Comments on La malédiction de la lecture en diagonale

SB (2015-10-21T17:44:03Z)

Une solution: réduire la taille du texte ou réduire le contraste ?

« Study 1 found that information in hard-to-read fonts
was better remembered than easier to read information in a controlled laboratory setting. Study 2 extended this finding to high school classrooms. The results suggest that superficial changes to learning materials could yield significant improvements in educational outcomes. »

http://web.princeton.edu/sites/opplab/papers/Diemand-Yauman_Oppenheimer_2010.pdf

Régis (2015-10-21T04:00:32Z)

L'aptitude à lire en diagonale tout en retenant l'essentiel est-elle liée à la méthode d'apprentissage de la lecture dans l'enfance?

Serge (2015-10-20T16:44:00Z)

Dès qu'un texte m'intéresse, je le lis normalement et pas en diagonale. Je ne saute que les parties trop techniques pour ma compréhension. Et même celles-là, parfois je me force à les lire quand même en me disant que je comprendrai un autre jour et que toute façon, j'aurai quand même appris quelque chose en les lisant (à savoir le fait que ça existe et que n'y comprends rien).

Il y a une exception notoire, c'est pour les blogs qui ont cinquante réponses par jour dès la sortie d'un nouvel article. Suppose que le sujet m'intéresse au plus haut point, et là je ressens une pression énorme pour lire tout l'article avant d'y mettre mon grain de sel dans les commentaires. S'il s'agit d'un blog non modéré la pression est encore plus forte, parce que j'ai envie d'être le premier à sortir mon idée (même et à plus forte raison si elle est saugrenue), car je ne veux pas qu'un autre, plus capable que moi sans doute de dire la même chose en mieux, puisse le faire. Donc je dirais que c'est le web 2.0 qui nous a tous poussés à lire de travers afin être le premier à répondre une ânerie.

J'ajouterais qu'il y a un avantage certain à commenter sur des blogs américains, c'est qu'avec six heures de décalage horaire on est presque certain d'arriver le premier depuis la France. Le hic c'est qu'avec la barrière de la langue, on a très vite fait d'être rattrapé par les autochtones sur le plan conceptuel.

Vicnent (2015-10-20T15:09:49Z)

- le cerveau qui saute : on doit être plusieurs… :-)

- Si tu veux permettre une lecture en diagonale, tu peux le faire aisément en structurant ton texte de deux façons différentes et efficaces :
a) soit tu continues ta forme longue + paragraphes mais tu structures ces derniers sous la forme suivante : contexte, inférence, résultat de façon très courte (3 phrases) et tu développes ensuite la connexités (développement d'un bout de raisonnement, approfondissement d'un concept, explications de l'utilisation de tel postulat etc…). En faisant cela, tu permets à n'importe quel lecteur de lire le début de chaque paragraphe en quelques secondes et donc un éventuel long texte dans un temps très court.
b) tu fais un résumé de ton texte, que tu te forces à faire en un maximum de 1 phrase par nombre de paragraphes total.

- concernant la différence entre le texte et le code, et que l'un est le concept, l'autre en est une traduction (sous la forme d'un autre langage qui plus est). Et donc les mécanismes cognitifs ne sont pas du tout les mêmes (d'autant plus que sauter une ligne de code change l'algorithme alors que bien souvent, sauf à tomber sur LA phrase, sauter une phrase dans un texte n'en change pas profondément le sens)

Subbak (2015-10-20T08:30:13Z)

Je n'arrive pas non plus à me relire*. Si c'est important, je demande à d'autres gens de le faire pour moi. Sinon, je fais confiance au fait que les fautes que je fais sont plus des fautes de frappes que des fautes "honteuses" et donc ne jetteront pas l'opprobre sur moi pour des générations.

Pour ce qui est de lire en diagonale ce que tu écris sur ton blog, je pense que c'est virtuellement impossible pour tes entrées traitant de maths ou de physique avancés. Pour le reste, ça m'intéresse, donc je ne dirais pas que je le lis particulièrement en diagonale, mais je n'ai jamais besoin de revenir en arrière non plus donc je dirais que ça va.

