Comments on Exercice : chercher le silver lining

Ruxor (2017-06-14T23:33:36Z)

Thomas (2016-11-22T23:12:38Z)

Finalement c'est Bob qui avait raison, Trump veut maintenant faire le bien. Son nouvel objectif : "I would love to be able to be the one that made peace with Israel and the Palestinians" (http://www.nytimes.com/2016/11/22/us/politics/donald-trump-visit.html)

phi (2016-11-19T11:22:09Z)

Ouille, ça promet d'être vraiment du lourd…
https://www.franceinter.fr/monde/nouvelle-equipe-trump-a-droite-toute

zob (2016-11-17T15:09:51Z)

Obama n'étant qu'à moitié noir, c'est raciste de penser que les noirs ont voté pour cette moitié plutôt qu'une autre.

Ruxor (2016-11-17T10:54:09Z)

@zob: Tout cet article semble essentiellement consacré à réfuter l'idée que Trump est raciste. Je ne l'ai jamais spécialement pensé : relire le premier paragraphe de mon commentaire daté de 2016-11-10T23:04:38+0100 dans ce thread-ci (ça commence par « Je suis d'accord que Trump n'est pas un ultraconservateur ni particulièrement homophobe ou raciste »). Donc je ne vois pas l'intérêt de ce lien.

Par ailleurs, et même si je ne suis pas fondamentalement en désaccord avec la conclusion (comme je viens de l'expliquer), j'y relève au moins deux âneries :

• Argumenter que Trump est moins raciste que Romney sur la base du fait que plus de Noirs ont voté pour lui. Il y a tellement d'erreurs là-dedans que je ne sais pas par où commencer, mais outre l'hypothèse complètement fantaisiste que les électeurs votent forcément pour leur meilleur intérêt et notamment que des Noirs ne peuvent pas voter pour un raciste (alors qu'il note lui-même plus bas que 5% des électeurs d'Obama pensent qu'Obama est l'Antéchrist), il passe sous silence le fait que Romney et McCain étaient… OPPOSÉS AU PREMIER PRÉSIDENT NOIR DE L'HISTOIRE DU PAYS. Comme si ce fait n'avait pas pu jouer pour expliquer qu'ils aient fait un score particulièrement bas auprès des Noirs.

• Souligner que Trump a dit telle ou telle chose raisonnable et non-raciste / non-homophobe. Quelle que soit la conclusion qu'on veuille prouver avec ça, le problème de Trump c'est qu'il a TOUT dit ET son contraire. Le fait qu'il y ait, dans le tas, des choses éminemment raisonnables, ne devrait donc surprendre personne.

Oui, parler du KKK à propos de Trump est complètement idiot et hors-sujet, je suis d'accord avec ça. Mais parler de Breitbart, par exemple, ne l'est pas. Et ça, Slate Star Codex n'en dit pas un mot.

zob (2016-11-17T09:44:41Z)

http://slatestarcodex.com/2016/11/16/you-are-still-crying-wolf/

phi (2016-11-14T19:42:16Z)

Ton pb est que tu refuses tj d'accepter que tu vis sur la Planète des Singes ; le prisme à travers lequel tu regardes ces élections te fait croire que Trump est la catastrophe alors qu'il est à peine pire que Clinton, modulo l'équipe qui entoure le président (incompétent, presque par définition). On peut espérer que des débiles élisent qqn d'honnête et raisonnable mais guère plus. C le parti Démocrate qui a perdu : il n'aura pas su promouvoir qqn d'honnête et raisonnable, ou du moins qui le paraisse davantage que son adversaire républicain, ce qui aurait pourtant pu sembler facile, c dire. Et entre deux ignominies, les électeurs ont hésité. Manifestement, Trump a été plus compétent électoralement.

Dyonisos (2016-11-14T10:15:09Z)

Silver shining blowing in the wind : interview sur cbs d'hier; aucune colonne vertébrale, sur tous les sujets clivant sur lesquels ils avaient pris des positions aberrantes et sur lesquels il a été interrogé il y a ou une manière de noyer le poisson de la confrontation ou bien carrément des modifications substantielles (à part son attachement au port d'armes des citoyens, comme par hasard ce qui loin d'être le plus sulfureux dans ce qu'il avait dit auparavant…). Ce type ne s'en est effectivement servi que comme punching-ball électoral attrapant les mouches volant de rancoeur.

