500rpm, débrayer juste ce qu'il faut pour commencer à patiner, attendre un moment, finir de débrayer"
Non. justement pas. il ne faut pas penser aux tours par minutes ou à je ne sais quoi. C'est du pur bon sens de base. Tu n'as pas envie que le moteur se mette à faire un gros bruit, c'est tout. Si tu penses "1500rpm" c'est mauvais. Ecoute le moteur. Pour l'embrayage c'est la même chose. Il n'y a rien à penser. Pour le frein à main c'est également un gag : Tu vas démarrer avec le frein qlqs fois, ça va faire bip bip et ensuite,tu vas le toucher à chaque fois, sans même t'en rendre compte, pour soit l'enlever soit voir qu'il n'était pas mis.

Bref, arrête de penser (je sais, ça t'est impossible :( )

Le conducteur des autres (2017-08-29T12:38:59Z)

C'est quand même curieux ! Anne Hidalgo fait tout ce qu'elle peut pour dégoûter les Parisiens de la conduite automobile et toi tu décides de devenir un conducteur du dimanche à quarante ans passés !

Tu as l'esprit de contradiction ?

Geo (2017-08-29T10:09:55Z)

> Un commentaire perso : la conduite c'est hyper sympa

J'avais ce sentiment les premières années, mais après 20 ans de conduite, ce n'est plus un plaisir, et c'est même parfois franchement désagréable (la conduite en ville notamment).

Mouton (2017-08-29T09:59:47Z)

Je signale à tout hasard que la règles sur le passage automatique => manuel a changé en 2016.

Si tu as du mal avec les vitesses, tu peux faire comme une amie à moi :
- passer le permis en automatique (plus facile, tu peux te concentrer sur les trucs importants, les contrôles, la lecture des situations et des infos)
- conduire des automatiques (ça te donne accès aux autolib, par exemple)
- repasser la formation 7h pour avoir le permis manuel 6 mois après (ou plus tard)

https://www.permisapoints.fr/legislation/simplification-permis-voiture-automatique-161110

Selon les auto-écoles, une formation "7h", c'est une journée (ça a été le cas pour moi pour la formation 125cm³, et c'était plutôt une journée agréable.

Dans tous les cas, essaye, dès que tu auras un permis, de te forcer à conduire. Si tu ne conduis pas beaucoup, c'est un cercle vicieux, et le permis in fine ne sert à rien (c'est ce qui est arrivé à une frangine, qui ne conduit jamais, et qui aurait besoin de reprendre des cours pour pouvoir conduire efficacement).

Touriste (2017-08-29T04:44:36Z)

@ zEgg

La Suisse étudie la possibilité de supprimer les restrictions à l'utilisation du permis pour les conducteurs l'ayant passé en automatique.

<URL: https://www.rts.ch/info/suisse/8855753-conduire-une-voiture-manuelle-avec-un-permis-automatique-bientot-possible-.html >

Ruxor (2017-08-28T21:58:21Z)

@zEgg: Oui.

zEgg (2017-08-28T21:56:30Z)

Est-il possible de passer le permis avec une transmission automatique, quitte à ne pouvoir conduire que de telles voitures ?

Ragondin (2017-08-28T14:53:15Z)

Au fait quelle est ta motivation pour passer le permis?
Qu est ce qui a changé par rapport aux années passées depuis ta majorité?

Columbo come back (2017-08-28T08:50:29Z)

Faut pas s'inquiéter : l'inspecteur Columbo était un très mauvais conducteur et pourtant il avait une très bonne voiture, une Française, une Peugeot 403 cabriolet décapotable !

Ruxor (2017-08-28T07:36:51Z)

@sbi: Mon problème de transfert de dossier venait du fait que l'auto-école où j'avais eu été inscrit [ça mérite bien un temps vraiment-plus-que-parfait] n'avait plus mon dossier. La résolution s'est faite en attendant assez longtemps que la préfecture retrouve le dossier en question de ses cartons.

