Comments on Quelques réflexions électorales

SM (2016-12-10T23:04:52Z)

On pourrait aussi imaginer que le président soit une assemblée de 5 personnes, avec sur "chaque décision binaire" un vote majoritaire (5 étant impair). Je ne prétends en aucun cas que c'est souhaitable ou viable, mais je trouve normal de formuler cette idée ici, étant donnée ta suggestion numéro 2.

J'aime bien ton idée 1 !

groue (2016-11-25T06:40:34Z)

Salut, est-ce que les primaires ne sont pas un puissant modificateur du suffrage universel, en ce qu'elles permettent presque de voter contre ?

SB (2016-11-10T16:32:59Z)

Un commentaire sur cet article ? http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/11/10/l-election-de-trump-et-les-trois-echecs-du-big-data-electoral_5028978_4355770.html

Dyonisos (2016-11-09T02:34:59Z)

Euh à cette heure et avec Trump à 53 pct selon le NYT, je me dis qu'il se pourrait bien effectivement que la fin du monde soit à portée d'heures…

Dyonisos (2016-11-08T22:53:50Z)

@ f3et. Mais quel serait le poids de ces 4 autre non élus ? Si on transpose par rapport à la réalité politique actuelle où règne l'adage "the winner takes it all", c'est la personne au pouvoir qui a les rênes pour les investitures etc. Et les autres non-élus, on peut penser (bon en même temps c'est de constituer un contexte dans une option purement imaginaire ;-) ) que ce serait un peu comme les candidats rivaux des primaires non-élus qui tantôt se retrouvent premier ministre, ou bien ministre de l'éco etc ou boudent et se fanent dans un seul mandat municipal etc… Bref, ils sont intégrés au gouvernement a priori non ?
"Dans une logique de parti", ce qui compte pour la très grosse majorité, désolé d'être aussi cynique, c'est la reconduction de leur mandat et donc le jeu des investitures lorsqu'il s'agit de professionnels de la politique. Et donc du chef qui serait dans l'hypothèse celui tiré au sort.

f3et (2016-11-08T10:55:15Z)

@Subbak et Dionysos, etc. Je reste perplexe devant cette crainte de trahison de programme, sachant que les quatre non élus se sont engagés là-dessus également, et qu'il leur sera plus difficile, dans une logique de parti, d'expliquer ce qui se passe (comparer avec la campagne actuelle des socialistes

Grasyop (2016-11-08T05:38:58Z)

Au vu de la carte électorale actuelle de RCP (où seuls les 0,6 % d’avance de Clinton dans le New Hampshire lui permettent de l’emporter), j’ai bien l’impression que le STUPID est le prédicteur le plus proche de la vérité.
À demain, et joyeuse fin du monde !

Dyonisos (2016-11-07T21:44:11Z)

Il y aurait dans les cartons imaginaires des réformes électorales qui ne verront jamais le jour une idée similaire à ta deuxième option qui ne serait pas idiote.
Ne voter qu'en fonction des programmes dans un premier temps, toujours avec un seuil d'adhérents initiaux pour ne pas que ce soit la foire infinie avec un nombre bien trop grand à domestiquer pour les débats et la discussion.
Et ensuite un second vote pour l'incarnation et la personne qui le porterait.

D'une certaine manière ça ressemblerait à un régime parlementaire classique sauf qu'en réalité ce dernier était et est largement comme le présidentiel, le candidat du parti qui porte le programme est tellement mis sur le devant de la scène que beaucoup d'électeurs vote 'pour untel ou untel" (pour cameron, merkel ou blum). En dissociant clairement les deux phases, même si c'est largement fictif (il faudra bien des promoteurs pour les programmes qui le défendent et l'élaborent et donc déjà une forme de personnalisation), au moins ça réinscrirait dans le marbre de la procédure et peut-être aussi dans les esprits qu'il ne s'agit pas d'un concours de beauté ni de choisir le type ou la femme avec qui on aimerait partir sur une île déserte.

Ruxor (2016-11-07T19:31:29Z)

@jonas: Your values are off by ½ (it should be 15/18 and 13/18 instead of 15/36 and 13/36) but you're right, I was stupid, I forgot a log. The correct payoff for the oracle is log(p) whenever an event occurs that the oracle predicted had probability p (of course, this payoff is always negative, so we can be nice to the oracle and give it an award equal to minus the payoff of the totally stupid predictor, i.e., log(N) if there are N mutually exclusive possibilities). This is just information theory.