JML (2016-11-13T22:00:33Z)

Le silver lining est complètement évident : la pire des choses possibles est _déjà_ arrivée. Tu n'as plus rien à craindre, tu peux te détendre et jouir des bonnes choses de la vie… Grâce à l'élection de Trump, tu vas enfin trouver le moyen de te débarrasser de tes parasites !

frankie (2016-11-13T20:15:45Z)

Trump : comme pour lors du Brexit, c'est un hold-up où le gagnant se surprend lui-même. Que va-t-il faire du butin ?
Changement de paradigme : ce n'est plus la droite contre la gauche, ou les progressistes contre les conservateurs, ou les jacobins contre les montagnards, c'est ceux qui prétendent ne plus vouloir d'un système -dont ils ont amplement profité, mais ce n'est pas la question- contre ceux qui s'en accommodent ou l'alimentent. Alors, s'ils sont cohérents avec eux-mêmes, ce dont on peut douter, ils voudront changer l'ordre des choses. S'ils se plantent et si l'Histoire porte une direction, ils agiront comme Gorbatchev en son temps : ils introduiront un nouvel état du monde. Autre alternative : chacun (Trump, Le Pen et bien d'autres qui se reconnaîtront) tire la couverture à soi et le monde se disloque.
Les demies-mesures à visée écologique ne mènent pas à grand chose, sauf à soulever de grandes paroles et donner prétexte à de grandes messes. La planète possède une inertie qui fait que le mal est profondément incrusté. L'avenir de l'humanité est incompatible avec la continuation du capitalisme qui sévit actuellement.
@Grasyop : si la Terre se répare, ce sera dans une durée qui nous dépassera de beaucoup.
Les sondages : les instituts se seraient trompés s'ils n'avaient accordé aucune chance à DT. Ils sont censés donner une probabilité, et c'est tout. Mais beaucoup de gens ne comprennent pas ce qu'est une probabilité…
Il leur manque de faire une opération que tout physicien effectue avant de commencer ses mesures : l'étalonnage. Idéalement, il faudrait effectuer une vraie élection, mais pour de faux, pour étalonner leur mesure, et ils seraient d'une précision diabolique. Le problème est donc qu'ils ne (pré)mesurent qu'un événement… Sinon, je redis ce que j'avais écrit : ils sont un outil très efficace pour agir au quotidien, car ils mesurent des variations d'opinion très fines. Je ne sais pas -mais le contraire m'étonnerait- si les instituts de sondage prennent en compte des paramètres effectifs ou empiriques, dans quel cas ils devraient tenir compte d'erreur beaucoup plus importantes que celles qu'ils s'octroient.
Autre constatation : une élection se gagne avec les mêmes outils qui permettent de lancer un i-phone ou une play-station. Ca nous donne un avant goût de ce qui va avoir lieu dans notre pays les mois qui viendront.
Je finis avec une hypothèse gratuite. Si Trump se met en tête d'exploiter la NSA à son profit, il suffit pour ça qu'il ait affaire à une bonne crise internationale quitte à la provoquer en sous-main, nous auront droit à la première dictature de style informatique, et Orwell nous sifflera aux oreilles…
Bref, nous entrons dans une zone de forte turbulence…

BR (2016-11-13T17:26:40Z)

Silver lining : on s'attend tellement à une présidence catastrophique qu'on ne peut qu'être déçu en bien si les catastrophes redoutées ne s'accomplissent pas :-)

Bob (2016-11-12T00:22:40Z)

N'oublions pas cependant que les émissions de gaz à effet de serre, et plus généralement de toutes sortes de polluants, n'ont pas pour seule conséquence néfaste l'évolution à long terme du climat.

Il s'agit à plus court terme d'un sujet de santé publique bien réel, même s'il semble que les Etats-Unis (et l'Europe) soient relativement épargnés grâce à un environnement plus favorable que de nombreux pays asiatiques, eu égard à leur contribution à la pollution globale. Je suis prêt à parier que d'ici 10 ans, la Chine et l'Inde seront aux avant-postes des états mettant en œuvre toutes sortes de mesures pour limiter l'utilisation d'énergies fossiles (le mouvement est d'ailleurs déjà amorcé).

C'est pourquoi je considère que l'un des aspects les plus inquiétants de l'élection de Trump, et de la composition de son futur gouvernement, est bien la question environnementale/climatique.

Fabien (2016-11-12T00:09:43Z)

Un silver lining ? Il est incontrolable par les républicains, qui le vivront mal. Or s'ils réussissent à lui coller un impeachment (et il fournira la matière), il sera remplacé par Pence, un apparatchik GOP pur jus. Je serais surpris que la manœuvre ne soit pas tentée.

