Comments on Comment lire plusieurs articles scientifiques à la fois ?

Les Originaux (2014-12-10T14:18:56Z)

Dieudonné se méfiait tellement du copinage qu'il a interdit à l'Académie des sciences de commettre un éloge funèbre sur sa personne et son oeuvre ! Sage décision sans doute.

frankie (2014-12-09T17:48:04Z)

"Seminal" : d'accord avec Joël. Mot déplaisant. Pour rendre le sens qu'on lui prête (sûrement à tort !), j'en reste à mon commentaire ci-dessous. Je mettrais une petite préférence à "instigateur", qui donne l'occasion de réviser sa langue vernaculaire.
Grothendieck : Arnold et Manin, excusez du peu, l'ont traité de génie. De la part de Russes, c'est mieux qu'une médaille Fields -qu'ils n'ont pas eue, c'est une autre histoire…-. Quant à son écriture mathématique, c'est du diamant à l'état brut.
La disparition des grands séminaires après Gelfand et Cartan ? C'est un peu rapide… Les séminaires Bourbaki, celui d'Arnold, de Sullivan… A noter que celle de celui de Cartan est due à …. Devinez…
Des mathématiciens universels après Dieudonné ?
C'est forcément vrai, pour la même raison que Ficin (ou Erasme) est le dernier grand humaniste universel, mais un peu schématique aussi. Connes disait quelque part que tout mathématicien fertile en vient toujours à faire un peu le tour des grandes questions de mathématiques, et en particulier repasse inévitablement par la théorie des nombres.
Des exposés soigneux… C'était vrai à une certaine époque, malgré Serre, Dieudonné et quelques autres. Internet a tout changé.
Par contre, le développement exponentiel de nouvelles théories les rend difficiles à synthétiser. Sans compter que celui qui en parle le mieux est celui qui y travaille, et qui ne peut mener de front l'activité d'explicitation et d'exploration, sauf tour de force assez rare.

Pierre (2014-12-09T15:03:31Z)

Dieudonné et Grothendieck c'est mes deux copains, si tu veux savoir. ;) Ils faisaient une sacrée équipe tous les deux ! Mais Grothendieck a déjà écrit des maths tout seul, t'en fais pas pour lui. Avant de révolutionner la géométrie algébrique il avait déjà fait un sort à l'analyse fonctionnelle et à la théorie des catégories. Il n'a pas fait cavalier seul en écologie non plus d'ailleurs, puisqu'il créa le mouvement Survivre avec Pierre Samuel, Claude Chevalley, Denis Guedj, etc… Même José Bové se souvient de lui, c'est dire ! C'est pourquoi j'ai du mal à comprendre sa retraite en solitaire. À croire qu'il en avait suffisamment sous le capot pour pouvoir s'adonner à la méditation en se passant complètement des autres…

Les Originaux (2014-12-09T12:49:26Z)

P.S Je précise que je ne suis pas mathématicien mais je sais que les fameux séminaires dont il parle étaient mis en forme par Jean Dieudonné qui lui était un esprit ordonné, méthodique et pas du tout foutraque ! Le jour où Grothendieck a voulu faire cavalier seul on sait ce qu'il en est advenu.

Les Originaux (2014-12-09T12:46:49Z)

… j’en voyais un fier paquet de livres qui réclamaient à corps et à cris d’être écrits. Grothendieck dixit.

En Français il n'est pas trop fort ! La locution exacte que tout chasseur à courre comprendra c'est à cor et à cri !

P.S : Sur le fond de ce qu'il dit c'est confus et polémique inutilement ! Je ne vois pas quel schmilblick cela fait avancer à part sa mauvaise réputation humaine.

Joël (2014-12-09T02:04:31Z)

On ne devrait même pas utiliser "séminal" en anglais. C'est vraiment un mot déplaisant.

Pierre (2014-12-08T23:43:33Z)

@Jacques Sélaire
> "Le fondateur de la Vème République n’est pas la République elle-même."
De Gaulle est peut-être le fondateur de la Vème République, mais la constitution de 1958 en est le texte fondateur. La notion d'article fondateur est également d'usage courant dans le monde scientifique.

