Comments on Une méta-critique des épisodes I-II-III de Star Wars (PAS le nouveau)

Ruxor (2015-12-30T16:39:50Z)

@bob: Non, je ne le tiens pas pour acquis : j'écris même : « Ou peut-être enfin que les épisodes IV-V-VI ne sont finalement pas mieux que les I-II-III (ni que *Battlestar Galactica*) mais que nous les jugeons différemment parce que nous nous y sommes habitués et qu'ils sont devenus des références culturelles ? Je ne sais pas. » Ce que je tiens pour acquis, c'est seulement que les épisodes I-II-III sont artistiquement/narrativement mauvais, et que les IV-V-VI ont une valeur culturelle intéressante : peut-être qu'ils sont artistiquement/narrativement aussi mauvais (je donne l'exemple de *Battlestar Galactica* dans ce sens), mais j'ai du mal à les juger pour ce qu'ils sont à cause de leur rôle culturel (voire cultuel).

D'ailleurs, CinemaSins a aussi fait des vidéos sur les épisodes IV-V-VI où ils mettent en évidence plein de bizarreries et d'incohérences locales (mais bon, la critique locale m'intéresse moins que la critique globale/synthétique, et CinemaSins arrive à trouver plein de « péchés » à tous les films qu'ils critiquent, même de très bons).

bob (2015-12-30T16:23:22Z)

Il serait intéressant de faire des critiques similaires pour la trilogie originale. Je suis un peu surpris par le fait que tu sembles considérer comme acquis que celle-ci est bien meilleure (selon de nombreux critères) que la prélogie. Pour moi qui ai découvert tous les épisodes en même temps (en 6 soirs consécutifs, dans l'ordre IV-V-VI-I-II-III), ce n'est absolument pas aussi tranché.

Bref, comme tu le mentionnes, le point central est l'importance de l'aspect "film culte".

Ragoudvo (2015-12-24T18:18:06Z)

Une réponse de Joan Sfar, quasiment directement à ce post (bien entendu, JS lit quotidiennement ce blog) : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1023345737731634&id=477945342271679

Hélène (2015-12-23T17:40:59Z)

Ta critique des critiques de la critique de Mr. Plinkett est discutable…

Fred le marin (2015-12-21T19:38:40Z)

Le magma inepte.

Est-ce le côté dit "obscur" de la Force, en mélangeant délibérément les patates avec les carottes (plus les navets), qui a tout gâché ?
Ce mélange apparaît tellement dégradant : serait-ce la résultante d'une entropie systémique (qui ne peut être, rappelons-le, que croissante) ?
Est-ce que tu ne demandes pas trop à G.Lucas de s'opposer - sans fin, sans trêve - à cette loi que l'on sait - par ailleurs - inexorable ?
Quelle naïveté que de vouloir l'un des côtés sans l'autre, jusque dans l'oeuvre du Magicien !
Et pourtant, beaucoup le souhaiteraient au fond…
"Puissante est la Force, mais pas à ce point."
L'Univers me broie ("triste meule qui tourne"), je suis fatigué, mais en fait ce n'est pas si grave.
Car derrière le masque, il doit rester (quelque part) l'empreinte d'un bien.

Ruxor (2015-12-21T17:46:02Z)

Je commente ma propre entrée pour signaler que j'ai ajouté des liens vers deux passages précis, assez courts et qui me semblent particulièrement intéressants, dans la critique de Plinkett (si des gens veulent voir des exemples de ce dont il parle sans se farcir les 4+ heures de critique).

Laurent (2015-12-21T15:26:47Z)

J'aime beaucoup le pointage de cet effet bizarre et certainement caractéristique de notre époque, selon lequel le Bien et le Mal existent indépendamment des actions entreprises, si bien qu'on est par définition engagé avec l'un ou l'autre sans que nos actions y soient pour quoi que ce soit. Ça mériterait d'être creusé.

D'une manière générale, je constate que préquelle et synquelle reposent pour beaucoup sur l'état des lieux de la perception sociétale de la science:

- les 70's enracinées dans l'exploration spatiale et les pouvoirs télékinésiques, où la physique prédomine et la biologie est quasi absente;

- les 90's embourbées dans le structurel inadéquat des organisations supra-étatiques et la loi du marché triomphant, et la prévalence des biotechs et du déterminisme génétique (avec un sens fort attaché au "déterminisme", même si cela n'est transbordé avec la préquelle que dans la référence au midi-chloriens).

monsieurpuyo (2015-12-21T11:37:17Z)

Si je me souviens bien, tu a parlé plusieurs fois dans ton blog de la "non reproductibilité du succès" et j'aime à penser que la prélogie est un exemple de ceci.
Que ce soit de la faute de Lucas, de choix marketings douteux ou simplement ne pas avoir été synchrone avec "l'air du temps"…

Subbak (2015-12-21T00:06:39Z)

Le "Protection from Editors" c'est un classique qui ne s'applique pas qu'à Lucas (mais juste ça se voir plus sur Star Wars). C'est aussi souvent cité pour expliquer pourquoi A Feast for Crows et A Dance with Dragons sont quand même nettement moins bien que les volumes précédents de aSoIaF.

Typhon (2015-12-20T21:42:41Z)

« . Je ne le crois même pas quand il prétend qu'il avait décidé ce qui se passerait dans l'épisode V lorsqu'il tournait le IV ou le VI quand il tournait le V »

Surtout qu'il ne les a pas tournés : c'est Irvin Kershner qui a réalisé l'Empire contre-Attaque et Richard Marquand qui a réalisé le Retour du Jedi (après le refus de David Lynch, échaudé par le fiasco de Dune).
Pour ces films, Lucas était co-scénariste et producteur.

Alors que pour les préquelles, il a tout fait tout seul.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 083ead


Recent comments