Hélas, Pence me fait encore plus peur que Trump.

Grasyop (2016-11-11T20:15:25Z)

Ooten, la science se trompe parfois, et bien que je prenne le changement climatique très au sérieux, il m’arrive aussi de me demander si on ne va pas découvrir dans quelques années ou décennies un mécanisme climatique de rétroaction négative qui nous avait échappé et stabiliserait le climat. Néanmoins, même dans le cas où une telle éventualité ne pourrait être exclue, ce ne serait quand même qu’une éventualité, et la plus élémentaire prudence veut que l’on se prépare à l’éventualité contraire (qui, elle, ne peut clairement pas être exclue).

ooten (2016-11-10T23:32:23Z)

@Ruxor : il faudrait être patient, on verra, quatre ans ce n'est pas si long et puis dans le pire des cas il faudrait bien se dire, si on le peut, qu'il fallait bien que ça arrive car ça arrivera, c'est tout. Personnellement ce qui me fout la trouille c'est l'instabilité du système financier et de l'économie mondiale, pas tellement Trump qui peut effectivement faire des grosses conneries (et pour ceux de ces politiciens qui déclenchent des guerres lointaines, je leur dirais qu'ils y aillent sans moi), on a déjà payé cher la crise des subprimes, je doute qu'on pourrait résister à l'éclatement d'une bulle spéculative d'une telle ampleur à nouveau. Et c'est là où je voulais en venir, ce qui rend vraiment mauvais un politicien ce sont plus des circonstances mauvaises qui s'imposent à lui et à ses administrés plutôt qu'à ce qu'il peut être et voudrait faire.

Pour ce qui est du changement/réchauffment climatique, je suis sceptique, la science s'est déjà trompée (c'est son essence même d'être réfutable et parfois réfutée) et la climatologie est une science nouvelle qui n'a pas beaucoup de recul. Je ne sais donc pas si Trump ferait une grosse connerie en remettant en cause les objectifs de baisse des émissions de CO2.

Enfin les sondages c'est du pipo et ça le sera toujours : ça repose sur des modèles qui collent avec ce qui s'est passé lors des précédents scrutins mais ils ne permettent pas d'anticiper les ruptures et ce qui ne collent plus surtout quand les écarts sont serrés.

Bob (2016-11-10T22:38:29Z)

J'imagine assez volontiers qu'il ait consciemment accentué son comportement naturel (agressivité, pseudo-gaffes causées par son franc-parler, machisme) pendant la campagne dans le seul but de l'emporter. Maintenant qu'il a gagné l'élection, et ainsi probablement rempli tous ses objectifs dans cette dimension (après avoir fait de même dans la dimension financière il y a 30 ans), on peut souhaiter qu'il se fixe un nouveau défi, celui de faire quelque chose d'unanimement reconnu comme étant bon pour un grand nombre de gens, c'est-à-dire gouverner raisonnablement.

En d'autres termes, maintenant qu'il est président, son égo se fixe certainement l'ambition d'être le meilleur président de l'Histoire (on n'est plus à ça près), et comme il semble avant tout guidé par l'ambition, il se peut qu'il se donne les moyens de tendre vers cet objectif.
Y compris si cela implique de faire l'inverse de ce qu'il a fait durant la campagne, à savoir adopter un comportement sensé.

Ruxor (2016-11-10T22:04:38Z)

@C'est la fin du monde ou pas: Je suis d'accord que Trump n'est pas un ultraconservateur ni particulièrement homophobe ou raciste (par contre, son sexisme méprisant, lui, est réel). Il se fout complètement des minorités LGBT ou noire, que ce soit en bien ou en mal, il est complètement amoral, la seule chose qui l'intéresse est sa réussite personnelle, que ça implique de s'allier aux ultraconservateurs ou aux ultralibéraux, il fera toujours ce qu'il estime profiter le plus à son nombril doré, quitte à piétiner n'importe qui ; et ça peut changer de jour en jour, voire de minute en minute, ou même au sein d'une seule phrase. Bref, ce ne sont pas ses idées qui me font peur (il n'en a aucune, à part qu'il est le plus grand et le plus génial de l'Univers), c'est la question de quel chemin il suivra pour son auto-gratification. Et en ce moment, c'est une alliance avec les Républicains (dont un vice-président qui, lui, est vraiment viscéralement homophobe), même si je suis bien d'accord qu'il est inconstant dans cette alliance comme en toute chose, donc on peut toujours espérer qu'il les trahisse occasionnellement ou durablement.

