Comments on L'économie de l'attention, et l'information à valeur négative

poiuyt (2015-11-29T10:02:20Z)

Sur le sujet mentionné par Geo, peut-être pourrais-tu faire d'une pierre deux coups en mettant à jour ta page professionnelle (j'ai vu tout à fait par hasard que tu as une prépublication récente autour du problème de Hadwiger-Nelson, qui n'y est pas mentionnée), et en y référençant tes posts de blog à caractère mathématique ou informatique dans une rubrique du type vulgarisation ?

Un autre aspect est que généralement les blogueurs mentionnent une petite liste de leurs blogs favoris, sur certains desquels ils postent des commentaires de temps en temps (ce qui incite les lecteurs là-bas à venir les lire).

Ruxor (2015-11-27T13:36:36Z)

@Geo: Je devrais sans doute faire un sondage pour savoir plus précisément ce qu'il en est, mais je crois qu'en l'état actuel de mon lectorat, si je publie un post de blog en anglais, beaucoup moins de gens le liront : comme personnellement ça m'est assez indifférent, j'écris en français (sauf s'agissant d'un fragment littéraire gratuit lorsque l'inspiration me vient spécifiquement en anglais). Après, est-ce que je pourrais créer un autre site anglophone, ou tenter de me trouver un lectorat anglophone ? Peut-être, mais c'est un peu difficile, d'une manière ou d'une autre il faut se faire de la pub (le lectorat ne vient jamais tout seul, ou en quantité vraiment microscopiques par hasard d'une recherche Web), et je suis un peu flemmard pour ça.

Mais il y a autre chose, c'est justement que je tiens à avoir un blog éclectique (parce que je suis quelqu'un d'éclectique) sur lequel je parle parfois de choses très techniques et parfois pas du tout. Ma mère (qui ne s'intéresse pas du tout aux maths) me demande régulièrement pourquoi je ne sépare pas les deux, mais d'une part je ne sais pas comment on pourrait séparer les deux parce que la ligne n'est pas très claire, et d'autre part, et ceci est tout à fait dans l'idée de ce que je raconte dans la présente entrée, le fait de mélanger les deux est une forme de publicité : je profite du fait que certaines choses que je raconte intéresse des gens pour essayer (insidieusement ?) à les pousser à lire d'autres choses que j'écris, et ça marche dans les deux sens. En quelque sorte, notamment, je fais du prosélytisme mathématique, j'essaie justement d'intéresser des gens à des sujets qui m'intéressent et qui ne les intéresse pas forcément a priori. Après, peut-être que ça ne marche pas du tout parce que les gens s'arrêtent de lire dès la deuxième ligne, comme ma maman dès que ça parle de maths, je ne sais pas.

Geo (2015-11-27T13:18:06Z)

"par exemple, quand je parle de machines hyperarithmétiques, j'essaie assurément de vendre l'idée que ces machines sont dignes d'intérêt et donc d'attention — et ensuite, je suis déçu du manque de succès"

Pourquoi n'écris-tu pas ces entrées très spécialisées en anglais, peut-être sur une page différente ? Je pense que tu pourrais toucher beaucoup plus de monde.

f3et (2015-11-26T09:51:04Z)

Dans "une étude en rouge", lorsque Watson lui apprend que la Terre tourne autour du Soleil, Holmes a cette formidable réplique "je l'ignorais, mais je vais m'empresser de l'oublier", lui précisant que le cerveau n'a qu'une capacité limitée, et qu'il utilise la sienne à ne stocker que des souvenirs qui peuvent lui être utile dans son travail (que Watson ignore encore à cette date)

Ruxor (2015-11-25T15:38:36Z)

@J. F.: Je suis d'accord avec cet exemple, mais pas tout à fait d'accord avec son analyse. Il y a plusieurs informations dans l'histoire : l'information de la maison qui va brûler, mais aussi l'information que tout le monde a l'information en question (et ainsi de suite : l'information que tout le monde a cette information-là, et l'information que tout le monde a cette information-là, etc. ; voir le célèbre problème des Amazones / des yeux de couleur / des chapeaux…, par exemple sur <URL: http://www.madore.org/~david/weblog/d.2012-08-29.2066.html#d.2012-08-29.2066 > ou sur <URL: http://www.math.ucla.edu/~tao/blue.html > qui y est lié, pour montrer que toutes ces informations peuvent théoriquement avoir de l'importance). Et le problème n'est pas que je reçoive, moi, la première information (celle-ci ne peut qu'avoir une valeur positive pour moi), le problème est que les autres parties peuvent recevoir la deuxième information, i.e., l'information que je sais quelle maison va brûler, et c'est cette information-là qui peut avoir une valeur négative pour moi, ce qui n'est pas surprenant puisqu'elle est détenue (entre autres) par une autre personne.