Sinon, si tu as appris à conduire (au moins assez pour présenter le permis), puis oublié, puis tout réappris à partir de zéro, c'est peut-être bien, en fait : j'ai l'impression que je sais d'autant mieux quelque chose que je l'ai oublié et réappris n fois. Peut-être que si tu réapprends une nouvelle fois, tu conduiras très bien !

sbi (2017-08-28T03:33:31Z)

Cela remonte à 1994 donc mes souvenirs se sont un peu estompés mais je souris
un peu en me remémorant les bribes suivantes:

1/ l'association des élèves de mon école proposait une formule suite à une
négociation avec une auto-école (deal pas si avantageux que ça finalement)

2/ j'ai échoué deux fois l'examen pratique à Lyon, la première fois j'ai dû
faire une mauvaise impression irréversible dès le démarrage (ou sa checklist);
la deuxième fois peut-être une erreur dans les vitesses 4 ou 5 en entrant ou
sortant de l'autoroute (exercice pas pratiqué si souvent à l'entraînement)

3/ j'ai continué et réussi dans le Nord, en transférant mon dossier dans une
auto-école locale (lors des vacances d'été peut-être… voyons… mon permis
est daté de fin octobre FWIW -- et pas de souvenir cuisant de problème de
transfert de dossier, contrairement à toi; comment ton problème kafkaïen fut-il
résolu finalement?) et lors de la première leçon dans cette auto-école, après
deux présentations déjà donc, j'ai effaré mon moniteur en lui demandant "Bon,
ça fait un moment, rappelez-moi ce que fait chaque pédale déjà?"

ooten (2017-08-27T20:17:40Z)

Un commentaire perso : la conduite c'est hyper sympa, c'est beaucoup de liberté en plus, c'est incomparable aux transports en communs qui ne la remplaceront jamais et puis j'aime bien conduire surtout depuis que j'ai une bonne voiture. Après c'est une véritable vache à lait pour l'état, les constructeurs et autres assureurs.

Régis (2017-08-27T20:00:14Z)

Ne te turlupine pas avec cette histoire de chevauchement des mains. Cela viendra tout seul quand tu auras pris tes habitudes avec la voiture. Il faut d'abord acquérir de l'aisance avec l'embrayage.

DH (2017-08-27T19:14:49Z)

Ma propre grand mère avait passé son permis à 55 ans, et le moniteur lui avait alors dit qu'il fallait environ 1h de leçon par année pour l'élève…

mummy (2017-08-27T18:29:48Z)

Dès que tu seras familiarisé avec le maniement strictement technique de la voiture, et que les réflexes mécaniques (débrayer du pied gauche, appuyer sur la pédale de frein du pied droit,etc…) seront acquis, tu pourras te fixer sur la conduite et ça deviendra plus facile. C'est d'ailleurs ce qui est tellement agréable avec les voitures automatiques : plus besoin de s'inquiéter du changement de vitesse ou d'avoir peur de caler, on n'a plus qu'à se concentrer sur la route !

sbi (2017-08-27T18:16:47Z)

Signalons aussi que pour quelqu'un qui a le droit théorique de conduire mais ne
se sent pas suffisamment en confiance pour, les auto-écoles sont capables de
proposer des cours de révision / remise à niveau il me semble (je connais
quelqu'un qui a fait cela). Je ne sais pas si c'est un gros marché,
concurrentiel, et bien sûr l'auto-école a un conflit d'intérêts à dramatiser le
niveau pour qu'on soit incité à prendre plus d'heures, mais c'est aussi une
solution.

Question de droit théorique: si un étudiant en remise à niveau fait une bêtise
pendant un de ces cours, bêtise que le moniteur ne peut rattraper (ou qu'il est
trop surpris pour intervenir), l'étudiant perd potentiellement des points sur
son permis?

Ruxor (2017-08-27T17:12:40Z)

@Tez: Il ne s'agit pas de croiser vraiment les mains longtemps, mais de faire des petits chevauchements : il y a une vidéo sur <URL: http://www.youtube.com/watch?v=SLGkyWSzYns > qui montre ce qu'il faut faire — sauf qu'il prétend que le volant revient tout seul, ce qui n'est certainement pas mon expérience, et mon moniteur me fait faire des chevauchements aussi pour le retour (et j'ai encore plus de mal avec le retour, justement !).

@sbi: On peut quand même estimer que quelqu'un qui a eu le permis et qui a tout oublié est au moins plus conscient de sa propre incapacité à conduire (et du fait qu'il sera un danger pour lui-même et pour les autres) que quelqu'un qui ne l'a jamais eu (quand on n'a jamais fait, surtout si on est jeune, ça peut sembler très facile a priori). Donc l'idée n'est pas forcément idiote.