Il est évident qu'il a un certain flair pour la bonne affaire, surtout due à une absence totale de retenue ou de prudence : oui, le fait de se faire payer sa campagne par les médias était un bon coup. Mais il est faux qu'il soit intelligent, et de fait, il a fait de très mauvaises affaires dans le passé, et a perdu énormément de sa fortune à cause de son entêtement dans l'erreur et son refus d'écouter tout conseil. Même pendant la campagne, il a dit et fait des choses complètement inutiles qui auraient pu lui coûter la victoire (tout le monde se plaint que les sondages aient été faux[#] mais en tout cas les variations de ces sondages avaient sans doute un sens, et quand ils baissent beaucoup suite à une déclaration de Trump, on peut estimer que c'était un mauvais calcul, même s'il s'en est tiré au final). Et il est vrai qu'il est facilement manipulable, Clinton l'a montré (de nouveau, peu importe que ça n'ait pas réussi aussi bien qu'elle l'aurait voulu). Et en plus, il est totalement impulsif.

Bref, il faut bien distinguer deux ou trois choses : (1)le Donald Trump dangereux parce qu'il a provisoirement fait un deal avec des ultraconservateurs, et (2)le Donald Trump dangereux parce qu'il est stupide, incohérent et impulsif, et incontrôlable bien que manipulable ; le tout étant chapeauté par (3)le Donald Trump psychopathe dénué de tout sens moral qui ne pense qu'à lui-même. C'est le premier qui va supprimer Obamacare (enfin, laisser le Congrès le faire) et c'est le second qui risque de déclencher une guerre pour les prétextes les plus futiles. À la limite, le premier ne me concerne pas trop, parce qu'il fera surtout du mal aux États-Unis ; mais il y a quand même le problème de l'accord de Paris sur le climat qu'il va certainement faire sauter.

Mais pour espérer montrer que Donald Trump ne fera pas une présidence désastreuse, il faut à la fois que (1)il ait une raison de changer d'alliance (certes, il le fait très facilement, mais il le fait quand même parce que ça lui sert à quelque chose, donc je demande quelle raison il aurait en l'occurrence, maintenant que le Congrès est Républicain) et (2)quelqu'un arrive à contrôler son impulsivité d'enfant attardé, ce qui a l'air très mal parti. Pour le (1), il ne suffit pas de dire « il sera différent comme président que ce qu'il a été comme candidat » : je suis bien d'accord qu'il est *capable* de changer d'avis, il l'a fait plein de fois, mais il faut quand même expliquer pourquoi il le ferait. Et pour le (2), il ne pourra évidemment pas changer son tempérament.

[#] Ce qui n'est d'ailleurs pas vrai, ils donnaient environ +2% d'avance à Clinton nationalement, elle en a eu +1% environ, ce n'est pas si mal tout compte fait, et Nate Silver donnait 30% de chances à Trump, on ne peut pas vraiment appeler ça un échec.

@GuilOooo: C'est un peu difficile de dire ce que je crains *exactement*, parce que les pouvoirs de nuisance du président américain sont très étendus. J'ai donné des pistes (mettre un terme à toute tentative pour limiter les émissions de CO₂, ça suffit déjà pour la fin du monde ; déclencher une guerre avec à peu près n'importe qui, disons, l'Iran ; ou faire s'écrouler l'économie mondiale parce qu'il aura pris une décision impulsive complètement débile, genre, tiens, on va renier toute la dette des États-Unis).

Dyonisos (2016-11-10T22:04:23Z)

Pour revenir au silver lining,
http://www.usnews.com/news/slideshows/10-books-donald-trump-loves
Un homme qui met dans son panthéon personnel littéraire emerson et einstein est sans doute capable de ne pas mettre le monde à feu et à sang dans une bouillie nucléaire. Et des crétins (ce qu'il est je persiste // c'est la fin du monde ou pas, quelqu'un qui a comme leitmotiv de ces débats aux primaires : le pb c'est que nos dirigeant ne savent pas faire de bons deals alors que sa fortune atteste de sa compétence en est un. Et son bouquin the art of deal est une ineptie commerciale qui est aux bons essais ce que Houellebecq est à, mettons Sartre.) il y en déjà eu (Bush fils). Bon c'est vrai qu'on s'épargnerait bien une bourde semblable à l'intervention militaire en Irak mais bon le monde y survivra.