Dyonisos (2016-11-07T17:46:26Z)

Et sur les courbes de probabilités de fin de monde avec l'hypothèse Trump, moi, c'est bizarre et ça ne repose sur aucun argument mais je n'ai aucune anxiété et même, je me désintéresse totalement de cet aspect des sondages; pour une raison inconsciente à moi-même, je n'y crois tout simplement pas : je suis sûr (d'une certitude subjective, c'est-à-dire d'une croyance totalement infondée, bref une folie pour un Descartes :-)) que le soir du 8 novembre aux States ce sera Clinton. Et j'ai même digéré le fait que je ne l'aimais guère au début en me disant que c'est comme si elle restait la seule en lice et que c'est le bon choix.
Comme ce que j'ai vu des sondages va globalement dans ce sens, je ne suis à la recherche d'aucun détail sur ce sujet.

jonas (2016-11-07T16:45:05Z)

> qu'une méthodologie de prévision, ou un oracle probabiliste, A, est globalement meilleure qu'un autre B sur le même jeu d'événements, lorsque la somme des probabilités prédites par A sur les événements qui se produisent au final est supérieur à la somme des probabilités prédites par B.

No, if you just take the sum of probabilities for successfully predicted events, then that's not true. Consider a simple game where I roll a dice and you have to predict for each roll whether I will roll a six. Alice predicts each time that the probability that I roll a six is 0 and the probability that I roll lower is 1; whereas Bob predicts that the probability that I roll a six is (1/6) and the probability that I roll lower is (5/6). After N games, the sum of probabilities in correct predictions by Alice will be (15/36)N, and the sum of probabilities in correct predictions by Bob will be (13/36)N. If N is large, then the sum will be larger for Alice, yet Bob is actually the better predictor.

bororo (2016-11-07T15:00:38Z)

Pour une version un peu plus élaborée du downvote, il y a aussi la méthode du jugement majoritaire : <URL: https://fr.wikipedia.org/wiki/Jugement_majoritaire >

sbi (2016-11-07T13:31:53Z)

J'avais pensé à cela mais comme (je comprends que) tu ne fais la somme que sur les événements qui se produisent au final, et que je ne trouvais pas la pénalité sur le fait de prédire à tort un événement qui ne se sera pas produit, je me suis demandé si ta formule simple suffisait.

Ruxor (2016-11-07T13:21:09Z)

@sbi: Il faut évidemment comprendre que prédire une probabilité p à A signifie automatiquement qu'on prédit 1−p à l'événement complémentaire ¬A (ou, de façon équivalente, les événements sont groupés en alternatives formant un jeu exclusif et exhaustif d'événements, et les oracles doivent leur attribuer des probabilités positives de somme 1).

JML (2016-11-07T11:49:46Z)

Pas mal, l'idée qu'un système de vote devrait aussi permettre aux électeurs de se défouler.
On peut imaginer un système futuriste où l'isoloir contient un casque et gants de réalité virtuelle, dans laquelle je peux infliger divers sévices aux candidats, ce qui représente mon bulletin de vote. « M. X a été élu hier au suffrage universel, il a été embrassé par 15,87% des électeurs, et laissé en vie par 43,2%. Le durée médiane des sévices infligés est sous la barre des 5 min. »

Pour 2002 j'avais posté dans un forum de militants altermondialistes une idée de système de vote alternatif. Ça avait suscité un peu d'intérêt mais évidemment rien n'a bougé, même si l'idée était favorable aux petits partis. Mon point était qu'il est nécessaire de connaître le résultat de l'élection à l'avance pour décider si je vote pour le petit parti que je préfère ou pour le gros parti que je déteste le moins. Je voudrais donc pouvoir signifier comment mon vote doit être reporté sur un autre candidat si mon premier choix est éliminé. Ma proposition est d'utiliser une carte perforée comme bulletin, avec dans l'isoloir un système mécanique simple permettant de faire des trous dans une grille pour représenter un ordre partiel sur les candidats. Ainsi le bulletin ne contient pas de marque personnalisée, le dépouillement peut être automatisé, et la pile physique de bulletins offre la possibilité d'être redépouillée par une autre machine. On peut envisager de mettre plusieurs candidats ex-aequo (plusieurs trous dans une même colonne) ce qui revient à voter contre les autres. Un problème est qu'il y a trop de bulletins possibles et qu'une mafia pourrait forcer les votes, ce qui impose de limiter les choix (juste deux colonnes avec sans doute d'autres restrictions).
Mais le problème fondamental, quel que soit le système envisagé, c'est l'hypothèse qu'une forme d'intelligence réside dans la masse des électeurs…

zEgg (2016-11-07T11:42:59Z)

Je pense qu'il faudrait aussi des idées pour estomper l'hyper-sacralisation de la Sainte Journée du Scrutin où le build-up durant les mois précédents est tellement insupportable qu'à la fin tout le monde dit n'importe quoi et se crie dessus.