> "Ceci dit, il y a tellement peu d’articles en français, que je ne suis pas sûr que le débat en vaille la peine."
Bonjour le troll ! Qu'est-ce qui nous empêche de parler en français de choses publiées en anglais ? Et n'est-ce pas ce que vous êtes en train de faire par votre commentaire ?

@Ruxor
Voici ce qu'écrivait déjà Grothendieck dans "Récoltes et Semailles" :

---------------------------------------------------------------------
Il semblerait que mon départ en 1970 marque la fin, en France tout au moins, des "grands séminaires" - des lieux durables où, an par an, se trouvent en chantier certains des grands thèmes de la mathématique contemporaine - et des lieux bienveillants aussi et inspirants, pour tous ceux qui viennent pour y mettre la main. Je ne sais s’il en existe ailleurs dans le monde (à Moscou peut-être, sous l’impulsion de I.M. Gelfand ?). Ce qui est sûr, c’est que de tels lieux sont décidément contraires à l’esprit du temps, tout comme les "gros fourbis", écrits noir sur blanc, minutieusement, pour être à la disposition de tous.

Ce n’est pas par hasard si plus personne quasiment n’écrit des exposés soigneux et (provisoirement) exhaustifs, sur des thèmes mûrs à point depuis dix ans quand ce n’est vingt, visiblement cruciaux, et qui en attendant ne sont accessibles qu’à une poignée de gens "dans le coup". Celui qui fait partie du "grand monde" mathématique, s’il ne fait aussi partie en même temps de la "poignée" en question, n’aura aucune difficulté en cas de besoin de se faire mettre au courant par un de ceux-là, qui ne demandera pas mieux. Quant aux autres, bernique ! Dans les années soixante, j’en voyais un fier paquet de livres qui réclamaient à corps et à cris d’être écrits. Je les aurais bien écrits moi-même, mais je ne pouvais pas tout faire à la fois. Aucun de ces livres, à ma connaissance, n’est encore écrit à l’heure actuelle. Pourtant, j’en connais plus d’un (ne serait-ce que parmi les ex-élèves) qui était assez dans le coup et qui avait le feeling et le coup de main, pour pouvoir écrire sans mal tel livre qu’il fallait (et qu’il faut toujours). Et par le peu qui m’est revenu des travaux ultérieurs de certains, je n’ai pas l’impression que c’est l’abondance et la difficulté de leurs travaux plus personnels qui les aurait empêché ("désolé mais vraiment je n’ai pas le temps !") de rendre ce service à la fameuse "communauté mathématique". Pour plus d’un aussi, il y a même fort à parier que cela l’aurait rendu plus notoire, comme auteur d’un livre lu et cité (même si tout ce qu’il expose ne provient pas forcément de lui - mais le "comment" n’est nullement quantité négligeable. . . ), que par la liasse plus ou moins épaisse de ses tirages à part.

Visiblement, ce n’est pas un simple "manque de temps" qui empêche les uns et les autres, avec une unanimité impressionnante, de rendre accessible à tous ce qui reste le privilège de quelques uns - ou encore, d’avoir (ne serait-ce qu’ici ou là, le temps d’écrire un livre disons) une attitude de "service".
---------------------------------------------------------------------

Fred le marin (2014-12-08T17:17:55Z)

Récursion mutuelle, de type administratif.