Dyonisos (2016-11-10T21:52:12Z)

@ c'est la fin du monde ou pas. J'ai des réserves lorsque tu écris :
"Mais ça n'a rien à voir avec sa prédiction ! En plus tu te fourvoies, car sa victoire n'est pas faible si on comprend le fonctionnement de l'élection américaine. Avoir repris des États qui étaient démocrates depuis des décennies, c'est un exploit. La campagne se fait sur les grands électeurs, et là c'est tout sauf faible."
Tu m'accorderas j'espère qu'on peut parler de victoire faible au sens où elle se joue à peu. Or c'est bien ce qui s'est produit. Il y a 279 grands électeurs contre 228 pour Clinton. 29 était en jeu en Floride où l'écart est de 1,3 pct (49,1 trump contre 47,8 clinton). L'inverse aurait fait sur le décompte imaginaire en partant du résultat final et en inversant la floride : 250 trump 257 clinton.
J'avais mailé sur le compte de ruxor je ne sais plus quand que si la floride avait définitivement (pas au sens strict, pour les prochaines années/décennies pas les siècles prochains) basculé dans le camp des blue states comme la californie, c'en était fait des espoirs républicains. Certes la conquête d'Etats comme le wisconsin rend cette maxime moins large (en même temps quelle idée que de mettre à la tête du camp démocrate une femme qui se fait grassement payée des conférences par Goldman Sachs, faut pas prendre les blue-collar workers pour des moutons pavloviens votant systématiquement démocrate quelle que soit la personne en lice…) mais toujours vrai. Quand on mesure en outre à quel point dans certains Etats ça s'est à joué à très peu (michigan 47,3 contre 47,6 pour trump) avec 16 électeurs en lot, et bien d'autres du même acabit, la victoire démocrate aurait pu être bien large.
La faute politique majeure est d'avoir mis une femme incarnant jusqu'à l'ongle paradigmatiquement l'establishment surfinancée par les lobbys de l'argent qui notamment rendait totalement incrédibles ses propos sur une redistribution des richesses et ses vindictes sur les 1 pct au sommet, le tout lorsqu'un grand vent de mécontentement compréhensible, et à mon sens largement légitime, balayait les Etats-Unis comme il souffle sur à peu près tous les pays capitalistes développés et pour les mêmes raisons.

C'est la fin du monde ou pas (2016-11-10T20:00:31Z)

Grasyop : débat déjà eu il y a pas longtemps pour le Texas. Mais comme c'est pas un état progressiste, c'était mal.

> protéger les droits de leurs employés LGBT

https://i.imgur.com/5rNKqbI.jpg
http://wreg.com/2016/07/22/lgbt-for-trump/

C'est du jamais vu pour le parti républicain. Il s'est quand même fait traiter de progressiste (à juste titre) par son plus dur adversaire, Tez Cruz. Quelqu'un dont on peut légitimement avoir peur : https://www.youtube.com/watch?v=WOGoDroQgZw

En comparaison notre ami orangé : https://www.youtube.com/watch?v=tSmxd7X9X2s ! Quel fou furieux !

Mais c'est sûrement plus excitant de se faire peur pour rien ! Moi, je préfère regarder The Walking Dead.

> Scott Adams est un crackpot notoire qui donnait à Trump 98% de chances de gagner. Ce qui est absurde quand la marge de Trump dans les swing state est souvent très faible (parfois moins de 1%), et un rien aurait pu en faire basculer plusieurs pour Clinton

Mais ça n'a rien à voir avec sa prédiction ! En plus tu te fourvoies, car sa victoire n'est pas faible si on comprend le fonctionnement de l'élection américaine. Avoir repris des États qui étaient démocrates depuis des décennies, c'est un exploit. La campagne se fait sur les grands électeurs, et là c'est tout sauf faible.

Enfin bref, sur le cœur du sujet, la stratégie de Trump a bien été de changer son discours depuis le début jusqu'à la fin de la campagne, c'est tout droit tiré de The Art of the Deal. Qu'on se demande si il va changer son discours, alors qu'il n'a fait que ça depuis le début révèle bien ceux qui ont un avis qui n'est pas basé sur la réalité.

À chaque adversaire qu'il a battu, il n'a eu que des bons mots pour eux, il l'a fait hier, il vient de le faire pour Obama.