Idée numéro 3 :
- On vote chaque année pour un "vice-président" qui ne fait rien et ne sert à rien d'autre que remplacer le président si il démissionne ou est empêché (ou meurt, etc.). Le vice-président peut former un gouvernement miroir (éventuellement d'intersection non vide avec le gouvernement en poste) prêt à tout moment à entrer en fonction. Les candidats présentent au fil des ans des "rolling releases" de leurs programmes. La plupart des années, ce gouvernement miroir ne sert à rien.

- Le président est élu à vie, et le nombre de députés nécessaire pour l'empêcher diminue un peu chaque semaine. Le jour de sa prise de fonction, il faudrait l'unanimité, et après une dizaine d'années juste une poignée. En pratique quand il verrait qu'un vice-président de l'opposition est élu cette année et que l'opposition a assez de députés pour le virer, il démissionerait.

sbi (2016-11-07T11:01:23Z)

Je suis peut-être mal réveillé ou rate un truc évident, mais si je suis l'oracle probabiliste qui prédit 100% de réussite à tout événement, je bats tous les autres avec ta définition, non?

ooten (2016-11-07T10:44:27Z)

Idée numéro 1 : je ne pense pas qu'elle soit sérieusement envisageable car elle ouvre trop facilement la voie à la contestation du système (imaginez qu'à la plupart des élections la majorité des suffrages exprimés sont CONTRE, le système n'y résisterait pas). Même dans le système actuel on ne donne pas d'importance au vote blanc (et plus largement au parti non incarné, il n'y a qu'à voir au deuxième tour de l'élection présidentielle, c'est toujours 2 pourcentages, il n'y a jamais le vote blanc qui est présenté au même niveau, c'est fait à dessein pour éviter par exemple qu'on aie 10, 11 et 79 pour le vote blanc), et donc les politiciens ne veulent pas qu'on puisse aussi facilement contester leurs institutions et les médias seraient bien gênés de trouver des représentants de ceux qui justement ne trouvent aucun représentant valables à leurs yeux.
Idée numéro 2 : je suis l'avis de Dyonisos et de Subbak en ajoutant que la question politique est tout autant un problème de son incarnation que de sa définition programmatique.

Dyonisos (2016-11-07T01:07:25Z)

"Tout simplement, pour dépersonnaliser les élections. Pour obliger les campagnes et les électeurs à se concentrer moins sur les personnes et plus sur les programmes"
J'ai longtemps cru (jusqu'à un an ou deux peut-être) que ceux qui ne votaient pas en fonction du programme mais de la personnalité étaient des "fashion victims" qui mériteraient presque, dans un monde idéal, qu'on leur retire leur droit de vote.
Eh bien j'en suis revenu, et je crois même que c'est cet élément de la personnalité qui va devenir central pour moi dans les prochaines élections.
Quand on voit à quels point les programmes si souvent n'engagent que ceux qui les croient et non ce qui les annonce…. De toute façon, même si on entend maintenir la question du programme comme centrale, il faut bien que la personnalité entre en ligne de compte puisqu'il serait absurde de se tourner vers une personne ayant un programme excellent mais dont on sait ou soupçonne qu'elle n'aurait que très peu de pente résolue à l'appliquer. Et le problème se retrouverait dans cette option d'un panel de cinq personnes.

Subbak (2016-11-06T22:51:04Z)

L'idée numéro 2 ne me semble pas applicable quand l'enjeu de l'élection n'est pas tant le programme que les candidats ont promis qu'ils appliqueraient (d'une, les promesses n'engagent que ceux qui les écoute, de deux, le pouvoir exécutif est en général limité par son contrôle du parlement), mais leur personnalité en tant que chef d'état et détenteur de l'arme nucléaire… Ça aurait un sens pour des élections législatives si on ne veut pas utiliser de proportionnelle pour une raison X ou Y.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: d73a0a


Recent comments