Bon, enfin, tout ceci est subtil, et cet exemple est effectivement intéressant.

J. F. (2015-11-25T13:35:56Z)

Commentaire sur la seule première phrase. "La valeur d'une information ne peut pas être négative" vaut pour un problème de décision individuel, pas nécessairement lorsqu'il y a interaction entre plusieurs agents. La fable suivante est l'exemple classique en économie. Un groupe de personnes sait que l'un d'entre eux verra sa maison brûler. S'ils ont de l'aversion au risque, ils peuvent constituer une assurance mutuelle : chacun met une certaine somme au pot, et le malheureux récolte le lot ; chacun y gagne : espérance mathématique de la richesse inchangée (ou un peu réduite dans des situations plus réalistes), mais risque diminué ou supprimé. Mais si on a de plus l'information "C'est la maison de M. X qui va brûler", la possibilité d'assurance est détruite. Donc chacun est prêt à payer quelque chose pour que l'information ne soit pas délivrée. Elle a une valeur monétaire négative. (On peut penser aux problèmes analogues posés par la détection de plus en plus précoce de prédisposition à certaines maladies.)

frankie (2015-11-24T23:00:22Z)

"Et inversement, sur le système de commentaires d'un blog quelconque, on voit presque toujours bien plus de commentaires exprimant des idées complémentaires que posant des questions : ils sont donc là pour demander de l'attention plus que de l'information."
Surprenant.
J'ai plutôt le sentiment que vous ne souhaitez pas forcément répondre aux questions que vous ne vous seriez pas déjà posées.
En tout cas, je ne pense pas que ma motivation principale soit de solliciter votre attention. Ni celle d'autres participants à ce blog -belle formulation ambiguë s'il en est-. Si je n'ai rien à dire sur la forme ou sur le fond, ou si ma capacité à entrer dans un sujet proposée est trop faible, qui peut venir tout bonnement d'un manque de temps disponible, je m'abstiens.
La position du détenteur du blog (et son animateur au premier chef) est fortement dissymétrique de celle du lecteur/contradicteur qui y intervient.
Celui-là dispose du temps (la durée pour écrire son texte, élaborer son document; le moment où il se saisit d'un sujet qui ne coïncide que rarement à celui où son lecteur s'y plonge aussi), de l'initiative (il le développe selon son approche, s'appuie sur ses sources qu'il a longuement compilées), de l'espace (la longueur d'un article excède parfois les 40 pages quand celle d'une réaction n'atteint jamais les 40 lignes)… Je suppose encore qu'il a peaufiné avec infiniment plus d'attention son texte qu'il n'accordera celle-ci à lire les réactions d'une poignée d'intervenants.
Pour revenir sur le reste du message, un point peu clair car pas vraiment défini. Qu'appelle-ton attention ? Le fait de consacrer un certain temps (et une certaine énergie) à évaluer si une information vaut la peine d'être traitée et comment elle peut être assimilée (stockée)-éventuellement éliminée !- par le récepteur ? Qu'est-ce qui nous fonde à acquérir une certaine information ? La nécessité, l'intérêt, l'habitude, le pré-conditionnement, le plaisir, l'attrait de la nouveauté, la peur d'être déclassé…? Comment obliger quelqu'un lorsqu'on est commerçant, manipulateur, pédagogue, etc, à vouloir accéder à une certaine information à laquelle il n'y est pas préparé ?…
Autres approches complémentaires (désolé, mais les spirales, présentement centrifuges, m'inspirent plus que les ronds) : la distraction (l'effet de la publicité est de distraire l'attention du récepteur plus ou moins consentant), l'anesthésie (la télévision détourne ou endort l'attention du récepteur captif)…
Lorsqu'un de mes cousins haut placé sollicitait l'attention de ses semblables, il commençait par cette amorce : "Veuillez-prêter l'oreille à ce que je vais vous dire…".
O tempora, o mores…

Subbak (2015-11-23T19:29:45Z)

Je serais tenté d'attirer l'attention en postant le premier commentaire sur cette entrée, qui resterait en place malgré sa mauvaise qualité parce qu'il n'y a pas de karma dans les commentaires de ton blog, mais étant donné que les commentaires apparaissent dans l'ordre anti-chronologique il faudrait en fait que ça soit le dernier.

Ceci dit, comme il n'y a pas de commentaire actuellement, poster ceci attirera tout de même l'attention. Au moins de toi qui modère les commentaires. Après, pour ce qui est de garder le dernier commentaire, ça dépendra de qui des lecteurs de ton blog est le plus motivé à l'idée d'attirer l'attention des autres lecteurs.

(TL;DR: Preum's)


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 408ce7


Recent comments