Ceux qui pensent qu'il est idiot et manipulable se sont fait complètement avoir ; il a maintes fois joué des tours aux médias ce qui a permis une campagne a peu de frais.
Un exemple, celui sur la naissance d'Obama (rumeurs lancées pendant la primaire démocrate entre Obama et Clinton, en 2008) : il annonce une conférence de presse sur le sujet, et au bout de deux heures de vétérans qui disent supporter Donald Trump, il plie en quelques minutes l'affaire : Barrack Obama est né américain. Couverture de CNN de l'événement gratuite, qui n'était vraiment pas content.

C'est d'ailleurs grâce à ses manipulations qu'il a pu réaliser ce double exploit (l'investiture républicaine, et la présidentielle) :
https://www.washingtonpost.com/news/the-fix/wp/2016/02/02/jeb-bush-has-spent-more-than-5000-per-vote-so-far/
https://www.washingtonpost.com/news/the-fix/wp/2016/04/21/donald-trump-is-getting-a-very-good-deal-on-how-much-hes-spending-per-vote/
http://www.zerohedge.com/news/2016-11-09/trump-redefined-us-politics-after-hillary-spent-nearly-twice-much-vote-nothing

bonus : https://imgur.com/a/cxLlk

Grasyop (2016-11-10T17:20:04Z)

Des sécessions d’états progressistes sont-elles possibles ? Quelles en seraient les conséquences ?

Thomas (2016-11-10T15:23:44Z)

Silver lining, je ne sais pas.

J'espère en tout cas que le Secretary of Defense sera quelqu'un de raisonnable, si j'ai bien compris le système d'autorisation d'attaque nucléaire américain il sera le seul garde-fou…

Geo (2016-11-10T03:44:41Z)

"FIFTH, I will lift the restrictions on the production of $50 trillion dollars’ worth of job-producing American energy reserves, including shale, oil, natural gas and clean coal"

https://assets.donaldjtrump.com/_landings/contract/O-TRU-102316-Contractv02.pdf

Subbak (2016-11-09T23:29:43Z)

@C'est la fin du monde ou pas: Scott Adams est un crackpot notoire qui donnait à Trump 98% de chances de gagner. Ce qui est absurde quand la marge de Trump dans les swing state est souvent très faible (parfois moins de 1%), et un rien aurait pu en faire basculer plusieurs pour Clinton.
Le fait que sa prédiction se soit réalisée ne le rend pas particulièrement digne de confiance. C'est comme le mec qui parie 100€ contre 1€ que sa pièce (ordinaire) va tomber sur face. S'il gagne, il a juste eu de la chance, et ça ne change rien au fait qu'il a fait un pari débile.

jonas (2016-11-09T22:11:14Z)

Scott Aaronson explicitly claims <URL: http://www.scottaaronson.com/blog/?p=2957 > that there's no silver lining.

GuilOooo (2016-11-09T21:49:23Z)

Dans l'optique de mieux comprendre ta question, j'aimerais renverser la charge de la preuve. D'après toi, comment cette fin du monde arriverait-elle concrètement ? Peux-tu nous donner un scenario catastrophe ? Ainsi, on pourrait répondre précisément pourquoi ça ne risque pas d'arriver. Au bout de quelques allers-retours comme ça, tu finirais peut-être par voir les choses de façon moins sombre ? Ou peut-être même que le fait d'essayer de préciser ton angoisse aidera à la chasser ?

Au passage, tu mentionnes toi-même une possibilité dans ton précédent billet sur Donald Trump. Il se pourrait tout à fait qu'il se contente de parader avec son titre de président, trop content de l'avoir obtenu, et qu'il laisse l'administration autour de lui faire le travail. Il continuera de déblatérer des absurdités incohérentes dans les media (ce qui peut certes créer des problèmes, mais pas la fin du monde), sans les mettre en pratique. Après tout, s'il est aussi instable que tu le penses, le temps qu'il écrive un décret (ou équivalent états-unien) sur un sujet quelconque, il aura changé d'avis.

Ni (2016-11-09T19:46:16Z)

On me signale que Trump va probablement tuer le TAFTA…

C'est la fin du monde ou pas (2016-11-09T19:40:54Z)

"il faudrait au moins une sorte d'explication psychologisante ou politisante sur la raison pour laquelle la bête monstrueuse qu'on a vu pendant la campagne se métamorphoserait en agneau"
C'est exactement ce qu'il a fait tout au long de sa campagne, voir blog du premier lien. C'est sa technique de négociation.