Sinon, pour ce qui est des choses auxquelles penser, par exemple : il faut penser à débrayer au bon moment pour ne pas caler (pour démarrer : vérifier que le frein à main est desserré, débrayer, passer la première, lâcher le frein, accélérer à ~1500rpm, débrayer juste ce qu'il faut pour commencer à patiner, attendre un moment, finir de débrayer ; pour freiner : commencer à freiner, débrayer d'un coup, finir de freiner), il faut penser à des conditions qui peuvent compliquer la procédure (si démarrage en côte ⇒ procédure légèrement différente pour ne pas reculer), ou simplement diffèrent selon ce qu'on est en train de faire (si j'ai le pied droit sur l'accélérateur, pour ralentir, je lève le pied droit ; si j'ai le pied droit sur le frein, pour ralentir, j'enfonce le pied droit ; si je suis en train de rouler au ralenti en patinant en première, pour ralentir, j'enfonce le pied gauche : tout ça est débile, mais il faut que le cerveau s'y fasse). Autres exemples débiles : je prends le réflexe de mettre mon clignotant à droite avant de tourner à droite dès que je contrôle à droite que je ne vais pas frapper un deux-roues… oui mais si c'est juste que la route tourne à droite, il ne faut pas mettre le clignotant, parce que ça donne un faux message ; avant de rentrer dans un rond-point, on peut mettre le clignotant vers la gauche parce qu'on va sortir vers la gauche, mais en fait, on tourne quand même à droite parce que le sens giratoire est toujours le même, donc lever la main droite sur le volant. Etc.

@Geo: Pour ce qui est du snowboard (j'avais dû le raconter sur ce blog), j'avais eu un déclic vraiment soudain qui m'avait fait passer du mode « je tombe tous les deux mètres » à « je suis capable de descendre correctement une piste rouge sans tomber ». Il n'y a aucun doute qu'on puisse encore apprendre des choses à 40 ans, heureusement !, mais je pense que c'est fatalement plus long.

Heureusement, je ne suis pas spécialement pressé ni par le temps ni par les sous : si j'ai besoin de 40 heures de conduite, voire 60, pas de problème.

Johan (2017-08-27T11:38:54Z)

J'ai commencé la conduite vers 16 ans et je n'avais pas des facilités pour autant, avec notamment cette impression que tu évoques d'être débordé par tout ce qu'il y avait à percevoir et à faire, pour une conduite décrite par ceux qui m'accompagnaient comme brusque ou tendue.

Je pense que j'ai fait l'erreur, en termes de méthodologie d'apprentissage, de presque toujours conduire "dans l'urgence", en mode "best effort" immédiat. J'ai conduit d'abord avec deux instructeurs qui n'étaient pas patients pour 2 sous, puis en conduite accompagnée avec mes parents, plus compréhensifs mais généralement avec l'objectif d'aller quelque part et si possible avant la nuit. La pression sociale m'a souvent poussé à parer au plus pressé sans prendre le temps d'assimiler.

Je pense que j'aurais dû passer plus de temps sur des parkings à faire n'importe quoi, avec les vitres ouvertes, pour apprendre à ressentir et globalement à maitriser le véhicule.

Geo (2017-08-27T06:48:19Z)

> c'est l'impression d'être débordé par les choses qui demandent mon attention en même temps, ne serait-ce que le nombre d'étapes pour faire des choses aussi débiles que démarrer ou s'arrêter

C'est ce qu'on ressent quasi-systématiquement dans l'apprentissage d'un nouveau sport… prendre un tire-fesse en ski, apprendre à nager. On se sent toujours submergé de consignes. Avec un peu de persévérance, ça devient automatique. J'ai été moniteur de ski à une époque, et j'ai remarqué que beaucoup de gens se sentent plus mauvais que les autres, ou pensent avoir un handicap qui les empêcherait des progresser. En réalité, tout le monde est confronté aux même difficultés et finit par y arriver. D'ailleurs, j'ai toujours vu un contraste avec une activité comme les maths où l'on est beaucoup plus inégaux. En tous cas, je refuse de croire qu'à 40 ans on devienne incapable d'apprendre de nouvelles choses.

jonas (2017-08-27T02:38:31Z)

> et fait volontairement des erreurs de débutant […] Et du coup, comment forme-t-on les méta-moniteurs […] ?