*: ou seulement pour des textes très courts. Comme ici, j'avais d'abord écrit "relier" au lieu de "relire"

telchar (2015-10-20T06:51:46Z)

Non seulement Internet nous abreuve d'informations, mais ces informations sont présentées dans des formats conçus pour maximiser non pas notre attention au contenu, mais notre disponibilité à la publicité.
Nous subissons les effets de ce formatage particulier de l'information y compris lorsque nous utilisons un bloqueur de pubs. Peut-être que le cerveau, soumis à des stimulations abusives, se réfugie dans des comportements d'évitement.

L'idée du gueuloir est intéressante…

Isacu (2015-10-19T22:19:18Z)

C'est drôle (ou pas) la manière dont je retrouve des similitudes dans votre description avec des éléments de mon comportement quotidien. Du coup ça me pose malheureusement un certain nombre de problèmes dans ma scolarité étant en sup (même si le problème se posait plus avant).

Ainsi j'avais tendance à littéralement survoler les énoncés trop longs (souvent les exos pseudo-applicatifs où il n'y avait besoin finalement que d'aller chercher une formule parachutée à un moment de l'énoncé)ce qui pouvait créer des erreurs à un moment où à un autre (notamment quand l'exo rajoutait des postulats comme une vitesse supposée constante par exemple) bloquant ainsi le calcul le temps de trouver la faille.

Enfin le pire (et surtout là où ça coince encore souvent aujourd'hui) c'est quand c'est appliqué à un raisonnement en lui-même quand on s'arrête seulement sur les grandes étapes du raisonnement empêchant de voir des erreurs produites dans les petites étapes intermédiaires qui permettent justement de raccorder ces grands morceaux ce qui peut avoir pour effet évidemment de tout foutre en l'air.

Un autre point qui me fait écho c'est sur la difficulté à se relire soi-même même si pour le coup je ne sais pas si se sont les mêmes mécanismes qui sont à l'oeuvre derrière. Dans mon cas j'aurais plutôt tendance à expliquer ce phénomène (qui arrive plus souvent dans des dissertations littéraires d'ailleurs) par un malaise durant la relecture dût à la différence entre la perception des mots, de l'argumentation, une fois couchés sur le papier par rapport à l'ensemble des pensées, de l'intention que j'avais quand je les avais écris.
Je ne sais pas du coup si c'est mon expression qui doit être améliorée ou si c'est un problème inhérent dût au langage (au moins écrit) de manière plus globale. Les deux points ont surement une part de vérité, faut voir jusqu'à quel point après.

Ruxor (2015-10-19T21:03:07Z)

@Typhon: Tiens, c'est intéressant la remarque sur la programmation, parce que le code informatique, lui, effectivement, je ne me mets pas à le lire en diagonal : quand je relis du code, j'arrive vraiment à me concentrer sur ce que je lis. Il faudrait que j'essaie de comprendre ce qui fait la différence !

Typhon (2015-10-19T19:51:29Z)

Je ne sais pas si c'est rassurant ou terrifiant de lire ça de la part de quelqu'un qui a priori est plus travailleur, intelligent et concentré que je ne pourrais le rêver (Je sais, c'est hasardeux d'en juger via internet, mais quand même, ce blog me semble une bonne démonstration). En tout cas c'est intéressant.

Internet est vraisemblablement nocif de ce point de vue là, vu qu'il nous permet d'accéder à un torrent ininterrompu d'informations intéressantes.

On ne sait plus où donner de la tête et on se retrouve avec des dizaines d'onglets ouverts sur des articles qu'on met des mois à finir (à moins qu'un crash de navigateur ne nous en prive prématurément).

D'ailleurs, conseil : ne te mets jamais à Twitter.

« si j'essaie de me relire, mon cerveau passe en mode "ah oui, je sais ce que ce paragraphe dit" et je saute à travers ce que j'ai écrit à la vitesse de l'éclair »

Je suis exactement pareil. J'ai énormément de mal à me relire, beaucoup plus même qu'à lire d'autres gens.

Y a un truc qui est bien de ce point de vue là, c'est la programmation. La ligne que tes yeux et ton cerveau ignorent, si elle fait pas ce qu'il faut, tu finis bien par être obligé de la relire pour de vrai.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 08dae9


Recent comments