Je sais que se faire peur est une vraie drogue mais quand même un peu d'efforts.

f3et (2016-11-09T19:12:57Z)

J'en ai vaguement vu un ce matin après son discours promettant de construire des hôpitaux et des écoles : peut-être que ses propos de campagnes étaient habilement calculés pour se faire élire, et qu'en fait, c'est un keynésien déguisé en loup. Mais c'est clair qu'il faut beaucoup y croire

Ruxor (2016-11-09T18:43:54Z)

@C'est la fin du monde ou pas: Ces deux liens sont des conseils ou des fantasmes sur ce que la présidence Trump pourrait être, mais ils sont sortis tout droit de l'imagination de leurs auteurs, certainement pas du cerveau de Trump, donc je ne vois pas vraiment de moyen de les trouver rassurants : il faudrait au moins une sorte d'explication psychologisante ou politisante sur la raison pour laquelle la bête monstrueuse qu'on a vu pendant la campagne se métamorphoserait en agneau.

C'est la fin du monde ou pas (2016-11-09T18:27:33Z)

http://observer.com/2016/11/a-roadmap-national-security-under-president-donald-trump/

C'est la fin du monde ou pas (2016-11-09T17:39:07Z)

http://blog.dilbert.com/post/152955248046/i-answer-your-questions-about-predicting-president

Diego (2016-11-09T14:38:12Z)

La première réflexion que j'ai eue quant aux conséquences internationales d'une victoire de Trump, c'est que la lutte contre le réchauffement climatique est foutue. L'accord de Paris n'était certes pas suffisant, mais c'était encore possible de l'améliorer. Bref, il y avait de l'espoir.

Maintenant, si Trump abroge le seul accord international qu'on a sur le climat, il n'y a plus beaucoup d'espoir. Comment rétablir la confiance entre les principaux pollueurs après que les USA soient revenus sur leur parole? Si accoucher des accords de Paris a été phénoménalement difficile, ce sera encore pire de parvenir à un autre accord. Même si Trump n'est pas réélu et qu'un démocrate le remplace en 2020.

Bref, je crois qu'on est bien parti pour lancer l'expérience "est-ce que la civilisation moderne peut résister à un réchauffement climatique de 4 degrés Celsius?" Des paris sur le résultat?

Xavier (2016-11-09T14:16:25Z)

Bah c'est de la politique. C'est très mauvais mais il ne va pas faire tout ce qu'il a dit loin de là car le système va le freiner. Les conséquences seront donc probablement faibles. Il est complètement con mais pas fou furieux non plus. Il ne va pas lancer des missiles sur la Corée du Nord.
Le problème étant bien sûr que cette apparente 'normalité' va faire que les gens vont se dire que c'est OK d'élire un con fini. Oui, c'est OK au sens que l'inertie du système fait que la nuisance du con est maintenue à un niveau assez bah Mais ça fait oublier qu'un Bon président peut choses qlqs aspects de la société en bien. Au mieux un con ne laissera aucune trace. La France a bien survecu à deschanel qui est resté dans l'histoire comme étant un fou et non pour avoir fait des réforme de folles.

Fred le marin (2016-11-09T13:55:50Z)

A l'heure du village planétaire, que vont penser les peuples parmi les plus miséreux de la Terre des frais de campagne/médiatiques engagés ici ?
Déjà qu'aux Etats-Unis cela est perçu pour beaucoup comme un honteux gâchis.
L'énergie du désespoir est toujours la plus forte face aux égoïsmes qui ne veulent surtout pas abaisser leur train de vie d'un iota.
La fin du monde peut soi-disant arriver, le temps continuera sa marche en avant.
"L'herbe cache et la pluie efface" : un mandat est bien court pour ceux qui sont ultra-conservateurs.
De surcroît, l'ailleurs est vaste et ouvert et il a un appétit abyssal pour plus de justice.
So, red warning (and, last but not least, certainly for all of us !).

Dyonisos (2016-11-09T13:46:28Z)

La lueur, c'est qu'il risque de faire de grosses conneries à peu près partout certes, mais que sa bêtise et son inconstance ne vont pas à mon avis jusqu'à faire courir un risque sérieux de déclenchement du feu nucléaire. Un incompétent sur tous les plans, mais pas une bombe à retardement mortelle pour l'ensemble de l'humanité à mon avis.
Et tant que ce type de risques n'est pas enclenché, soyons sérieux : aussi regrettable que soit l'élection de Trump, c'est bien moins grave que ne le fut celle de Hitler.