Firstly, we don't need much control. We already know from practice that city public transport bus drivers almost never cause accidents, simply because they have that much practice and because they chose to do a job where they have to drive all day and often in bad conditions. The long experience matters. It seems that people are intrinsically very different in how much they like to drive, and the ones who don't enjoy driving might still drive every day to commute or take their children to school, but they never choose bus driving or driving instruction as a job. Thinking of that, it's not surprising that driving instructors are similarly good at their job of keeping the road safe.

Secondly, I think about 1% to 3% of the teaching time of every driving instructor is already exams. Those exams are primarily for testing the student, but if the instructor makes an error, the examiner will be able to notice that too. There's also not much need to make deliberate errors, because the students make enough of them on exams, especially here where the examiners are supposedly bribed during a lot of exams.

Thirdly, if the instructor makes an error, then the result is very often a traffic accident, and the police usually finds out about that. If a driving instructor gets caught on accidents or serious traffic code violations, whether during a lesson or just on his own time, he can easily get his permission revoked and loses her job. This is also a factor that applies to bus drivers by the way.

sbi (2017-08-26T21:18:31Z)

J'ai passé (difficilement) mon permis il y a bien longtemps, jamais conduit
depuis, et probablement presque tout oublié. J'ai donc le droit d'être
dangereux sur la route (c'est intelligent, un tel examen valable à vie -- se
posent aussi des problématiques de santé, notamment en fin de vie; les
chauffeurs professionnels ont un contrôle régulier je crois).

Peux-tu me rafraîchir la mémoire sur les mille et une choses qu'il faut gérer
en même temps au volant (sans analogie à la «Jacques a dit…»?)

Fred le marin (2017-08-26T12:07:07Z)

J'admire ceux qui vont haut dans l'abstraction tout en restant alertes

En tout cas, conduire une voiture est au final assez banal et bien moins prestigieux que d'être pacha sur le porte-avions Charles de Gaulle
(avec navigation inertielle à gyrolaser)
"Tous ne sauraient figurer parmi…" (not even wrong)
Personnellement, je ne peux pas conduire ce qui entraîne (LE point positif) que mon empreinte carbone sera tout à fait exceptionnelle !
L'humour reviendrait-il avec le soleil d'été de 2017 ? Si,si.
"On the way…" / courage

DH (2017-08-26T09:30:36Z)

Pour avoir passé mon permis/conduite accompagnée en province profonde, je confirme que c'est largement plus simple. Et que mes premières semaines/premiers mois de conduite à Paris ont été difficiles (et coûteux en tôle). Une des choses qui m'a le plus aidé venait d'un camarade parisien que je conduisais et qui m'a donné cette règle informelle : "à Paris, tu n'es responsable que du demi-espace devant toi. Ce qui se passe derrière est le problème de celui qui te suit."

Régis (2017-08-26T07:30:25Z)

La conduite automobile impose un apprentissage de la coordination (Jacques a dit) qui est de plus en plus long et difficile à mesure qu'on avance en âge. Le cerveau humain est moins plastique… Quand j'ai passé le permis en 1985 on disait que le nombre d'heures de cours nécessaires était au minimum égal à l'âge de l'impétrant.
C'est essentiellement le passage des vitesses qui pose des difficultés de coordination. Ceux qui ont fait du piano sont avantagés… et beaucoup de ceux qui commencent à conduire tard se replient sur des voitures automatiques.
Pas d'affolement… cela prendra simplement un peu de temps. Tu vieillis, que veux-tu.

Tez (2017-08-26T05:00:41Z)

C'est curieux il me semble qu'à mon époque, mon moniteur m'avait dit de ne jamais croiser les mains sur le volant et au contraire de toujours les faire glisser. Il m'avait expliqué qu'en les croisant, à un moment donné, on peut se retrouver dans une position de blocage des bras, ce qui n'arrive jamais quand on fait glisser les mains. C'est donc pour la sécurité et ça m'a toujours semblé logique.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 919f66


Recent comments