Si, de plus, la théorie des "foo" fait appel à celle des "bar" (et vice-versa) alors le plat cuisiné est tout aussi indigeste.
Je me cantonne donc (comme un "bleu") à la lecture des frères Bogdanov, par laquelle je glane quelques infos qui sont comme de légères bulles de Champagne.
Bijection entre les entiers et leurs doubles (ou même leurs carrés), Temps de Planck, Constante de structure fine, etc.
Certes, tout n'y est pas juste, mais cela réveille et interpelle !
Quant aux EDP, ou aux différentes variétés d'équations de Schrödinger, ma foi…

Anonymous Cretin (2014-12-08T16:10:48Z)

Oulà comment tu plonges dans le stupre et la frobnication…

régis (2014-12-08T15:18:06Z)

On peut également dire précurseur, mais cela rappelle fâcheusement Hégésippe Simon…

Jacques Sélaire (2014-12-06T23:29:57Z)

Non, non, non. "Pionnier" et "fondateur" ne collent pas, car ces termes s'appliquent à des personnes. Le fondateur de la Vème République n’est pas la République elle-même. "Inaugural", qui marque le début de quelque chose, est déjà beaucoup mieux. Dans certains pays, on parle d'ailleurs encore de "Thèse inaugurale" [source: http://www.cnrtl.fr/definition/inaugural/adjectif]. J'aime assez "originel", mais cet adjectif a une connotation théologique un peu gênante pour un article en sciences exactes.
"Séminal" est vraiment trop horrible.
"Canonique" fait trop "boum-boum" et ne fait pas allusion à la primauté.
"Novateur" (ou "innovateur") est pas mal (on parle bien d'une idée novatrice), mais plus lié au monde des brevets qu'à celui des articles.
"Princeps" est effectivement un terme utilisé par les éditeurs, pas par les auteurs.
Je propose donc de traduire "the seminal article" par "le premier article de référence". S’il n’y a pas d’ambigüité ou de disputes sur la paternité (ou maternité) de la théorie ou de l’idée, on pourra se contenter de "l’article de référence".
Ceci dit, il y a tellement peu d’articles en français, que je ne suis pas sûr que le débat en vaille la peine.

frankie (2014-12-06T20:35:17Z)

Pionnier, fondateur, inaugural : oui, le second terme étant le plus utilisé. "Instigateur" me semble aussi adapté.

Ggauvain (2014-12-06T12:54:30Z)

"Article princeps", ça laisse entendre que l'article a été réédité plusieurs fois, ou publié plusieurs fois, sous des formes un peu différentes, et que tu considères l'article dans sa version de départ plutôt que dans ses rééditions ultérieures. C'est en tout cas cela qu'on entend par "édition princeps".

Je maintiens "pionnier", je suis d'accord avec "fondateur", je propose "inaugural" également. Il m'est arrivé, cela dit, de traduire lâchement "seminal" par "séminal"…

Les Originaux (2014-12-04T13:34:35Z)

On parle d'une édition princeps pour l'édition originale ; donc j'opte pour l'article princeps, celui qui ouvre une voie nouvelle ou fortement originale.

Alan (2014-12-04T12:29:35Z)

"Seminal" → originel ?

Sinon tant qu'il n'y a pas de "survey" ou de livre sur le sujet, je fais une recherche en profondeur, en commençant par un article récent, et en favorisant les articles dont je connais les auteurs et sais qu'ils sont clairs.

Nick Mandatory (2014-12-04T11:28:43Z)

Je ne vois pas de bonne raison de ne pas traduire « seminal article » par « article fondateur ».

Ggauvain (2014-12-04T00:52:56Z)

"(comment dit-on "seminal" en français ?)"

Pionnier ?

xavier (2014-12-03T22:23:31Z)

Tu *n'oses*' pas? Etrange…qu'est ce que tu risques?? Rien du tout.

damien (2014-12-03T15:03:01Z)

Je me pose souvent cette question ! Bien sûr le mieux c'est de se faire expliquer par quelqu'un au courant, soit la théorie elle-même, soit juste l'ordre de lecture conseillé pour ce thème-là en particulier, s'il n'a pas le temps de tout expliquer…

Une ou deux fois j'ai osé écrire à l'auteur pour demander exactement ça : l'ordre dans lequel il conseillerait de lire les articles, et éventuellement des papiers d'autres gens sur le sujet, et ça a très bien marché. Mais bon je n'oserais pas faire ça avec quelqu'un que je connais vraiment pas… je devrais peut-être.

Il faudrait plus de bons articles de survol, surtout.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 539da2


Recent comments