Serma (2016-11-09T13:28:18Z)

Subbak (2016-11-09T12:32:04Z)

Silver lining pour toi qui a la nationalité canadienne: l'influx de migrants américains au Canada, plus peut-être un certain nombres de boîtes qui voudraient déplacer leur activité là-bas pour protéger les droits de leurs employés LGBT, devrait booster l'économie. Bon, ça ne change pas tant de chose pour toi si tu restes en France, mais au moins tu sais que ton plan de secours en cas de Le Pen 2017 est un peu mieux.

Brab (2016-11-09T12:25:41Z)

La France aura peut-être une première présidente avant les USA. Voilà, çà va mieux ?

egan (2016-11-09T12:21:18Z)

La seule lueur d'espoir que je vois c'est qu'en réalité Trump n'est pas Républicain mais opportuniste. Aussi bien il a fait une campagne à droite toute mais il va gouverner de façon tout à fait différente et bien plus centriste. Après tout il a tellement changé d'avis par le passé qui pourrait très bien tourner casaque encore une fois.

Le divin enfant est élu (2016-11-09T11:16:10Z)

Toi tu es Canadien : tu ne comprends rien au rêve américain !

ooten (2016-11-09T10:53:03Z)

Ben justement un fou, au sens non clinique du terme, est imprévisible, donc trouver un espoir qu'il ne fasse pas des grosses conneries me semble complètement vain. Surtout que dans le même temps on est incapable de prévoir le résultat des élections.

Michel-Michel (2016-11-09T10:36:37Z)

Je crois que vous le sous-estimez en disant qu'il est manipulable. Par contre, effectivement, je pense pas que la marge de manœuvre d'un président US soit si grande que ça.

Autre consolation : au moins le président US est quelqu'un qui n'a pas (encore ?) d'expérience dans la participation active à la destruction de pays.

Ni (2016-11-09T10:35:21Z)

Soyons fous: ça va renforcer l'unité entre européens, face à un ennemi commun Poutine/Trump. En particulier sur le plan international, l'UE va devoir se mettre d'accord pour parler d'une seule voix.

Ruxor (2016-11-09T09:39:32Z)

@Nick: C'est vrai qu'il est totalement manipulable (il suffit de le mettre au défi de X, ou de lui faire croire que X lui apportera une gloire personnelle). Donc on peut se dire que l'élection n'est pas jouée du tout, la question va maintenant être de savoir qui, au sein de son Administration, manipulera Trump. Les chances pour qu'il y ait quelqu'un doté d'un solide sens moral sont faibles, mais qui sait ? (« Monsieur Trump, si vous tournez maintenant le dos à toutes vos promesses électorales et décidez d'ouvrir les frontières, de combattre le réchauffement climatique, de mettre fin à la torture, et d'œuvrer pour la paix dans le monde, vous resterez dans les livres d'Histoire comme le plus grand président de tous les temps, et votre nom y figurera même en encore d'or… » — on peut toujours rêver.)

@Typhon: Dans beaucoup d'états, les grands électeurs ont l'obligation légale de voter pour la personne pour laquelle ils ont été élus. Et de toute façon, la marge de Trump au collège électoral sera d'autour de 75, il serait vraiment inconcevable que tant de gens fassent défaut. On peut se consoler comme on peut en se disant que Clinton a (probablement) gagné le « vote populaire » (plus de gens ont voté pour elle que pour Trump, même si ce n'est pas encore acquis au moment où j'écris), ça peut aider à penser que les électeurs ne sont pas aussi cons que ça, mais au final ça nous fait une belle jambe.

DH (2016-11-09T09:11:02Z)

Si tu n'as pas confiance dans les institutions américaines pour empêcher ce fou d'agir, alors la seule consolation que j'ai, c'est que la fin du monde risque d'être distrayante : si ce monde doit périr dans les flammes, qu'on sorte au moins le popcorn… en attendant que Le Pen soit élue en mai prochain :-/

Typhon (2016-11-09T09:09:20Z)

Le système électoral américain est tellement idiot qu'il est encore possible que des grands électeurs félons changent la donne.

Sinon, n'importe qui peut s'acheter un carcano, ça coute moins de 200 dollars et peut changer le cours de l'histoire.

Nick (2016-11-09T09:02:05Z)

Il est juste incompétent (ça te va comme lueur d'espoir?). Très mégalo. Si ça se trouve il passera la moitié de son mandat à construire un mur et l'autre à répondre à des accusations d'agression sexuelle. La boutique sera tenue par d'autres, comme d'hab.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: a64b13


Recent comments